Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La conférence de Minsk est-elle encore d'actualité?

Virgile Thomas avait publié il y a trois jours sur Agoravox un article très pertinent commentant la conférence de Minsk du 26/08/2014. Il a accepté que nous le reprenions sur notre site. Nous l'en remercions


On pourrait être tenté de penser, les évènements se précipitant en Ukraine, que cette conférence de Minsk n'a plus aucune actualité. Inutile donc d'en parler. Ceci serait une erreur. Hubert Védrine, ancien ministre français des Affaires étrangères, vient de rappeler ce matin sur France Inter que la négociation diplomatique s'impose plus que jamais. Face à l'escalade croissante de l'Otan dans la région (illustrée par une déclaration du général de l'Otan Nico Tak annonçant solennellement que « plus d'un millier de soldats russes combattent actuellement sur le territoire ukrainien » sans préciser le nombre des forces spéciales américaines et des mercenaires payés en dollars opérant à la frontière russo-ukrainienne), il semblerait que la Russie, tout en le niant, apporterait effectivement un certain appui aux milices russophones.

Pour Hubert Védrine, il importerait d'urgence que les Européens (en l'espèce ceux composant le triangle de Weimar, Allemagne, France et Pologne), proposent directement à Vladimir Poutine la solution recommandée depuis longtemps par ce même Védrine: une partition, ou fédéralisation) de l'Ukraine en deux composantes, l'Ukraine de l'Est tournée vers la Russie et l'Ukraine de l'ouest tournée vers l'Europe, aucune de ces deux Ukraines n'étant intégrée à l'Otan, non plus qu'à une quelconque alliance militaire eurasiatique.

Ceci pourrait faire l'objet d'une nouvelle réunion proposée par les diplomates des trois Etats européens précités, si ceux-ci prenaient un peu d'indépendance vis-à-vis de Washington. Les propos de Vladimir Poutine à Minsk, rapportés par Virgile Thomas, peuvent laisser penser qu'il serait très accessible à ces perspectives.. JPB pour le comité de rédaction
___________________________________________________________________________________________________

Ukraine : la réunion de Minsk le 26.08.2014

par Virgile Thomas http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ukraine-la-reunion-de-minsk-le-26-155954

Ainsi donc la capitale de Biélorussie a accueilli hier une réunion des dirigeants de l'Union Economique Eurasiatique (Russie, Biélorussie et Kazakhstan), de l'Union Européenne et de l'Ukraine.

Il s'agit d'une première de ce type qui devrait être suivie de plusieurs autres réunions, peut-être à des niveaux inférieurs pour chaque pays participant. Je l'espère car, sinon, si cette réunion n'est pas la première d'une série, alors, le résultat est particulièrement décevant, voire inquiétant.

Chacun des présidents a fait une déclaration liminaire. Le président biélorusse, M. Alexandre Lukashenko, l'hôte de la réunion, le président Kazakh, M. Noursoultan Nazarbaïev et Mme. Ashton on insisté sur la nécessité de faire cesser au plus vite l'effusion de sang dans le sud de l'Ukraine. C'est sans doute le seul point d'accord entre tous les participants. A condition, bien entendu de ne pas chercher à savoir comment chacun compte arriver à ce résultat.

 M. Poutine qui parlait en avant dernière position a abordé le problème des relations économiques dans la région. La position russe est qu'en signant l'accord d'association avec l'Union Européenne, l'Ukraine a renoncé à son traitement privilégié de la part de l'Union Economique Eurasiatique. Cela aura des conséquences financières négatives à la fois pour l'Ukraine et pour la Russie.

