Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Spatial. Kilopower, futur réacteur nucléaire spatial miniature ?

L'approvisionnement énergétique d'une mission de colonisation lunaire ou martienne de longue durée pourrait passer par un réacteur nucléaire miniature compact dont les tests ont débuté aux Etats-Unis, dans le Nevada.

Voir https://www.space.com/39413-small-nuclear-reactor-kilopower-mars-colony.html

Pour installer une colonie humaine sur Mars, au plus tôt dans une trentaine d'années, il faudra disposer de sources d'énergie rapidement mobilisables. Cela pourrait passer par un réacteur nucléaire miniature que la NASA est train de tester. Les premiers essais sont concluants et l'agence spatiale compte maintenant le tester à pleine puissance d'ici le mois de mars. Il s'agit du projet Kilopower.  Celui-ci sera un réacteur à fission de petite taille, susceptible d'être transporté en plusieurs missions de la Terre vers la planète envisagée, ou déplacée sur celle-ci selon les besoins de la colonie.

Le système  Krusty, pour Kilopower Reactor Using Stirling Technology) comprend peu de parties mobiles et exploite une technologie éprouvée de transfert calorique associé à un moteur Stirling imaginée à Los Alamos dans les années 60, et qui a aussi l'avantage d'être compact.

Le concept Kilopower consiste en une mini-centrale nucléaire transportable Son réacteur nucléaire fonctionnant à partir de quelques grammes d'uranium à la taille d'un rouleau de papier toilette.  Il peut délivrer entre 1 et 10 Kilowatts correspondant à la consommation de deux ou trois familles sur Terre. La NASA a évalué les besoins d'une base martienne à quatre réacteurs de ce type. En attendant, ils seraient très utile sur la Lune.

On demandera pourquoi de tels réacteurs ultra-légers ne sont pas déjà utilisés à profusion sur la Terre. Une des réponses est qu'ils coûteraient beaucoup plus cher qu'une actuelle centrale à fission. Par ailleurs, ils nécessiteraient de nombreuses manipulations d'uranium, avec les risques de contamination en découlant.

22/01/2018


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire