Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'Europe doit refuser le chantage à l'enfant noyé

Tout se passe désormais comme si l'Europe était en butte à une offensive massive visant à détruire sa civilisation et s'emparer de ses ressources.
D'où viendrait cette offensive? Certainement de ce qu'il faut bien appeler une offensive islamiste organisée. Celle-ci prend différentes formes, toutes ne relèvent pas des mêmes forces politiques, mais elles se conjuguent pour imposer à l'Europe ce que l'on appellera pour simplifier la Charia.

Pour ceci, provoquer l'invasion de l'Europe par des dizaines de millions de musulmans prèts à se transformer en djihadistes représente le moyen idéal. Pour ces djihadistes, comme ils le montrent déjà dans les territoires conquis par l'Etat islamique, l'objectif sera simple: convertir à un islam rétrograde tout ceux qui se rattachent à d'autres religions ou à l'athéisme – tuer tous ceux qui refuseraient de se convertir.

Pour provoquer cette invasion, il faut chasser par la terreur des millions de ressortissants d'Etats musulmans du Moyen-Orient et de l'Afrique. Ces populations, présentés comme des réfugiés par la mauvaise conscience européenne, se transformeront rapidement, une fois installées en Europe, en arme de destrution massive de ce continent.

Ce que doit faire l'Europe pour survivre

Dans l'immédiat, elle doit refuser le chantage à l'émotion. Réfugiés ou migrants, ces gens doivent être considérés comme les agents conscients ou inconscients de l'offensive islamiste. Il faut donc d'urgence les bloquer, femmes et enfants compris, aux frontières de l'Europe, terrestres et maritimes, au besoin militairement. Sinon, les flux ne cesseront pas de s'accroitre indéfiniment, venant du Moyen Orient comme de l'Afrique, réservoir inépuisable. C'est ce qu'a tenté de faire la Hongrie, dans l'opprobre générale. Il faut au contraire impérativement généraliser à toute l'Europe les mesures qu'a tenté d'appliquer Victor Orban

Dans l'immédiat également, sur un tout autre plan, il faut refuser le chantage à l'humanitaire dont sait très bien jouer l'offensive islamiste. Pourquoi l'Europe devrait-elle se sentir coupable de ne pas recevoir ces millions de migrants, alors que les riches Etats musulmans voisins n'en acceptent pas un seul, coreligionnaires ou pas? Pourquoi se sentir coupables des violences subies par ces réfugiés de la part de l'Etat islamique?

Dans un second temps et le plus vite possible, les pays européens doivent constituer une force militaire commune qui ira porter l'offensive sur les territoires mêmes de l'Etat islamique. L'entreprise sera couteuse et périlleuse à tous égards y compris en termes humains. Mais une Europe désormais en guerre devra en courir les risques.

Ce faisant, elle ne devra pas renouveler les forfaitures de l'intervention militaire américaine au Moyen Orient, dont le seul but était de mettre la main sur les richesses pétrolières de ces pays, accessoirement d'y mener la guerre contre la Russie. L'intervention militaire européenne devra rester strictement militaire, visant exclusivement l'Etat islamique, sous ses diverses formes. 1)

Dans cette démarche, l'Europe devra coopérer militairement et diplomatiquement avec la Russie, qui comme elle se défend contre l'invasion djihadistes à ses propres frontières. Un soutien conjoint à la Syrie de Bashar el Assad s'impose en priorité, tout « dictateur sanguinaire » que soit ce dernier. Ceux qui décapitent et violent à tour de bras les populations syriennes vivant dans les zones conquises par l'Etat islamique ne le sont-ils pas plus encore? Une coopération avec Israël et l'Iran, qui malgré leurs divergences, sont comme l'Europe et la Russie menacés par l'Etat islamique, s'imposera également

Après avoir reconquis militairement les territoires actuellement conquis par l'Etat islamique, en coopération avec les gouvernements intéressés, l'Europe pourra et devra contribuer à y réinstaller les millions d'autochtones qui les avaient fui. Une aide économique à cette réinstallation sera alors tout à fait légitime.

Certains en France et en Europe commencent à tenir ce discours 2). L'opinion y sera de plus en plus sensible. C'est pourquoi nous pensons qu'il faut impérativement refuser ce qu'il faut bien appeler le chantage à l'enfant mort, très habilement utilisés par ceux qui veulent la destruction de l'Europe. Les ennemis de l'Europe savent très bien utiliser, avec l'aide des médias, les sensibilités des Européens pour augmenter leur mauvaise conscience (mauvaise conscience de quoi en l'espèce) et l'obliger à ouvrir ses frontières encore plus largement à l'offensive islamique. Un enfant noyé (noyé par la faute de qui d'ailleurs  ? ) se révèle un excellent argument pour propager la « soumission ».

Notes

1) Il va sans dire que dans cette démarche, l'Europe devra refuser de s'allier aux prétendues coalitions anti-daesh montées par les Etats-Unis avec la coopération de la Turquie.

2) Pour le moment en France, seul le Front National comme le rappelait Louis Alliot sur France Inter le 5 septembre, propose les objectifs que nous résumons ci-dessous. C'est regrettable pour tous ceux qui ne partagent pas ses autres options politiques, mais c'est un fait. S'il reste seul à le faire, il en recueillera sans doute massivement les fruits aux prochaines élections.


05/09/2015


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire