Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Trump menacé d'un coup d'Etat

Nombreux étaient ceux qui attendaient du pouvoir à Washington qu'il ne laisse pas longtemps Donald Trump annoncer tranquillement sa volonté de rechercher une détente avec la Russie. Certains dont nous étions nous-mêmes, évoquaient la possibilité que Trump soit purement et simplement assassiné par les services secrets américains, l'Intelligence Community, ceci sous un prétexte évitant de mettre l'assassinat en évidence...par exemple un simple accident de la route.
Nous nous demandions en conséquence comment quelqu'un comme Trump, même poussé par une confiance en lui gigantesque, avait accepté de courir ce risque, au lieu de continuer à pratiquer tranquillement son business. Il fallait qu'il ait été, en tant que personnalité politique,  créé et mis en scène par une partie de plus en plus influente de l'establishment, ceux qui attendent plus de profit d'un rapprochement avec Moscou que d'une préparation à la guerre.

Certes, cette préparation a permis à certains de faire des bénéfices considérables, tel le trillion et plus de dollars payés par le Pentagone pour financer le programme du Joint Strike Fighter F 35 – lequel d'ailleurs après 15 ans n'est toujours pas opérationnel – ce qui a donné donné à Trump l'occasion d'un tweet vengeur. Mais d'autres intérêts au sein de l'Etat Profond américain ont sans doute estimé que les discours pro-russes et anti-chinois de Trump leur ouvraient plus de perspectives de profit que le financement de l'Otan et celui des nombreuses bases américaines encerclant la Russie.

L'avertissement de Poutine

Il est donc possible de penser que Trump, soutenu par son propre lobby militaro-industriel, ne craigne pas de coup d'Etat contre lui, et a fortiori un assassinat. Mais si l'on en croit les récentes déclarations de Vladimir Poutine à la presse, le président russe ne partage pas cet optimisme. Il a fait hier la surprise en déclarant, lors d'une conférence de presse commune avec le président Moldave, que des opposants américains à Trump pourrait organiser, à l'exemple de ce qu'ils avaient ont fait à Kiev avec Maidan, un coup d'Etat visant à destituer le nouveau et légitime président qu'est désormais Donald Trump.  Cf http://en.kremlin.ru/events/president/news/53744

« What are we seeing in the United States? We are seeing the continuation of an acute internal political struggle despite the fact that the presidential election is over and it ended in Mr Trump's convincing victory. Nevertheless, in my opinion, several goals are being set in this struggle. Maybe there are more, but some of them are perfectly obvious.

The first is to undermine the legitimacy of the US president-elect. By the way, in this regard, I would like to point out that whether deliberately or not, these people are causing enormous damage to US interests. Simply enormous. The impression is that, after a practice run in Kiev, they are now ready to organise a Maidan in Washington to prevent Trump from taking office. ».

On peut s'étonner de voir qu'un dirigeant russe aussi prudent que Vladimir Poutine, et toujours soucieux de ne pas interférer, au moins ouvertement, dans les affaires d'autres Etats, qu'il s'agisse des Etats Unis ou des membres de l'Union européenne, prenne un tel risque. Peut-être dispose-t-il d'informations fournies pas ses propres services secrets. Mais il suffit d'écouter les déclarations absolument anti-constitutionnelles de Samantha Powers et de John Kerry, prévoyant et sans doute encourageant la destitution de Trump, sous le regard approbateur de Barack Obama, pour comprendre que les menaces de l'establishment contre le nouveau président sont plus que sérieuses.

Il est évident que Poutine attend de Trump différentes décisions pouvant servir les intérêts communs de la Russie et des Etats-Unis. Mais pour prendre le risque d'une interférence manifeste dans la vie américaine, il faut qu'il sache que les risques courus par Trump ne sont pas de la littérature. Les prochaines semaines, sinon les prochains jours, verront peut-être se produire des évènements de première grandeur.

18/01/2017


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire