Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La WW2 Military Parade à Pékin

A un moment où les difficultés boursières actuelles de la Chine pouvaient laisser penser que celle-ci mettrait un peu de sourdine dans ses ambitions à se positionner au plan diplomatique comme une très grande puissance, la Parade militaire prévue les 2 à 4 septembre à Pékin pour célébrer la fin de la guerre avec le Japon donne l'occasion de s'affirmer à tous les Etats désireux de rejoindre la Chine dans son refus d'un monde unipolaire régi par les Etats-Unis.
Seront aux premiers rangs comme il se doit les chefs d'Etat voisins et alliés de la Chine, Vladimir Poutine d'abord, consolidant ainsi l'alliance russo-chinoise au sein du Brics, le président sud coréen Park Geun-hye, le président du Pakistan Mamnoon Hussain, le présieent du Viet-Nam Truong Tan Sang, le Roi du Cambodge Truong Tan Sang. Parmi les autres présents seront les chefs d'Etat de l 'Organisation de Coopération de Shanghai, ainsi que leurs homologues provenant de plus d'une moitié des Etats membres de l'ASEAN. La Corée du Nord ne sera pas représentée, sauf par le secrétaire de la Confédération des Travailleurs. Le Japon s'est abstenu volontairement. Plus bizarrement l'Inde, aux dernière nouvelles, ne sera pas là non plus.

Les Etats-Unis, qui considèrent la Chine comme un « 2e ennemi héréditaire », ne seront évidemment pas représentés. Mais assez scandaleusement, sous les pressions américaines, les Etats de l'Union européenne ne participeront que par l'intermédiaire de ministres subalternes. La Grande Bretagne, l'Allemagne et la France avaient pourtant précédemment bravé les interdits de Washington et demandé à être membres de la Banque asiatique d'investissement (AIIB) que vient de mettre en place la Chine. Comme quoi les intérêts économiques et les sympathies diplomatiques ne se recoupent pas.

L'absence de la France à un niveau convenable sera particulièrement critiquable et dommageable vu les efforts actuellement menés par les deux pays pour se définir des intérêts stratégiques commune en dehors de la sphère d'influence américaine.

30/08/2015


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire