Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Double jeu américain

Thierry Meyssan, qui pour beaucoup est le diable, mais pour d'autres un consultant politique généralement bien informé - d'autant mieux informé qu'il refuse de s'informer exclusivement auprès des sources mainstream américano-américaines, confirme dans un article publié par le Réseau Voltaire ce que beaucoup soupçonnaient sans en avoir de preuves précises.


Les Etats-Unis, qui se considèrent plus que jamais en guerre contre la Russie, et plus récemment en guerre contra la Chine, s'efforcent d'utiliser les djihadistes présents dans certaines parties de la Russie et de la Chine pour déstabiliser ces deux pays, en les engageant dans des guerres civiles internes épuisantes.

Concernant la Russie, la manoeuvre avait été entreprise en appuyant les indépendantistes musulmans tchétchènes, qui avaient multiplié les attentats au coeur de la Russie. Vladimir Poutine ayant rétabli la situation, ce sont maintenant d'autres foyers de guerre civile couvant dans les républiques à forte composante musulmane composant la ceinture occidentale de la Russie, que Washington s'efforce d'allumer.

Concernant la Chine, ce sont les minorités indépendantiste ouïghours, sunnites et turcophones, que l'Amérique s'efforce de dresser contre Pékin. Il ne s'agit pas de populations aussi nombreuses que le milliard et plus constituant l'Empire du Milieu, mais les instrumentaliser pour en faire des éléments insurrectionnels permanents, n'hésitant pas là encore à recourir à des attentats sanglants, ne peut que gêner le gouvernement central. Non seulement en l'obligeant à dépenser des moyens de protection qui auraient mieux à faire dans les circuits économiques, mais en le faisant passer aux yeux de l'opinion internationale comme imposant au peuple une dictature tyrannique.

Dans les deux cas, Washington ne se met pas directement en avant. Il agit en finançant des combattants rattachés à la mouvance du prétendu Califat islamique, qui sont et seront envoyées dans les régions sensibles de la Russie et de la Chine pour y prêcher la guerre sainte. C'est de cette façon d'ailleurs, mais plus discrètement, que les services secrets américains et leurs alliés les Etats pétroliers du Golfe s'efforcent de déstabiliser les Etats européens, en suscitant notamment dans la jeunesse des volontaires qui iront se former dans les conflits au Moyen Orient et reviendront en Europe détruire de l'intérieur la civilisation européenne.

Pour recruter ces combattants, il n'hésite pas à faire intervenir les mêmes prétendus Califes à qui Obama avait officiellement déclaré la guerre le 15 septembre, et qu'il est censé combattre. Ses bombardements ne compromettent pas vraiment la puissance économique acquise par les Califes, les années précédentes, par l'entremise de l'Amérique et de l'Arabie Saoudite. Il s'agissait alors de leur donner les moyens de subvertir les Etats et organisations de la région refusant de se mettre au service des intérêts américains, Syrie de Bashar al Assad, Iran et Hezbollah .

Si l'Europe récupérait un minimum d'autonomie diplomatique, elle comprendrait que ses intérêts, tant d'une façon générale que dans la lutte contre les djihadistes, lui commandent de conjuguer ses forces avec celles de la Russie et le cas échéant, de la Chine. Ainsi pourrait commencer à se concrétiser l'axe euroBRICS qui serait en cas de succès, un nouveau pôle extrêmement puissant en fonction duquel pourraient se réorganiser les grands équilibres du monde. Mais dans l'état actuel d'atlantisation de l'Europe, ceci malheureusement ne se produira pas.

Voir: Qui compose l'« Émirat islamique » ? par Thierry Meyssan
http://www.voltairenet.org/article185337.html


27/09/2014


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire