Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Suggestions pour des mesures sérieuses contre les dangers qui menacent l'Europe

Nous reprenons ici, avec son accord, diverses suggestions formulées par Joseph Leddet, dans le n° 171 de la Gazette des changes et de son supplément, dont il est éditeur. Peut-on espérer que les idées qu'il y expose seraient, ne fut-ce qu'un tant soit peu, partagées par les milieux financiers et boursiers français qu'il fréquente quotidiennement

Dans notre dernière parution, nous nous posions la question de savoir si l'idée d'Europe avait encore un sens ; alors que, malgré les rebondissements du vaudeville grec, l'euro reste assez stable face au dollar, ce sont les deux grandes devises insulaires, sterling et yen, qui tirent leur épingle du jeu en ces temps troublés de la crise grecque.

La non-reconduction ce 30 juin d'un prêt du FMI (pour 1.6 milliard €) et le référendum organisé par Athènes dimanche prochain sur les mesures d'austérité exigées par Bruxelles, laissent clairement apparaître que la réponse à la question est «non» : il n'y a plus aujourd'hui d'idée d'Europe, plus d'esprit européen, pour autant qu'il ait pu exister à la signature du Traité de Rome ; l'Union européenne est dirigée par des nains politiques méchants et limités, de médiocres petits personnages dont les leaders allemands et français sont les chefs de file.

Sous l'influence de Washington (on se demande bien ce que le FMI vient faire dans l'histoire...), on refuse à l'État grec de lui renouveler un misérable prêt de 1.6 milliard €, à cette Grèce qui est la mère de la démocratie et de toutes les grandes valeurs européennes. Rappelons ici pour mémoire qu'en octobre 2011, l'État français a accordé sans barguigner une garantie de 90 milliards € à Dexia, la banque des «prêts toxiques» aux collectivités locales ! Deux poids,deux mesures...

L'ignoble chantage financier fait au peuple grec par ce groupuscule de petits comptables arrogants, asservis au secteur bancaire et financier international, est aussi pitoyable que révoltant.

Joseph Leddet. 

J

NOTE DE COMMENTAIRE (Complément à « La Gazette » n°371)

Relations Europe/Etats-Unis: US go home!

La choquante révélation, par l'organisation WikiLeaks de Julian Assange, des écoutes systématiques perpétrées par la NSA à l'encontre des hauts dirigeants européens, présidents et ministres, ainsi que de tous les patrons des grandes entreprises continentales, a donné lieu à des réactions faussement indignées de la part de nos politiciens néo-vichyssois: que n'aurait-on entendu a contrario si ces écoutes étaient venues de la Russie de Vladimir Poutine? C'était là assurément un motif sérieux de déclaration de guerre ...

Les caniches pro-américains qui sont à la tête des pays de l'Union européenne n'ont vraiment aucun amour-propre, aucune dignité, aucun respect de leur fonction. En tout état de cause, s'ils avaient une vision haute de l'avenir de l'Europe, ils prendraient, au vu de ces révélations scandaleuses, deux mesures fortes: d'une part annulation immédiate des négociations pour le Traité commercial transatlantique (TAFTA ou TTIP), qui va introduire en Europe les multinationales américaines exactement comme le loup dans la bergerie; d'autre part retrait sans délai des pays de l'UE de l'OTAN et évacuation immédiate des 50 bases militaires américaines qui colonisent notre territoire collectif, ainsi que des autres 50 bases de l'OTAN, faux-nez à peine grimé des bases US cousines.

En contrepartie, un rapprochement avec la Russie de Vladimir Poutine, le seul homme d'Etat ayant une vraie vision de l'Europe, serait à mettre en oeuvre dans la foulée, pour instaurer les bases de la grande Europe, à terme première puissance économique, diplomatique et militaire mondiale. US go home! Avec de bons amis comme vous, nous n'avons plus besoin d'ennemis....

Eradication de l'Etat Islamique: pour une solution militaire radicale...

Les Etats-Unis, en limitant la lutte contre les troupes islamistes de Daech à des frappes aériennes ciblées, savent parfaitement qu'une telle stratégie ne viendra jamais à bout de bataillons prompts à se camoufler ou à se déplacer d'un point à un autre d'un espace illimité; en fait, cela les arrange, car ils ont besoin d'un ennemi méchant et permanent pour entretenir leur considérable industrie d'armement.

En pratique, les soldats de l'Etat Islamique, puissamment armés grâce au pillage des arsenaux irakiens et libyens, ainsi qu'à la récupération de l'armement fourni par la France aux "rebelles modérés" syriens, ces soldats encadrés par des militaires de carrière irakiens et syriens, ne sont certes pas des enfants de chœur; mais, d'après les stratèges occidentaux spécialistes de la guerre du désert, il suffirait d'une coalition de 15 0000 hommes bien entraînés et armés pour en venir à bout. Pourquoi alors n'organise-t-on pas , par exemple via une alliance franco-britannique assistée par des commandos russes, une force européenne de choc, qui s'occuperait en quelques semaines de réduire tous ces "fous d'Allah" (qui sont en fait manipulés par des généraux pragmatiques et cyniques, avant tout motivés par la conquête de territoires, d'argent et de pouvoir, mais qui avancent sous le masque grossier d'un islam barbare et conquérant)?

Prévention du terrorisme en France: pour une rétribution généreuse des indicateurs...

Compte tenu de la dégradation de la situation au Proche et au Moyen-Orient, ainsi que sur tout le continent africain, du fait de l'expansion à marche forcée de l'islamisme radical, de nombreux retours de flamme risquent de se produire, en France comme ailleurs en Europe, du fait d'individus convertis au djihadisme, originaires ou non de pays musulmans, et titulaires ou non de la nationalité française ou européenne. Sur le territoire de l'UE, ces individus doivent bien avoisiner au total la centaine de milliers, et il est impossible, pour des raisons de moyens, de mettre un policier derrière chacun d'entre eux, même s'ils ont tous été identifiés.

Dans ces conditions, une solution à la fois simple et efficace s'impose: offrir aux personnes ayant vent de projets terroristes de la part de leur entourage une somme conséquente d'argent en liquide, attribuée de manière anonyme, en contrepartie d'informations fournies à la police; ces sommes, échelonnées entre 5000 et 100 000 €, en fonction de l'importance des projets déjoués, constitueraient une motivation très sérieuse pour que certains "amis" desterroristes en puissance se rapprochent des services de renseignement, pour leur faire part de leurs soupçons, voire de leurs certitudes, à propos de tel ou tel projet d'attentat. Daech et ses semblables recrutent leurs mandataires principalement grâce à l'argent; utilisons donc la même arme pour les combattre; c'est là une arme autrement plus efficace que les écoutes de style NSA ou la nouvelle loi française sur le renseignement...

Joseph Leddet

01/07/2015


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire