Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le juge espagnol accuse Puigdemont d'avoir “mobilisé les masses”

Le leader Catalan est actuellement détenu en Allemagne, à Neumünster, en exécution d'un mandat d'arrêt international. Madrid demande son extradition d'urgence. En Espagne, il courra le risque de plusieurs années de prison.

La décision allemande n'est pas encore prise. Mais tout laisse craindre que l'extradition ne soit décidée. Si c'est le cas, l'affaire jettera une sinistre perspective sur l'avenir de la vie politique non seulement en Espagne mais dans toute l'Union européenne.

La charge retenue contre Puigdemont et 24 autres représentants catalans est la rébellion. Or celle-ci, dans la loi espagnole, signifie une rébellion violente contre l'Etat. Puigdemont a été élu au parlement catalan d'une façon légale, il a toujours refusé l'appel à la violence. Il s'est seulement appuyé sur une décision parlementaire légale du parlement catalan, à la suite de manifestations de masse provenant des militants séparatistes. Jamais ces manifestations n'ont entrainé de violences, sauf à la marge en provenance de groupuscules excités. 

Le juge principal espagnol Pablo Llarena accuse Puigdemont de s'être appuyé « sur le pouvoir des masses », selon une information obtenue par le Frankfurter Allgemeine Zeitung. . Une autre charge retenue contre Puigdemont est la « corruption », au prétexte qu'il n'avait pas de crédits pour organiser le référendum, et qu'il a fait appel aux contributions volontaires des séparatistes.

Si un vote était obtenu dans n'importe quel autre parlement national européen, à la suite de manifestations populaires de masse, et si un gouvernement, appuyé par les juges, refusait d'en tenir compte pour ce motif, ce serait vraiment la fin de la démocratie politique dont l'Europe se vante régulièrement, face à la Russie et la Chine.

 

30/03/2018


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire