Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le retard russe dans le spatial

Le dernier accident ayant frappé le lanceur lourd russe Proton, entrainant la perte d'un satellite mexicain, n'était que le plus spectaculaire d'une suite de dysfonctionnements, dont l'un en 1988 et l'autre en 2014.

En conséquence, le vice premier ministre russe Dmitry Rogozin, en charge des secteurs de la défense et du spatial, a engagé un audit se voulant approfondi du Centre spatial Krunichev, qui produit les Protons. Il a dénoncé des cadres « moralement défaillants », autrement dit corrompus et un personnel incroyablement sous-payés. Des documents falsifiés ont entrainé des pertes de 160 millions d'euros.

Les audits précédents n'avaient fourni aucune justification concernant ces échecs. Khrunichev emploie 13 fois plus de personnel que la firme américaine analogue Orbital Sciences. Pour Rogozin, l'industrie spatiale américaine est 9 fois plus efficace que son homologue russe.Sans attendre, il a présenté à la Douma des projets de réforme dont les budgets devront être ultérieurement approuvés par Vladimir Poutine. Parmi ces projets figure un important recours aux processus numérisés. La conception et la fabrication en seraient restées, a-t-il dit, au 20e siècle

Dans la même démarche, il a proposé que l'agence spatiale russe Roscosmos soit transformée en entreprise d'Etat et voit les salaires de son encadrement augmentés. Il nous est difficile de dire si ce changement de statut, sur le modèle de l'agence Rosatom, augmentera son efficacité.

Dans l'immédiat cependant, nous pouvons constater que si beaucoup de produits de l'industrie spatiale russe sont suffisamment efficaces pour participer, notamment, à des programmes de l'ESA, l'ensemble manifeste des retards hérités de la période Eltsine. Ceci, dans le domaine spatial comme dans celui de l'armement.. Cet état de choses doit nécessairement limiter pour le moment les ambitions de Vladimir Poutine. Non seulement pour atteindre l'efficacité du spatial américain et européen, mais pour coopérer avec la Chine et l'Inde, engagées au sein du Brics dans d'ambitieux projets visant la mise en place de stations spatiales habitées, le retour sur la Lune et l'exploration de Mars.

Le problème majeur à prendre en considération pour améliorer les performances du secteur spatial russe, comme d'ailleurs de son secteur militaire, est qu'il faut plusieurs mois, sinon plusieurs années, pour mettre en place, au delà des budgets, des ressources humaines aux performances professionnelles et morales totalement renouvelées.

NB.

J'ajoute une question. Que faisait jusqu'ici Rogozin? Il dormait? Avec des vice-présidents de ce modèle, Poutine n'est pas secondé

Pour en savoir plus

* Wikipedia. Proton
http://fr.wikipedia.org/wiki/Proton_%28fus%C3%A9e%29

* Sputnik.fr. Crash de la fusée Proton. A qui la faute?
http://fr.sputniknews.com/presse/20150518/1016118545.html


20/05/2015


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire