Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Un comble. Les Etats-Unis accusent la Russie de guerre des changes

Autrement dit, elle est accusée de dévaluer sa monnaie, le rouble, pour rendre plus compétitives ses productions, notamment le pétrole et le gaz.

Le pétrole et le gaz russes, déjà moins chers que leurs équivalents américains désormais produits en grande quantité, le pétrole et gaz de schiste, trouveront encore plus d'acquéreurs. Surtout en Europe. Il en sera de même pour d'autres productions telles que le blé. Le Yuan chinois, très lié au rouble, sera également dévalué, ce qui facilitera encore les exportations chinoises.

Trump, dans un tweet, vient d'accuser les deux pays de « jouer le jeu de la dévaluation », ce qui selon lui n'est « pas acceptable ». On notera que le Trésor américain n'a pas formulé la même accusation. Le Trésor sait parfaitement que le cours des monnaies résulte principalement  des effets de marché, et fort peu de décisions des Etats

Faut-il rappeler cependant que c'est à son corps défendant que Vladimir Poutine a été contraint d'accepter une dévaluation, d'ailleurs légère; du rouble. Pour plusieures raisons, il avait depuis quelques mois recherché un rouble fort. C'est à la suite des « sanctions » américaines, que le Trésor russe a du changer de politique. Ces sanctions, frappant différentes grandes entreprises russes opérant en liaison avec l'économie occidentale, les ont affaiblies. Des capitalistes russes et étrangers travaillant avec ces dernières ont revendu une partie de leurs participations. Ils se sont repliés sur les investisseurs de la zone dollar.

Vladimir Poutine avait prévu cet effet. Depuis deux ans, il a encouragé par diverses aides les investisseurs russes à se tourner vers d'autres secteurs, notamment ceux du numérique, du spatial et de la défense. Mais il n'en est pas résulté une remontée du rouble à court terme, car ces investissements d'avenir n'attireront pas immédiatement l'intérêt des investisseurs étrangers.

Que conclure de ce reproche mal avisé de Donald Trump à la Russie? Simplement que confronté à l'échec de son opération du 14 avril sur la Syrie, et ne pouvant pas l'imputer à la Russie, il est en train de rechercher d'autres arguments pour provoquer une guerre avec Moscou. Mais il est réduit à s'en tenir à des arguments économiques. Or ceux-ci ne tuent personne, fort heureusement.

Voir https://www.zerohedge.com/news/2018-04-16/trump-accuses-russia-china-currency-devaluation-not-acceptable

Note au 18/04
Ce jour, Trump aurait renoncé temporairement à imposer de nouvelles « sanctions » à la Russie. Un retour au bon sens?
Voir https://sputniknews.com/us/201804161063626430-trump-sanctions-postponement/


 

18/04/2018


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire