Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

La France et le Qatar: Aux abonnés absents ?

Même si, comme nous ici, on peut n'éprouver que peu de sympathie pour le Qatar, société sunnite ultra-conservatrice enrichie non par ses mérites mais par les ressources gazières considérables dont elle dispose, qui par ailleurs n'a jamais hésité à financer le terrorisme de l'Etat islamique si celui-ci servait ses intérêts, nous devons bien reconnaître que les évènements des derniers jours peuvent conduire à revoir le Qatar d'un tout autre oeil.
C'est ce que d'ailleurs n'ont pas tardé à faire l'Iran, la Turquie et la Russie. Dès que la coalition entre l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn (sans mentionner l'Egypte, mais que vient-elle faire dans cette galère, ) a annoncé vouloir isoler radicalement le petit Emirat du reste du monde, elles ont commencé à apporter de l'aide au Qatar, y compris dans l'immédiat en matière de ravitaillement. Elles ont par ailleurs laissé entendre que toute opération militaire de la coalition saoudienne contre le Qatar entrainerait des « réponses appropriées ».

Riyad, avec le courage qui le caractérise, n'a pas osé encore engager de moyens militaires contre le Qatar. Il vient par contre de formuler 13 exigences à satisfaire par Doha, dans un délai de 10 jours (en voir la liste en annexe). Il est clair que si le Qatar acceptait ce véritable ultimatum, il serait rapidement rayé de la carte du Moyen-Orient.

Il ne semble pas qu'il en ait l'intention, comptant sur l'appui de ses puissants partenaires. Par ailleurs, on ne sait pas clairement à ce jour que sera l'attitude de Donald Trump. Il n'avait jamais manifesté de grandes affinités pour l'Arabie saoudite, sauf récemment. Mais dans sa guerre absurde contre l'Iran, il est possible qu'il se rallie à la coalition anti-Qatar, compte tenu du fait que celle-ci deviendra de facto une coalition anti-Iran.

Bornons-nous à ce jour à constater l'étonnant silence officiel de la France. Compte tenu des importants investissements qataris en France, encouragé par les gouvernements successifs, (voir un état qu'il conviendrait d'ailleurs de mettre à jour http://www.francetvinfo.fr/france/qatar-quel-est-le-poids-des-investissements-du-pays-en-france_1512483.html ) on ne comprendrait pas qu'Emmanuel Macron, qui prétend être sur tous les fronts, n'intervienne pas au secours du Qatar et des entreprises françaises dans lesquels celui-ci a pris des participations.

Annexe

Voici ce que réclament Riyad, Abou Dabi, Manama et Le Caire. Source Médiapart  25/06.

1. Le Qatar doit réduire ses relations diplomatiques avec l'Iran et fermer les missions diplomatiques iraniennes sur son territoire. Le commerce et les échanges avec l'Iran doivent respecter les sanctions américaines et internationales, de manière à ne pas menacer la sécurité du Conseil de coopération du Golfe.

2. Le Qatar doit immédiatement fermer la base que la Turquie est en train de construire sur son territoire et mettre un terme à toute coopération militaire avec la Turquie à l'intérieur de l'émirat.

3. Le Qatar doit couper les liens avec toutes les organisations terroristes, sectaires et idéologiques, en particulier avec les Frères musulmans, l'État islamique, Al-Qaïda, Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra), les Chebabs somaliens, AQMI et le Hezbollah libanais. Il doit formellement déclarer qé saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis et l'Égypte, et accepter toutes les futures mises à jour de cette liste.

4. Le Qatar doit couper tous les moyens de financement destinés à des individus, groupes et organisations qui ont été considérés comme terroristes par l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis et l'Égypte, les États-Unis et d'autres pays.

5. La Qatar doit remettre les figures du terrorisme, les fugitifs et individus recherchés, ressortissants de l'Arabie saoudite, de Bahreïn, des Émirats arabes unis et de l'Égypte à leur pays d'origine. Il doit aussi geler leurs biens et fournir toutes les informations requises sur leurs domiciles, mouvements et moyens financiers.

6. Le Qatar doit fermer Al Jazeera et ses stations affiliées.

7. Le Qatar doit cesser toute ingérence dans les affaires intérieures des États souverains, cesser d'offrir sa nationalité à des individus recherchés de nationalité saoudienne, émiratie, bahreinie ou égyptienne. Il doit retirer la citoyenneté qatarie aux personnes dont la naturalisation viole les lois de ces pays.

8. Le Qatar doit verser des réparations financières à ses voisins pour les pertes en vies humaines et les pertes financières provoquées par sa politique ces dernières années. Le montant de ces indemnités sera déterminé en coordination avec le Qatar.

9. Le Qatar doit aligner sa politique sur celle des autres pays arabes du Golfe, tout comme il doit le faire en matière économique, conformément à l'accord conclu en 2014 avec l'Arabie saoudite.

10. Le Qatar doit cesser tout contact avec l'opposition en Arabie saoudite, au royaume de Bahreïn, aux Émirats arabes unis et en Égypte. Il doit communiquer des rapports détaillant les contacts qu'il a déjà entretenus avec des groupes d'opposition dans ces pays et les soutiens qu'il leur a apportés.

11. Le Qatar doit fermer tous les organes d'information qu'il finance directement ou indirectement, y compris Arabi21, Al Araby, Al Jadeed, Mekameleen, Middle east eye, etc.

12. Le Qatar doit communiquer son accord avec ces demandes dans les 10 jours suivant la communication de cette liste.

13. Le Qatar doit accepter un audit mensuel du respect de ces obligations pendant la première année suivant son acceptation, puis un audit trimestriel la deuxième année et des audits mensuels les années suivantes.

25/06/2017


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire