Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

De plus en plus, l'Amérique mènera la guerre sur plusieurs continents

Les représentants du lobby militaro-industriel américain ne cessent de déplorer que les restrictions budgétaires actuelles menacent la suprématie américaine, notamment dans la modernisation des équipements et la mise au point d'armes nouvelles.
 Voir par exemple « Le leadership militaire américain menacé » http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2015/02/04/le-leadership-militaire-americain-menace_4569547_3232.html

Mais comparés aux autres budgets militaires, y compris dans la recherche développement, les moyens dont disposent les forces armées américaines sont sans comparaison avec ceux des pays présentés dorénavant comme constituant des risques majeurs pour la sécurité des Etats-Unis, la Russie et la Chine en premier lieu.

Aussi bien, on constate aujourd'hui que les Etats-Unis poursuivent des politiques d'expansion militaire, assorties de menaces, dans au moins quatre parties du monde, en Europe contre la Russie, via l'Otan, au Moyen Orient prétendument contre Daesh mais en fait pour protéger les intérêts américains, en mer de Chine et plus discrètement en Afrique. Examinons quelques faits d'actualité dans ces deux derniers cas.

Mer de Chine et Pacifique

C'est en Mer de Chine méridionale, et contre la Chine, que les menaces sont les plus visibles. Ainsi le 30 mai, au Forum sur la sécurité en Asie dit Shangri-La Dialogue à Singapour, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a, sans la nommer expressément, demandé à la Chine d'arrêter immédiatement ses réclamations territoriales en Mer de Chine. Les Etats-Unis, a-t-il déclaré, sont profondément préoccupés par le fait que certains pays soient déterminées à modifier le statu-quo sur terre, dans les airs ou sur la mer. Il a exhorté les Philippines et le Vietnam à pratiquer la même politique. La veille, l'amiral Harris, nouveau commandant de l'US Pacific Command avait tenu le même discours, en termes plus agressifs: « Si nécessaire, nous défendrons les intérêts américains dans toute la vaste zone Indo-Asie-Pacifique".

Les jours précédents, Carter avait présenté une longue liste d' accords de coopération technique dans le domaine militaire avec le Japon, la Corée du sud, l'Australie et l'Inde. Le navire de guerre sophistiqué USS Fort Worth (image ci-dessu), basé à Singapour, pourra intervenir avec d'autres forces aéronavales pour décourager toutes revendications territoriales. La coopération inclut la fourniture aux alliés de sous-marins nucléaires de la classe Virginia, d'avions de surveillance du type P8 Poséidon, d'un destroyer furtif, le Zumwalt, et d'une gamme d'avions embarqués de surveillance E-2D Hawkeye dits d' « Early warning-and-control aircraft ».

Rappelons qu'en Mer de Chine, la Chine ne dispose que d'un porte-avion ancien, le Liaoning, acheté aux Russes. Elle admet cependant en avoir mis un autre en chantier. Dans l'intervalle, que se passera-t-il si la suite des confrontations aériennes devenues de routine entre appareils américains ou japonais et chinois, l'un de ceux-ci était abattu. On peut penser que la Chine n'en prendrait pas prétexte pour déclarer la guerre aux Etats-Unis, L'inverse serait au contraire très possible.

L'Afrique

A l'autre extrémité de la planète, en Afrique, l'armée américaine, présente discrètement dans de nombreux pays, pourra désormais intervenir beaucoup plus officiellement au Nigéria. Le nouveau président élu, le Major General Muhammadu Buhari, est très proche de Washington. Or il a admis que les Etats-Unis puissent déployer de nouveaux personnels, à titre de conseillers militaires, voire d'autres moyens si nécessaire. C'est ce qui est résulté d'une visite au Nigéria de l'infatigable secrétaire d'Etat John Kerry, accompagné du commandant suprême de l'AFRICO (US Africa Command)  le général David Rodriguez. Des manoeuvres jointes américano-nigérianes pourraient s'ensuivre.

L'objectif présenté par l'Amérique consiste à renforcer la lutte contre Boko Aram. Mais ceci ne trompe personne, y compris au Nigéria. Le pays est pourvu d'immenses ressources naturelles encore mal exploitées. Les multinationales américaines qui y sont installées n'ont aucune intention de se laisser évincer par leurs homologues chinoises. Boko Aram, que certains soupçonnent d'être une créature de la CIA, ne sera qu'un prétexte. La présence officielle de l'AFRICO sera par ailleurs utile pour contrebalancer les interventions dans la région du Tchad, du Niger et du Mali, dont la proximité avec la France n'est appréciée que du bout des lèvres.

Si la Russie et la Chine déployaient de tels activismes, que n'entendrait-on?

30/05/2015


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire