Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Google à l'assaut des zones blanches du tiers monde.

Grand bruit vient d'être fait à propos de l'initiative de Google, qui devrait se concrétiser avec l'aide du CNES français, expert en lancement de ballons-sondes stratosphériques. Google se prépare à lancer des milliers de tels ballons porteurs de récepteurs-émetteurs à longue distance.

Google et le Centre national français d'études spatiales (CNES) ont signé un partenariat pour lancer des ballons gonflés à l'hélium dans la stratosphère. Ils devraient permettre de fournir un accès internet a la totalité de la planète, y compris dans des zones difficiles a raccorder par voie terrestre. Le projet nommé Loon, balloon (ballon en anglais), ambitionne d'envoyer tout autour de la Terre, à plusieurs dizaines de kilomètres d'altitude, des milliers d'aéronefs gonflés connectés les uns aux autres, avec des antennes-relais pour créer un gigantesque maillage, une sorte de réseau sans fil tout autour de la Terre.

L'ambition est de permettre aux zones dites blanches de la planète, sans accès facile à des réseaux téléphoniques et internet, de sortir de leur isolement. Les individus fussent-ils parmi les plus démunis, pourront ainsi grâce à un simple téléphone portable, se connecter à des interlocuteurs proches ou lointains. Ainsi l'accouchée dans la brousse pourra-t-elle facilement appeler des secours si l'opération se passe mal. L'hélicoptère le plus proche lui apportera un médecin (?).

Loon posera de redoutables problèmes juridiques et même pratiques: comment éviter que les ballons ne se concentrent pas dans les zones suffisamment ventées, en délaissant les autres. Mais peu importe. Derrière ces louables buts humanitaires, Google et son alliée la NSA espèrent ainsi mieux raffiner leurs écoutes. Gooble pourra aussi inonder le sous développé de messages lui enjoignant d'acheter tel ou tel produit, de se comporter de telle ou telle façon.

Bien évidemment, Google ne paraît pas envisager que ces futurs réseaux soient hackés par des pirates divers et par des réseaux islamistes prêchant la guerre sainte. Ceci sera pourtant inévitable. Mais ce sera le prix à payer. Ainsi va le progrès.

-----------------------------------------------------------------------------

Autres actualités sur la question des communications. Voir
http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2014/152/actualite.htm

12/12/2014


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire