Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/ Europe Solidaire Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/logo.gifEurope Solidairehttp://www.europesolidaire.eu/ Tue, 28 Mar 2017 20:29:11 GMT Nourrir 10 milliards d'humains? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2506 2506 <br /><font size="2" color="#000000"><strong><font color="#000099"> </font></strong></font> <p align="left"><font size="2"><img src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2017/179/insectes.jpg" height="350" width="600" alt="" /><font face="Arial"><br /> <br /> Pr&eacute;cisons d'abord que si nous admettons que la population croitra &laquo;&nbsp;inexorablement&nbsp;&raquo; jusqu'&agrave; 10 milliards, ceci veut dire que cette croissance d&eacute;coulera de tendances d&eacute;mographiques qui ne pourront pas &ecirc;tre modifi&eacute;es rapidement par des politiques volontaires. Ainsi la natalit&eacute; par femme en Afrique se maintiendra &agrave; quelques 6 enfants, et le nombre de femmes augmentera n&eacute;cessairement. Il serait inenvisageable d'esp&eacute;rer que dans les 10 &agrave; 15 ans &agrave; venir, le contr&ocirc;le des naissances ram&egrave;ne cette natalit&eacute; au taux de 2 ou 3 enfants comme est l'est dans les pays ayant atteint le phase dite de &laquo;&nbsp;transition d&eacute;mographique&nbsp;&raquo;. </font></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Ceci pour la raison que le sous-d&eacute;veloppement, les religions et les m&oelig;urs, sans mentionner les conflits entre Etats et groupes tribaux, rendraient impossible, du jour au lendemain comme il le faudrait, la r&eacute;duction des naissances n&eacute;cessaires pour stabiliser la population africaine autour des effectifs actuels de quelques 2 milliards. Elle devrait donc atteindre 4 milliards vers 2100. A une moindre &eacute;chelle, il en sera de m&ecirc;me dans d'autres parties du monde. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Ceci dit, l'article cit&eacute; vise &agrave; d&eacute;monter que le progr&egrave;s en cours des sciences, des techniques et des pratiques, notamment agraires, permettra d'obtenir la nourriture n&eacute;cessaire. Certes il ne s'agira pas de garantir &agrave; tous une ration de viande &eacute;quivalente &agrave; celle dont &laquo;&nbsp;b&eacute;n&eacute;ficient&nbsp;&raquo; les am&eacute;ricains du nord et beaucoup d'europ&eacute;ens. Mais ils devraient acc&eacute;der &agrave; une ration en calories et compl&eacute;ments alimentaires suffisante pour &eacute;viter les famines et donner &agrave; tous un niveau de vie satisfaisant. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">L'article semble par ailleurs consid&eacute;rer que les nouvelles pratiques de consommation devraient soulager une plan&egrave;te par ailleurs menac&eacute;e, non seulement par les surconsommations, mais par le manque d'eau et le r&eacute;chauffement. Le cas de l'Afrique est cit&eacute;. Ce continent n'aurait que quelques 3% de ses surfaces consacr&eacute;es aux cultures vivri&egrave;res. Il serait possible de faire beaucoup plus. Le raisonnement oublie le fait que les surfaces non cultiv&eacute;es sont recouvertes par des v&eacute;g&eacute;tations et une faune spontan&eacute;es qui sont indispensable &agrave; la biodiversit&eacute; et aux &eacute;quilibres climatologiques. L'exemple de l'Indon&eacute;sie, dont les zones coti&egrave;res sont actuellement d&eacute;vast&eacute;es par une culture abusive de palmiers &agrave; huile, montre l'inanit&eacute; de ce raisonnement s'il est appliqu&eacute; &agrave; grande &eacute;chelle</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Nous ne reprendront pas ici les diff&eacute;rentes perspectives d&eacute;crites par l'article. Disons seulement qu'elles comporteront d'abord une augmentation de productivit&eacute; des pratiques agricoles, non par des engrais mais par des techniques comme la gestion automatis&eacute;e de la production et de la conservation. Au del&agrave; des aliments r&eacute;sultant de la production agricole et de l'&eacute;levage, comme de la consommation embl&eacute;matique d'insectes, une infinit&eacute; de techniques permettront de produire &laquo;&nbsp;artificiellement&nbsp;&raquo; les calories n&eacute;cessaires. Ceci se fera sans doute, au moins initialement, au d&eacute;pend des saveurs gustatives, mais m&ecirc;me en ce domaine la biochimie et la biologie g&eacute;n&eacute;tique pourront restituer des saveurs tr&egrave;s convenables. De toutes fa&ccedil;ons, pouss&eacute;s par la n&eacute;cessit&eacute;, les populations s'y habitueront. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><strong><font color="#000099">Deux difficult&eacute;s voire impossibilit&eacute;s &agrave; pr&eacute;voir.</font></strong></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">L'optimisme de l'article nous para&icirc;t cependant &eacute;vacuer deux difficult&eacute;s majeures qui selon nous devraient rendre difficile, sinon parfois impossible, la production des aliments de demain. La premi&egrave;re sera d'ordre &eacute;conomique. Il y aura de consid&eacute;rables distances &agrave; franchir, par exemple pour g&eacute;n&eacute;raliser au profit de milliards de consommateurs la production de cellules artificielles aujourd'hui possible en &eacute;prouvette. Il faudra de toutes fa&ccedil;ons mettre en place pour ce faire des usines de production repr&eacute;sentant un cout &eacute;conomique et humain consid&eacute;rable. Dans un monde dont les ressources en &eacute;nergie et mati&egrave;res premi&egrave;res ne cesseront de d&eacute;croitre, il est difficile de voir d'o&ugrave; viendront ces suppl&eacute;ments de ressources. La productivit&eacute; am&eacute;lior&eacute;e venant de l'usage de nouvelles technologie ne pourra pas faire de miracle. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">La deuxi&egrave;me difficult&eacute; sera d'ordre politique. Le monde actuel est caract&eacute;ris&eacute; par des in&eacute;galit&eacute;s consid&eacute;rables entre les minorit&eacute;s dominantes et le reste des populations. Ceci non seulement d'un pays ou d'une zone g&eacute;ographique &agrave; l'autre, mais au sein m&ecirc;me des pays dits riches. Aujourd'hui au sein m&ecirc;me de ces derniers, il faudrait de v&eacute;ritables guerres civiles internes pour que les dominants acceptent de partager leurs avantages. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Ainsi, pour prendre l'exemple trivial de la consommation de viande d'&eacute;levage, rien ne pourra pousser les &laquo;&nbsp;riches&nbsp;&raquo; consommateurs de cette viande ni les &eacute;leveurs et distributeurs qui la commercialisent &agrave; changer de pratique. Quelques efforts seront au mieux faits en ce sens, mais ils n'atteindront jamais le niveau n&eacute;cessaire. Pour que cet objectif soit atteint sans guerre civile, il faudrait qu'interviennent des catastrophes parfaitement improbables comme des maladies &agrave; grande &eacute;chelle faisant disparaitre les troupeaux.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Plus pr&eacute;cis&eacute;ment, il n'existe pas de pouvoir supranational suffisant puissant pour imposer aux Etats et aux populations des modifications significatives de leur mode de consommation. Le risque beaucoup plus imm&eacute;diat de guerres larv&eacute;es entre Etats et populations pour s'assurer des dominations au plan g&eacute;ostrat&eacute;gique montre actuellement l'impuissance des institutions internationales pour agir. Des puissances dominantes peuvent assurer des paix relatives, mais ce n'est qu'&agrave; leur profit. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">En cons&eacute;quence, l'on peut rester tr&egrave;s sceptique quant aux possibilit&eacute;s d'assurer aux 10 milliards d'humains attendus un acc&egrave;s suffisant aux ressources alimentaires. Des &eacute;pid&eacute;mies et famines massives, des guerres meurtri&egrave;res seront seules susceptibles de ramener le niveau de la consommation &agrave; celui des ressources. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><strong>R&eacute;f&eacute;rence</strong><br /> <br /> <a href="https://www.newscientist.com/article/mg23331180-400-tomorrows-menu-termites-grass-and-synthetic-milk/">https://www.newscientist.com/article/mg23331180-400-tomorrows-menu-termites-grass-and-synthetic-milk/<br /> </a></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><br /> </p> Sat, 25 Mar 2017 23:00:00 GMT Barrages hydro-électriques au Brésil et contribution à l'effet de serre http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2454 2454 <br /><font size="2"><font face="Arial">Est-ce exact pour d'autres pays? Dans le cas du Br&eacute;sil, &eacute;tudi&eacute; par l'article r&eacute;f&eacute;renc&eacute; ci-dessous, les barrages existants ou &agrave; construire, notamment en Amazonie, produiront plus de m&eacute;thane, puissant gaz &agrave; effet de serre, qu'ils n'&eacute;conomiseront de CO2. <br /> <br /> Les sources de ce m&eacute;thane sont multiples: d&eacute;composition des arbres abattus pour construire le barrage, d&eacute;composition des feuilles mortes s'accumulant au fond du r&eacute;servoir, perte massive de biodiversit&eacute; r&eacute;sultant de la pr&eacute;sence du barrage et de son lac-r&eacute;servoir. De plus, les flux provenant des rivi&egrave;res ainsi &eacute;quip&eacute;es ne sont pas suffisants pour faire tourner convenablement les turbines. <br /> <br /> Logiquement, il ne faudrait construire de nouveaux barrages qu'apr&egrave;s une &eacute;tude scientifique s&eacute;rieuse de leur contribution au respect des engagements pris &agrave; la COP21 &agrave; Paris. Mais, comme il &eacute;tait pr&eacute;visible, la corruption dans le pays est tel, &agrave; tous les niveaux de d&eacute;cision, que les attributions de cr&eacute;dits publics aux entreprises constructrices de barrage ne peuvent faire l'objet de telles &eacute;tudes scientifique pr&eacute;alable. <br /> <br /> Il y a beaucoup de raisons permettant de penser que, dans la plupart des pays engag&eacute;s dans la lutte contre la production des gaz &agrave; effet de serre, les m&ecirc;mes raisons emp&ecirc;chent la prise de d&eacute;cisions rationnelles. La prochaine g&eacute;n&eacute;ration ne pourra alors que constater la mont&eacute;e irr&eacute;versible des d&eacute;g&acirc;ts climatiques et environnementaux r&eacute;sultant de la hausse incontr&ocirc;lable des temp&eacute;ratures. <br /> <br /> R&eacute;f&eacute;rence<br /> <br /> </font><a href="http://www.theglobalist.com/dams-climate-change-global-warming-brazil-paris-agreement/"><font face="Arial">http://www.theglobalist.com/dams-climate-change-global-warming-brazil-paris-agr</font>eement/</a></font> Sat, 28 Jan 2017 23:00:00 GMT The Greens (les Verts), dorénavant l'avenir de l'Amérique. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2236 2236 <br /><p> </p> En effet, aujourd'hui, aux Etats-Unis, des r&eacute;formes radicales du syst&egrave;me &eacute;conomique s'imposent pour permettre aux objectifs de protection de l'environnement de se faire entendre face &agrave; l'omnipr&eacute;sence du capitalisme n&eacute;o-lib&eacute;ral. A la suite notamment de l'&eacute;cho donn&eacute; &agrave; la conf&eacute;rence mondiale COP21, de plus en plus d'&eacute;lecteurs constatent que si rien n'est fait, les Etats-Unis resteront ce qu'ils sont, les champions mondiaux de la pollution et de la destruction de la nature. Ils finiront par en &ecirc;tre les premi&egrave;res victimes. <p>Ces &eacute;lecteurs, qu'ils se rattachent &agrave; l'un ou l'autre des deux grands partis, les R&eacute;publicains et les D&eacute;mocrates, constatent aussi que le mode de d&eacute;signation des Repr&eacute;sentants et du Pr&eacute;sident lui-m&ecirc;me, totalement dans la main des grands int&eacute;r&ecirc;ts corporatifs, ne permettra jamais aux citoyens et mouvements int&eacute;ress&eacute;s par une politique &eacute;cologiste de se faire entendre. </p> <p>R&eacute;cemment, la trahison de Bernie Sanders, qui avait b&eacute;n&eacute;fici&eacute; en partie des voix &eacute;cologistes, et qui s'est ralli&eacute; finalement &agrave; &laquo;<em>&nbsp;Hillary Clinton- la Guerre</em>&nbsp;&raquo; leur a &ocirc;t&eacute; tout espoir d'&ecirc;tre entendus au sein du parti D&eacute;mocrate. Quant au candidat r&eacute;publicain, Donald Trump, s'il affiche des objectifs de type &eacute;cologique tout &agrave; fait int&eacute;ressants, il ne sera sans doute pas en mesure de les faire appliquer s'il est &eacute;lu, face au refus du parti R&eacute;publicain dans ses profondeurs.</p> <p>Un troisi&egrave;me parti, The Greens, les Verts, jusqu'ici tr&egrave;s bas dans les sondages, semble pouvoir b&eacute;n&eacute;ficier d'un cr&eacute;neau d'opportunit&eacute;. Non seulement &agrave; cause de son programme, tr&egrave;s proche de celui des autres partis Verts dans le monde, mais gr&acirc;ce &agrave; la personnalit&eacute; de sa pr&eacute;sidente Jill Stein qui r&eacute;ussit gr&acirc;ce &agrave; son dynamisme &agrave; rendre plus populaires qu'ils ne le sont encore des &eacute;l&eacute;ments du programme Vert jusqu'ici mal compris par les &eacute;lecteurs. </p> <p><strong>Le programme des Greens</strong></p> <p>Jill Stein a propos&eacute; un Plan dit &ldquo;<a href="http://www.jill2016.com/plan">Power to the People Plan</a>&rdquo; qui garantirait des droits &eacute;conomiques et sociaux &agrave; tous les citoyens, y compris les plus pauvres, notamment l'acc&egrave;s &agrave; la nourriture, &agrave; l'eau , au logement et aux services publics. Des emplois seraient offerts &agrave; un niveau de salaire raisonnable &agrave; tous les ch&ocirc;meurs et personnes rejet&eacute;s par le syst&egrave;me capitaliste. Par ailleurs le Programme comporterait un syst&egrave;me de soin public dit &ldquo;Medicare for All&rdquo; plus ambitieux que celui abandonn&eacute; r&eacute;cemment par Obama, un syst&egrave;me d'assurance-sant&eacute; public et l'acc&egrave;s gratuit aux Universit&eacute;s, avec l'abolition des dettes actuellement contract&eacute;es par les &eacute;tudiants.</p> <p>Le programme comporterait &eacute;galement la d&eacute;finition d'un salaire minimum garanti, la remise en vigueur du <a href="http://www.jill2016.com/jill_stein_tireless_fearless_and_just_won_t_stop">Glass-Steagall </a>Act imposant notamment la s&eacute;paration entre banques d'affaires et banques de d&eacute;p&ocirc;t, le d&eacute;coupage des m&eacute;ga-banques en banques plus petites, un service de banque postale quasiment gratuit pour les bas revenus, et finalement la cr&eacute;ation de banques publics au niveau local.</p> <p>Tout ceci semble tr&egrave;s proche des programmes europ&eacute;ens dits d'Etat-Providence, progressivement abandonn&eacute;s par les gouvernements sous la pression des int&eacute;r&ecirc;ts financiers internationaux, dont Wall Street et la City de Londres sont les repr&eacute;sentants. N&eacute;cessairement, les citoyens am&eacute;ricains tent&eacute;s par le Plan Power to the People se poseront la m&ecirc;me question que leurs homologues dans les partis verts et dans les oppositions de gauche dans les pays europ&eacute;ens: &laquo;&nbsp;Comment financer tout cela ?&nbsp;&raquo;</p> <p>Les Greens apportent une r&eacute;ponse qui devrait para&icirc;tre &eacute;vidente eux &eacute;lecteurs: &laquo;&nbsp;de la m&ecirc;me fa&ccedil;on qu'ont &eacute;t&eacute; financ&eacute;s les centaines de milliards de dollars consacr&eacute;s aux diverses guerres am&eacute;ricaines, comme &agrave; la sp&eacute;culation financi&egrave;re notamment bas&eacute;e dans les paradis fiscaux&nbsp;&raquo; . Il faudra qu'un pouvoir f&eacute;d&eacute;ral conquis par les Greens impose &agrave; la Federal Reserve Bank la cr&eacute;ation de monnaie n&eacute;cessaire aux investissements initiaux, sous la forme de &laquo;&nbsp;quantitative easing&nbsp;&raquo; ou autrement. Les dollars ainsi cr&eacute;es ne seraient &eacute;videmment pas vers&eacute;s aux banques qui en profiteraient pour sp&eacute;culer encore davantage, mais &agrave; des agences publiques, existantes ou &agrave; cr&eacute;er, au niveau f&eacute;d&eacute;ral ou local, en charge des grands programmes &eacute;conomiques et sociaux. Gr&acirc;ce aux retours sur investissement, les avances de la FED correspondant au programme des Greens pourraient &ecirc;tre rembours&eacute;es progressivement, si l'on voulait &eacute;viter une relance (d'ailleurs fort improbable) de l'inflation. </p> <p><strong>Les Europ&eacute;ens resteront-ils hors course? </strong> </p> <p>Rappelons que dans le cadre de l'Union europ&eacute;enne et de la Banque centrale europ&eacute;enne, des gouvernements nationaux qui voudraient entreprendre des programmes publics d'investissements sociaux &ndash; sans mentionner des programmes de recherche scientifique tout aussi n&eacute;cessaires, n'obtiendraient jamais des institutions europ&eacute;ennes et de la BCE les avances de cr&eacute;dit indispensables. Ceci au pr&eacute;texte de ne pas augmenter les dettes publiques, mais en fait pour r&eacute;server aux banques et aux int&eacute;r&ecirc;ts financiers la possibilit&eacute; d'utiliser &agrave; leur profit les euros qui seraient ainsi cr&eacute;es. </p> <p><font size="2" face="Arial">Ceux qui comme nous ici d&eacute;fendent dor&eacute;navant la sortie de l'Union europ&eacute;enne et de la monnaie unique suivront &eacute;videmment avec le plus grand int&eacute;r&ecirc;t ce qu'il adviendra des propositions des Greens am&eacute;ricains. M&ecirc;me si elles ne sont pas finalement retenues par les pouvoirs f&eacute;d&eacute;raux et locaux, le bruit qui devrait &ecirc;tre fait autour d'elles devrait inciter certains gouvernements europ&eacute;ens, comme le pr&eacute;conise Jacques Sapir, &agrave; proposer &agrave; leur tour, sur le mod&egrave;le du Brexit, une sortie de l'UE et un retour &agrave; des banques et monnaies nationales. Celles-ci pourraient &eacute;galement proposer des <a href="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/159/odi.htm">Obligations &agrave; Dur&eacute;e Ind&eacute;termin&eacute;e</a>, recommand&eacute;es par Joseph Leddet. </font></p> <p><strong>R&eacute;f&eacute;rences </strong> </p> <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Jill_Stein">https://fr.wikipedia.org/wiki/Jill_Stein</a> <p><a href="http://www.jill2016.com/">http://www.jill2016.com/</a></p> <p><a href="http://www.jill2016.com/keeptherevolutiongoing" target="_self">http://www.jill2016.com/keeptherevolutiongoing</a> </p> <p><a href="http://www.jill2016.com/sanders_endorsement_clinton">http://www.jill2016.com/sanders_endorsement_clinton</a><a href="http://www.counterpunch.org/2016/08/03/can-jill-carry-bernies-baton-a-look-at-the-green-candidates-radical-funding-solution/">Can Jill Carry Bernie&rsquo;s Baton? A Look at the Green Candidate&rsquo;s Radical Funding Solution<br /> <br /> http://www.counterpunch.org/2016/08/03/can-jill-carry-bernies-baton-a-look-at-the-green-candidates-radical-funding-solution/</a></p> <p>L'article est de Ellen Brown, d&eacute;j&agrave; cit&eacute;e par nous pour la pertinence de ses textes<br /> <br /> Sur le Green Party of the United States, voir Wikip&eacute;dia </p> <p><a href="https://en.wikipedia.org/wiki/Green_Party_of_the_United_States">https://en.wikipedia.org/wiki/Green_Party_of_the_United_States</a></p> <p><a href="http://www.counterpunch.org/author/ellen-brown/"> </a></p> <p><a href="http://www.counterpunch.org/author/ellen-brown/"><br /> </a></p> <p><a href="http://www.counterpunch.org/author/ellen-brown/"><br /> <br /> </a></p> <p><a href="http://www.counterpunch.org/author/ellen-brown/"><br /> <br /> </a></p> <p><a href="http://www.counterpunch.org/author/ellen-brown/"><br /> <br /> </a></p> <p><a href="http://www.counterpunch.org/author/ellen-brown/"><br /> <br /> </a></p> <p><a href="http://www.counterpunch.org/author/ellen-brown/"><br /> <br /> </a></p> <a href="http://www.counterpunch.org/author/ellen-brown/"><br /> <br /> <p><br /> </p> </a> Wed, 03 Aug 2016 23:00:00 GMT La malédiction de l'intelligence http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2163 2163 <br /><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font color="#000099"><font color="#000000" /></font></font> <p align="center"><img width="479" height="300" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2016/169/intelligence.jpg" alt="" /></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Non seulement l'intelligence des humains, mis au service de leur volont&eacute; in&eacute;puisable d'extension et de conqu&ecirc;te, les a d&eacute;j&agrave; conduits &agrave; provoquer une nouvelle grande Extinction des esp&egrave;ces vivantes, mais elle les met sur la voie de g&eacute;n&eacute;rer des changements climatiques majeurs. Ceux-ci, qui ne se limitent pas au r&eacute;chauffement mais &agrave; d'autres effets annexes comme la d&eacute;sertification, seront les principaux acteurs de la disparition des esp&egrave;ces vivantes ayant encore surv&eacute;cu &agrave; ce jour. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">On peut penser qu'en quelques si&egrave;cles, ces changements affecteront d'une fa&ccedil;on si profonde l'ensemble de la Terre qu'ils la transformeront en une plan&egrave;te semblable &agrave; ce que sont aujourd'hui V&eacute;nus ou Mars, totalement incompatible avec le maintien de la vie. V&eacute;nus est un astre surchauff&eacute;, &agrave; l'atmosph&egrave;re dense, soumis &agrave; un effet &agrave; un puissant effet de serre. Au contraire Mars, pratiquement sans eau de surface et presque d&eacute;pourvue d'atmosph&egrave;re, subit avec une telle intensit&eacute; les rayonnements solaires qu'elle se pr&eacute;sente aujourd'hui comme un d&eacute;sert aride, soit tr&egrave;s chaud soit tr&egrave;s froid, selon les expositions.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"> Il est impossible aujourd'hui de pr&eacute;voir ce que deviendra la Terre avec la fin de la vie terrestre, qui marquerait le terme de l'intelligoc&egrave;ne. Les deux voies semblent possibles, d&eacute;pendant notamment de ce que deviendront les eaux oc&eacute;aniques. Soit elles s'&eacute;vaporeront en partie produisant avec d'autres gaz &agrave; effet de serre un confinement analogue &agrave; celui r&eacute;gnant sur V&eacute;nus. Soit elles se disperseront dans l'espace interspatial. Ces hypoth&egrave;ses peuvent permettre de penser que V&eacute;nus comme Mars, situ&eacute;es toutes les deux comme la Terre dans la zone habitable, et ne semblant pas pr&eacute;senter de diff&eacute;rences g&eacute;ologiques majeures par rapport &agrave; la Terre, ont pu &ecirc;tre il y a quelques milliards d'ann&eacute;es des plan&egrave;tes habit&eacute;ess, o&ugrave; la vie serait apparue et surtout se serait transform&eacute;e et complexifi&eacute;e, bien avant ce qu'elle a fait sur Terre. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Cette vie aurait permis tr&egrave;s rapidement, pour des raisons contingentes, l'apparition d'esp&egrave;ces complexes puis intelligentes. Les cons&eacute;quences d&eacute;sastreuses de cette intelligence aurait provoqu&eacute; en quelques mill&eacute;naires leur disparition. Les deux plan&egrave;tes pourraient donc &ecirc;tre la pr&eacute;figuration de ce que deviendra la Terre sous les effets n&eacute;fastes de l'intelligence humaine.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Mais peu importent les causes ayant donn&eacute; &agrave; V&eacute;nus ou Mars leur visage actuel. Il suffit de s'interroger sur le risque de voir la Terre, d&eacute;truite &agrave; long terme par les effets de l'intelligence, devenir semblable &agrave; elles. Ceci soul&egrave;ve imm&eacute;diatement la question de savoir pourquoi, l'&eacute;mergence chez l'homme d'un cerveau capable d'intelligence pourrait avoir de tels effets catastrophiques. L'intelligence humaine, comme semblent encore le croire quelques &laquo;&nbsp;humanistes&nbsp;&raquo; bien-pensants, ne permettrait-elle pas de pr&eacute;voir l'apparition de tels effets catastrophiques et de faire en sorte qu'ils ne se d&eacute;veloppent pas de fa&ccedil;on destructrice non seulement pour l'homme, mais pour la vie terrestre en g&eacute;n&eacute;ral.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099">L'intelligence et ses effets</font></strong></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Il est n&eacute;cessaire de se poser la question de ce que l'on d&eacute;signe par le terme d'intelligence. En simplifiant beaucoup, on peut dire qu'il s'est agi d'une mutation apparue dans les cerveaux de certains primates leur permettant de transformer le milieu naturel avec des outils provenant de ce m&ecirc;me milieu naturel. Ce ph&eacute;nom&egrave;ne, comme nous l'avions rappel&eacute; dans notre essai &laquo;<em>&nbsp;Le paradoxe du Sapiens</em>&nbsp;&raquo; serait apparu des la fin de l'histoire des australopith&egrave;ques et n'aurait cess&eacute; de se complexifier depuis de fa&ccedil;on &eacute;volutionniste. Il aurait provoqu&eacute; les transformations prodigieuses subies par la Terre et en cons&eacute;quence par l'humanit&eacute;, notamment depuis l'&egrave;re industrielle. Mais il aurait parall&egrave;lement provoqu&eacute; une croissance d&eacute;mographique et finalement un &eacute;puisement des ressources terrestres disponibles. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Comme l'indique l'anthropologue Paul Jorion dans son dernier ouvrage <em>&laquo;&nbsp;Le dernier qui sortira &eacute;teindra la lumi&egrave;re&nbsp;&raquo;</em>, la science et la technique ne paraissent pas pouvoir, contrairement aux r&ecirc;veries des tenants de la Singularit&eacute;, permettre dans un horizon de temps pr&eacute;visible, l'apparition d'humains tellement augment&eacute;s qu'ils en deviendraient artificiels et moins encore la survie de ceux-ci sur une autre plan&egrave;te. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Par contre, elles ont toutes les ressources n&eacute;cessaires pour se mettre au service des instincts les plus destructeurs de l'humanit&eacute;. Il en r&eacute;sulte d'ailleurs qu'aujourd'hui, la science et la technique ont toujours &eacute;t&eacute; utilis&eacute;es davantage par les militaires que par des &laquo;&nbsp;humanistes&nbsp;&raquo; ou des philosophes. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Or il faut rappeler que si le cerveau humain, dans certaines des aires de son cortex sup&eacute;rieur, est capable de g&eacute;n&eacute;rer des comportements intelligents qui sont notamment &agrave; la source des connaissances scientifiques d&eacute;sint&eacute;ress&eacute;s, il est encore plus capable de faire na&icirc;tre et entretenir chez l'homme des comp&eacute;titions &eacute;conomiques mortelles, l'agression et la guerre. Les facult&eacute;s de l'intelligence se sont d&egrave;s les origines mises au service de ces pulsions mortif&egrave;res. Avec l'&eacute;puisement des ressources naturelles, ces derni&egrave;res ne pourront que se renforcer. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Comme il s'agit de ce que l'on pourrait appeler d'un terme peu scientifique des instincts profonds, bien plus marqu&eacute;s chez l'homme que chez les autres esp&egrave;ces sup&eacute;rieures, il est l&eacute;gitime de penser que si certains scientifiques, s'appuyant sur leur intelligence, pr&eacute;voient d&eacute;j&agrave; les cons&eacute;quences catastrophiques de la poursuite, <em>&laquo;&nbsp;business as usual&nbsp;&raquo;</em>, des comportements destructeurs actuels, ils n'auront pas de poids suffisants pour contrer les pulsions destructrices pr&eacute;sentes chez le reste de l'humanit&eacute;.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"> Il n'est d'ailleurs pas inutile de rappeler que celle-ci comportant actuellement plus de 7 milliards d'individus, en comportera prochainement une dizaine de milliards. Sans c&eacute;der au &laquo;&nbsp;racisme&nbsp;&raquo; on peut pronostiquer que ceux-ci, pouss&eacute;s par le besoin et n'ayant ni le temps ni les facilit&eacute;s mat&eacute;rielles pour acc&eacute;der &agrave; une science humaniste, ob&eacute;iront davantage aux impulsions irrationnelles souvent religieuses qu'aux effets de raisonnement globaux rationnels. On en arrivera &agrave; la pr&eacute;valence de mouvements suicidaires du type: <em>&laquo;&nbsp;Peu importe que je meure si mes adversaires meurent avant moi. Je n'en arriverai que plus vite au paradis</em>&nbsp;&raquo;. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">D'o&ugrave; la courte dur&eacute; de vie &agrave; venir que certains pr&eacute;voient pour l'intelligoc&egrave;ne et la vie terrestre en g&eacute;n&eacute;ral.Est-il possible d'affirmer que ce disant ils se trompent. Nous ne voyons pas pour notre part d'arguments solides &agrave; leur opposer.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"> Comme quoi la course actuelle pour la &laquo;&nbsp;conqu&ecirc;te&nbsp;&raquo; de Mars pourrait s'av&eacute;rer inutile. Nous ferons nous-m&ecirc;mes de la Terre, sans d&eacute;penses co&ucirc;teuses en mati&egrave;re de voyages interplan&eacute;taires, une plan&egrave;te semblable &agrave; ce qu'est notre proche voisine.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong>Note</strong><br /> <br /> On peut lire dans le New Scientist un article intitul&eacute; <em>Swansong Earth</em> qui d&eacute;crit les diff&eacute;rentes phases d'extinction de la vie au fur et &agrave; mesure du r&eacute;chauffement du &agrave; la transformation du soleil en boule de feu. Ceci sera in&eacute;vitable mais ne surviendra que dans quelques milliards d'ann&eacute;es. Dans l'hypoth&egrave;se &eacute;voqu&eacute;e ici, l'augmentation de temp&eacute;rature serait seulement due aux activit&eacute;s dites intelligentes. Elle serait moins importante, mais se produirait infiniment plus t&ocirc;t. Ses effets sur la vie seraient les m&ecirc;mes. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Voir <a href="https://www.newscientist.com/article/mg23030722-700-last-days-of-earth-life-in-7-billion-years-ad/">https://www.newscientist.com/article/mg23030722-700-last-days-of-earth-life-in-7-billion-years-ad/ </a> </font></p> Sun, 22 May 2016 23:00:00 GMT Le G20 à Shanghaï? Comment tromper les opinions publiques. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2081 2081 <br /><p class="western"><font size="2" face="Arial">Mais, m&ecirc;me si les inqui&eacute;tudes sont grandes, ce G20-Finances n'a pas d&eacute;bouch&eacute; sur le moindre d&eacute;but de remise en cause du processus &eacute;conomique mondial. On aurait cependant pu attendre des repr&eacute;sentants de la Chine et de la Russie des constatations et propositions diff&eacute;rentes de celles manifestement inspir&eacute;es par les ma&icirc;tres de Wall Street, pour qui seule compte l'augmentation des profits &agrave; court terme. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Quelques semaines apr&egrave;s l'unanimit&eacute; de fa&ccedil;ade pr&eacute;sent&eacute;e lors de la COP21 par des Etats ayant affirm&eacute; vouloir lutter contre les d&eacute;r&egrave;glements climatiques et la destruction des &eacute;cosyst&egrave;mes, il aurait paru l&eacute;gitime que le G20 s'interroge sur la notion de croissance, consid&eacute;r&eacute;e comme un accroissement permanent des d&eacute;penses inutiles ou dangereuses, accroissement dont seuls profitent les sp&eacute;culateurs financiers et dont les populations ne retire aucune am&eacute;lioration de leurs niveaux de vie. Ils auraient pu envisager une reconversion de celle-ci allant dans le sens des objectifs propos&eacute;s par la COP21. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">On retiendra de Shanghai un appel &agrave; l'engagement des Etats pour utiliser tous les leviers de l'investissement public pour relancer la croissance. Mais ces leviers ont &eacute;t&eacute; globalement r&eacute;sum&eacute;s en une diminution des fiscalit&eacute;s et en assouplissement des r&eacute;glementations du travail. De telles mesures sont r&eacute;clam&eacute;es en ch&oelig;ur par tous les chefs d'entreprises du monde, en Occident comme en Chine et en Russie. On voit bien les profits qu'en tireront les employeurs, mais on ne voit pas en quoi des investissements publics allant dans le sens de la protection de l'environnement en seront favoris&eacute;s. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Il est vrai que de tels investissements, dans un premier temps, co&ucirc;teront plus cher qu'ils ne rapporteront. Ce sera le cas par exemple du d&eacute;veloppement des &eacute;nergies vertes face &agrave; la croissance permanente de la consommation de charbon et p&eacute;trole. Il en sera de m&ecirc;me d'investissements en profondeur dans le domaine d'une &eacute;conomie num&eacute;rique convenablement distribu&eacute;e et ne restant pas le monopole des Google et autres Facebook. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Mais l'id&eacute;e que la &laquo;&nbsp;croissance&nbsp;&raquo; r&eacute;clam&eacute;e par tous &agrave; Shanghai, et faisant appel notamment aux soutiens des gouvernements, pourrait reposer sur de tels investissements, aurait &eacute;t&eacute; consid&eacute;r&eacute;e comme sacril&egrave;ge. Elle ne pourrait que provenir d'id&eacute;alistes en mal de protection de l'environnement, et hostiles &agrave; toutes recherche de profit &agrave; court terme. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">R&eacute;p&eacute;tons-le. Il a &eacute;t&eacute; d&eacute;cevant de constater qu'au G20 les repr&eacute;sentants de la Russie et de la Chine ne se sont distingu&eacute;s en rien des autres &laquo;&nbsp;grands argentiers&nbsp;&raquo; du monde. Il en sera de m&ecirc;me in&eacute;vitablement &agrave; Hangzhou en septembre. Mais quels utopistes ingu&eacute;rissables pourraient-ils esp&eacute;rer le contraire ?</font></p> Sun, 28 Feb 2016 23:00:00 GMT Une urgence de civilisation: neutraliser les puits de pétrole saoudiens http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2029 2029 <br /><font face="Arial" size="2" color="#000080"><strong><br /> L'Arabie saoudite, une monstruosit&eacute;</strong></font><font face="Arial" size="2"><br /> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Par Arabie saoudite, il faut entendre la maison royale des Saoud et les quelques dizaines de milliers de saoudiens qui comptent sur elle pour prot&eacute;ger les immenses int&eacute;r&ecirc;ts p&eacute;troliers, financiers, &eacute;conomiques et diplomatiques qu'ils ont acquis en vendant &agrave; l'Occident l'acc&egrave;s aux r&eacute;serves p&eacute;troli&egrave;res consid&eacute;rables dont la nature les avait dot&eacute;s. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Or, de quelles monstruosit&eacute;s l'Arabie saoudite se rend-elle coupable? La liste en est longue.<br /> <br /> - Une n&eacute;gation permanente des droits de l'homme dont l'Occident se fait partout le d&eacute;fenseur. La r&eacute;cente ex&eacute;cution par d&eacute;capitation et crucifixion des cadavres sans t&ecirc;te de dizaines d'opposants politiques et religieux en est un exemple renouvel&eacute;. Ce massacre a &laquo;&nbsp;&eacute;mu&nbsp;&raquo; l'Occident, mais ceux-ci ne r&eacute;agiront pas et continueront &agrave; tol&eacute;rer la peine de mort, les prisons et les tortures utilis&eacute;es par les Saoud pour combattre leurs adversaires politiques. Notons malheureusement que la Russie, pour des raisons compr&eacute;hensibles mais injustifiables, vient de se ranger aux cot&eacute;s des puissances occidentales dans cette inadmissible mansu&eacute;tude. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">- Une n&eacute;gation permanente des droits des femmes &agrave; l'&eacute;galit&eacute; avec les hommes. Imposer &agrave; celles-ci un statut aujourd'hui consid&eacute;r&eacute; comme d&eacute;gradant ne peut qu'encourager dans le reste du monde les mouvements oppos&eacute;s &agrave; la lib&eacute;ration de la femme.<br /> <br /> - Un financement &agrave; guichets ouverts de tous les mouvements terroristes qui se sont donn&eacute; pour mission la destruction des soci&eacute;t&eacute;s europ&eacute;ennes. Ils pr&eacute;parent aujourd'hui leur infiltration dans toute l'Afrique, aux Etats-Unis, en Russie, en Chine et ailleurs. On &eacute;voque actuellement Daesh mais si rien n'est fait, d'autres &eacute;mules de Daesh apparaitront et recevront l'appui des Saoud. Spontan&eacute;ment, les victimes de ce terrorisme djihadiste l'associent &agrave; l'Islam. Mais la source de ce terrorisme n'a rien de particuli&egrave;rement religieux, m&ecirc;me si l'Islam ne s'y oppose en rien. La source en est la maison des Saoud. <br /> <br /> - L'alimentation, en argent et en pr&eacute;dicateurs salafisto-wahabites, des m&eacute;contentements pouvant naitre, au sein des banlieues musulmanes europ&eacute;ennes, du fait de l'in&eacute;galit&eacute; sociale dont elles souffrent. Au lieu de faire appel aux mouvements politiques et syndicaux disponibles pour am&eacute;liorer leur sort, des populations musulmanes ne demandant qu'&agrave; vivre en paix avec leurs voisins sont incit&eacute;es par l'Arabie saoudite &agrave; trouver le salut dans l'encouragement &agrave; un terrorisme issu d'elles. Elles en sont les premi&egrave;res victimes.</font><font face="Arial" size="2"><br /> </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">- Combattre par le rar&eacute;faction de la production p&eacute;troli&egrave;re et la baisse des prix qu'elle entraine, tous les ennemis politiques que s'est donn&eacute; la maison des Saoud. L'Arabie saoudite est encore pour le moment assez riche pour supporter ces baisses. L'objectif est de ruiner ou d'assagir tous ceux qui peuvent concurrencer le pouvoir p&eacute;trolier saoudien. Il s'agit d'abord de pays tr&egrave;s divers comptant sur un prix raisonnable du p&eacute;trole pour assurer leur d&eacute;veloppement ou leur ind&eacute;pendance politique: pays rivaux de l'Arabie au sein de l'Opec, Russie, Iran, Venezuela, Br&eacute;sil et m&ecirc;me Etats-Unis. Ceux-ci, a tort ou &agrave; raison, comptaient sur le gaz de schiste pour se rendre ind&eacute;pendants des pays du Moyen-Orient. Aujourd'hui ils sont ruin&eacute;s, ce que n'a pas manqu&eacute; de remarquer Donald Trump.</font><font face="Arial" size="2"><br /> </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">- Emp&ecirc;cher ou retarder l'in&eacute;luctable passage aux &eacute;nergies renouvelables qui &agrave; terme signeront la mort du pouvoir de l'Arabie saoudite. Celle-ci est en effet incapable de se donner d'autres perspective que le p&eacute;trole pour se diversifier. Tous les pays qui se sont engag&eacute;s lors de la derni&egrave;re CPP21 &agrave; combattre par de nouvelles &eacute;nergies et de nouveaux types de consommation le r&eacute;chauffement climatique sont devenus de ce fait des ennemis des Saoud. Tous b&eacute;n&eacute;ficieront de la disparition de leurs pouvoirs...y compris les Big Oils am&eacute;ricains qui se reconvertiront ailleurs ou autrement. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2" color="#000080"><strong>Comment d&eacute;truire la tyrannie saoudienne ? </strong></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Il s'agira essentiellement de d&eacute;truire par la voie a&eacute;rienne les puits de p&eacute;trole saoudiens et les exploitations associ&eacute;es, apr&egrave;s avoir pr&eacute;venu les personnels de ces explorations en temps suffisant pour qu'ils &eacute;vacuent les cibles. Certes, il en r&eacute;sultera une tr&egrave;s forte pollution due &agrave; la combustion des carburants, mais celle-ci sera &agrave; terme bien inf&eacute;rieure &agrave; celle qui r&eacute;sultera de la poursuite de l'exploitation de ces m&ecirc;mes puits. Des op&eacute;rations de moindre ampleur avaient &eacute;t&eacute; conduites par les Etats-Unis lors de la Guerre du Golfe.</font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">- Cette destruction devrait &ecirc;tre d&eacute;cid&eacute;e dans les meilleurs d&eacute;lais, pour arr&ecirc;ter les p&eacute;rils que l'Arabie saoudite fait courir sur le monde. Tout mois perdu aggravera le risque.</font></p> <font face="Arial" size="2"> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">- La responsabilit&eacute; des bombardements devra si possible &ecirc;tre assur&eacute;e par une coalition des puissances occidentales, de la Russie et des pays musulmans, notamment chiites, tels que l'Iran, le Y&eacute;men et la Syrie de Damas pour qui l'Arabie saoudite se comporte d&eacute;sormais en ennemie d&eacute;termin&eacute;e. D'autres grands pays musulmans, tels le Pakistan et l'Indon&eacute;sie, devraient y &ecirc;tre associ&eacute;s. N'oublions pas cependant qu'un Etat tel la France attend de l'Arabie saoudite des commandes de mat&eacute;riels militaires et biens d'&eacute;quipement d'environ 10 milliards. Il n'est pas le seul. Cela ralentira fortement la volont&eacute; de participer &agrave; de tels bombardements. <br /> </font></p> <font face="Arial" size="2"> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">- Les puits d&eacute;truits, la maison des Saoud et son pouvoir sur les entreprises occidentales avec qui elle s'est associ&eacute;e s'effondreront comme des ch&acirc;teaux de cartes. Il ne serait sans doute m&ecirc;me pas n&eacute;cessaire que les puissances ayant pris la responsabilit&eacute; de cette destruction fournissent des moyens militaires au sol pour &eacute;viter des d&eacute;sordres. Ce qui, malgr&eacute; les ex&eacute;cutions, reste de d&eacute;mocratie dans la population saoudienne pourra s'en charger.</font></p> <font face="Arial" size="2"> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><strong><font color="#000080">Une pr&eacute;caution essentielle</font><br /> </strong><br /> La destruction des puits et par cons&eacute;quence celle de la maison des Saoud devra se faire sans menacer aucunement les lieux saints que sont pour les musulmans la Mecque et d'autres lieux de culte en territoire saoudien. Les Saoud se sont impos&eacute;s, pour renforcer leur pouvoir, en gardiens et protecteurs de la Mecque. La communaut&eacute; des autres pays musulmans devrait pouvoir s'entendre pour reprendre ce r&ocirc;le, selon des modalit&eacute;s dont ils seront juges. La s&eacute;curit&eacute; des p&egrave;lerinages devrait s'en trouver renforc&eacute;e. <br /> </font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> <font face="Arial" size="2">NB. Sur la question plus pr&eacute;cise de la position de l'Arabie saoudite compte tenu des r&eacute;solutions de la COP21, voir notre article<br /> </font><font face="Arial" size="2"><font face="Arial" size="2"><font face="Arial" size="2"><font face="Arial, Helvetica, sans-serif" size="2"><strong><font color="#000099">L'Arabie Saoudite met en danger l'application des r&eacute;solutions de la COP21</font></strong></font></font></font></font><a href="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2016/165/edito1.htm"><br /> http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2016/165/edito1.htm</a></p> </font></font></font> Mon, 04 Jan 2016 23:00:00 GMT Les prix du pétrole vont-ils continuer à baisser? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2019 2019 <br /><font face="Arial" size="2">L'OPEC (Organization of Petroleum Exporting Countries ) avait d&eacute;cid&eacute; d&eacute;but d&eacute;cembre 2015 de conserver le niveau actuel de production en d&eacute;pit de la baisse. Mais en fait les membres n'ont pas r&eacute;ussi &agrave; s'accorder sur cet objectif. La baisse du prix se poursuit r&eacute;guli&egrave;rement. Par ailleurs, la Chine, grosse consommatrice, r&eacute;duit d&eacute;sormais beaucoup sa demande. Ceci entraine une baisse en provenance des nombreux pays li&eacute;e &agrave; l'&eacute;conomie chinoise. La croissance europ&eacute;enne an&eacute;mique ne prendra pas le relais. , </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Mais c'est la conf&eacute;rence de Paris sur le climat (COP21) qui a g&eacute;n&eacute;ralis&eacute; le pessimisme chez les pays producteurs. Les observateurs en ont conclu que le divorce des &eacute;conomies mondiales d'avec les carburants fossiles &eacute;tait en passe de devenir d&eacute;finitif. M&ecirc;me si cet objectif para&icirc;t encore lointain, l'impression pr&eacute;vaut d&eacute;sormais que l'&egrave;re du tout-p&eacute;trole est d&eacute;sormais amorc&eacute;e. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Cependant les pays producteurs ne sont pas pr&ecirc;ts pour autant&nbsp; &agrave; r&eacute;duire leurs productions pour permettre une remont&eacute;e des prix. L'Arabie saoudite moins que les autres, car cette r&eacute;duction la p&eacute;naliserait en premier, du fait qu'elle tire l'essentiel de ses revenus de la vente de produits p&eacute;troliers. Par ailleurs la production de gaz et p&eacute;trole de schistes am&eacute;ricains baissera n&eacute;cessairement &agrave; partir de la mi-2016. Cette production avait fortement contribu&eacute; &agrave; la baisse des cours du baril ces derniers mois. Mais sa r&eacute;duction sera sans effet sur l'offre car l'on attend d&eacute;sormais une production de plus en plus importante en provenance de l'Iran. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">A c&ocirc;t&eacute; des recommandations prodigu&eacute;es par la COP21 &agrave; l'intention des pays utilisateurs s'ajoute le fait que les &eacute;conomies de ces pays deviennent de plus en plus efficaces dans l'objectif de diminuer ce que l'on appelle l'intensit&eacute; &eacute;nerg&eacute;tique, c'est-&agrave;-dire la quantit&eacute; d'&eacute;nergie correspondant &agrave; 1 unit&eacute; de croissance &eacute;conomique. Cet indice a r&eacute;guli&egrave;rement d&eacute;cru depuis le d&eacute;but des ann&eacute;es 2000, au niveau de 1 &agrave; 2% par an. Si une reprise &eacute;conomique se fait sentir, elle ne devrait pas entrainer de remont&eacute; de l'indice. Les hivers doux observ&eacute;s depuis 2 &agrave; 3 ans n'am&eacute;liorent pas la demande de p&eacute;trole. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Selon les analystes du march&eacute;, il faudrait que le prix du baril tombe &agrave; $20 le baril pour que les pays producteurs se d&eacute;cident &agrave; produire davantage, en reprenant notamment les investissements de recherche. Ceux-ci sont actuellement presque partout arr&ecirc;t&eacute;s, car sans perspectives de rentabilit&eacute;. Certes l'industrie des carburants fossiles a partout investi pour augmenter sa productivit&eacute; afin de diminuer ses co&ucirc;ts de production. C'est notamment le cas des producteurs am&eacute;ricains de gaz de schiste. Mais l'effet reste marginal. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2" color="#000080"><strong>Effets de la baisse des prix du p&eacute;trole sur le march&eacute; des &eacute;nergies renouvelables</strong></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Celle-ci n'entraine pas imm&eacute;diatement de r&eacute;sultats car les consommateurs de p&eacute;trole profitent de la diminution du prix des carburants fossiles pour consommer davantage. C'est le cas notamment des transports automobiles. De m&ecirc;me toutes les industries qui utilisent du p&eacute;trole pour leurs productions, fertilisants ou autres produits chimiques. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Mais cette baisse ne devrait pas g<strong>&ecirc;</strong>ner les investissements des industries du renouvelable. Selon le think tank Bloomberg New Energy Finance, une demande accrue en nouveaux produits sans p&eacute;trole n'est que tr&egrave;s peu li&eacute;e au prix de celui-ci. Elle se d&eacute;veloppe selon sa logique propre. C'est le cas dans le secteur pr&eacute;vu en fort croissance des v&eacute;hicules &eacute;lectriques. Les perspectives d'investissement dans les nombreux domaines appel&eacute;e &agrave; faire appel aux &eacute;nergies renouvelables, sans mentionner les baisses globale de consommation dues aux politiques d'&eacute;conomie d'&eacute;nergie, promettent des lendemains peu chantants aux industriels du p&eacute;trole comme aux pays comme la Russie, le V&eacute;n&eacute;zuela ou le Br&eacute;sil qui en tirent encore l'essentiel de leurs revenus &agrave; l'exportation. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Il en r&eacute;sultera, ce dont se r&eacute;jouiront les environnementalistes, que les m&eacute;ga-projets visant &agrave; g&eacute;n&eacute;raliser l'exploitation des sables bitumineux au Canada, des r&eacute;serves sous marines du Br&eacute;sil ou de l'Arctique perdront beaucoup de leur attrait pour les investisseurs, qu'ils soient priv&eacute;s ou publics.De m&ecirc;me, beaucoup de projets co&ucirc;teux en mati&egrave;re de pipelines et gazoducs perdront &agrave; terme une partie de leur int&eacute;r&ecirc;t.&nbsp;</font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Au contraire la mise en place d'importants fonds d'investissements ou de cr&eacute;dits au profit des &eacute;nergies vertes, de quelque type qu'elles soient, entrainera une baisse continue de leurs co&ucirc;ts. Ce sera le cas de la Task Force for Climate-Related Financial Disclosure d&eacute;cid&eacute;e &agrave; Paris par le Financial Stability Board (voir <a href="http://www.carbontracker.org/news/financial-stability-board-announces-task-force-on-climate-disclosures/">http://www.carbontracker.org/news/financial-stability-board-announces-task-force-on-climate-disclosures/</a> )<br /> </font><br /> </p> Wed, 23 Dec 2015 23:00:00 GMT COP21. Guère de matière à satisfaction. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2010 2010 <br /><font face="Arial" size="2">Certes, c'&eacute;tait la premi&egrave;re fois dans l'histoire que se r&eacute;unissaient 396 Etats, d&eacute;velopp&eacute;s et &eacute;mergents, pour d&eacute;noncer les risques du r&eacute;chauffement climatique et proclamer la n&eacute;cessit&eacute; de r&eacute;duire la production des gaz &agrave; effets de serre. Mais, comme n'ont pas manqu&eacute; de le faire valoir&nbsp; les organisations de d&eacute;fense de l'environnement, le document de 31 pages ne fixe aucun objectif contraignant pour la r&eacute;duction de CO2. Ceci ni aux Etats ni aux multinationales responsables de l'essentiel de cette production. Il s'agira seulement de contributions volontaires dont dans certains cas l'effet sur la r&eacute;duction ne sera m&ecirc;me pas assur&eacute;. </font> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">La presse rapporte que l'accord final avait failli &ecirc;tre rejet&eacute; en derni&egrave;re minute lorsque la d&eacute;l&eacute;gation am&eacute;ricaine avait d&eacute;couvert un &laquo;<em>&nbsp;shall&nbsp;</em>&raquo; au lieu d'un &laquo;&nbsp;<em>should&nbsp;</em>&raquo; dans l'article 4. <em>&laquo;&nbsp;les pays d&eacute;velopp&eacute;s devront se fixer des objectifs dans la r&eacute;duction de la production de CO2&nbsp;&raquo;</em>. Le texte devra seulement, &agrave; la demande expresse de John Kerry, employer le terme &laquo;&nbsp;devraient&nbsp;&raquo; au lieu de &laquo;&nbsp;devront&nbsp;&raquo;. La d&eacute;l&eacute;gation am&eacute;ricaine avait expliqu&eacute; que le fait de ne pas fixer de contributions obligatoires devrait encourager les Etats volontaires qui le souhaiteraient &agrave; se donner des ambitions plus &eacute;lev&eacute;es. A qui pensait-il? Aux Etats-Unis? </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Ce refus de Washington de s'engager de fa&ccedil;on contr&ocirc;l&eacute;e a &eacute;t&eacute; illustr&eacute; par le fait, non mentionn&eacute; &agrave; la COP21, qu'au moment o&ugrave; se tenait celle-ci, la majorit&eacute; r&eacute;publicaine &agrave; la Chambre des Repr&eacute;sentants avait d&eacute;cid&eacute; une nouvelle fois de rejeter le <em>Clean Power Plan</em>. Celui-ci donne &agrave; l'<em>US </em><em>Environmental Protection Agency</em> l'autorit&eacute; pour r&eacute;guler cette question dans le cadre du <em>Clean Air Act.</em></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font color="#000080"><strong><font face="Arial" size="2"><span style="font-style: normal">Ban Ki Moon et Bill Gates au secours de la plan&egrave;te.</span></font></strong></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2"><span style="font-style: normal">Le Secr&eacute;taire g&eacute;n&eacute;ral de l'ONU Ban Ki-Moon s'est pourtant f&eacute;licit&eacute; de l'engagement de Bill Gates &agrave; combattre l'effet de serre en proposant de financer des techniques d'extraction du CO2 dans l'air, techniques dont l'effet global, &agrave; supposer qu'elles puissent &ecirc;tre mises en oeuvre pratiquement, sera marginal. Les march&eacute;s re&ccedil;oivent d&eacute;sormais, selon Ban Ki-Moon, un signal clair pour faire appel &agrave; la cr&eacute;ativit&eacute; humaine. Ceci touche &agrave; la provocation quant on sait que les multinationales et les &laquo;&nbsp;&eacute;lites&nbsp;&raquo; dominant 90% de l'&eacute;conomie mondiale d&eacute;cident seules des investissements &agrave; faire &ndash; et ce &eacute;videmment pour leurs profits imm&eacute;diats.</span></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2"><span style="font-style: normal">Nous avons ici pr&eacute;c&eacute;demment exprim&eacute; le souhait que ce soient les budgets publics et les scientifiques non li&eacute;s aux multinationales, qui fassent principalement appel &agrave; la &laquo;&nbsp;cr&eacute;ativit&eacute; humaine&nbsp;&raquo;, c'est-&agrave;-dire &agrave; la recherche/d&eacute;veloppement sans objectifs de profits imm&eacute;diat. (cf <a href="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/164/edito1.htm">http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/164/edito1.htm</a>) La COP21 n'a dans aucun domaine repris ce souhait . Quant &agrave; la n&eacute;cessit&eacute; de faire appel parall&egrave;lement &agrave; la r&eacute;duction de la croissance d&eacute;mographique (cf. <a href="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/164/edito2.htm">http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/164/edito2.htm </a>), elle n'a &eacute;videment m&ecirc;me pas &eacute;t&eacute; mentionn&eacute;e, sauf par une vague allusion hors s&eacute;ance de Nicolas Hulot. </span></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2"><span style="font-style: normal">Les scientifiques et associations de d&eacute;fense de l'environnement et de la biodiversit&eacute; n'ont donc pas mati&egrave;re &agrave; saluer la COP21 comme marquant des progr&egrave;s d&eacute;cisifs et rapides dans un objectif essentiel &agrave; la survie de l'humanit&eacute;. La prochaine g&eacute;n&eacute;ration appr&eacute;ciera. </span></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2"><br /> <br /> </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Sun, 13 Dec 2015 23:00:00 GMT La COP21 ignore le problème essentiel http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2006 2006 <br /><font face="Arial" size="2">Tout se passe en fait pour donner raison une nouvelle fois &agrave; ceux qui pensent que l'&eacute;volution de la vie sur Terre, y compris de la vie humaine, ob&eacute;it &agrave; des d&eacute;terminismes profonds que la volont&eacute; humaine consciente, non seulement est incapable de contr&ocirc;ler, mais plus encore qu'elle est incapable de se repr&eacute;senter &agrave; un niveau de d&eacute;tail suffisant pour sugg&eacute;rer des actions efficaces.</font><font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2">Pendant des millions d'ann&eacute;es, ces d&eacute;terminismes ont &eacute;t&eacute; dans l'ensemble favorables &agrave; l'apparition et &agrave; l'expansion de la vie intelligente. Depuis quelques d&eacute;cennies, ils se sont invers&eacute;s et favorisent sa disparition. Nous ne pouvons pas plus, aux plans individuels et collectifs, agir sur ces d&eacute;terminismes que nous ne pouvons agir sur des mouvements g&eacute;ologiques profonds tels les &eacute;ruptions volcaniques ou la d&eacute;rive des continents.<br /> <br /> En ce sens, les propositions de la COP21 ressemblent beaucoup &agrave; l'appel aux Dieux qu'aurait pu formuler Pline le Jeune pour prot&eacute;ger son oncle Pline l'Ancien des effets destructeurs de l'explosion du V&eacute;suve, s'il avait pu assister &agrave; la sc&egrave;ne. Ces d&eacute;terminismes, comme j'avais essay&eacute; de le montrer - pardonnez-moi de me citer - dans mon essai &laquo;&nbsp;Le paradoxe du Sapiens&nbsp;&raquo;, sont d'ordre bio-anthropo-techniques. Ceci veut dire qu'ils sont le produit de causes se conjuguant et provenant de l'&eacute;volution superpos&eacute;e des syst&egrave;mes biologiques, des syst&egrave;mes sociaux et des syst&egrave;mes technologiques. Aucune politique humaine volontariste n'est en mesure, sauf marginalement, d'en contr&ocirc;ler les cons&eacute;quences. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2">Ceci ne veut signifie pas que la volont&eacute; humaine consciente doive s'abandonner passivement aux &eacute;volutions de nature bio-anthropo-technique comme le font celles de esp&egrave;ces vivantes qui en sont les premi&egrave;res victimes, cela veut seulement dire qu'elle ne peut esp&eacute;rer en modifier sensiblement le cours. Il est &agrave; craindre qu'il en soit ainsi du changement climatique et de la destruction des &eacute;cosyst&egrave;mes, faisant l'objet des propositions de la COP21 et d'organismes analogues &agrave; venir.</font><font face="Arial" size="2"><br /> <br /> <font color="#000080"><strong>Surpopulation destructrice</strong></font></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2">On peut trouver une justification de ce pessimisme dans le fait que la COP21 a r&eacute;ussi &agrave; &eacute;viter de mentionner un sujet consid&eacute;r&eacute; par ceux qui y r&eacute;fl&eacute;chissent un tant soit peu scientifiquement comme un facteur majeur de r&eacute;chauffement climatique et de destruction des ressources de la plan&egrave;te. Il s'agit de la croissance ininterrompue et de plus en plus dangereuse de la population humaine, telle qu'elle se produira in&eacute;vitablement dans les 50 prochaines ann&eacute;es. Nous y avons souvent ici fait allusion sur ce site, en nous appuyant sur les pr&eacute;visions incontestables des services sp&eacute;cialis&eacute;s des Nations Unies. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2">Pour reprendre le terme &eacute;voqu&eacute; plus haut, il s'agit d'un d&eacute;terminisme, ou plus pr&eacute;cis&eacute;ment d'un crime bio-anthopo-technique parfait. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2">- Les esp&egrave;ces biologiques, homme compris, se multiplient inexorablement tant qu'elles disposent de ressources pour le faire, ceci jusqu'&agrave; &eacute;puisement de ces ressources et disparition de ces esp&egrave;ces. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2">- Les soci&eacute;t&eacute;s humaines pour leur part continuent &agrave; encourager le &laquo;&nbsp;croissez et multipliez-vous&nbsp;&raquo; impos&eacute; par toutes les religions depuis leurs origines. Y compris tout r&eacute;cemment par le Pape qui a oubli&eacute; de citer le contr&ocirc;le des naissances dans la liste des mesures &agrave; prendre pour lutter contre le r&eacute;chauffement. Y compris &eacute;galement par les d&eacute;mographes occidentaux qui persistent &agrave; s'abriter derri&egrave;re le ph&eacute;nom&egrave;ne tr&egrave;s local dit de la transition d&eacute;mographique pour refuser de voir l'explosion d&eacute;mographique de populations pourtant confront&eacute;es &agrave; la rar&eacute;faction croissante des ressources, en Afrique, en Inde et m&ecirc;me en Chine, entre autres. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2">- Les technologies enfin mettent au point des techniques pour lutter contre le vieillissement et la maladie, tout en multipliant parall&egrave;lement des innovations produisant directement ou indirectement la destruction des ressources naturelles, le tout sans pouvoir, malgr&eacute; ce que pr&eacute;tendent encore les mythes de la vie synth&eacute;tique et artificielle, produire en temps utiles des ressources de substitution. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2" color="#000080"><strong>Des voix clairvoyantes que nul ne veut entendre</strong></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2">Parmi ces voix, &eacute;touff&eacute;es par le bruit m&eacute;diatique produit par des bien-pensants de la lutte contre le r&eacute;chauffement, nous pouvons citer celle de Alain Desthexe. Alain Desthexe, aujourd'hui s&eacute;nateur en Belgique, ce qui ne lui donne pas en tant que tel de titre &agrave; s'exprimer scientifiquement, est surtout<span style="font-style: normal"> un ex-Secr&eacute;taire G&eacute;n&eacute;ral de M&eacute;decins Sans Fronti&egrave;res et ex Pr&eacute;sident de l'</span><em>International Crisis Group</em><span style="font-style: normal">. Dans ces deux instances, avec lesquelles il reste en contact &eacute;troit, il a su ce que parler en termes scientifiques veut dire.</span></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT"><font face="Arial" size="2"><span style="font-style: normal">Il est inutile ici de pr&eacute;tendre faire une ex&eacute;g&egrave;se de ses propos. Bornons nous &agrave; reprendre quelques unes des phrases d'un article qu'il vient de publier sur son blog. </span></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2" color="#800000"><em>&laquo;&nbsp;Nous sommes d&eacute;j&agrave; trop nombreux sur terre. Ce facteur majeur du r&eacute;chauffement climatique ne sera pourtant pas abord&eacute; lors de la COP21. &hellip;</em></font></p> <font face="Arial" size="2" color="#800000"> </font> <p><font face="Arial" size="2" color="#800000"><em>...Il n'y a gu&egrave;re de doute sur le fait que la population de l'Afrique va doubler au cours des 30 prochaines ann&eacute;es pour atteindre 2 milliards d'habitants en 2050 et probablement 4 milliards &agrave; la fin du si&egrave;cle. Pour faire face &agrave; cet accroissement, l'Afrique devrait cr&eacute;er 20 millions d'emplois par an. Ce continent, qui &eacute;tait deux fois moins peupl&eacute; que l'Europe en 1960, le deviendrait cinq fois plus en 2100.</em></font></p> <font face="Arial" size="2" color="#800000"> </font> <p><font face="Arial" size="2" color="#800000"><em>... La population de l'Asie - 4,4 milliards d'habitants - devrait quant &agrave; elle encore s'accro&icirc;tre d'un milliard d'ici 2050. Au niveau mondial, sur une courte p&eacute;riode historique de 250 ans, nous aurons assist&eacute; &agrave; une multiplication par dix de la population.</em></font></p> <font face="Arial" size="2" color="#800000"> </font> <p><font face="Arial" size="2" color="#800000"><em>...Malgr&eacute; ces chiffres alarmants, aucune politique de limitation des naissances ne figure &agrave; l'agenda de la COP21. Il s'agit d'un sujet trop sensible pour les gouvernements quand les plus grandes religions du monde, l'islam et la chr&eacute;tient&eacute;, encouragent toujours le natalisme. </em></font> </p> <font face="Arial" size="2" color="#800000"> </font> <p><font face="Arial" size="2" color="#800000"><em>... L'Inde, qui sera bient&ocirc;t le pays le plus peupl&eacute; de la terre - 1,7 milliards d'habitants en 2050 - serait en bien meilleure posture, si elle comptait un demi-milliard d'habitants en moins. La for&ecirc;t amazonienne, le poumon de la plan&egrave;te, serait quant &agrave; elle mieux prot&eacute;g&eacute;e si le Br&eacute;sil &eacute;tait moins peupl&eacute;. </em></font> </p> <font face="Arial" size="2" color="#800000"> </font> <p><font face="Arial" size="2" color="#800000"><em>...Or, pour la Banque mondiale ou l'ONU, l'augmentation de la population ne peut &ecirc;tre qu'un &laquo;potentiel de croissance&raquo;, une &laquo;opportunit&eacute; &agrave; saisir&raquo; et m&ecirc;me un &laquo;dividende d&eacute;mographique&raquo;! Le sc&eacute;nario d'une terre peupl&eacute;e d'un peu moins de dix milliards d'habitants en 2050 ressemble pourtant davantage &agrave; celui d'une catastrophe annonc&eacute;e, entre &eacute;puisement des ressources naturelles, d&eacute;forestation et d&eacute;sertification croissantes, l'extinction de dizaines de milliers d'esp&egrave;ces, sans parler de la promiscuit&eacute; de plus en plus intol&eacute;rable dans les villes, les transports ou les sites touristiques. </em></font> </p> <font face="Arial" size="2" color="#800000"> </font> <p><font face="Arial" size="2" color="#800000"><em>...Nous devons aussi nous attendre &agrave; une augmentation des conflits qui entra&icirc;neront des migrations de plus en plus incontr&ocirc;lables. Si l'on observe et analyse l'afflux actuel des migrants en Europe sous l'angle de la d&eacute;mographie des principaux pays d'origine (Syrie, Afghanistan, Erythr&eacute;e, Somalie), on constate que ces derniers ont tous multipli&eacute; leurs populations par 4, 5 ou 6 depuis 50 ans. Malgr&eacute; les conflits en cours, les taux de f&eacute;condit&eacute; y sont tels - 7 enfants par femme en Somalie - que leur population pourrait encore doubler en 15 ou 20 ans. Quelles que soient leurs performances &eacute;conomiques, il est &eacute;vident que des pays africains seront tent&eacute;s d'&eacute;vacuer le trop-plein d&eacute;mographique vers la vieille Europe et qu'il sera difficile de r&eacute;sister &agrave; cette pression.&nbsp;&raquo;</em></font></p> <font face="Arial" size="2" color="#800000"> </font> <p style="font-style: normal"><font face="Arial" size="2">Sans commentaires. Et que faire? Rien d'efficace en profondeur, pensons-nous, sauf &agrave; attendre que des famines, guerres et &eacute;pid&eacute;mies massives ram&egrave;nent les populations humaines &agrave; des niveaux &eacute;cologiquement supportables. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="font-style: normal"><font face="Arial" size="2"><strong>Source: </strong><br /> </font> </p> <p style="margin-bottom: 0cm; font-style: normal"><font face="Arial" size="2"><a href="http://destexhe.typepad.com/blog2007/2015/12/cop21-la-surpopulation-mondiale-grande-absente-des-débats.html">http://destexhe.typepad.com/blog2007/2015/12/cop21-la-surpopulation-mondiale-grande-absente-des-d%C3%A9bats.html</a></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="font-style: normal"><font face="Arial" size="2"><br /> </font><br /> </p> Thu, 10 Dec 2015 23:00:00 GMT COP21. Une recommendation de Automates Intelligents. Prioriser la recherche scientifique publique http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1994 1994 <br /><font face="Arial, Helvetica, sans-serif" size="2"><strong><font face="Arial, Helvetica, sans-serif" size="2"><strong><font color="#000099"></font></strong></font></strong>La raison en est que les &eacute;nergies vertes sont et resteront largement plus co&ucirc;teuses que les &eacute;nergies fossiles. Or dans un monde o&ugrave; les demandes en &eacute;nergie croitront &agrave; la verticale, du fait de la volont&eacute; des populations d'&eacute;lever leur niveau de vie et de consommation d'&eacute;nergie, peut-&ecirc;tre pas au niveau de ceux des Etats-Unis, mais de ceux des pays europ&eacute;ens, le recours aux &eacute;nergies fossiles sera in&eacute;vitable, faute de moyens pour g&eacute;n&eacute;raliser les &eacute;nergies vertes. S'ajoutera &agrave; cela une augmentation consid&eacute;rable de la natalit&eacute; chez les pays les plus pauvres et les plus peupl&eacute;s.<br /> <p align="left"><font face="Arial, Helvetica, sans-serif" size="2"> Une &eacute;tude de l' Electric Power Research Institute montre ainsi que du fait du co&ucirc;t du stockage de l'&eacute;lectricit&eacute; compte tenu des techniques actuelles d'accumulation, le prix d'une &eacute;lectricit&eacute; produite par les &eacute;nergies naturelles n&eacute;cessairement intermittentes (vent et solaire) est 3 fois sup&eacute;rieur &agrave; celui de l'&eacute;lectricit&eacute; produite par des centrales &agrave; charbon. Or dans un monde qui reste et restera longtemps r&eacute;gi par la loi du march&eacute; et celle du profit, qui acceptera de payer cette diff&eacute;rence? <br /> <br /> <font color="#000099"><strong>Subventions publiques</strong></font><br /> <br /> Pour le moment, le co&ucirc;t des politiques de d&eacute;veloppement des &eacute;nergies vertes est tr&egrave;s largement pris en charge par des subventions publiques. Or ceci ne pourra pas se poursuivre ind&eacute;finiment faute de ressources budg&eacute;taires face &agrave; une demande croissante. Il est estim&eacute; que passer aux &eacute;nergies vertes d'ici 2030, en utilisant les technologies actuelles, devrait co&ucirc;ter au plan mondial et aux tarifs 2015 100 milliards de milliards d'euros, soit 8% du PIB par an. Aucun budget public, non plus d'ailleurs qu'aucun budget de grandes entreprises, ne sera capable de faire face &agrave; de telles d&eacute;penses. <br /> <br /> Il appara&icirc;t &eacute;vident dans ces conditions que les budgets consid&eacute;r&eacute;s feraient beaucoup mieux de financer, au moins en partie, des investissements suffisants en recherche/d&eacute;veloppement permettant d' &laquo;&nbsp;inventer&nbsp;&raquo; des technologies profond&eacute;ment novatrices en mati&egrave;re d'&eacute;nergies vertes. Comme toujours quand il s'agit de recherches r&eacute;volutionnaires, il est difficile de dire aujourd'hui quels secteurs les subventions publics devraient contribuer &agrave; encourager. <br /> <br /> Certes, certains domaines sont &agrave; peu pr&egrave;s connus, bien qu'encore loin de disposer des cr&eacute;dits de recherche/d&eacute;veloppement n&eacute;cessaires. On mentionne ainsi de nouvelles g&eacute;n&eacute;rations de cellules photo-volta&iuml;ques, de nouvelles g&eacute;n&eacute;rations d'accumulateurs et bien &eacute;videmment la g&eacute;n&eacute;ralisation de l'&eacute;nergie de fusion (nb: fusion et non fission) avec la mise au point de r&eacute;acteurs de taille abordable. <br /> <br /> Comme nos lecteurs le savent, de nombreuses autres solutions sont &agrave; l'&eacute;tude ou envisageables. Mais elles restent trop exp&eacute;rimentales ou non g&eacute;n&eacute;ralisables du fait qu'elles ne font pas appel, en tout ou en partie, &agrave; des innovations vraiment nouvelles. Il faut par ailleurs rappeler qu'une part non n&eacute;gligeable de cr&eacute;dits devra &ecirc;tre affect&eacute;e &agrave; des recherches sans perspectives imm&eacute;diates de r&eacute;sultat, ce que l'on nomme en anglais la &laquo;<em>&nbsp;blue sky research</em>&nbsp;&raquo;. On estime que les financements de recherches innovantes devraient atteindre 100 milliards d'euros par an, soit 0,15% du PIB mondial, autrement dit des montants v&eacute;ritablement ridicules, non pas dans l'absolu, mais au vu des enjeux 1). Outre les retomb&eacute;es qu'elles auront in&eacute;vitablement dans le domaine des &eacute;nergies vertes, ces recherches pourraient g&eacute;n&eacute;rer de nombreux brevets et produits utiles par ailleurs. <br /> <br /> En fait, le vrai d&eacute;fi ne sera pas scientifique. Il consistera &agrave; se d&eacute;tourner d'&eacute;conomies et de r&eacute;gimes politiques principalement consacr&eacute;s aux profits imm&eacute;diats visant de petites minorit&eacute;s favoris&eacute;es, &agrave; des r&eacute;gimes politiques mettant en priorit&eacute; le bien commun et l'innovation, notamment par les sciences appliqu&eacute;es et fondamentales. Il y a tout lieu de penser que la question ne sera m&ecirc;me pas abord&eacute;e dans les conclusions de la COP21. </font></p> <p><font size="2">1) En ce qui concerne la France, ceci repr&eacute;senterait 5 &agrave; 6 milliards pas an, qui pourront s'inscrire dans ce que nomme d&eacute;sormais le Pacte de S&eacute;curit&eacute; (compl&eacute;tant le Pacte de Stabilit&eacute;). S'il est des domaines o&ugrave; il n'est pas ind&eacute;cent de reporter en partie la charge de la dette sur les g&eacute;n&eacute;rations futures, c'est bien celui-l&agrave;.</font></p> <p><font size="2"><br /> </font> </p> </font> Tue, 01 Dec 2015 23:00:00 GMT COP21. Et après? Réflexions rapides http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1968 1968 <br /><p style="margin-bottom: 0cm"> </p> <font color="#000080"><strong>1. Plusieurs cas doivent &ecirc;tre &eacute;voqu&eacute;s</strong></font><br /> <br /> <font color="#000080"><strong>Hypoth&egrave;se 1.</strong></font> La Cop21 s'accorde sur la n&eacute;cessit&eacute; d'adopter un ensemble&nbsp; de mesures susceptibles de limiter l'augmentation des temp&eacute;ratures globale d'ici 2100 &agrave; 2&deg; centigrades. <br /> <br /> Dans ce cas, selon les pr&eacute;visions commun&eacute;ment admises aujourd'hui par les scientifiques du GIEC et plus g&eacute;n&eacute;ralement par le quasi communaut&eacute; des scientifiques comp&eacute;tents sur ces questions, diverses cons&eacute;quences dangereuses ne pourraient pas &ecirc;tre &eacute;vit&eacute;es, mais elles seront maitrisables, compte-tenu des moyens permis par la technologie disponible pendant la p&eacute;riode. Elles seront proches des cons&eacute;quences de l'hypoth&egrave;se 2 ci-dessous, mais n'atteindraient pas un niveau de gravit&eacute; susceptible d'en faire des catastrophes. Ainsi le niveau des mers pourrait ne pas d&eacute;passer 10 cm. Tr&egrave;s dangereux pour certaines r&eacute;gions c&ocirc;ti&egrave;res, ce niveau n'aurait pas d'effets catastrophiques comparables &agrave; ceux qui seraient les siens s'il atteignait 1 &agrave; plusieurs m&egrave;tres. <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong>Hypoth&egrave;se 2</strong></font>. La Cop21 ne s'accorde pas sur la n&eacute;cessit&eacute; d'adopter un ensemble de mesures susceptibles de limiter l'augmentation des temp&eacute;ratures globales d'ici 2100 &agrave; 2&deg; centigrades. <br /> <br /> Dans ce cas, selon les pr&eacute;visions commun&eacute;ment admises aujourd'hui par les scientifiques du GIEC et plus g&eacute;n&eacute;ralement par le quasi communaut&eacute; des scientifiques comp&eacute;tents sur ces questions, une s&eacute;rie de cons&eacute;quences plus ou moins dangereuses voire catastrophiques se produiront. Elles sont souvent &eacute;num&eacute;r&eacute;es. Inutile de les reprendre dans cette note. <br /> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong>Hypoth&egrave;se 3</strong></font>. La Cop21 s'accorde sur la n&eacute;cessit&eacute; d'adopter un ensemble&nbsp; de mesures susceptibles de limiter l'augmentation des temp&eacute;ratures globale d'ici 2100 &agrave; 2&deg; centigrades, mais ces mesures ne seront pas suffisantes (Cf le point de vue de James Hansen) pour &eacute;viter les cons&eacute;quences de l'hypoth&egrave;se 2. <br /> <br /> Dans ce cas, leurs cons&eacute;quences pourraient &ecirc;tre rapides et plus graves que celles d&eacute;coulant de l'hypoth&egrave;se 2. <br /> <font color="#000080"><strong><br /> Hypoth&egrave;se 4. </strong></font>La Cop21 ne s'accorde pas sur la n&eacute;cessit&eacute; d'adopter un ensemble&nbsp; de mesures susceptibles de limiter l'augmentation des temp&eacute;ratures globales d'ici 2100 &agrave; 2&deg; centigrades. Cependant, d'ici cette date, contrairement aux pr&eacute;visions de la grande majorit&eacute; des scientifiques, aucun r&eacute;chauffement ne se produirait.&nbsp; En bonne logique scientifique, cette hypoth&egrave;se, bien que hautement improbable, n'est pas &agrave; exclure totalement. En ce cas, il faudra revoir les m&eacute;thodes de pr&eacute;vision en mati&egrave;re d'&eacute;volution climatique. Diff&eacute;rentes causes susceptibles de mettre en danger les &eacute;cosyst&egrave;mes et les soci&eacute;t&eacute;s humaines ne seront pas cependant &agrave; exclure: surpeuplement humain, &eacute;puisement des ressources naturelles, guerres diverses. Inutile ici de raisonner sur ces perspectives. <br /> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong>2. Cons&eacute;quences d&eacute;coulant des hypoth&egrave;ses 1, 2 et 3. </strong></font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong>2.1. Sur la vie en g&eacute;n&eacute;ral</strong></font><br /> <br /> <font color="#000080"><strong>Hypoth&egrave;se 1 </strong></font>: Certaines esp&egrave;ces disparaitraient ou se rar&eacute;fieraient. D'autres migreraient. Mais dans l'ensemble les esp&egrave;ces actuelles ne seraient pas frapp&eacute;es d'extinction. Les cons&eacute;quences de ces changements seraient peu importantes. </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><strong><font color="#000080">Hypoth&egrave;ses 2 et 3.</font></strong> Une nouvelle grande extinction surviendrait, analogue &agrave; celles s'&eacute;tant produites lors de pr&eacute;c&eacute;dentes &egrave;res zoologiques. Les esp&egrave;ces les plus adaptatives (bact&eacute;ries, organismes pluri-cellulaires simples) ne disparaitraient pas. Disparaitraient par contre une grande parti des esp&egrave;ces complexes. Cette disparition, comme lors des pr&eacute;c&eacute;dentes extinctions, ne serait en principe pas d&eacute;finitive. De nouvelles esp&egrave;ces complexes, voire plus complexes, pourraient appara&icirc;tre, mais il est tr&egrave;s difficile de pr&eacute;voir aujourd'hui ce qu'elles seraient. </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong>2.2. Sur les soci&eacute;t&eacute;s humaines </strong></font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><strong><font color="#000080">Hypoth&egrave;se 1.</font></strong> La plupart des soci&eacute;t&eacute;s actuelles ne seraient pas profond&eacute;ment touch&eacute;es, mais elles devraient faire face &agrave; des ph&eacute;nom&egrave;nes violents provenant de la minorit&eacute; des soci&eacute;t&eacute;s en cours de disparition: &eacute;migrations massives et guerres elles-m&ecirc;mes massives&nbsp; pour le maintien des situations favoris&eacute;es. </p> <p><font color="#000080"><strong>Hypoth&egrave;ses 2 et 3.</strong></font> Aucune des soci&eacute;t&eacute;s actuelles ne pourrait se maintenir en l'&eacute;tat. Les plus fragiles, qui seront aussi les plus nombreuses, disparaitraient. Des milliards d'hommes disparaitraient sur la dur&eacute;e du si&egrave;cle. Les soci&eacute;t&eacute;s les plus favoris&eacute;es ne pourraient survivre qu'en se modifiant tr&egrave;s profond&eacute;ment.<br /> <br /> Certaines de ces modifications pourraient &eacute;ventuellement pr&eacute;figurer l'apparition de nouveaux types d'humains, g&eacute;n&eacute;ralement qualifi&eacute;s de post-humains. Il ne pourrait s'agir que d'&eacute;troites minorit&eacute;s faites <em><span style="font-style: normal">de ceux pouvant acc&eacute;der aux solutions scientifiques et technologiques interdites au reste du monde. Ils auraient r&eacute;ussi &agrave; les d&eacute;velopper, soit au cours du si&egrave;cle, soit au cours des si&egrave;cles suivants, compte tenu de progr&egrave;s scientifiques et technologiques ayant pu se poursuivre durant ces p&eacute;riodes malgr&eacute; les catastrophes r&eacute;sultant des hypoth&egrave;ses 2 et 3, voire en r&eacute;action positive &agrave; ces catastrophes. </span></em><br /> <font color="#FF0000"><strong><br /> Derni&egrave;re heure au 12/11/2015</strong><br /> <br /> Les Etats-Unis, qui figurent parmi les principaux pays &eacute;metteurs de CO<sub>2</sub>, ont rappel&eacute; que tout accord obtenu ne sera pas juridiquement contraignant et n&rsquo;obligera donc pas les pays &agrave; r&eacute;duire leurs &eacute;missions. Le secr&eacute;taire d&rsquo;Etat am&eacute;ricain, John Kerry, a d&eacute;clar&eacute;, jeudi 12&nbsp;novembre, au quotidien britannique <em><a href="http://www.ft.com/intl/cms/s/0/79daf872-8894-11e5-90de-f44762bf9896.html#axzz3rG8JerfV">Financial Times</a></em>.: <em>&laquo;&nbsp;Ce ne sera certainement pas un trait&eacute;. [&hellip;] Il n&rsquo;y aura pas d&rsquo;objectifs de r&eacute;duction juridiquement contraignants, comme cela avait &eacute;t&eacute; le cas &agrave; Kyoto.&nbsp;&raquo;</em></font></p> <font color="#FF0000"> </font> <p><font color="#FF0000"><em><span style="font-style: normal">Fran&ccedil;ois Hollande vient de r&eacute;affirmer le contraire. Nous pouvons deviner qui l'emportera dans cette confrontation. Ce ne sera pas n&eacute;cessairement tous les Am&eacute;ricains qui survivraient, mais la minorit&eacute; de ceux pouvant acc&eacute;der aux solutions scientifiques et technologiques interdites au reste du monde. Si post-humains il devait y avoir, selon l'hypoth&egrave;se &eacute;voqu&eacute;e plus haut, ce serait uniquement parmi cette minorit&eacute; qu'ils apparaitraient. </span></em></font> </p> <font color="#FF0000"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm; font-style: normal"><br /> </p> Wed, 11 Nov 2015 23:00:00 GMT Reconduire les migrants «&#160;économiques&#160;» à la frontière&#160;??? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1930 1930 <br /><font size="2">Ces hauts responsables prennent-ils les citoyens europ&eacute;ens pour des &acirc;nes? Qui ignore, sauf &agrave; n'avoir jamais rien vu hors de son jardin potager, que de telles mesures seront inapplicables. D&rsquo;apr&egrave;s le dernier rapport du Haut-Commissariat de l&rsquo;ONU pour les r&eacute;fugi&eacute;s (HCR), <a href="http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2015/10/01/le-hcr-prevoit-700-000-migrants-en-europe-en-2015_4780252_3214.html">700&nbsp;000 migrants auront travers&eacute; la M&eacute;diterran&eacute;e en 2015</a> pour trouver refuge en Europe. Combien d'autres sont-ils pass&eacute;s par les fronti&egrave;res terrestres. L&rsquo;Allemagne &agrave; elle seule s&rsquo;attend &agrave; enregistrer 800&nbsp;000 &agrave; un million de demandes d&rsquo;asile sur l&rsquo;ensemble de l&rsquo;ann&eacute;e. Angela Merkel avait pr&eacute;c&eacute;demment affirm&eacute; que l'Allemagne pourrait accueillir un million de migrants par an pendant plusieurs ann&eacute;es. </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">Or pour h&eacute;berger tous ces gens avant d'avoir instruit leur demande d'asile, et en dehors de centres de r&eacute;tention situ&eacute;s hors d'Europe dont personne ne voudra, chaque pays devra mettre en place des infrastructures consid&eacute;rables. Un WC pour 1.000 ne suffira pas. Il faudra aussi pr&eacute;voir de faire face aux maladies souvent graves qui se multiplieront avec l'arriv&eacute;e de l'hiver, frappant des populations, femmes et enfants notamment, d&eacute;j&agrave; &eacute;prouv&eacute;es par le voyage. Les structures m&eacute;dicales actuelles, d&eacute;j&agrave; satur&eacute;es, n'y parviendront pas.</font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">Par ailleurs, pour examiner les titres de ces centaines de milliers de demandeurs, g&eacute;n&eacute;ralement d&eacute;pourvus de papiers officiels et ne parlant pas la langue, il faudra mobiliser des dizaines de milliers de nouveaux fonctionnaires d'&eacute;tat-civil et de police. Qui en attendant fera r&eacute;gner un minimum d'ordre dans les files d'attentes kolossales qui se formeront? Les b&eacute;n&eacute;voles? La t&eacute;l&eacute;vision allemande a pr&eacute;sent&eacute; des images de demandeurs d'asiles se battant entre eux qui contribuent fortement &agrave; la baisse de popularit&eacute; d'Angela Merkel.<br /> </font> </p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" color="#000080"><strong>H&eacute;bergement de longue dur&eacute;e</strong></font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">Revenons sur le cas de ceux qui obtiendront le droit d'asile. O&ugrave; se logeront-ils, de quoi vivront-ils en attendant de trouver un hypoth&eacute;tique emploi ?&nbsp; Combien d'enseignants faudra--t-il recruter pour donner un minimum d'enseignement &agrave; chacun, et notamment aux enfants? La question sera d&eacute;j&agrave; tr&egrave;s difficile &agrave; r&eacute;soudre pour un pays comme la France qui pr&eacute;tend limiter les entr&eacute;es &agrave; quelques milliers de personnes? L'Allemagne, aussi &laquo;&nbsp;riche&nbsp;&raquo; soit-elle, fait d'ores et d&eacute;j&agrave; valoir, par la voix d'associations il est vrai qualifi&eacute;es de n&eacute;o-nazis par Mutti Merkel, que la chose sera longtemps hors de port&eacute;e s'agissant de centaines de milliers de demandeurs par an. </font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">Certains hommes politiques proposent il est vrai&nbsp; d'h&eacute;berger ces demandeurs dans des zones rurales peu peupl&eacute;es . Si elles sont peu peupl&eacute;es, d&eacute;pourvues de services publics locaux et d'entreprises, c'est parce qu'elles manquent depuis longtemps de ressources. On imagine sans peine l'accueil que donneront les populations rurales restantes, se consid&eacute;rant ainsi comme chass&eacute;es de chez elles. </font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">Les b&eacute;n&eacute;voles r&eacute;pondront &agrave; ces besoins, dit-on parfois. L'&eacute;mission g&eacute;n&eacute;ralement tr&egrave;s pertinente de la 2e chaine fran&ccedil;aise, dite &laquo;&nbsp;l'Oeil du 20 heures&nbsp;&raquo;, a montr&eacute; que 3 personnalit&eacute;s disposant de moyens consid&eacute;rables et ayant devant les m&eacute;dias pris l'engagement d'accueillir &agrave; leur domicile un ou deux r&eacute;fugi&eacute;s, n'en avaient rien fait, pour des pr&eacute;textes divers, trois mois apr&egrave;s. Les b&eacute;n&eacute;voles, on peut le penser, se lasseront vite quant &agrave; eux du b&eacute;n&eacute;volat, pour des raisons tr&egrave;s l&eacute;gitimes, si le besoin de b&eacute;n&eacute;volat se prolongeait. </font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2"><strong><font color="#000080">Reconduire &agrave; la fronti&egrave;re</font></strong></font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">Mais l&agrave; o&ugrave; les autorit&eacute;s prennent vraiment les citoyens pour des &acirc;nes, c'est quand elles parlent de reconduites &agrave; la fronti&egrave;res. Vers la fronti&egrave;re de quels Etats d'abord, aucun n'acceptant de les consid&eacute;rer comme des ressortissants. Et comment &laquo;&nbsp;reconduire&nbsp;&raquo; les migrants &eacute;conomiques,? gentiment par la main? en leur versant, comme aux Roms, des sommes permettant un hypoth&eacute;tique voyage de retour? Et que fera-t-on de ceux qui refuseront de se laisser reconduire, mettant en avant femmes et enfants pour en appeler &agrave; l'opinion? </font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">La police aux fronti&egrave;res et les personnels des compagnies a&eacute;riennes savent d&eacute;j&agrave; le mal qu'ils ont &agrave; expulser un unique r&eacute;fractaire, qui se roule au sol, menace d'attenter &agrave; ses jours, voire s'en prend directement aux agents. Qu'en sera-t-il face &agrave; des millions de r&eacute;calcitrants. Va-t-on recruter et former pour faire face &agrave; ce besoin nouveau des millions de fonctionnaires et agents de s&eacute;curit&eacute;.</font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" color="#000080"><strong>R&eacute;fugi&eacute;s climatiques</strong></font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">N'aggravons pas les difficult&eacute;s du pr&eacute;sent en mentionnant le cas des millions de r&eacute;fugi&eacute;s climatiques qui, pour des raisons tr&egrave;s l&eacute;gitimes, mont&eacute;e du niveau de la mer,s&eacute;cheresses, inondations, d&eacute;gradation des terres arables, fuiront dans les prochaines ann&eacute;es vers des r&eacute;gions plus cl&eacute;mentes. Comment les responsables et les populations de ces r&eacute;gions plus cl&eacute;mentes les accueilleront-ils, alors que leurs propres ressources seront elle-aussi affect&eacute;es par le r&eacute;chauffement climatique?Il ne s'agira pas aolors de millions, mais de dizaines, sinon de centaines de millions d'ici la fin du si&egrave;cle...ou bien avant<br /> </font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">__________________________________________<br /> </font> </p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2">Terminons ce court article en r&eacute;pondant &agrave; la question de certains lecteurs &laquo;&nbsp;que proposez-vous de faire, vous qui pr&eacute;tendez tout savoir ?&nbsp;&raquo; . Nous ne faisons pas ici de propositions solides, parce qu'elles demanderaient h&eacute;las d'autres r&eacute;flexions que les n&ocirc;tres, et d'autres d&eacute;bats. Disons seulement que, pour progresser dans la voie des propositions utiles, il faut commencer par ne pas nier les probl&egrave;mes &agrave; r&eacute;soudre, en se ber&ccedil;ant de mots d&eacute;pourvus de sens concret.&nbsp; </font></p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2"><br /> </font> </p> <font size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Wed, 07 Oct 2015 23:00:00 GMT Crime climatique. Appel contre les énergies fossiles http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1882 1882 <br /><p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099"> <br /> </font></strong></font><font size="2" color="#000000" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Jean-paul Baquiast, Christophe Jacquemin 26/08/2015<br /> <br /> </font></p> <p><font size="2" face="Arial"><img width="770" height="509" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/160/lignite.png" alt="" /></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><em>Occupation d'une mine de lignite en Allemagne par des activistes pendant l'action &quot;Ende Gel&auml;nde&quot;, le 14 ao&ucirc;t 2015 (&copy;350). Source Mediapart</em><br /> <br /> Pourquoi cet appel aujourd'hui, alors que s'ouvre en d&eacute;cembre &agrave; Paris la Conf&eacute;rence dite COP21 cens&eacute;e ent&eacute;riner des d&eacute;cisions pr&eacute;sent&eacute;es comme susceptibles de limiter la hausse des temp&eacute;ratures &agrave; 2&deg;? Parce que les auteurs de l'appel craignent implicitement que les mesures d&eacute;cisives ne soient pas prises ou ne soient pas appliqu&eacute;es. Ils appellent donc les citoyens conscients du probl&egrave;me, dans quelque pays o&ugrave; ils se trouvent, &agrave; intervenir directement pour que ne soit pas le cas. Ils proposent aussi que ces interventions directes ne ciblent pas seulement les gouvernements, mais les industries de l'&eacute;nergie fossile (charbon, p&eacute;trole et gaz) dont nul n'ignore qu'elles constituent des groupes d'int&eacute;r&ecirc;ts tr&egrave;s puissants, agissant directement sur ces m&ecirc;mes gouvernements. Ces int&eacute;r&ecirc;ts agissent aussi directement, via les m&eacute;dias qu'ils subventionnent, sur les opinions publiques.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Que peuvent &ecirc;tre ces interventions citoyennes?. Elles devraient &ecirc;tre multiples. Elles devraient d'abord manifester directement sur les lieux industriels produisant ou utilisant ces &eacute;nergies fossiles (cf image) Elles devraient ensuite mobiliser les opinions en soutien aux industries vertes. Celles-ci ne re&ccedil;oivent des pouvoirs publics que des appuis d&eacute;risoires au regard de ceux donn&eacute;s aux &eacute;nergies fossiles. Elles devraient enfin relayer par tous moyens de communication les scientifiques, hommes politiques, associations et mouvements activistes qui se battent contre l'emprise actuel et futur des industriels des &eacute;nergies fossiles dans nos vies. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Il est &agrave; craindre que compter sur des mouvements citoyens pour aider &agrave; la lutte contre ce qu'il faut bien appeler le crime climatique n'aura que peu d'effets. Mais nous sommes dans des soci&eacute;t&eacute;s o&ugrave; les voix des citoyens peuvent avoir une certaine importance. Ce serait un crime, pour reprendre le mot, de ne pas tenter d'y faire appel. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Mais pourquoi pr&eacute;juger que la conf&eacute;rence COP 21 sera, &agrave; peu de choses pr&egrave;s, un nouvel &eacute;chec dans la lutte contre le r&eacute;chauffement? D'abord par ce que les objectifs de r&eacute;duction des gaz &agrave; effet de serre pr&eacute;sent&eacute;s &agrave; ce jour par les Etats (Etats-Unis, Chine, Europe, Japon, etc.) sont insuffisants. Le r&eacute;chauffement sera sup&eacute;rieur &agrave; 2&deg;. Par ailleurs, ces contributions nationales, pour ne pas &laquo;&nbsp;stigmatiser&nbsp;&raquo; certains Etats, ne seront doute pas publi&eacute;es dans le texte de l&rsquo;accord de Paris. Enfin , aucune contrainte ne s&rsquo;exercera sur les Etats pour les obliger &agrave; les respecter.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Il y a plus, la lutte contre le r&eacute;chauffement ne devrait pas se limiter &agrave; tenter de pr&eacute;venir la hausse des &eacute;missions de gaz &agrave; effets de serre. Elle devrait agir par de multiples moyens sur les causes de ces &eacute;missions&nbsp;: transport, chauffage, industries d'extraction et industries utilisant les &eacute;nergies fossiles. d&eacute;forestation, agriculture industrielle.... Mais faut-il esp&eacute;rer qu'une conf&eacute;rence s'inscrivant dans le cadre de l'ONU puisse arr&ecirc;ter et mettre en oeuvre, aujourd'hui et demain, les politiques &eacute;conomiques et les soutiens financiers n&eacute;cessaires? Certainement pas. C'est l&agrave; que le relais des associations citoyennes serait indispensable. Celles-ci sont d&eacute;j&agrave; nombreuses. Mais vu l'ampleur de la t&acirc;che, elles devraient l'&ecirc;tre infiniment plus. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">1) A titre anecdotique, nos lecteurs auront peine &agrave; imaginer les r&eacute;actions hostiles, &agrave; la limite de l'insulte, que nous avons re&ccedil;ues &agrave; la suite de notre &eacute;ditorial mettant en valeur les travaux de James Hansen. Celui-ci a le tort d'expliquer que tr&egrave;s probablement, limiter &agrave; seulement 2&deg; la hausse des temp&eacute;ratures n'emp&ecirc;chera pas les &eacute;v&egrave;nements les plus d&eacute;sastreux de se produire. Il faudrait faire beaucoup plus. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font><hr /> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="center"><font size="2" face="Arial"><em><font color="#990000"><strong>Appel</strong></font></em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><em><font color="#990000">Nous sommes &agrave; la crois&eacute;e des chemins. Nous ne voulons pas nous retrouver contraint.e.s &agrave; survivre dans un monde devenu &agrave; peine vivable. Des &icirc;les du Pacifique Sud &agrave; la Louisiane, des Maldives au Sahel, du Groenland aux Alpes, la vie quotidienne de millions d&rsquo;entre nous est d&eacute;j&agrave; perturb&eacute;e par les cons&eacute;quences du changement climatique. Par l'acidification des oc&eacute;ans, par la submersion des &icirc;les du Pacifique Sud, par le d&eacute;racinement de r&eacute;fugi&eacute;s climatiques en Afrique et dans le sous-continent indien, par la recrudescence des temp&ecirc;tes et ouragans, l&rsquo;&eacute;cocide en cours violente l&rsquo;ensemble des &ecirc;tres vivants, des &eacute;cosyst&egrave;mes et des soci&eacute;t&eacute;s, mena&ccedil;ant les droits des g&eacute;n&eacute;rations futures. Ces violences climatiques nous frappent in&eacute;galement : les communaut&eacute;s paysannes et indig&egrave;nes, les pauvres du Sud comme du Nord sont les plus affect&eacute;s par les cons&eacute;quences du d&eacute;r&egrave;glement climatique.</font></em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>Nous ne nous faisons pas d&rsquo;illusions. Depuis plus de vingt ans, les gouvernements n&eacute;gocient mais les &eacute;missions de gaz &agrave; effet de serre n&rsquo;ont pas baiss&eacute; et le climat poursuit sa d&eacute;rive. Alors que les constats de la communaut&eacute; scientifique se font plus alarmants, les forces de blocage et de paralysie l&rsquo;emportent.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>Ce n&rsquo;est pas une surprise. Des d&eacute;cennies de lib&eacute;ralisation commerciale et financi&egrave;re ont affaibli la capacit&eacute; des Etats &agrave; faire face &agrave; la crise climatique. Partout, des forces puissantes &ndash; entreprises du secteur fossile, multinationales de l&rsquo;agro-business, institutions financi&egrave;res, &eacute;conomistes dogmatiques, climatosceptiques et climaton&eacute;gationnistes, d&eacute;cideurs politiques prisonniers de ces lobbies &ndash; font barrage et promeuvent de fausses solutions. 90 entreprises sont &agrave; l&rsquo;origine des deux tiers des &eacute;missions mondiales de gaz &agrave; effet de serre. De v&eacute;ritables r&eacute;ponses au changement climatique nuiraient &agrave; leurs int&eacute;r&ecirc;ts et &agrave; leur pouvoir, remettraient en cause l&rsquo;id&eacute;ologie du libre-&eacute;change, et menaceraient les structures et les subventions qui les soutiennent.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>Nous savons que les multinationales et les gouvernements n&rsquo;abandonneront pas ais&eacute;ment les profits qu&rsquo;ils tirent de l&rsquo;extraction des r&eacute;serves de charbon, de gaz et de p&eacute;trole ou de l&rsquo;agriculture industrielle globalis&eacute;e gourmande en &eacute;nergie fossile. Pour continuer &agrave; agir, penser, aimer, prendre soin, cr&eacute;er, produire, contempler, lutter, nous devons donc les y contraindre. Pour nous &eacute;panouir en tant que soci&eacute;t&eacute;s, individus et citoyen.ne.s nous devons tout.e.s agir pour tout changer. Notre humanit&eacute; commune et la Terre le demandent.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>Nous gardons confiance en notre capacit&eacute; &agrave; stopper les crimes climatiques. Par le pass&eacute;, des femmes et des hommes d&eacute;termin&eacute;.e.s ont mis fin aux crimes de l&rsquo;esclavage, du totalitarisme, du colonialisme ou de l&rsquo;apartheid. Elles et ils ont fait le choix de combattre pour la justice et l&rsquo;&eacute;galit&eacute; et savaient que personne ne se battrait &agrave; leur place. Le changement climatique est un enjeu comparable et nous pr&eacute;parons une insurrection similaire.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>Nous travaillons &agrave; tout changer. Nous pouvons ouvrir les chemins vers un futur vivable. Notre pouvoir d&rsquo;agir est souvent plus important que nous ne l&rsquo;imaginons. A travers le monde, nous luttons contre les v&eacute;ritables moteurs de la crise climatique, d&eacute;fendons les territoires, r&eacute;duisons les &eacute;missions, organisons la r&eacute;silience, d&eacute;veloppons l&rsquo;autonomie alimentaire par l&rsquo;agro-&eacute;cologie paysanne, etc.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>A l&rsquo;approche de la conf&eacute;rence de l&rsquo;ONU sur le climat &agrave; Paris-Le Bourget, nous affirmons notre d&eacute;termination &agrave; laisser les &eacute;nergies fossiles dans le sol. C&rsquo;est la seule issue.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>Concr&egrave;tement, les gouvernements doivent mettre un terme aux subventions qu&rsquo;ils versent &agrave; l&rsquo;industrie fossile, et geler leur extraction en renon&ccedil;ant &agrave; exploiter 80% de toutes les r&eacute;serves de carburant fossile.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>Nous savons que cela implique un changement historique majeur. Nous n&rsquo;attendrons pas que les Etats agissent. L&rsquo;esclavage et l&rsquo;apartheid n&rsquo;ont pas disparu parce que des Etats ont d&eacute;cid&eacute; de les abolir, mais par des mobilisations massives qui ne leur ont pas laiss&eacute; le choix.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>L&rsquo;issue est incertaine. Nous avons toutefois une occasion unique de renouveler la d&eacute;mocratie, de d&eacute;manteler le pouvoir h&eacute;g&eacute;monique des multinationales et de transformer radicalement nos modes de production et de consommation. Tourner la page des fossiles est une &eacute;tape d&eacute;cisive vers la soci&eacute;t&eacute; juste et soutenable dont nous avons besoin.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em>Nous ne g&acirc;cherons pas cette chance, &agrave; Paris comme ailleurs, aujourd&rsquo;hui comme demain.</em></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" color="#990000" face="Arial"><em><strong>Cent premi&egrave;r(e).s signataires :</strong></em></font></p> <p><font size="2" face="Arial"><br /> <strong>Desmond Tutu,&nbsp;</strong>archev&ecirc;que &eacute;m&eacute;rite;&nbsp;<strong>Bill McKibben,&nbsp;</strong>fondateur de 350.org;<strong>&nbsp;Naomi Klein,&nbsp;</strong>journaliste et essayiste;&nbsp;<strong>Vandana Shiva,&nbsp;</strong>physicienne et &eacute;cologiste;&nbsp;<strong>Agn&egrave;s Sina&iuml;,&nbsp;</strong>Institut Momentum;&nbsp;<strong>Alberto Acosta,&nbsp;</strong>&eacute;conomiste;&nbsp;<strong>Alex Randall,&nbsp;</strong>Climate Outreach;&nbsp;<strong>Amy Dahan,</strong> historienne des Sciences;&nbsp;<strong>Bernard Guri,&nbsp;</strong>Centre for Indigenous Knowledge &amp; Organisational Development;&nbsp;<strong>Boaventura de Sousa Santos,&nbsp;</strong>sociologue;&nbsp;<strong>Catherine Larr&egrave;re,&nbsp;</strong>philosophe;&nbsp;<strong>Christophe Bonneuil,&nbsp;</strong>historien;&nbsp;<strong>Cindy Wiesner,&nbsp;</strong>Coordinator of Grassroots, Global Justice Alliance, USA;&nbsp;<strong>Claire Nouvian,&nbsp;</strong>Bloom;&nbsp;<strong>Claude Lorius,&nbsp;</strong>glaciologue;&nbsp;<strong>Clive Hamilton,&nbsp;</strong>philosophe;&nbsp;<strong>David Graeber,&nbsp;</strong>anthropologue;&nbsp;<strong>Dominique Bourg,&nbsp;</strong>philosophe;&nbsp;<strong>Dominique M&eacute;da,&nbsp;</strong>sociologue;&nbsp;<strong>Edgardo Lander,&nbsp;</strong>sociologue;&nbsp;<strong>Eduardo Viveiros de Castro,&nbsp;</strong>anthropologue;&nbsp;<strong>Emilie Hache,&nbsp;</strong>philosophe;&nbsp;<strong>Erri de Luca,&nbsp;</strong>&eacute;crivain;&nbsp;<strong>Esperanza Martinez,&nbsp;</strong>ancienne ministre de la Sant&eacute; publique du Paraguay;&nbsp;<strong>Esther Vivas,&nbsp;</strong>chercheure et militante altermondialiste;&nbsp;<strong>Fran&ccedil;ois Gemenne,&nbsp;</strong>politiste;&nbsp;<strong>Frank Murazumi,&nbsp;</strong>Amis de la Terre Ouganda;&nbsp;<strong>Ga&euml;l Giraud,&nbsp;</strong>&eacute;conomiste;&nbsp;<strong>Genevi&egrave;ve Azam,&nbsp;</strong>&eacute;conomiste;&nbsp;<strong>George Monbiot,&nbsp;</strong>journaliste;&nbsp;<strong>Gerry Arrances,&nbsp;</strong>militant anti-charbon;&nbsp;<strong>Gilles Boeuf,&nbsp;</strong>pr&eacute;sident du MNHN;&nbsp;<strong>Gilles Cl&eacute;ment,&nbsp;</strong>paysagiste;&nbsp;<strong>Godwin Ojo,&nbsp;</strong>Amis de la Terre, Nigeria;&nbsp;<strong>Gus Massiah,&nbsp;</strong>Cedetim;&nbsp;<strong>Guy Aurenche,&nbsp;</strong>pr&eacute;sident du CCFD;&nbsp;<strong>Isabelle Fr&eacute;meaux,&nbsp;</strong>Laboratoire des Imaginaires Insurrectionnels;&nbsp;<strong>Isabelle Stengers,&nbsp;</strong>philosophe;&nbsp;<strong>Jean-Baptiste Fressoz,&nbsp;</strong>historien;&nbsp;<strong>Jean-Pierre Dupuy,&nbsp;</strong>philosophe;&nbsp;<strong>Jean Gadrey,&nbsp;</strong>&eacute;conomiste;&nbsp;<strong>Jeanne Planche,&nbsp;</strong>Attac France;<strong>&nbsp;John Holloway,&nbsp;</strong>sociologue et philosophe;&nbsp;<strong>Joan Martinez Alier,&nbsp;</strong>&eacute;conomiste;&nbsp;<strong>John Jordan,&nbsp;</strong>Laboratoire des Imaginaires Insurrectionnels;&nbsp;<strong>Jon Palais,&nbsp;</strong>Bizi&nbsp;!;&nbsp;<strong>Kaddour Hadadi,&nbsp;</strong>musicien et chanteur, HK et les Saltimbanks;&nbsp;<strong>Kevin Smith,&nbsp;</strong>Liberate Tate;&nbsp;<strong>Kumi Naidoo,&nbsp;</strong>Greenpeace International;&nbsp;<strong>Larry Lohmann,&nbsp;</strong>The Corner House;&nbsp;<strong>Lech Kowalski,&nbsp;</strong>r&eacute;alisateur;&nbsp;<strong>Leonardo Boff,&nbsp;</strong>th&eacute;ologien;&nbsp;<strong>Lidy Nacpil,&nbsp;</strong>Jubilee South;&nbsp;<strong>Mamadou Go&iuml;ta,&nbsp;</strong>Institut de recherche et de promotion des alternatives au d&eacute;veloppement, Mali;&nbsp;<strong>Marc Dufumier,&nbsp;</strong>agronome;&nbsp;<strong>Marc Luyckx Ghisi,&nbsp;</strong>&eacute;crivain;&nbsp;<strong>Marie-Monique Robin,&nbsp;</strong>journaliste;&nbsp;<strong>Maude Barlow,&nbsp;</strong>Food &amp; Water Watch;&nbsp;<strong>Maxime Combes,&nbsp;</strong>&eacute;conomiste, membre d'Attac;&nbsp;<strong>Michael Hardt,&nbsp;</strong>philosophe;&nbsp;<strong>Michael L&ouml;wy,&nbsp;</strong>sociologue;&nbsp;<strong>Mike Davis,&nbsp;</strong>historien et sociologue;&nbsp;<strong>Noam Chosmky,&nbsp;</strong>linguiste et philosophe;&nbsp;<strong>Nick Hildyard,&nbsp;</strong>The Corner House;&nbsp;<strong>Nicolas Haeringer,&nbsp;</strong>350.org;&nbsp;<strong>Nnimmo Bassey,&nbsp;</strong>Oil Watch International;&nbsp;<strong>Noble Wadzah,&nbsp;</strong>Oil Watch Afrique;&nbsp;<strong>Olivier B&eacute;tourn&eacute;,&nbsp;</strong>&eacute;diteur;&nbsp;<strong>Olivier de Schutter,&nbsp;</strong>juriste;&nbsp;<strong>Pablo Servigne,&nbsp;</strong>collapsologue;&nbsp;<strong>Pablo Solon,&nbsp;</strong>ancien ambassadeur de la Bolivie;&nbsp;<strong>Pat Mooney,&nbsp;</strong>ETC Group;&nbsp;<strong>Patrick Chamoiseau,&nbsp;</strong>&eacute;crivain;&nbsp;<strong>Patrick Viveret,&nbsp;</strong>philosophe;<strong>&nbsp;Paul Lannoye,&nbsp;</strong>ancien d&eacute;put&eacute; europ&eacute;en;&nbsp;<strong>Philippe Bihouix,&nbsp;</strong>ing&eacute;nieur;&nbsp;<strong>Philippe Desbrosses,&nbsp;</strong>Intelligence Verte;&nbsp;<strong>Philippe Descola,&nbsp;</strong>anthropologue;&nbsp;<strong>Pierre Rabhi,&nbsp;</strong>agronome et penseur de l&rsquo;&eacute;cologie;&nbsp;<strong>Pierre-Henri Gouyon,&nbsp;</strong>&eacute;cologue;&nbsp;<strong>Priscilla Achakpa,&nbsp;</strong>Water Supply and Sanitation Collaborative Council, Nig&eacute;ria;&nbsp;<strong>Razmig Keucheyan,&nbsp;</strong>sociologue;&nbsp;<strong>Rebecca Foon,&nbsp;</strong>musicienne;&nbsp;<strong>Roger Cox,&nbsp;</strong>avocat;&nbsp;<strong>Saskia Sassen,&nbsp;</strong>sociologue;&nbsp;<strong>Serge Latouche,&nbsp;</strong>&eacute;conomiste;&nbsp;<strong>Soumya Dutta,&nbsp;</strong>Alliance nationale des mouvements anti-nucl&eacute;aires, Inde;&nbsp;<strong>Stefan C. Aykut,&nbsp;</strong>politiste;&nbsp;<strong>Susan George,&nbsp;</strong>&eacute;conomiste;&nbsp;<strong>Swoon,&nbsp;</strong>artiste;&nbsp;<strong>Thomas Coutrot,&nbsp;</strong>&eacute;conomiste, porte-parole d&rsquo;Attac;&nbsp;<strong>Tom Kucharz,&nbsp;</strong>Ecologistas en Accion, Espagne;&nbsp;<strong>Tony Clarke,&nbsp;</strong>International Forum on Globalization;&nbsp;<strong>Txetx Etcheverry,&nbsp;</strong>Alternatiba;&nbsp;<strong>Val&eacute;rie Cabannes,&nbsp;</strong>End Ecocide;&nbsp;<strong>Val&eacute;rie Masson-Delmotte,&nbsp;</strong>climatologue;&nbsp;<strong>Vincent Devictor,&nbsp;</strong>&eacute;cologiste;&nbsp;<strong>Vivienne Westwood,&nbsp;</strong>styliste;&nbsp;<strong>Yeb Sa&ntilde;o,&nbsp;</strong>ancien ambassadeur des Philippines pour le climat;&nbsp;<strong>Yvonne Yanez</strong> (Oil Watch)&hellip;</font></p> Tue, 25 Aug 2015 23:00:00 GMT Aveuglement des dirigeants européens ou fatalité biologique évolutionnaire http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1883 1883 <br /><font size="2" face="Arial">Lorsque les dirigeants europ&eacute;ens accumulent les contre-v&eacute;rit&eacute;s ou les refus de voir la r&eacute;alit&eacute;, face aux vagues migratoires qui se sont mises en route, ils condamnent de m&ecirc;me &agrave; mort les soci&eacute;t&eacute;s qui les ont d&eacute;sign&eacute;s pour les prot&eacute;ger. Peut-on par exemple affirmer comme Angela Merkel ce jour 26 ao&ucirc;t en Allemagne que ce pays peut et doit accueillir 800.000 migrants, sans r&eacute;aliser que cette offre g&eacute;n&eacute;reuse provoquera l'ann&eacute;e prochaine l'arriv&eacute;e de 800.000 nouveaux migrants, et des millions de nouveaux migrants les ann&eacute;es suivantes?&nbsp; L'Allemagne ne pourra pas les accueillir, sauf &agrave; se d&eacute;truire elle-m&ecirc;me en tant que soci&eacute;t&eacute; allemande et soci&eacute;t&eacute; favoris&eacute;e. </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Comment Angela Merkel, Fran&ccedil;ois Hollande et quelques autres chefs d'Etat au grand coeur peuvent-ils refuser de prendre en compte ce que l'Agence Frontex et les services de police aux fronti&egrave;res constatent de plus en plus. Ce ne sont pas seulement des migrants fuyant des r&eacute;gimes ou des violences religieuses et tribales qui se pr&eacute;sentent en Europe, mais des personnes au niveau de vie inf&eacute;rieur &agrave; celui de l'Europe qui veulent b&eacute;n&eacute;ficier du niveau de vie de celle-ci, ou de ce qui en restera. On constate maintenant l'arriv&eacute;e de ressortissants venant de pays frontaliers de l'Europe, et plus encore de pays africains, esp&eacute;rant entrer en Europe au titre de r&eacute;fugi&eacute;s &eacute;conomiques. Un nombre croissant d'entre eux se procurent d'ailleurs aupr&egrave;s des maffias qui prosp&egrave;rent dans ces circonstances de fausses cartes d'identit&eacute;s leur permettant d'&ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;s comme r&eacute;fugi&eacute;s politiques. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Comment peut-on enfin, comme ce jour 26 ao&ucirc;t le pr&eacute;tendait un des responsables de Frontex sur France Inter, que l'Agence doit disposer de moyens pour identifier les r&eacute;fugi&eacute;s politiques et les s&eacute;parer des autres, promettant de renvoyer les clandestins ill&eacute;gaux dans leur pays d'origine. Comment Frontex ou les pays envahis pourront ils renvoyer les ill&eacute;gaux d'o&ugrave; ils viennent si, comme pr&eacute;visible, ceux-ci r&eacute;sistent par la force &agrave; l'expulsion. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Comment enfin les dirigeants pourront-ils &eacute;viter les r&eacute;actions de survie des citoyens europ&eacute;ens qui refuseront, par un &eacute;go&iuml;sme dit condamnable, de tout partager avec les migrants, voire de leur c&eacute;der progressivement la place. Il est facile aujourd'hui d'imputer &agrave; une extr&egrave;me-droite n&eacute;o-nazie, comme en Allemagne r&eacute;cemment, &agrave; Tr&ouml;glitz, en Saxe-Anhalt, un incendie &laquo;&nbsp;criminel&nbsp;&raquo; ayant d&eacute;truit un futur centre d'h&eacute;bergement pour r&eacute;fugi&eacute;s. Mais si les Tr&ouml;glitz se multipliaient demain en Europe, trouvera-t-on des troupes pour combattre les incendiaires, troupes que l'on se refuse &agrave; utiliser pour prot&eacute;ger les fronti&egrave;res. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial"><strong><font color="#000080">Fatalit&eacute;</font></strong><br /> </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">En fait, pour nous replacer dans l'histoire &eacute;volutive des esp&egrave;ces vivantes &eacute;voqu&eacute;e au d&eacute;but de cet article, rien ne pourra &ecirc;tre fait par les europ&eacute;ens, n&eacute;o-nazis ou non, pour combattre l'invasion des milliards d'autres humains plus pauvres. Les dirigeants europ&eacute;ens se d&eacute;cideront peut-&ecirc;tre un jour &agrave; intervenir un peu plus &eacute;nergiquement, mais ce sera trop tard. De m&ecirc;me, &agrave; plus long terme, eux et leurs homologues du reste du monde ne pourront pas, faute d'avoir r&eacute;agi &agrave; temps, emp&ecirc;cher la mont&eacute;e des eaux oc&eacute;aniques et autres cataclysmes qui feront disparaitre l'ensemble des soci&eacute;t&eacute;s humaines, qu'elles soient pauvres ou qu'elles soient riches.</font></p> Tue, 25 Aug 2015 23:00:00 GMT La marche à l'enfer climatique http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1837 1837 <br /><div class="node-inner" id="bloggPostInner"><span>Nous les avons bri&egrave;vement r&eacute;sum&eacute;es ici :<br /> </span> <div class="content"> <p><span>Nous pr&eacute;senteront ensuite un petit questionnaire permettant au lecteur de se situer par rapport au concepts de r&eacute;chauffement climatique et risques associ&eacute;s<br /> </span></p> <p>&nbsp;</p> <p class="center"><img width="459" height="224" class="external" alt="cyclone.jpg" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/159/cyclone.jpg" /></p> <hr /> <p><span><font color="#000080"><strong><span>La marche &agrave; l'enfer climatique. Les raisons pour lesquelles les humains n'agissent pas suffisamment pour lutter contre le changement climatique, ou m&ecirc;me n'agissent pas du tout. </span></strong></font><br /> <br /> NewScientist The road to climate hell Robert Gifford<br /> <a target="_blank" class="external" href="https://www.newscientist.com/article/mg22730290-300-33-reasons-why-we-cant-think-clearly-about-climate-change/">https://www.newscientist.com/article/mg22730290-300-33-reasons-why-we-cant-think-clearly-about-climate-change/</a></span></p> <p><span><strong>Famille 1. Connaissances limit&eacute;es</strong></span></p> <p><span>1: Insuffisance du cerveau cognitif<br /> Le cerveau humain n'a pas suffisamment &eacute;volu&eacute;, depuis 30.000 ans, pour percevoir les complexit&eacute;s du monde actuel<br /> <br /> 2: Ignorance<br /> Ignorance concernant le ph&eacute;nom&egrave;ne proprement dit. Ignorance relative aux rem&egrave;des pouvant &ecirc;tre appliqu&eacute;s. Ignorance volontairement entretenue par les groupes d'int&eacute;r&ecirc;ts ayant int&eacute;r&ecirc;t &agrave; ce que rien ne change. <br /> <br /> 3: Incapacit&eacute; &agrave; appr&eacute;hender la complexit&eacute; des ph&eacute;nom&egrave;nes environnementaux <br /> On ne peut pas tout envisager donc on choisit les ph&eacute;nom&egrave;nes qui nous frappent le plus, qui peuvent ne pas &ecirc;tre les plus dangereux. A l'oppos&eacute;, &agrave; force d'entendre r&eacute;p&eacute;ter les m&ecirc;mes mises en garde, on finit par ne plus y attacher d'importance. <br /> <br /> 4: Incertitude<br /> La prudence avec laquelle les scientifiques, notamment ceux de l'Intergovernmental Panel on Climate Change, formulent leurs propositions entra&icirc;ne un doute sur la certitude des ph&eacute;nom&egrave;nes &eacute;tudi&eacute;s.<br /> <br /> 5: Sous &eacute;valuation<br /> Sous &eacute;valuation des ph&eacute;nom&egrave;nes se produisant loin de l'observateur ou qui n'interviendront que dans le futur. <br /> <br /> 6: D&eacute;formation par exc&egrave;s d'optimisme<br /> Ne pas s'inqui&eacute;ter car des solutions ne manqueront d'&ecirc;tre trouv&eacute;es. </span></p> <p><span>7: Perception du manque de moyens de contr&ocirc;le<br /> Ces moyens semblent hors de port&eacute;e. Des changements de comportements individuels sont suppos&eacute;s n'avoir pas d'effet. Il en r&eacute;sulte de la r&eacute;signation ou du fatalisme.<br /> <br /> 8: Conviction d'avoir raison <br /> L'on ne prend en compte que les informations confirmant cette conviction <br /> <br /> 9: Le temps c'est de l'argent<br /> Les pratiques de sauvegarde demandant trop de temps ne sont pas adopt&eacute;es. <br /> <br /> 10: Incapacit&eacute; d'agir<br /> Incapacit&eacute; r&eacute;elles (par exemple utiliser une bicyclette compte tenu de l'&acirc;ge, plut&ocirc;t qu'une voiture). Incapacit&eacute; suppos&eacute;e. Par exemple changer de r&eacute;gime alimentaire. <br /> <br /> <strong>Famille 2 Id&eacute;ologies </strong><br /> <br /> 11: Conceptions du monde<br /> La croyance dans les bienfaits de la libre entreprise ou du capitalisme d&eacute;courage la participation &agrave; des actions collectives r&eacute;gul&eacute;es. De m&ecirc;me celle selon laquelle les &laquo;&nbsp;biens communs&nbsp;&raquo; sont &agrave; la disposition de tous, m&ecirc;me d'entreprises susceptibles de d&eacute;truire ces biens<br /> <br /> 12: Croyances religieuses<br /> C'est Dieu qui a voulu que le monde soit ainsi. Il pourvoira &agrave; la solution des difficult&eacute;s. De toutes fa&ccedil;ons, dans une autre vie, ces probl&egrave;mes ne se poseront plus . Si ce n'est pas Dieu, c'est la Nature qui prendra les choses en charge. <br /> <br /> 13: Croyances aux solutions technoscientifiques<br /> La science et la technique trouveront en temps utile les solutions aux probl&egrave;mes rencontr&eacute;s, m&ecirc;me si ce sont elles qui ont &eacute;t&eacute; &agrave; l'origine de ces probl&egrave;mes..<br /> <br /> 14: D&eacute;fense du statu quo<br /> Ceci soit du fait des avantages imm&eacute;diats qu'apporte le statu quo, soit du fait de l'importance des sacrifices &agrave; consentir pour le modifier.<br /> <br /> <strong>Famille 3 Mim&eacute;tisme</strong><br /> <br /> 15: Mim&eacute;tisme de proximit&eacute;<br /> Nous imitons nos voisins, m&ecirc;me s'ils sont climato-sceptiques<br /> <br /> 16: Mim&eacute;tisme sociologique <br /> Les informations et d&eacute;bats, notamment sur les r&eacute;seaux sociaux, nous d&eacute;terminent, m&ecirc;me s'ils sont climato-sceptiques.<br /> <br /> 17: Sens de l'&eacute;galit&eacute;<br /> Pourquoi se donner du mal si les autres ne le font pas? <br /> <strong><br /> Famille 4. Poids du patrimoine et des acquisitions </strong><br /> <br /> 18: Investissements<br /> Difficult&eacute; &agrave; renoncer &agrave; des investissements de confort ou &agrave; des prise de participation dans des entreprises, m&ecirc;me si celles-ci ont un effet destructeur sur le climat. <br /> <br /> 19: Habitudes<br /> Il est tr&egrave;s difficile de changer de comportements ou de mode de penser dont on a l'habitude depuis longtemps. La r&eacute;sistance aux changements est une force sociale tr&egrave;s effective? <br /> <br /> 20: Conflits entre objectifs, valeurs et aspirations<br /> L'aspiration au progr&egrave;s individuel ou collectif, ou simplement au changement, entre en conflit avec les valeurs de d&eacute;croissance qui permettront de r&eacute;duire les charges sur le climat et l'environnement <br /> <br /> 21: Attachement au cadre de vie. <br /> Si le cadre de vie ne para&icirc;t pas menac&eacute; par le changement climatique, au contraire de ce qu'il par exemple dans les iles du Pacifique, on refusera les d&eacute;marches pouvant le transformer, par exemple la mise en place de parcs d'&eacute;oliennes &agrave; proximit&eacute;. <br /> <br /> <strong>Famille 5. Incertitudes</strong><br /> <br /> 22: Incr&eacute;dulit&eacute; <br /> Incr&eacute;dulit&eacute; &agrave; l'&eacute;gard des recommandations des scientifiques ou des pouvoirs publics, soup&ccedil;onn&eacute;s de mentir pour de raisons diverses. <br /> <br /> 23: Caract&egrave;re non obligatoire des d&eacute;cisions <br /> Si les d&eacute;cisions prises par les autorit&eacute;s ne sont pas obligatoire, beaucoup de personnes trouveront diverses raisons pour ne pas les appliquer<br /> <br /> 24: D&eacute;ni<br /> Ceux qui nient la r&eacute;alit&eacute; du changement climatique, qu'ils soient ou non scientifiques, recueillent une audience, voire un prestige, disproportionn&eacute;s par rapport aux preuves et arguments qu'ils apportent <br /> <br /> 25: R&eacute;sistance syst&eacute;matique<br /> Certaines personnes r&eacute;sistent spontan&eacute;ment aux informations, conseils et instructions, d&egrave;s lors que la source en est une autorit&eacute; quelconque. Ils en prennent syst&eacute;matiquement le contre-pied<br /> <strong><br /> Famille 6.Perception des risques pouvant r&eacute;sister des politiques de protection du climat<br /> </strong><br /> 26: Risques fonctionnels<br /> Les nouvelles solutions propos&eacute;es vont-elles fonctionner? Vont-elles &ecirc;tre efficaces? <br /> <br /> 27: Risques physiques<br /> Le recours &agrave; la bicyclette, par exemple, peut entrainer un risque d'accident plus grand que celui d&eacute;coulant de l'usage raisonnable d'une automobile. <br /> <br /> 28: Risques financiers ou &eacute;conomiques <br /> Les nouvelles solutions, telle la mise en place de panneaux solaires, ou l'achat d'un v&eacute;hicule &eacute;lectrique, ne vont-elles pas entra&icirc;ner des d&eacute;penses impr&eacute;vues? <br /> <br /> 29: Risques sociaux<br /> Certains comportements ne vont-ils pas donner &agrave; ceux qui les adoptent des r&eacute;putations bizarres? Par exemple devenir v&eacute;g&eacute;tarien ou conserver un t&eacute;l&eacute;phone portable d&eacute;mod&eacute;. <br /> <br /> 30: Risques psychologiques<br /> Les critiques et moqueries pouvant susciter l'adoption de comportements protecteurs de l'environnement feront reculer certaines personnes, car elles diminueront l'estime de soi et la confiance dans le bien-fond&eacute; de leurs choix qu'elles pouvaient avoir. <br /> <br /> 31: Risques apparaissant &agrave; l'usage<br /> Crainte du fait que le temps et les ressources consacr&eacute;s &agrave; l'adoption de comportements protecteurs puissent se r&eacute;v&eacute;ler &agrave; l'usage disproportionn&eacute;s au regard des r&eacute;sultats obtenus <br /> <strong><br /> Famille 7. En faire le moins possible devrait &ecirc;tre suffisant</strong><br /> <br /> 32: Se satisfaire d'actions symboliques<br /> Ainsi se limiter &agrave; trier les d&eacute;chets domestiques ou utiliser pour les achats des sacs en papier plut&ocirc;t que des sacs plastiques. <br /> <br /> 33: Effets de rebond<br /> On appelle ainsi les comportements plus destructeurs que les pr&eacute;c&eacute;dents, une fois que ceux-ci ont &eacute;t&eacute; adopt&eacute;s. Par exemple utiliser un v&eacute;hicule &eacute;lectrique bien plus souvent que le pr&eacute;c&eacute;dent v&eacute;hicule &agrave; essence. </span></p> <hr /> <p>&nbsp;</p> <p><span><img width="463" height="291" class="external" alt="typhon.jpg" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/159/typhon.jpg" /></span><span><br /> <font color="#000080"><strong><br /> Ce que vous pensez &agrave; propos du r&eacute;chauffement climatique</strong></font></span><span><span><br /> <br /> </span><span>Nous vous proposons de r&eacute;pondre &agrave; ce petit questionnaire. </span></span><span>Le signataire de cet article a fait cet exercice pour son propre compte. Ces r&eacute;ponses n'engagent que lui. Vous pourriez &eacute;videmment en ce qui vous concerne modifier les questions ou vous en poser d'autres. </span></p> <p><span>Successivement&nbsp;: Objet de la conviction &ndash; raison de la conviction - taux de conviction</span></p> <p><span><strong>Le climat terrestre enregistre un r&eacute;chauffement acc&eacute;l&eacute;r&eacute; g&eacute;n&eacute;ralis&eacute; depuis environ &frac12; si&egrave;cle</strong><br /> * preuves pr&eacute;sent&eacute;es par les scientifiques<br /> * 90%. On ne peut jamais &ecirc;tre certain &agrave; 100%<br /> <br /> <strong>Ce r&eacute;chauffement va s'acc&eacute;l&eacute;rer encore dans le prochain demi si&egrave;cle, jusqu'&agrave; un point de non retour (ou tipping point)</strong><br /> * pr&eacute;visions pr&eacute;sent&eacute;es par la majorit&eacute; des scientifiques<br /> * 80%</span></p> <p><strong><span>Je ne le constate pas moi-m&ecirc;me &agrave; ce jour</span></strong><span><br /> * pas de preuves cr&eacute;dibles compte tenu de mes moyens d'observation<br /> * 80%</span></p> <p><span><strong>Le r&eacute;chauffement est pour l'essentiel d'origine humaine</strong><br /> *preuves pr&eacute;sent&eacute;es par les scientifiques<br /> * 90%. On ne peut jamais &ecirc;tre certain &agrave; 100%</span></p> <p><span><strong>Les cons&eacute;quences du r&eacute;chauffement seront pour l'essentiel, si rien n'est fait, catastrophiques tant pour l'humanit&eacute; que pour les esp&egrave;ces vivantes actuelles.</strong><br /> * pr&eacute;visions pr&eacute;sent&eacute;es par les scientifiques<br /> * 90%. On ne peut jamais &ecirc;tre certain &agrave; 100%</span></p> <p><span><strong>Il est pas possible d'arr&ecirc;ter le r&eacute;chauffement sans des mesures radicales et imm&eacute;diates</strong><br /> * pr&eacute;visions pr&eacute;sent&eacute;es par les scientifiques<br /> * 90%. On ne peut jamais &ecirc;tre certain &agrave; 100%</span></p> <p><span><strong>Il est possible de ralentir le r&eacute;chauffement par des mesures imm&eacute;diates</strong><br /> * pr&eacute;visions pr&eacute;sent&eacute;es par les scientifiques<br /> * 90%. On ne peut jamais &ecirc;tre certain &agrave; 100%</span></p> <p><span><strong>Il devrait s'agir de mesures prises &agrave; un niveau mondial et effectivement appliqu&eacute;es</strong><br /> * pr&eacute;visions pr&eacute;sent&eacute;es par les scientifiques<br /> * 90%. On ne peut jamais &ecirc;tre certain &agrave; 100%</span></p> <p><span><strong>Je peux appliquer certaines mesures &agrave; ma port&eacute;e, mais elles n'auront qu'un effet insignifiant </strong><br /> * observations des sociologues<br /> * 80%</span></p> <p><span><strong>Je le ferai cependant, mais seulement si ces mesures ne s'opposent pas trop imm&eacute;diatement &agrave; mes int&eacute;r&ecirc;ts</strong><br /> * Observations personnelles<br /> * 80%<br /> </span></p> <p>&nbsp;</p> </div> </div> Fri, 17 Jul 2015 23:00:00 GMT