Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Paradis fiscaux. Plus que jamais la loi des plus forts.

Nous étions tentés de ne pas consacrer d'article, et moins encore d'éditorial, à la question des « Paradise Papers » compte tenu du nombre incroyable de commentaires que ce dossier a suscité. Certes, dans quelques jours, ces commentaires seront retombés dans l'oubli, et le « scandale » des paradis fiscaux sera remplacé par d'autres, qui seront à leur tour oubliés.

Disons seulement que ce dossier ne fait que confirmer la thèse très pessimiste qui est la nôtre. Notre monde aussi moderne qu'il puisse paraître, au regard des pouvoirs de toute sortes qui ont fait l'histoire, depuis que celle-ci est relatée par les historiens, n'est en rien moderne en ce sens qu'il illustre le pouvoir toujours plus fort d'infimes minorités de possédants et de décideurs, qui détiennent comme cela est souvent dénoncé aujourd'hui, une écrasante majorité des richesses du monde.

Ils n'utilisent pas cette puissance pour améliorer la capacité que l'humanité aura de s'adapter à des évolutions de plus en plus menaçantes pour son équilibre et pour son devenir. Citons seulement l'explosion démographique, la raréfaction des ressources terrestres, le manque de contrôle sur les développements scientifiques et technologiques ou, plus immédiatement, le réchauffement climatique. Ce qui les intéresse est seulement l'augmentation dans le court terme de leur pouvoir sur le reste de l'humanité.

On évoque parfois le rôle que peuvent avoir les institutions internationales ou les Etats pour limiter cette puissance, au profit de l'intérêt général que constitue la survie. Ce rôle n'est pas totalement inutile et les citoyens soucieux d'échapper à la domination du 1% des riches et des puissants doivent y faire appel. Mais on doit pas se faire trop d'illusion. Comme l'ont montré une énième fois les Panama Papers et les Paradise Papers, ces institutions sont très largement pénétrés et détournées par les représentants des riches et des puissants.

Quant aux médias qui se voudraient relativement indépendants, il ne faut pas non plus se faire d'illusion. On ne peut pas leur faire totalement confiance, compte tenu des pressions qu'ils subissent. Certes Cash investigation et le Consortium international des journalistes d'investigation sont largement préférables aux médias-système, mais en bonne logique on ne peut pas éviter de penser qu'ils donnent aussi, d'une certaine façon, aux dominants la possibilité de cacher leur vraie nature et finalement tromper l'opinion. Malheureusement, cela serait impossible à démonter. 

Notre thèse , selon laquelle le "développement" de l'humanité finira par provoquer sa propre destruction, comme celle sans doute des espèces vivantes supérieures,  ne pourrait pas trouver là d'arguements pour être remise en cause. 

Note

Les "Paradise Papers" constitue la dernière grande enquête inédite du magazine "Cash Investigation" en partenariat avec le Consortium international des journalistes d'investigation, https://www.icij.org déjà à l'origine des "Panama Papers". Huit mois d'enquête, dans le plus grand secret. C'est la plus grande fuite de l'histoire, avec 13,5 millions de documents, dont beaucoup proviennent d'un des plus grands noms du monde offshore, le cabinet d'avocats Appleby, qui a son siège aux Bermudes.

Aux côtés de près de 400 journalistes du monde entier, l'équipe de "Cash" a disséqué les montages préparés par les spécialistes d'Appleby pour leurs clients : des individus fortunés ou des multinationales. La journaliste Elise Lucet, https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lise_Lucet que l'on ne saurait trop admirer pour son courage et son intelligence est allée à la rencontre du Pdg de Dassault Aviation. Dans ce numéro exceptionnel, des révélations sur les dessous de l'aviation d'affaires. Ou comment devenir propriétaire d'un jet privé sans avoir à payer la TVA, grâce à des sociétés qui sont des coquilles vides établies sur l'île de Man, une dépendance de la Couronne britannique...

"Cash Investigation" a également découvert l'existence d'une discrète société offshore aux îles Caïmans, associant le groupe Louis-Dreyfus, un géant du négoce de produits agricoles, avec l'actuel ministre de l'Agriculture brésilien. Ce dernier est un des plus gros producteurs de soja du monde... Cette culture est au Brésil une source de profits immenses, mais elle a des conséquences environnementales catastrophiques.

Un des plus gros clients d'Appleby s'appelle Glencore https://fr.wikipedia.org/wiki/Glencore, l'empire très secret des matières premières. Grâce à des documents inédits, "Cash" explique comment ce groupe a mis la main sur les plus belles mines de cuivre et de cobalt au monde, en s'associant avec un partenaire sulfureux en République démocratique du Congo...

Pour en savoir plus, voir

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-7-novembre-2017_2446212.html#xtor=CS2-758

08/11/2017


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire