Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/ Europe Solidaire Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/logo.gifEurope Solidairehttp://www.europesolidaire.eu/ Thu, 23 Feb 2017 12:59:27 GMT La classe des milliardaires et les peuples http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2174 2174 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20160601115856_superyacht.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><font size="2" face="Arial">Appelons milliardaires les 3% de population qui, selon des &eacute;tudes d&eacute;sormais indiscutables, d&eacute;tiennent entre 50 &agrave; 70% des ressources du monde. Il faut parler de classe, selon le terme marxiste, car ces milliardaires se sont malgr&eacute; quelques rivalit&eacute;s internes, associ&eacute;s en tous pays pour prendre le pouvoir et le conserver. La plupart sont des actionnaires et patrons de grandes entreprises, mais beaucoup sont de simples sp&eacute;culateurs formant ce que l'on nomme la finance, sans mentionner divers super-riches et &laquo;&nbsp;people&nbsp;&raquo; qui vivent de richesses accumul&eacute;es par leurs pr&eacute;d&eacute;cesseurs. <br /> <br /> Appelons peuples les 97% de population qui subissent l'exploitation impos&eacute;e par les milliardaires. Il s'agit de cat&eacute;gories tr&egrave;s diverses, salari&eacute;s, petites et moyennes entreprises industrielles, agricoles ou coop&eacute;ratives, retrait&eacute;s, ch&ocirc;meurs. On y ajoutera dans les pays pauvres, les centaines de millions de personnes qui n'ont aucun droit sauf celui de survivre au moindre cout. </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Appelons exploitation le fait que les milliardaires, ayant pris en mains tous les instruments du pouvoir politique, sont d&eacute;sormais capables de r&eacute;cup&eacute;rer &agrave; leurs profit l'ensemble des valeurs ajout&eacute;es produites par le travail des peuples, en maintenant ceux-ci dans des situations aussi proches que possible du minimum vital. Ce minimum vital est calcul&eacute; diff&eacute;remment selon les pays et les niveaux d'exploitation subis par les diff&eacute;rentes couches de travailleurs, mais en aucun cas il ne laisse aux plus favoris&eacute;s de ceux-ci les moyens d'entrer en comp&eacute;tition avec les milliardaires.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Que font les milliardaires des produits de leur exploitation? Le temps n'est plus o&ugrave; ils investissaient dans de grands chantiers productifs. Le premier emploi consiste &agrave; financer des moyens militaires pour maintenir sous leur domination ceux des peuples qui voudraient s'en affranchir. Pour le reste il s'agit de d&eacute;penses somptuaires dont ils sont les seuls &agrave; profiter. Ils utilisent par ailleurs diff&eacute;rents moyens m&eacute;diatiques pour emp&ecirc;cher les peuples de prendre conscience des in&eacute;galit&eacute;s qui leur sont impos&eacute;es. Qui s'indigne des vastes propri&eacute;t&eacute;s ou yachts de luxe que certains milliardaires n'h&eacute;sitent pas &agrave; exhiber face &agrave; des millions de ch&ocirc;meurs? </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" color="#000080" face="Arial"><strong>D&eacute;but de prise de conscience </strong></font><font size="2" face="Arial"><br /> <br /> Ce d&eacute;but de prise de conscience par les peuples de l'exploitation impos&eacute;e par les milliardaires se traduit par des r&eacute;sistances commen&ccedil;ant &agrave; s'exercer au niveau des institutions politiques. C'est le cas aux Etats-Unis o&ugrave; de nouvelles couches &eacute;lectorales se d&eacute;gagent dans la perspectives des &eacute;lections pr&eacute;sidentielles. Des millions d'&eacute;lecteurs nouveaux ont rejoint Donald Trump et Bernie Sanders, esp&eacute;rant trouver en eux des d&eacute;fenseurs de leurs int&eacute;r&ecirc;ts, compl&egrave;tement sacrifi&eacute;s par les hi&eacute;rarques tant du parti r&eacute;publicain que du parti d&eacute;mocrate. Si Trump ou Sanders les trahissent finalement, ils ne rentreront sans doute pas facilement dans le rang.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">C'est le cas en France o&ugrave; une r&eacute;sistance populaire inattendue contre une loi Travail marquant un recul consid&eacute;rable des droits des salari&eacute;s s'exprime actuellement, avec remise au premier rang de syndicats comme la CGT qui depuis des ann&eacute;es avaient paru oublier de jouer leur r&ocirc;le historique de d&eacute;fense des travailleurs. Des mouvements analogues pourront sans doute appara&icirc;tre ou s'&eacute;tendre dans les autres pays europ&eacute;ens. Ils &eacute;choueront probablement face aux r&eacute;sistances gouvernementales instrument&eacute;es par les milliardaires, mais ils laisseront cependant des traces.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">C'est aussi le cas en Russie, o&ugrave; des int&eacute;r&ecirc;ts nationaux d&eacute;nonc&eacute;s comme traditionalistes commencent &agrave; faire pression sur Vladimir Poutine pour que celui-ce combatte enfin l'influence prise par des oligarques complices de Wall Street depuis la chute de Boris Eltsine et conserv&eacute;e depuis. C'est aussi le cas en Chine. Autant que l'on puisse juger malgr&eacute; l'opacit&eacute; du r&eacute;gime, des opposants issus de couches sacrifi&eacute;es par les ambitions sp&eacute;culatives des nouveaux milliardaires chinois commencent &agrave; s'exprimer.<br /> ____________________________________________________________________________<br /> </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Bien &eacute;videmment, partout dans le monde, les divers m&eacute;dias financ&eacute;s par la classe des milliardaires font silence sur ces r&eacute;sistances ou tentent de les diffamer. Mais l'&eacute;cho donn&eacute; aux luttes par la mondialisation des r&eacute;seaux num&eacute;riques commence &agrave; se faire sentir, malgr&eacute; la r&eacute;sistance des porte-voix officiels. C'est ainsi que le seul fait de parler d'une classe des milliardaires, comme les premiers marxistes en leur temps avaient parl&eacute; d'une classe des prol&eacute;taires oppos&eacute;e &agrave; celle des poss&eacute;dants, est gros de cons&eacute;quences politiques. Les super-riches et super-dominants, qui jusqu'ici se rendaient invisibles gr&acirc;ce aux diff&eacute;rents visages qu'ils affichaient, apparaitront comme ce qu'ils sont: une pieuvre organis&eacute;e pour dominer le monde.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Ce qu'ils ne disent pas est que vraisemblablement leurs abus de toutes sortes pourraient entrainer en 50 ans la disparition de l'humanit&eacute; toute enti&egrave;re. </font></p> <font size="2" face="Arial"><strong><br /> Notes</strong><br /> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">1) Aux Etats-Unis, la peur qu'inspire aux dominants la CGT fran&ccedil;aise commence &agrave; se traduire dans les m&eacute;dias. Ainsi le site Zerohedge, qui se pr&eacute;sente&nbsp; comme anti-syst&egrave;me, vient de publier un article v&eacute;ritablement ignoble sur les mouvements de gr&egrave;ve en France. Notons cependant que pour Philippe Grasset, excellent connaisseur des m&eacute;dias anti-syst&egrave;me am&eacute;ricains, cet article peut s'expliquer compte-tenu de consid&eacute;rations propres aux diverses vari&eacute;t&eacute;s d'anti-syst&egrave;mes aux USA <br /> <a href="http://www.zerohedge.com/news/2016-05-30/only-francethe-right-disconnect?page=1" target="_blank">http://www.zerohedge.com/news/2016-05-30/only-francethe-right-disconnect?page=1</a></font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">2) Sur les Etats-Unis mais surtout la Russie, voir Philippe Grasset: <a href="http://www.dedefensa.org/article/le-grand-retournement">http://www.dedefensa.org/article/le-grand-retournement</a></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">3) Sur la Chine, voir un article &eacute;manant certes d'un organe de Hong Kong mais qui semble bien inform&eacute;:<br /> <a href="http://www.scmp.com/comment/insight-opinion/article/1919092/dont-listen-ruling-elite-world-economy-real-trouble">http://www.scmp.com/comment/insight-opinion/article/1919092/dont-listen-ruling-elite- rld-economy-real-trouble</a></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">4) Nous lisons, peu apr&egrave;s avoir publi&eacute; le texte ci-dessus, un article du World Socialist Web Site qui dit &agrave; peu pr&egrave;s la m&ecirc;me chose: &quot;Le retour d'un grand r&eacute;cit&quot; (celui de la lutte des classes). Comme quoi les bons esprits se rencontrent. </font><br /> <a href="http://www.wsws.org/en/articles/2016/06/01/pers-j01.html">http://www.wsws.org/en/articles/2016/06/01/pers-j01.html</a></p> Tue, 31 May 2016 23:00:00 GMT Accord sur les migrants. Naïveté ou mensonge? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2093 2093 <br /><font size="2" face="Arial">Les dirigeants europ&eacute;ens ont toutefois d&eacute;cid&eacute; de repousser la formalisation d&rsquo;un v&eacute;ritable accord aux 17 et 18&nbsp;mars, lors d&rsquo;un nouveau conseil &laquo;&nbsp;sp&eacute;cial migrants&nbsp;&raquo;.Tout laisse penser qu'ilss ne reviendront pas alors sur les termes de l'accord. </font> <p><font size="2" face="Arial">La chanceli&egrave;re allemande et le premier ministre turc, avec la b&eacute;n&eacute;diction de la Commission, ont propos&eacute; de renvoyer massivement des Syriens d&eacute;j&agrave; pr&eacute;sents dans les &icirc;les grecques, y compris certains d'entre eux qui y auraient d&eacute;j&agrave; d&eacute;pos&eacute; une demande d&rsquo;asile, vers la Turquie. Puis, sur la base &laquo;&nbsp;d&rsquo;un Syrien admis pour un Syrien expuls&eacute;&nbsp;&raquo;, d&rsquo;acheminer ceux qui sont dans des camps en Turquie directement vers l&rsquo;Europe, selon une proc&eacute;dure contr&ocirc;l&eacute;e, copilot&eacute;e par les Nations Unies.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">L'ensemble des associations humanitaires s'est &eacute;lev&eacute; contre ces mesures, qualifi&eacute;es de d&eacute;portation. Apparemment, elles se trouveront bien, pour des raisons qui sont sans doute plus politiques qu'humanitaires, d'une arriv&eacute;e en Europe, g&eacute;n&eacute;ralement via la Turquie, de migrants &eacute;conomiques provenant de pays n'ayant rien de particuli&egrave;rement dictatorial. Quant aux r&eacute;fugi&eacute;s politiques, il sera impossible pratiquement de les distinguer non seulement de migrants &eacute;conomiques mais aussi de candidats terroristes infiltr&eacute;s par Daesh. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Ce qui surprend davantage est l'affirmation par Berlin et Ankara, confort&eacute;e par Bruxelles, du fait qu'il sera possible, &agrave; la suite de l'accord, de demander &agrave; la Turquie de reprendre <em><span style="font-style: normal">les migrants et les r&eacute;fugi&eacute;s arriv&eacute;s en Gr&egrave;ce et de les r&eacute;installer chez elle. Les Syriens en situation irr&eacute;guli&egrave;re, jusqu'ici tol&eacute;r&eacute;s sinon invit&eacute;s en Allemagne, seront aussi r&eacute;admis en Turquie. Par ailleurs, on voit mal comment acheminer vers l'Europe , sur la base &laquo;&nbsp;d&rsquo;un Syrien admis pour un Syrien expuls&eacute;&nbsp;&raquo;, les Syriens dot&eacute;s du statut de r&eacute;fugi&eacute; politique et actuellement dans des camps en Turquie.</span></em></font></p> <p><font size="2" face="Arial"><em><span style="font-style: normal"><strong><font color="#000080">R&eacute;solutions inapplicables</font></strong><br /> </span></em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><em><span style="font-style: normal">Toutes ces r&eacute;solutions, qui satisfont peut-&ecirc;tre les gouvernements et les opinions, seront en pratique totalement inapplicable. Ceci pour plusieurs raisons:<br /> <br /> - Les entr&eacute;es massives par la mer se poursuivront. Ni Frontex ni l'Otan n'ont re&ccedil;u mandat pour repousser manu militari, et moins encore d&eacute;truire, les bateaux de migrants. Or sinon comment les garde-c&ocirc;tes turcs, &agrave; </span></em><span style="font-style: normal">supposer qu'ils le veuillent</span><em><span style="font-style: normal"><em>, </em>et les quelques navires europ&eacute;ens, pourront-ils, sur des centaines de kil<em>o</em>m&egrave;tres de c&ocirc;tes d&eacute;coup&eacute;es, arr<em>&ecirc;</em>ter des embarcations de migrants qui chaque nuit, s'&eacute;l<em>a</em>ncent par dizaines &agrave; l'assaut de la Gr&egrave;ce?</span></em><span style="font-style: normal"> Quant aux d&eacute;parts </span><em><span style="font-style: normal">de Libye, ils ne cesseront pas, bien au contraire. On peut sur les images des sauvetages observer l&rsquo;utilisation de pneumatiques flambants neufs et de bateaux en bois qui, manifestement, ont &eacute;t&eacute; r&eacute;cemment construits. D&rsquo;o&ugrave; proviennent-ils&nbsp;? <br /> <br /> Les&nbsp;renseignements militaires et les services douaniers europ&eacute;ens ont fini par comprendre comment les passeurs libyens disposaient d&rsquo;une r&eacute;serve de moyens nautiques pour ainsi dire in&eacute;puisable. Concernant les pneumatiques et les moteurs, les tra</span></em><span style="font-style: normal">fiquants semblent se fournir aupr&egrave;s de plusieurs r&eacute;seaux tr&egrave;s vraisemblablement asiatiques et plus particuli&egrave;rement chinois. Des conteneurs venus d'Asie utilisent le transport maritime international pour &ecirc;tre d&eacute;barqu&eacute;s, notamment au port libyen de Misrata. Inutile de pr&eacute;ciser que la fabrication en grande s&eacute;rie et &agrave; bas co&ucirc;t de pneumatiques de qualit&eacute; extr&ecirc;mement m&eacute;diocre par des&nbsp;fournisseurs asiatiques permet aux passeurs d'acqu&eacute;rir &agrave; tr&egrave;s bon march&eacute;s des embarcations que les prix extorqu&eacute;s aux migrants permettront vite de r&eacute;cup&eacute;rer.</span></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><span style="font-style: normal">Les trafiquants disposent &eacute;galement de bateaux en bois. Dans ce cas, la mati&egrave;re premi&egrave;re utilis&eacute;e pour les construire proviendrait au moins en partie d&rsquo;Europe du nord. &nbsp;Les r&eacute;seaux criminels se fourniraient ainsi en&nbsp;Scandinavie et dans&nbsp;certains autres pays riverains de la Baltique, sous couvert de pseudos besoins, par exemple la construction de maisons. Dans ce cas, le bois transite lui&nbsp;aussi, &agrave; l&rsquo;instar des gonflables&nbsp;produits en grande quantit&eacute; en Asie, gr&acirc;ce au&nbsp;transport maritime r&eacute;gulier. La Finlande, la Su&egrave;de et la Norv&egrave;ge, grands producteurs de bois en Europe du nord, ne peuvent pas ignorer ce trafic.</span></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><span style="font-style: normal">Les entr&eacute;es par les routes terrestres se poursuivront aussi, malgr&eacute; les fronti&egrave;res de barbel&eacute;s mises en place. Celles-ci ne r&eacute;sistent pas &agrave; une foule d&eacute;termin&eacute;e. Certains gardes fronti&egrave;res, en Mac&eacute;doine, ont &eacute;t&eacute; accus&eacute;s d'avoir fait &eacute;pisodiquement usage d'armes &agrave; feu. Mais comment pourraient-ils faire autrement, sauf &agrave; laisser passivement passer les foules, comme cela se produit partout ailleurs?<br /> <br /> - Evoquons un autre probl&egrave;me. Comment esp&eacute;rer contr&ocirc;ler les titres de centaines de milliers de migrants, sans papiers, dot&eacute;s de papiers illisibles ou munis de faux-papiers fabriqu&eacute;s par milliers en Libye et en Turquie. Et comment assurer l'ordre et un minimum de moyens sanitaires au sein de files d'attente en permanence sur le bord de l'insurrection? Pour ce faire, il faudrait mettre en place des milliers de douaniers ou gendarmes habilit&eacute;s &agrave; op&eacute;rer ces contr&ocirc;les. Ces effectifs n'existent &eacute;videmment pas. </span></font><br /> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial"><span style="font-style: normal">- Parmi les autres impossibilit&eacute;s que les diplomates, notamment allemands, se refusent &agrave; voir, il faudra faire en sorte que des individus et groupes qui ne veulent pas bouger d'un m&egrave;tre de l'endroit o&ugrave; ils sont install&eacute;s puissent &ecirc;tre contraints &agrave; se rendre en Turquie ou &agrave; retourner en Syrie. Ce seraient alors des dizaines de milliers de policiers et militaires qu'il faudrait mobiliser, vu la n&eacute;cessit&eacute; de se mettre &agrave; quatre pour maitriser les r&eacute;calcitrants Et sur quels moyens de transport les embarquer? </span></font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><span style="font-style: normal">- Un dernier point, tout aussi pr&eacute;occupant, mais rarement abord&eacute;, concerne de qu'il adviendra des migrants regroup&eacute;s dans les camps pr&eacute;vus en Turquie. Ceux qui accepteront d'y rester seront en proie &agrave; tous les maux n&eacute;s de l'oisivet&eacute;, du mauvais &eacute;tat sanitaire et des conflits internes dont les femmes seront les premi&egrave;res victimes. Alors &agrave; juste titre les humanitaires pourront parler de v&eacute;ritables camps d'extermination sur le mode nazi.</span></font></p> <p><font size="2" face="Arial"><span style="font-style: normal"><font color="#000080"><strong>F&eacute;licitations &agrave; Erdogan</strong></font><br /> </span></font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Il est clair qu' &agrave; l'occasion de l'accord du 7 mars, Erdogan a de nouveau fait une tr&egrave;s bonne affaire. Il recevra de nouveaux milliards d'euro, fera supprimer la n&eacute;cessit&eacute; de visa pour les dizaines de milliers de citoyens turcs voulant se rendre dans l'Union, verra les demandes d'adh&eacute;sion de la Turquie &agrave; l'Union examin&eacute;es avec une tol&eacute;rance nouvelle, malgr&eacute; les massacres de Kurdes et les r&eacute;pressions aux libert&eacute;s civiles qu'il ne cesse de multiplier. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">En consid&eacute;ration de cette accumulation d'incoh&eacute;rences et d'impossibilit&eacute;s, sinon de mensonges d&eacute;lib&eacute;r&eacute;s, ce ne serait pas faire preuve de conspirationnisme que se demander qui, finalement, m&egrave;ne le jeu. Si nous avions un Donald Trump en Europe, au lieu d'un Donald Tusk, la r&eacute;ponse serait vite appor</font>t&eacute;e. <font size="2" face="Arial"><em> </em></font></p> <p><font size="2" color="#FF0000" face="Arial"><em>On observera que le m&ecirc;me jour 7 mars, des forces djihadistes qui prolif&egrave;rent en Libye ont attaqu&eacute; la fronti&egrave;re tunisienne &agrave; Ben Gardane. Elles ont tenu la ville pendant 24h. Il en est r&eacute;sult&eacute; 54 morts. Tunisie-Europe, moyens diff&eacute;rents, m&ecirc;mes objectifs.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"><em> </em></font> <p><br /> </p> Mon, 07 Mar 2016 23:00:00 GMT Donald Tusk est-il sérieux&#160;? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2087 2087 <br /><p><font size="2" face="Arial">Nous pouvons d'ici&nbsp; entendre les ricanements des dits migrants: pourquoi ne pas venir chez vous, vu que vous &ecirc;tes cent fois plus riches que nous et que nous vous forcerons &agrave; partager vos richesses?&nbsp; </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Donald Tusk ressemble au propri&eacute;taire d'un verger qui demanderait aux oiseaux de ne pas venir le piller...Sans m&ecirc;me agiter le moindre &eacute;pouvantail. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Sur ce sujet, rappel de notre article &laquo;&nbsp;Les migrations vers l'Europe seront-elles un jour contr&ocirc;lables?&nbsp;&raquo; <a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2082&amp;r_id">http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2082&amp;r_id</a>=</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><br /> </font><br /> </p> Wed, 02 Mar 2016 23:00:00 GMT Southern Insurgency The Coming of the Global Working Class http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2041 2041 <br /><p style="margin-bottom: 0cm"> </p> <br /> <div id="wrapper-3" dir="LTR"> <div id="main" dir="LTR"> <p align="center" style="margin-bottom: 0cm"><a><font color="#000080"><img width="150" height="240" border="2" align="BOTTOM" src="http://press.uchicago.edu/dms/ucp/books/jacket/978/07/45/33/9780745336008.jpg" name="images6" alt="Southern Insurgency" /></font></a><br /> </p> <br /> <div id="sliderContent" dir="LTR"> <div id="slideDetails" dir="LTR"><font face="Arial" size="2">Les partis et mouvements de gauche occidentaux consid&eacute;raient g&eacute;n&eacute;ralement dans la premi&egrave;re moiti&eacute; du 20e si&egrave;cle, que la &laquo;&nbsp;classe ouvri&egrave;re&nbsp;&raquo; c&eacute;l&eacute;br&eacute;e par les th&eacute;oriciens marxistes, pourrait devenir l'agent actif des &eacute;volutions ou r&eacute;volutions permettant de remplacer les r&eacute;gimes capitalistes par des r&eacute;gimes socialistes. Dans les r&eacute;gimes communistes staliniens, cet espoir a tourn&eacute; court. Si la dictature du parti, impos&eacute;e d&egrave;s les origines par Joseph Staline a pu se mettre en place avec l'appui de la classe ouvri&egrave;re russe de l'&eacute;poque, si elle a pu apporter &agrave; celle-ci de substantiels avantages, elle n'a en rien permis le d&eacute;veloppement d'une classe ouvri&egrave;re organis&eacute;e, susceptible de d&eacute;finir ses propres objectifs et de faire le cas &eacute;ch&eacute;ant contrepoids aux institutions soumises au pouvoir du parti.</font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Les classes ouvri&egrave;res nationales ont par ailleurs &eacute;t&eacute; incapables d'imposer aux Etats ce dont avait initialement r&ecirc;v&eacute; Trotsky, une Internationale ouvri&egrave;re rassemblant des travailleurs de tous les pays et susceptible de jouer le r&ocirc;le d'une force organis&eacute;e dans les institutions internationales telles que l'ONU ou le BIT, sans m&ecirc;me mentionner un passage mondial du capitalisme au socialisme. Les intransigeances nationalistes internes, d&egrave;s le d&eacute;but de la premi&egrave;re guerre mondiale, ont ruin&eacute; cet espoir.<br /> </font> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Plus r&eacute;cemment, dans le syst&egrave;me n&eacute;olib&eacute;ral s'&eacute;tant impos&eacute; dans les pays d&eacute;velopp&eacute;s du Nord, le concept de classe ouvri&egrave;re, agent moteur de changements politiques profonds, a perdu toute consistance. Diff&eacute;rentes raisons ont expliqu&eacute; ce ph&eacute;nom&egrave;ne et continuent aujourd'hui &agrave; emp&ecirc;cher qu'il ne renaisse. Il y a eu d'abord la diminution des effectifs ce que l'on nommait jadis une classe ouvri&egrave;re proprement dite, aux comp&eacute;tences professionnelles affirm&eacute;es, du fait de l'automatisation et du recrutement de travailleurs immigr&eacute;s d&eacute;pourvus de droits sociaux et du travail. Les travailleurs en col blanc qui sont devenus de plus en plus nombreux auraient pu se rapprocher de la classe ouvri&egrave;re, mais pour de multiples raisons, ils se sont efforc&eacute;s de s'en distinguer et de refuser, sauf exception, de m&ecirc;ler leurs int&eacute;r&ecirc;ts &agrave; ceux des ouvriers. Les entreprises et les Etats ont bien &eacute;videmment favoris&eacute; cette dispersion, en &eacute;vitant l'apparition de revendications communes soutenues par des syndicats forts.</font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Il en r&eacute;sulte aujourd'hui, dans les pays dits occidentaux, que la classe ouvri&egrave;re n'est pratiquement plus un facteur de lutte sociale et de changements structurels. Ceci non seulement au niveau d'une &eacute;ventuelle Internationale des travailleurs, mais dans chaque pays pris individuellement ou, en Europe, au niveau des institutions de l'Union. Le recrutement des syndicats ouvriers s'en est fortement ressenti. Pourquoi cotiser &agrave; des organisations dont le pouvoir protecteur est devenu quasiment nul?</font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2" color="#000080"><strong>Une &eacute;mergence en Asie</strong></font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Dans le m&ecirc;me temps, aujourd'hui, dans les pays asiatiques, les ouvriers massivement employ&eacute;s dans les industries faisant un large appel &agrave; des mains-d'&oelig;uvre salari&eacute;es tendent &agrave; se regrouper pour mieux d&eacute;fendre leurs int&eacute;r&ecirc;ts. Dans certains cas, ils vont jusqu'&agrave; organiser des actions collectives et tenter de mettre en place des syndicats. Le processus est diff&eacute;rent selon les pays concern&eacute;s et leurs cultures politiques et soci&eacute;tales, mais le mouvement para&icirc;t devenir g&eacute;n&eacute;ral.<br /> <br /> Sur ce point tr&egrave;s important, Immanuel Ness professeur de sciences politiques &agrave; l'Universit&eacute; de New York vient de publier un ouvrage tr&egrave;s document&eacute;: <em>Southern Insurgency. The Coming of the Global Working Class</em>. Il examine le cas de trois pays importants, la Chine, l'Inde et l'Afrique du Sud, o&ugrave; des travailleurs cherchent &agrave; s'organiser collectivement pour combattre la domination d'un capitalisme global, fut-il en partie public comme en Chine, pour les priver de droits du travail.</font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Un article de Counterpunch <a href="http://www.counterpunch.org/2016/01/15/a-global-working-class-in-formation/"><span style="font-style: normal">http://www.counterpunch.org/2016/01/15/a-global-working-class-in-formation/ </span></a>r&eacute;sume l'ouvrage avec beaucoup de d&eacute;tails, ce que nous ne pouvons faire ici. Nous y renvoyons le lecteur. Il faut par contre se demander si ces nouvelles formes de d&eacute;fense de travailleurs souvent soumis &agrave; des conditions effroyables de travail pourront aboutir &agrave; leur faire reconna&icirc;tre des droits effectifs, tant par les multinationales qui les emploient que par les gouvernements. </font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Une r&eacute;ponse n&eacute;gative parait dans un premier temps&nbsp; s'imposer. Comment dans des pays jusqu'ici d&eacute;pourvus de l&eacute;gislation du travail, et disposant de populations sans emploi toujours pr&ecirc;tes &agrave; accepter ce que leur offrent les employeurs, les travailleurs en r&eacute;sistance contre ceux-ci pourront-ils jamais obtenir la satisfaction de leurs exigences l&eacute;gitimes? D'une part en effet les gouvernements ne souhaitent pas voir remises en causes leurs politiques de production ou d'exportation. En Chine notamment, ces gouvernements, au niveau national ou &agrave; celui des collectivit&eacute;s, sont rest&eacute;s tr&egrave;s autoritaires, sous la pression d'un parti communiste ayant conserv&eacute; beaucoup des comportements dictatoriaux datant de Mao Tse Toung. En Inde, malgr&eacute; les apparences, le poids conservateur de la puissance publique continue &agrave; se faire sentir pleinement, d&egrave;s qu'il s'agit des relations du travail. D'autre part dans tous ces pays, l'essentiel de la main d'&oelig;uvre est constitu&eacute; de femmes, souvent d'adolescentes, ce qui ne facilite pas leur reconnaissance. <br /> <br /> Enfin, il faut signaler que les entreprises les plus intransigeantes sont celles qui exportent, arguant de la concurrence sans piti&eacute; r&eacute;gnant sur les march&eacute;s internationaux. Les plus dures &agrave; cet &eacute;gard sont les filiales asiatiques des grands groupes occidentaux. Elles pr&eacute;tendent que la moindre concession, en termes de s&eacute;curit&eacute; au travail ou de salaires, faite &agrave; leur personnel, se traduirait par des hausses de prix des produits finaux dont souffriraient leurs clients occidentaux.</font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">On doit &eacute;voquer un autre point: le fait que les mouvements revendicatifs de travailleurs restent confin&eacute;s &agrave; certaines entreprises, voire &agrave; certains ateliers. Une culture syndicale collective, avec des droits reconnus sur un plan national, est encore loin de voir le jour. A plus forte raison le serait l'id&eacute;e d'une internationale ouvri&egrave;re int&eacute;ressant plusieurs pays. </font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><strong><font color="#000080">L'Internet</font></strong><br /> </font> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Tout ceci pourrait &ecirc;tre &eacute;voqu&eacute; pour contredire la th&egrave;se de Immanuel Ness, selon laquelle surgirait en Asie une classe ouvri&egrave;re globale susceptible de se donner des positions &eacute;quivalentes &agrave; celles perdues par la classe ouvri&egrave;re occidentale. Cependant, rien n'est encore jou&eacute; &agrave; ce jour. </font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Malgr&eacute; les censures qui s'exercent, notamment en Chine, &agrave; l'encontre des m&eacute;dias locaux rapportant l'existence de conflits du travail, notamment lorsque ceux-ci ont rapport&eacute; des avantages &agrave; leurs auteurs, les informations circulent de mieux en mieux. C'est le cas d'abord au sein de chaque pays particulier, mais c'est aussi le cas d'un pays &agrave; l'autre. Les &eacute;chos des luttes sociales continuant &agrave; se produire dans les pays occidentaux, comme par exemple les combats syndicaux qui perdurent dans l'industrie automobile am&eacute;ricaine, abondamment rapport&eacute;s par le World Socialist Web Site, finissent par alerter en profondeur les opinions des travailleurs asiatiques. <br /> <br /> Le m&eacute;rite en revient &agrave; la p&eacute;n&eacute;tration de l'Internet et dans un premier temps du t&eacute;l&eacute;phone portable. Malgr&eacute; les censures de toutes sortes s'exer&ccedil;ant sur les reportages et les commentaires, un nombre croissant d'information, concernant les luttes sociales finissent par se r&eacute;pandre en Asie. La contagion par mim&eacute;tisme joue un r&ocirc;le tr&egrave;s fort, encore que difficilement mesurable. <br /> </font> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Il est trop t&ocirc;t aujourd'hui pour pr&eacute;voir avec exactitude comment &eacute;volueront les classes ouvri&egrave;res asiatiques, et les pouvoirs qu'elles finiront pas se donner. Soyons certains cependant que des choses int&eacute;ressantes se produiront. Elles pourront redonner des id&eacute;es et du courage aux classes ouvri&egrave;res am&eacute;ricano-europ&eacute;ennes. </font></p> </div> </div> <font face="Arial" size="2"> </font></div> <font face="Arial" size="2"> </font></div> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2"><br /> </font><br /> </p> <p><br /> <br /> </p> Mon, 18 Jan 2016 23:00:00 GMT Croissance de la population au Nigéria et migrations probables vers l'Europe http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1907 1907 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20150920202300_nigerians.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><font size="2" face="Arial"><span lang="fr-FR"><span style="font-style: normal"><span style="font-weight: normal">Le magazine The Globalist reprend ce sujet, en &eacute;tudiant l'accroissement de la population du seul Nig&eacute;ria attendue pour 2100. La question n'est pas anodine. Malgr&eacute; ses richesses, bien ou mal exploit&eacute;es, le Nig&eacute;ria est &agrave; la source de migrations importantes, non seulement &agrave; l'int&eacute;rieur du continent africain, mais vers l'Europe. Quelques milliers de migrants nig&eacute;rians ont &eacute;t&eacute; enregistr&eacute;s ces derni&egrave;res semaines. Ils disent fuir les combats inter-ethniques et inter-religions, mais surtout les exactions de la &laquo;&nbsp;secte&nbsp;&raquo; Boko Aram, qui au nom de l'Islam s&egrave;me la terreur dans certaines zones. Point curieux, il n'est pas certain que le pr&eacute;sident actuel </span></span></span></font><font size="2" face="Arial"> <span lang="fr-FR"><span style="font-style: normal"><span style="font-weight: normal">Muhammadu Buhari, qui officiellement envoie son arm&eacute;e pour lutter contre Boko Aram, ne favorise pas officieusement ce mouvement pour diverses raisons politiques.</span></span></span></font><font size="2" face="Arial"> </font> <p lang="fr-FR" align="LEFT" style="font-style: normal; font-weight: normal"> <font size="2" face="Arial">Quoiqu'il en soit, l'Europe qui se pr&eacute;pare &agrave; accueillir de tels &laquo;&nbsp;r&eacute;fugi&eacute;&nbsp;&raquo;, n'aurait aucune raison de la faire. Clairement il s'agira de migrants esp&eacute;rer am&eacute;liorer leur conditions de vie en Europe. Comment en effet accepter la th&egrave;se selon laquelle quelques milliers de combattants de Boko Aram puissent &laquo;&nbsp;terroriser&nbsp;&raquo; une population de 180 millions d'hommes. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p lang="fr-FR" align="LEFT" style="font-style: normal; font-weight: normal"> <font size="2" face="Arial">La question de l'&eacute;migration nig&eacute;riane vers l'Europe prendra dans les d&eacute;cennies prochaines une importance vitale pour cette m&ecirc;me Europe. Si d&egrave;s maintenant elle ne fait rien, les pr&eacute;visions les plus pessimistes concernant la survie de la civilisation europ&eacute;enne se r&eacute;aliseront. Ceci m&ecirc;me en consid&eacute;rant le seul Nig&eacute;ria et non l'ensemble de l'Afrique. Il suffit d'examiner les pr&eacute;visions d&eacute;mographiques de l'ONU concernant le Nig&eacute;ria. La pression migratoire deviendra vite irr&eacute;sistible. <br /> <br /> Voici quelques chiffres, certes approximatifs mais donnant la tendance. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p lang="fr-FR" align="LEFT" style="font-style: normal; font-weight: normal"> <font size="2" face="Arial">1. Population actuelle du Nig&eacute;ria 182 millions. Population europ&eacute;enne globale (Russie comprise) 738 millions </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">2. Population du Nig&eacute;ria en 2100 752 million. Population europ&eacute;enne stable sinon en r&eacute;gression, soit 730 millions. Exc&eacute;dent nig&eacute;rian 20 millions.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">3. Une augmentation de la population nig&eacute;riane chiffr&eacute;e &agrave; 560 millions d&eacute;passera les effectifs de la population globale des 13 plus grands Etats europ&eacute;ens.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Bien que les Etats-Unis et le Canada ne soient pas directement menac&eacute;s par des flux migratoires provenant du Nig&eacute;ria, il est int&eacute;ressant l&agrave; encore de comparer les chiffres. <br /> <br /> 1. Population actuelle des Etats-Unis et du Canada :2 fois celle de la population du Nig&eacute;ria<br /> <br /> 2. A la fin du si&egrave;cle la population du Nig&eacute;ria d&eacute;passera celle de l'Am&eacute;rique du Nord de 400 millions. Cette derni&egrave;re s'accroitra un peu mais pas au m&ecirc;me rythme. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><br /> <strong>R&eacute;f&eacute;rences</strong><br /> </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p lang="fr-FR" align="LEFT" style="font-style: normal; font-weight: normal"> <font size="2" face="Arial">* Pakistan <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Nigeria">https://fr.wikipedia.org/wiki/Nigeria</a></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p lang="fr-FR" align="LEFT" style="font-style: normal; font-weight: normal"> <font size="2" face="Arial">* Sur les &laquo;&nbsp;combats&nbsp;&raquo; contre Boko Aram, voir&nbsp;</font><font size="2" face="Arial"> </font></p> <p lang="fr-FR" align="LEFT" style="font-style: normal; font-weight: normal"> <font size="2" face="Arial"><a href="http://www.lorientlejour.com/article/945255/nigeria-le-dirigeant-de-boko-haram-dement-des-succes-de-larmee.html">http://www.lorientlejour.com/article/945255/nigeria-le-dirigeant-de-boko-haram-dement-des-succes-de-larmee.html</a></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p lang="fr-FR" align="LEFT" style="font-style: normal; font-weight: normal"> <font size="2" face="Arial">* Sur les donn&eacute;es d&eacute;mographiques, voir The Globalist</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p lang="fr-FR" align="LEFT" style="font-style: normal; font-weight: normal"> <font size="2" face="Arial"><a href="http://www.theglobalist.com/nigeria-europe-poulation-census/">http://www.theglobalist.com/nigeria-europe-poulation-census/</a></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><br /> </font><br /> </p> Sat, 19 Sep 2015 23:00:00 GMT L'Allemagne rétablit «&#160;provisoirement&#160;» ses contrôles aux frontières http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1900 1900 <br /><font size="2" face="Arial">&quot;<em>Actuellement, l'Allemagne introduit &agrave; titre provisoire des&nbsp;contr&ocirc;les le long de ses fronti&egrave;res. En tout premier lieu est&nbsp;concern&eacute;e celle avec l'Autriche</em>&quot;, a d&eacute;clar&eacute;&nbsp;Thomas de Maizi&egrave;re.&nbsp;&quot;<em>L'objectif de cette mesure est de limiter l'afflux actuel&nbsp;vers l'Allemagne et d'en revenir &agrave; des proc&eacute;dures ordonn&eacute;es pour&nbsp;l'entr&eacute;e des personnes dans le pays</em>&quot;, a-t-il ajout&eacute;, en parlant&nbsp;aussi de raisons touchant &agrave; la s&eacute;curit&eacute;. </font> <p><font size="2" face="Arial">Selon le journal <em>Bild</em>, la police f&eacute;d&eacute;rale bavaroise va d&eacute;ployer 2.100 agents en Bavi&egrave;re, r&eacute;gion frontali&egrave;re avec l'Autriche, alors que ce matin un porte-parole indiquait que la ville de que <a href="http://www.franceinfo.fr/actu/europe/article/allemagne-la-ville-de-munich-n-plus-de-place-pour-accueillir-d-avantage-de-refugies-729167">la ville de Munich avait atteint &quot;l'extr&ecirc;me limite de ses possiblilit&eacute;s </a></font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">***</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">On peut se demander si la chanceli&egrave;re Merkel avait bien mesur&eacute; la cons&eacute;quences de ses d&eacute;clarations en affirmant que l'Allemagne pouvait accueillir 800.000 r&eacute;fugi&eacute;s, sans d'ailleurs pr&eacute;ciser s'il s'agissait d'un effectif global ou d'un chiffre qui serait renouvel&eacute; &agrave; l'identique sur les 5 prochaines ann&eacute;es...Sans rappelez non plus qu'&agrave; terme des regroupements familiaux in&eacute;vitables &ndash; tous ne revenant pas chez eux - multiplieront ce nombre par 3 ou 4.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Nous avions indiqu&eacute; dans une br&egrave;ve pr&eacute;c&eacute;dente (<a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1888&amp;r_id">http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1888&amp;r_id</a>= ) que c'&eacute;tait sans doute moins par grandeur d'&acirc;me qu'elle parlait ainsi mais pour complaire au patronat allemand qui a besoin de main d'oeuvre &agrave; bas prix pour rester comp&eacute;titif vis &agrave; vis de ses concurrents, notamment en France, Italie et Espagne. Ceci dit, &agrave; supposer que ce fut-ce par g&eacute;n&eacute;rosit&eacute;, l'annonce manquait totalement de r&eacute;alisme. Peut-on imaginer qu'un pays m&ecirc;me riche et de bonne volont&eacute; comme l'Allemagne, puisse en quelques jours, et sans pr&eacute;paration, g&eacute;rer des flux d'une importance telle que celle provoqu&eacute;e par la d&eacute;claration allemande. La France sur ce point para&icirc;t non pas plus &eacute;go&iuml;ste mais plus sage que l'Allemagne en pr&eacute;voyant un nombre de r&eacute;fugi&eacute;s g&eacute;rable. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">On peut craindre qu'&agrave; Munich et dans d'autres villes, la vue de milliers de migrants dormant &agrave; m&ecirc;me le sol et sous la pluie dans la rue ne finisse par provoquer, non une commis&eacute;ration accrue, mais l'exasp&eacute;ration des bons allemands. Un rejet massif serait alors &agrave; craindre, avec des cons&eacute;quences difficilement mesurables. Les d&eacute;clarations l&eacute;nifiantes de Jean-Claude Junker n'y pourront rien. (cf <a href="http://www.franceinfo.fr/emission/en-direct-de-l-europe/2015-2016/n-ayez-pas-peur-de-l-afflux-des-migrants-13-09-2015-11-18">http://www.franceinfo.fr/emission/en-direct-de-l-europe/2015-2016/n-ayez-pas-peur-de-l-afflux-des-migrants-13-09-2015-11-18</a> )</font></p> Sat, 12 Sep 2015 23:00:00 GMT La France doit investir pour organiser l'accueil aux réfugiés qu'elle recevra http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1894 1894 <br /><p style="margin-bottom: 0cm"> </p> <font size="2" face="Arial">L'article est long et sans doute difficile &agrave; publier sur le site Europe solidaire du fait des contraintes de mise en page que celui-ci impose. De plus, le texte &eacute;tant en discussion entre les co-signataires potentiels, la correction impose d'attendre quelques temps avant de lui donner une plus ample diffusion. </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Cependant, quelques points m&eacute;riteraient d'&ecirc;tre &eacute;voqu&eacute;s ici, &agrave; la lumi&egrave;re des besoins d'accueil qui s'imposent dor&eacute;navant du fait des engagements pris par la France en la mati&egrave;re et qu'il n'est pas question de discuter. Il est &eacute;vident qu'il ne suffira pas &agrave; terme d'ouvrir des centres d'h&eacute;bergement dans lesquels seraient dans un premier temps dirig&eacute;s les premiers arrivants, ni m&ecirc;me de compter sur la bonne volont&eacute; des familles acceptant d'en h&eacute;berger quelques uns (unes) &agrave; domicile. Il faudra faire beaucoup plus. Il semble que l'Allemagne ait d&eacute;j&agrave; pr&eacute;vu des mesures &agrave; grande &eacute;chelle permettant d'int&eacute;grer au mieux les 500.000 r&eacute;fugi&eacute;s par an qu'Angela Merkel invite &agrave; venir dans le pays. Certes, comme nous l'avons indiqu&eacute; dans un pr&eacute;c&eacute;dent article, ceci lui sera relativement facile car les employeurs, en manque de main-d'oeuvre, s'efforceront de recruter et de former ces effectifs, en compl&eacute;ment des efforts que fera l'Etat f&eacute;d&eacute;ral. Mais cependant des mesures sp&eacute;cifiques de grande ampleur s'imposeront outre-Rhin .</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">En France, la situation sera moins favorable. Du fait d'une politique malthusienne impos&eacute;e depuis longtemps par les int&eacute;r&ecirc;ts n&eacute;o-lib&eacute;raux faisant la loi &agrave; Bruxelles, la France n'a fait jusqu'ici aucun effort s&eacute;rieux pour relancer la recherche, l'industrialisation, les services publics et hospitaliers dont elle aurait depuis longtemps besoin pour assurer des emplois convenables &agrave; ses propres ressortissants. Or face &agrave; l'arriv&eacute;e de r&eacute;fugi&eacute;s, la soci&eacute;t&eacute; dans son entier devra, non se fermer encore davantage au pr&eacute;texte du sous-emploi dont elle souffre, mais en profiter pour r&eacute;clamer des pouvoirs publics et des grandes entreprises la mise en place imm&eacute;diate de programmes de d&eacute;veloppement ouverts non seulement &agrave; ses propres citoyens mais &agrave; ces r&eacute;fugi&eacute;s, sans distinction d'origine ou de religion. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Ceci repr&eacute;sentera un co&ucirc;t. Il sera refus&eacute; si persiste une politique anti-croissance consistant &agrave; r&eacute;duire les d&eacute;ficits publics jusqu'&agrave; la barre fatidique des 3%. Mais des politiques audacieuses d'investissement, fussent-elles financ&eacute;es par des d&eacute;ficits suppl&eacute;mentaires, rapporteraient tr&egrave;s vite des b&eacute;n&eacute;fices susceptibles de compenser &agrave; terme, et au del&agrave;, les efforts budg&eacute;taires ainsi consentis. Ce raisonnement d'une simplicit&eacute; &eacute;l&eacute;mentaire, jusqu'ici peu entendu, devrait pouvoir &ecirc;tre repris en force par les pouvoirs publics, les partis politique et l'opinion, &agrave; l'occasion de l'arriv&eacute;e des r&eacute;fugi&eacute;s.<br /> <br /> Aussi bien ne faut-il pas pr&eacute;voir des mesures sp&eacute;cifiques ne s'appliquant qu'&agrave; eux. Il faut relancer la croissance dans tous les secteurs, au b&eacute;n&eacute;fice de tous les fran&ccedil;ais et r&eacute;sidents en France, sans exclusive. Chacun en tirera profit. Il semble que ce soit la politique actuellement d&eacute;cid&eacute;e par la chanceli&egrave;re Merkel 1) La France accroitrait son retard sur l'Allemagne si elle ne faisait pas de m&ecirc;me, sous-emploi ou non. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">&Eacute;videmment, des mesures diff&eacute;renci&eacute;es s'imposeront, selon la nature des besoins. Des formations au fran&ccedil;ais ou sur un plan professionnel basique, destin&eacute;es &agrave; rattraper les retards des r&eacute;fugi&eacute;s, ne seront &eacute;videmment pas inutiles. Mais, dans la plupart des autres domaines, des politiques indiff&eacute;renci&eacute;es devraient s'imposer, sous r&eacute;serve de r&eacute;gler des probl&egrave;mes d'ajustement temporaires. Cet article n'est pas le lieu pour en traiter en d&eacute;tail. Rappelons seulement les besoins qu'il faudra satisfaire, au b&eacute;n&eacute;fice de tous. Ce rappel ne demande aucun effort d'imagination, car les besoins sont depuis longtemps bien connus en France. Le seul point &agrave; signaler concerne le fait qu'aujourd'hui ces besoins non satisfaits ne d&eacute;rangent aucun des &laquo;&nbsp;grands d&eacute;cideurs&nbsp;&raquo;, qu'ils fussent publics ou relevant des entreprises du CAC 40.</font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Concernant les effectifs &agrave; recevoir, ce sera au gouvernement d'en d&eacute;cider, dans les cadres des directives de Bruxelles. Rappelons cependant que toute personne seule ne pourra se voir refuser un droit au regroupement familial, ce qui pourra multiplier par 5 les effectifs &agrave; prendre en compte. Quant aux protections sociales, il ne sera pas souhaitable de refuser aux r&eacute;fugi&eacute;s des droits analogues &agrave; ceux des citoyens fran&ccedil;ais, d&egrave;s lors qu'ils seront en situation r&eacute;guli&egrave;re. Cependant un contr&ocirc;le s&eacute;v&egrave;re devra &ecirc;tre exerc&eacute; afin d'&eacute;viter les abus. <br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" color="#000080" face="Arial"><strong>Politiques publiques ou priv&eacute;es &agrave; renforcer dans l'esprit de ce qui pr&eacute;c&egrave;de</strong></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">* Identification fine des comp&eacute;tences des nouveaux venus, afin de leur fournir des possibilit&eacute;s de formation et d'embauche adapt&eacute;es.</font><br /> </p> <font size="2" face="Arial"> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">* Mise en place de centres de formation g&eacute;n&eacute;rale et de formation professionnelle destin&eacute;s &agrave; compl&eacute;ter les comp&eacute;tences ainsi recens&eacute;es, si celles-ci paraissent insuffisantes. Il semble pour le moment qu'un pourcentage important de r&eacute;fugi&eacute;s disposent d&eacute;j&agrave; de bonnes qualifications. Il faudra seulement dans un premier temps les aider &agrave; les adapter, y compris dans le cadre de l'utilisation de la langue fran&ccedil;aise.. Ajoutons que beaucoup de r&eacute;fugi&eacute;s auront les comp&eacute;tences n&eacute;cessaires pour devenir formateurs eux-m&ecirc;mes.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">* Am&eacute;lioration du fonctionnement des services relevant de P&ocirc;le Emploi ou du secteur coop&eacute;ratif et priv&eacute; recensant les besoins et les offres d'emplois. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">* Politique de construction de logements autres que simplement d'urgence, dans les zones o&ugrave;, &agrave; la suite des &eacute;valuations pr&eacute;c&eacute;dentes, des besoins d'h&eacute;bergement non satisfaits se feront sentir. En Italie, l'id&eacute;e de proposer &agrave; ces &eacute;migr&eacute;s de repeupler et mettre en valeur des zones rurales d&eacute;sormais d&eacute;laiss&eacute;es est &agrave; l'&eacute;tude. Elle est &agrave; recevoir avec pr&eacute;cautions. Elle pourrait entrainer la formation de communaut&eacute;s ferm&eacute;es qui viendraient en conflit avec les villages voisins.&nbsp; <br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">* On ajoutera, mais l&agrave; une pression politique forte des opinions publiques sera n&eacute;cessaire, l'engagement de politiques publiques ou priv&eacute;es d'investissement, notamment dans les secteurs de l'&eacute;nergie renouvelable, du logement z&eacute;ro-&eacute;nergie, de la future protection contre les effets destructeurs pour l'environnement du r&eacute;chauffement climatique... N'allons pas plus loin, la liste serait trop longue. <br /> </font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">* Pour tout ceci, le r&ocirc;le des r&eacute;seaux num&eacute;riques et des services en ligne devra &ecirc;tre accru. Ils aideront notamment &agrave; r&eacute;soudre les probl&egrave;mes tenant au langage et au manque de proximit&eacute;.</font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">* Rappelons enfin qu'une politique globale de cette nature ne pourra pas &ecirc;tre d&eacute;cid&eacute;e ou appliqu&eacute;e par les seules associations de b&eacute;n&eacute;voles ou par les collectivit&eacute;s locales. La mobilisation de tous les services de l'Etat sera indispensable, sous la responsabilit&eacute; d'un ministre.<br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Bien &eacute;videmment, les normes fran&ccedil;aises de droit civil, notamment celles relatives &agrave; l'&eacute;galit&eacute; hommes-femmes, devront &ecirc;tre respect&eacute;es. </font></p> <font size="2" face="Arial"><strong><br /> Note</strong></font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">1) voir l'article de Romaric Godin dans La Tribune <a href="http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/allemagne-pourquoi-angela-merkel-est-elle-si-genereuse-envers-les-refugies-503128.html">http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/allemagne-pourquoi-angela-merkel-est-elle-si-genereuse-envers-les-refugies-503128.html</a></font></p> <font size="2" face="Arial"><br /> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> </font> Tue, 08 Sep 2015 23:00:00 GMT Une croissance démographique inexorable http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1850 1850 <br /><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font size="3" color="#000099"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font size="3" color="#000099"><font size="2"> </font></font></strong></font></font></strong></font><font size="2" face="Arial">Or, l</font><font face="Arial">e nouveau rapport des Nations unies, <strong>&laquo;&nbsp;Perspectives de la population mondiale&nbsp;: r&eacute;vision 2015&nbsp;&raquo;</strong>, publi&eacute; 29&nbsp;juillet,<a href="http://esa.un.org/unpd/wpp/"> http://esa.un.org/unpd/wpp/</a>pr&eacute;sente des pr&eacute;visions qui, aussi nataliste que l'on soit, ne peuvent qu'inqui&eacute;ter.<br /> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial"> Le terme de &laquo;&nbsp;bombe d&eacute;mographique&nbsp;&raquo; vigoureusement critiqu&eacute; par de nombreux d&eacute;mographes, au vue d'observations ant&eacute;rieures interpr&eacute;t&eacute;es avec optimisme, est loin d'&ecirc;tre une illusion. Seul le Pape, pourtant engag&eacute; dans une lutte pour la protection de la nature, n'y fait pas allusion. Jamais ses recommandations ne contiennent la moindre allusion &agrave; l'int&eacute;r&ecirc;t vital des moyens anticonceptionnels. <br /> <br /> Ainsi la Chine et l&rsquo;Inde, qui sont respectivement les pays les plus peupl&eacute;s, avec respectivement 1,38&nbsp;milliard et 1,31&nbsp;milliard d&rsquo;habitants (soit 19&nbsp;% et 18&nbsp;% de la population mondiale) devraient l&rsquo;une et l&rsquo;autre compter avant 2022 1,4&nbsp;milliard d&rsquo;individus. Plus inqui&eacute;tant encore, au del&agrave; de cette date, la population indienne continuera de cro&icirc;tre, passant &agrave; 1,5&nbsp;milliard en&nbsp;2030 &agrave; 1,7&nbsp;milliard en&nbsp;2050. La population chinoise devrait par contre se stabiliser jusqu&rsquo;en&nbsp;2030 avant de se mettre &agrave; d&eacute;cliner, pour retomber &agrave; 1&nbsp;milliard &agrave; la fin du si&egrave;cle. <br /> <br /> On peut penser que la &laquo;&nbsp;transition d&eacute;mographique&nbsp;&raquo; qui se manifestera en Chine pendant le si&egrave;cle r&eacute;sultera en partie de ce qui restera de la politique de l'enfant unique, tr&egrave;s critiqu&eacute;e aujourd'hui parce qu'elle se traduit par un vieillissement relatif de la population, mais pourtant condition indispensable pour l'&eacute;quilibre entre les besoins et les ressources. En Inde au contraire, o&ugrave; rien n'est fait s&eacute;rieusement pour limiter les naissances, et o&ugrave; les perspectives d'acc&egrave;s &agrave; une croissance &eacute;conomique en profondeur resteront tr&egrave;s fragiles, le ph&eacute;nom&egrave;ne des villes bidonvilles surpeupl&eacute;es, dont Calcutta offre une image, se poursuivra inexorablement. Il serait &eacute;tonnant que le chroniqueur indien tr&egrave;s averti qu'est MK Bhadrakumar, sur son site Indian Punchline, n'y fasse pas prochainement allusion, et ne pr&eacute;sente pas ses r&eacute;actions &agrave; cet &eacute;gard. <br /> <br /> La Chine et l'Inde ne sont &eacute;videmment pas les seules concern&eacute;es par cette croissance d&eacute;mographique. A la fin du si&egrave;cle, la population plan&eacute;taire devrait atteindre 11,2&nbsp;milliards d&rsquo;individus, soit 300&nbsp;millions de plus que ne le projetaient en&nbsp;2012 les d&eacute;mographes de l&rsquo;ONU, qui ont une nouvelle fois &eacute;t&eacute; contraints de revoir &agrave; la hausse leurs pr&eacute;visions. Beaucoup s'en r&eacute;jouissent. La r&eacute;&eacute;valuation s&rsquo;explique notamment par les progr&egrave;s enregistr&eacute;s sur l&rsquo;esp&eacute;rance de vie au cours des derni&egrave;res ann&eacute;es, et ce dans toutes les r&eacute;gions du monde. <br /> Les gains les plus importants ont &eacute;t&eacute; enregistr&eacute;s en Afrique, o&ugrave; l&rsquo;esp&eacute;rance de vie s&rsquo;est accrue de six ans au cours de la derni&egrave;re d&eacute;cennie. C'est principalement les progr&egrave;s r&eacute;alis&eacute;s en mati&egrave;re de r&eacute;duction de la mortalit&eacute; infantile qui expliquent ce ph&eacute;nom&egrave;ne. <br /> <br /> Mais la diminution des maladies infectieuses touchant principalement les enfants se traduira &agrave; terme par un d&eacute;veloppement des maladies non infectieuses (cancer, maladies cardio-vasculaires, diab&egrave;te) int&eacute;ressant les adultes et les personnes &acirc;g&eacute;es. Autrement dit la diminution de la mortalit&eacute; infantile, que vraisemblablement n'accompagnera pas une diminution de la f&eacute;condit&eacute;, du fait notamment des principes impos&eacute;s par les religions, tant l'islam que l'Eglise catholique, ne repr&eacute;sentera en aucun cas un gain en mati&egrave;re de sant&eacute; publique. Au contraire, les besoins en mati&egrave;re d'infrastructures de sant&eacute; se multiplieront, sauf &agrave; laisser les adultes mourir sans soins.<br /> <br /> Si la croissance de la population mondiale se poursuit, son rythme se ralentit. Cependant, de 7,3&nbsp;milliards en&nbsp;2015, elle devrait encore gagner au cours des quinze prochaines ann&eacute;es plus d&rsquo;un milliard d&rsquo;individus, pour atteindre 8,5&nbsp;milliards en&nbsp;2030, puis s&rsquo;&eacute;lever &agrave; 9,7&nbsp;milliards en&nbsp;2050 et &agrave; 11,2&nbsp;milliards en&nbsp;2100.<br /> <br /> <font color="#000099"><strong>L'Afrique</strong></font><br /> <br /> Par contre, plus inqui&eacute;tant est le fait que la moiti&eacute; de la croissance de la population mondiale d&rsquo;ici &agrave; 2050 devrait concerner l&rsquo;Afrique. Au milieu du si&egrave;cle, la population du Nigeria devrait d&eacute;passer celle des Etats-Unis (388,8&nbsp;millions), avec 398,5&nbsp;millions d&rsquo;habitants, faisant de ce pays la troisi&egrave;me nation la plus peupl&eacute;e de la plan&egrave;te. Les recrutements de Boko Aram pourront donc continuer sans difficult&eacute;s. </font></p> <font face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial">L&rsquo;Angola, le Burundi, la R&eacute;publique du Congo, le Malawi, le Mali, le Niger, la Somalie, l&rsquo;Ouganda, la Tanzanie et la Zambie pourraient, eux, d&rsquo;ici &agrave; 2100, voir leur population quintupler. Comme ces pays ne verront certainement pas augmenter leurs ressources en proportion, notamment du fait du r&eacute;chauffement climatique, il sera in&eacute;vitable qu'ils encouragent des migrations massives, fussent-elles initialement pr&eacute;sent&eacute;es comme pacifiques. <br /> <br /> O&ugrave; se dirigeront ces migrations? Ni vers l'Asie-Pacifique ni vers les Am&eacute;riques, mais vers l'Europe. Celle ci sera la seule r&eacute;gion de la plan&egrave;te qui conna&icirc;tra un recul continu de sa population. Aujourd&rsquo;hui le taux de f&eacute;condit&eacute; europ&eacute;en devrait se redresser, en passant de 1,6&nbsp;enfant par femme en moyenne en&nbsp;2015 &agrave; 1,8&nbsp;enfant par femme en&nbsp;2050, mais cela n&rsquo;emp&ecirc;chera pas la baisse de sa population. Les pays de l'Europe du Nord seront les premiers victimes de ce ph&eacute;nom&egrave;ne, contrairement (en principe) &agrave; ceux de l'Europe du Sud et notamment &agrave; la France. <br /> <br /> Mais les pessimistes feront valoir que la croissance d&eacute;mographique de l'Europe du Sud, si elle se confirmait, serait due au poids particulier, et d&eacute;j&agrave; ancien, de migrations d'origine africaine dans ces pays. Il s'agirait en d'autres termes de ph&eacute;nom&egrave;nes avant-coureurs des migrations massives qui se produiront en Europe d&egrave;s avant 2050. <br /> <br /> Et alors, que faire? demanderont ceux qui n'ont pas encore compris que les mouvements d&eacute;mographiques sont, &agrave; d'autres &eacute;chelles, tr&egrave;s comparables &agrave; ceux d&eacute;coulant de la d&eacute;rive des continents. Autrement dit, inexorables et imparables. <br /> </font></p> <font face="Arial"> </font> <p align="left"><font face="Arial">&nbsp;</font></p> Fri, 31 Jul 2015 23:00:00 GMT Connaissance et croyance http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1815 1815 <br />Jean-Claude Carri&egrave;re est ath&eacute;e. Nul n'est parfait. A ce titre, il a discut&eacute; avec les scientifiques de ce que repr&eacute;sente pour eux la connaissance. Il ne s'agit pas d'une croyance en la v&eacute;rit&eacute; absolue en ce que la science d&eacute;crit comme le r&eacute;el, mais d'une croyance en la v&eacute;rit&eacute; relative de cette description. Autrement, toute description du r&eacute;el par la science, d&eacute;coulant d'hypoth&egrave;ses confirm&eacute;es par des preuves exp&eacute;rimentales, n'a de valeur que dans la mesure o&ugrave; un consensus de scientifiques s'&eacute;tablit &agrave; son &eacute;gard. Si &agrave; la suite de recherches nouvelles, nouvelles hypoth&egrave;ses suivies de nouvelles preuves, ce consensus se fragilise et laisse place &agrave; d'autres consensus, le scientifique digne de ce nom abandonne sa croyance en la v&eacute;rit&eacute; relative de son ancienne connaissance et croit &ndash; toujours de fa&ccedil;on relative, &agrave; la v&eacute;rit&eacute; relative de cette nouvelle connaissance. <p style="margin-bottom: 0cm">Les discussions actuelles sur la &laquo;&nbsp;r&eacute;alit&eacute;&nbsp;&raquo; d'un r&eacute;chauffement climatique r&eacute;sultant des activit&eacute;s humaines en donnent un bon exemple. Il s'est &eacute;tabli sur ce th&egrave;me un tr&egrave;s large consensus de climatologues et repr&eacute;sentants d'autres disciplines pour adopter cette hypoth&egrave;se et donc pour la consid&eacute;rer comme &laquo;&nbsp;vraie&nbsp;&raquo;, autrement dit, dans le langage courant, pour y croire. Pour eux, tous ceux qui nient l'hypoth&egrave;se, dits climato-sceptiques, ne sont donc que des scientifiques &eacute;gar&eacute;s par des &eacute;go(s) d&eacute;raisonnables ou simplement les agents inconscients des forces &eacute;conomiques qui veulent continuer &agrave; br&ucirc;ler des combustibles fossiles &laquo;&nbsp;comme avant&nbsp;&raquo; . Mais si de nouvelles recherches, d&ucirc;ment v&eacute;rifi&eacute;es en termes exp&eacute;rimentaux, attribuaient le r&eacute;chauffement &agrave; une toute autre cause, et si un nouveau consensus s'&eacute;tablissait &agrave; ce sujet, leur &laquo;&nbsp;croyance&nbsp;&raquo; en la cause humaine du r&eacute;chauffement se relativiserait.</p> <p style="margin-bottom: 0cm">Jean Claude Carri&egrave;re a suffisamment fr&eacute;quent&eacute; de cosmologistes et de physiciens pour savoir que les connaissances scientifiques, et donc les croyances qu'elles suscitent, ne se limitent pas &agrave; l'&eacute;tude d'un r&eacute;el de type quotidien, sur lequel des consensus peuvent raisonnablement s'&eacute;tablir. Les cosmologistes, par exemple avec le concept de trou noir, ou les physiciens avec celui de vide quantique proposent des hypoth&egrave;ses sur lesquelles ils peuvent l&eacute;gitimement s'opposer, autrement dit sur lesquelles les consensus restent fragment&eacute;s. Des preuves exp&eacute;rimentales de ces hypoth&egrave;ses peuvent &ecirc;tre obtenues, mais elles restent tr&egrave;s fragiles. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Dans des domaines encore plus th&eacute;oriques, comme en ce qui concerne la &laquo;&nbsp;r&eacute;alit&eacute;&nbsp;&raquo; des multivers, ces preuves semblent actuellement hors de port&eacute;e . Peut-on alors parler en ce cas de connaissances scientifiques, et donc de croyance possible en la validit&eacute; de ces connaissances? Oui, parce ce faisant on refuse d'embl&eacute;e toutes les croyances de type mythologique qui depuis l'aube de la pens&eacute;e ont prolif&eacute;r&eacute; sur ces th&egrave;mes, croyances que la totalit&eacute; des religions aujourd'hui encore se refusent &agrave; mettre en cause. Cependant, arriv&eacute;s &agrave; ce niveau de r&eacute;flexion, la plupart des scientifiques sp&eacute;cialistes de ces disciplines font valoir que le cerveau humain, du moins en son &eacute;tat actuel de d&eacute;veloppement et compte tenu des technologies instrumentales ou math&eacute;matiques disponibles, peut sans fausse honte avouer son ignorance sans pour autant faire appel aux religions pour apporter des r&eacute;ponses. <br /> <br /> Ce que nous venons de rappeler en quelques lignes fait partie des bases de ce que l'on appelle l'esprit scientifique, s'&eacute;tant r&eacute;pandu en Europe &agrave; partir de l'&acirc;ge dit des Lumi&egrave;res. Cependant il est loin d'&ecirc;tre partag&eacute; par l'&eacute;crasante majorit&eacute; des populations. Non seulement celles-ci adoptent des croyances pseudo-scientifiques sans aucune base exp&eacute;rimentale, comme celle tr&egrave;s r&eacute;pandue aux Etats-Unis, r&eacute;put&eacute;s pourtant par le nombre et la qualit&eacute; de ses chercheurs, selon laquelle la vie ne peut pas avoir plus de 5.000 d'&acirc;ge. Bien plus graves cependant, &agrave; la fois par leur universalit&eacute; et les guerres qu'elles provoquent chez les croyants, sont les multiples religions et les diverses superstitions qui, de tous temps, ont emp&ecirc;ch&eacute; ou retard&eacute; l'apparition de la rationalit&eacute;, conduisant le plus souvent, comme le montre avec de nombreux exemples le livre de Jean-Claude Carri&egrave;re, le monde au chaos. Pr&eacute;cisons cependant un point. L'auteur fait tout de m&ecirc;me une diff&eacute;rence entre croyance et foi &quot;<em>parce que quelqu'un peut ne pas avoir la foi, &ecirc;tre ath&eacute;e et croire en l'astrologie ou &agrave; la num&eacute;rologie</em>&quot;. </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><strong><font color="#000080">La guerre sainte ou djihad.</font></strong></p> <p style="margin-bottom: 0cm">Le livre, s'il se bornait &agrave; cela, n'aurait rien de particuli&egrave;rement original. Mais du fait de l'actualit&eacute;, l'auteur insiste sur les aspects les plus contemporains de l'incarnation des croyances religieuses dans des soci&eacute;t&eacute;s et des individus de plus en plus odieusement violents. Il cite l'honn&ecirc;te commer&ccedil;ant exer&ccedil;ant dans le souk d'une ville sunnite qui n'h&eacute;site pas &agrave; affirmer qu'il tuerait sans h&eacute;siter un voisin ayant le tort d'&ecirc;tre chiite. De m&ecirc;me, comment ne pas prendre au s&eacute;rieux les affirmations d'un certain nombre d'imams et de militants du djihad, qui reprennent une vieille affirmation musulmane, selon laquelle le bon croyant doit avoir pour premier devoir de d&eacute;capiter le &laquo;&nbsp;m&eacute;cr&eacute;ant&nbsp;&raquo;, c'est-&agrave;-dire celui qui ne croit ni en Allah ni au Coran. Il ne s'agit pas de propos th&eacute;oriques, comme le montre l'accession du djihadisme dit terroriste, y compris en Europe. D&eacute;sormais les actes terroristes sans motivation autre que relevant de la psychologie criminelle, seront de moins en moins nombreux. Ils se feront de plus en plus au nom des religions et en seront l&rsquo;expression la plus violente.</p> <p style="margin-bottom: 0cm">Cette constatation ne devrait pas d&eacute;courager, dans nos soci&eacute;t&eacute;s h&eacute;rit&eacute;es des Lumi&egrave;res, les chercheurs, les hommes politiques et les citoyens de rechercher les causes neurologiques, psychanalytiques, familiales, soci&eacute;tales, pour lesquelles un individu passe &agrave; l'acte terroriste. Mais pr&eacute;tendre y voir des motivations analogues &agrave; celles par lesquelles un mari assassine sa femme, par exemple, ne permettrait pas d'&eacute;tudier plus en profondeur le ph&eacute;nom&egrave;ne de la croyance et ses c&ocirc;t&eacute;s noirs. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Selon les termes que Jean-Claude Carri&egrave;re emploie lui-m&ecirc;me, et que nous ne pouvons que reprendre, <font color="#800000"><em>&laquo; La croyance, cette certitude sans preuve, pouvons-nous l&rsquo;approcher, la conna&icirc;tre ? Qu&rsquo;est-elle exactement ? Une r&eacute;bellion individuelle, ou au contraire un ralliement &agrave; un groupe, &agrave; une secte ? Un r&eacute;confort ou une aberration ?&nbsp;Alors que nous pensions, depuis le si&egrave;cle dit &ldquo;des Lumi&egrave;res&rdquo;, aller vers plus de clart&eacute;, plus de ma&icirc;trise sur le monde et sur nous-m&ecirc;mes, nous voyons que la croyance a march&eacute; pr&egrave;s de nous au m&ecirc;me pas que la connaissance, et que l&rsquo;obscurit&eacute; nous accompagne toujours, avec son cort&egrave;ge de rage et de sang. Nous voyons qu&rsquo;une vieille alliance, que nous esp&eacute;rions dissip&eacute;e, s&rsquo;est renou&eacute;e entre la violence et la foi&nbsp;&raquo;. </em></font></p> <p style="margin-bottom: 0cm">Les bonnes &acirc;mes reprocheront &agrave; l'auteur de stigmatiser les seuls musulmans, oubliant les chr&eacute;tiens, les hindouistes et autres croyants au pass&eacute; ou au pr&eacute;sent violent. Mais il est de fait que l'inquisition chr&eacute;tienne et les guerres de religion en Europe rel&egrave;vent d'un temps ancien clairement condamn&eacute;, notamment en France, par la pratique la&iuml;que r&eacute;publicaine. Il pourrait certes renaitre &agrave; tous moments, mais les lois de la R&eacute;publique ont &eacute;t&eacute; con&ccedil;ues pour s'y opposer. Quant aux terroristes hindous, sans &ecirc;tre pour autant excusables, ils constituent une infime minorit&eacute;. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">La question du terrorisme musulman s'exprimant &agrave; travers la religion et se pr&eacute;tendant l&eacute;gitim&eacute;e par le Coran, est infiniment plus inqui&eacute;tante, du fait des moyens croissants dont disposent d&eacute;sormais les fanatiques, approvisionn&eacute;s en armes et encouragements, non seulement par les Etats musulmans mais par les politiques aberrantes de l'Occident. Par ailleurs,il faut rappeler, comme nous l'avons fait par ailleurs, que la population en Afrique quadruplera de taille d'ici la fin du si&egrave;cle et sera chass&eacute;e vers l'Europe par les violences internes, le changement climatique et une pauvret&eacute; croissante. Or d&eacute;j&agrave; tr&egrave;s largement de confession musulmane, les africains seront de plus en plus impr&eacute;gn&eacute;s par un islam violent du type de celui de Boko Aram. Tous ne deviendront pas des djihadistes, mais ceux- ci seront en nombre suffisant pour d&eacute;truire (en reprenant le terme tr&egrave;s juste de Manuel Valls) la civilisation europ&eacute;enne.</p> <p style="margin-bottom: 0cm">La question que se pose Jean-Claude Carri&egrave;re dans son livre sera donc de plus en plus d'actualit&eacute;. Nous devrons tous choisir entre connaissance et croyance. Mais ceux qui continueront &agrave; se r&eacute;f&eacute;rer &agrave; la connaissance et &agrave; la rationalit&eacute; scientifique, comme &agrave; l'ath&eacute;isme, le feront &agrave; leurs risques et p&eacute;rils. Beaucoup auront, t&ocirc;t ou tard et par la force des choses, la t&ecirc;te tranch&eacute;e. </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Wed, 01 Jul 2015 23:00:00 GMT Le Service National de Santé dans le monde d'aujourd'hui http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1718 1718 <br /><br /> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><img width="299" height="168" align="left" alt="" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/156/bevin.jpg" /></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">C'est ce qu'il fit effectivement pendant quelques ann&eacute;es. Mais &agrave; l'&eacute;poque, comme le rappelle le lecteur, la dur&eacute;e de vie moyenne &eacute;tait de 65 ans, les besoins de soin provenaient pour l'essentiel des troubles de la seconde partie de la vie, du traitement de cancers des poumons tr&egrave;s vite mortels et d'un peu d'interventions n&eacute;onatales. Peu de gens n'avaient envie de prolonger des vies aust&egrave;res et pauvres. Le budget du NHS a donc longtemps suffi &agrave; la t&acirc;che. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">C'est une banalit&eacute; de dire qu'aujourd'hui, les r&eacute;gimes de s&eacute;curit&eacute; sociale comme celui dont la France continue &agrave; &ecirc;tre fi&egrave;re se trouvent confront&eacute;s &agrave; ce que l'on pourrait appeler des perspectives de d&eacute;penses quasi-illimit&eacute;es en ce qui concerne les soins, et &agrave; des budgets en r&eacute;duction constante en ce qui concerne les ressources. Malgr&eacute; les efforts h&eacute;ro&iuml;ques de l'institution toute enti&egrave;re, comme il n'est plus possible de traiter tout le monde pour toutes les affections, des choix s'imposent. Qu'on le veuille ou non, ce sont les patients les plus avertis, les plus appuy&eacute;s socialement, qui sont trait&eacute;s en priorit&eacute;. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Nous ne faisons allusion ici qu'aux assur&eacute;s sociaux et non aux personnes dot&eacute;e de ressources personnelles suffisantes pour s'adresser au &laquo;&nbsp;march&eacute;&nbsp;&raquo;. Mais l&agrave; aussi, des limites sont atteintes. Elles le seront de plus en plus. M&ecirc;me les plus riches, sauf peut-&ecirc;tre les patrons du CAC40 dot&eacute;s de parachutes dor&eacute;s faramineux, ne pourront par exemple esp&eacute;rer tous disposer de prot&eacute;ines rares ou d'appareillages complexes &ndash; pour ne pas citer l'embl&eacute;matique coeur artificiel.</font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Or la soci&eacute;t&eacute;, sous la pression de survivances id&eacute;ologiques ou philosophiques en un temps fort honorables mais devenues aujourd'hui parfaitement inad&eacute;quates, se refuse de poser le vrai probl&egrave;me, qui est celui du suicide, qu'il soit m&eacute;dicalement assist&eacute; ou qu'il rel&egrave;ve de moyens personnels - moyens aujourd'hui hors de port&eacute;e du grand public, sauf les plus cruels pour soi et pour les autres</font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"> Elle se refuse surtout &agrave; int&eacute;grer ces perspectives dans la gestion des budgets de sant&eacute;, afin qu'ils puissent r&eacute;cup&eacute;rer un minimum d'&eacute;quilibre. La question de la fin de vie a &eacute;t&eacute; abord&eacute;e en France lors des d&eacute;bats parlementaires sur la question. Il ne nous est pas possible de reprendre ici les arguments &eacute;chang&eacute;s. Pour la plupart des sp&eacute;cialistes se voulant clairvoyants, la solution retenue ne sera qu'un palliatif, compte tenu de l'accroissement exponentiel des besoins.</font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Concernant ceux-ci, on &eacute;voque parfois la volont&eacute; de certaines entreprises immens&eacute;ment enrichies par nos soins, telle Google, de proposer des dur&eacute;es de vie quasi illimit&eacute;es, pour quelques rares hyper-riches. Mais on envisage moins un avenir beaucoup plus proche, o&ugrave; d&eacute;ferleront sur les pays encore pr&eacute;serv&eacute;s des dizaines voire centaines de millions de r&eacute;fugi&eacute;s climatiques porteurs de toutes les pathologies imaginables. Quel sort leur proposeront la S&eacute;curit&eacute; Sociale et l'h&ocirc;pital public ? </font></p> <p align="left">&nbsp;</p> Mon, 06 Apr 2015 23:00:00 GMT «&#160;The Origins of the Ebola Crisis&#160;» http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1548 1548 <br /><font face="Arial" size="2"><a href="http://www.counterpunch.org/2014/10/10/the-origins-of-the-ebola-crisis/">http://www.counterpunch.org/2014/10/10/the-origins-of-the-ebola-crisis/<br /> <br /> </a></font>Ceux qui se nourrissent de vents(s), particuli&egrave;rement nombreux sur internet, s'en sont donn&eacute; &agrave; coeur joie avec la question des origines de l'actuelle &eacute;pid&eacute;mie d'Ebola. Les Etats-Unis, sous toutes les formes d'intervention qu'ils ont adopt&eacute;es depuis 15 ans de par le monde, y sont violemment d&eacute;nonc&eacute;s. Pour notre part, m&ecirc;me si nous ne pr&ecirc;tons pas que des qualit&eacute;s aux interventions de l'Am&eacute;rique, cette hyst&eacute;rie nous a paru d'une sorte de d&eacute;lire collectif, fr&eacute;quent il est vrai lors des grandes crises. D'o&ugrave; le souci de ne pas faire &eacute;cho aux articles concern&eacute;s, afin de ne pas contribuer &agrave; les relancer. <br /> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Par contre, un article de CounterPunch, en date du 12 octobre, qui nous avait &eacute;chapp&eacute;, para&icirc;t m&eacute;riter, malgr&eacute; sa relative anciennet&eacute;, d'&ecirc;tre signal&eacute;. Le point int&eacute;ressant, hors le fond de l'article, qui confirme beaucoup de nos propos concernant l'&eacute;pid&eacute;mie, est qu'il s'agit de l'interview par un certain Tariq Ali, (auteur de<em> </em><em><em><a href="http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/1844677575/counterpunchmaga">The&nbsp;Obama&nbsp;Syndrome</a>&nbsp;</em></em><em> ) </em><span style="font-style: normal">de </span><strong><span style="font-style: normal"><span style="font-weight: normal">Allyson Pollock, </span></span></strong><em><span style="font-style: normal"> professeure en mati&egrave;re de sant&eacute; publique &agrave; la Queen Mary University de Londres. Ni l'une ni l'autre ne font montre de complaisance avec le syst&egrave;me politico-financier qu'incarne d&eacute;sormais Obama, mais leurs critiques demeurent mesur&eacute;es et raisonnables. </span></em></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><font color="#FF0000"><em><em>NB. Le r&eacute;sum&eacute; que nous donnons ici de l'interview s'est efforc&eacute; d'en conserver les grandes lignes, mais beaucoup de points n'ont pas &eacute;t&eacute; abord&eacute;s. De plus, nous l'avons &eacute;crit &agrave; la lumi&egrave;re du point de vue que nous avions d&eacute;j&agrave; sur la question. Il faut esp&eacute;rer cependant que les deux auteurs ne s'estimeraient pas trahis si ce papier leur tombait sous les yeux. Par ailleurs, des approfondissements et discussions compl&eacute;mentaires s'imposeraient. Nous en feront peut-&ecirc;tre un article ult&eacute;rieur. <br /> </em></em></font><br /> <em><span style="font-style: normal">Allyson Pollock reconna&icirc;t que l'&eacute;pid&eacute;mie Ebola est due &agrave; un virus dont les origines pr&eacute;cises sont inconnues. Apr&egrave;s quelques apparitions dans les d&eacute;cennies pr&eacute;c&eacute;dentes o&ugrave; il &eacute;tait entr&eacute; en sommeil de lui-m&ecirc;me, il a pu exploser dans les premiers pays atteints, Sierra Leone, Lib&eacute;ria et Guin&eacute;e, du fait</span></em><em><em> </em></em><em><span style="font-style: normal">de leur &eacute;tat de grande pauvret&eacute;. Celle-ci se manifeste par l'effondrement de leurs infrastructures, notamment en mati&egrave;re de syst&egrave;mes de sant&eacute;, alors que les conflits internes et une urbanisation de la mis&egrave;re ont accru consid&eacute;rablement la contagiosit&eacute;, non seulement d'Ebola mais aussi de nombreuses maladies mieux connues, mais qui ne sont pas mieux endigu&eacute;es. </span></em></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Allyson Pollock admet que l'OMS et avec lui l'opinion dans les pays riches avaient initialement pens&eacute; que le virus s'&eacute;liminerait de lui-m&ecirc;me, comme lors des &eacute;pid&eacute;mies pr&eacute;c&eacute;dentes. Aussi ils n'ont pas d&egrave;s les origines de la pr&eacute;sente &eacute;pid&eacute;mie mobilis&eacute; les moyens massifs qui auraient pu la contenir. Obama s'est content&eacute; d'envoyer, pour relancer l'influence am&eacute;ricaine dans cette partie de l'Afrique, quelques effectifs de l'US Army sans comp&eacute;tences m&eacute;dicales particuli&egrave;res. Il a par ailleurs annonc&eacute; qu'il allait relancer la recherche de vaccins. Mais cela ne pouvait rem&eacute;dier en aucune sorte &agrave; l'absence de m&eacute;decins, d'infirmiers, d'h&ocirc;pitaux ou de simples lieux o&ugrave; isoler les malades. Quant aux vaccins, il aurait du savoir que leur mise au point et leur fabrication en quantit&eacute;s suffisantes ne seraient pas prises en charge par les industries pharmaceutiques, en l'absence de budgets substantiels venant de l'ext&eacute;rieur. </span></em></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Pour Tarik Ali comme pour Allyson Pollock, le vrai responsable de l'&eacute;pid&eacute;mie actuelle est le syst&egrave;me financier international, dont en mati&egrave;re de sant&eacute; publique le principal objectif est de mettre en place des solutions priv&eacute;es, co&ucirc;teuses, r&eacute;serv&eacute;es &agrave; une &eacute;troite minorit&eacute; de personnes favoris&eacute;es. Pour que ce solutions puissent s'implanter, il faut d&eacute;manteler les &eacute;quipements publics, d&eacute;courager les m&eacute;decins en d&eacute;pendant, enlever toute efficacit&eacute; aux solutions associatives reposant sur le b&eacute;n&eacute;volat. Cette politique profond&eacute;ment in&eacute;galitaire est poursuivie partout dans le monde. Mais dans les pays d&eacute;velopp&eacute;s disposant d'un secteur public de sant&eacute; important, elle ne peut que marginalement s'imposer. Ce ne fut pas le cas en Afrique, et ce depuis des d&eacute;cennies.</span></em></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">La catastrophe qui avec Ebola frappe les pays africains aurait &eacute;t&eacute; parfaitement pr&eacute;visible par ceux qui auraient voulu voir. Elle &eacute;tait d'ailleurs en germe, au vue du d&eacute;veloppement d'autres maladies, clairement identifi&eacute;es mais contre lesquelles les moyens n&eacute;cessaires ne sont toujours pas mis en place: chol&eacute;ra notamment. L'Afrique n'est pas la seule &agrave; souffrir de cette d&eacute;sorganisation des syst&egrave;mes de sant&eacute; sous l'influence des milieux d'affaires. L'Inde, le Pakistan, le Sri Lanka en manifestent aussi les signes. </span></em></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" color="#000080" size="2"><em><span style="font-style: normal"><strong>La responsabilit&eacute; majeure des organisations internationales n&eacute;olib&eacute;rales<br /> </strong></span></em></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Celles-ci, FMI, Banque Mondiale, Banque africaine de d&eacute;veloppement, ont &eacute;t&eacute; indirectement les responsables de la destruction des syst&egrave;mes de sant&eacute; d&eacute;pendant du secteur public. Depuis des ann&eacute;es, elles ont orchestr&eacute; l'&eacute;viction des petits exploitants agricoles traditionnels au profit de grands groupes hautement m&eacute;canis&eacute;s produisant de l'huile de palme, du cacao, du caoutchouc, en vue de la vente sur les march&eacute;s sp&eacute;culatifs.&nbsp; Les petits cultivateurs chass&eacute;s de leurs terres se sont r&eacute;fugi&eacute;s dans d'immenses bidonvilles urbains, dont certains &eacute;l&eacute;ments, comme on a pu le voir gr&acirc;ce &agrave; divers reportages, sont directement implant&eacute;s sur des montagnes d'ordure. La m&ecirc;me spoliation a &eacute;t&eacute; organis&eacute;e concernant les autres ressources naturelles, notamment mini&egrave;res, souvent tr&egrave;s importantes, dont disposaient ces pays.</span></em></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Quant &agrave; l'OMS, et &agrave; sa d&eacute;charge de l'OMS, il faut bien voir qu'elle a &eacute;t&eacute; depuis plus de vingt ans priv&eacute;e de ses financements et donc de ses moyens de pr&eacute;vention et d'intervention. Dans le m&ecirc;me temps, des ONG n'ayant rien de d&eacute;sint&eacute;ress&eacute;, comme les Fondations de Bill et Melinda Gates ou de Warren Buffet, ont pr&eacute;tendu g&eacute;rer les questions de sant&eacute; en court-court-circuitant les institutions publiques et sans aucun contr&ocirc;le d&eacute;mocratique de la part des gouvernements concern&eacute;s. A supposer qu'elles d&eacute;cident de s'attaquer &agrave; l'&eacute;pid&eacute;mie d'Ebola en ignorant &ndash; volontairement - ses autres causes, &eacute;voqu&eacute;es ci-dessus, elles ne pourront offrir aucune solution de long terme, puisqu'elles s'opposeront souvent ouvertement aux solutions publiques ou coop&eacute;ratives qui seules permettrait de traiter le probl&egrave;me &agrave; la base. Or, en profondeur, au del&agrave; des m&eacute;dicaments et des vaccins, ce sont de mesures redistributives radicales dont ces pays auraient besoin, touchant, au del&agrave; de la sant&eacute;, l'&eacute;ducation, le logement, la formation des femmes et des jeunes. </span></em></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Allyson Pollock ne pr&eacute;tend pas que les vaccins soient inutiles. Mais l&agrave; encore, selon elle, l'approche reste profond&eacute;ment capitalistique et donc in&eacute;galitaire. Il faut citer &agrave; cet &eacute;gard la</span></em><em><span style="font-style: normal"> </span></em><em><span style="font-style: normal"><em>Global Alliance for Vaccine Initiative,</em> en association avec les g&eacute;ant GSK et Merck, qui ne cherche pas &agrave; d&eacute;velopper des investissements internes, mais &agrave; solliciter des financements des gouvernements occidentaux, sans exclure a priori de breveter leurs propres d&eacute;couvertes. Mais comme produire des vaccins ne suffirait pas, sans l'effort gigantesque permettant de les diffuser en les accompagnant de toute l'infrastructure de sant&eacute; &eacute;voqu&eacute;e ci-dessus, et aujourd'hui pratiquement inexistante, il ne faudra pas attendre de miracles des vaccins, &agrave; supposer que les recherches en cours aboutissent. </span></em></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Il faut mentionner aussi le fait que les pays occidentaux, s'apitoyant sur les d&eacute;c&egrave;s provoqu&eacute;s par Ebola, ne veulent pas constater que l'attrait de la m&eacute;decine lib&eacute;rale destin&eacute;e aux plus riches d&eacute;poss&egrave;de massivement l'Afrique de ses professionnels de sant&eacute;. Ceux-ci choisissent de s'expatrier pour b&eacute;n&eacute;ficier de meilleures r&eacute;mun&eacute;rations et conditions de travail. Seul Cuba, refusant de s'inscrire dans les normes du lib&eacute;ralisme, a envoy&eacute; en Afrique des centaines de m&eacute;decins et professionnels de sant&eacute;, qui payent d'ailleurs aujourd'hui un lourd tribut &agrave; la maladie.</span></em></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Le mauvais exemple des pays europ&eacute;ens</span></em></font></strong></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Ceci dit, au del&agrave; de la situation des pays africains, r&eacute;v&eacute;l&eacute;e par le crise de l'Ebola, les pays europ&eacute;ens ne devraient pas s'estimer non menac&eacute;s par la privatisation des &eacute;quipements et la fuite des m&eacute;decins hors du secteur public. Il s'agit des cons&eacute;quence d'un n&eacute;olib&eacute;ralisme dont l'Europe a pris tr&egrave;s largement le chemin. L'exemple le plus &eacute;clatant de cette d&eacute;gradation est fourni par la Grande Bretagne. Le Service National de Sant&eacute; (NHS), mis en place &agrave; la fin de la seconde guerre mondiale, n'est plus d&eacute;sormais que l'ombre de ce qu'il &eacute;tait, &agrave; la suite des vagues de privatisation qui l'ont frapp&eacute;. Il fonctionnait sur la base de l'imp&ocirc;t progressif sur le revenu. Les cotisations des assur&eacute;s s'&eacute;levaient en fonction de leurs revenus.Or aujourd'hui les principales d&eacute;penses de sant&eacute; sont prises en charge par des assurances priv&eacute;e, inaccessibles aux plus pauvres.&nbsp;</span></em></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Si une &eacute;pid&eacute;mie comme Ebola r&eacute;ussissait &agrave; s'implanter en Grande Bretagne, ce serait comme en Afrique les populations les plus d&eacute;munies qui en feraient les frais. Alors, il sera trop tard pour compter sur un Service National de Sant&eacute; exsangue en vue de r&eacute;pondre aux besoins collectifs. </span></em></font> </p> Mon, 03 Nov 2014 23:00:00 GMT Quelle politique nataliste pour la France? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1536 1536 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20141020140238_sauvy.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br />On sait que, &agrave; la suite des deux guerres mondiales, les gouvernements fran&ccedil;ais avaient d&eacute;cid&eacute; d'encourager les naissances, en aidant les familles mais aussi les personnes c&eacute;libataires, &agrave; faire davantage d'enfants, selon l'expression adopt&eacute;e &agrave; l'&eacute;poque. Ceci signifiait qu'il ne fallait pas seulement inciter la nation &agrave; se doter d'un nombre de naissances permettant la stabilit&eacute; d&eacute;mographique, mais d'un nombre de naissance permettant d'atteindre un taux de croissance d&eacute;mographique aussi &eacute;lev&eacute; que possible. Ceci &eacute;tait destin&eacute; &agrave; compenser non seulement les pertes dues aux guerres, aux crises, mais aussi &agrave; un d&eacute;but de d&eacute;sint&eacute;r&ecirc;t pour la reproduction qui se manifestait semblait-il dans les milieux intellectuels ou f&eacute;ministes. <font face="Arial" size="2"><br /> <br /> Pour bien montrer que la politique d'encouragement des naissances, recommand&eacute;e notamment par le d&eacute;mographe Alfred Sauvy (image), n'avait pas de finalit&eacute; fiscale ou redistributive, mais visait seulement &agrave; favoriser la natalit&eacute;, quel que soit le niveau de vie des b&eacute;n&eacute;ficiaires, il avait donc &eacute;t&eacute; d&eacute;cid&eacute; de proportionner les aides familiales au nombre d'enfants, ind&eacute;pendamment du niveau de revenu des b&eacute;n&eacute;ficiaires. La d&eacute;marche avait fait l'objet de quelques d&eacute;bats &agrave; l'&eacute;poque, mais elle avait finalement &eacute;t&eacute; accept&eacute;e et m&ecirc;me encourag&eacute;e par toutes les tendances politiques. </font><font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Parall&egrave;lement aux allocations familiales, la soci&eacute;t&eacute; fran&ccedil;aise, bien plus en avance sur ce point que celles des autres pays, o&ugrave; qu'ils soient situ&eacute;s sur le globe, avait encourag&eacute; les femmes qui travaillent &agrave; ne pas devoir choisir entre la famille et la profession...au contraire du scandaleux projet de Appel et Facebook obligeant pratiquement les employ&eacute;es de ces entreprises &agrave; reporter leur reproduction au del&agrave; de la quarantaine, c'est-&agrave;-dire dans les conditions les plus d&eacute;favorables possibles. Un nombre important d'aides &agrave; la famille et au parent existent donc en France, au profit des m&egrave;res qui travaillent, qu'elles soient c&eacute;libataires ou en couple. Le montant de ces aides se r&eacute;duit de plus en plus, mais leur principe demeurent cependant bien inscrit dans les institutions et dans les moeurs.<br /> <font color="#000080"><br /> <strong>Un r&eacute;sultat exceptionnellement favorable</strong></font></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">A la suite des politiques publiques et priv&eacute;es visant &agrave; encourager la natalit&eacute;, la France est aujourd'hui le seul pays europ&eacute;en disposant d'une d&eacute;mographie positive, c'est-&agrave;-dire permettant un taux de naissances sup&eacute;rieur &agrave; celui des d&eacute;c&egrave;s. Ce r&eacute;sultat n'est pas du seulement &agrave; l'immigration et aux politiques d'aides telle que le regroupement familial. Il r&eacute;sulte d'une &laquo;&nbsp;propension &agrave; l'enfant&nbsp;&raquo; r&eacute;pandue dans toutes les classes sociales, ind&eacute;pendamment de l'origine, des religions ou de l'appartenance ethnique des parents. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Ce n'est pas le cas des autres pays europ&eacute;ens, m&ecirc;me en ce qui concerne la &laquo;&nbsp;riche&nbsp;&raquo; Allemagne. On a pu parler &agrave; cet &eacute;gard et non sans raison d'une v&eacute;ritable suicide d&eacute;mographique de l'Europe. Faire appel &agrave; l'immigration provenant d'autres continents pour y rem&eacute;dier n'est pas une solution, car elle augmente aujourd'hui les conflits li&eacute;s &agrave; cette derni&egrave;re, qu'elle soit officielle ou clandestine. Ceci non seulement dans chaque pays consid&eacute;r&eacute; mais dans l'espace europ&eacute;en en g&eacute;n&eacute;ral, o&ugrave; la circulation des personnes est devenue la r&egrave;gle. Il faut ajouter que l'exemple de l'Allemagne montre bien que la d&eacute;natalit&eacute; n'est pas seulement le r&eacute;sultat d'un choix en mati&egrave;re d'aides familiales, mais aussi un trait sociologique profond, la m&egrave;re au foyer y &eacute;tant encore v&eacute;cue comme un id&eacute;al alors qu'il s'agit en France d'un statut plut&ocirc;t n&eacute;gatif. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Mais faut-il absolument consid&eacute;rer que dans un monde o&ugrave; la population globale continue &agrave; cro&icirc;tre, alors que les ressources vont inexorablement diminuer, une d&eacute;mographie positive resterait une valeur &agrave; encourager? Ne faudrait-il pas au contraire encourager une d&eacute;croissance raisonn&eacute;e de la population mondiale? Nous ne le pensons pas. Envisager qu'une telle d&eacute;croissance, voire une simple stabilisation, puisse &ecirc;tre d&eacute;cid&eacute;e au niveau mondial, serait aussi utopique que proposer d'assurer une redistribution des richesses. <br /> <br /> Jusqu'&agrave; nouvel ordre, c'est la comp&eacute;tition pour la survie qui r&egrave;gne entre les nations et les Etats. Chaque Etat ou groupe d'Etats consid&egrave;re que disposer d'une population en croissance est un &eacute;l&eacute;ment de sa puissance, lui permettant de s'imposer, y compris militairement, au d&eacute;triment des Etats en voie de d&eacute;peuplement. C'est ainsi que la Chine, apr&egrave;s avoir fort raisonnablement, par le politique dite de l'enfant unique, tent&eacute; ces derni&egrave;res d&eacute;cennies de r&eacute;guler sa natalit&eacute;, revient d&eacute;sormais sur cette politique dans la perspective de comp&eacute;titions possibles avec l'Inde ou l'Indon&eacute;sie surpeupl&eacute;es, sans doute aussi en esp&eacute;rant sans l'avouer qu'elle pourra ainsi coloniser pacifiquement la Sib&eacute;rie russe dramatiquement sous peupl&eacute;e. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" color="#000080" size="2"><strong>Quelle politique nataliste pour la France du prochain demi-si&egrave;cle? </strong></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Compte tenu des points &eacute;voqu&eacute;s ci-dessus, nous r&eacute;pondrons &agrave; cette question par plusieurs propositions corr&eacute;l&eacute;es, c'est-&agrave;-dire participant d'une d&eacute;marche soci&eacute;tale globale. Inutile de pr&eacute;ciser que ces propositions n'engagent que leur auteur.</font></p> <font face="Arial" size="2" /> <ul> <li> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">La politique nataliste doit &ecirc;tre d&eacute;termin&eacute;e pour au moins deux, sinon trois g&eacute;n&eacute;rations. Elle est donc structurelle. Elle ne doit pas varier selon les al&eacute;as de la conjoncture: taux de croissance, taux de ch&ocirc;mage, taux d'in&eacute;galit&eacute;s, taux d'&eacute;migration ou d'immigration. Elle rel&egrave;ve par ailleurs de la souverainet&eacute; nationale, autrement dit elle ne doit pas &ecirc;tre fix&eacute;e par des politiques europ&eacute;ennes. Il pourrait en &ecirc;tre diff&eacute;remment s'il s'agissait de choix pris explicitement au niveau de l'ONU, mais, comme nous venons de le voir, cette perspective reste encore hautement improbable. </font></p> </li> <li> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">La politique nataliste ne doit pas &ecirc;tre li&eacute;e &agrave; des consid&eacute;rations relatives &agrave; la situation des g&eacute;nitrices. Elle doit donc &ecirc;tre la m&ecirc;me pour toutes, que celles-ci soit mari&eacute;es, divorc&eacute;es, c&eacute;libataires ou en couple homosexuel, qu'elles exercent ou non une activit&eacute; professionnelle et ce &agrave; quelque niveau que ce soit. Ajoutons que les femmes qui pour une raison ou une autre, n'ont pas d'enfants, ne devraient en aucun cas &ecirc;tre p&eacute;nalis&eacute;es par rapport aux m&egrave;res. </font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"> </p> </li> <li> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">La politique nataliste ne repose pas seulement sur l'appel &agrave; des aides mat&eacute;rielles allou&eacute;es par la collectivit&eacute; ou l'Etat, mais aussi sur des symboles. A cet &eacute;gard, nous pensons que la d&eacute;marche qui a &eacute;t&eacute; invariablement celle de la France, jusqu'&agrave; ces derni&egrave;res semaines, visant &agrave; ne pas lier les allocations familiales au niveau de vie, &eacute;tait la bonne. Autrement dit, le choix r&eacute;cent du gouvernement fran&ccedil;ais se traduisant par un lien entre les aides et le revenu n'est pas bon. Il s'agit d'une capitulation, au sens propre du terme, devant les oukases du respect d'un &eacute;quilibre budg&eacute;taire, lequel d&eacute;pend en fait de bien d'autres facteurs que la politique nataliste, tel notamment le taux d'investissements productifs. Il conviendrait donc de l'abroger le plus vite possible.<br /> </font> </p> </li> <li> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Il serait par contre n&eacute;cessaire de limiter les aides une fois atteint un certain taux de reproduction. Globalement, les familles sup&eacute;rieures &agrave; 4 enfants ne devraient pas &ecirc;tre encourag&eacute;es. On pourrait concevoir que croissantes jusqu'&agrave; 3 enfants, les aides se stabilisent au 4e enfant et disparaissent totalement au del&agrave;. Ainsi seraient &eacute;vit&eacute;es, notamment, les incitations &agrave; l'immigration de familles trop nombreuses, ou des d&eacute;marches contraires aux valeurs de notre civilisation, telle que la polygamie. </font></p> </li> </ul> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Concernant donc la France, nous ne pouvons que d&eacute;noncer la v&eacute;ritable l&acirc;chet&eacute; du Pr&eacute;sident et du gouvernement. Pour complaire &agrave; Bruxelles </font><font face="Arial" size="2">en mati&egrave;re d'&eacute;conomies</font><font face="Arial" size="2">, comme aussi aux exigences d 'autres pays europ&eacute;ens, ils n'ont m&ecirc;me pas cherch&eacute; &agrave; poser le probl&egrave;me des allocations familiales en toute clart&eacute; devant l'opinion publique. Si l'appel au r&eacute;f&eacute;rendum s'impose, cela aurait pourtant &eacute;t&eacute; le cas. </font></p> Sun, 19 Oct 2014 23:00:00 GMT Le monde jusqu'à hier par Jared Diamond http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1220 1220 <br /><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif" color="#000000"><strong><font size="3"><font color="#000099"><br /> <font size="2"><img width="150" align="left" height="220" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/141/Monde_jusqua_hier.jpg" alt="" /></font></font></font></strong></font><br /> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif" color="#000000"><strong><font size="3"><font color="#000099"><font size="2"> </font></font></font></strong><font size="3"><font color="#000099"><font size="2" color="#000000">Gallimard<br /> <br /> Traduction en fran&ccedil;ais de <strong><font color="#000099">The World Until Yesterday: What Can We Learn from Traditional Societies?</font></strong> 2012<br /> <br /> Commentaires par Jean-Paul Baquiast 18/12/2013</font></font></font></font></p> <p align="left">&nbsp;</p> <p align="left">&nbsp;</p> <p align="left">&nbsp;</p> <p align="left">&nbsp;</p> <p align="left">&nbsp;</p> <div align="justify"> <table width="82%" bgcolor="#C9FFB7" align="center"> <tbody> <tr> <td height="212"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><img width="120" align="left" height="129" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/141/220px-Jared_diamond.jpg" alt="" />Jared Mason Diamond, n&eacute; le 10 septembre 1937, est un biologiste &eacute;volutionniste, physiologiste et g&eacute;oanthropologue am&eacute;ricain. <br /> <br /> Professeur de g&eacute;ographie &agrave; l'Universit&eacute; de Californie &agrave; Los Angeles (UCLA), il est surtout connu pour ses ouvrages d'anthropologie politique&nbsp;: <em>De l'in&eacute;galit&eacute; parmi les soci&eacute;t&eacute;s</em> (qui lui a valu un prix Pulitzer en 1998) et<em> Effondrement</em> (traduit en fran&ccedil;ais en 2006). <br /> <br /> Nous avions consacr&eacute; &agrave; ce dernier ouvrage une recension en 2006<br /> <a href="http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2006/avr/collapse.html">http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2006/avr/collapse.html</a></font></td> </tr> </tbody> </table> <div align="center"> <p>&nbsp;</p> </div> </div> <div align="justify"> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em><strong><font color="#FF0000">Introduction en forme d'excuses publiques et demande d'indulgence, destin&eacute;es &agrave; adoucir toutes poursuites judiciaires et extra-judiciaires </font> </strong> </em> </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em><font color="#FF0000">Nous venions de mettre en ligne une courte pr&eacute;sentation du dernier ouvrage de Jared Diamond <strong>&laquo;&nbsp;The World Until </strong></font><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em><font color="#FF0000"><strong>Yesterday&nbsp;&raquo; , &laquo;&nbsp;Le monde jusqu'&agrave; hier&nbsp;&raquo; </strong>quand nous avons</font></em></font><font color="#FF0000"> d&eacute;couvert que cet auteur, ses diff&eacute;rents ouvrages et ceux qui comme nous en rendent compte, m&eacute;ritent d&eacute;sormais des poursuites de la future Cour des comptes de l'in&eacute;galit&eacute; propos&eacute; par le remarquable rapport remis r&eacute;cemment au Premier ministre pour favoriser le &laquo;&nbsp;vivre ensemble&nbsp;&raquo;. <br /> <br /> Les auteurs de ce rapport, rest&eacute;s plus ou moins anonymes, appartiennent semble-t-il &agrave; l'organisation de gauche Terra Nova, qui s'&eacute;tait fait pr&eacute;c&eacute;demment conna&icirc;tre par l'audacieuse proposition visant &agrave; &laquo;&nbsp;changer le peuple&nbsp;&raquo;, vu que le peuple n'a que des id&eacute;es r&eacute;actionnaires et que les seuls experts &agrave; consulter sont les intellectuels de gauche vivant dans les beaux quartiers. <br /> <br /> La presse a retenu que ce rapport demandait l&rsquo;autorisation du voile &agrave; l'&eacute;cole et la suppression de la circulaire qui emp&ecirc;che les m&egrave;res voil&eacute;es d'accompagner les &eacute;l&egrave;ves lors des sorties scolaires. Mais il faut &eacute;videmment aller plus loin. &nbsp;Le rapport propose la cr&eacute;ation &nbsp;d'une Cour des comptes de l&rsquo;&eacute;galit&eacute; ainsi, entre autres, que l'abandon du terme int&eacute;gration lequel peut constituer &laquo;&nbsp;un signal fort pour celles et ceux qui sont victimes de cette injonction au quotidien&nbsp;&raquo; . </font></em></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em><font color="#FF0000">Au del&agrave;, ce rapport demande que la France assume &quot;la dimension arabe-orientale&quot; de son identit&eacute;, en valorisant notamment l'enseignement de l'arabe &agrave; l'&eacute;cole et, d&egrave;s le coll&egrave;ge,&nbsp;d'une langue africaine. De m&ecirc;me, il faut revenir sur l'allocation de solidarit&eacute; aux personnes &acirc;g&eacute;es ou le RSA qui &quot;ne sont servis aux assur&eacute;s ressortissants &eacute;trangers que s'ils justifient d'un s&eacute;jour r&eacute;gulier de cinq ans au moins&quot; . On discrimine ainsi les immigr&eacute;s r&eacute;cents au regard des immigr&eacute;s ayant cinq ans de pr&eacute;sence en France. <br /> <br /> &nbsp;Plus g&eacute;n&eacute;ralement, le rapport d&eacute;cr&egrave;te </font><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em><font color="#FF0000">&agrave; juste titre</font></em></font><font color="#FF0000"> que pour favoriser le &quot;vivre ensemble&quot;, il faudrait poser comme principe la &quot;non d&eacute;signation&quot; des individus puisque &quot;d&eacute;signer c'est assigner et c'est stigmatiser&quot; ! Et pour emp&ecirc;cher les d&eacute;signations &quot;stigmatisantes&quot;, il est sugg&eacute;r&eacute; de cr&eacute;er un d&eacute;lit de &quot;harc&egrave;lement racial&quot; et, encore, d'&quot;&eacute;tudier le recours &agrave; la sanction&quot; !<br /> <br /> Or c'est h&eacute;las ce que fait en permanence l'ouvrage de Jared Diamond. Il d&eacute;signe et de ce fait stigmatise les populations&nbsp;dites traditionnelles, dont les coutumes et usages sont tr&egrave;s &eacute;trang&egrave;res aux n&ocirc;tres. Les repr&eacute;sentants de ces populations, s'il en est, ou ceux qui voudraient par un retour en arri&egrave;re s'y assimiler, ne pourront que se sentir &laquo;&nbsp;stigmatis&eacute;s&nbsp;&raquo;. </font></em></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em><font color="#FF0000">Comment par exemple accepter que l'auteur reprenne l'observation selon laquelle les guerres modernes, m&ecirc;me avec l'emploi d'armes de destruction massives, ont fait (selon des estimations, sur lesquelles tous heureusement ne s'accorderont pas), moins de morts relativement que les m&oelig;urs belliqueuses des chasseurs-cueilleurs arm&eacute;s d'arcs et de lances. De plus, dans ces soci&eacute;t&eacute;s, tout le monde y &eacute;tait consid&eacute;r&eacute; comme bon &agrave; tuer. Pas de piti&eacute; pour les femmes et les enfants. <br /> <br /> Heureusement, d&egrave;s la parution de l'ouvrage en anglais, les leaders dits &laquo;&nbsp;indigenous&nbsp;&raquo; (mot &agrave; proscrire) de la Papouasie occidentale et l'ONG Survival International d&eacute;di&eacute;e &agrave; la protection des droits indig&egrave;nes (indigenous rights) ont vigoureusement protest&eacute;, allant jusqu'&agrave; demander l'interdiction du livre. </font></em></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em><font color="#FF0000">Nous ne pouvons que suivre cet exemple et demander l'interdiction de ce m&ecirc;me livre en France et de tous commentaires s'y rapportant. Cette sanction devrait s'appliquer au pr&eacute;sent article. Malheureusement, il est en ligne depuis quelques jours et, comme l'on sait, l'oubli n'est pas possible sur Internet. Que l'impression des pr&eacute;sentes excuses en caract&egrave;re rouge nous attire l'indulgence des sages de Terra Nova; Ce rouge est celui que nous portons d&eacute;sormais au front quand nous nous relisons. <br /> &nbsp;</font></em></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Nous avions en 2006 longuement comment&eacute; un des ouvrages plus connus de Jared Diamond, Collapse (voir lien ci-dessus). A la relecture, ces commentaires nous paraissent avoir conserv&eacute; l'essentiel de leur actualit&eacute;. Nous ne reprendrons pas ici mais y renvoyons le lecteur.<br /> <br /> Depuis Collapse, Jared Diamond a &eacute;crit plusieurs livres o&ugrave; l'on retrouve sa riche connaissance des soci&eacute;t&eacute;s traditionnelles (interpr&eacute;t&eacute;es il est vrai par le regard des anthropologues occidentaux), sa tendance &agrave; interroger le destin de l&rsquo;humanit&eacute; au regard de situations particuli&egrave;res, de l&rsquo;&icirc;le de P&acirc;ques aux Mayas en passant par les chasseurs-cueilleurs de Papouasie-Nouvelle-Guin&eacute;e, sa propension &agrave; accorder une place d&eacute;terminante &agrave; la gestion de l&rsquo;environnement naturel dans l&rsquo;&eacute;volution des soci&eacute;t&eacute;s humaines. <br /> <br /> Son nouveau livre manifeste les m&ecirc;mes caract&eacute;ristiques. Il s'agit d'un ouvrage de 600 pages, qui se lit, selon l'expression consacr&eacute;e, comme un roman. Il nous fournit une somme impressionnantes d'informations, mal connues du grand public, sur les soci&eacute;t&eacute;s en voie de disparition ou cohabitant parfois encore avec nos soci&eacute;t&eacute;s dites techno-financi&egrave;res lesquelles se sont &eacute;tendues aujourd'hui &agrave; une grande partie du monde, y compris dans les pays &eacute;mergents. <br /> <br /> Contrairement aux apologies na&iuml;ves (ou int&eacute;ress&eacute;es&nbsp;) du monde d'hier, celui ayant domin&eacute; la Terre pendant au moins 15.000 ans, Jared Diamond rappelle que les soci&eacute;t&eacute;s traditionnelles souffraient de maux chroniques que nous n'accepterions plus aujourd'hui. Outre les famines et les maladies qu'elles &eacute;taient bien oblig&eacute;es de supporter, elles avaient institutionnalis&eacute; la guerre, les infanticides et l&rsquo;abandon des vieillards (la vieillesse commen&ccedil;ant vers la cinquantaine sinon plus t&ocirc;t). Il rel&egrave;ve par exemple que les guerres modernes, m&ecirc;me avec l'emploi d'armes de destruction massives, ont fait (selon ses estimations, sur lesquelles tous ne s'accordent pas), moins de morts relativement que les m&oelig;urs belliqueuses des chasseurs-cueilleurs arm&eacute;s d'arcs et de lances. De plus, tout le monde y &eacute;tait consid&eacute;r&eacute; comme bon &agrave; tuer. Pas de piti&eacute; pour les femmes et les enfants. <br /> <br /> Dans le domaine de l'environnement, il ne reprend pas l'image bien pensante du bon sauvage manifestant un respect religieux pour la nature. Si les destructions des &eacute;cosyst&egrave;mes prenaient moins d'ampleur alors qu'aujourd'hui, elles &eacute;taient conduites syst&eacute;matiquement et spontan&eacute;ment quand les tribus le pouvaient. C'est ainsi, faut-il le rappeler, que des populations enti&egrave;res de grands mammif&egrave;res, mais aussi d'oiseaux aujourd'hui disparu, ont &eacute;t&eacute; victimes de ces pr&eacute;dateurs redoutables qu'&eacute;taient les hommes primitifs. Il s'interroge donc sur la fascination que nous &eacute;prouvons pour les soci&eacute;t&eacute;s traditionnelles, avec le r&ecirc;ve de faire revivre aujourd'hui ce que nous estimons &ecirc;tre leurs valeurs. <br /> <br /> Jared Diamond ne verse pas cependant dans des critiques outranci&egrave;res, venant d'int&eacute;r&ecirc;ts &eacute;conomiques et politiques cherchant &agrave; justifier l'exploitation &eacute;go&iuml;ste de ce qui demeure de soci&eacute;t&eacute;s vivant pr&egrave;s de la nature. Plut&ocirc;t que c&eacute;der soit &agrave; l'id&eacute;alisation soit au rejet syst&eacute;matique, il recommande, exemples &agrave; l'appui, des comparaisons aussi scientifiques que possible entre les diff&eacute;rents modes de vie, anciens comme modernes. En bonne logique, nous pourrions chercher &agrave; importer de nos jours un certain nombre de comportements que pour des raisons diverses, souvent politiques, nos &eacute;lites estiment aujourd'hui irrecevables. <br /> <br /> C'est le cas en ce qui concerne les retraites pr&eacute;coces que nous imposons aux personnes &acirc;g&eacute;es, sans parler de l'enfermement dans des statuts inf&eacute;rieurs de beaucoup de femmes consid&eacute;r&eacute;es comme des mineures. Les soci&eacute;t&eacute;s primitives, selon lui, pour des raisons de survie, faisaient travailler le plus t&ocirc;t et le plus longtemps possible les individus des deux sexes. Aujourd'hui au contraire, par exemple en mati&egrave;re de retraite, dans des conditions tr&egrave;s diff&eacute;rentes, mais avec la diminution de la natalit&eacute; et l'accroissement des dur&eacute;es de vie, parall&egrave;lement au d&eacute;veloppement de technologies douces, les personnes &acirc;g&eacute;es devraient revendiquer, plut&ocirc;t qu'un avancement de l'&acirc;ge de la retraite, une activit&eacute; adapt&eacute;es &agrave; leurs possibilit&eacute;s poursuivie le plus longtemps possible. <br /> <br /> Dans un tout autre domaine, fort contest&eacute; aujourd'hui, nous pourrions, toutes choses &eacute;gales par ailleurs, offrir aux vieillards en fin de vie une possibilit&eacute; honorable de mettre fin &agrave; leurs jours, ce qui &eacute;tait apparemment habituel dans les soci&eacute;t&eacute;s primitives 1). <br /> <br /> <font color="#000099"><strong>Ce &agrave; quoi le livre pourrait-il servir</strong></font> ?<br /> <br /> D'une fa&ccedil;on plus g&eacute;n&eacute;rale, Jared Diamond refuse &ndash; &agrave; juste titre selon nous &ndash; la tendance de tous les anthropologues, depuis un si&egrave;cle, &agrave; consid&eacute;rer les soci&eacute;t&eacute;s primitives comme formant un bloc indivisible, que l'on caract&eacute;rise &agrave; partir de l'&eacute;tude de situations exceptionnelles, celles qui sautent aux yeux non seulement du touriste mais de ces anthropologues eux-m&ecirc;mes.</font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"> Son oeuvre, nous l'avons rappel&eacute;, vise &agrave; offrir une indispensable diversification dans le regard. Mais pour bien faire, ce regard diversifi&eacute; devraient s'appuyer sur deux approches compl&eacute;mentaires, esquiss&eacute;es dans le livre mais impossibles &agrave; conduire dans ce cadre trop restreint, et par un seul homme. <br /> <br /> D'une part il faudrait mener des &eacute;tudes sociologiques ou statistiques du pass&eacute;, peu envisageables compte tenu de la faiblesse des moyens allou&eacute;s &agrave; ces disciplines. De plus ces &eacute;tudes devraient &ecirc;tre sous-tendues par une profonde empathie, devenue de plus en plus difficile par la disparition des contacts avec des soci&eacute;t&eacute;s en voie d'extinction. <br /> <br /> Mais d'autre part, et simultan&eacute;ment, il faudrait mener des &eacute;tudes sociologiques ou statistiques du monde pr&eacute;sent, encore moins envisageables compte tenu du nombre des soci&eacute;t&eacute;s impliqu&eacute;es, de la diversification technologiques, de ma mondialisation et surtout des divergences dans le regard politique pos&eacute; sur le monde moderne. <br /> <br /> Ceci ne veut pas dire qu'il serait inutile de lire en profondeur l'ouvrage de Jared Diamond. Il offre suffisamment de mati&egrave;res &agrave; penser pour cr&eacute;er chez le lecteur un malaise de bon aloi, pouvant l'inciter &agrave; poursuivre ses r&eacute;flexions personnelles ou ses activit&eacute;s politiques dans les domaines &eacute;voqu&eacute;s par l'auteur. Tous ceux qui produisent du papier ou occupent les &eacute;crans de nos ordinateurs ne peuvent en dire autant. <br /> </font></p> </div> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">1) Ce commentaire est de nous. <br /> <br /> 2) M&eacute;diapart a publi&eacute; r&eacute;cemment un article beaucoup plus r&eacute;fl&eacute;chi que le n&ocirc;tre sur le livre de Jared Diamond<br /> <a href="http://www.mediapart.fr/search/apachesolr_search/Jared%20diamond">http://www.mediapart.fr/search/apachesolr_search/Jared%20diamond</a></font></p> <p> </p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"> </font></p> <p align="left">&nbsp;</p> Mon, 16 Dec 2013 23:00:00 GMT L'Europe bientôt confrontée à des migrations africaines massives http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1178 1178 <br /><div class="node-inner" id="bloggPostInner"> <div class="content"><br /> <p><img width="440" height="410" class="external" alt="immigration.jpg" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/139/immigration.jpg" /></p> <p><span><em>Cette carte est d&eacute;j&agrave; un peu ancienne, mais dans l'ensemble, elle marque bien les tendances</em></span></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><span>Le monde qui vient, notre monde, est la proie de ce que certains ont appel&eacute; les quatre Cavaliers de l'Apocalypse (<a target="_blank" class="external" href="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/139/cavaliers.htm">cf un de nos articles</a>). On peut sans grand risque les identifier, m&ecirc;me si la liste peut para&icirc;tre trop courte: la multiplication des Etats faillis, la dislocation &eacute;conomique g&eacute;n&eacute;rant des in&eacute;galit&eacute;s croissante entre les pays (revenus moyens de 1 &agrave; 2 dollars par jour et par personne pour de nombreuses soci&eacute;t&eacute;s africaines, contre 50 &agrave; 100 en Europe), la diffusion des id&eacute;ologies et religions radicales, le r&eacute;chauffement climatique. <br /> <br /> Les causes en sont tr&egrave;s diverses, toutes sont aggrav&eacute;es par le capitalisme financier international principalement bas&eacute; dans les pays riches, toutes p&egrave;seront en priorit&eacute; sur le milliard et demi d'Africains que comptera prochainement l'Afrique, toutes finalement se traduiront par une augmentation continue des migrations provenant de ce continent et qui tentent de profiter du niveau de vie sup&eacute;rieur des Europ&eacute;ens.<br /> <br /> Les naufrages &agrave; r&eacute;p&eacute;tition d'embarcations apportant des dizaines, et maintenant des centaines d'&eacute;migrants africains autour de Lampedusa et des c&ocirc;tes voisines ne sont donc pas pr&egrave;s de diminuer., suscitant selon les cas soit l'indiff&eacute;rence, soit des deuils nationaux, objurgations du pape et manifestations d'ONG. Ces r&eacute;actions sont tout &agrave; fait compr&eacute;hensibles, les secondes sont &agrave; l'honneur de ceux qui s'&eacute;meuvent (encore que dans le m&ecirc;me temps nul ne s'&eacute;meut vraiment du nombre des morts sur les routes, qu'il serait facile de diminuer en r&eacute;duisant drastiquement la vitesse). Il reste cependant, aussi impopulaire que ce soit de le dire, qu'un minimum de mises au point s'impose. </span></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><span>Les citoyens des pays riches accepteraient-ils volontairement les sacrifices consid&eacute;rables qui seraient n&eacute;cessaires pour att&eacute;nuer le poids impos&eacute;s sur les citoyens africains par les quatre Cavaliers de l'Apocalypse sus-d&eacute;sign&eacute;s. La r&eacute;ponse est &eacute;videmment n&eacute;gative. Sans m&ecirc;me envisager que des aides massives soient accord&eacute;es &agrave; l'Afrique pour tenter de fixer sur le continent des millions de candidats au d&eacute;part, quelle commune europ&eacute;enne accepterait l'implantation et l'entretien de centaines ou m&ecirc;me de dizaines d'Erythr&eacute;ens, Somaliens ou ressortissants d'autres pays m&ecirc;me plus proches de l'Europe. Pratiquement aucune. <br /> <br /> Il faudrait que ceci soit impos&eacute; par les gouvernements, faute de politiques europ&eacute;ennes communes en ce sens. Aucun gouvernement n'y consentira, sauf au compte-goutte. Les difficult&eacute;s actuelles li&eacute;es &agrave; la circulation et &agrave; l'int&eacute;gration des Roms seraient multipli&eacute;es &agrave; l'infini. Parler de couloirs humanitaires permettant de s&eacute;curiser des flux migratoires ne correspond &agrave; rien, dans la mesure o&ugrave; aucune structure d'accueil viable ne serait mise en place au bout de ces couloirs. Quant &agrave; pr&eacute;tendre qu'avec leurs cultures sp&eacute;cifiques ces migrants se dissoudraient sans effort dans les populations autochtones, ce n'est pas seulement r&ecirc;ver mais mentir sciemment. </span></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial" color="#0000FF"><span><strong><span>L'Europe</span></strong></span></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><span>Les opinions et les gouvernements se tourneront donc vers l'Europe, pour demander une adaptation radicale de la politique de l'Union europ&eacute;enne en mati&egrave;re de migration (<a target="_blank" class="external" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_de_l%27immigration_de_l%27Union_europ%C3%A9enne">cf Wikipedia</a>). Mais comme on le constate aujourd'hui tous les jours, celle-ci est bien trop superficielle et complexe pour s'appliquer &agrave; des changements en profondeur des flux migratoires. Pour le moment, elle a surtout pour r&eacute;sultat d'encourager diff&eacute;rentes maffias &agrave; faire miroiter l'&eacute;den europ&eacute;en &agrave; un nombre croissant de candidats au d&eacute;part durement rackett&eacute;s &agrave; cette occasion. </span></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><span>Dans quel sens la modifier? Rien de s&eacute;rieux n'est pour le moment envisag&eacute;. Pourtant, d'ores et d&eacute;j&agrave;, la moindre personne comp&eacute;tente en pratique maritime dira que pour d&eacute;courager les embarcations de passeurs, il faudrait que des unit&eacute;s navales militaires europ&eacute;ennes l&eacute;g&egrave;res mais en nombre suffisant les interceptent et les repoussent vers les ports d'o&ugrave; elles proviennent. Ceci non seulement &agrave; partir des eaux internationales mais dans les eaux territoriales des Etats qui les tol&egrave;rent. Or nul Etat europ&eacute;en n'oserait le faire. On imagine sans peine, en cas de r&eacute;sistance voire d'accident, le scandale international en r&eacute;sultant. La Russie, la Chine, pour ne pas parler des Etats-Unis, seraient les seuls pays capables en ce moment, si leurs int&eacute;r&ecirc;ts &eacute;taient menac&eacute;s, de prendre de telles mesures contraires au droit maritime international. </span></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><span>Ajoutons que la situation ainsi d&eacute;crite ne pourra que s'aggraver avec les effets du r&eacute;chauffement climatique, le plus mena&ccedil;ant et le moins &eacute;vitable de nos Cavaliers de l'Apocalypse. Ce ne seront plus alors des milliers mais des millions d'Africains qui entreprendront prochainement la longue migration vers le nord, vers une Europe de son c&ocirc;t&eacute; affaiblie par les m&ecirc;mes facteurs de destruction. Il serait illusoire de penser que ces migrants continueront &agrave; se pr&eacute;senter gentiment aux fronti&egrave;res de l'Europe. Tr&egrave;s vite, les esprits mont&eacute;s par divers radicalismes, ethniques, nationalistes ou religieux, ils viendront en armes forcer les passages. L'Europe dans ce cas mobilisera ses forces militaires, comme les Etats-Unis commencent &agrave; le faire sur la fronti&egrave;re mexicaine, &agrave; l'encontre de migrants pourtant bien plus proches culturellement. Plus personne alors ne criera au scandale en Europe. On &eacute;voquera, &agrave; tort ou &agrave; raison en termes moraux, la l&eacute;gitime d&eacute;fense. </span></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><span>Que proposez vous, diront les lecteurs aux auteurs de cet article? Rien pour le moment, sinon commencer &agrave; consid&eacute;rer la situation actuelle dans toute son ampleur, et sur le long terme. Y compris bien s&ucirc;r avec les repr&eacute;sentants des Etats concern&eacute;s et de l'ONU. Ce pourrait &ecirc;tre le d&eacute;but de la sagesse, plut&ocirc;t qu'en appeler &agrave; de bons sentiments capara&ccedil;onn&eacute;s d'&eacute;go&iuml;sme et d'incomp&eacute;tence. </span></font></p> </div> </div> Thu, 03 Oct 2013 23:00:00 GMT A propos de How to create a Mind http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=997 997 <br /><p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font color="#000000"><strong><font color="#000099"> <img width="148" height="218" align="left" alt="" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2012/131/mind.jpg" /><br /> Ray Kurzweil </font></strong></font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font color="#000000"><strong><font color="#000099"> Viking oct. 2012</font></strong></font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font color="#000000">Pr&eacute;sentation et discussion par Jean-Paul Baquiast<br /> 26/11/2012 <br /> </font></font></p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <div align="justify"> <table width="85%" bgcolor="#C9FFB7" align="center"> <tbody> <tr> <td height="402"> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><img width="225" height="225" align="left" alt="" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2012/131/kurzweilpict.jpg" /></font></p> </td> </tr> </tbody> </table> <div align="center"> <p align="left">&nbsp;</p> <p align="left"><font color="#000099"><strong><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Pr&eacute;ambule</font></strong></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Annonc&eacute; depuis quelques mois par l'&eacute;diteur,<em> How to Create a Mind</em>, que je viens de lire, tient ses promesses. Les esprits critiques diront que je me suis laiss&eacute; na&iuml;vement entra&icirc;ner par l'enthousiasme futuriste de l'auteur. Je pense qu'il n'en est rien. Ce livre devrait selon moi marquer, sans doute bien au del&agrave; de ce qu'en pense Ray Kurzweil lui-m&ecirc;me, l'&eacute;mergence (selon le terme consacr&eacute;) ou si l'on pr&eacute;f&egrave;re la cristallisation d'un univers dont les pr&eacute;misses sont partout mais qui n'avait pas encore atteint la coh&eacute;rence suffisante pour s'imposer &agrave; tous les regards.</font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">De quel monde s'agit-il? Celui que nous avons appel&eacute; ici dans d'autres articles l'univers des processus intelligents co-activ&eacute;s. Ces processus sont invent&eacute;s par certains humains, mis en oeuvre au moins initialement par eux, mais ils sont en train de leur &eacute;chapper pour construire le nouvel &eacute;cosyst&egrave;me dont les humains et leurs machines tels que nous les connaissons ne sont plus que des agents &agrave; l'autonomie limit&eacute;e. Il s'agit d'un monde dont tr&egrave;s peu d'humains &agrave; ce jour soup&ccedil;onnent l'existence, et qu'un bien plus petit nombre d'entre eux pourraient commencer &agrave; comprendre. Nous sommes donc loin de la d&eacute;mocratie. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Pourtant, les &eacute;l&eacute;ments permettant d'analyser l'&eacute;volution en train de se faire sont sous nos yeux, disponibles. Nous en subissons tous les jours les premiers effets, mais quasiment &agrave; l'aveugle. Nous manquent encore les &eacute;l&eacute;ments de la &laquo;&nbsp;culture&nbsp;&raquo; qui serait n&eacute;cessaire pour percevoir les logiques &agrave; l'oeuvre. Seuls quelques favoris&eacute;s peuvent commencer &agrave; le faire, et tr&egrave;s incompl&egrave;tement. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Pour le prouver, il suffit de poser la question: combien de personnes liront les 336 pages du livre de Kurzweil, y compris les notes et les r&eacute;f&eacute;rences? Combien de personnes iront chercher sur le web les informations n&eacute;cessaires &agrave; la compr&eacute;hension des innombrables concepts et id&eacute;es auxquels ces divers textes font allusion? Combien d'entre elles essaieront, &agrave; supposer qu'elles proc&egrave;dent &agrave; ce premier travail, titanesque pour des non-sp&eacute;cialistes, de se donner une id&eacute;e d'ensemble permettant de comprendre les &eacute;volutions en cours, ou plus simplement les consid&eacute;rations &eacute;voqu&eacute;es ici? La r&eacute;ponse serait consternante: un nombre infime, au regard des quelques milliards d'humains concern&eacute;s, qu'ils en soient ou non conscients, par les ph&eacute;nom&egrave;nes auxquels je fais allusion. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Il leur faudrait en tout premier lieu, objectera-t-on, lire l'anglais et plus particuli&egrave;rement l'anglais technique. Certes des outils de traduction automatique et d'interpr&eacute;tation s&eacute;mantique commencent &agrave; &ecirc;tre disponibles. Mais pour les mettre en oeuvre, les non-sp&eacute;cialistes devraient y consacrer des milliers d'heures. Ils ne le feront pas, soit par indiff&eacute;rence, soit par paresse, soit parce que d'autres obligations plus imm&eacute;diatement vitales (croient-ils) ne leur en laisseraient pas le loisir.</font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Moi-m&ecirc;me, je ne ferait pas l'effort consistant &agrave; analyser et tenter d'expliquer en d&eacute;tail le livre de Kurzweil, comme on pourrait l'attendre d'un chroniqueur prenant son activit&eacute; au s&eacute;rieux. Je me bornerai &agrave; en conseiller instamment la lecture, sans plus. Tant pis pour ceux qui ne suivront pas ce conseil. Je r&eacute;serverai aujourd'hui mon temps et mon &eacute;nergie du moment &agrave; la r&eacute;daction du pr&eacute;sent article, d'ailleurs bien imparfait, destin&eacute; &agrave; alerter ceux des lecteurs qui seront d&eacute;j&agrave; suffisamment avertis pour comprendre et discuter le livre de Kurzweil, ou d'autres analogues. Tant pis pour les autres. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Venons en apr&egrave;s ce pr&eacute;ambule n&eacute;cessaire &agrave; tenter d'interpr&eacute;ter le message non &eacute;crit qui se d&eacute;gage selon moi, de <em>How to Create a Mind</em>. J'en donnerai un r&eacute;sum&eacute; tr&egrave;s synth&eacute;tique, en six points </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099">Premier point:</font></strong> les logiciels de simulation par l'Intelligence Artificielle (IA), recoup&eacute;s par les observations des cerveaux biologiques, et plus particuli&egrave;rement des cortex sup&eacute;rieurs, commencent &agrave; donner des repr&eacute;sentations tr&egrave;s cr&eacute;dibles de l'organisation et du fonctionnement de ces cortex. Conform&eacute;ment au parti-pris ici, je renvoie le lecteur pour d'autres informations sur ces points tant au livre de Kurzweil qu'au web. Disons seulement que dans un nombre d&eacute;sormais non n&eacute;gligeable de laboratoires et de projets de recherche, des hypoth&egrave;ses de plus en plus pr&eacute;cises apparaissent. Notre site a pour sa part r&eacute;f&eacute;renc&eacute; plusieurs de tels projets. Citons seulement le projet europ&eacute;en Blue brain et le projet am&eacute;ricain Human Connectome. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">On observera, mais j'y reviendrai, que beaucoup des &eacute;quipes participants &agrave; ces projets sont financ&eacute;es directement ou indirectement par le d&eacute;partement de la d&eacute;fense am&eacute;ricaine, par IBM ou par Google. Il s'agit pour ces organismes d'enjeux de pouvoir essentiels. Dans un domaine dit r&eacute;cr&eacute;atif, mais qui n'a de r&eacute;cr&eacute;atif que le nom, il faut rappeler les performances de l'automate Watson, mis au point par IBM. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Watson s'est r&eacute;v&eacute;l&eacute; capable de battre les meilleurs experts humains au jeu Jeopardy! Pour r&eacute;pondre &agrave; des questions particuli&egrave;rement difficiles, il a pu utiliser en quelques secondes des donn&eacute;es pertinentes perdues dans les milliards d'informations accessibles sur le web au moment de l'&eacute;preuve. De nouvelles g&eacute;n&eacute;rations de Watson sont &agrave; l'&eacute;tude, notamment pour le diagnostic m&eacute;dical. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099">Deuxi&egrave;me point:</font></strong> les repr&eacute;sentations du cortex sup&eacute;rieur d&eacute;coulant de ces recherches sont tr&egrave;s rassurantes, en ce sens que loin de faire appara&icirc;tre une inextricable complexit&eacute;, elles montrent une organisation tr&egrave;s simple et r&eacute;p&eacute;titive, constitu&eacute; de millions (centaines de millions) de structures neuronales &eacute;l&eacute;mentaires (mini-colonnes), que Ray Kurzweil et ses coll&egrave;gues nomment des &laquo;<em>&nbsp;pattern recognizers&nbsp;</em>&raquo; ou &laquo;&nbsp;&nbsp;identificateurs de permanences structurales&nbsp;&raquo;. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Dans mon article pr&eacute;cit&eacute; consacr&eacute; au Deep Learning, j'y indique que ces identificateurs sont des acquis de l'&eacute;volution. Ils sont indispensables pour interpr&eacute;ter les messages sensoriels, endog&egrave;nes et exog&egrave;nes, puis faire appara&icirc;tre les comportements indispensables &agrave; la survie. Si je ne confond pas une souris avec un tigre, ou mon coll&egrave;gue avec un voisin, c'est parce que des pyramides hi&eacute;rarchiques r&eacute;cursives constitu&eacute;es de tels identificateurs m'ont permis de construire des images aussi ad&eacute;quates que possible correspondants aux &laquo;&nbsp;r&eacute;alit&eacute;s&nbsp; ext&eacute;rieures permanentes&nbsp;&raquo; suppos&eacute;es correspondre aux messages sensoriels en &eacute;manant. Les fonctions consid&eacute;r&eacute;es comme les plus nobles de l'esprit humain en d&eacute;coulent. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">On ne doit pas cependant s'imaginer que la simulation des fonctions m&ecirc;me les plus &eacute;l&eacute;mentaires du cortex, telles la reconnaissance des images ou des sons, puisse &ecirc;tre facilement r&eacute;alis&eacute;e par des cerveaux artificiels. Ceci parce que, comme le pr&eacute;cise Ray Kurzweil, notre cortex met en oeuvre, en parall&egrave;le et avec des temps de r&eacute;ponse tr&egrave;s courts, des millions de tels simulateurs, actifs et s'auto-perfectionnant d&egrave;s le plus jeune &acirc;ge. Ils op&egrave;rent tant dans la veille que dans le sommeil, le plus souvent sans que le sujet en soit conscient. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099">Troisi&egrave;me point: </font></strong>ll est rassurant &eacute;galement de constater que, sous r&eacute;serve de v&eacute;rifications exp&eacute;rimentales plus approfondies, ces identificateurs neuronaux, constitu&eacute;s de quelques dizaines ou centaines de neurones, fonctionnement selon des proc&eacute;dures imagin&eacute;es depuis trente ans par le chercheurs en IA et par Ray Kurzweil lui m&ecirc;me. Il s'agit (notamment) de celles &agrave; l'oeuvre dans les r&eacute;seaux neuronaux (<em>neural networks</em>) compl&eacute;t&eacute;s en vue de permettre une plus grande souplesse par les algorithmes g&eacute;n&eacute;tiques ou algorithmes &eacute;volutionnaires. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">La premi&egrave;re g&eacute;n&eacute;ration d'IA avait fond&eacute; beaucoup d'espoirs sur ces logiciels en vue de simuler des cerveaux humains. Mais faute de puissance de calcul, la mode en avait un peu d&eacute;clin&eacute;. Ils reviennent en force aujourd'hui. Ray Kurzweil a pour sa part beaucoup perfectionn&eacute; les math&eacute;matiques permettant d'utiliser les r&eacute;seaux neuronaux. Il consacre dans son livre de longs d&eacute;veloppement (p. 141 et suiv.) &agrave; ce qu'il nomme les &laquo;&nbsp;<em>Hierarchical Hidden Markov Models </em>(HHMMs). L&agrave; encore, je renvoie le lecteur au livre et &agrave; Wikipedia. On soulignera un point important: dans des t&acirc;ches analogues &agrave; celles accomplies par les automates de compr&eacute;hension de la lecture ou du langage, utilis&eacute;es aujourd'hui par des milliards de produits commerciaux, les &laquo;&nbsp;pattern recognizers&nbsp;&raquo; du cerveau humain feraient appel, toutes choses &eacute;gales par ailleurs, de tels algorithmes. </font></p> <p align="left">&nbsp;</p> </div> </div> <div align="justify"> <p align="center"><img width="485" height="337" alt="" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2012/131/hhmm.jpg" /><br /> <font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em><font color="#FF0000"> Hierarchical </font><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em><font color="#FF0000">Hidden</font></em></font><font color="#FF0000"> Markov Models (source Wikipedia)</font></em></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099">Quatri&egrave;me point: </font></strong>les technologies permettant de construire des automates ou robots conscients, capables de passer avec succ&egrave;s le test de Turing, sont aujourd'hui disponibles. Quelques cr&eacute;dits et une meilleure coordination entre chercheurs permettraient d'obtenir ce r&eacute;sultat en quelques ann&eacute;es. Ray Kurzweil, qui s'est rarement tromp&eacute; dans ses pr&eacute;visions, estime qu'un tel accomplissement, v&oelig;u secret des humains depuis des si&egrave;cles, pourrait &ecirc;tre obtenu avant 10 ans. On peut parier que si des enjeux de pouvoir l'imposait aux soci&eacute;t&eacute;s technologiquement dominantes, le d&eacute;lai pourrait &ecirc;tre diminu&eacute; de 5 ans. Nous sommes donc bien confront&eacute;, sauf catastrophes, &agrave; un v&eacute;ritable changement de civilisations. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099">Cinqui&egrave;me point:</font></strong> les hommes et les machines comp&eacute;tents dans ces domaines, qui font progresser &agrave; grande vitesse les technologies et leurs applications, font pour l'essentiel partie de ce qu'il faut bien continuer &agrave; nommer la technoscience am&eacute;ricaine. Par l'interm&eacute;diaire des agences de recherche et laboratoires militaires (Darpa) comme des grands firmes engag&eacute;es dans une course au pouvoir &eacute;conomique et financier (IBM, Microsoft, Google, Facebook), ces acteurs, que j'appelle pour ma part anthropotechniques, contribuent &agrave; renforcer le pouvoir sur le monde non pas des Etats-Unis au sens propre du terme, mais des oligarchies politiques, militaires, scientifiques, et m&eacute;diatiques am&eacute;ricaines dites WASP (White, anglo-saxon, protestant).</font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"> En cons&eacute;quence de la crise, un clivage est en train de s'effectuer aux Etats-Unis m&ecirc;mes entre ces minorit&eacute;s et la majorit&eacute; grandissante des noirs, latinos et pauvres blancs de plus en plus pauvres mais aussi de plus en plus r&eacute;volt&eacute;s. Les WASP n'h&eacute;siteront pas &agrave; utiliser les armes d&eacute;coulant des technologies intelligentes pour &eacute;liminer, y compris physiquement, leurs opposants, &agrave; l'ext&eacute;rieur comme en interne. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">En termes de g&eacute;ostrat&eacute;gie mondiale, il n'est pas certain que m&ecirc;me &agrave; &eacute;ch&eacute;ance de quelques d&eacute;cennies, des puissances &eacute;mergentes comme la Chine puissent disposer des ressources intellectuelles n&eacute;cessaires pour b&acirc;tir leur propre cerveau global. Ne mentionnons pas les Europ&eacute;ens, qui ont renonc&eacute; depuis longtemps &agrave; se distinguer des Etats-Unis en ces domaines. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">En termes de macrosyst&eacute;mique, on pourra donc dire qu'un cerveau global intelligent r&eacute;unissant tous les cerveaux individuels, principalement am&eacute;ricains, des personnes et entreprises investissant pour simuler le cerveau biologique dans les termes d&eacute;crits par Ray Kurzweil, est en train de se mettre en place. Certains chercheurs impliqu&eacute;s dans ce processus m&eacute;ta refuseraient peut-&ecirc;tre d'y adh&eacute;rer ouvertement. Mais ils le font de facto. Par ailleurs, il para&icirc;t illusoire de penser qu'un tel cerveau global puisse &ecirc;tre pilot&eacute; avec pr&eacute;cision par des individus et entreprises en qu&ecirc;te de pouvoir. Il sera pour l'essentiel soumis &agrave; ses propres d&eacute;terminismes, conscients ou inconscients, favorables &agrave; la survie ou destructeurs. N&eacute;anmoins, dans les cas critiques, on peut penser qu'il sera repris en mains &agrave; leur profit par ces individus et entreprises en qu&ecirc;te de pouvoir.</font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099">Sixi&egrave;me point:</font></strong> pourrait on aller plus loin et faire l'hypoth&egrave;se que c'est un cerveau global intelligent s'&eacute;tendant &agrave; l'ensemble des &eacute;cosyst&egrave;mes terrestres qui serait en train de se mettre en place, &agrave; partir d'une contamination des organisations biologiques et sociologiques par des mod&egrave;les inspir&eacute;s de l'organisation des cerveaux humains tels que d&eacute;crits par Ray Kurzweil et ses coll&egrave;gues?. Cette contamination serait &eacute;videmment le fruit des succ&egrave;s rencontr&eacute;s par les syst&egrave;mes anthropotechniques ayant d&eacute;couvert et adopt&eacute; ces mod&egrave;les du cerveau. Autrement dit, elle serait le produit d'une comp&eacute;tition darwinienne pour un pouvoir global s'exer&ccedil;ant non seulement sur la Terre comme pourquoi pas &agrave; terme dans le syst&egrave;me solaire. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Mais cette contamination pourrait aussi &ecirc;tre pr&eacute;sent&eacute;e comme un nouvel avatar des organisations biologiques, y compris les plus simples, se pr&eacute;parant &agrave; affronter les changements, principalement catastrophiques, que des &eacute;tats pr&eacute;c&eacute;dents du cerveau global auraient provoqu&eacute;s sans &ecirc;tre capables de les pr&eacute;voir, moins encore de les pr&eacute;venir. On pourrait alors leur trouver des aspects encourageants, tout au moins en termes de survie des organisations intelligentes. </font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong>Note</strong><br /> <br /> Dans une table-ronde r&eacute;cente tenue &agrave; l'ENSTA (&Eacute;cole Nationale Sup&eacute;rieure de Techniques Avanc&eacute;es), quatre scientifiques souvent cit&eacute;s par notre Revue Automates Intelligents ont abord&eacute; un th&egrave;me qui renvoie &agrave; celui trait&eacute; par Ray Kurzweil et comment&eacute; dans le pr&eacute;sent article: &laquo;&nbsp;Que reste-t-il du propre de l'Homme?&nbsp;&raquo; Il s'agit de Georges Chapouthier, biologiste et philosophe, de Jean-Gabriel Ganascia, roboticien, de Lionel Naccache, neurologue et de Pascal Picq, pal&eacute;oanthropologue. <br /> <br /> La publication qui rend compte de la discussion est disponible aux Presses de l'ENSTA, 2012. Nous y renvoyons le lecteur. Bien que trop rapidement, les auteurs apportent &agrave; la question les r&eacute;ponses que leur sugg&egrave;rent leurs disciplines. Pour eux, il n'est pas possible en termes scientifiques de parler d'un &laquo;&nbsp;propre de l'homme&nbsp;&raquo; existant comme une r&eacute;alit&eacute; objective. Les humains manifestent un certain nombre de propri&eacute;t&eacute;s, qualit&eacute;s et d&eacute;fauts au regard des exigences de la survie, qui ont pris naissance bien avant l'apparition de l'homo sapiens et qui se retrouveront vraisemblablement chez les successeurs &eacute;ventuels de celui-ci, &eacute;troitement associ&eacute;s &agrave; des robots &eacute;volutionnaires. <br /> <br /> Il n'est donc pas rationnel d'&eacute;tudier ces propri&eacute;t&eacute;s telles qu'elles se manifestent aujourd'hui chez les humains, sans remonter &agrave; leurs sources biologiques et anthropologiques, non plus que sans anticiper les formes qu'elles prendront avec la num&eacute;risation et la robotisation du monde actuel. Certaines constantes, <em>patterns </em>dirait Kurzweil, peuvent apparaitre, mais elles restent relatives. On est loin, inutile de le souligner du point de vue enseign&eacute; par le dualisme philosophico-religieux et qui impr&egrave;gne les croyances de 80% des humains, selon lequel l'esprit humain, reflet de la divinit&eacute;, &eacute;chappe &agrave; toutes les contingences.<br /> <br /> Nous citons ces auteurs ici car leur travaux fournissent un &eacute;clairage indispensable &agrave; ceux &eacute;voqu&eacute;s par Ray Kurzweil dans son propre ouvrage. <br /> </font></p> <p align="left"><em><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">__________________________________________________________________________</font></font></em></p> <p align="left"><em><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">R&eacute;action de Jean-Claude Empereur</font></font></em></p> <p align="left"><em><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2"><font size="2"><font size="2">C</font>et article est excellent et parfaitement clair. Les probl&egrave;mes pos&eacute;s par le d&eacute;veloppement de ce nouveau type d'&eacute;cosyst&egrave;mes anthropotechniques pour reprendre l'expression sont beaucoup plus importants que ceux que pointe l'&eacute;cologie traditionnelle. <br /> Malheureusement, dans cette affaire, les Europ&eacute;ens sont soit inexistants ( depuis quarante ans et l\'abandon de la politique europ&eacute;enne des NBIC ) soit pill&eacute;s plus ou moins &agrave; leur insu ( r&ocirc;le de la DARPA, d' IN- Q-TEL/CIA, d'IBM ,etc. etc. ).</font></font><br /> </font></em></p> <p align="center">&nbsp;</p> </div> Mon, 26 Nov 2012 23:00:00 GMT