Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/ Europe Solidaire Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/logo.gifEurope Solidairehttp://www.europesolidaire.eu/ Thu, 17 Apr 2014 23:51:12 GMT Non, Bernard Guetta, ne nous traitez plus d'«&#160;Occidentaux&#160;» http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1300 1300 <br /><p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> <font size="2" face="Arial">Il s'agit des propos syst&eacute;matiquement pro-am&eacute;ricains et anti-russes dont, pratiquement un jour sur deux, il sature sa chronique. Les &eacute;v&egrave;nements d'Ukraine ont donn&eacute; une nouvelle force &agrave; ce qui &eacute;tait sans doute chez lui un trait cong&eacute;nital, la phobie &agrave; l'&eacute;gard de tout ce qui est russe. Il refuse syst&eacute;matiquement de voir ce qui fait la complexit&eacute; de la crise ukrainienne: proximit&eacute; de ce pays avec la Russie &ndash; histoire et int&eacute;r&ecirc;ts partag&eacute;s &ndash; agitation forcen&eacute;e d'une partie des Etats nouveaux-europ&eacute;ens voisins pour se faire reconna&icirc;tre comme des d&eacute;fenseurs de la d&eacute;mocratie face &agrave; une Russie qui au contraire, s'&eacute;tait jusqu'&agrave; pr&eacute;sent caract&eacute;ris&eacute;e par sa mod&eacute;ration, int&eacute;r&ecirc;t &agrave; terme d'une alliance euro-russe, voire euro-BRICS que cette crise pourrait d&eacute;courager. </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Dans le m&ecirc;me temps, Bernard Guetta manie jusqu'&agrave; l'irr&eacute;alisme l'argument selon lequel Obama et avec lui l'Am&eacute;rique sont les meilleurs garants de la paix dans le monde, de la s&eacute;curit&eacute; en Europe et finalement de la coh&eacute;sion d'une Union europ&eacute;enne rang&eacute;e par lui en permanence dans le camp de ce qu'il appelle &agrave; sati&eacute;t&eacute; l'Occident. Bernard Guetta n'est &eacute;videmment pas le seul &agrave; nous qualifier, nous ses auditeurs, d'Occidentaux. Le terme est ancien. Il a &eacute;t&eacute; forg&eacute; depuis des d&eacute;cennies par tous les int&eacute;r&ecirc;ts politiques et &eacute;conomiques soumis &agrave; l'Am&eacute;rique dans ce qu'elle a plus de d&eacute;testable, super-pouvoir de l'armement et du dollar, allumant des guerres meurtri&egrave;res dans toutes les parties du monde o&ugrave; elle veut faire triompher ses int&eacute;r&ecirc;ts. Il sera &eacute;videmment employ&eacute; pour nous faire admettre la future Union Douani&egrave;re transatlantique qui signera la fin de ce qui restait de sp&eacute;cificit&eacute;s europ&eacute;ennes.</font></p> <font size="2" face="Arial"> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Se dire occidental, pr&eacute;tendre faire partie de l'Occident, comme nos m&eacute;dias tentent sans rel&acirc;che de nous en convaincre, avait sans doute un sens quand l'URSS paraissait menacer l'Europe. Ce n'est plus le cas. Si c'&eacute;tait encore le cas, de toutes fa&ccedil;ons, il appartiendrait aux Europ&eacute;ens de se d&eacute;fendre seuls. Ils en ont ou pourraient en avoir les moyens. La soumission &agrave; l'Am&eacute;rique que signifie le terme d'occidentaux emp&ecirc;che l'Europe de devenir la puissance ind&eacute;pendante et souveraine qu'elle pourrait &ecirc;tre. Elle transforme chaque gouvernement europ&eacute;en, chaque citoyen europ&eacute;en, en &laquo;&nbsp;toutou&nbsp;&raquo; de Washington, selon l'expression trop vite oubli&eacute;e. <br /> </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Francis Huster, par ailleurs com&eacute;dien appr&eacute;ci&eacute;, en a donn&eacute; une &eacute;tonnante d&eacute;monstration sur la 2e chaine au 20h du 14 avril. Il est entr&eacute; dans une sorte de transe, en accusant Obama d'oublier tous ses devoirs &agrave; l'&eacute;gard de l'Europe. Obama selon lui se montre trop faible vis &agrave; vis de Moscou, au lieu de se comporter en chef de la super-puissance mondiale qu'il est indiscutablement. Ce ne seraient pas des Francis Huster, ou, &agrave; un tout autre niveau de qualit&eacute;, un Bernard Guetta, qui r&eacute;cuseraient d'&ecirc;tre embrigad&eacute;s dans les rangs des Occidentaux, pr&eacute;sent&eacute;s comme des paladins du monde moderne.</font></p> <font size="2" face="Arial"> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">C'est en tous cas le n&ocirc;tre. Ayez la d&eacute;cence, monsieur Guetta, de ne plus nous traiter d'Occidentaux. </font></p> </font></font> Sun, 13 Apr 2014 23:00:00 GMT Faut-il comparer Vladimir Poutine à Hitler&#160;? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1290 1290 <br /><br /> En France le 1er avril, la 2e chaine de la t&eacute;l&eacute;vision publique, a consacr&eacute; une excellente &eacute;mission &agrave; Adolf Hitler. Celle-ci a montr&eacute;, s'il en &eacute;tait besoin, la mauvaise fois d'une accusation comparant Poutine &agrave; Hitler. Rien ne rapproche les deux hommes, non plus que la Russie d'aujourd'hui &agrave; l'Allemagne d'hier. <br /> <br /> Bien que les situations ne soient pas vraiment comparables, c'est l'Ukraine actuelle qu'il faudrait comparer &agrave; l'Allemagne pr&eacute;-nazie, et ce sera vraisemblablement le futur pr&eacute;sident ukrainien qu'il faudra comparer &agrave; Hitler. Tout laisse augurer que, sous la pression de plus en plus forte des milieux n&eacute;o-nazis en Ukraine et dans les pays voisins, avec aussi l'aide massive de l'Am&eacute;rique et de certains pays de l'Union europ&eacute;enne, ce pr&eacute;sident sera tent&eacute; de mener des actions pouvant d&eacute;clencher une guerre de grande ampleur avec la Russie. <p style="margin-bottom: 0cm">Beaucoup d'informations laissent entendre que le futur gouvernement ukrainien aurait l'intention, d&egrave;s qu'il sera au pouvoir, de renforcer militairement l'arm&eacute;e ukrainienne et de la lancer contre les forces russes pr&eacute;sentes &agrave; la fronti&egrave;re. Cela n'aurait rien d'original puisque c'est &agrave; peu pr&egrave;s ce qu'avait tent&eacute;, avec l'appui am&eacute;ricain, l'ancien pr&eacute;sident de la G&eacute;orgie. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Bien &eacute;videmment les Ukrainiens ne tiendraient pas longtemps face &agrave; l'in&eacute;vitable riposte de la Russie. Mais les inspirateurs de cette politique suicidaire compteraient sur l'engagement en retour des forces de l'Otan, avec l'appui am&eacute;ricain, pour que se d&eacute;clenche un v&eacute;ritable conflit d'ampleur international. C'&eacute;tait la carte qu'avait jou&eacute;e, et finalement perdue, malgr&eacute; Munich, Hitler en attaquant la Tch&eacute;coslovaquie. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Il se trouve qu'aujourd'hui, Poutine n'est plus seul face &agrave; l'Otan et l'Am&eacute;rique. Le bloc d&eacute;sormais tr&egrave;s puissant des pays du BRICS interviendrait certainement pour calmer les ardeurs &laquo;&nbsp;occidentales&nbsp;&raquo;. Ils l'ont montr&eacute; en s'abstenant &agrave; l'ONU dans la question de la pr&eacute;tendue annexion de la Crim&eacute;e par la Russie. Ils le feraient aussi certainement face &agrave; des risques de guerre qui, loin de rester limit&eacute;s &agrave; l'eurasie, ne manqueraient pas de les impliquer t&ocirc;t ou tard. Il n'est pas exclu qu'&agrave; son tour, Angela Merkel les rejoigne.</p> <p style="margin-bottom: 0cm">Malheureusement, dans la perspective d'une telle situation pr&eacute;-conflictuelle voire conflictuelle, il est clair que la France a d&eacute;j&agrave; choisi son camp. Faut-il ici pr&eacute;ciser lequel? </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><strong>Note.</strong> <br /> On lira ci-dessous, sur ces sujets, un article tr&egrave;s pertinent de l'observateur am&eacute;ricain Stephen Cohen paru r&eacute;cemment dans Newsweek: &laquo;&nbsp;The American Who Dared Make Putin&rsquo;s Case&nbsp;&raquo; <a href="http://www.newsweek.com/american-who-dared-make-putins-case-231388">http://www.newsweek.com/american-who-dared-make-putins-case-231388</a><br /> La traduction en fran&ccedil;ais en a &eacute;t&eacute; faite par Les-Crises.fr &laquo;&nbsp;L'am&eacute;ricain qui a os&eacute; plaid&eacute; la cause de Poutine&nbsp;&raquo;<br /> http://www.les-crises.fr/americain-ose-plaider-poutine/ </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Tue, 01 Apr 2014 23:00:00 GMT Adieux au PS http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1275 1275 <br /><br /> Chers camarades,<br /> <br /> un mail d'au revoir collectif - mais pas d'adieu au plan individuel - <br /> pour tourner la page, apr&egrave;s 12 ans au Parti socialiste. J'avais adh&eacute;r&eacute;, <br /> comme beaucoup d'autres, apr&egrave;s ce funeste 21 avril 2002 o&ugrave; l'extr&ecirc;me <br /> droite arrivait au second tour de l'&eacute;lection pr&eacute;sidentielle.<br /> <br /> J'ai rencontr&eacute; de nombreux militants, et des &eacute;lus, dont un certain <br /> nombre passionn&eacute;s voire passionnants, connu des d&eacute;bats, des engueulades <br /> (ah, le trait&eacute; constitutionnel europ&eacute;en...), des hauts et des bas.<br /> <br /> En 2012, apr&egrave;s un quinquennat m&ecirc;lant de fa&ccedil;on in&eacute;dite brutalit&eacute;, cynisme <br /> et affairisme, j'ai cru que la gauche arrivait au pouvoir.<br /> <br /> Comme me l'a dit un jour une camarade qui se reconna&icirc;tra, &quot;la politique, <br /> c'est avaler un bol de crapauds et de couleuvres tous les matins&quot;. Mais <br /> un jour vient un haut le c&oelig;ur de trop.<br /> <br /> Un ministre de l'Int&eacute;rieur qui tient des propos inqualifiables sur les Roms,<br /> <a href="http://www.liberation.fr/societe/2013/09/24/pour-valls-seule-une-minorite-de-roms-veulent-s-integrer-en-france_934265">http://www.liberation.fr/societe/2013/09/24/pour-valls-seule-une-minorite-de-roms-veulent-s-integrer-en-france_934265</a><br /> <br /> un pr&eacute;sident et un gouvernement qui enterrent promesse apr&egrave;s promesse <br /> (en mati&egrave;re d'&eacute;cologie notamment c'est path&eacute;tique)<br /> <a href="http://www.reporterre.net/spip.php?article4933">http://www.reporterre.net/spip.php?article4933</a><br /> <br /> un pouvoir qui semble penser parfois au soci&eacute;tal (le mariage pour tous, <br /> c'&eacute;tait bien et ce n'est &eacute;videmment pas la droite qui l'aurait fait) <br /> faute d'agir dans le social et l'&eacute;conomique,<br /> <br /> des d&eacute;cisions inou&iuml;es (qui a ent&eacute;rin&eacute; la sortie des Bermudes et de <br /> Jersey de la liste des paradis fiscaux?<br /> <a href="http://lexpansion.lexpress.fr/economie/jersey-et-les-bermudes-ne-sont-plus-des-paradis-fiscaux-info-ou-intox_424628.html">http://lexpansion.lexpress.fr/economie/jersey-et-les-bermudes-ne-sont-plus-des-paradis-fiscaux-info-ou-intox_424628.html</a><br /> <br /> C'est une blague?)... La liste serait si longue.<br /> <br /> L'an dernier, j'ai &eacute;t&eacute; scandalis&eacute; par la mollesse extr&ecirc;me des r&eacute;actions <br /> fran&ccedil;aises aux r&eacute;v&eacute;lations d'Edward Snowden<br /> <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9v%C3%A9lations_d%27Edward_Snowden">http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9v%C3%A9lations_d%27Edward_Snowden</a><br /> <br /> sur l'espionnage total men&eacute; par la NSA sur Internet et les t&eacute;l&eacute;coms, <br /> puis en juillet par le refus de survol de l'avion du pr&eacute;sident bolivien <br /> de peur que Snowden ne s'y trouve, suivi du refus d'asile au m&ecirc;me <br /> lanceur d'alerte d&eacute;cr&eacute;t&eacute; par Manuel Valls.<br /> <a href="http://www.maitre-eolas.fr/post/2013/07/05/Non,-la-France-na-pas-refuse-lasile-a-Eward-Snowden">http://www.maitre-eolas.fr/post/2013/07/05/Non,-la-France-na-pas-refuse-lasile-a-Eward-Snowden</a><br /> <br /> R&eacute;cemment il y a eu la Loi de programmation militaire, encore un texte <br /> incroyable dont le quart sous Sarkozy aurait d&eacute;cha&icirc;n&eacute; les foules &agrave; gauche,<br /> <a href="http://www.zdnet.fr/actualites/pourquoi-la-loi-de-programmation-militaire-2014-2019-est-dangereuse-39796152.htm">http://www.zdnet.fr/actualites/pourquoi-la-loi-de-programmation-militaire-2014-2019-est-dangereuse-39796152.htm</a><br /> <br /> et ce commentaire &agrave; souligner de Beno&icirc;t Thieulin, pr&eacute;sident du Conseil <br /> national du num&eacute;rique, sur notre situation l&eacute;gislative:<br /> &quot;L&rsquo;attirail pour basculer dans une soci&eacute;t&eacute; de surveillance totale est <br /> potentiellement l&agrave;.&quot;<br /> <br /> <a href="http://www.cnnumerique.fr/itv-de-benoit-thieulin-dans-mediapart-nous-pouvons-basculer-dans-une-societe-de-surveillance-totale/">http://www.cnnumerique.fr/itv-de-benoit-thieulin-dans-mediapart-nous-pouvons-basculer-dans-une-societe-de-surveillance-totale/</a><br /> <br /> Mais j'avoue qu'au spectacle de deux manifestations deux dimanches de <br /> suite de l'extr&ecirc;me droite et des antis&eacute;mites, homophobes et autres <br /> r&eacute;acs, suivies imm&eacute;diatement par un enterrement honteux du projet de loi <br /> famille, dans lequel ne figurait en plus rien de ce que fantasmaient les <br /> hordes haineuses qu'on a vu d&eacute;filer, abandon laissant sur le bas-c&ocirc;t&eacute; les centaines de milliers de familles <br /> recompos&eacute;es, de parents et d'enfants adopt&eacute;s qui attendent que la loi <br /> corresponde &agrave; leur r&eacute;alit&eacute; et que leur quotidien&nbsp; soit facilit&eacute;,<br /> <br /> l&agrave; la naus&eacute;e a &eacute;t&eacute; la plus forte.<br /> <br /> (et dans la foul&eacute;e, on apprend que les minist&egrave;res effacent le mot <br /> &quot;genre&quot; des textes pour ne pas d&eacute;cha&icirc;ner les m&ecirc;mes<br /> <a href="http://www.mediapart.fr/journal/france/060214/circulaires-manuels-livres-les-ministeres-censurent-le-mot-genre">http://www.mediapart.fr/journal/france/060214/circulaires-manuels-livres-les-ministeres-censurent-le-mot-genre</a> <br /> )<br /> <br /> Je jette l'&eacute;ponge. Chers camarades, au long de ces 12 ans, j'ai eu <br /> beaucoup de plaisir &agrave; &eacute;changer avec vous, certains et certaines sont <br /> devenus des copains voire des amis, nous avons bataill&eacute;, parfois avec <br /> succ&egrave;s [...]<br /> <br /> et nous aurons s&ucirc;rement des occasions de nous retrouver ici et l&agrave;: le <br /> monde est si petit et nos passions citoyennes si grandes.<br /> <br /> Mais continuer &agrave; adh&eacute;rer, avec tout ce que ce mot implique, au parti qui <br /> a cette pratique du pouvoir, l&agrave; je ne peux plus. Game over. La vie <br /> continue - ailleurs!<br /> <br /> Amiti&eacute;s Sun, 09 Mar 2014 23:00:00 GMT Le système politique français http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1271 1271 <br /><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><em>Ce texte servira aussi d'&eacute;dito &agrave; notre revue Automates Intelligents</em></font> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Nous pourrions prendre pr&eacute;texte du fait que notre regard porte principalement sur l'&eacute;volution des sciences pour &eacute;viter ce sujet. D'autres priorit&eacute;s pourraient int&eacute;resser nos lecteurs, par exemple le jugement que nous pouvons porter sur la soci&eacute;t&eacute; num&eacute;rique, &agrave; la lecture du livre fort int&eacute;ressant, mais parfois discutable de Jean-Fran&ccedil;ois Fogel et Bruno Patino, <em>&laquo;&nbsp;La condition num&eacute;rique&nbsp;&raquo;</em> Grasset. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">A la r&eacute;flexion, nous ne le ferons pas. Nous commenterons ce livre dans une autre rubrique. Dans l'imm&eacute;diat, mentionner ces &laquo;&nbsp;affaires&nbsp;&raquo; venues &agrave; l'actualit&eacute; en France et qui jettent une ombre sinistre sur le fonctionnement de nos institutions rel&egrave;ve &eacute;minemment de la science politique. En ce sens, le th&egrave;me devrait int&eacute;resser les citoyens du monde entier, et pas seulement les citoyens fran&ccedil;ais. Beaucoup de pays souffrent de maux analogues, sinon pires. L'exemple, bon ou mauvais, donn&eacute; par la France ne peut pas ne pas faire l'objet de r&eacute;flexions s'inspirant d'approches aussi peu pol&eacute;miques que possible et aussi pr&egrave;s que possible de travaux universitaires. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Nous ne tenterons &eacute;videmment pas d'amorcer de telles &eacute;tudes aujourd'hui, dans le cadre d'un simple &eacute;ditorial. Il y aurait pourtant mati&egrave;re &agrave; interrogations, de type syst&eacute;mique. Comment une nation qui pr&eacute;tend souvent servir de mod&egrave;le au monde a-t-elle pu tol&eacute;rer pendant plusieurs ann&eacute;es un syst&egrave;me politique dont l'on constate aujourd'hui les dysfonctionnements? </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Outre l'ex-pr&eacute;sident de la R&eacute;publique, deux anciens ministres de l'Int&eacute;rieur ( nous disons bien de l'Int&eacute;rieur et non charg&eacute;s de responsabilit&eacute;s plus anodines) sont plac&eacute;s sur &eacute;coutes t&eacute;l&eacute;phoniques par les juges d'instruction. L'un des plus hauts magistrats fran&ccedil;ais est suspect&eacute; d'avoir renseign&eacute; discr&egrave;tement l'ex-pr&eacute;sident sur l'avancement d'une affaire int&eacute;ressant directement celui-ci en &eacute;change d'une nomination au soleil de Monaco. La Cour de cassation, la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire, est accus&eacute;e d'&ecirc;tre sous influence, ses principaux membres susceptibles d'&ecirc;tre interrog&eacute;s par les policiers. <br /> <br /> </font><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099">D'autres affaires</font></strong><br /> <br /> </font><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">D'autres affaires impliquant le plus haut sommet de l'Etat ont &eacute;t&eacute; r&eacute;v&eacute;l&eacute;es ces jours-ci. Un scandale concernant un personnage ayant pendant des mois conseill&eacute;, tant sur des dossiers nationaux qu'internationaux, le pr&eacute;sident de la R&eacute;publique... de forts soup&ccedil;ons pesant par ailleurs sur l'actuel chef du principal parti d'opposition...ceci sans mentionner d'autres affaires qui pourraient ressortir, fort compromettantes pour l'ancien chef de l'Etat et son entourage. Il est assez terrifiant de penser que, sans changement de majorit&eacute;, sans la volont&eacute; de l'actuel pr&eacute;sident de la R&eacute;publique de ne pas exercer de pressions sur l'ordre judiciaire, toutes ces affaires seraient demeur&eacute;es enfouis, hors de la connaissance de l'immense majorit&eacute;&nbsp;des &eacute;lecteurs. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Pour &ecirc;tre honn&ecirc;te, il faut faire valoir que l'actuel parti au pouvoir a longtemps fait silence sur des malfa&ccedil;ons int&eacute;ressant tant les &eacute;chelons r&eacute;gionaux que le gouvernement (avec le scandale Cahuzac). Mais ces abus pr&eacute;sum&eacute;s ont &eacute;t&eacute; mis au jour et sont actuellement instruits par les juges. Ceci ne se serait sans doute pas pass&eacute; du temps o&ugrave; le judiciaire &eacute;tait soumis &agrave; des pressions gouvernementales, du temps aussi o&ugrave; le pouvoir d'alors envisageait froidement de supprimer les juges d'instructions. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">On fera valoir aussi qu'aujourd'hui, avec la prolif&eacute;ration des moyens d'observation et de diffusion, tout se sait, ce qui n'&eacute;tait pas le cas il y seulement quelques ann&eacute;es. Mais si pr&eacute;cis&eacute;ment aujourd'hui tout se sait, comment se fait-il que l'actuelle majorit&eacute;, et que l'actuel gouvernement, ne soient pas soumis &agrave; un flux incessant de r&eacute;v&eacute;lations. Peut-&ecirc;tre est-ce du cependant au fait que, &agrave; la suite du changement de majorit&eacute;, les institutions sont mieux respect&eacute;es par les pouvoirs actuels que par leurs pr&eacute;d&eacute;cesseurs. La d&eacute;mocratie suppose des valeurs &eacute;galement partag&eacute;es par les citoyens et par les responsables. Comment y arriver? Il s'agit d'un sujet de science politique toujours int&eacute;ressant &agrave; discuter. </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Il faudra le faire. Mais cela ne devra pas dire non plus refuser d'ouvrir les yeux sur des menaces beaucoup plus profondes et difficiles &agrave; combattre que par des lois et par des juges. Il s'agit de l'immense pouvoir pris dans le monde entier par l'internationale des int&eacute;r&ecirc;ts financiers et de leurs complicit&eacute;s au sein des milieux politiques et des m&eacute;dias, ce que l'on nomme pour faire simple les lobbies politico-financiers et m&eacute;diatiques. Or l&agrave;, en France comme ailleurs, la d&eacute;mocratie para&icirc;t plus en recul qu'en progr&egrave;s. </font></p> <p><font face="Times New Roman">&nbsp;</font></p> Fri, 07 Mar 2014 23:00:00 GMT Robolution, 1er fonds d'investissement européen réservé à la robotique http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1269 1269 <br /><p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099" /></strong></font></strong></font></p> <p align="justify"><font size="2" face="Arial">Dot&eacute; de 80 millions d'euros, Robollution Capital est financ&eacute; &agrave; parts &eacute;gales par le secteur public et le secteur priv&eacute;. C&ocirc;t&eacute; public, les sommes sont apport&eacute;es par BPI France et par l'Europe, via l'European Investisment Fund. C&ocirc;t&eacute; priv&eacute;, le fonds est pilot&eacute; par Orkos Capital, associant AG2E, la Mondiale, Orangne, EDF, Thales et des actionnaires individuels, dont Marci Simoncini, le fondateur de Meetic. </font></p> <p> </p> <p align="justify"><font size="2" face="Arial">Ce fonds a &eacute;t&eacute; initi&eacute; en janvier 2012 par Bruno Bonnel (fondateur de la soci&eacute;t&eacute; Robopolis, ex PDG d'Infogram) et Orkos Capital, suite au lancement de &quot;<a href="http://www.redressement-productif.gouv.fr/files/France_Robots_Initiatives.pdf"><font color="#339999">France Robots Initiatives</font></a>&quot;, plan national pour la robotique.</font><font face="Arial"> Selon ce plan, la France se fixe pour objectif : <br /> - de compter parmi les cinq nations leader de la robotique dans le monde d&rsquo;ici &agrave; l&rsquo;horizon 2020 particuli&egrave;rement en mati&egrave;re de robotique de service &agrave; usage personnel et professionnel, <br /> - de d&eacute;velopper une offre fran&ccedil;aise mondiale en mati&egrave;re de robotique et de machines intelligentes <br /> - d&rsquo;accro&icirc;tre ses parts dans un march&eacute; en forte croissance dans les ann&eacute;es &agrave; venir.</font></p> <p> </p> <p align="justify"><font size="2" face="Arial">Estim&eacute; &agrave; 17 milliards d'euros en 2013, le march&eacute; mondial de la robotique de services s'affiche en forte croissance et devrait atteindre 100 milliards d'euros en 2018,</font><font face="Arial"> selon les pr&eacute;visions de l'Institut fran&ccedil;ais de robotique.</font></p> <p> </p> <p align="justify"><font size="2" face="Arial">Robolution Capital compte investir dans la plupart des branches de la robotique telles que robots de compagnie, robots de surveillance, drones ou v&eacute;hicules sans chauffeurs, robots chirurgicaux. Il vise &agrave; soutenir des entreprises produisant d&eacute;j&agrave; des robots, mais aussi des concepteurs de capteurs ou de logiciels, avec des tickets de 300 000 &agrave; 5 millions d'euros par soci&eacute;t&eacute;. Ce fonds couvrira plusieurs phases de maturit&eacute;, de l'amor&ccedil;age au capitial d&eacute;veloppement. Selon Bruno Bonnell, 450 soci&eacute;t&eacute;s europ&eacute;ennes sont d&eacute;j&agrave; &eacute;ligibles, et il y en a 20 que nous suivons de tr&egrave;s pr&egrave;s&quot;. Les premiers investissements devraient &ecirc;tre annonc&eacute;s avant l'&eacute;t&eacute;.</font></p> <p> </p> <p align="justify"><font face="Arial">Dommage pour nous, si ce fonds &eacute;tait arriv&eacute; plus t&ocirc;t, le Robot Nao, l'un de nos fleurons fran&ccedil;ais con&ccedil;u par la soci&eacute;t&eacute; &eacute; <font size="2"><a href="http://www.aldebaran-robotics.com/fr/"><font color="#339999">Aldebaran Robotcis</font></a></font> ferait peut-&ecirc;tre toujours partie de notre giron (ou tout du moins du giron europ&eacute;en?)?. <font size="2">Faute d'argent frais disponible, l'entreprise du Fran&ccedil;ais Bruno Mailsonnier est pass&eacute;e en mars 2012 sous la coupe de la holding internet japonaise Softbank, qui a rachet&eacute; 80% du capital pour 76 millions d'euros, [rachetant en particulier les participations des premiers investisseurs ayant pari&eacute; sur le sp&eacute;cialiste de la robotique : Intel Capital (le fonds corporate du fondeur avait investi 9 millions d&rsquo;euros en juin 2011), CDC Innovation, iSource and Cr&eacute;dit Agricole Private Equity.)].</font></font></p> <p align="justify"><font face="Arial"><font size="2">Nous estimons qu'avoir laiss&eacute; &quot;partir&quot; le Robot Nao, extr&ecirc;mement connu et populaire, symbole d'une volont&eacute; et d'une capacit&eacute; fran&ccedil;aise dans un domaine que l'opinion publique croit r&eacute;serv&eacute; aux &eacute;trangers, a &eacute;t&eacute; une faute tr&egrave;s grave du gouvernement. Que l'on ne dise pas qu'il ne pouvait rien faire. <br /> </font></font></p> Wed, 05 Mar 2014 23:00:00 GMT Les Jeux Olympiques 2064 http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1249 1249 <br /><div class="node-inner" id="bloggPostInner"> <div style="float:right;height:21px;margin-top:-35px;width:150px"> </div> <div class="content"> <p><span>Evidemment ces futurs Jeux Olympiques ressembleront plus aux actuels Jeux Para Olympique, o&ugrave; s'affrontent d&eacute;j&agrave; des personnes handicap&eacute;es dot&eacute;es d'&nbsp;&laquo;&nbsp;augmentations&nbsp;&raquo; leur permettant parfois d'atteindre des performances sup&eacute;rieures &agrave; celles des athl&egrave;tes non &eacute;quip&eacute;s. Les technologies de l'homme artificiel se seront tellement d&eacute;velopp&eacute;es &agrave; cette &eacute;poque que l'humain livr&eacute; aux seules ressources de son corps et de son mental non transform&eacute;s n'aurait aucune chance de s'imposer. Pourtant le facteur humain conservera son importance. Sinon pourquoi ne pas se limiter &agrave; des Olympiades r&eacute;serv&eacute;es &agrave; des robots. Ce seront en fait des individus ou des groupes associant &eacute;troitement des humains et des techniques qui s'affronteront. La technique &agrave; elle seule ne suffira pas &agrave; faire un champion. Le biologique et l'anthropologique auront encore un r&ocirc;le &agrave; jouer. On retrouve l&agrave; le concept que nous utilisons sur ce site, celui de complexe anthropotechnique. </span></p> <p><span>Faut-il s'en inqui&eacute;ter? Nous ne le ferons certainement pas pour ce qui nous concerne. Vouloir en rester &agrave; l'homme tel qu'il &eacute;tait dans les si&egrave;cles pass&eacute;s serait d'une&nbsp; part non souhaitable et d'autre part impossible. L'&eacute;volution anthropotechnique, nous l'avons souvent dit, ne se contr&ocirc;le pas, tant du moins qu'elle ne conduit pas &agrave; des exc&egrave;s que les soci&eacute;t&eacute;s dans leur unanimit&eacute; refuseraient. Ses b&eacute;n&eacute;fices sont indiscutables. La plupart des futurologues pr&eacute;voient, sans grand risque de se tromper, que les &laquo;&nbsp;enhancements&nbsp;&raquo; &eacute;voqu&eacute;s dans l'article de l'Equipe seront r&eacute;alis&eacute;s dans 50 ans, sinon avant. Nous sommes ici de ceux qui pensent qu'&agrave; cette &eacute;poque, on trouvera &agrave; l'oeuvre dans un grand nombre de t&acirc;ches de v&eacute;ritables robots mimant les cr&eacute;atures biologiques. Bien plus, ils se seront dot&eacute;s de &laquo;&nbsp;cerveaux artificiels&nbsp;&raquo;&nbsp; offrant des capacit&eacute;s cognitives bien sup&eacute;rieures &agrave; celles des robots actuels. Les personnes associ&eacute;es &agrave; eux en b&eacute;n&eacute;ficieront in&eacute;vitablement. </span></p> <p><span>La vraie question, que nous &eacute;voquions dans le premier paragraphe, sera celle du co&ucirc;t de ces techniques et de leur r&eacute;partition sociale. Aujourd'hui tout laisse penser que les 80 &agrave; 100 milliards d'humains de la fin du 21e si&egrave;cle ne pourront pas en b&eacute;n&eacute;ficier. Certains diront qu'il ne faut pas &ecirc;tre pessimiste. Qui il y a 10 ans aurait pari&eacute; que dans les pays dits pauvres les t&eacute;l&eacute;phones portables et l'acc&egrave;s &agrave; l'Internet auraient pris aujourd'hui une telle extension? Cependant, dans un monde o&ugrave; les ressources de base (par exemple les &laquo;&nbsp;terres&nbsp;rares&nbsp;&raquo; encore indispensables &agrave; certains composants) feront n&eacute;cessairement l'objet d'une demande en forte hausse, voire d'un accaparement, le r&ecirc;ve g&eacute;n&eacute;reux de voir chaque humain acc&eacute;der au statut de post-humain, para&icirc;t bien irr&eacute;aliste. La plupart conserveront un statut d'humain, pouvant les conduire si rien n'est fait &agrave; celui de sous-humain. </span></p> <p><span>La demande sociale aura son r&ocirc;le &agrave; jouer pour &eacute;vier que l'artificialisation ne profite qu'aux syst&egrave;mes d'armes ou &agrave; une &eacute;troite classe de poss&eacute;dants. L'int&eacute;r&ecirc;t de Jeux Olympiques tels que ceux d&eacute;crits dans l'article de l'Equipe sera, peut-on esp&eacute;rer, de donner &agrave; tous le d&eacute;sir d'acqu&eacute;rir de telles proth&egrave;ses &ndash; comme il y a un si&egrave;cle celui d'acqu&eacute;rir une automobile. La soci&eacute;t&eacute; technologique et industrielle de la fin du 21e si&egrave;cle serait ainsi fortement incit&eacute;e &agrave; les produire &agrave; des prix acceptables, comme elle le fut au d&eacute;but du 20e si&egrave;cle en ce qui concernait la voiture ou le t&eacute;l&eacute;phone. </span></p> <p><span>On ne voit pas &agrave; premi&egrave;re vue quel &eacute;tait le message profond que voulaient transmettre les auteurs de l'article de l'Equipe, en dehors de la simple information. Voulaient- ils g&eacute;n&eacute;rer l'enthousiasme ou bien l'horreur. Pour ce qui nous concerne, l'article a suscit&eacute; un int&eacute;r&ecirc;t certain. Nous ne pouvons donc qu'inciter nos lecteurs &agrave; s'y r&eacute;f&eacute;rer sans a priori, en suivant le lien suivant:<br /> <a target="_blank" class="external" href="http://www.lequipe.fr/explore/athlete-2064/">http://www.lequipe.fr/explore/athlete-2064/<br /> </a><br /> <strong>Note</strong><br /> L'Equipe (Equipe-Explore) a remerci&eacute; les personnalit&eacute;s suivantes qui l'ont conseill&eacute;e dans la r&eacute;daction de l'article.<br /> <br /> <em><span>Remerciements</span></em></span></p> <p><em><span>Au Professeur Michel Audran, sp&eacute;cialiste du dopage sanguin et directeur du Laboratoire de Biophysique &amp; Bio analyses de la Facult&eacute; de Pharmacie de Montpellier, pour sa relecture attentive des &eacute;l&eacute;ments scientifiques du dossier et son extr&egrave;me disponibilit&eacute;.Au Professeur Bengt Kayser, bio-&eacute;thicien, de l'Institut des sciences du sport dela Facult&eacute; de biologie et de m&eacute;decine de Lausanne, pour sa disponibilit&eacute;.Au Professeur Alex Meuron, bio-&eacute;thicien, de Institut Ethique Histoire Humanit&eacute;s du Centre M&eacute;dical Universitaire de Gen&egrave;ve, pour sa disponibilit&eacute;. Alain Didier et Christophe Simonnot (responsable des ventes orthobionic et chef de march&eacute; orthobionic et socket Technology chez Ottobock) et Christophe Lecomte (ing&eacute;nieur m&eacute;canique en Recherche et d&eacute;veloppement, responsable technique proth&egrave;se du pied chez Ossur), Docteur Marion Bertrand-Marchand (chirurgien orthop&eacute;dique et traumatologique, sp&eacute;cialis&eacute;e dans l&rsquo;osth&eacute;oint&eacute;gration, &agrave; la Polyclinique Saint Roch &agrave; Montpellier), Pascal Pommier directeur du cabinet orthop&eacute;dique Pommier &agrave; Villebon-sur-Yvette (Essonne). &Agrave; Marseille, l&rsquo;Institut des Sciences du Mouvement E-J Marey (Aix-Marseille Universit&eacute; et CNRS) et plus particuli&egrave;rement Eric Berton, Doyen de la Facult&eacute; des Sciences du Sport et directeur de l'ISM, Gilles Montagne (Directeur Adjoint de l'ISM), Lionel Bringoux et Christophe Bourdin (membres de l&rsquo;ISM) ainsi que Pierre Mallet, responsable technique du Centre de R&eacute;alit&eacute; Virtuelle de M&eacute;diterran&eacute;e (CRVM).<br /> </span></em></p> <p>&nbsp;</p> <p><span><strong><span><br /> </span></strong></span></p> </div> </div> Sun, 02 Feb 2014 23:00:00 GMT Début de panique parmi les «&#160;cinq Faiblards&#160;» http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1246 1246 <br /><br /> Beaucoup en Europe avaient propos&eacute; (dont nous-m&ecirc;mes) que l'Union europ&eacute;enne se joigne &agrave; ce mouvement, en &eacute;tablissant des coop&eacute;rations strat&eacute;giques avec ces pays, sous le label d'euroBRIC. Les BRIC semblaient si bien r&eacute;ussir qu'ils avaient convenu d'&eacute;tablir entre eux une banque susceptible de concurrencer les grandes banques occidentales et peut-&ecirc;tre m&ecirc;me de lancer une monnaie commune capable de tenir t&ecirc;te au dollar et &agrave; l'euro. <p style="margin-bottom: 0cm">Depuis, la crise a frapp&eacute;. Aujourd'hui, des 5 BRIC, seule la Chine semble s'en sortir &agrave; peu pr&egrave;s, non sans difficult&eacute;s. La Russie para&icirc;t avoir manqu&eacute; la relance esp&eacute;r&eacute;e, ayant du mal &agrave; se d&eacute;gager de ses anciennes pesanteurs (voir notre article &laquo;&nbsp;O&ugrave; va la Russie&nbsp;&raquo; http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1242&amp;r_id= ). Quant aux autres BRIC, c'est sinon la d&eacute;bandade, du moins des probl&egrave;mes de plus en plus graves, fort mal ressentis par les investisseurs internationaux. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Les BRIC peuvent se consoler, car ils ne sont plus les seuls &agrave; souffrir de vents d&eacute;favorables. A Wall Street vient d'&ecirc;tre mis en circulation le terme de Fragile Five, les 5 Fragiles ou, en termes plus familiers, les 5 Faiblards. Outre le Br&eacute;sil et l'Inde, on y trouve la Turquie, l'Afrique du Sud et l'Indon&eacute;sie. L'on consid&egrave;re dans les milieux financiers que ces pays d&eacute;pendent trop des investissements &eacute;trangers pour financer leur d&eacute;veloppement avec leurs propres ressources. Bien plus ils d&eacute;pendent trop des pr&ecirc;ts &agrave; court terme &eacute;trangers pour financer leurs d&eacute;ficits. Il n'est donc plus conseill&eacute; d'y investir pour r&eacute;aliser des profits faciles. Ce conseil est re&ccedil;u fort et clair par les capitalistes &eacute;trangers, mais aussi par les investisseurs nationaux que ne retient pas le concept illusoire de patriotisme &eacute;conomique. De ce fait, les monnaies nationales perdent de leur valeur, malgr&eacute; les efforts, tels ceux de la Turquie, pour retenir les capitaux en haussant le taux d'escompte. L'inflation et la r&eacute;cession menacent. En ao&ucirc;t dernier, l'annonce du ralentissement des achats de bons du Tr&eacute;sor am&eacute;ricain par la Banque f&eacute;d&eacute;ral n'a pas am&eacute;lior&eacute; les perspectives de la lire turque, du r&eacute;al br&eacute;silien et du rand sud-africain. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Il est &eacute;vident que si les 5 Faiblards, auxquels l'on pourrait ajouter un certain nombre d'autres Faiblards provenant de l'Union europ&eacute;enne, ne font pas d'efforts suffisants pour redresser leurs &eacute;conomies, ils iront de mal en pis. Mais, ce que se gardent bien de dire le FMI et la finance international, ces efforts ne doivent pas viser uniquement &agrave; supprimer des d&eacute;penses et projets inutiles, &eacute;liminer la corruption et &quot; flexibiliser &quot; le march&eacute; du travail. Ils devraient aussi viser &agrave; r&eacute;investir les &eacute;conomies r&eacute;alis&eacute;es dans de grands projets susceptible de d&eacute;velopper les industries &eacute;mergentes, favoriser la recherche et les enseignements sup&eacute;rieurs, bref prendre en mains leurs destins plut&ocirc;t que tout attendre des investisseurs &eacute;trangers. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Concernant l'Union europ&eacute;enne, ce type de relance devrait devenir une priorit&eacute;. Des &eacute;missions d'euro en sa faveur devraient &ecirc;tre d&eacute;cid&eacute;es, d'autant plus que la monnaie unique la prot&egrave;ge pour le moment de l'inflation. Quant aux 5 Faiblards et ceux qui les rejoindront tr&egrave;s vite, il ne faudrait pas davantage compter uniquement sur les pr&eacute;teurs et investisseurs &eacute;trangers pour se redresser. Ceux-ci se retireront &agrave; la moindre difficult&eacute;. L&agrave; encore des investissements en technologies &eacute;mergentes, dont la Chine semble donner l'exemple, seraient indispensables. Mais il faudrait les payer par des restrictions de consommations portant non seulement sur les classes pauvres mais sur les milieux favoris&eacute;s. Ces v&eacute;ritables &eacute;conomies de guerre seraient-elles possibles en pr&eacute;tendant conserver les pratiques lib&eacute;rales &eacute;lectoralistes? Poser la question n'est pas y r&eacute;pondre. </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Tue, 28 Jan 2014 23:00:00 GMT Où va la Russie&#160;? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1242 1242 <br /><font size="2" face="Arial">Nul n'ignore que la Russie profite depuis des ann&eacute;es des prix &eacute;lev&eacute;s du gaz et du p&eacute;trole. Ceux-ci lui rapportent des revenus consid&eacute;rables. Mais d'une part, &agrave; moyen ou long terme, ceci ne durera pas. D'autre part, la Russie n'a pas encore su se servir de ces avantages pour se moderniser en profondeur. Peut-&ecirc;tre retrouve-t-on l&agrave; d'une certaine fa&ccedil;on la &laquo;&nbsp;mal&eacute;diction&nbsp;&raquo; qui frappe, il est vrai &agrave; une autre &eacute;chelle, les pays sous-d&eacute;velopp&eacute;s bien pourvus en p&eacute;trole.</font><font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Certes Poutine s'est servi de ces revenus providentiels pour augmenter les pensions et salaires du secteur public, notamment dans l'arm&eacute;e et la police. Il a engag&eacute; un plan ambitieux pour moderniser les moyens de d&eacute;fense, ainsi que des politiques destin&eacute;es &agrave; promouvoir l'image du pays, notamment les Jeux Olympiques d'hiver &agrave; Sotchi, ce pour un montant approximatif de 50 milliards de dollars. Par ailleurs, concernant les droits de l'homme, il a lib&eacute;r&eacute; quelques opposants notoires. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Mais, comme l'on montr&eacute; les attentats r&eacute;cents, il aura beaucoup de mal &agrave; pr&eacute;venir les op&eacute;rations terroristes suicides provenant des pays musulmans de l'ancienne URSS. Il est vrai qu'il n'est pas le seul dans ce cas (voir notre article Le Pakistan deviendra-t-il un &eacute;mirat nucl&eacute;aire talibanis&eacute;? <a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1238&amp;r_id">http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1238&amp;r_id</a>=) </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Tout ceci, si l'on peut dire, n'est rien face &agrave; la situation &eacute;conomique g&eacute;n&eacute;rale, caract&eacute;ris&eacute;e par un taux de croissance annuelle estim&eacute; &agrave; 1,2%, une inflation &agrave; 6,5% et en hausse. Le ch&ocirc;mage est certes bas, mais il concerne une population de travailleurs dont pr&egrave;s de la moiti&eacute; des effectifs sont des employ&eacute;s de l'Etat ou de ses d&eacute;pendances, au nombre de 18 millions. Leur productivit&eacute; est apparemment tr&egrave;s faible. M&ecirc;me dans le secteur dit priv&eacute;, l'empreinte de l'Etat russe ancien et de ses lourdeurs demeure forte. On se plaint par ailleurs d'un taux de corruption qui met le pays au bas de l'&eacute;chelle des &eacute;valuations men&eacute;es par des ONG ind&eacute;pendantes. Il faudrait plus d'une g&eacute;n&eacute;ration pour se lib&eacute;rer de ces handicaps, &agrave; supposer que soient entreprises des mesures fortes en ce sens. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Concernant la formation, la fr&eacute;quentation des universit&eacute;s est bonne, mais il est difficile d'estimer la qualit&eacute; des enseignements. On dira que la France est dans ce cas, mais l'argument ne suffit pas. Il est vrai que, sur le plan scientifique, la Russie dispose de quelques &eacute;quipes de niveau mondial. Ses math&eacute;maticiens sont renomm&eacute;s dans le monde entier. Mais dans une large mesure ces comp&eacute;tences s'exportent sans que le niveau global des performances en b&eacute;n&eacute;ficie. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Depuis la crise financi&egrave;re de 2008, par ailleurs, le capital et les moyens associ&eacute;s, qu'ils appartiennent au secteur public ou au secteur priv&eacute;, ont eu tendance &agrave; fuir la Russie. Ceci dans le cadre d'op&eacute;rations illicites, voire franchement maffieuses. Selon une &eacute;valuation du <em>Global Financial Integrity group</em> (&agrave; ne pas prendre cependant au pied de la lettre) 800 milliards de dollars de capitaux illicites ont fui la Russie depuis 1994. L'&eacute;vaporation depuis 2008 a &eacute;t&eacute; &eacute;valu&eacute;e &agrave; 350 milliards. Tout cet argent ne s'est pas investi, par d&eacute;finition, dans la sant&eacute;, l'&eacute;ducation et les infrastructure. Temp&eacute;rons cependant la s&eacute;v&eacute;rit&eacute; du jugement en rappelant que l'on estime aujourd'hui les capitaux r&eacute;fugi&eacute;s dans les paradis fiscaux &agrave; plus de 800 milliard, sinon davantage. Or tous, loin de l&agrave;, ne sont pas russes. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Vladimir Poutine a r&eacute;cemment annonc&eacute; un programme de restauration permettant &agrave; la Russie de rejoindre le top five, c'est-&agrave;-dire les 5 premi&egrave;res &eacute;conomies mondiales, alors qu'elle se situerait aujourd'hui (si les &eacute;valuations peuvent &ecirc;tre prises au s&eacute;rieux), vers le 8e rang, derri&egrave;re l'Inde. Pour cela, a insist&eacute; le Pr&eacute;sident, le pays devra investir dans les nouvelles technologies, &eacute;liminer la corruption et, selon l'expression des lib&eacute;raux, flexibiliser le travail. Un nouveau plan ambitieux de privatisation devrait en r&eacute;sulter. Mais ce dernier concept, comme not&eacute; les ann&eacute;es pr&eacute;c&eacute;dents, n'a souvent fait qu'accro&icirc;tre la population des &laquo;&nbsp;nouveaux riches&nbsp;&raquo; qui sont une plaie de la soci&eacute;t&eacute; russe, notamment dans les capitales. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Nous pensons pour notre part qu'il serait plus efficace de lancer de grands programmes &eacute;conomico-scientifiques obligeant l'industrie et la recherche &agrave; coop&eacute;rer. Les r&eacute;sultats peuvent en &ecirc;tre relativement faciles &agrave; &eacute;valuer, et leurs faiblesses &eacute;limin&eacute;es. Certains de ces programmes devraient &ecirc;tre conjoints avec les pays du BRICS et l'Europe. Les transports transcontinentaux, la mise en valeur des territoires nordiques et le spatial devraient pouvoir en b&eacute;n&eacute;ficier, comme dans d'autres domaines, l'ing&eacute;nierie dans des syst&egrave;mes d'information prot&eacute;g&eacute;s ou les biotechnologies. Mais il faudrait que de leur c&ocirc;t&eacute; les partenaires potentiels de la Russie sortent d'une r&eacute;action trop r&eacute;pandue et st&eacute;rile de <em>Putin's bashing ...</em> et se d&eacute;gagent de l'influence am&eacute;ricaine qui les paralyse. Les pays europ&eacute;ens devraient pour leur part se souvenir qu'ils partagent avec la Russie une culture commune, ainsi que des potentialit&eacute;s et des risques non n&eacute;gligeables</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial"><br /> </font><br /> </p> Sun, 19 Jan 2014 23:00:00 GMT Coup d'oeil. Puissance scientifique: Chine, Etats-Unis, Europe. La Chine dépassera-t-elle les Etats-Unis? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1234 1234 <br /><font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial"><strong><font color="#000099" /></strong><br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="center"><font size="2" face="Arial"><img width="335" height="220" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2014/142/obamachine.jpg" alt="" /><br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial">&nbsp;Dans l'espace, par exemple, partie de presque rien, la Chine fait dor&eacute;navant un parcours sans faute, visant tous les domaines jusqu'ici r&eacute;serv&eacute;s &agrave; la Nasa et &agrave; l'Esa: station orbitale, satellites, d&eacute;barquement sur la Lune puis sur Mars. <br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial">Si l'on en croit ses statistiques, elle est d&eacute;sormais le pays qui compte le plus de chercheurs au monde, devant l'Europe et les Etats Unis. Les statistiques chinoises &eacute;voquent 1,600 million de chercheurs, en 2008. Certes, ces donn&eacute;es sont difficiles &agrave; interpr&eacute;ter, &agrave; supposer qu&rsquo;elles soient exactes. Quelle est la qualification des chercheurs qu&rsquo;elles d&eacute;signent? L'exemple du classement de Shanghai des universit&eacute;s, qui met la France &agrave; un niveau sans doute trop bas, le montre. De plus, les chercheurs en sciences humaines, aussi utiles soient-ils, ne peuvent se comparer avec ceux d&eacute;di&eacute;es aux sciences dures et &agrave; la biologie. Ceci dit, la Chine ambitionne de devenir la premi&egrave;re au monde en recherche-d&eacute;veloppement et elle met en priorit&eacute; de ses objectifs, dans un premier temps, le facteur humain. D'o&ugrave; un effort au moins quantitatif bien sup&eacute;rieur non seulement &agrave; celui des USA mais &agrave; celui de l'Europe. Cela lui donnera dans les prochaines ann&eacute;es, une force de frappe sans &eacute;gale.<br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial">Le rapport de force d&eacute;pendra &eacute;videmment de ce que pourra ou voudra faire le reste du monde. Pour les USA, l'enjeu de rester les premiers, nous l'avons rappel&eacute;, est pr&eacute;sent&eacute; &ndash; et g&eacute;n&eacute;ralement admis &ndash; comme vital. L'Europe en g&eacute;n&eacute;ral et la France en particulier, semblent indiff&eacute;rentes &ndash; y compris en acceptant de la part des &laquo;&nbsp;alli&eacute;s am&eacute;ricains&nbsp;&raquo; un espionnage scientifique devenu syst&eacute;matique. La Russie et les autres pays du BRICS, hors la Chine, ne sont plus encore, ou pas encore, dans la course. Mais ils essaieront, contrairement &agrave; l'Europe, d'am&eacute;liorer leurs performances. <br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial">En termes de puissance de calcul, on cite souvent le fait que la Chine dispose de l'ordinateur le plus puissant du monde : le Tianhe-2 . Mais le parc am&eacute;ricain disponible est d'une richesse et d'une diversit&eacute; sans &eacute;gales, dans les domaines civils et bien &eacute;videmment militaires De plus la puissance informatique n'est pas tout, mais aussi la capacit&eacute; de travailler en r&eacute;seau, sur des donn&eacute;es recueillies &agrave; tr&egrave;s grande &eacute;chelle. A cet &eacute;gard on a d&eacute;couvert r&eacute;cemment que les USA avaient accumul&eacute;, par divers proc&eacute;d&eacute;s, des donn&eacute;es en masse (big data) dans la plupart des domaines de la Recherche D&eacute;veloppement, leur conf&eacute;rant un avantage consid&eacute;rable, que n'ont pas les Chinois. Ils ne les partagent pas, contrairement &agrave; ce qui se faisait traditionnellement dans le champ de la recherche scientifique. <br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial">La Chine n'a pas cette capacit&eacute; de recueillir des donn&eacute;es en masse. Par contre elle n'h&eacute;site pas &agrave; s'informer, y compris par un espionnage humain ,&laquo;&nbsp;humint&nbsp;&raquo;, mais aussi de plus en plus technologique. Les Etats-Unis rangent cette d&eacute;marche dans le champ devenu prioritaire pour eux de la cyber-war. <br /> <br /> <font color="#000099"><strong>Un &laquo;&nbsp;suicide&nbsp;&raquo; europ&eacute;en<br /> </strong></font><br /> Concernant l'Europe, les d&eacute;penses consacr&eacute;es aux budgets de recherche et aux universit&eacute;s ne croissent plus d'une ann&eacute;e sur l'autre, et ceci depuis des d&eacute;cennies. Par contre, selon l'OECE, les d&eacute;penses de la Chine &eacute;valu&eacute;es en terme de Recherche et D&eacute;veloppement ont cru de 1995 &agrave; 2006 de 18% par an. Le d&eacute;sint&eacute;r&ecirc;t de l'Europe, peu &eacute;voqu&eacute; par les m&eacute;dia, signe &eacute;videmment sa volont&eacute; de suicide dans tous les domaines. Les d&eacute;penses de R/D chinoises marquent au contraire une forte volont&eacute; politique, partag&eacute;e par les quelques 300 millions de chinois influents. D'o&ugrave; un rythme acc&eacute;l&eacute;r&eacute; de croissance de l'enseignement sup&eacute;rieur et de la recherche. Sur 20 ans sinon avant, ils y arriveront sans doute. Ceci il est vrai (mais qu'importe &agrave; leur yeux) se paye par le maintien dans le sous-d&eacute;veloppement de quelques 500 millions de chinois ruraux et suburbains. <br /> <br /> Le nombre des &eacute;tudiants chinois, pass&eacute; en quelques 10 ans, de 5 millions &agrave; 25 millions, comme celui des des &eacute;tablissements d'enseignement sup&eacute;rieur, estim&eacute; &agrave; 1700, joue un r&ocirc;le important. Mais ces chiffres ne sont pas les seuls &agrave; consid&eacute;rer. Il faut y inclure les jeunes chercheurs impliqu&eacute;s dans les grands programmes publics, dont le plus embl&eacute;matique est comme rappel&eacute; ci-dessus la course &agrave; l'espace, les programmes d'infrastructures (notamment dans les technologies de communication et le rail) et surtout les budgets militaires qui ne sont &eacute;tudi&eacute;s ici que par de rares sp&eacute;cialistes.<br /> <br /> On a beaucoup &eacute;voqu&eacute; aussi ces derni&egrave;res ann&eacute;es le r&ocirc;le de la diaspora scientifique chinoise, pr&eacute;sente massivement aux Etats-Unis, mais aussi de plus en plus dans l'extr&ecirc;me-orient russe. P&eacute;kin est partag&eacute; entre la volont&eacute; de faciliter son retour en Chine et son d&eacute;sir d'en maintenir de tr&egrave;s bons &eacute;l&eacute;ments &agrave; l'&eacute;tranger. Ceci non seulement pour des raisons de prestige, mais pour faciliter ce que nous app&eacute;terons avec la r&eacute;serve diplomatique n&eacute;cessaire l'acquisition de connaissances.<br /> </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font face="Arial"> On a estim&eacute; que 40% des chercheurs am&eacute;ricains sont chinois ou apparent&eacute;s. Beaucoup d'entre eux semble-t-il seraient pr&ecirc;ts &agrave; retourner en Chine si des conditions favorables leur &eacute;taient offertes. Ceci mettrait momentan&eacute;ment &agrave; mal une partie de la science am&eacute;ricaine, notamment celle localis&eacute; sur la c&ocirc;te W. En France, les universitaires avertis diront que la plupart des stagiaires chinois passent essentiellement leur temps &agrave; s'initier aux recherches en cours, sans rien apporter de pr&eacute;cis. Ce qui n'est pas le cas aux USA.<br /> <br /> La premi&egrave;re r&eacute;action des pays occidentaux, en Am&eacute;rique comme en Europe, devrait &ecirc;tre de lancer, crise ou pas, de nouveaux investissements dans les grands programmes, universitaires mais aussi industriels. Nul n'ignore que tandis que la Chine est en train de gagner la course &agrave; la Lune puis &agrave; Mars, l'Europe en est encore &agrave; positionner son 3e satellite de g&eacute;olocalisation Galil&eacute;o. <br /> <br /> En Chine, dans les m&eacute;dia, le th&egrave;me le plus r&eacute;pandu consiste &agrave; glorifier les avanc&eacute;es du pays, y compris en biologie et en m&eacute;decine. En Europe les m&eacute;dia et derri&egrave;re eux les politiques n'ont qu'un th&egrave;me favori, le <em>science bashing</em>. Et cela marche bien, car le public est incapable de pr&eacute;voir l'appauvrissement intellectuel qui menace le continent. <br /> <br /> Aujourd'hui par exemple un Hollande, un Montebourg, se pr&eacute;occupent de tee shirts mais ignorent les enjeux de l'ordinateur quantique, dont on parle ces jours-ci. Il en est de m&ecirc;me d'un Cop&eacute; ou d'un Bayrou. <br /> <br /> Sur une telle base d'ignorance et de na&iuml;vet&eacute;, comment esp&eacute;rer soutenir des coop&eacute;rations scientifiques avec la Chine, qui n'int&eacute;resseraient que des collectivit&eacute;s locales &agrave; la recherche d'un peu d'activit&eacute;. Quant aux programmes cadres de Bruxelles, ce sont des mod&egrave;les d'inefficacit&eacute;, du fait d'une gestion trop peu d&eacute;mocratique, de la rivalit&eacute; permanente entre Etats-Membres et r&eacute;p&eacute;tons-le, de l'espionnage am&eacute;ricain. </font><br /> &nbsp; <br /> </font></p> Sun, 12 Jan 2014 23:00:00 GMT Dieudonné ou l'apprenti-sorcier http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1233 1233 <br /><br /> Le cas du nomm&eacute; Dieudonn&eacute; M'Bala M'Bala, que l'on ne pr&eacute;sente plus car il est d&eacute;sormais connu de l'Europe enti&egrave;re, ne rel&egrave;ve pas de la libert&eacute; d'expression comme le pensent na&iuml;vement des juristes en chambre (que l'on retrouvera sans doute au niveau de la justice europ&eacute;enne, si celle-ci est saisie). Il rel&egrave;ve, comme l'a bien compris le ministre de l'Int&eacute;rieur fran&ccedil;ais, puis in extremis le Conseil d'Etat statuant en r&eacute;f&eacute;r&eacute;, de la protection de l'ordre public. <br /> <br /> Manifestement, comme le percevaient bien les t&eacute;moins objectifs des diverses manifestations provoqu&eacute;es par l'intensit&eacute; grandissante des attaques de M'Bala M'Bala contre les Juifs, ce dernier avait catalys&eacute; des forces destructrices sous-jacentes. Il leur donnait, que ce soit par d&eacute;sir de s'auto-promouvoir, ou par simple b&ecirc;tise irresponsable, l'occasion non pas de &laquo;&nbsp;s'amuser&nbsp;&raquo; mais de prendre conscience d'elles-m&ecirc;mes, d'inventer des formes d'expression leur permettant de recruter de nouveaux soutiens, et finalement de semer des ferments de guerre civile non seulement dans la soci&eacute;t&eacute; fran&ccedil;aise, mais dans les soci&eacute;t&eacute;s europ&eacute;ennes. <br /> <p style="margin-bottom: 0cm">La premi&egrave;re de ces forces est l'antis&eacute;mitisme de combat. Elle regroupe l'antis&eacute;mitisme traditionnel en France (comme en Europe), un racisme brut que les crimes du nazisme n'ont pas refroidi, et un nouvel antis&eacute;mitisme, qu'il vaudrait mieux nommer anti-sionisme, dont les origines sont diff&eacute;rentes. L'anti-sionisme moderne, en pleine recrudescence en Europe, regroupe tous ceux prenant parti en faveur des Palestiniens, dans la guerre men&eacute;e par les populations et les Etats musulmans contre l'existence d'Isra&euml;l, dont la survie leur para&icirc;t de plus en plus insupportable. La prolongation du conflit isra&eacute;lo-palestinien, qui semble aujourd'hui interminable, et qui ne cesse de s'aggraver, recrutera de plus en plus de militants, sinon de combattants, non seulement au Moyen-Orient mais en Europe. Cet anti-sionisme est &agrave; ranger dans les opinions politiques, comme l'anticommunisme et l'antiam&eacute;ricanisme, tant qu'il ne conduit pas &agrave; une haine devenant passionnelle, pouvant d&eacute;g&eacute;n&eacute;rer en attentats.<br /> <br /> Une deuxi&egrave;me force, heureusement encore tr&egrave;s peu pr&eacute;sente en France, y compris parmi les populations musulmanes, regroupe tous ceux qui se reconnaissent dans un djihad de combat, dirig&eacute; non seulement contre Isra&euml;l, mais contre les d&eacute;mocraties occidentales en g&eacute;n&eacute;ral. Pour ces minorit&eacute;s, toutes les occasions sont bonnes pour susciter&nbsp; des militants, se regrouper et le cas &eacute;ch&eacute;ant envisager des actions un peu analogues, par exemple, &agrave; celles men&eacute;es au Sahel par le n&eacute;buleux Mouvement pour l'Unit&eacute; et le Djihad en Afrique de l'Ouest. On parlera d'un simple terrorisme, mais il s'agit d'un mouvement de fond bien plus s&eacute;rieux contre les soci&eacute;t&eacute;s la&iuml;ques et lib&eacute;rales dans lesquelles la plupart d'entre nous se reconnaissent. Ce serait donner beaucoup d'importance &agrave; M'Bala M'Bala en pensant qu'il pourrait &agrave; lui seul lancer le djihad en France, mais les petits ruisseaux font les grandes rivi&egrave;res, et l'on comprend que les autorit&eacute;s fran&ccedil;aises aient d&eacute;cid&eacute; de mettre un frein &agrave; l'agitation grandissante que ses &laquo;&nbsp;spectacles&nbsp;&raquo; &eacute;taient en train d'encourager.</p> <p style="margin-bottom: 0cm">Va-t-il dor&eacute;navant s'abstenir? L'avenir le dira. La bizarre conf&eacute;rence de presse organis&eacute;e par lui le 11 janvier a laiss&eacute; une impression curieuse. Il donnait l'impression d'un homme ayant peur, d&eacute;pass&eacute; par les &eacute;v&egrave;nements et craignant presque contre sa personne. Peut-&ecirc;tre a-t-il r&eacute;alis&eacute; qu'il ne pouvait chevaucher impun&eacute;ment les chevaux de l'Apocalypse. Si cela &eacute;tait le cas, le r&eacute;sultat serait &agrave; mettre au cr&eacute;dit de ceux ayant compris, en France comme ailleurs, que certains discours, r&eacute;p&eacute;tons-le, pouvaient d&eacute;g&eacute;n&eacute;rer non seulement en guerre civile int&eacute;rieure, mais en renforcement de ce que les responsables de la s&eacute;curit&eacute; en Isra&euml;l commencent &agrave; d&eacute;signer par le terme de &laquo;&nbsp;tsunami djihadiste&nbsp; en pr&eacute;paration&nbsp;&raquo;. Or la France, inutile de le pr&eacute;ciser, ne saurait en aucun cas encourager des &quot;humoristes&quot; contribuant, aussi peu que ce soit, au d&eacute;clenchement d'un tel tsunami. <br /> <br /> <br /> <em>* Sur l'ensemble de cette conjoncture politique, voir notre article &laquo;&nbsp;D'un &eacute;mirat &agrave; l'autre?&nbsp;&raquo; http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1230&amp;r_id=</em></p> <em> </em> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Sat, 11 Jan 2014 23:00:00 GMT Le système de pouvoir anthropotechnique http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1227 1227 <br /><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif" /><br /> Un correspondant &eacute;crit:<br /> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"> <font color="#990000"><em>&quot;Je rappelle ce qui vient de se passer &agrave; Wall Street il y a quelques jours, dans l'indiff&eacute;rence g&eacute;n&eacute;rale.<br /> <br /> Premi&egrave;rement, Ben Bernancke, directeur de la Federal Reserve, annonce &agrave; 14:00 le 18 d&eacute;cembre 2013 que sa banque centrale va r&eacute;duire les massives infusions de cash qui pr&eacute;valaient sous la forme de la politique de Quantitative Easing. Il avait d&eacute;j&agrave; lanc&eacute; des ballons d'essai, et &agrave; chaque fois, les march&eacute;s avaient plong&eacute; brutalement, comme en Juin dernier; &agrave; la suite de quoi la FED avait fait retraite.<br /> <br /> Deuxi&egrave;mement, &agrave; 14:01, comme pr&eacute;vu, l'annonce de Ben Bernancke provoque une baisse soudaine de l'indice Dow Jones. Cela signifie que la pi&eacute;taille des financiers de seconde zone vend massivement ses actions.<br /> <br /> Troisi&egrave;mement, toute la corporation des plus grosses banques du monde (Goldman Sachs, JP Morgan, HSBC, Deutsche Bank...) rach&egrave;te tout le march&eacute; en chute libre, toutes ensemble, exactement deux minutes plus tard, &agrave; 14:02. Aussit&ocirc;t, comme le montrent les courbes des variations du march&eacute;, le Dow Jones remonte en fl&egrave;che, et prend 292 points dans les vingt minutes qui suivent... Les investisseurs non initi&eacute;s &agrave; la direction du Syst&egrave;me (ou initi&eacute;s de degr&eacute; inf&eacute;rieur) viennent de perdre des dizaines de milliards de Dollars au profit des banques pr&eacute;cit&eacute;es.<br /> <br /> Tout &agrave; fait clairement, il y a eu entente entre &quot;insiders&quot; pour prot&eacute;ger le syst&egrave;me financier courant, et aussi pour voler d'&eacute;normes sommes d'argent &agrave; leurs propres serviteurs, en l'occurrence les investisseurs non initi&eacute;s.<br /> <br /> La conclusion s'impose: comme chez les Eglises et les Francs-Ma&ccedil;ons, le Syst&egrave;me est pyramidal. Chaque niveau ne sait pas ce que fait le niveau sup&eacute;rieur, mais le sommet sait parfaitement ce que font tous les autres niveaux. Ici, les tenants de ce qu'on peut appeler la Junte Mondiale, ont soudain d&eacute;cid&eacute; de se retourner contre leurs propres subordonn&eacute;s.<br /> <br /> La Junte n'a pas d'amis, elle n'a que des serviteurs. Il n'y a pas l&agrave; d'autodestruction de la Junte Mondiale elle-m&ecirc;me. Il y a une politique du Chaos, dans la plus pure tradition sataniste. Les serviteurs sont l&agrave; pour souffrir et endurer, afin de conforter le pouvoir des ma&icirc;tres.<br /> <br /> Le probl&egrave;me de cette Junte Mondiale ne vient pas de nous. Il y a autre chose de plus fort qu'eux, qui agit derri&egrave;re le d&eacute;cor, et que personne ne peut identifier rationnellement; pour l'instant!&quot;</em></font></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Je partage cette analyse. Depuis quelques temps s'est mis en place un syst&egrave;me jamais vu jusqu'ici de domination du monde, s'&eacute;tendant sur tout ce monde, y compris la Russie Poutinienne. Il serait urgent de l'identifier &quot;scientifiquement&quot; mais est-ce possible? Je fais appel pour ma part &agrave; l'anthropologie associ&eacute;e &agrave; la science du technologique, ce que j'appelle l'anthropotechnique. Mais je me rend bien compte que cet effort ne va pas tr&egrave;s loin, et devrait &ecirc;tre creus&eacute; dans de multiples approches dont certaines &agrave; inventer.</font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">cf. JP.Baquiast. Le paradoxe du sapiens 2010</font></p> Tue, 24 Dec 2013 23:00:00 GMT L'irrésistible montée en puissance de Google dans la robotique http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1223 1223 <br /><div id="bloggPostInner" class="node-inner"><br /> <div class="content"> <p><span><br /> </span></p> <p><span><img width="400" height="576" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/141/robotatlas.jpg" alt="robotatlas.jpg" class="external" /></span></p> <p><span>Robot Atlas de Boston Dynamics</span></p> <p><span><br /> Andy Rubin qui dirige pour Google une nouvelle division en charge des robots &agrave; Palo Alto a expliqu&eacute; que le g&eacute;ant am&eacute;ricain poursuivait deux buts &ndash; mener &agrave; bien des projets &agrave; long terme supposant une robotique avanc&eacute;e, tels que des v&eacute;hicules autonome ou des r&eacute;seaux de ballons &agrave; haute altitude supportant des &eacute;metteurs &agrave; large bande destin&eacute;s aux pays d&eacute;pourvus d'une infrastructure suffisante - &eacute;laborer &agrave; court terme une large gamme de produits commercialisables robotis&eacute;s destin&eacute;es &agrave; la vie quotidienne. <br /> <br /> La vari&eacute;t&eacute; des soci&eacute;t&eacute;s achet&eacute;es laisserait supposer que Google ne se limite pas &agrave; des objectifs &eacute;conomiques, fussent-ils de long terme ou de court terme. On y retrouve en effet la plupart des robots strat&eacute;giques, &agrave; usage militaire ou spatial, que nous avons eu l'occasion de mentionner ces derni&egrave;res ann&eacute;es sur ce site. <br /> <br /> Citons Boston Dynamics, qui a produit pour la Darpa (US Defence Advanced Research Projects Agency ) divers mod&egrave;les de robots autonomes adapt&eacute;s au camp de bataille: le Cheetah qui est le robot quadrup&egrave;de le plus rapide au monde, le Big Dog, sorte de mulet tous terrains destin&eacute; au transport des &eacute;quipements militaires, les robots andro&iuml;des Petman et Atlas, r&eacute;put&eacute;s &ecirc;tre des humano&iuml;des particuli&egrave;rement adaptables aux terrains vari&eacute;s. <br /> <br /> Citons aussi la firme japonaise Schaft, qui se sp&eacute;cialise dans les robots humano&iuml;des de taille humaine, les firmes de San Francisco Meka et Redwood Robotics, qui d&eacute;veloppent des humano&iuml;des de petite taille et des bras robotiques, Industrial Perception de Palo Alto qui &eacute;quipent les robots d'organes de vision de haute pr&eacute;cision, Bot&amp;Dolly et Autofuss qui s'int&eacute;ressent aux cam&eacute;ras automatis&eacute;es et &agrave; la cr&eacute;ation de filmes en r&eacute;alit&eacute; virtuelle, Holomni qui fabrique des roues pour robots. <br /> <br /> Andy Rubin a expliqu&eacute; que Google n'entendait pas se limiter &agrave; ces premi&egrave;res acquisitions. La firme dispose de telles ressources financi&egrave;res et les start-up de la robotique sont tellement &agrave; court de financement que potentiellement Google pourrait acheter toute l'industrie mondiale du robot, aux Etats-Unis et dans le reste du monde. <br /> <br /> <font color="#000080"><span><strong>Un objectif beaucoup plus ambitieux</strong></span></font><br /> <br /> On peut se demander si la firme ne poursuit pas un objectif beaucoup plus ambitieux, dont elle pr&eacute;f&egrave;re ne pas parler. Compte tenu du fait que la robotique et l'intelligence artificielle deviendront de plus en plus &eacute;volutionnaires et autonomes, autrement dit &laquo;&nbsp;intelligentes&nbsp;&raquo;, les syst&egrave;mes reposant sur ces technologies pourront tr&egrave;s bient&ocirc;t prendre seuls des d&eacute;cisions en tous domaines &eacute;ventuellement bien plus efficaces que celles des cerveaux humains. </span></p> <p><span>Google pourra ainsi, bien au del&agrave; de son &laquo;&nbsp;business model&nbsp;&raquo; affich&eacute;, c'est-&agrave;-dire donner &agrave; des producteurs et publicitaires le moyen d'orienter les choix des acheteurs, poursuivre en toute libert&eacute; l'ambition qui la rend d&eacute;j&agrave; particuli&egrave;rement redoutable aux yeux des d&eacute;fenseurs de la d&eacute;mocratie: tout conna&icirc;tre concernant l'activit&eacute; des citoyens et, dans ce but, leur fournir sous pr&eacute;texte de services rendus, des &eacute;quipements (tel le Google Glass actuellement mis sur le march&eacute;) des outils et applications qui les assujettiront de plus en plus. Cet assujettissement accroitra les pouvoirs des corporations financi&egrave;res et industrielles, comme ceux des services gouvernementaux de contr&ocirc;le. </span></p> <p><span>Parall&egrave;lement, d'une fa&ccedil;on tout aussi ambivalente, n&eacute;cessairement dangereuse si elle n'est pas contr&ocirc;l&eacute;e (et elle ne le sera pas), Google poursuivra d&eacute;sormais le projet de cerveau artificiel, pour lequel il a recrut&eacute; r&eacute;cemment le sp&eacute;cialiste du domaine, Ray Kurzweil. Celui-ci a pari&eacute; qu'un cerveau artificiel, r&eacute;parti ou incorpor&eacute;, verra le jour avant 30 ans. <br /> <br /> Si Google poursuit sa politique de robotisation acc&eacute;l&eacute;r&eacute;e, financ&eacute;e par les innombrables consommateurs na&iuml;fs de ses produits et services, ce d&eacute;lai pourra &ecirc;tre consid&eacute;rablement raccourci. Diff&eacute;rentes formes de cerveaux artificiels &agrave; forte composante robotique manifesteront une sup&eacute;riorit&eacute; d&eacute;finitive sur les cerveaux humains &ndash; tout au moins sur les cerveaux des populations mondiales qui n'auront pas, sous la forme dite du post-humain, mutualis&eacute; &agrave; leur profit les ressources de l'artificialit&eacute; conjugu&eacute;es &agrave; celle de la biologie. </span></p> <p><span><br /> </span></p> </div> </div> Tue, 17 Dec 2013 23:00:00 GMT Escroqueries intellectuelles http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1210 1210 <br /><br /> Ces derniers jours en ont &eacute;t&eacute; prodigues. Donnons quelques exemples: <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong>La c&eacute;l&eacute;bration mondiale de Mandela, h&eacute;ros de l'anti-apartheid. </strong></font> </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Il le fut, ne discutons pas ce point. Remarquons seulement que ceux qui le c&eacute;l&egrave;brent le plus fort font semblant d'ignorer des formes d'apartheid qu'il est difficile de ne pas voir. C'est ainsi que sur les 53 millions d'habitants que compte l'Afrique du Sud, le recensement de 2010 permet d'&eacute;tablir la r&eacute;partition raciale du pays&nbsp;: 79,2&nbsp;% des Sud-Africains sont noirs, 9,4&nbsp;% blancs, 8,8&nbsp;% <em>coloureds</em> (m&eacute;tis) et 2,6&nbsp;% indiens. Or on estime g&eacute;n&eacute;ralement que ces Blancs monopolisent environ 80% du produit national africain. Ils sont meilleurs que les Noirs, dira-t-on, notamment dans les emplois &agrave; forte valeur ajout&eacute;e technologique. Mais pour quelles raisons socio-&eacute;conomiques les Noirs ne rattrapent-ils pas leurs retards? Et pourquoi le gouvernement ne semble pas se pr&eacute;occuper d'aider les jeunes Noirs &agrave; le faire &ndash; sauf &agrave; dose infinit&eacute;simale. N'est-ce pas une forme d'apartheid? La m&ecirc;me observation pourraient &ecirc;tre faite &agrave; propos de la plupart des pays qui se flattent depuis des ann&eacute;es d'avoir renonc&eacute; &agrave; la s&eacute;gr&eacute;gation raciale, Etats-Unis et Etats europ&eacute;ens notamment, et qui mettent leurs drapeaux en berne pour honorer la m&eacute;moire de Mandela. . </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong>Le classement dit de Shanghai</strong></font></p> <p style="margin-bottom: 0cm">Ce classement, Academic Ranking of World Universities (<a href="http://www.shanghairanking.com/">http://www.shanghairanking.com/</a>) se pr&eacute;sente lui aussi comme une belle escroquerie intellectuelle. Il met en &eacute;vidence, tous les ans, les rangs excellents des universit&eacute;s asiatiques, et plus g&eacute;n&eacute;ralement du syst&egrave;me &eacute;ducatif chinois. Tous les ans, la France se tra&icirc;ne au milieu du peloton. Cette ann&eacute;e, elle a encore perdu des places.</p> <p style="margin-bottom: 0cm">En France, l'opposition en profite pour accuser d'inefficacit&eacute; le malheureux ministre de l'Education Nationale, pourtant fort z&eacute;l&eacute;. <br /> <br /> Ceux qui c&eacute;l&egrave;brent les bons r&eacute;sultats de l'Asie, et les mauvais r&eacute;sultats europ&eacute;ens, France en t&ecirc;te, oublient volontairement une chose. Ce classement oppose ce que l'on pourrait nommer sans emphases deux choix de civilisations. En Asie, et plus particuli&egrave;rement en Chine, le mot d'ordre est la conqu&ecirc;te du monde. Le syst&egrave;me &eacute;ducatif pousse pour ce faire au maximum les &eacute;l&egrave;ves et leurs parents. Beaucoup se suicident ou tombent dans la d&eacute;pression. Mais qu'importe. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">En Europe, et plus particuli&egrave;rement en France, la civilisation r&eacute;publicaine d&eacute;fend toujours l'id&eacute;al d'une &eacute;ducation qui soit la m&ecirc;me pour tous. Or l'&eacute;migration, sans &ecirc;tre massive, y est forte. Avec le regroupement familial et d'autres facilit&eacute;s donn&eacute;es aux &eacute;migr&eacute;s, le syst&egrave;me &eacute;ducatif consacre une grande partie de ses moyens &agrave; mettre &agrave; niveau des jeunes qui en &eacute;taient fort &eacute;loign&eacute;s. On se gausse de l'augmentation du nombre de &laquo;&nbsp;d&eacute;crochages&nbsp;&raquo;, malgr&eacute; les efforts m&eacute;ritants de professeurs qui pr&eacute;f&eacute;reraient peut-&ecirc;tre former des &laquo;&nbsp;&eacute;lites&nbsp;&raquo;. Mais c'est le prix &agrave; payer pour &eacute;lever le niveau g&eacute;n&eacute;ral. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Or ce prix est lourd. Dans la guerre &eacute;conomique qui nous oppose &agrave; l'Asie, nous n'avons plus les moyens de dispenser 10h &agrave; 12h par jour de formation aux &eacute;l&egrave;ves. Nous perdrons donc la guerre &eacute;conomique contre l'Asie. Mais notre niveau d'apartheid y sera moindre. Rappelons &agrave; cet &eacute;gard qu'en Chine, sur une population d'un milliard et plus de ressortissants, pr&egrave;s de 600 millions v&eacute;g&egrave;tent dans des activit&eacute;s sans perspectives. Le nombre des enfants qui d&eacute;crochent ou plut&ocirc;t qui ne d&eacute;collent pas, dans ces tranches de population, est certainement sup&eacute;rieur &agrave; nos propres chiffres. Mais curieusement, le classement de Shanghai n&eacute;glige ces r&eacute;alit&eacute;s.</p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong>France-Afrique, Chine Afrique, Afrique du djihad</strong></font></p> <p style="margin-bottom: 0cm">L'Afrique, avec ses possibilit&eacute;s de d&eacute;veloppement &eacute;conomiques, mais aussi son poids g&eacute;ographique, est un enjeu de pouvoir pour les ensembles g&eacute;opolitiques qui se disputent la domination du monde. On a longtemps critiqu&eacute; la France-Afrique, c'est-&agrave;-dire les connivences qui rassemblaient des gouvernements africains et des entreprises fran&ccedil;aises. Mais ce ph&eacute;nom&egrave;ne s'&eacute;tend &agrave; une toute autre &eacute;chelle dans les pays qui ont la chance ( ou le malheur ) d'attirer la convoitise des Etats asiatiques. Il faudrait donc parler d'une Chine- Afrique, pour nous limiter au domaine des relations de plus en plus &eacute;troites des Chinois avec les Etats africains.</p> <p style="margin-bottom: 0cm"> Et pourquoi ne pas parler aussi d'une Afrique musulmane, ou plut&ocirc;t d'une Afrique de la charia. Nous voulons dire par l&agrave; que si de tr&egrave;s nombreux Africains sont de confession musulmane, ce dont &agrave; Dieu ne plaise, il appara&icirc;t de plus en plus de mouvements combattants s'inspirant du Djidad, qui m&egrave;nent de v&eacute;ritables actions d'&eacute;limination &agrave; l'&eacute;gard des populations chr&eacute;tiennes ou appartenant &agrave; d'autres religions. Si l'Europe laissait faire sans r&eacute;agir, non plus d'ailleurs que la Russie, notre civilisation serait bien compromise. </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Une nouvelle escroquerie intellectuelle, aujourd'hui, consiste dans certains cercles europ&eacute;ens &agrave; d&eacute;noncer un retour de la France-Afrique, &agrave; la suite des interventions d&eacute;cid&eacute;es par Fran&ccedil;ois Hollande, d'abord au Mali, puis en Centre-Afrique. Les maigres effectifs d&eacute;ploy&eacute;s par l'arm&eacute;e fran&ccedil;aise, bien que tr&egrave;s aguerris, vont se retrouver confront&eacute;s &agrave; des bandes lourdement arm&eacute;es, propageant la guerre ethnique et religieuse. Mais nos voisins europ&eacute;ens, pourtant directement int&eacute;ress&eacute;s, nous laisseront prendre tous les risques, avec ce pr&eacute;texte qu'ils ne vont pas aider au retour de la France-Afrique. </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Fri, 06 Dec 2013 23:00:00 GMT Le rôle possible du français dans le cadre de la future défense européenne &#12288; http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1205 1205 <br /><p align="justify"><strong><font size="4">&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;</font></strong> &nbsp; &Agrave; l'aune de l'affaiblissement durable des &Eacute;tats-Unis d&ucirc; &agrave; une financiarisation hasardeuse de son &eacute;conomie, son sabotage programm&eacute; des classes moyennes depuis Ronald Reagan, et l'&eacute;mergence de nouveaux acteurs mondiaux tant &eacute;conomiques, culturels, que politiques, la position dite de &quot;puissance douce&quot; pr&ocirc;n&eacute;e par l'Union-europ&eacute;enne est de moins en moins tenable. En se repositionnant en Asie-pacifique pour contrer le renouveau chinois, tout en voulant reprendre pied en Am&eacute;rique Latine, les am&eacute;ricains se d&eacute;sengagent du th&eacute;&acirc;tre europ&eacute;en de la Guerre froide en laissant une Europe d&eacute;munie face a un conflit de grande ampleur &agrave; sa p&eacute;riph&eacute;rie, ou m&ecirc;me &agrave; de ponctuelles projections militaires n&eacute;cessaires pour contrer par exemple actuellement les mouvements islamistes en Afrique saharienne. Il est dans l'int&eacute;r&ecirc;t de l'Europe de constituer sa propre d&eacute;fense, comprenant des forces d'interventions ext&eacute;rieures, et un complexe militaro-industriel autonome. Les derniers errements guerriers de l'administration am&eacute;ricaine au Moyen-Orient, jouant maintenant des dissensions internes &agrave; cette r&eacute;gion contre l'Iran, tout en continuant de vouloir d&eacute;stabiliser la Russie dont ses rapports avec l'Europe, pr&eacute;sagent du pire encore a venir. L'option de vassalit&eacute; passive de l'Union-europ&eacute;enne n'est plus une solution d'avenir garantissant la paix et un d&eacute;veloppement &eacute;conomique harmonieux, si elle l'ait d&eacute;j&agrave; &eacute;t&eacute;. L'Europe se doit de s'unir politiquement, de se prot&eacute;ger &eacute;conomiquement, financi&egrave;rement, et culturellement notamment au niveau linguistique en se dotant des outils n&eacute;cessaires &agrave; son ind&eacute;pendance, de mani&egrave;re intrins&egrave;que, mais aussi contre un Monde Anglo-saxon int&eacute;gr&eacute; dont le syst&egrave;me d&eacute;mocratique et les m&eacute;dias sont fonci&egrave;rement corrompus.&#12288;&#12288;<br /> </p> &nbsp;&nbsp;&nbsp; Depuis la crise de 2007, le vrai visage d'une Am&eacute;rique dont le gouvernement ne sert plus que les int&eacute;r&ecirc;ts priv&eacute;s de ses multinationales et de son syst&egrave;me financier pr&eacute;dateur, s'est fait jour en Europe. Attaques sur les dettes des &eacute;tats europ&eacute;ens et refinancement forc&eacute; des banques de la zone Euro par p&eacute;nurie organis&eacute;e de liquidit&eacute;s interbancaires provenant des USA poussant &agrave; des politiques d'aust&eacute;rit&eacute; d&eacute;vastatrices et par baisse des pr&ecirc;ts aux entreprises &agrave; un fort ralentissement &eacute;conomique, guerres mon&eacute;taires par la planche a billet, manipulations des mati&egrave;res premi&egrave;res &agrave; la bourse de Chicago, maquillage des comptes et valeurs boursi&egrave;res de ses entreprises et fonds de pensions, et espionnage des &eacute;lites politiques mais aussi industrielles &eacute;trang&egrave;res alli&eacute;es, sont perp&egrave;tres pour rediriger les &eacute;conomies europ&eacute;ennes vers le gouffre financier &agrave; cr&eacute;dit am&eacute;ricain, et assurer l'h&eacute;g&eacute;monie mondiale du dollar. Avant l'Euro par exemple, pendant 30 ans, 50% des b&eacute;n&eacute;fices annuels effectu&eacute;s en France s'y dirigeaient pour assurer l'expansionnisme et le bien &ecirc;tre des &eacute;tasuniens. L'Angleterre, son cheval de Troie concourant &agrave; miner les institutions europ&eacute;ennes ou son identit&eacute; avec l'adh&eacute;sion de la Turquie, est aussi en perte de vitesse. Si l'Ecosse prend son ind&eacute;pendance, une Flandre possiblement unie a la hollande prendra sa place en influence en Europe (et sans doute la r&eacute;gion Bruxelles-Wallonie sera alors r&eacute;unifi&eacute;e &agrave; la France). La langue anglaise elle-m&ecirc;me, est de moins en moins europ&eacute;enne suite a l'accroissement des populations des pays anglophones outre-mer. Mais la propagande n&eacute;olib&eacute;rale et n&eacute;oconservatrice des &eacute;lites tant am&eacute;ricaines que britanniques, suppos&eacute;ment victorieuse du communisme, &eacute;tendue contre toute forme d'interventions &eacute;tatique et au concept m&ecirc;me d'&eacute;tat nation, n'a pas disparue avec Obama, bien au contraire.&#12288;<br /> <br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp; Paradoxalement, l'Am&eacute;ricanisme europ&eacute;en d'Apr&egrave;s-guerre favoris&eacute; par une honte des m&eacute;faits de ses totalitarismes, est encore pr&eacute;valant dans une Europe toujours aussi d&eacute;sunie politiquement. Il y est partout maintenant parfaitement acceptable de chanter carr&eacute;ment en anglais, ou d'en copier le style linguistique (non seulement musical), que de chanter purement dans sa langue natale. Depuis le XIX&egrave;me si&egrave;cle le fran&ccedil;ais a &eacute;t&eacute; supplant&eacute; par l'allemand, puis par l'anglais dans les sciences (les publications dans le syst&egrave;me lib&eacute;ral sont indispensables pour obtenir des cr&eacute;dits de recherche), et partiellement aussi en philosophie. Devenue la langue commerciale et diplomatique mondiale gr&acirc;ce &agrave; la victoire de l'Empire Britannique sur celui finalement fran&ccedil;ais, elle a &eacute;t&eacute; de nouveau soutenu par le d&eacute;veloppement essentiellement am&eacute;ricain du num&eacute;rique chevauchant l'alliance des interventions militaires US d'avec leurs premiers r&eacute;seaux de cha&icirc;nes satellitaires d'information en continue. L'industrie m&eacute;diatique de ce pays au march&eacute; int&eacute;rieur homog&egrave;ne de 300 millions d'habitants, apr&egrave;s avoir rembours&eacute; ses produits culturels, peut se permettre d'en inonder &agrave; prix cass&eacute;s le reste de la plan&egrave;te. La derni&egrave;re phase de mondialisation a vu les &eacute;lites mondiales, dont les cadres des multinationales europ&eacute;ennes, all&eacute;grement passer &agrave; l'anglais. Et la langue de communication des citoyens europ&eacute;ens de diff&eacute;rents pays entre eux est maintenant l'anglais, ceci jusque dans les cabinets minist&eacute;riels. Avant peu, les classes dirigeantes dans leur ensemble et une grande partie des m&eacute;dias penseront aussi en anglais. Le cas du Qu&eacute;bec, m&eacute;prise tout en &eacute;tant colonis&eacute;, est-il &agrave; rappeler ? L'Union-europ&eacute;enne se doit de r&eacute;agir. Comme lors de sa cr&eacute;ation pour contrebalancer le pouvoir de l'Allemagne avec le fran&ccedil;ais comme langue de travail, elle doit non seulement d&eacute;velopper &agrave; ses fronti&egrave;res internes l'apprentissage mutuel de ses langues actuellement en baisse &agrave; cause de l'anglais, en promouvoir les &eacute;changes culturels via entre autres une politique m&eacute;diatique des diversit&eacute;s linguistiques selon de grandes r&eacute;gions europ&eacute;ennes, mais aussi redonner une place a une langue commune. Sinon, l'anglais occupera la place laiss&eacute;e vacante. Ses liens d'empathie et son rayonnement culturel &agrave; ses fronti&egrave;res externes, comme internationalement, via sa vari&eacute;t&eacute; linguistique risque d'en p&acirc;tir s&eacute;rieusement. Sa coh&eacute;rence identitaire et physique aussi. Comment imaginer une future union politique f&eacute;d&eacute;rale, d'&eacute;tats nations ou non, dont le gouvernement serait incapable de communiquer avec son administration et ses diverses institutions. Et dont ses langues, sans la fiert&eacute; en plus d'une langue commune proprement europ&eacute;enne, ne seraient m&ecirc;me plus des langues r&eacute;gionales mais des dialectes locaux, au mieux affili&eacute;es de loin a leur version d'outre-mer devenue plus importante. L'Eglise n'a-t-elle pas gard&eacute;e le latin a usage interne ? La simple formation de grands partis europ&eacute;ens, et la traduction tous azimuts risquent malheureusement d'&ecirc;tre insuffisant.&#12288;<br /> <br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp; Une fen&ecirc;tre d'opportunit&eacute; s'ouvre depuis la crise financi&egrave;re am&eacute;ricaine, avec la remise en cause du mod&egrave;le n&eacute;olib&eacute;ral anglo-saxon et le renouveau des peuples. De parier d&eacute;finitivement sur l'anglais comme langue mondiale est d'ailleurs pr&eacute;matur&eacute;. Par exemple, au Canada anglophone ce sont maintenant les produits culturels en chinois qui sont les plus import&eacute;s. Apr&egrave;s l'apprentissage d'une langue frontali&egrave;re d&egrave;s le plus jeune &acirc;ge, une alternative &agrave; l'anglais avec une grande langue internationale, dont le fran&ccedil;ais langue commune, serait &agrave; proposer. Un monde multipolaire est en gestation. Les BRICS, le Maghreb avec le projet d'Union-m&eacute;diterran&eacute;enne, l'Union-africaine, et l'Am&eacute;rique du sud ou le socialisme n'est pas mort, sont pr&ecirc;t &agrave; coop&eacute;rer avec la volont&eacute; sociale d&eacute;mocrate europ&eacute;enne, qui suivant son mod&egrave;le de puissance douce, tente d'&eacute;tablir de nouveaux standards &eacute;conomiques et politiques mondiaux. Il serait opportun maintenant de s'affranchir aussi en Europe du colonialisme mental Anglo-saxon en cours, en nous en donnant les moyens. L'enjeu en recr&eacute;ant l'usage d'une langue commune, est, comme pour un corps de m&eacute;tier avec un outil, d'en d&eacute;velopper la pratique. Pourquoi ne pas, en se servant des brigades militaires franco-allemandes, d&eacute;velopper cette structure de proche en proche, chaque pays coop&eacute;rant avec les pays &agrave; ses fronti&egrave;res, maritimes comprises, pour constituer une arm&eacute;e europ&eacute;enne multilingue, dont le fran&ccedil;ais serait la langue commune des officiers sup&eacute;rieurs. Les officiers fran&ccedil;ais se devant bien entendu de parler au moins deux langues europ&eacute;ennes. La France en contrepartie pourrait partager partiellement ses capacit&eacute;s nucl&eacute;aires, et les adapter aux besoins et sentiments europ&eacute;ens (mini pour arr&ecirc;ter les colonnes de chars et contre les places fortifi&eacute;es, &eacute;lectromagn&eacute;tiques d&eacute;truisant capacit&eacute;s &eacute;lectriques et &eacute;lectroniques, et &agrave; neutrons pr&eacute;servant infrastructures et b&acirc;timents). Les pays ayant une fronti&egrave;re commune avec un pays anglophone, serviraient ainsi de base aux liaisons avec des structures de l'OTAN, esp&eacute;rons &agrave; ce moment ren&eacute;goci&eacute;es. Une coop&eacute;ration europ&eacute;enne globale avec le Maghreb et l'Afrique sub-saharienne francophone en serait facilit&eacute;e. De m&ecirc;me, l'&eacute;tablissement d'une solide confiance en Europe de l'est &eacute;paul&eacute;e ainsi par ses voisins, notamment&nbsp;avec&nbsp; la Pologne soutenant le projet de d&eacute;fense europ&eacute;en, aiderait a un pacte g&eacute;ostrat&eacute;gique avec la F&eacute;d&eacute;ration de Russie, ce qui stabiliserait durablement cette partie du Continent euro-asiatique. &#12288;<br /> <br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp; Avec une voix distincte renforc&eacute;e militairement, l'Europe serait plus a m&ecirc;me de pr&eacute;server ses particularismes culturels, de promouvoir l'originalit&eacute; de ses institutions, et la valeur de son mod&egrave;le de d&eacute;mocratie sociale. L'Angleterre pourrait enfin op&eacute;rer son autocritique en retrouvant un r&ocirc;le plus constructif par rapport a une Zone Euro par del&agrave; m&ecirc;me valid&eacute;e, et face &agrave; un d&eacute;sir europ&eacute;en, non seulement continental, d'union politique renforc&eacute;e. Les futures int&eacute;grations dans les Balkans, dans le Caucase, et celle de l'Ukraine en seraient facilit&eacute;es. Avec une confiance retrouv&eacute;e par cette nouvelle visibilit&eacute; et un r&ocirc;le plus actif, la psych&eacute; europ&eacute;enne se garderait plus facilement des tentations populistes de repliement face &agrave; une mondialisation vue comme subie, et resterait une soci&eacute;t&eacute; ouverte. Un sentiment cosmopolite d'appartenance des citoyens europ&eacute;ens &agrave; un tout identitaire, conscient et pleinement dirig&eacute;, d&eacute;mocratique et politique, pourrait s'&eacute;panouir. Non un sentiment de dilution dans le fourre-tout multiculturel anglo-saxon, au laisser faire courtermiste et in&eacute;galitaire profitant essentiellement &agrave; ses &eacute;lites. Le fran&ccedil;ais, h&eacute;ritage historique ayant concouru aux fondements de la modernit&eacute; europ&eacute;enne a encore un certain prestige, et plus que jamais pourrait par consensus servir de lien entre la vari&eacute;t&eacute; de ses nations, leurs int&eacute;r&ecirc;ts, leurs antagonismes, et leurs peurs, pour pr&eacute;server la paix et la s&eacute;curit&eacute;.<br /> &nbsp;<br /> Frederic Beaugeard Sun, 01 Dec 2013 23:00:00 GMT La mise en oeuvre de l'écotaxe excédait-elle les capacités de l'Etat&#160;? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1195 1195 <br /><br /> <font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif" /> <p align="center"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><img width="459" height="394" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/140/portailecomouv.jpg" alt="" /><br /> </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Un PPP pour percevoir l&rsquo;imp&ocirc;t. Depuis la R&eacute;volution, l&rsquo;imp&ocirc;t ne peut &ecirc;tre per&ccedil;u que par l&rsquo;&Eacute;tat.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Pour justifier ce choix du partenariat public priv&eacute; (PPP), outre l&rsquo;investissement n&eacute;cessaire au d&eacute;ploiement de cette infrastructure, l&rsquo;Etat a mis en avant la technicit&eacute; du projet. </font><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Une technicit&eacute; qui aurait exc&eacute;d&eacute; les comp&eacute;tences des services de l&rsquo;Etat.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Nathalie Kociusko Morizet a repris cet argument. &laquo;il fallait des investissements, une technologie notamment num&eacute;rique qui n&rsquo;existait pas &agrave; l&rsquo;int&eacute;rieur de l&rsquo;Etat. C&rsquo;est le sens de ce contrat&raquo;. J&rsquo;ai lu cela aussi &agrave; gauche.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Alors que se dessine un nouveau cycle technologique (Internet des objets, M2M (machine to machine), Big Data, etc &hellip;), l&rsquo;Etat dit : &quot;je ne suis plus capable de suivre. Cela d&eacute;passe mes capacit&eacute;s&quot;.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">C&rsquo;est un tournant. Ou peut &ecirc;tre un sympt&ocirc;me.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">1. Une des caract&eacute;ristiques de l&rsquo;Etat en France, tout au long de son histoire, c&rsquo;est qu&rsquo;il se dotait de ses propres ing&eacute;nieurs pour maitriser les technologies, &eacute;quiper le pays, exploiter ses ressources.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Cela commence avant la R&eacute;volution fran&ccedil;aise, en 1672 avec l&rsquo;Ecole de constructeurs de vaisseaux &agrave; Nantes. En 1909, quand nait l&rsquo;aviation, il cree l&rsquo;&Eacute;cole Sup&eacute;rieure d&rsquo;A&eacute;ronautique.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">2. Si l'on regarde d&rsquo;un peu pr&egrave;s cette infrastructure de mesure et de collecte de l&rsquo;&eacute;cotaxe, c</font><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">&rsquo;est du M2M, justement&hellip;. Quelques centaines de portiques, de bornes mobiles et de balises. Des boitiers, du GPS, du GSM et du DSRC (qui sert &agrave; la gestion des p&eacute;ages sur autoroutes, tunnels&hellip; et des ouvertures automatiques de barri&egrave;res).</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Aucune technologie de pointe.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">L&rsquo;Union Europ&eacute;enne, de surcroit, avait d&eacute;j&agrave; sp&eacute;cifi&eacute; les standards.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">3. L&rsquo;Etat pouvait fort conduire ce projet. Et sous-traiter, comme il le fait habituellement, la conception et la r&eacute;alisation des divers composants du syst&egrave;me &agrave; des industriels. C&rsquo;est d&rsquo;ailleurs ce que fait Ecomouv, avec Thales, SFR, Steria et SNCF.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">4. Certains diront que si l&rsquo;Etat, ou l&rsquo;un de ses op&eacute;rateurs, avait pilot&eacute; le projet, il n&rsquo;aurait probablement pas fait mieux, plus vite et moins cher que le consortium Ecomouv. Nous aurions peut &ecirc;tre m&ecirc;me connu un d&eacute;sastre type Chorus (projet qui vise &agrave; r&eacute;nover le syst&egrave;me d'information permettant de g&eacute;rer la d&eacute;pense, les recettes non fiscales et la comptabilit&eacute; de l'&Eacute;tat en France) ...ou Louvois (logiciel de paye du minist&egrave;re de la D&eacute;fense)</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Mais affirmer que l&rsquo;Etat n&rsquo;est plus capable de d&eacute;ployer une infrastructure num&eacute;rique pour recouvrir la fiscalit&eacute;, c&rsquo;est un sacr&eacute; renoncement.</font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong>Maurice Ronai</strong><br /> </font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">* Repris avec l'accord de l'auteur &agrave; partir de <a href="http://travauxpublics.wordpress.com/category/systemes-d%E2%80%99information-et-reforme-de-l%E2%80%99etat/">http://travauxpublics.wordpress.com/category/systemes-d%E2%80%99information-et-reforme-de-l%E2%80%99etat/</a></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">* voir aussi l'article &quot;Difficult&eacute;s de l'&eacute;cotaxe&quot; <a href="http://travauxpublics.wordpress.com/category/systemes-d%E2%80%99information-et-reforme-de-l%E2%80%99etat/">http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/140/ecotaxe.htm</a></font></p> Tue, 05 Nov 2013 23:00:00 GMT