Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Trump et Sanders alliés contre Hillary Clinton?

L'éventualité peut sembler improbable, vu les différences entre les deux hommes et ce qu'ils ont laissé entendre de leur programme. Mais elle se fera peut-être dans le cadre d'un événement encore difficile à analyser par ceux qui font profession de sciences politiques.
Cet événement serait l'apparition d'une large majorité d'électeurs se regroupant sans le savoir eux-mêmes dans un désir de changement politique profond. Une commune détestation de Hillary Clinton et de tout ce qu'elle représente de corruption et de bassesse leur servirait sans doute de prétexte.

Mais le mouvement serait beaucoup plus profond. Il reposerait sur un rejet par la majorité des 95% de dominés des 5% de dominants qui depuis des décennies ont mis les premiers au service de leurs intérêts les plus injustifiables. Ces dominants, chacun les connait: la finance, les politiciens, démocrates ou républicains à son service, les médias qu'elle finance. Mais jusqu'à présent leur pouvoir paraissait impossible à renverser – ceci d'autant plus qu'il s'appuie, comme nul ne l'ignore vraiment, sur l'espionnage des données personnelles, la police et l'armée. Les opposants connus et voulant se manifester ouvertement seraient vite éliminés. En bonne logique, le blocage au service des dominants auraient pu se poursuivre indéfiniment, continuant à donner à l'Amérique ce visage odieux qui la fait détester dans le monde.

Découvertes

Ceci dit, ceux qui croient disposer d'outils scientifiques pour étudier les sociétés et leur évolution, sont en train de découvrir, à l'occasion de ces élections, que ces outils sont non seulement rudimentaires mais conduisent à des erreurs de jugement majeures. En réalité, c'est l'évènement qui gouverne – comme toujours d'ailleurs, notamment en sciences. Lorsqu'il fait apparaître des tendances profondes jusque là ignorées, il surprend toujours. Y compris les citoyens eux-mêmes qui se rendent compte à cette occasion qu'ils étaient moins soumis qu'ils ne croyaient l'être, davantage capables de mouvements collectifs dont ils perçoivent jour après jour la portée plus ou moins révolutionnaire.

Ce qui est intéressant dans l'évolution politique toute récente prenant la forme de ce qui pourrait être un glissement tectonique, est qu'elle rassemble des classes, des intérêts, des individus qui jusqu'ici s'étaient ignorés, sinon combattus. Ils sont en train de réaliser, a l'insu de leur plein gré selon la formule fameuse, qu'en s'unissant derrière des ténors inspirés donnant une voix parfois tonitruante à leur volonté de changement, ils pourraient éventuellement casser le système de la domination. Ceci aux Etats-Unis mêmes, mais aussi dans une large partie du monde, dont l'Europe, pour qui tout ce qui se passe en Amérique constitue l'exemple à suivre.

Objectifs communs

Ces ténors inspirés, sortis brusquement d'un vide sidéral, sont évidemment Trump et Sanders. Comme ils seront obligés de s'unir dans les derniers rounds pour éliminer les résistances opposées par Hillary Clinton et l'Amérique de Wall Street qui la soutient, ils devront s'entendre. N'anticipons pas sur la façon dont cette entente entre les deux hommes se réalisera. Par contre, il est facile de voir comment des électorats apparemment différents pourront s'unir sur quelques objectifs communs: mise au pas des élites et des privilèges, protectionnisme négocié, relance d'investissements productifs et protecteurs de l'environnement, gratuité des services de santé et d'enseignement sur le modèle européen. S'y ajoutera sans doute, sous la pression de Trump, une révision en profondeur des alliances internationales,y compris la réalisation d'une entente indispensable avec la Russie et la Chine.

Mais bien sûr, les dominants ne se sont pas encore avoués vaincus. Aujourd'hui, de nombreuses hypothèses concernant la façon dont ils pourraient mettre hors course, simultanément, Trump et Sanders, circulent dans l'opinion. Quant on connait la brutalité de la vie politique américaine, on peut aller jusqu'à évoquer des assassinats ou autres éliminations de cette nature. Alors l'opinion pourra bien protester, sur le web ou dans la rue. Elle ne fera pas revivre les morts.

03/03/2016


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire