Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/ Europe Solidaire Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/logo.gifEurope Solidairehttp://www.europesolidaire.eu/ Sun, 21 Jan 2018 19:05:34 GMT Davos. Un Forum dont rien d'important, comme d'habitude, ne sortira http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2872 2872 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20180119205432_davos.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><p><a href="http://reports.weforum.org/global-risks-2018/">http://reports.weforum.org/global-risks-2018/</a><br /> R&eacute;sum&eacute; en fran&ccedil;aise <a href="http://reports.weforum.org/global-risks-2018/executive-summary-french/">http://reports.weforum.org/global-risks-2018/executive-summary-french/</a></p> <p>Celui-ci, par comparaison avec les rapports pr&eacute;c&eacute;dents, para&icirc;t profond&eacute;ment pessimiste. Son intitul&eacute;, &laquo; Fractures, Peurs et &Eacute;checs &raquo;, est significatif. Il insiste en particulier sur les risques environnementaux, l&#39;&nbsp;&raquo;unital&eacute;ralisme&nbsp;&raquo; de certains Etats (autrement dit les guerres &eacute;conomiques et souvent politiques auxquelles ils se livrent, les atteintes &agrave; la cybers&eacute;curit&eacute;; les tensions au sein des syst&egrave;es financiers... Le WSWS en donne un r&eacute;sum&eacute; parfaitement objectif, comme pourront le v&eacute;rifier ceux qui liront le Rapport <a href="http://www.wsws.org/en/articles/2018/01/18/pers-j18.html">http://www.wsws.org/en/articles/2018/01/18/pers-j18.html</a></p> <p>:<em>Le document indique que si les &laquo; indicateurs &eacute;conomiques phares &raquo;, c&rsquo;est-&agrave;-dire la hausse fulgurante des cours bousiers qui ont grossi les portefeuilles des participants &agrave; Davos, sont positifs, cela ne fait que &laquo; masquer les inqui&eacute;tudes sous-sous-jacentes persistantes &raquo;.</em></p> <p><em>&laquo; Cela a &eacute;t&eacute; la plus faible reprise apr&egrave;s une r&eacute;cession &raquo;, note le rapport, ajoutant que &laquo; la croissance de la productivit&eacute; reste &eacute;trangement faible &raquo;.</em></p> <p><em>L&rsquo;&eacute;conomie capitaliste mondiale, selon le rapport, est en proie &agrave; des &laquo; cours boursiers insoutenables, le monde ayant connu un march&eacute; &agrave; la hausse depuis huit ans ; un endettement &eacute;lev&eacute; [&hellip;] et des tensions persistantes dans le syst&egrave;me financier mondial &raquo;.</em></p> <p><em>Dans une section intitul&eacute;e &laquo; Dans l&rsquo;Ab&icirc;me &raquo;, le document met en garde : &laquo; Dans un contexte de conflits politiques nationaux et internationaux &ndash; et avec les d&eacute;cideurs &eacute;conomiques qui op&egrave;rent d&eacute;j&agrave; en territoire inconnu &ndash; l&rsquo;&eacute;clatement d&rsquo;une nouvelle crise financi&egrave;re mondiale pourrait submerger les r&eacute;ponses politiques et programmatiques. Un effondrement syst&eacute;mique du type de celui &eacute;vit&eacute; en 2007-2008 pourrait pousser les pays, les r&eacute;gions ou m&ecirc;me le monde entier par-dessus le pr&eacute;cipice et dans une p&eacute;riode de chaos. &raquo;</em></p> <p><em>En plus des &laquo; tensions militaires croissantes &raquo;, des &laquo; renforcements militaires &raquo;, des &laquo; conflits par procuration &raquo; et des multiples &laquo; poudri&egrave;res &raquo; risquant la guerre, le document souligne le danger de tensions sociales croissantes dans chaque pays capitaliste.</em></p> <p><em>&laquo; Dans de nombreux pays, le tissu social et politique a &eacute;t&eacute; fortement entam&eacute; par de nombreuses ann&eacute;es de stagnation des revenus r&eacute;els &raquo;, indique-t-il, pointant les chiffres illustrant la d&eacute;c&eacute;l&eacute;ration des salaires et l&rsquo;augmentation rapide des in&eacute;galit&eacute;s sociales.</em></p> <p><em>&laquo; Des niveaux &eacute;lev&eacute;s d&rsquo;endettement personnel, conjugu&eacute;s &agrave; des provisions insuffisantes en mati&egrave;re d&rsquo;&eacute;pargne et de retraite, sont une raison de penser que les frustrations pourraient se creuser dans les ann&eacute;es &agrave; venir &raquo;, peut-on lire dans le rapport.</em></p> <p><em>Il rappelle &eacute;galement l&rsquo;avertissement du Rapport sur les risques mondiaux du FEM de 2014 selon lequel l&rsquo;une des plus grandes menaces dans le monde &eacute;tait un niveau de ch&ocirc;mage des jeunes si &eacute;lev&eacute; qu&rsquo;il mena&ccedil;ait de cr&eacute;er une &laquo; g&eacute;n&eacute;ration perdue &raquo;. Le rapport note s&egrave;chement que depuis trois ans, ce niveau reste &laquo; globalement statique &raquo;. Il met en garde qu&rsquo;avec des millions de jeunes sans travail, des &laquo; conflits g&eacute;n&eacute;rationnels sur les politiques fiscales et du march&eacute; du travail &raquo; pourraient &eacute;clater.</em></p> <p><em>L&rsquo;inqui&eacute;tude suscit&eacute;e par les divisions sociales explosives s&rsquo;accompagne d&rsquo;une partie du rapport pr&eacute;occup&eacute;e par Internet, intitul&eacute;e &laquo; Digital Wildfires &raquo; (Des tra&icirc;n&eacute;es de poudres num&eacute;riques). Il d&eacute;nonce &laquo; l&rsquo;utilisation intentionnelle des m&eacute;dias sociaux pour r&eacute;pandre la d&eacute;sinformation &raquo;, c&rsquo;est-&agrave;-dire la r&eacute;v&eacute;lation des conditions r&eacute;elles auxquelles sont confront&eacute;s les travailleurs dans tous les pays, comme &eacute;tant un d&eacute;fi &agrave; la &laquo; gouvernance mondiale &raquo;. Le rapport se f&eacute;licite des mesures prises par Google et Facebook ainsi que les gouvernements, pour s&eacute;vir contre &laquo; le trouble sem&eacute; par la d&eacute;sinformation en ligne &raquo; par l&rsquo;emploi de la censure pure et simple.</em></p> <p><em>Les conclusions politiques tir&eacute;es par le rapport sont particuli&egrave;rement frappantes :</em></p> <p><em>&laquo; La d&eacute;mocratie montre d&eacute;j&agrave; des signes de tension face aux bouleversements &eacute;conomiques, culturels et technologiques. Des d&eacute;g&acirc;ts beaucoup plus profonds sont possibles : les ordres sociaux et politiques peuvent s&rsquo;effondrer. Si un pays divis&eacute; uniform&eacute;ment conna&icirc;t une polarisation endurcie o&ugrave; dans une comp&eacute;tition c&rsquo;est le vainqueur qui rafle tout, le risque augmente que le d&eacute;bat politique laisse la place &agrave; des formes de s&eacute;cession ou de confrontation physique. Dans ces circonstances, un point de basculement pourrait &ecirc;tre atteint. Une spirale de violence pourrait commencer, en particulier si les autorit&eacute;s publiques perdaient le contr&ocirc;le et ensuite intervenaient comme parti pris avec une force disproportionn&eacute;e. Dans certains pays &ndash; avec un acc&egrave;s facile et g&eacute;n&eacute;ral aux armes ou une histoire de violence politique &ndash; un conflit civil arm&eacute; pourrait &eacute;clater. Dans d&rsquo;autres termes, l&rsquo;&Eacute;tat pourrait imposer sa volont&eacute; par la force, risquant de longues cons&eacute;quences en cha&icirc;ne : un &eacute;tat d&rsquo;urgence, la suppression de libert&eacute;s individuelles, voire l&rsquo;annulation des &eacute;lections pour prot&eacute;ger l&rsquo;ordre public. &raquo;</em></p> <p><strong>Que faire?</strong></p> <p>Au vu de ce rapport, que proposeront pour &eacute;viter les catastrophes les &laquo;&nbsp;Elites mondiales&nbsp;&raquo; rassembl&eacute;es &agrave; Davos, parmi lesquelles devrait se trouver Donald Trump pour la s&eacute;ance de conclusion? Nous pr&eacute;voyions pour notre part qu&#39;elles ne proposerons rien, sinon de poursuivre comme &agrave; l&#39;accoutum&eacute;e. &laquo;&nbsp;Business as usual&nbsp;&raquo;</p> <p>Les catastrophes annonc&eacute;es voudraient que des rem&egrave;des profonds, remettant directement en cause le pouvoir des 1% de super-riches et super-puissants qui dominent le monde, soient propos&eacute;s. Mais a-t-on jamais vu dans l&#39;histoire du monde des dominants d&eacute;cider spontan&eacute;ment de supprimer ou seulement limiter leurs privil&egrave;ges?</p> <p>Ils ne le feraient que sous la contrainte des 99% de domin&eacute;s. Mais il suffit d&#39;observer que ceux-ci sont infiniment divis&eacute;s, engag&eacute;s dans des luttes fratricides, incapables de communiquer entre eux et &agrave; plus forte raison de s&#39;entendre. Ce ne sera pas d&#39;eux que naitre l&#39;opposition, n&eacute;cessairement violente, obligeant les &eacute;lites &agrave; partager leurs pouvoirs. Si les 99% s&#39;y d&eacute;cidaient, ils seraient vite remis &agrave; la raison par les moyens militaires dont disposent &agrave; discr&eacute;tion les &eacute;lites.</p> <p>Peut-&ecirc;tre sommes nous exag&eacute;r&eacute;ment pessimistes, en pr&eacute;voyant ainsi en quelque sorte la fin rapide des civilisations. L&#39;avenir le dira, &agrave; ceux, s&#39;il y en a, qui survivront aux d&eacute;sastres &eacute;voqu&eacute;s timidement et pour la premi&egrave;re fois &agrave; Davos .</p> Thu, 18 Jan 2018 23:00:00 GMT Bitcoin. Prudence toujours http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2860 2860 <br /><p>On peut supposer &agrave; cet &eacute;gard qu&#39;un jour les structures &eacute;tatiques, qui se pr&eacute;sentent comme des d&eacute;fenseurs de la s&eacute;curit&eacute; et de la l&eacute;galit&eacute;, interviendront pour r&eacute;glementer ces monnaies. Elles le peuvent. Ainsi la Chine a ferm&eacute; les places d&rsquo;&eacute;changes et interdit l&rsquo;achat de bitcoins &agrave; ses citoyens, bien que les deux tiers des mineurs de bitcoins (<a href="https://bitcoin.fr/minage/">https://bitcoin.fr/minage/</a>) r&eacute;sident sur son territoire. La Cor&eacute;e du Sud vient d&rsquo;en faire autant. Mais ces deux pays ne pr&eacute;tendent pas s&#39;ins&eacute;rer dans la mondialisation.</p> <p>Les &Eacute;tats occidentaux en feront-ils autant un jour? Vu leur passivit&eacute; face au ph&eacute;nom&egrave;ne, on peut penser qu&#39;ils sont &agrave; ce stade devenus partie prenante du jeu, ce qui n&rsquo;aurait rien d&rsquo;&eacute;tonnant compte tenu de la combinaison de leurs niveaux d&rsquo;endettement et de leur imp&eacute;ratif de mettre d&eacute;sormais fin &agrave; leurs politiques d&rsquo;assouplissement mon&eacute;taire. Le bitcoin ferait-il partie de la panoplie des moyens que vont employer les &Eacute;tats pour se refinancer ?</p> <p>Si des Etats comme les Etats-Unis confront&eacute;s &agrave; une dette que certains jugent exorbitante se mettait &agrave; acheter du bitcoin, la valeur de ce dernier ne manquera pas de monter. Ceci augmentera l&rsquo;attractivit&eacute; de cette &laquo; monnaie &raquo; en tant que source inesp&eacute;r&eacute;e de b&eacute;n&eacute;fices sp&eacute;culatifs. Ainsi un nombre croissant de petits titulaires d&#39;une &eacute;pargne qui leur procure au mieux 1% de revenus pourront transf&eacute;rer celle-ci, aussi modeste soit-elle, vers une monnaie leur promettant un enrichissement consid&eacute;rable et rapide. Lorsqu&#39;ils jugeront qu&#39;ils ont ainsi suffisamment aspir&eacute; une &eacute;pargne qui leur demeure actuellement non taxable, ils revendront leurs comptes en bicoins pour financer leurs op&eacute;rations. Ainsi, d&#39;une fa&ccedil;on un peu comparable le Gold Reserve Act de Roosevelt lui avait, en 1934, permis de mettre la main sur l&rsquo;or des citoyens am&eacute;ricains pour financer le New Deal.</p> <p>Sans mentionner les Etats, l&#39;on peut d&egrave;s &agrave; pr&eacute;sent constater que les banques s&#39;int&eacute;ressent de plus en plus au bitcoin. Mais ce faisant, elle vont entrer dans un jeu sp&eacute;culatif qu&#39;elles pratiquent syst&eacute;matiquement concernant d&#39;autres valeurs: manipuler les cours, jouer de ses variations &agrave; la hausse ou &agrave; la baisse. Les porteurs de bitcoins se retrouveront d&eacute;pouill&eacute;s.</p> <p>Pour le moment, un nombre croissant d&#39;entreprises lancent des ICO (Initial Coin Offering) ou imaginent de nouveaux services et usages exploitant la blockchain Aussi, rien ne semble avoir de prise sur la tendance haussi&egrave;re du cours du bitcoin.</p> <p>Le bitcoin n&#39;est pas seul en cause. En neuf ann&eacute;es, on est pass&eacute; d&#39;une cryptomonnaie unique, le bitcoin, &agrave; une crypto&eacute;conomie qui voit aujourd&rsquo;hui pr&egrave;s de 1358 cryptomonnaies coexister. Leur valeur mon&eacute;taire globale est pass&eacute;e de 0 &agrave; plus de 500 milliards de dollars. Aucune valeur de l&#39;&eacute;conomie r&eacute;elle ne correspond &agrave; ces sommes consid&eacute;rables. Il appara&icirc;t clairement que la situation actuelle n&rsquo;est pas saine.</p> <p><strong>Fraudes</strong></p> <p>On ne doit pas oublier par ailleurs que les risques de fraude, d&rsquo;usurpation de site et/ou d&rsquo;identit&eacute; sont de plus en plus &eacute;lev&eacute;s. De nombreuses autres plateformes d&rsquo;&eacute;change ne fonctionnent pas correctement ou sont oblig&eacute;es de fermer.</p> <p>En France, les mouvements sur les cryptomonnaies et la blockchain sont plus mesur&eacute;s&hellip;Le 10 octobre, le minist&egrave;re de l&rsquo;&Eacute;conomie et des Finances&nbsp;r&eacute;pertorie le bitcoin dans sa liste de moyens de paiement alternatifs tout en invitant &agrave; la prudence. Le 12 d&eacute;cembre 2017, dans son rapport d&rsquo;analyse, Tracfin (la cellule fran&ccedil;aise de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme) mentionne les cryptomonnaies comme une source d&rsquo;opacit&eacute; des transactions financi&egrave;res, et donc comme un risque pour la soci&eacute;t&eacute;.</p> <p>Cependant le 8 d&eacute;cembre, la France a d&eacute;cid&eacute; d&rsquo;accompagner l&rsquo;adoption de la technologie blockchain (&agrave; ne pas confondre avec le bitcoin) dans le domaine financier en autorisant le recours &agrave; cette technologie pour le transfert de parts de fonds, de titres de cr&eacute;ances n&eacute;gociables et d&rsquo;actions et obligations non cot&eacute;es. Qu&#39;en conclure?&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> Sat, 13 Jan 2018 23:00:00 GMT Un projet de pont entre la Russie et le Japon http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2861 2861 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20180114181848_tunnel_pont.png" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><p>La Chine a d&#39;ores et d&eacute;j&agrave; annonc&eacute; de grands projets d&#39;infrastructure de transport, trans-asiatique, dit One Road, One Belt. Manifestement, la Russie ne veut pas &ecirc;tre en reste. De telles r&eacute;alisations paraissent &agrave; ces deux pays une bonne fa&ccedil;on d&#39;investir les &eacute;pargnes collectives. Elles seront &agrave; court terme g&eacute;n&eacute;ratrices d&#39;emplois multiples. A terme, elles pourront &ecirc;tre rentabilis&eacute;es pendant des d&eacute;cennies.</p> <p>Les Etats-Unis avaient choisi ce parti &agrave; la fin du 19e si&egrave;cle et au d&eacute;but du 20e, puis sous l&#39;impulsion de Pr&eacute;sident Roosevelt apr&egrave;s la crise de 1929, en construisant les liaisons ferroviaires et routi&egrave;res Atlantique Pacifique. Depuis ils ont laiss&eacute; p&eacute;ricliter&nbsp;ces infrastructures, au profit d&#39;investissements dans des projets boursiers sp&eacute;culatifs et surtout de d&eacute;penses militaires.</p> <p>Les chemins de fer russes viennent de proposer un programme d&#39;1 milliard de roubles pour la d&eacute;finition du projet. Ils ont entrepris de n&eacute;gocier avec les autorit&eacute;s japonaises leur participation dans la partie du projet les int&eacute;ressant directement. Ces n&eacute;gociations semblent en bonne voie d&#39;aboutir. La liaison pourrait &ecirc;tre prolong&eacute;e tout au long du Japon.</p> <p>Concernant la partie russe, entre Sakhalin et la Crim&eacute;e &agrave; travers le d&eacute;troit de Kerch, reste encore a d&eacute;cider si la liaison sera un pont ou un tunnel. Le co&ucirc;t total de l&#39;ensemble est estim&eacute; &agrave; 500 milliards de roubles. Pour convertir cette somme en dollar, il faut rappeler qu&#39;aujourd&#39;hui 1 rouble = 0,01768 dollar.</p> <p>Les diverses infrastructures de transport en pr&eacute;paration entre les pays de l&#39;Asie Pacifique (APR regions) et l&#39;Europe permettront aux pays travers&eacute;s et &agrave; l&#39;Europe d&#39;investir dans le d&eacute;veloppement de la Russie extr&ecirc;me-orientale, ce qui pourrait faire de celle-ci un centre logistique de premi&egrave;re importance.&nbsp;Vladimir Poutine s&#39;est lui-m&ecirc;me int&eacute;ress&eacute; au projet et a d&eacute;cid&eacute; de le soutenir.</p> Sat, 13 Jan 2018 23:00:00 GMT Les grèves en Allemagne http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2854 2854 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20180112120506_414b6003_3488_4a45_b374_b36e1b23fa6b.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><p>Le patron de IG Metall, J&ouml;rg Hofman, a menac&eacute; de gr&egrave;ves plus &eacute;tendues si l&#39;industrie ne fait pas davantage de concessions. Le syndicat demande une hausse des salaires de 6% et plus g&eacute;n&eacute;ralement, le passage de la semaine de travail de 35 &agrave; 28 heures pour ceux qui le souhaitent, avec compensation partielle du manque &agrave; gagner salarial par l&#39;employeur. La formule serait valable deux ans au maximum et l&#39;employeur devrait garantir un retour &agrave; un poste &agrave; plein temps.<br /> <br /> Il est surprenant de voir un tel mouvement de gr&egrave;ve s&#39;&eacute;tendre dans un pays qui est devenu le leader europ&eacute;en en mati&egrave;re industrielle et dont de ce fait l&#39;exc&eacute;dent &agrave; l&#39;exportation bat des records, contrairement par exemple au d&eacute;ficit fran&ccedil;ais qui ne cesse de s&#39;accroitre.</p> <p>On peut s&#39;&eacute;tonner en outre du fait&nbsp; que les syndicats s&#39;engagent&nbsp;dans ce mouvement alors qu&#39;ils soutiennent actuellement la formation d&#39;un gouvernement de Grande Coalition (CDU, CSU et SPD). Il n&#39;est pas certain que ce futur gouvernement, malgr&eacute; la pr&eacute;sence du SPD social d&eacute;mocrate, pr&ecirc;te une oreille attentive aux revendications des travailleurs, alors qu&#39;il sera n&eacute;cessairement au service des int&eacute;r&ecirc;ts industriels qui ont toujours financ&eacute; la Grande Coalition.</p> <p>Les gr&egrave;ves s&#39;expliquent parce que les travailleurs allemands ont vu depuis des ann&eacute;es s&#39;accroitre les in&eacute;galit&eacute;s dont ils souffrent au regard de l&#39;enrichissement des autres cat&eacute;gories sociales. Les revenus des allocataires ne cessent de diminuer, alors que s&#39;accroissent les couts des d&eacute;penses m&eacute;dicales. Dans le m&ecirc;me temps, les dividendes pay&eacute;s aux actionnaires se sont accrus dans le secteur industriel d&#39;environ 10% depuis 3 ans (12% en 2016) alors que les salaires nominaux n&#39;avaient cru que de 2 &agrave; 3 %, ce qui est ressenti comme un gel des salaires.<br /> <br /> En d&eacute;pit de l&#39;actuelle semaine de 35h, environ 20% des salari&eacute;s du secteur industriel travaillent, selon les syndicats, plus de 40 h, y compris pendant les jours de cong&eacute;. Beaucoup d&#39;entreprises ont &eacute;t&eacute; d&eacute;localis&eacute;es en Europe de l&#39;Est. Les salari&eacute;s sont par ailleurs de plus en plus confront&eacute;s &agrave; la concurrence de travailleurs temporaires turcs ou fraichement immigr&eacute;s.</p> <p>IG Metall est bien oblig&eacute; de tenir compte des revendications croissantes des travailleurs de la base. Ceux ressentent concr&egrave;tement la disproportion croissante, m&ecirc;me et surtout en Allemagne, entre le 1% des super-riches et les autres. L&#39;avenir proche dira s&#39;ils ont une chance de se faire entendre. L&#39;exp&eacute;rience sera suivie sans doute attentivement par les autres salari&eacute;s europ&eacute;ens.</p> Wed, 10 Jan 2018 23:00:00 GMT Le dollar en voie - enfin - d'être détrôné par le Yuan. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2845 2845 <br /><p><a href="https://www.cnbc.com/2017/10/24/petro-yuan-china-wants-to-dethrone-dollar-rmb-denominated-oil-contracts.html">https://www.cnbc.com/2017/10/24/petro-yuan-china-wants-to-dethrone-dollar-rmb-denominated-oil-contracts.html</a></p> <p>Cela n&#39;a pas tard&eacute;. Le 2 janvier 2018, la Banque Centrale du Pakistan annon&ccedil;ait que les &eacute;changes du pays avec la Chine allait d&eacute;sormais &ecirc;tre libell&eacute;s en yuan et non plus en dollars. <em>&ldquo;Comprehensive policy related measures to ensure that imports, exports and financing transactions can be denominated in CNY (Chinese Yuan).&rdquo;</em></p> <p>Compte-tenu de l&#39;importance non n&eacute;gligeable des &eacute;changes sino-pakistanais, cela ne pourra pas laisser indiff&eacute;rents un grand nombre de pays d&#39;Asie centrale ou d&#39;Asie du sud-est qui &eacute;changent beaucoup avec la Chine. La Russie de son c&ocirc;t&eacute; risque d&#39;abandonner enfin pour son compte le monopole du dollar dans ses &eacute;changes.<br /> <br /> Rappelons plus concr&egrave;tement qu&#39;il y a quelques jours le gouverneur de la Banque Centrale chinoise a rencontr&eacute; le ministre des finances saoudien afin de discuter de la date &agrave; laquelle le Royaume acceptera de voir la Chine payer en yuan ses importants achats de p&eacute;trole.Voir &agrave; nouveau CNBC <a href="https://www.cnbc.com/2017/10/11/china-will-compel-saudi-arabia-to-trade-oil-in-yuan--and-thats-going-to-affect-the-us-dollar.html">https://www.cnbc.com/2017/10/11/china-will-compel-saudi-arabia-to-trade-oil-in-yuan--and-thats-going-to-affect-the-us-dollar.html</a>&nbsp; Rappelons aussi que pr&eacute;c&eacute;demment le V&eacute;n&eacute;zu&eacute;la avait pr&eacute;venu que ses exportations en gaz et p&eacute;trole devraient &ecirc;tre pay&eacute;es en yuan.</p> <p>Le coup frapp&eacute; contre les Etats-Unis par la d&eacute;cision du Pakistan devrait &ecirc;tre consid&eacute;rable. Pour Wall Street et Washington, la perte par le dollar de son statut de monnaie de r&eacute;serve internationale, m&ecirc;me si elle n&#39;est pas compl&egrave;te, entrainera une explosion de la dette am&eacute;ricaine, de l&#39;inflation et l&#39;impossibilit&eacute; de financer &agrave; cr&eacute;dit, notamment, les importantes d&eacute;penses militaires pr&eacute;vues par Donald Trump. Celui-ci devra renoncer &agrave; son grand projet &laquo;&nbsp;America first&nbsp;&raquo;.</p> <p>La Chine aura obtenu ce succ&egrave;s strat&eacute;gique sans tirer un coup de fusil contre les Am&eacute;ricains.</p> <p><strong>Note au&nbsp;07/02/2018</strong></p> <p>La coop&eacute;ration entre le Pakistan et la Chine n&#39;est pas seulement financi&egrave;re. Le Pakistan vient d&#39;autoriser la Chine &agrave; construire une base militaire sur son territoire, au port de Jiwani.<br /> <a href="https://www.washingtontimes.com/news/2018/jan/3/china-plans-pakistan-military-base-at-jiwani/">https://www.washingtontimes.com/news/2018/jan/3/china-plans-pakistan-military-base-at-jiwani/</a></p> <p><strong>Note au 10/01/2018</strong><br /> <br /> Nous recevons de Joseph Leddet, directeur de la Gazette des changes, que nous remercions, le message suivant:<br /> <br /> <em>A mon avis, si les Chinois rendent leur devise (aujourd&#39;hui index&eacute;e-dollar et non convertible) librement convertible sur le Forex (i.e. march&eacute; des changes), ils se tirent une balle dans le pied, car leur monnaie sera alors l&#39;otage des march&eacute;s internationaux, domin&eacute;s par les anglo-saxons. Et les Chinois ne sont pas fous. Cela &eacute;tant, je me trompe peut-&ecirc;tre....</em></p> <p><em>PS: l&#39;accord commercial n&eacute;goci&eacute; avec le Pakistan, le Venezuela ou l&#39;Arabie Saoudite &nbsp;revient pour l&#39;instant de fait &agrave; payer le p&eacute;trole et les autres fournitures en dollar, car le yuan est une fraction fixe du billet vert ( de l&#39;ordre de 15 cents).</em></p> <p>&nbsp;</p> <h3><br /> &nbsp;</h3> Fri, 05 Jan 2018 23:00:00 GMT Fièvre du bitcoin&#160;: mais que fait donc la police (financière)&#160;? Joseph Leddet http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2838 2838 <br /><p>Qui plus est, le bitcoin vient d&rsquo;&ecirc;tre officiellement cot&eacute; sur le march&eacute; &agrave; terme de Chicago (CBOT), et Christine Lagarde, directrice g&eacute;n&eacute;rale du FMI, a r&eacute;cemment d&eacute;clar&eacute; que les crypto-monnaies avaient autant d&rsquo;avenir qu&rsquo;Internet, et qu&rsquo;elles pourraient remettre en cause les banques centrales, les banques commerciales ainsi que les monnaies nationales.</p> <p>En pratique, le bitcoin (<a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Bitcoin">https://fr.wikipedia.org/wiki/Bitcoin</a>) repose essentiellement sur son mode de fabrication et de gestion des &eacute;changes, &agrave; savoir le principe de la &laquo; blockchain &raquo; pour s&eacute;curiser les transactions, &agrave; l&rsquo;aide d&rsquo;un r&eacute;seau de dizaines de milliers d&rsquo;ordinateurs individuels, charg&eacute;s de faire du &laquo; mining &raquo; au travers d&rsquo;algorithmes lourds en calcul, et dont certains peuvent se voir attribuer chaque semaine au total quelques milliers d&rsquo;unit&eacute;s gratuites. Ce qui fait sa valeur, c&rsquo;est donc la consommation d&rsquo;&eacute;nergie &eacute;lectrique n&eacute;cessaire &agrave; son &laquo; fonctionnement &raquo;, consommation aujourd&rsquo;hui &eacute;quivalente &agrave; celle d&rsquo;un pays comme l&rsquo;Irlande.<br /> <br /> Avec un volume statutairement limit&eacute; &agrave; 21 millions d&rsquo;unit&eacute;s, sachant que 19 millions ont d&eacute;j&agrave; &eacute;t&eacute; &eacute;mis, le bitcoin repr&eacute;sente au cours actuel une capitalisation de 250 milliards de dollars, soit le PIB du Portugal. Et il int&eacute;resse les &eacute;tablissements financiers et les plateformes qui le traitent, &agrave; cause des frais de courtage g&eacute;n&eacute;r&eacute;s, de la m&ecirc;me mani&egrave;re que le trading haute fr&eacute;quence : &agrave; quand un coup d&rsquo;arr&ecirc;t &agrave; ce type d&rsquo;aberration financi&egrave;re ?<br /> <br /> Concr&egrave;tement, les grandes banques centrales n&rsquo;auraient qu&rsquo;un mot &agrave; dire pour que le bitcoin retombe en quelques semaines vers ses cotations d&rsquo;origine. Et dans la foul&eacute;e il serait bon que les Etats reprennent le contr&ocirc;le des march&eacute;s financiers, en mettant fin &agrave; l&rsquo;ind&eacute;pendance des banques centrales (ce qui est d&eacute;j&agrave; plus ou moins le cas sauf pour la BCE) et en renationalisant tous les organismes boursiers, que leur statut d&rsquo;entreprises priv&eacute;es expose aux pires des d&eacute;rives. 1)<br /> <br /> <strong>Joseph Leddet est &eacute;diteur de la Gazette des Changes</strong></p> <p>1) Note de Jean-Paul Baquiast<br /> <br /> <em>Comme l&#39;indique Joseph Leddet, ceux qui profitent du bitcoin ne paient pas un euro pour rembourser la facture en consommation d&#39;heures de r&eacute;seaux et de calculs qu&#39;ils mobilisent. Ils en laissent all&egrave;grement la charge aux Etats et Fournisseurs de service. On retrouve l&agrave; un ph&eacute;nom&egrave;ne que nous avions signal&eacute; &agrave; propos d&#39;Amazon. Les milliards de profits de cette entreprise tiennent essentiellement &agrave; l&#39;utilisation gratuite des r&eacute;seaux internet et des r&eacute;seaux physiques permettant de d&eacute;livrer leurs achats au plus proche des clients. Ce sont l&agrave; encore les Etats et les fournisseurs de service qui financent ces infrastructures.<br /> <br /> Concernant le bitcoin, les experts ont avec raison expliqu&eacute; l&#39;int&eacute;r&ecirc;t des auteurs d&#39;activit&eacute;s criminelles pour ce moyen de paiement. Mais il faudrait aller plus loin. C&#39;est-&agrave;-dire se demander quel int&eacute;r&ecirc;t y trouve l&#39;&eacute;troite minorit&eacute; des super-riches qui semble-t-il, s&#39;en servent de plus en plus pour proc&eacute;der &agrave; des transactions &eacute;chappant &agrave; tout contr&ocirc;le fiscal. Les Etats &eacute;voqu&eacute;s par Joseph Leddet, sous la pression des super-riches, pr&eacute;f&egrave;rent fermer les yeux sur le bitcoin comme ils les ferment sur les paradis fiscaux.</em></p> Tue, 02 Jan 2018 23:00:00 GMT Bonne année 2018 (pour les super-riches) http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2835 2835 <br /><p>Obligeront-ils les classes dites moyennes qui avaient surv&eacute;cu dans les pays dits d&eacute;velopp&eacute;s &agrave; rejoindre les milliards de travailleurs des pays sous d&eacute;velopp&eacute;s, gagnant juste de quoi survivre, sans compter les milliards de sans-emplois de moins en moins capables de survivre?</p> <p>Certainement. On ne voit aucun m&eacute;canisme correcteur capable dans le cadre de la mondialisation qu&#39;ils imposent&nbsp;d&#39;emp&ecirc;cher les super-riches de continuer &agrave; s&#39;enrichir. Ils d&eacute;tiennent, directement et indirectement, tous les leviers de commande, tous les pouvoirs. Or celui qui a la t&ecirc;te dans la mangeoire pr&eacute;f&egrave;re mourir que laisser volontairement une place aux autres.</p> <p>Les quelques &laquo;&nbsp;scientifiques&nbsp;&raquo; qui ont encore la possibilit&eacute; de s&#39;exprimer pourront toujours annoncer que ceci ne pourra produire que des catastrophes compromettant la survie de l&#39;humanit&eacute;, sinon celle de la vie sur Terre, les super-riches ne feront rien pour limiter leurs consommations et leurs gaspillages. Ils pr&eacute;tendront que gr&acirc;ce &agrave; eux et leur travail le produit national mondial augmentera, ce qui profitera &agrave; tous. Ils refuseront de voir que ce pr&eacute;tendu travail contribuera pr&eacute;cis&eacute;ment &agrave; acc&eacute;l&eacute;rer la disparition des ressources terrestres et acc&eacute;l&egrave;rera ainsi la venue des catastrophes finales.</p> <p>Beaucoup des scientifiques &eacute;voqu&eacute;s ici pronostiquent que ces catastrophes finales surviendront avant la fin du pr&eacute;sent si&egrave;cle. Mais qu&#39;importe, disent les plus illumin&eacute;s des super-riches, nous auront d&#39;ici l&agrave; r&eacute;ussi &agrave; quitter la Terre et &agrave; &eacute;tablir des colonies ailleurs.</p> <p>Bonne chance dirons-nous, aux quelques centaines de favoris&eacute;s qui pourraient &eacute;ventuellement r&eacute;ussir ce projet. Faute de ressources sur place et confront&eacute;s &agrave; des menaces qu&#39;ils n&#39;avaient pas pr&eacute;vues, ils d&eacute;p&eacute;riront mis&eacute;rablement en quelques ann&eacute;es.</p> <p><em>Note. Cet article ne repr&eacute;sente pas n&eacute;cessairement l&#39;opinion de tous les membres du comit&eacute; de r&eacute;daction</em></p> Sun, 31 Dec 2017 23:00:00 GMT La domination des milliardaires http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2831 2831 <br /><h2>&nbsp;</h2> <p>Selon Bloomberg, les milliardaires, en moyenne, ont vu leur fortune s&#39;accroitre de $2,7 milliards par jour, soit pour chacun $5,400,000 par jour ou $225,000 par heure. Dans le m&ecirc;me temps, selon les US Centers for Disease Control, l&#39;esp&eacute;rance de vie globale n&#39;a cess&eacute; de diminuer aux Etats-Unis.</p> <p>Pour prendre un autre &eacute;l&eacute;ment de comparaison, il faut indiquer que $5.3 trillions contr&ocirc;l&eacute;s par les plus riches correspondent &agrave; 2 fois le PNB (Produit national brut) du Mexique, pays de 128 millions d&#39;habitants. Il s&#39;agit du double des PNB confondus de l&#39;Argentine, du Chili et du P&eacute;rou. Le PNB fran&ccedil;ais est environ de 2.276 milliards. (Voir <a href="https://www.indexmundi.com/g/r.aspx?v=65&amp;l=fr">https://www.indexmundi.com/g/r.aspx?v=65&amp;l=fr</a>&nbsp;)</p> <p>Les Nations Unies estiment qu&#39;il faudrait $30 milliards par an pour &eacute;radiquer la faim dans le monde. Or Jeff Bezos, fondateur d&#39;Amazon, a vu sa fortune s&#39;accroitre de $34.2S en 2017. Son gain pour la derni&egrave;re ann&eacute;e correspond aux PNB r&eacute;unis de la Jama&iuml;que, du Niger et du Zimbabwe, soit 39 millions d&#39;habitants au total<br /> <br /> <strong>R&eacute;signation voire fascination</strong></p> <p>Les chiffres publi&eacute;s par Bloomberg n&#39;ont gu&egrave;re suscit&eacute; d&#39;&eacute;motion dans le monde. L&#39;in&eacute;galit&eacute; ainsi r&eacute;v&eacute;l&eacute;e entre les 500 milliardaires et les 5 milliards de pauvres est consid&eacute;r&eacute;e par l&#39;opinion comme allant de soi. Suivre son accroissement suscite de la curiosit&eacute;, sinon de la fascination, mais pas d&#39;indignation. L&#39;on consid&egrave;re g&eacute;n&eacute;ralement que les fortunes des 500 milliardaires correspond en fait &agrave; des services rendus. Or c&#39;est &eacute;videmment faux. Il s&#39;agit d&#39;un accaparement du travail fourni par les autres.</p> <p>Prenons l&#39;exemple de Jeff Bezos, avec Amazon. Cette entreprise, profitant du manque de politiques &eacute;conomiques et fiscales int&eacute;gr&eacute;es dans le monde, a r&eacute;ussi &agrave; mettre en difficult&eacute;, sinon en ch&ocirc;mage, des milliers de redistributeurs et producteurs primaires. Certes, une organisation exemplaire au niveau de la gestion par Internet de ses services lui permet g&eacute;n&eacute;ralement de faire jeu &eacute;gal en termes de services rendus avec les petits commerces locaux. Mais ceci se fait aux d&eacute;pends des budgets publics.</p> <p>Amazon, comme l&#39;on sait, ne paie pas d&#39;imp&ocirc;ts. Elle ne contribue pas aux d&eacute;penses de sant&eacute; ou d&#39;&eacute;ducation. Les infrastructures et r&eacute;seaux de t&eacute;l&eacute;communications qu&#39;elle utilise exclusivement et qui font une grande partie de ses b&eacute;n&eacute;fices, ont &eacute;t&eacute; financ&eacute;s par des Etats ou des fournisseurs de service. Il en est de m&ecirc;me des r&eacute;seaux physiques de redistribution qu&#39;elle utilise pour livrer ses produits au plus pr&egrave;s des consommateurs finaux. Ce sont &eacute;galement les Etats qui prendront en charge les dizaines de milliers de ch&ocirc;meurs r&eacute;sultant de la concurrence qu&#39;elle leur fait. Enfin, si des petites entreprises r&eacute;ussissaient &agrave; se regrouper pour rendre des services en ligne analogues, elles seront vite torpill&eacute;es par des attaques cibl&eacute;es de Amazon.</p> <p>Mais que font les 500 milliardaires de leurs milliards. Une partie va dans les paradis fiscaux, en r&eacute;serve. Une autre sert &agrave; financer des d&eacute;penses de luxe, tels les m&eacute;ga-yachts qui n&#39;int&eacute;ressent que quelques chantiers. Une part sans doute consid&eacute;rable, bien que mal connue, s&#39;investit dans les industries d&#39;armements. Quand l&#39;on sait l&#39;importance des d&eacute;penses militaires de certains Etats, notamment des Etats-Unis, on peut penser que les industriels peuvent convenablement r&eacute;mun&eacute;rer les pr&ecirc;ts que leur consentent les super-riches. (<a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_dépenses_militaires">https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_d%C3%A9penses_militaires</a>) Or qui dit d&eacute;penses militaires dit victimes par dizaines de milliers (comme actuellement au Yemen ) dont les riches ne se pr&eacute;occupent &eacute;videmment pas, laissant aux populations locales le soin de les prendre en charge.</p> <p>Des mouvements politiques, comme ici la France Insoumise, n&#39;ignorent &eacute;videmment pas ces faits. Les plus optimistes esp&egrave;rent que des r&eacute;voltes sociales en profondeur pourront ramener un peu d&#39;&eacute;galit&eacute;. Nous pensons pour notre part que c&#39;est une illusion. Les 500 milliardaires ont tous les moyens policiers et militaires pour faire taire les opposants - sans mentionner les milices priv&eacute;es dont le budget dans certains Etats d&eacute;passe celui des forces arm&eacute;es. Si la menace se pr&eacute;cisait, ils n&#39;h&eacute;siteraient pas &agrave; s&#39;en servir froidement .</p> <p><strong>Source</strong></p> <p><a href="https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-12-27/world-s-wealthiest-gain-1-trillion-in-17-on-market-exuberance">https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-12-27/world-s-wealthiest-gain-1-trillion-in-17-on-market-exuberance</a></p> <p><strong>Note au 31/12/2017</strong></p> <p>Un de nos lecteurs Alain R. que nous remercions, nous &eacute;crit:<br /> <br /> <em>Quelle valeur attribuer aux &laquo;&nbsp;r&eacute;v&eacute;lations&nbsp;&raquo; de Bloomberg?</em></p> <table border="0" cellpadding="0" cellspacing="0" style="width:96%"> <tbody> <tr> <td> <p><em>Il faut savoir que pour diffuser la&nbsp;richesse d&#39;un quidam, les Bloomberg et autre Forbes, doivent avoir l&#39;autorisation de ce quidam.</em></p> <p><em>Ces milliardaires n&#39;acceptent la publication&nbsp;de leurs fortunes que pour des raisons publicitaires. Les vrais riches sont ceux qui ont le privil&egrave;ge de cr&eacute;er la monnaie par leurs participations aux activit&eacute;s bancaires, ils n&#39;ont pas besoin de faire de la publicit&eacute; pour gagner de l&#39;argent puisque ce sont eux qui cr&eacute;ent l&#39;argent. (en fait, ils financent par la monnaie qu&#39;ils cr&eacute;ent leurs achats d&#39;actifs r&eacute;els).</em></p> <p><em>Il n&#39;est &eacute;videmment pas question que leur fortune obsc&egrave;ne soit expos&eacute;e en public. Il est d&#39;ailleurs pratiquement impossible de les &eacute;valuer puisque la part la plus importante est localis&eacute;e dans des zones offshore totalement opaques au public et m&ecirc;me aux administrations fiscales de nos &quot;d&eacute;mocraties&quot;.&nbsp;</em></p> <p><em>Dans son livre&nbsp;&quot;La guerre des monnaies&quot;&nbsp;Hongbing Song a tent&eacute; une &eacute;valuation de la fortune des Rothshild.&nbsp;Elle s&#39;&eacute;value en&nbsp;milliers de milliards de $, alors que nos milliardaires Bloomberg/Forbes sont en dizaine de milliard :&nbsp;un rapport de 1 &agrave; 100.&nbsp;</em></p> <p><em>On peut partir d&#39;un nom tr&egrave;s connu comme Rothshild pour faire une recherche, mais combien d&#39;inconnus sont au niveau de Rothshild ou au-dessus ?</em></p> <p><em>Les r&egrave;gles d&#39;anonymat ch&egrave;res &agrave; nos voisins d&#39;outre-Manche ne permettent pas d&#39;en avoir la moindre id&eacute;e.</em></p> <p>&nbsp;Nous r&eacute;pondons:</p> <p>Alain R. a parfaitement raison. Ceci dit, en l&#39;absence de chiffres pr&eacute;cis concernant les in&eacute;galit&eacute;s, impossibles &agrave; obtenir, il n&#39;est pas inutile de disposer de quelques indices. Mais pour bien faire, il ne faudrait pas se limiter &agrave; eux. Malheureusement, l&#39;omerta est institionnalis&eacute;e.</p> <p>&nbsp;</p> </td> </tr> </tbody> </table> Wed, 27 Dec 2017 23:00:00 GMT Airbus sera-t-il vendu à Boeing? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2803 2803 <br /><p>Comme ceci &eacute;tait largement d&eacute;crit dans la presse de l&#39;&eacute;poque, et comme les faits semblaient le v&eacute;rifier, nous n&#39;avions pas jug&eacute; bon d&#39;intervenir.<br /> <br /> Aujourd&#39;hui, ces m&ecirc;mes correspondants nous demandent d&#39;alerter sur ce que l&#39;on pourrait appeler la &laquo;&nbsp;d&eacute;rive am&eacute;ricaine&nbsp;&raquo; de Airbus. Tout selon eux semblent s&#39;organiser pour que, entre des accusations de corruption et des querelles entre chefs, la situation de Airbus devienne si difficile que les actionnaires d&eacute;cident d&#39;accepter des offres de Boeing. Celui-ci reprendrait une grande part des activit&eacute;s d&#39;Airbus, transf&eacute;rerait aux Etats-Unis les services de recherche et conception et prendrait la responsabilit&eacute; de satisfaire les commandes tr&egrave;s prometteuses que vient de recevoir l&#39;avionneur europ&eacute;en.</p> <p>Nous n&#39;avons pas d&#39;&eacute;l&eacute;ments suffisants, comme on le devine, pour formuler un avis sur les craintes de nos correspondants. Selon eux elles sont largement partag&eacute;es par les personnels fran&ccedil;ais de Toulouse-Blagnac.<br /> <br /> Disons seulement que compte tenu de l&#39;influence croissante pris par les int&eacute;r&ecirc;ts industriels et financiers am&eacute;ricains aussi bien &agrave; Bruxelles qu&#39;&agrave; Paris, l&#39;arriv&eacute;e de Boeing pourrait sans doute se produire. Mais les formes seraient sauvegard&eacute;es. Airbus n&eacute;o pourrait peut-&ecirc;tre conserver son nom, tout au moins pendant un certain temps.</p> <p><strong>NOTE</strong></p> <p>Sur la situation actuelle d&#39;Airbus, on pourra lire un article bien inform&eacute; de Martine Orange, de M&eacute;diapart</p> <p><em><a href="https://www.mediapart.fr/journal/economie/161217/derriere-le-remaniement-airbus-s-enfonce-dans-la-crise/commentaires">https://www.mediapart.fr/journal/economie/161217/derriere-le-remaniement-airbus-s-enfonce-dans-la-crise/commentaires</a></em></p> Sat, 16 Dec 2017 23:00:00 GMT TOTAL au Yamal http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2799 2799 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20171214103040_margerie.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><p>La Conf&eacute;rence de Paris du 12 d&eacute;cembre 2017, dite One Planet Summit, a mis l&#39;accent sur la contribution possible future des groupes industriels et financiers au d&eacute;veloppement des &eacute;nergies renouvelables. On ne sait encore ce qui sera fait r&eacute;ellement parmi les nombreuses promesses et annonces &eacute;voqu&eacute;es.<br /> <br /> Il est dommage cependant que lors de cette Conf&eacute;rence, l&#39;accent n&#39;ait pas &eacute;t&eacute; mis suffisamment sur les r&eacute;alisations en cours du groupe &eacute;nerg&eacute;tique fran&ccedil;ais Total concernant l&#39;exploitation du champ de gaz naturel g&eacute;ant du Yamal, en Sib&eacute;rie arctique russe. Total est associ&eacute; pour ce faire avec les groupes(50,1&nbsp;%), Total (20&nbsp;%), CNPC (20&nbsp;%) et Silk Road Fund (9,9&nbsp;%)</p> <p>On rappellera que dans la lutte contre le r&eacute;chauffement climatique, la substitution de gaz naturel au charbon et au p&eacute;trole encore abondamment utilis&eacute;s jouera dans l&#39;imm&eacute;diat un r&ocirc;le aussi important que les investissements dans le domaine des &eacute;nergies renouvelables.</p> <p>Il est &eacute;vident que rien ne pourra dans les prochaines ann&eacute;es freiner la demande d&#39;&eacute;nergie, notamment dans des pays tr&egrave;s peupl&eacute;s et en pleine croissance comme la Chine et l&#39;Inde. Or pour le moment, ils font encore massivement appel &agrave; leurs gisements de charbon. En compl&eacute;ment du charbon, ils importent du p&eacute;trole. Le charbon comme le p&eacute;trole sont de grands producteurs de CO2, gaz &agrave; effet de serre majeur.</p> <p>L&#39;utilisation de gaz naturel liqu&eacute;fi&eacute;, dit GNL ou LNG dans le jargon, permet de diminuer massivement le recours au charbon et au p&eacute;trole. La combustion du LNG produit certes du CO2 mais dans un moindre proportion que les autres sources d&#39;&eacute;nergie fossile. De plus elle g&eacute;n&egrave;re moins de d&eacute;chets et troubles environnementaux, tant en extraction qu&#39;en transport. Elle est donc &agrave; encourager.</p> <p>Concernant Yamal LNG, Total indique sur le site r&eacute;f&eacute;renc&eacute; ci-dessous que, lanc&eacute; fin&nbsp;2013, celui-ci est l&rsquo;un des projets de LNG parmi les plus grands et les plus complexes au monde. Il fait &eacute;galement partie des plus comp&eacute;titifs car b&eacute;n&eacute;ficiant des immenses ressources gazi&egrave;res &agrave; terre de la p&eacute;ninsule de Yamal en Russie. C&rsquo;est avec les partenaires de Total, le russe Novatek et les chinois CNPC et Silk Road Fund, que ce gisement de gaz et de condensats de South&nbsp;Tambey b&eacute;n&eacute;ficiera des investissements pr&eacute;vus.</p> <p>Ce projet vise &agrave; exploiter plus de 4&nbsp;milliards de barils &eacute;quivalent p&eacute;trole de r&eacute;serves gazi&egrave;res. Pour ce faire, ce sont plus de 200&nbsp;puits qui ont &eacute;t&eacute; for&eacute;s et trois trains de liqu&eacute;faction d&rsquo;une capacit&eacute; de 5,5&nbsp;millions de tonnes chacun qui ont &eacute;t&eacute; construits. Pr&egrave;s de 16,5&nbsp;millions de tonnes de LNG transiteront, chaque ann&eacute;e, par le port de Sabetta. Toute la production est vendue &agrave; des clients europ&eacute;ens et asiatiques, via des contrats de 15 &agrave; 20&nbsp;ans.</p> <p>M&ecirc;me si Total n&#39;a pas la maitrise compl&egrave;te du projet, il y apporte des ressources notamment &nbsp;en technologie et en prospection des march&eacute;s qui lui donnent un r&ocirc;le directeur, tr&egrave;s bien admis par le Kremlin. Le d&eacute;fi de Yamal LNG est triple. En terme de forage, il faut mettre au point des puits qui demeurent stables malgr&eacute; les mouvements du permafrost. En termes de transport, il faut construire des m&eacute;thaniers cong&eacute;lateurs brises glace de grande puissance, pouvant se d&eacute;placer de fa&ccedil;on autonome. C&#39;est ce que Total a fait avec le Christophe de Margerie (image) en cours d&#39;essais, qui sera suivi d&#39;autres.<br /> <br /> <strong>G&eacute;opolitique. Un exemple &agrave; suivre</strong><br /> <br /> Mais c&#39;est en terme de g&eacute;opolitique et de diplomatie que le d&eacute;fi &eacute;tait le plus grand. Il fallait pour Total et pour le gouvernement fran&ccedil;ais en appui discret refuser de tenir compte des &laquo;&nbsp;sanctions&nbsp;&raquo; impos&eacute;es par Washington &agrave; ceux qui investissaient en Russie, ceci quelle que doit leur nationalit&eacute;. La diplomatie europ&eacute;enne commence &agrave; protester contre cette mesure, v&eacute;ritable diktat impos&eacute; au monde par les int&eacute;r&ecirc;ts am&eacute;ricains confront&eacute;s &agrave; la concurrence internationale.<br /> <br /> Dans le cas du gaz naturel, il s&#39;agit de prot&eacute;ger contre une concurrence russo-europ&eacute;enne les march&eacute;s des grands am&eacute;ricains du p&eacute;trole. Ajoutons qu&#39;un moment Washington avait aussi tent&eacute; de prot&eacute;ger ses exportations de gaz de schiste. Mais les r&eacute;serves de celui-ci &eacute;tant en baisse rapide, la priorit&eacute; devient moindre.</p> <p>Total et avec lui plus discr&egrave;tement le gouvernement fran&ccedil;ais donnent au monde une le&ccedil;on qui devrait &ecirc;tre retenue: ne tenez aucun compte des &laquo;&nbsp;sanctions&nbsp;&raquo; am&eacute;ricaines contre la Russie et plus tard de celle que Donald Trump pr&eacute;pare contre la Chine. Washington est et sera incapable de les faire appliquer concr&egrave;tement. Si vous acceptez de verser les &eacute;normes amendes en dollar impos&eacute;es par les tribunaux am&eacute;ricains, ne vous en prenez qu&#39;&agrave; votre l&acirc;chet&eacute;.</p> <p><strong>R&eacute;f&eacute;rences</strong><br /> <br /> * Total<br /> <a href="https://www.total.com/fr/expertise-energies/projets/petrole-gaz/gnl/yamal-lng">https://www.total.com/fr/expertise-energies/projets/petrole-gaz/gnl/yamal-lng</a></p> <p>* voir aussi un article plus d&eacute;taill&eacute; en anglais<br /> <a href="https://www.total.com/en/energy-expertise/projects/oil-gas/lng/yamal-lng-cold-environment-gas">https://www.total.com/en/energy-expertise/projects/oil-gas/lng/yamal-lng-cold-environment-gas</a></p> <p>* Voir aussi, au 17/12</p> <table> <tbody> <tr> <td> <p>Projet gazier Yamal: &laquo;Total fait entrer la France dans le XXIe si&egrave;cle multipolaire&raquo;<br /> <a href="https://fr.sputniknews.com/international/201712151034354168-projet-gazier-yamal-total/" target="https://fr.sputniknews.com/international/201712151034354168-projet-gazier-yamal-total/">https://fr.sputniknews.com/international/201712151034354168-projet-gazier-yamal-total/</a></p> </td> </tr> </tbody> </table> Wed, 13 Dec 2017 23:00:00 GMT El Petro, la nouvelle cryptomonnaie http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2783 2783 <br /><p>Cette annonce survient apr&egrave;s que la Russie ait annonc&eacute; il y a quelques mois qu&#39;elle allait mettre en place un Cryptorouble soutenu par l&#39;Etat. Un peu plus tard, la Chine avait d&eacute;cid&eacute; de lancer un Petroyuan. Caracas avait d&eacute;cid&eacute; de commercer avec la zone rouble et la zone yuan en utilisant ces deux monnaies virtuelles.</p> <p>La faiblesse des crypto-monnaies existantes, notamment la plus utilis&eacute;e d&#39;entre elles, le Bitcoin, est que leur valeur est soumise aux fluctuations du march&eacute;. R&eacute;cemment, le Bitcoin avait vu la sienne s&#39;appr&eacute;cier consid&eacute;rablement contre le dollar. Mais les investisseurs restent h&eacute;sitants car rien ne les garantira d&#39;une chute brutale.<br /> <br /> Une monnaie bas&eacute;e sur la valeur du p&eacute;trole, comme El Petro, sera sujette aux fluctuations des cours du p&eacute;trole, mais celles-ci devraient rester tr&egrave;s mod&eacute;r&eacute;es dans les prochaines ann&eacute;es.<br /> <br /> Maduro, en annon&ccedil;ant El Petro, a d&eacute;clar&eacute; que le but du V&eacute;n&eacute;zu&eacute;la &eacute;tait avec cette monnaie d&#39;accroitre la souverainet&eacute; mon&eacute;taire du pays et de s&#39;affranchir des divers blocus d&eacute;cr&eacute;t&eacute;s contre lui par les Etats-Unis. El Petro devrait travailler en tandem avec le cryptorouble. La Russie comme le V&eacute;n&eacute;zu&eacute;la disposent d&#39;importantes r&eacute;serves en gaz et p&eacute;trole.<br /> <br /> Ceci constitue un nouveau pas permettant aux BRICS de s&#39;affranchir de la d&eacute;pendance &agrave; l&#39;&eacute;gard de la zone dollar.</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>R&eacute;f&eacute;rence</strong></p> <p>&nbsp;</p> <p><a href="https://elpais.com/tag/nicolas_maduro/a">Nicol&aacute;s Maduro, el presidente de Venezuela,</a>&nbsp;ha anunciado este domingo la creaci&oacute;n de una criptomoneda, bautizada como El Petro, para hacer transacciones financieras en el exterior y combatir el supuesto &ldquo;bloqueo&rdquo; econ&oacute;mico contra el pa&iacute;s sudamericano.</p> <p>&nbsp;</p> <p><a href="https://elpais.com/internacional/2017/12/03/actualidad/1512331353_635513.html">https://elpais.com/internacional/2017/12/03/actualidad/1512331353_635513.html</a></p> <p>&nbsp;</p> <h2>&nbsp;</h2> Sun, 03 Dec 2017 23:00:00 GMT Paradis fiscaux. Plus que jamais la loi des plus forts. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2752 2752 <br /><p>Disons seulement que ce dossier ne fait que confirmer la th&egrave;se tr&egrave;s pessimiste qui est la n&ocirc;tre. Notre monde aussi moderne qu&#39;il puisse para&icirc;tre, au regard des pouvoirs de toute sortes qui ont fait l&#39;histoire, depuis que celle-ci est relat&eacute;e par les historiens, n&#39;est en rien moderne en ce sens qu&#39;il illustre le pouvoir toujours plus fort d&#39;infimes minorit&eacute;s de poss&eacute;dants et de d&eacute;cideurs, qui d&eacute;tiennent comme cela est souvent d&eacute;nonc&eacute; aujourd&#39;hui, une &eacute;crasante majorit&eacute; des richesses du monde.<br /> <br /> Ils n&#39;utilisent pas cette puissance pour am&eacute;liorer la capacit&eacute; que l&#39;humanit&eacute; aura de s&#39;adapter &agrave; des &eacute;volutions de plus en plus mena&ccedil;antes pour son &eacute;quilibre et pour son devenir. Citons seulement l&#39;explosion d&eacute;mographique, la rar&eacute;faction des ressources terrestres, le manque de contr&ocirc;le sur les d&eacute;veloppements scientifiques et technologiques ou, plus imm&eacute;diatement, le r&eacute;chauffement climatique. Ce qui les int&eacute;resse est seulement l&#39;augmentation dans le court terme de leur pouvoir sur le reste de l&#39;humanit&eacute;.<br /> <br /> On &eacute;voque parfois le r&ocirc;le que peuvent avoir les institutions internationales ou les Etats pour limiter cette puissance, au profit de l&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral que constitue la survie. Ce r&ocirc;le n&#39;est pas totalement inutile et les citoyens soucieux d&#39;&eacute;chapper &agrave; la domination du 1% des riches et des puissants doivent y faire appel. Mais on doit pas se faire trop d&#39;illusion. Comme l&#39;ont montr&eacute; une &eacute;ni&egrave;me fois les Panama Papers et les Paradise Papers, ces institutions sont tr&egrave;s largement p&eacute;n&eacute;tr&eacute;s et d&eacute;tourn&eacute;es par les repr&eacute;sentants des riches et des puissants.</p> <p>Quant aux m&eacute;dias qui se voudraient relativement ind&eacute;pendants, il ne faut pas non plus se faire d&#39;illusion. On ne peut pas leur faire totalement confiance, compte tenu des pressions qu&#39;ils subissent. Certes Cash investigation et le&nbsp;Consortium international des journalistes d&rsquo;investigation sont largement pr&eacute;f&eacute;rables aux m&eacute;dias-syst&egrave;me, mais en bonne logique on ne peut pas &eacute;viter de penser qu&#39;ils donnent aussi, d&#39;une certaine fa&ccedil;on, aux dominants la possibilit&eacute; de cacher leur vraie nature et finalement tromper l&#39;opinion. Malheureusement, cela serait impossible &agrave; d&eacute;monter.&nbsp;<br /> <br /> Notre&nbsp;th&egrave;se , selon laquelle le &quot;d&eacute;veloppement&quot; de l&#39;humanit&eacute; finira par provoquer sa propre destruction, comme celle sans doute des esp&egrave;ces vivantes sup&eacute;rieures,&nbsp; ne pourrait pas trouver l&agrave; d&#39;arguements pour &ecirc;tre remise en cause.&nbsp;</p> <p><strong>Note </strong></p> <p>Les &quot;Paradise Papers&quot; constitue la derni&egrave;re grande enqu&ecirc;te in&eacute;dite du magazine&nbsp;<a href="http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/" target="_blank">&quot;Cash Investigation&quot;</a>&nbsp;en partenariat avec le&nbsp;<a href="https://www.icij.org/" target="_blank">Consortium international des journalistes d&rsquo;investigation</a>, <a href="https://www.icij.org/">https://www.icij.org</a><a href="https://www.icij.org/"> </a>d&eacute;j&agrave; &agrave; l&rsquo;origine des &quot;<a href="http://www.francetvinfo.fr/economie/fraude/panama-papers/video-france-2-cash-investigation-platini-messi-le-premier-ministre-islandais-panama-papers-enquete-sur-les-societes-offshore-et-les-paradis-fiscaux_1388631.html" target="_blank">Panama Papers</a>&quot;. Huit mois d&rsquo;enqu&ecirc;te, dans le plus grand secret. C&rsquo;est la plus grande fuite de l&rsquo;histoire, avec 13,5&nbsp;millions de documents, dont beaucoup proviennent d&rsquo;un des plus grands noms du monde offshore, le cabinet d&rsquo;avocats Appleby, qui a son si&egrave;ge aux Bermudes.</p> <ol> </ol> <p>Aux c&ocirc;t&eacute;s de pr&egrave;s de 400&nbsp;journalistes du monde entier, l&rsquo;&eacute;quipe de &quot;Cash&quot; a diss&eacute;qu&eacute; les montages pr&eacute;par&eacute;s par les sp&eacute;cialistes d&rsquo;Appleby pour leurs clients&nbsp;: des individus fortun&eacute;s ou des multinationales. La journaliste Elise Lucet, <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Élise_Lucet">https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lise_Lucet</a> que l&#39;on ne saurait trop admirer pour son courage et son intelligence est all&eacute;e &agrave; la rencontre du Pdg&nbsp;de Dassault Aviation. Dans ce num&eacute;ro exceptionnel, des r&eacute;v&eacute;lations sur les dessous de l&rsquo;aviation d&rsquo;affaires. Ou comment devenir propri&eacute;taire d&rsquo;un jet priv&eacute; sans avoir &agrave; payer la TVA, gr&acirc;ce &agrave; des soci&eacute;t&eacute;s qui sont des coquilles vides &eacute;tablies sur l&rsquo;&icirc;le de Man, une d&eacute;pendance de la Couronne britannique&hellip;</p> <p>&quot;Cash Investigation&quot; a &eacute;galement d&eacute;couvert l&rsquo;existence d&rsquo;une discr&egrave;te soci&eacute;t&eacute; offshore aux &icirc;les Ca&iuml;mans, associant le groupe Louis-Dreyfus, un g&eacute;ant du n&eacute;goce de produits agricoles, avec l&rsquo;actuel ministre de l&rsquo;Agriculture br&eacute;silien. Ce dernier est un des plus gros producteurs de soja du monde&hellip; Cette culture est au Br&eacute;sil une source de profits immenses, mais elle a des cons&eacute;quences environnementales catastrophiques.</p> <p>Un des plus gros clients d&rsquo;Appleby s&rsquo;appelle Glencore https://fr.wikipedia.org/wiki/Glencore, l&rsquo;empire tr&egrave;s secret des mati&egrave;res premi&egrave;res. Gr&acirc;ce &agrave; des documents in&eacute;dits, &quot;Cash&quot; explique comment ce groupe a mis la main sur les plus belles mines de cuivre et de cobalt au monde, en s&rsquo;associant avec un partenaire sulfureux en R&eacute;publique d&eacute;mocratique du Congo&hellip;</p> <p><strong>Pour en savoir plus</strong>, <strong>voir</strong><br /> <br /> <a href="http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-7-novembre-2017_2446212.html#xtor=CS2-758">http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-7-novembre-2017_2446212.html#xtor=CS2-758</a></p> Tue, 07 Nov 2017 23:00:00 GMT Bientôt le pétro-yuan-rouble http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2742 2742 <br /><p>&nbsp;On s&rsquo;&eacute;tonnera de voir prendre le prix du p&eacute;trole, tr&egrave;s volatile ces derni&egrave;res ann&eacute;es, en r&eacute;f&eacute;rence &agrave; une monnaie internationale visant &agrave; constituer une r&eacute;serve pour les investisseurs et les &eacute;pargnants. Mais la Russie, gros exportatrice de p&eacute;trole, et la Chine, grosse consommatrice, peuvent raisonnablement faire esp&eacute;rer qu&rsquo;elles s&rsquo;entendront pour stabiliser dans des limites du raisonnable le cours du p&eacute;trole. Ajoutons que le p&eacute;trole n&rsquo;est pas seul en cause, mais aussi le gaz. D&rsquo;importants gazoducs permettront ainsi d&rsquo;alimenter la Chine en gaz russe.</p> <p>Le p&eacute;tro-yuan &eacute;tait jusqu&rsquo;ici un projet soutenu principalement par la Chine, souhaitant &eacute;chapper &agrave; sa d&eacute;pendance au Roi-Dollar. L&rsquo;on pouvait se demander si les int&eacute;r&ecirc;ts &eacute;conomiques russes, p&eacute;troliers et autres, accepteraient de remplacer cette d&eacute;pendance par une d&eacute;pendance &agrave; l&rsquo;&eacute;gard du yuan, c&rsquo;est-&agrave;-dire de la Chine. Ceci d&eacute;sormais parait chose faite.<br /> <br /> Selon un article de Bryan MacDonald, journaliste irlandais bas&eacute; en Russie et tr&egrave;s bien inform&eacute; 1), Vladimir Poutine se serait enfin d&eacute;cid&eacute; &agrave; cette conversion. Il le ferait d&rsquo;abord pour &eacute;chapper aux&nbsp;&laquo;&nbsp;sanctions&nbsp;&raquo; impos&eacute;es par Washington aux pays commer&ccedil;ant en dollars avec la Russie. Il le ferait aussi, apr&egrave;s de nombreuses h&eacute;sitations, pour affaiblir l&rsquo;&eacute;conomie de ses &laquo;&nbsp;partenaires&nbsp;&raquo; am&eacute;ricains.</p> <p>Mais pour que la mesure soit efficace, il faudrait que d&rsquo;autres pays producteurs se rallient &agrave; la nouvelle monnaie. C&rsquo;est d&eacute;j&agrave; le cas concernant le V&eacute;n&eacute;zuela dont le pr&eacute;sident Maduro avait annonc&eacute; il y a quelques semaines qu&rsquo;il vendrait son p&eacute;trole en p&eacute;tro-yuan. Ce pourrait bient&ocirc;t &ecirc;tre le cas de l&rsquo;Iran, grosse productrice, et le l&rsquo;Indon&eacute;sie. D&rsquo;autres petit pays pourraient faire de m&ecirc;me. Mais le plan prendrait toute sa port&eacute;e si l&rsquo;Arabie saoudite acceptait, au moins pour ses ventes en Chine et dans les pays du Brics, la nouvelle unit&eacute; de compte. La r&eacute;cente visite du roi Salman &agrave; Moscou peut faire penser que ceci pourrait se produire.</p> <p>Tous ceux qui veulent de par le monde lutter contre le r&eacute;chauffement climatique pourront s&rsquo;inqui&eacute;ter. La rentabilit&eacute; des investissements en &eacute;nergie verte, d&eacute;j&agrave; difficile &agrave; assurer, ne sera-t-elle pas report&eacute;e de quelques dizaines d&rsquo;ann&eacute;es. N&rsquo;en sera-t-il pas de m&ecirc;me de l&rsquo;&eacute;nergie nucl&eacute;aire. On leur r&eacute;pondra qu&rsquo;ils ne devraient avoir aucune inqui&eacute;tude. Le besoin en &eacute;nergie non fossile est si grand que la demande ne diminuera pas. La Chine, en particulier, victime d&rsquo;une pollution croissante venant de l&rsquo;utilisation du p&eacute;trole, r&eacute;servera ce dernier &agrave; des industries situ&eacute;es loin des villes et des campagnes.</p> <p>1)&nbsp; <strong>R&eacute;f&eacute;rence</strong><br /> <br /> Voir RT&nbsp;: &nbsp;<em>Putin&rsquo;s revenge may see petro-yuan replace petrodollar </em></p> <p><a href="https://www.rt.com/op-edge/408006-china-oil-petro-yuan-russia/">https://www.rt.com/op-edge/408006-china-oil-petro-yuan-russia/</a></p> <p><strong>Note au 29/19</strong><br /> <br /> Il n&#39;est pas impossible que la Chine et la Russie mettent en place une petro-virtual currency en bitcoins destin&eacute;e &agrave; combattre &eacute;galement le p&eacute;tro-dollar.&nbsp;</p> <p>Je trouve cependant que l&#39;auteur ne pr&eacute;cise pas assez comment un petrobitcoins pourrait fonctionner par accord entr la Chine et la Russie, ni comment il sera possible d&#39;&eacute;viter les fraudes qui se produiront n&eacute;cessairement sur ce sujet sensible.</p> <p>Voir<a href="https://oilprice.com/Energy/Energy-General/The-Petrodollars-Biggest-Challengers.html" target="_blank"> https://oilprice.com/Energy/Energy-General/The-Petrodollars-Biggest-Challengers.html</a></p> <p><strong>Note au 01/11</strong><br /> <br /> Sur le sujet de la chute pr&eacute;visible du Roi-dollar gr&acirc;ce &agrave; l&#39;offensive conjugu&eacute;e du Yuan et du rouble, ainsi que les perspectives d&#39;un rouble virtuel, voir un article bien document&eacute; de The Duran<br /> <br /> <a href="http://theduran.com/russia-china-actively-collude-bring-thing-america-cares-dollar/">http://theduran.com/russia-china-actively-collude-bring-thing-america-cares-dollar/</a></p> Fri, 27 Oct 2017 23:00:00 GMT Vers la fin du roi-dollar http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2739 2739 <br /><p>Le terme de fin du roi-dollar ne signifie pas que celui-ci cessera d&#39;&ecirc;tre utilis&eacute; comme moyen de paiement, tant aux Etats-Unis que dans un certain nombre de pays gravitant dans l&#39;orbite &eacute;conomique et politique de l&#39;Am&eacute;rique. Par contre, du fait de la g&eacute;n&eacute;ralisation en cours dans une partie du monde d&#39;une monnaie chinoise, le yuan, index&eacute; sur le p&eacute;trole (petro-yuan) et convertible en or, le dollar cessera d&#39;&ecirc;tre utilis&eacute; par un nombre de plus en plus grand de pays voulant &eacute;chapper &agrave; l&#39;emprise am&eacute;ricaine.</p> <p>Faut-il rappeler qu&#39;actuellement le cours du dollar ne r&eacute;sulte que faiblement de l&#39;offre et de la vente sur les march&eacute;s internationaux. Il est fix&eacute; souverainement par la Banque f&eacute;d&eacute;rale am&eacute;ricaine, au mieux des int&eacute;r&ecirc;ts de l&#39;&eacute;conomie et du gouvernement des Etats-Unis. Les autres utilisateurs de dollars, faute d&#39;alternatives cr&eacute;dibles, doivent s&#39;en accommoder, quelles que soient les pertes que ces manipulations peuvent leur infliger.&nbsp;&nbsp;</p> <p>Ceci sera de moins en moins support&eacute;. M&ecirc;me l&#39;ancien chef-&eacute;conomiste de la Banque mondiale, celle-ci pourtant tr&egrave;s largement d&eacute;vou&eacute;e aux int&eacute;r&ecirc;ts am&eacute;ricains, vient d&#39;indiquer qu&#39;il &eacute;tait temps de remplacer le dollar par une super-monnaie de change unique, y voyant le moyen de favoriser la stabilit&eacute; du syst&egrave;me financier global.</p> <p>Vladimir Poutine, quant &agrave; lui, avait recommand&eacute; aux membres du Brics, lors du sommet de l&#39;organisation &agrave; Xiamen il y a deux mois, de mettre en place, au moins &agrave; leur niveau, une monnaie de r&eacute;serve leur permettant, sans n&eacute;cessairement abandonner compl&egrave;tement l&#39;utilisation du dollar, d&#39;&eacute;chapper &agrave; la domination de celui-ci.</p> <p>Or la Chine vient d&#39;annoncer (voir r&eacute;f&eacute;rence ci dessous) qu&#39;elle lancerait prochainement un contrat-type concernant le p&eacute;trole (brut) libell&eacute; en yuan et convertible en or &agrave; Shanghai et Hong Kong..&nbsp;Celui-ci, du fait que la Chine est le plus grand importateur de brut en Asie, permettra d&#39;&eacute;chapper &agrave; la d&eacute;finition du prix du brut fix&eacute; en US dollars&nbsp;par des interm&eacute;diaires am&eacute;ricains tels que les Brent ou West Texas Intermediate.</p> <p>La Russie et l&#39;Iran, gros exportateurs de brut, pourront ainsi n&eacute;gocier, au moins vers la Chine et certains pays int&eacute;ress&eacute;s du Brics, leurs contrats en petro-yuan et &eacute;chapper ainsi aux &laquo;&nbsp;sanctions&nbsp;&raquo;&nbsp; am&eacute;ricaines. Le V&eacute;n&eacute;zuela, par la voix du Pr&eacute;sident Maduro, a imm&eacute;diatement fait conna&icirc;tre qu&#39;il rejoindrait le nouveau groupe des pays utilisant comme moyen de paiement et de r&eacute;serve le p&eacute;tro-yuan convertible en or.</p> <p>Quant &agrave; divers Hedge funds travaillant en Asie, y compris pour des int&eacute;r&ecirc;ts am&eacute;ricains, ils se sont dit tr&egrave;s int&eacute;ress&eacute;s par la mise en place de la nouvelle monnaie de change.</p> <p><strong>R&eacute;f&eacute;rence</strong></p> <p><a href="https://asia.nikkei.com/Markets/Commodities/China-sees-new-world-order-with-oil-benchmark-backed-by-gold?n_cid=NARAN1507">https://asia.nikkei.com/Markets/Commodities/China-sees-new-world-order-with-oil-benchmark-backed-by-gold?n_cid=NARAN1507</a></p> <p><br /> &nbsp;</p> Tue, 24 Oct 2017 23:00:00 GMT Macron sacrifie plus que jamais la France à Wall Street. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2724 2724 <br /><font size="2" face="Arial">Steve Keen explique qu'il n'en est rien. Malheureusement, il se borne &agrave; d&eacute;velopper longuement la th&egrave;se banale selon laquelle les &eacute;conomies des uns provoquent du sous-emploi pour les autres et s'&eacute;tonne de voir Macron l'ignorer. Mais il ne cherche pas &agrave; comprendre pourquoi Macron qui le sait pertinemment, ENA oblige, adopte cependant cette politique d&eacute;sastreuse. </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Une explication serait que la d&eacute;croissance en France est exig&eacute;e par les int&eacute;r&ecirc;ts financiers am&eacute;ricains qui ont pay&eacute; son &eacute;lection. Cela rendra impossible un retour au mod&egrave;le fran&ccedil;ais ancien d'investissements publics, d'abord financ&eacute;s par la dette puis rentabilis&eacute;s ensuite gr&acirc;ce aux activit&eacute;s nouvelles et revenus en d&eacute;coulant. C'est en fait grosso modo le mod&egrave;le russe et chinois. <em>Horresco referens.</em><br /> <br /> La France actuelle ne peut le faire, corset&eacute;e qu'elle est par les contraintes de l'Union Europ&eacute;enne, elles-m&ecirc;mes impos&eacute;es par les int&eacute;r&ecirc;ts financiers am&eacute;ricains. Mais un Macron jouant la France et non Wall Street aurait pu imposer des d&eacute;rogations aux r&eacute;glementations europ&eacute;ennes, en mena&ccedil;ant l'Union d'un Francexit. Ceci aurait &eacute;t&eacute; jouable aux yeux de l'opinion s'il avait expos&eacute; &agrave; celle-ci qu'en &eacute;change de nouveaux sacrifices momentan&eacute;s destin&eacute;s &agrave; financer des investissements publics productifs, elle aurait vite b&eacute;n&eacute;fici&eacute; d'une nouvelle croissance auto-financ&eacute;e.<br /> <br /> Soit l'exemple des &eacute;nergies renouvelables ou de l'espace, dans lesquels la France dispose de ressources potentielles non employ&eacute;es, et dans lesquels Macron ne mettra pas un euro, comme de bien entendu. Ses sponsors am&eacute;ricains ne le permettraient pas. Pour eux, mieux vaut acheter du gaz de schiste d'outre-atlantique&nbsp; et financer Space X. Macron aurait pu et du, dans ces domaines comme dans d'autres sur lesquels il est inutile de s'attarder ici, &eacute;tablir d'ambitieux programmes d'investissements publics et priv&eacute;s. Il ne l'a pas fait et ne le fera jamais. <br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Malheureusement en France aucune voix parmi l'opposition au pouvoir actuel ne semble capable, ou d&eacute;sireuse, de tenir ce discours et proposer des alternatives. Si puissante sans doute est, m&ecirc;me &agrave; gauche, &agrave; l'extr&ecirc;me-gauche ou au FN, la puissance de l'id&eacute;ologie am&eacute;ricano-europ&eacute;enne. <br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial"><a href="https://www.rt.com/op-edge/406124-rise-fall-emmanuel-macron/">https://www.rt.com/op-edge/406124-rise-fall-emmanuel-macron/</a></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Mon, 09 Oct 2017 23:00:00 GMT