En effet les deux économies sont restées très liées après l'indépendance de 1991 dans le cadre de la Communauté des Etats Indépendants (CEI). Les liens sont très forts dans le domaine énergétique, le gaz évidemment, mais le nucléaire aussi (je rappellerai à nos lecteurs qui n'étaient pas nés lors de la catastrophe du 26 avril 1986, que la centrale de Tchernobyl se trouve en Ukraine). Les liens sont aussi très fort dans la construction aéronautique, où se sont créées des chaînes technologiques uniques (certains éléments des avions et hélicoptères russes sont fabriqués en Ukraine). Les banques russes gèrent 30% des flux financiers ukrainiens et les échanges commerciaux entre les deux pays atteignaient 50 milliards de dollars en 2013.

Après la ratification de l'accord d'association, les marchandises ukrainiennes n'entreront plus en Russie en franchise de droits, mais devront acquitter des droits de douane de 7,8%, comme les marchandises européennes.

 En ce qui concerne les pertes côté russe, M. Poutine a expliqué que selon les calculs d'économistes russes, ce nouvel état de fait pourrait coûter à la Russie jusqu'à 100 milliards de roubles (2,1 milliards d'euros). C'est une des raisons pour lesquelles la Russie se sent tellement concernée par ce qui se passe en Ukraine.

 Le président russe a poursuivi en déclarant : « La Russie est prête à reconnaître le choix souverain de n'importe quel peuple pour son développement, mais pas à nos dépens ».

Parlant le dernier, le président ukrainien, M. Poroshenko n'a pas rassuré ceux qui, comme moi, espéraient le voir faire preuve d'un peu plus de souplesse dans son approche. Après les remerciements d'usage, son discours s'adressait manifestement au seul président russe. Il s'est d'ailleurs (était-ce l'émotion) exprimé en russe alors que l'on avait prévu des traducteurs ukrainien-russe.

 Il a commencé par expliquer, en toute modestie, que « c'est le sort du monde qui ce joue ici à Minsk », et qu'il ne fallait pas, par conséquent, commencer par des accusations (pourvu qu'il ne nous parle pas, d'ici peu, de la « destinée manifeste » du peuple ukrainien).

Mais la suite était plus inquiétante pour l'avenir des discussions. Il a expliqué que le peuple ukrainien avait fait son choix, qu'il s'agissait d'un choix « pour l'Europe et la démocratie et pour un statut unitaire » (adieu la fédéralisation !). Pour faire bonne mesure, il a ensuite déclaré : « je suis persuadé que personne ne veut la guerre », oubliant que c'est tout de même son armée qui est engagée dans la guerre civile, mais n'oubliant pas d'évoquer les « terroristes » qui abattent un avion civil ou font défiler des prisonniers militaires ukrainiens dans le centre de Donetsk, demandant ensuite que l'on soutienne son plan de paix.

Mais ce plan de paix suppose la reddition des « terroristes ». La guerre civile a donc de bonnes chances de continuer. M. Poroshenko a toutefois reconnu que la situation humanitaire dans le sud de l'Ukraine était « très préoccupante ».

 Sur la base de toutes ces déclarations, la situation paraît sans issue...

Les discussions privées entre dirigeants ne semblent pas avoir non plus fait avancer la solution des problèmes. Au contraire, après une rencontre entre Mme. Ashton et M. Poroshenko, ce dernier a annoncé que pas une ligne ne serait changée à l'accord d'association signé entre l'Ukraine et l'Union Européenne.

 Les participants à la réunion nous annoncent la préparation d'une « feuille de route », expression à la mode dont journalistes et hommes politiques sont très friands, sans doute parce qu'elle peut désigner tout et n'importe quoi. On se met d'accord sur un point à atteindre en fixant un vague chemin à suivre alors que chacun est bien décidé à suivre son propre chemin. Il s'agit surtout de donner l'impression que l'on est arrivé à quelque chose quand, en réalité, on n'est arrivé à rien.

Les Etats-Unis n'étaient pas officiellement représentés à Minsk, mais, en ce qui me concerne j'y ai vu un de leurs porte-parole, M. Poroshenko. La résolution entre européens d'un problème européen n'est pas encore en marche.

29/08/2014


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire