Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/ Europe Solidaire Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/logo.gifEurope Solidairehttp://www.europesolidaire.eu/ Tue, 28 Mar 2017 20:31:22 GMT Les Etats-Unis et la Grande Bretagne ont financé et continuent à aider le terrorisme. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2502 2502 <br /><font size="2" face="Arial">Pourquoi cette bienveillance ? Parce que ces terroristes continuent &agrave; mener une guerre dans tout le Moyen-Orient contre Bashar al Assad et l'influence qui ont prise r&eacute;cemment, &agrave; la demande de ce dernier, la Russie et l'Iran. Les int&eacute;r&ecirc;ts p&eacute;troliers et g&eacute;ostrat&eacute;giques occidentaux se croient menac&eacute;s par Damas et Moscou, sans admettre que dans la lutte globale contre le djihadisme, la Syrie et la Russie m&egrave;nent une lutte efficace contre l'internationale terroriste islamique qui les menace encore plus qu'il ne menace l'Europe et l'Am&eacute;rique. </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial" color="#000080"><strong>Des mesures de protection d&eacute;risoires</strong></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Pour se d&eacute;fendre contre de nouveaux attentats terroristes, Theresa May promet des mesures de protection telles que l'interdiction de portables et tablettes sur certaines lignes a&eacute;riennes. Mais dans le m&ecirc;me temps la Grande Bretagne continue &agrave; refuser la mise en place de cartes d'identit&eacute;s au pr&eacute;texte qu'elles menaceraient les libert&eacute;s publiques. Il en a r&eacute;sult&eacute; qu'il a fallu des heures &agrave; Scotland Yard pour identifier le terroriste de Londres, un certain britannique nomm&eacute; Khalid Masood, 52 ans. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Il y a plus grave. La Grande Bretagne comme la France disposent de fichiers de milliers d'individus ayant travaill&eacute; avec l'Etat islamique, les fiches dites S en France. Plus de 3.000 Britanniques seraient inscrits sur une liste de surveillance anti-terreur &eacute;tablie par le service de renseignement MI5. Mais comme ils ne sont pas encore pass&eacute; &agrave; des actions violentes identifi&eacute;es, on se borne &agrave; continuer &agrave; les surveiller &eacute;pisodiquement au lieu de les mettre en d&eacute;tention, fut-ce &agrave; titre provisoire. Ceci est d&eacute;risoire, vu les faibles moyens dont dispose la police et les complicit&eacute;s dont ces individus disposent dans les quartiers dits sensibles &ndash; sans mentionner en Angleterre le nombre de communes ayant &eacute;t&eacute; autoris&eacute;es &agrave; pratiquer la shariaa qui se r&eacute;v&egrave;lent de v&eacute;ritables p&eacute;pini&egrave;res de terroristes en puissance. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">On objectera que les attentats seront de plus en plus le fait de candidats au suicide pour Allah, convertis discr&egrave;tement dans certaines mosqu&eacute;es ou sur les r&eacute;seaux sociaux islamistes, sans avoir fait parler d'eux auparavant. Peut-&ecirc;tre, mais il n'emp&ecirc;che que de nombreux autres sont connus des services de police et que rien n'est fait pour les emp&ecirc;cher de nuire.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Mais que faire, dira-t-on? Cr&eacute;er des milliers de places de prison, alors que l'administration p&eacute;nitentiaire manque d&eacute;j&agrave; de personnel ? Pourquoi pas ? Lorsqu'un pays est en guerre, il trouve les moyens de se d&eacute;fendre. D'autres mesures seraient possibles, mais nous ne les &eacute;voquerons pas ici. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Dans l'imm&eacute;diat, le quotidien <em>Sun</em> de Rupert Murdoch a r&eacute;clam&eacute; une augmentation massive de la police arm&eacute;e, tandis que le <em>Daily Mail</em> d&eacute;nonce comme de plus en plus pervers le refus de donner aux autorit&eacute;s le droit d'&eacute;couter les communications &eacute;lectroniques. Mais ceci ne se fera pas. Rappelons que Rupert Murdoch est consid&eacute;r&eacute; en Angleterre comme un dangereux fanatique de droite, de m&ecirc;me que l'est encore Marine Le Pen en France. </font></p> Thu, 23 Mar 2017 23:00:00 GMT Corruption au Brésil (suite) http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2416 2416 <br /><p style="margin-bottom: 0cm"> </p> <p style="margin-bottom: 0.5cm; font-weight: normal"><font size="2" face="Arial"><a href="http://therealnews.com/t2/story:18010:'A-Marriage-Made-in-Hell':-Construction-Companies-and-the-Brazilian-State">http://therealnews.com/t2/story:18010:'A-Marriage-Made-in-Hell':-Construction-Companies-and-the-Brazilian-State</a>#</font></p> <font size="2" face="Arial"><span style="font-weight: normal">Observons cependant que The Real News</span> (TRNN) se pr&eacute;sente comme &laquo;&nbsp;a<em> nonprofit independent news organization&nbsp;</em>&raquo; Site <a href="http://therealnews.com/t2/">http://therealnews.com/t2/.</a> Il semble se sp&eacute;cialiser dans la d&eacute;nonciation de pratiques diverses venant en contradiction avec la morale politique &laquo;&nbsp;occidentale. Ceci n'emp&ecirc;che pas de lire ses articles avec un fort recul. Il est difficile de montrer qu'il &eacute;chappe toujours &agrave; l'influence du langage politique am&eacute;ricain dominant et des int&eacute;r&ecirc;ts qui l'inspirent. </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Sur le fond, au vu de l'influence que jouent dans la vie politique br&eacute;silienne les grandes entreprises du type d'<span style="font-weight: normal"> Odebrecht.</span>, l'article ne devrait pas surprendre. Il nous apprend que Odebrecht vient d'&ecirc;tre condamn&eacute; par le US Department of Justice (minist&egrave;re de la Justice) &agrave; verser une amende apparemment consid&eacute;rable de 4.5 milliards de dollars. Cette amende r&eacute;sulte de l'application de la loi am&eacute;ricaine dite <em>Foreign Corrupt Practices Ac</em>t de 1977 visant &agrave; r&eacute;primer les man&oelig;uvres de corruption. L'amende sera vers&eacute;e au Tr&eacute;sor am&eacute;ricain. Celui-ci envisage d'en reverser une partie &agrave; la douzaine de gouvernements victimes de la politique du g&eacute;ant br&eacute;silien.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">On ne peut que se f&eacute;liciter du z&egrave;le vertueux du d&eacute;partement de la Justice am&eacute;ricain, d'autant plus vertueux que Odebrecht n'est en rien une entreprise am&eacute;ricaine et qu'aucune administration am&eacute;ricaine, autant que l'on sache, n'a &eacute;t&eacute; victime de ses manoeuvres. Nous devons cependant rappeler plusieurs points:</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">1. Un autre consortium br&eacute;silien, le g&eacute;ant Petrobras, dominant dans le secteur du gaz et du p&eacute;trole, n'a cess&eacute; d'&ecirc;tre mis en cause par les autorit&eacute;s am&eacute;ricaines pour sa politique de corruption &eacute;tendue. Personne au Br&eacute;sil n'ignorait ces pratiques. De telles pratiques sont d'ailleurs communes dans le syst&egrave;me politique latino-am&eacute;ricain, comme ailleurs dans le monde, notamment de la part des g&eacute;ants p&eacute;troliers am&eacute;ricains. Cependant, il faut rappeler pourquoi de temps &agrave; autres, elles sont mises en lumi&egrave;re par la politique am&eacute;ricaine. Ce n'est pas par vertu puritaine. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Ainsi, dans le secteur p&eacute;trolier, nul ne devrait ignorer les investissements consid&eacute;rables entrepris par Petrobras pour mettre en valeur des r&eacute;serves br&eacute;siliennes sous-marines de gaz et de p&eacute;trole. Celles-ci sont convoit&eacute;es par les p&eacute;troliers am&eacute;ricains. Les campagnes d'opinions men&eacute;es contre Petrobras, provenant des Etats-Unis ou de milieux politiques br&eacute;siliens influenc&eacute;s (y compris par les dollars de la CIA) pour d&eacute;fendre les int&eacute;r&ecirc;ts am&eacute;ricains au Br&eacute;sil, visent &eacute;videment &agrave; compromettre Petrobras. <br /> <br /> Nous ne connaissons pas les int&eacute;r&ecirc;ts am&eacute;ricains dans le secteur des travaux publics et de la construction au Br&eacute;sil et sur le continent sud-am&eacute;ricain. Une enqu&ecirc;te approfondie serait n&eacute;cessaire, que nous ne sommes pas en mesure de mener. Cependant, il existe des informations suffisantes pour montrer qu'ils sont consid&eacute;rables. Tenter de ruiner la part prise par Odebrecht dans les circuits de d&eacute;cisions ne peut qu'&ecirc;tre &ecirc;tre favorable aux concurrents am&eacute;ricains de Odebrecht . L'amende inflig&eacute;e par le D&eacute;partement de la Justice am&eacute;ricaine ne peut que servir directement leurs objectifs </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">2. Il faut rappeler surtout que les Etats-Unis ne deviennent vertueux que lorsque leurs int&eacute;r&ecirc;ts &eacute;conomiques et strat&eacute;giques l'exigent. Nous avons dans plusieurs articles pr&eacute;c&eacute;dents signal&eacute; l'ignoble&nbsp; campagne men&eacute;e &agrave; l'instigation am&eacute;ricaine contre Dilma Rousseff, accus&eacute;e implicitement de corruption. Celle-ci, de m&ecirc;me que l'ex-pr&eacute;sident Lula, avaient le grand tort de chercher &agrave; diminuer l'emprise am&eacute;ricaine sur le Br&eacute;sil. Mal leur en a pris. Peu d'observateurs au demeurant ne remarquent que son successeur, d&eacute;sormais le chouchou de Washington, un certain Michael Temer, aujourd'hui pr&eacute;sident, est lui-m&ecirc;me accus&eacute;, sauf erreur, ou sinon lui ses proches, de corruption passive &ndash; c'est-&agrave;-dire de s'&ecirc;tre laisser acheter. Or le D&eacute;partement de la Justice am&eacute;ricain ne lui a jamais, que nous sachions, rien reproch&eacute;. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Le m&ecirc;me jeu a &eacute;t&eacute; jou&eacute;, comme nous l'avions &eacute;galement indiqu&eacute;,&nbsp;par le d&eacute;partement d'Etat am&eacute;ricain pour se d&eacute;barrasser de la pr&eacute;sidente argentine Cristina de Kirchner et mettre en extr&ecirc;me difficult&eacute; l'actuel pr&eacute;sident v&eacute;n&eacute;zuelien. L'un et l'autre voulaient conserver la main sur leurs propres r&eacute;serves &eacute;nerg&eacute;tiques. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Quant aux juges br&eacute;siliens, dits si honn&ecirc;tes, responsables de la chute de Dilma Rousseff, ils sont enti&egrave;rement aux mains des &eacute;glises &eacute;vang&eacute;liques elles-m&ecirc;mes tr&egrave;s sensibles aux arguments (en $) de la CIA.</font></p> <p><font size="2" face="Arial">3. Terminons cette rapide analyse en rappelant les amendes &eacute;normes (15 milliards) inflig&eacute;es par la Justice am&eacute;ricaine aux entreprises europ&eacute;ennes, dont la Soci&eacute;t&eacute; G&eacute;n&eacute;rale, au motif d'avoir viol&eacute; les embargos am&eacute;ricains mis sur le commerce avec un certain nombre d'Etats dits non coop&eacute;rants, dont Cuba pourtant aujourd'hui revenu en gr&acirc;ce. Rien de criminel en fait ne justifie ces amendes. N&eacute;anmoins les entreprises europ&eacute;ennes, voulant continuer &agrave; commercer dans les zones soumises &agrave; l'influence am&eacute;ricaine, se disent pr&ecirc;tes &agrave; les payer. Aucun gouvernement europ&eacute;en ne les soutient, non plus que la Commission europ&eacute;enne. Celle-ci est trop sous le contr&ocirc;le de Wall Street pour &eacute;mettre autre chose que des remarques sans port&eacute;e. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Fri, 30 Dec 2016 23:00:00 GMT Trump: une opportunité pour les Européens&#160;? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2370 2370 <br /><p style="margin-bottom: 0cm">&nbsp;</p> <font size="2" face="Arial" /><font size="2" face="Arial">Plusieurs point peuvent &ecirc;tre &eacute;voqu&eacute;s sur ce sujet:</font><font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">- Concernant l'&eacute;lection de Trump, il faut remarquer qu'elle correspond dans une large mesure &agrave; une faillite de la &laquo;&nbsp;d&eacute;mocratie en Am&eacute;rique&nbsp;&raquo;, pour reprendre le terme de Tocqueville. La participation n'a &eacute;t&eacute; que de 50%, de nombreuses cat&eacute;gories d'&eacute;lecteurs &laquo;&nbsp;pauvres&nbsp;&raquo; n'ayant pu pour des raisons diverses participer au vote. Le nombre des candidats aux &eacute;lections primaires &eacute;t&eacute; limit&eacute; &agrave; deux, Trump et Clinton, que l'on peut juger comme &laquo;&nbsp;mauvais&nbsp;&raquo;, chacun en ce qui les concerne. Les &eacute;lecteurs alternatifs, notamment les Greens, n'ont pas pu pr&eacute;senter de candidat. On explique cela en faisant appel au bipartisme am&eacute;ricain traditionnel, excluant toutes formes d'opinions se pla&ccedil;ant hors les hi&eacute;rarchies de ces deux partis. Mais pour les d&eacute;mocraties europ&eacute;ennes, ceci &eacute;tait jusqu'&agrave; pr&eacute;sent impensable. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">- Le succ&egrave;s de Trump, qui reste encore &ecirc;tre confirmer, est consid&eacute;r&eacute; comme le triomphe d'un &laquo;&nbsp;populisme&nbsp;&raquo; qui serait en train de submerger le monde. Mais nous avons pour notre part toujours refus&eacute; ce terme p&eacute;joratif de populisme, qu'il s'applique &agrave; Trump ou &agrave; d'autres partis &eacute;mergents. Il signifie qu'en donnant plus d'&eacute;chos aux revendications de couches d'&eacute;lecteurs jusqu'ici incapables d'&ecirc;tre entendu, les candidats et partis dits populistes bousculent l'influence d'&eacute;lites qui monopolisent la vie politique au profit de leurs int&eacute;r&ecirc;ts. Si Trump se montre effectivement populiste &agrave; l'avenir, ce sera une bonne chose pour la d&eacute;mocratie dans le monde. <br /> <br /> Les partis qui en Europe veulent d&eacute;sormais &eacute;chapper au pouvoir politique de ces &eacute;lites sont trait&eacute;es syst&eacute;matiquement comme populistes. Pour nous, il s'agirait plut&ocirc;t d'un compliment, s'ils savent &eacute;chapper dans l'avenir &agrave; la r&eacute;cup&eacute;ration par les &eacute;lites au pouvoir.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">- La venue &agrave; la Maison Blanche d'un Donald Trump, avec ses d&eacute;fauts mais aussi ses qualit&eacute;s, permettra-t-elle aux Europ&eacute;ens d'&eacute;chapper &agrave; la technocratie transatlantique, au pouvoir depuis bient&ocirc;t un si&egrave;cle, et dont les bases sont &agrave; Washington (et Wall Street) &agrave; l'ouest, &agrave; Bruxelles &agrave; l'Est. La cause en serait que Trump voudrait se d&eacute;sengager des contraintes de cet atlantisme qui ob&egrave;re l'Am&eacute;rique profonde, tant dans l'Otan qu'au plan commercial, par exemple dans les perspectives du prochain TTIP. Les &eacute;lites europ&eacute;ennes seraient donc bon gr&eacute; mal gr&eacute; oblig&eacute;es de se d&eacute;satlantiser, Trump ne voulant plus accepter les contraintes budg&eacute;taires qu'impose, en Am&eacute;rique m&ecirc;me, la caste des dominants et des va-t-en guerre dont Hillary Clinton &eacute;tait la repr&eacute;sentante. Mais s'y r&eacute;soudront-elles sans crises graves?</font></p> <font size="2" face="Arial" /> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">- Le programme &eacute;conomique propos&eacute; par Donald Trump pr&eacute;sente beaucoup de faiblesses, dont les atlantistes des deux bords profiteront pour imposer le statu quo dont ils profitent. Ces faiblesses sont complaisamment &eacute;num&eacute;r&eacute;es par les m&eacute;dias au service de l'atlantisme. Il s'agit d'abord d'un keyn&eacute;sianisme non financ&eacute;, la politique de grands travaux propos&eacute;e co&ucirc;tant des milliards que les banques ne voudront pas fournir vu leur peu d'attrait. De leur c&ocirc;t&eacute;, les restrictions de prise en charge des d&eacute;penses de sant&eacute; propos&eacute;es par Trump, outre leur caract&egrave;re impopulaire, devraient tous comptes faits se r&eacute;v&eacute;ler plus couteuse globalement que l'actuel Obamacare. Aucune &eacute;conomie ne devrait par ailleurs d&eacute;couler de r&eacute;ductions des budgets militaire, que Trump s'est au contraire engag&eacute; &agrave; augmenter.</font></p> <font size="2" face="Arial" /> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">- Les d&eacute;r&eacute;gulations annonc&eacute;es visant &agrave; diminuer pour l'Etat les co&ucirc;ts de certaines politiques publiques seront in&eacute;vitablement remplac&eacute;es par des r&eacute;gulations priv&eacute;es d&eacute;cid&eacute;es par les entreprises dominantes. Les prix pour le consommateur final ne baisseront pas, au contraire. Enfin la d&eacute;cision d'imposer des contraintes protectionnistes aux produits chinois ne pourra pas r&eacute;sister aux contre-mesures mises en place par la Chine.. Dans le m&ecirc;me temps, les r&eacute;industrialisations envisag&eacute;es par Trump (&agrave; supposer que quelqu'un les prennent en charge), mettront de nombreux mois avant de produire des effets favorables pour le consommateur final.</font></p> <font size="2" face="Arial" /> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">- On peut penser enfin que la Banque f&eacute;d&eacute;rale, ayant ces derni&egrave;res ann&eacute;es abus&eacute; des cr&eacute;ations de monnaie sans contrepartie (quantitative easing) ne pourra pas &ndash; ou ne voudra pas continuer &agrave; le faire, compte tenu du besoin de ne pas laisser le dollar s'effondrer sur les march&eacute;s de change. Il est douteux que Trump se r&eacute;solve &agrave; la nationaliser pour la rendre plus docile.</font></p> <font size="2" face="Arial" /> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">- Le seul point positif de l'acc&egrave;s de Trump aux responsabilit&eacute;s, comment&eacute; voire critiqu&eacute; &agrave; l'envie, sera un rapprochement avec la Russie. Ceci notamment sur le plan militaire, dans le cadre de campagnes conjointes contre l'Etat islamique. Pour nous, si cette d&eacute;cision &eacute;tait appliqu&eacute;e conjointement par l'arm&eacute;e am&eacute;ricaine et par les forces russes, il s'agirait d'une premi&egrave;re mise en cause de la Guerre froide impos&eacute;e &agrave; la Russie par l'Am&eacute;rique depuis des d&eacute;cennies. Le monde entier devrait en profiter, les risques de confrontation nucl&eacute;aire s'&eacute;loignant.<br /> <br /> Mais il faudrait que l'Europe pour sa part, ou simplement la France, se juge enfin autoris&eacute;e &agrave; entretenir avec la Russie des relations normales d'alli&eacute;e &agrave; alli&eacute;e. Ce serait pour elles l'&eacute;l&eacute;ment essentiel leur permettant de retrouver les voies de l'ind&eacute;pendance et de la cr&eacute;ativit&eacute; &eacute;voqu&eacute;es en introduction &agrave; cet article. Ceux des gouvernements europ&eacute;ens encore tr&egrave;s largement domin&eacute;s par l'imp&eacute;rialisme am&eacute;ricain sauront-ils se saisir de cette opportunit&eacute;? Les r&eacute;actions tr&egrave;s timor&eacute;es voire n&eacute;gatives manifest&eacute;es &agrave; l'&eacute;gard de Donald Trump, principalement sur cette question de la Russie, par Fran&ccedil;ois Hollande et le Quai d'Orsay, sont tr&egrave;s inqui&eacute;tantes &agrave; cet &eacute;gard. Qu'en sera-t-il des successeurs? </font> </p> Thu, 17 Nov 2016 23:00:00 GMT La domination par les algorithmes. Mythe ou réalité? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2299 2299 <br /><font face="Arial, Helvetica, sans-serif" size="2"><strong><font color="#000099"></font></strong><font face="Arial" size="2">Celles-ci sont des informations concernant principalement les humains et leurs activit&eacute;s et recueillies en grand nombre aupr&egrave;s de nous par les grands de l'internet am&eacute;ricain, dits GAFA ( ou G&eacute;ants du Web, Google, Apple, Facebook, Amazon ) . Nous sommes tous demandeurs des facilit&eacute;s diverses qu'ils offrent &agrave; l'internaute, ceci apparemment quasi gratuitement. </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Mais les Big Data ne sont rien sans les algorithmes programm&eacute;s pour en tirer des informations d'un grand int&eacute;r&ecirc;t politique et &eacute;conomique, information que bien &eacute;videmment les GAFA gardent pour eux afin de s'en servir pour conqu&eacute;rir le monde de demain , comme Google on le sait ne se cache absolument pas de rechercher. Il est &eacute;vident que les algorithmes n'ont pas de pouvoirs de d&eacute;cision propres. Ils sont mis en oeuvre et aliment&eacute;s par les GAFA et homologues qui s'en servent pour construire une soci&eacute;t&eacute; num&eacute;rique globale &ndash; on parle aussi de cerveau global &ndash; leur permettant d'analyser, pr&eacute;voir et exploiter &agrave; leur profit toutes les activit&eacute;s r&eacute;sultant des activit&eacute;s num&eacute;riques des internautes. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Ces GAFA ne sont pas d&eacute;sint&eacute;ress&eacute;s. Ils servent la petite poign&eacute;e de dirigeants qui en ont fait des prestataires de service con&ccedil;us pour r&eacute;pondre au mieux &agrave; leurs objectifs de domination. Ils servent aussi d'interm&eacute;diaires au gouvernement am&eacute;ricain qui les a encourag&eacute;s voir financ&eacute;s initialement pour espionner massivement les entreprises, administrations et citoyens oblig&eacute;s en l'absence d'autres solutions de faire appel aux services des GAFA. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Il est certain cependant que dans le monde hyper-complexe de l'algorithmique moderne se nourrissant de Big Data, certains algorithmes semblent occasionnellement &eacute;chapper &agrave; leurs concepteurs et op&eacute;rateurs pour se comporter de fa&ccedil;on autonome. Ceci avait &eacute;t&eacute; signal&eacute; &agrave; propos des algorithmes responsables de la sp&eacute;culation financi&egrave;re &agrave; haute fr&eacute;quence (high frequency trading) qui peuvent en quelques secondes et de leur propre chef prendre des d&eacute;cisions de vente et d'achat se traduisant par des b&eacute;n&eacute;fices ou des pertes que personne ne cherchait. Mais si les algorithmes permettant de telles d&eacute;cisions existent, ce n'est pas parce qu'ils sont n&eacute;s spontan&eacute;ment. Leur existence et leurs activit&eacute;s sont pr&eacute;vues et encourag&eacute;es par les sp&eacute;culateurs humains et les gouvernements dont ils d&eacute;pendent, afin d'accroitre globalement les pouvoirs de ces derniers. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">D&eacute;noncer une quelconque prise de pouvoir ou domination par les algorithmes rel&egrave;ve donc du mensonge pur et simple. En bonne d&eacute;mocratie, ce devrait &ecirc;tre les forces politiques et &eacute;conomiques qui les utilisent qu'il conviendrait de d&eacute;noncer. Plus concr&egrave;tement, il faudrait accuser les GAFA et le gouvernement am&eacute;ricain qui se servent des algorithmes pour mettre &agrave; leur service les acteurs de la nouvelle soci&eacute;t&eacute; num&eacute;rique s'&eacute;tendant aujourd'hui &agrave; l'&eacute;chelle du monde. Nous avons pr&eacute;c&eacute;demment montr&eacute; comment la NSA, National Security Agency, la CIA et le FBI aux Etats-Unis, utilisent et souvent financent les GAFA.<br /> <br /> Les algorithmes se pr&eacute;sentent sous la forme de mod&egrave;les math&eacute;matiques &ndash; une fois encore difficilement compr&eacute;hensibles, m&ecirc;me par des math&eacute;maticiens. Ils prennent d&eacute;sormais en permanence toutes les d&eacute;cisions relatives &agrave; la vie de chacun dans la soci&eacute;t&eacute; num&eacute;rique, qu'acheter, o&ugrave; habiter, o&ugrave; voyager, comment et &agrave; quels tarifs s'assurer. Leur caract&egrave;re apparemment objectif, du fait de leur formulation math&eacute;matique, rassure. Chacun devrait &ecirc;tre trait&eacute; selon les m&ecirc;mes r&egrave;gles. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2"><strong><font color="#000099">Armes de destruction math&eacute;matique.<br /> <br /> <img height="300" width="200" align="left" alt="" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2016/173/wmd.jpg" /></font></strong></font><font face="Arial" size="2">Ce n'est pas le cas. C'est ce que vient de montrer dans un livre important <em>&laquo;&nbsp;Weapons of Math Destruction: How Big Data Increases Inequality and Threatens Democracy&nbsp;&raquo;</em>.<br /> <br /> Cathy O'Neil est elle-m&ecirc;me math&eacute;maticienne et ancienne trader &agrave; Wall Street. Inutile de pr&eacute;ciser que le terme de Math Destruction, destruction d'ordre math&eacute;matique, fait allusion au terme de &laquo;&nbsp;destruction massive&nbsp;&raquo;. Pour elle les algorithmes sont opaques, non r&eacute;gul&eacute;s d&eacute;mocratiquement et non contestables, m&ecirc;me lorsqu'ils s'av&egrave;rent faux. Cathy O'Neil en appelle &agrave; la responsabilit&eacute; des math&eacute;maticiens qui con&ccedil;oivent ces mod&egrave;les et aux d&eacute;cideurs qui les utilisent. Ils doivent travailler pour que les algorithmes soient transparents, discutables en termes politiques, facilement modifiables afin de les rendre plus conformes aux r&eacute;alit&eacute;s et besoins de la soci&eacute;t&eacute; dans son ensemble. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">L'objectif qu'elle propose est certes tr&egrave;s souhaitable. Mais Cathy O'Neil, involontairement ou sciemment, ne fait pas assez remarquer que les concepteurs des algorithmes dont elle constate les effets destructifs ne sont pas anim&eacute;s par l'objectif d'am&eacute;liorer le fonctionnement de la soci&eacute;t&eacute; dans son ensemble. Moins encore par celui de redonner de l'influence et du pouvoir au 95% des populations qui les subissent. Ils sont au service des 5% de dominants, afin d'accroitre encore leurs profits et leurs pouvoirs. Il en est de m&ecirc;me des GAFA de toutes sortes qui se multiplient. A travers les donn&eacute;es que leur confient innocemment leurs utilisateurs et les algorithmes qu'ils emploient pour les interpr&eacute;ter, ils prennent des d&eacute;cisions visant &agrave; servir les int&eacute;r&ecirc;ts des super-dominants. <br /> <br /> Les exemples de ceci sont nombreux, encore qu'il faille un oeil particuli&egrave;rement inform&eacute; techniquement pour s'en rendre compte en d&eacute;tail. On peut mentionner ainsi la fa&ccedil;on dont Facebook censure ou promeut les messages et les images selon les int&eacute;r&ecirc;ts des dominants. Les pr&eacute;textes annonc&eacute;s sont g&eacute;n&eacute;ralement tout &agrave; fait honorables, mais en y regardant mieux on peut entrevoir les liaisons &eacute;troites des GAFA avec la volont&eacute; de conqu&ecirc;te de l'Empire am&eacute;ricain. <br /> <br /> On dira que les GAFA ont d&eacute;localis&eacute; leurs fonctions d'&eacute;valuation au profit de milliers de &laquo;&nbsp;mod&eacute;rateurs&nbsp;&raquo; travaillant g&eacute;n&eacute;ralement pour des entreprises du Moyen Orient ou d'Asie du sud-est. Ceci devrait garantir une certaine impartialit&eacute; de la part de ces mod&eacute;rateurs, du fait notamment qu'ils ne peuvent pas tous &ecirc;tre oblig&eacute;s d'appliquer en d&eacute;tail d'&eacute;ventuels mots d'ordre de censure. Mais il faut savoir que les propositions de d&eacute;cision &eacute;manant de ces mod&eacute;rateurs sont soumises &agrave; un algorithme central ad&eacute;quat qui commande la d&eacute;cision finale. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Ces algorithmes sont pas nature incapables de percevoir les nuances ironiques, sarcastiques ou culturelles d'une expression. Par contre, ils sont tr&egrave;s capables de prendre avec la plus grande brutalit&eacute; des d&eacute;cisions r&eacute;pondant &agrave; des objectifs simples fix&eacute;s par les pouvoirs. Comme nous l'avons indiqu&eacute; cependant, en citant notamment Alain Cardon, la complexit&eacute; et l'intrication des algorithmes permettra de plus en plus &agrave; beaucoup d'entre eux de prendre seuls des d&eacute;cisions politiquement importantes, de censure ou de promotion. La d&eacute;cision une fois prise, il s'av&egrave;re pratiquement impossible de l'annuler, ceci notamment pour des administrations de r&eacute;gulation ou des tribunaux. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Par contre, ce que ne peuvent pas faire ces gardiens de l'ordre public et de la d&eacute;mocratie, les pouvoirs &eacute;conomiques et politiques de ceux qui ont mis en place ou tol&eacute;r&eacute; les algorithmes reste pratiquement inchang&eacute;. Il est toujours possible pour eux de &laquo;&nbsp;d&eacute;brancher&nbsp;&raquo; l'algorithme, aussi autonome qu'il soit. La m&ecirc;me constatation devra &ecirc;tre faite dans l'avenir &agrave; propos des robots autonomes. Si les r&eacute;sultats de leur autonomie d&eacute;plait aux ma&icirc;tres du monde, ils seront rapidement d&eacute;branch&eacute;s. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Cathy O'Neil a fait un travail tr&egrave;s important, en montrant sans faire appel &agrave; des concepts math&eacute;matiques la fa&ccedil;on dont les algorithmes r&eacute;gentent dor&eacute;navant nos vies. De m&ecirc;me, elle montre bien comment dans l'ensemble ils sont au service du profit financier maximum des entreprises qui y ont recours ou des GAFA qui fournissent les donn&eacute;es des informations dont ils se nourrissent. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Mais ni elle ni les bons esprits qui d&eacute;noncent de plus en plus le pouvoir des algorithmes ne proposent la v&eacute;ritable r&eacute;volution politique qui serait n&eacute;cessaire pour redonner &agrave; la majorit&eacute; des citoyens la possibilit&eacute; de reprendre le pouvoir dans la soci&eacute;t&eacute; num&eacute;rique. Certains fondent des espoirs dans la conception de nouveaux logiciels et de nouveaux processus informationnels qui seraient plus transparents et plus contr&ocirc;lables. Mais on ne voit pas clairement comment ceux-ci pourront &eacute;chapper &agrave; la prise en main par de nouveaux pouvoirs, ou plus simplement &agrave; la r&eacute;cup&eacute;ration par les pouvoirs actuels. Beaucoup en concluront que d&eacute;mocratiser les algorithmes sera d&eacute;finitivement impossible, et qu'il faudra se r&eacute;signer. </font></p> </font> Tue, 20 Sep 2016 23:00:00 GMT Guerre contre le terrorisme? Oui mais quelle guerre? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2227 2227 <br /><p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Dans un article du 19/071), nous &eacute;crivions que la &laquo; g&eacute;n&eacute;reuse politique d'accueil aux migrants &raquo; de Angela Merkel favorisait n&eacute;cessairement en Allemagne l'entr&eacute;e de fanatiques islamistes, souvent jeunes, conditionn&eacute;s pour conduire des attentats terroristes . Depuis celui de Munich vis&eacute; par cet article, deux autres attentats se sont produits en Allemagne, frappant, selon la grande presse, la population de stupeur.<br /> <br /> <img width="300" height="168" align="left" alt="" src="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2016/171/hamel.jpg" />Mais l'on savait que la France, d&eacute;j&agrave; atteinte par des attentats beaucoup plus meurtriers, restait une cible pour les organisations djihadistes, la plus active se pr&eacute;sentant aujourd'hui sous le nom de Daesh. L'attentat de ce matin dans l'&eacute;glise de Saint Etienne du Rouvray a pleinement justifi&eacute; ces pr&eacute;visions. Un pr&ecirc;tre de 86 ans, le p&egrave;re Jacques Hamel, a &eacute;t&eacute; sauvagement &eacute;gorg&eacute; au couteau, une autre personne gri&egrave;vement bless&eacute;e, lors de la messe de 9h30. L'attentat a &eacute;t&eacute; imm&eacute;diatement revendiqu&eacute; par Daesh.</font></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"> Nous sommes r&eacute;solument ath&eacute;s ici, et l'assassinat d'un pr&egrave;tre ne nous parait pas plus grave que celle de tout autre cible de Daesh. N&eacute;anmoins l'assassinat et ses circonstances ont particuli&egrave;rement r&eacute;voltants en l'esp&egrave;ce. Les tueurs voulaient-ils s'en prendre particuli&egrave;rement et publiquement &agrave; l'Eglise catholique? Le calcul vise-t-il &agrave; dresser contre l'islam la communaut&eacute; catholique mondiale qui demeure une force consid&eacute;rable, en vue de provoquer des guerres civiles g&eacute;n&eacute;ralis&eacute;es. Quoiqu'il en soit, devant ce meurtre, nous nous sentons nous-m&ecirc;mes visc&eacute;ralement catholiques</font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">Aucun des deux assassins, selon les informations donn&eacute;es par la police, n'&eacute;tait des r&eacute;fugi&eacute;s. Le tueur &laquo; pr&eacute;sum&eacute; &raquo; selon une formule bien indulgente impos&eacute;e par la loi, habitait depuis plusieurs ann&eacute;es dans la commune. Ag&eacute; de seulement 19 ans, il avait d&eacute;j&agrave; tent&eacute; &agrave; deux reprises de se rendre en Syrie : une premi&egrave;re fois en mars 2015, puis une seconde fois trois mois plus tard, en mai 2015, alors qu'il &eacute;tait mis en examen et plac&eacute; sous contr&ocirc;le judiciaire dans le cadre de sa premi&egrave;re tentative de d&eacute;part avort&eacute;e.</font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">Son contr&ocirc;le judiciaire viol&eacute; avait donc &eacute;t&eacute; r&eacute;voqu&eacute;, et il a &eacute;t&eacute; incarc&eacute;r&eacute; le 22 mai 2015. Apr&egrave;s dix mois de prison, il a de nouveau &eacute;t&eacute; plac&eacute; sous contr&ocirc;le judiciaire, avec assignation &agrave; r&eacute;sidence sous surveillance &eacute;lectronique, le 18 mars 2016, et interdiction de quitter le d&eacute;partement. L'attaque contre l'&eacute;glise s'est d&eacute;roul&eacute;e durant les heures o&ugrave; sa sortie &eacute;tait autoris&eacute;e, entre 8 h 30 et 12 h 30 du lundi au vendredi.</font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">Tout ceci signifie que des tueurs potentiels autochtones, musulmans ou non, se font recruter, soit dans le cadre d'une mosqu&eacute;e fondamentaliste salafiste, comme l'&eacute;tait pr&eacute;c&eacute;demment avant fermeture (?) celle de la ville de Saint Etienne du Rouvray, soit par relation, soit par les r&eacute;seaux sociaux. Certains sont issus de familles se disant chr&eacute;tiennes. Il ne serait pas impossible &agrave; la police de les d&eacute;tecter avant leur passage &agrave; l'acte, en multipliant les actions de renseignement.</font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2"> Mais celles-ci, &agrave; conduire principalement au sein d'une population musulmane de plus de 8 millions de personnes, supposeraient des dizaines de milliers de fonctionnaires. Leur action serait de plus en plus rejet&eacute;e par cette population. Les individus une fois condamn&eacute;s et remis en libert&eacute; pourraient &ecirc;tre plus facilement suivis, mais l&agrave; encore les effectifs actuels en seraient incapables. Quant au bracelet &eacute;lectronique, l'on savait depuis longtemps qu'il n'emp&ecirc;chait pas les passages &agrave; l'acte les plus dangereux.</font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2"><strong><font color="#000099">Un Guantanamo &agrave; la fran&ccedil;aise ?</font></strong></font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">L'opposition r&eacute;clame non sans raison des actions bien plus radicales. On a parl&eacute; d'un Guantanamo &agrave; la fran&ccedil;aise o&ugrave; seraient incarc&eacute;r&eacute;s pour des dur&eacute;es ind&eacute;termin&eacute;es les individus d&eacute;j&agrave; coupables d'association avec des terroristes, ou dans l'imm&eacute;diat ceux revenant de Syrie et d'Irak, tueurs exp&eacute;riment&eacute;s pr&ecirc;ts &agrave; l'action. Ceci &eacute;viterait en partie par ailleurs la contamination dans les prisons de d&eacute;tenus initialement non tent&eacute;s par le terrorisme. Le co&ucirc;t de tels centres de d&eacute;tention serait &eacute;videmment important, mais l'argument ne suffit pas pour s'y refuser. Nous pensons que l'id&eacute;e devrait &ecirc;tre &eacute;tudi&eacute;e voire mise en oeuvre, mais dans une configuration toute diff&eacute;rente. </font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">Les d&eacute;fenseurs de l'&eacute;tat de droit font valoir que ces centres obligeraient &agrave; remettre en cause toutes les traditions judiciaires tant fran&ccedil;aise qu'europ&eacute;ennes. Par ailleurs ils affirment que le Guantanamo am&eacute;ricain ne semble pas avoir beaucoup servi dans le combat contre le terrorisme sur le sol am&eacute;ricain. Sans doute, mais que ce serait-il pass&eacute; si des milliers de militants d'Al Qaida avaient &eacute;t&eacute; laiss&eacute;s libres de circuler. En fait, les m&eacute;thodes les plus efficaces seraient celles apparemment utilis&eacute;es par les Russes dans la lutte contre le terrorisme tch&eacute;tch&egrave;ne. Inutile de les d&eacute;crire ici, mais l&agrave; encore combien de d&eacute;g&acirc;ts collat&eacute;raux et de perversions possibles pourraient en r&eacute;sulter, dans un pays comme la France qui n'avait plus connu de telles m&eacute;thodes depuis l'Occupation.</font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">Nul en France ne propose aujourd'hui de solutions qui paraissent efficaces pour lutter contre les op&eacute;rations men&eacute;es par Daesh. Leur but est &eacute;videmment de dresser contre les musulmans fran&ccedil;ais tous les autres segments de la population, afin de g&eacute;n&eacute;raliser de v&eacute;ritables situations de guerre civile. Tous les responsables raisonnables s'en rendent compte, y compris dans les communaut&eacute;s musulmanes. Mais que faire? Faut-il faire, au moins momentan&eacute;ment, un aveu d'impuissance qui encouragerait Daesh &agrave; augmenter ses attaques?</font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">En fait, l'histoire a montr&eacute; que face &agrave; des situations hostiles il n'y avait pas d'impuissance qui ne puisse &ecirc;tre surmont&eacute;e. Ce sera &agrave; tous les responsables fran&ccedil;ais, comme d'ailleurs &agrave; tous citoyens ne voulant pas rester inactifs, de proposer et exp&eacute;rimenter dans les mois qui viennent des solutions nouvelles possibles. Celles-ci alors, mobilisant tout un peuple, pourraient surprendre par leur efficacit&eacute;.</font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">Ajoutons que les m&eacute;thodes de contr&ocirc;le strict, appliqu&eacute;es en Isra&euml;l, non sans failles, ne semblent pas utilisables dans un grand Etat comme la France</font></font></p> <p><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2">1) Voir<br /> <a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2219&amp;r_id=">Bavi&egrave;re. La g&eacute;n&eacute;reuse politique d'accueil aux r&eacute;fugi&eacute;s. </a></font><font size="2"><br /> </font></font></p> <p align="left"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">&nbsp; </font></p> <font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="font-weight: normal"><font size="2" face="Arial"><br /> </font><br /> </p> </font> Mon, 25 Jul 2016 23:00:00 GMT Super-collisionneur de particules. Le projet de la Chine http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1964 1964 <br /><p align="left"><font size="2" face="Arial">&nbsp;Ce collisionneur, d&eacute;j&agrave; baptis&eacute; Circular Electron Positron Collider (CEPC) devrait avoir 2 fois la taille du LHC. Sa circonf&eacute;rence sera de 80 km. Il assurera dans un premier temps des collisions entre &eacute;lectrons et anti-&eacute;lectrons, puis entre protons, &agrave; des vitesses approchant celles de la lumi&egrave;re. Ceci devrait permettre de recr&eacute;er des conditions de tr&egrave;s haute &eacute;nergie proches de celles ayant imm&eacute;diatement suivie le Big Bang. Les physiciens esp&egrave;rent &agrave; cette occasion d&eacute;couvrir de nouvelles particules au del&agrave; de l'actuel Mod&egrave;le Standard. <br /> <br /> Dans un m&ecirc;me tunnel, le collisionneur sera divis&eacute; en deux ensembles. Le Circular Electron Positron Collider (CEPC) sera destin&eacute; &agrave; &eacute;tudier le boson de Higgs et ses modes de d&eacute;g&eacute;n&eacute;rescence et le Super Proton Proton Collider (SPPC) &eacute;tudiera les collisions protons-protons. <br /> <br /> Un complexe de laboratoires de recherches universitaires et industriels tr&egrave;s ambitieux sera cr&eacute;&eacute; &agrave; cette occasion dans la proximit&eacute; du futur CEPC. Il devrait pouvoir accueillir des milliers de chercheurs provenant du monde entier. Au del&agrave; de la physique des particules, les recherches pourront int&eacute;resser une large gamme de disciplines scientifiques. Le site de l'Institut pour la Physique des Hautes &eacute;nergies montre d&eacute;j&agrave; l'impressionnante gamme de recherches et d'exp&eacute;riences en cours. Le futur CEPC &eacute;largira encore les horizons &eacute;tudi&eacute;es. <br /> <br /> <font color="#000099"><strong>La Chine, premi&egrave;re puissance scientifique mondiale? </strong></font><br /> <br /> En termes g&eacute;opolitiques, il faut n&eacute;cessairement noter les ambitions de la Chine dans le domaine de la physique comme dans de nombreuses autres sciences. La Chine vise &eacute;videmment &agrave; d&eacute;passer les comp&eacute;tences et moyens d&eacute;j&agrave; consid&eacute;rables accumul&eacute;s par l'Am&eacute;rique depuis les ann&eacute;es 1950. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial">Rappelons qu'en mati&egrave;re de collisionneur, les Etats-Unis avaient renonc&eacute; &agrave; d&eacute;velopper un &eacute;quipement analogue &agrave; celui du CERN, devant le co&ucirc;t croissant de leurs d&eacute;penses militaires (par exemple au moins 400 milliards de dollars pour le projet d'avion de combat F 35 qui se r&eacute;v&egrave;le inutilisable). Il semble qu'ils envisagent de construire un grand acc&eacute;l&eacute;rateur lin&eacute;aire (Le LHC est un acc&eacute;l&eacute;rateur circulaire) &agrave; Stanford, mais nous n'avons pas ici de donn&eacute;es r&eacute;centes &agrave; ce sujet. Le lieu de construction ainsi que les technologies employ&eacute;es n'ont pas encore &eacute;t&eacute; d&eacute;termin&eacute;s. <br /> <br /> Avec son projet de CEPC, la Chine met aussi en &eacute;vidence le retard qu'est en train de prendre l'Europe dans ce domaine comme dans de nombreux autres. Aujourd'hui, les Etats europ&eacute;ens, montrant un m&eacute;pris ou une ignorance g&eacute;n&eacute;ralis&eacute;e concernant l'importance strat&eacute;gique des sciences, seraient incapables de d&eacute;cider la construction d'un nouveau LHC ou d'un super-acc&eacute;l&eacute;rateur lin&eacute;aire, lequel serait pourtant bien utile dans les prochaines d&eacute;cennies. </font><font size="2" face="Arial"><span>Si le besoin &eacute;tait confirm&eacute;, pourquoi ne pas r&eacute;aliser un acc&eacute;l&eacute;rateur lin&eacute;aire conjointement entre Europe (CERN), Chine et Russie? <br /> </span><br /> On peut penser que les nombreux scientifiques chinois ou d'origine chinoise travaillant dans des laboratoires am&eacute;ricains rejoindront tr&egrave;s vite leurs coll&egrave;gues chinois dans les nouveaux complexes de recherche annonc&eacute;s. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p align="left"><font size="2" face="Arial"><strong>Pour en savoir plus</strong><br /> <br /> * Institut pour la physique des hautes &eacute;nergies. Acad&eacute;mie des sciences de Chine<br /> <a href="http://english.ihep.cas.cn/">http://english.ihep.cas.cn/</a><br /> &nbsp;* China plans world's largest supercollider <br /> <a href="http://english.ihep.cas.cn/prs/ns/201511/t20151102_155005.html">http://english.ihep.cas.cn/prs/ns/201511/t20151102_155005.html</a></font></p> Thu, 05 Nov 2015 23:00:00 GMT Chine. Ralentir ou changer de modèle? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1867 1867 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20150814201902_tianjin.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><font size="2" face="Arial">R&eacute;sumons. <br /> * Des proc&egrave;s en corruption, int&eacute;ressant autant les organes de l'Etat que les collectivit&eacute;s r&eacute;gionales, qui r&eacute;v&egrave;lent moins une volont&eacute; s&eacute;rieuse de lutter contre la corruption que l'&eacute;tendue du mal.<br /> * Une chute brutale et profonde des cours &agrave; la Bourse de Shanghai, pouvant conduire &agrave; mettre en doute l'opportunit&eacute; de cr&eacute;er artificiellement un syst&egrave;me financier trop copi&eacute; sur Wall Street et Londres, ceci sans investisseurs assez solides, y compris en ce qui concerne la classe moyenne.<br /> * Des donn&eacute;es statistiques exag&eacute;r&eacute;ment optimistes. <br /> * Des d&eacute;valuations successives du yuan qui peuvent &ecirc;tre comprises comme des r&eacute;actions tardives et superficielles &agrave; une perte de comp&eacute;titivit&eacute; de l'&eacute;conomie, notamment au regard du reste de l'Asie. <br /> * L'explosion g&eacute;ante&nbsp; au port de Tianjin enfin, dont on n'a pas fini d'analyser ce qu'elle r&eacute;v&egrave;le: &eacute;l&eacute;ments portuaires et industriels non s&eacute;curis&eacute;s, incomp&eacute;tence des responsables locaux, non seulement dans la pr&eacute;vention mais dans la mise en oeuvre des secours, coupure excessive entre la population affect&eacute;e et le Pouvoir... </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Les adversaires de la Chine, notamment aux Etats-Unis, pavoisent d&eacute;j&agrave;, comme le montrent les articles dans les m&eacute;dias. Pour eux, l'apparent colosse chinois se r&eacute;veille incapable d'entrer en comp&eacute;tition avec la puissance supr&eacute;matiste. </font><font size="2" face="Arial"><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif">Ils escomptent une d&eacute;route de la Chine au prochain G20. </font>Nous n'iront pas jusque l&agrave;. Il ne faut pas confondre des ph&eacute;nom&egrave;nes finalement limit&eacute;s avec ce qui serait une vraie crise de r&eacute;gime. La Chine dispose encore de beaucoup d'atouts pour entrer en comp&eacute;tition avec l'Am&eacute;rique, sur les plans industriels, universitaires, militaires. Sans mentionner le poids que repr&eacute;sente une population de plus d'1 milliard de personnes.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">N&eacute;anmoins, on ne peut pas se demander, tant au sein du Brics que dans le reste du monde, si ces derniers temps la Chine n'avait pas affich&eacute; des objectifs au del&agrave; de ses forces. Nous avions pour notre part &eacute;mis quelques doutes sur le r&eacute;alisme de projets tels que la Nouvelle Route de la soie ou plus r&eacute;cemment la Plateforme dite de Connectivit&eacute;, qui conduiraient la Chine, faute de contreparties suffisantes apport&eacute;es par les pays travers&eacute;s, &agrave; mettre en place par elle-m&ecirc;me sur des milliers de kilom&egrave;tres des moyens de transport et des &eacute;quipements urbains dans lesquels on retrouvera n&eacute;cessairement la fragilit&eacute; caract&eacute;risant les villes chinoises g&eacute;antes. Ne va-t-elle pas non plus, en Afrique et en Am&eacute;rique latine, se lancer dans des op&eacute;rations ne pouvant faire face aux difficult&eacute;s que rencontre tout investisseur dans ces continents? A cet &eacute;gard, on ne peut que louer la prudence du Kremlin, qui conscient de ses propres difficult&eacute;s, ne se lance pas pour le moment dans de grands projets qu'il ne pourrait pas mener &agrave; bien. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" color="#000080" face="Arial"><strong>Un changement en profondeur </strong></font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Ceci conduit ceux que l'on pourrait appeler les amis de la Chine &agrave; se demander s'il ne serait pas temps pour ce r&eacute;gime, non seulement de ralentir ses entreprises afin de les s&eacute;curiser, mais d'amorcer un changement en profondeur. Nous ne voulons pas dire par l&agrave; qu'elle devrait plus encore qu'actuellement s'ouvrir &agrave; un n&eacute;olib&eacute;ralisme d'inspiration am&eacute;ricaine, mais plut&ocirc;t &agrave; ce que l'Europe, et notamment la France, si d&eacute;cri&eacute;e, avait su faire pendant un demi-si&egrave;cle. <br /> <br /> D&eacute;signons par l&agrave; une &eacute;conomie industrielle dirig&eacute;e par des cadres et une administration efficace, une large d&eacute;mocratisation de la vie politique, une assez grande libert&eacute; d'expression et de critique, une grande libert&eacute; sur l'internet.... C'est gr&acirc;ce &agrave; ces atouts que la France a pu se doter, sans catastrophe majeure &agrave; ce jour (croisons les doigts) de technologies industrielles et militaires de niveau international (voir sup&eacute;rieur), d'&eacute;quipements publics satisfaisants, d'usines dite S&eacute;v&eacute;so relativement s&eacute;curis&eacute;es, de moyens de pr&eacute;vention des catastrophes convenablement &eacute;quip&eacute;s (on ne l'est jamais assez) de personnels d'un d&eacute;vouement exemplaire, de capacit&eacute;s pour lutter contre la corruption globalement satisfaisants. <br /> <br /> Si la Chine persistait dans son d&eacute;sir de se rapprocher de l'Europe et plus particuli&egrave;rement de la France, les apports que ces pays pourraient apporter &agrave; son d&eacute;veloppement seraient irrempla&ccedil;ables. Ceci d'autant plus que les difficult&eacute;s d&eacute;j&agrave; rencontr&eacute;es par la Chine changeront probablement d'&eacute;chelle, dans un avenir proche, avec le r&eacute;chauffement climatique, la mont&eacute;e du niveau des mers et la d&eacute;sertification d'une partie du territoire utile</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> <p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Thu, 13 Aug 2015 23:00:00 GMT France: Pourquoi voter si aucun des choix proposés n'est suffisamment mobilisateur? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1700 1700 <br /><font face="Arial" size="2">Les analystes politiques expliquent ce fort taux par diverses raisons, notamment le peu d'int&eacute;r&ecirc;t pour des &eacute;lections qui ne sont pas nationales. Ces causes jouent certainement, mais il est os&eacute; de pronostiquer que la participation sera plus forte, lors d'&eacute;lections nationales, pour l'&eacute;lection de l'Assembl&eacute;e ou pour celle du pr&eacute;sident de la R&eacute;publique.<br /> <br /> Nous pensons pour notre part qu'environ 15 &agrave; 20% des abstentionnistes ne proviennent pas d'&eacute;lecteurs ayant tendance &agrave; se d&eacute;sint&eacute;resser de la vie politique. Ils proviennent d'&eacute;lecteurs qui se seraient mobilis&eacute;s si des perspectives de changement v&eacute;ritablement profondes avaient &eacute;t&eacute; propos&eacute;es par les partis, qu'ils soient au pouvoir comme le parti socialiste ou dans l'opposition comme ceux de la droite et de l'extr&ecirc;me droite. Or malgr&eacute; les apparences, ces trois blocs tiennent &agrave; peu pr&egrave;s le m&ecirc;me discours, discours consistant &agrave; ne rien changer, autrement dit &agrave; capituler devant les forces &eacute;conomico-financi&egrave;res domin&eacute;es par l'Am&eacute;rique de Wall Street et ayant pris en main le destin du monde. Personne sur ce point ne se fait d'illusion sur le programme du Front National. S'il venait au pouvoir il se plierait malgr&eacute; ses grands discours actuels &agrave; l'ordre impos&eacute; par les ma&icirc;tres de l'Union europ&eacute;enne. Quant &agrave; l'intention de se rapprocher de Moscou, il n'en resterait rien face aux gros yeux que ferait Washington. <br /> <br /> Les abstentionnistes n'auraient pas &eacute;t&eacute; si nombreux au cas o&ugrave; par un quasi-miracle, avant les &eacute;lections, &eacute;tait apparu un parti ou une coalition se proclamant v&eacute;ritablement anti-Syst&egrave;me et suffisamment d&eacute;cid&eacute;e pour ne pas capituler devant les forces du Syst&egrave;me une fois &eacute;lue. Le lieu n'est pas ici de rappeler une nouvelle fois ce que peut d&eacute;signer ce terme de Syst&egrave;me et ce que signifierait une politique v&eacute;ritablement d&eacute;cid&eacute;e &agrave; s'y opposer, voire &agrave; le casser...Nos lecteurs savent ce que nous en pensons, et le plus souvent partagent nos points de vue. Or nulle part dans le paysage politique fran&ccedil;ais ne sont apparues des forces manifestant la moindre volont&eacute; d'inciter les Fran&ccedil;ais &agrave; sortir du Syst&egrave;me, ne fut-ce que de fa&ccedil;on un peu symbolique comme l'avaient fait les mouvement Syrisa en Gr&egrave;ce et Podemos en Espagne. Pourquoi en ce cas aller voter pour des partis qui d'avance annoncent reconduire, sauf sur des nuances imperceptibles, les anciennes politiques? </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">On nous dira que nous r&ecirc;vons. Les d&eacute;terminismes et les enchainement d'int&eacute;r&ecirc;ts sont tels qu'aucun mouvement porteur de v&eacute;ritable rupture ne pourra jamais appara&icirc;tre, aucun homme ou groupe d'hommes capables d'incarner cette rupture n'aura la possibilit&eacute; d'&eacute;merger. Mais parler ainsi est ignorer le caract&egrave;re chaotique de l'histoire, le terme de chaos &eacute;tant pris au sens scientifique et signifiant impr&eacute;visibilit&eacute; radicale. En mai 1940, qui parmi les vainqueurs et les vaincus de cette premi&egrave;re phase de la guerre aurait pu imaginer une seconde l'apparition d'un de Gaulle? </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Ce serait peu rationnel aujourd'hui d'en appeler &agrave; l'homme providentiel, que ce soit en France ou en Europe. Nous parlerions plut&ocirc;t d'une vision providentielle qui port&eacute;e par quelques hommes et femmes ayant le profil de h&eacute;ros surgirait du n&eacute;ant des volont&eacute;s ext&eacute;nu&eacute;es et mobiliserait des forces permettant d'affronter les grandes catastrophes qui, dans quelques d&eacute;cennies, qu'on le veuille ou non, s'&eacute;tendront &agrave; l'ensemble du monde. </font> </p> Sun, 22 Mar 2015 23:00:00 GMT Rosetta et Philae, la voie à suivre par l'Europe. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1556 1556 <br /><font size="2" face="Arial, Helvetica, sans-serif"><strong><font color="#000099"></font></strong><font color="#000099"><font color="#000000"></font> <p><font color="#000000" size="2" face="Arial">Ce soir 12 novembre, le succ&egrave;s presque parfait (restera &agrave; v&eacute;rifier l'ancrage des pieds) de la mission Rosetta-Philae sur la com&egrave;te Churyumov-Gerasimenko n'a pas besoin de nos commentaires. Nous ne pourrions que reprendre les f&eacute;licitations adress&eacute;es &agrave; l'Agence spatiale europ&eacute;enne (Esa) par toutes les personnalit&eacute;s politiques et scientifiques europ&eacute;ennes, ainsi que par tous les m&eacute;dias. Nous pensons pour notre part que, compte tenu de la nature de la cible, l'op&eacute;ration &eacute;tait bien plus complexe que la pose d'un robot sur la Lune ou Mars. </font></p> <font color="#000000" size="2" face="Arial"> </font> <p><font color="#000000" size="2" face="Arial">Les f&eacute;licitations doivent aussi &ecirc;tre adress&eacute;es aux industriels europ&eacute;ens du secteur a&eacute;ronautique et spatial, qui ont fourni l'&eacute;crasante majorit&eacute; des technologies mises en oeuvre, depuis les plus visibles (&agrave; commencer par le lanceur Ariane initial) jusqu'aux plus miniaturis&eacute;es, celles utilis&eacute;es par les capteurs et actuateurs de Philae. <br /> <br /> En ce qui nous concerne, nous voudrions par contre souligner la pertinence d'une th&egrave;se que bien peu d'Europ&eacute;ens soutiennent, et qui a toujours &eacute;t&eacute; la n&ocirc;tre. L'Europe ne se renforcera, y compris dans le domaine de la souverainet&eacute; et de l'ind&eacute;pendance g&eacute;ostrat&eacute;gique, que par des coop&eacute;rations ambitieuses dans les divers domaines de la science et de la technologie. Elle y dispose (ou y disposait il y a encore peu) de toutes les ressources intellectuelles et humaines. Quant aux besoins, ils sont immenses et ne cessent de prendre de l'urgence. Nous les avons souvent &eacute;num&eacute;r&eacute;s ici. Ils vont du spatial aux sciences de la vie et &agrave; la robotique intelligente. Ils concernent aussi de grands programmes de lutte contre la destruction des &eacute;cosyst&egrave;mes, d'&eacute;nergies non polluantes, d'am&eacute;lioration des habitats et de modes de transport. </font></p> <font color="#000000" size="2" face="Arial"> </font> <p><font color="#000000" size="2" face="Arial">Concernant les financements, rappelons que la question ne devrait m&ecirc;me pas &ecirc;tre pos&eacute;e. Si les chefs d'Etats europ&eacute;ens se mettaient d'accord pour permettre &agrave; la banque centrale europ&eacute;enne (BCE) de fabriquer des euros qui seraient mis &agrave; la disposition de fonds d'investissement publics ou d'organismes scientifiques tels que l'Esa, les retomb&eacute;es de toutes sortes qu'auraient ces investissements sur l'emploi et la modernisation de nos soci&eacute;t&eacute;s seraient telles que la crainte de l'inflation, complaisamment entretenue par les int&eacute;r&ecirc;ts financiers souhaitant se r&eacute;server le monopole des cr&eacute;dits &agrave; l'&eacute;conomie et la science, s'av&egrave;rerait parfaitement illusoire. En quelques ann&eacute;es, les avances de la BCE pourraient lui &ecirc;tre rembours&eacute;es.</font></p> <font color="#000000" size="2" face="Arial"> </font> <p><font color="#000080" size="2" face="Arial"><strong>Un euro Brics scientifique et technique. </strong></font></p> <font color="#000000" size="2" face="Arial"> </font> <p><font color="#000000" size="2" face="Arial">Il faut ajouter un point essentiel. Si l'Europe se donnait la comp&eacute;tence n&eacute;cessaire pour mener de telles recherches et de tels projet, elle pourrait &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;e comme une partenaire cr&eacute;dible par le groupe des Brics, &agrave; commencer par la Chine et la Russie. On objectera que ceux-ci souhaitent jouer seuls. Ainsi la Chine pr&eacute;tend se passer de toute coop&eacute;ration dans le domaine spatial. Mais c'est faux. <br /> <br /> Des contacts que nous avons tant en Chine qu'en Russie, nous disent que ces deux pays seraient int&eacute;ress&eacute;s par des coop&eacute;rations avec l'Europe o&ugrave; les diff&eacute;rents partenaires trouveraient leur &eacute;quilibre. Or ceci n'est pas possible avec les Etats-Unis. Un de nos amis du CNES nous a plusieurs fois confirm&eacute; que &laquo;&nbsp;l'on ne coop&egrave;re pas avec la Nasa&nbsp;&raquo;, et moins encore avec le lobby militaro industriel qui la fait travailler. Ils veulent tout pour eux. </font></p> <font color="#000000" size="2" face="Arial"> </font> <p><font color="#000000" size="2" face="Arial">De telles coop&eacute;rations scientifiques et techniques permettraient de concr&eacute;tiser le concept d'euroBrics auquel nous adh&eacute;rons. Mais si l'Europe s'engageait r&eacute;solument dans cette voie, en refusant de suivre docilement Washington dans sa guerre contre la Russie et la Chine, elle devrait se pr&eacute;parer elle-aussi &agrave; combattre la guerre que lui m&egrave;nerait alors l'Am&eacute;rique, galvanis&eacute;e par la victoire &eacute;lectorale r&eacute;cente des &eacute;l&eacute;ments les plus radicaux du parti conservateur.</font></p> </font></font> Tue, 11 Nov 2014 23:00:00 GMT François Hollande n'a pas eu le discours de combat qui s'imposait http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1549 1549 <br /><br /> Mais dans quel combat devrait-il engager ce grand pays? Ceux qui n'ont rien compris &agrave; l'&eacute;volution du monde global r&eacute;pondront, comme Emmanuel Todd qui ferait mieux de limiter ses talents &agrave; la d&eacute;mographie,qu'il faut combattre l'Allemagne, sortir de l'euro et finalement sortir de l'Union europ&eacute;enne. Comme si se retrouver seul et d&eacute;muni face au bloc dollar, mais aussi face au bloc en cours de formation du BRICS, serait une solution.<br /> <br /> Ce serait tout le contraire que devrait faire la France: rester dans l'euro, rester dans l'Union mais forcer ses partenaires &agrave; la suivre dans une r&eacute;forme en profondeur de ces deux institutions, r&eacute;forme qu'il faudrait mieux d'ailleurs qualifier de r&eacute;volution.<br /> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Dans quels domaines? Les exemples abondent. Nous les avons souvent &eacute;voqu&eacute;s ici. Nous en mentionnerons seulement deux. Il y aurait d'abord le domaine institutionnel: transformer les Etats de l'eurogroupe en les dotant d'une harmonisation fiscale et r&eacute;glementaire sans faille. L'&nbsp;&eacute;norme scandale que vient de r&eacute;v&eacute;ler ce que l'on nomme d&eacute;sormais le LuxLeaks, l'&eacute;vasion fiscale &agrave; laquelle se livrent &agrave; travers le Luxembourg les g&eacute;ants am&eacute;ricains et am&eacute;ricano-europ&eacute;ens, n'en est qu'un petit exemple (disons cependant &agrave; cette occasion que renvoyer Jean Claude Juncker de son si&egrave;ge de pr&eacute;sident de la commission europ&eacute;enne s'imposerait d'urgence aux gouvernements europ&eacute;ens). </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><strong>Europa</strong></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Mais au del&agrave; de cette affaire, nul n'ignore que les &eacute;vasions et fraudes fiscales au sein d'une Europe non harmonis&eacute;e fiscalement s'&eacute;l&egrave;vent &agrave; des centaines de milliards. Val&eacute;ry Giscard d'Estaing vient dans son dernier livre &laquo;&nbsp;Europa&nbsp;&raquo;, d'ailleurs curieusement pass&eacute; sous silence, d'en faire la proposition. Fran&ccedil;ois Hollande se serait grandi en reprenant ce th&egrave;me &agrave; son compte.</font><font face="Arial" size="2"><br /> </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Le second grand domaine est celui de l'investissement. Fran&ccedil;ois Hollande a fait miroiter les merveilles &agrave; attendre de la transition &eacute;nerg&eacute;tique et de la lutte contre le r&eacute;chauffement. Soit, mais avec quel argent? Pr&eacute;c&eacute;demment nous avions montr&eacute; que pour r&eacute;soudre le probl&egrave;me du manque de ressources budg&eacute;taires et r&eacute;soudre &agrave; l'occasion le probl&egrave;me du la dette, les gouvernements europ&eacute;ens devaient modifier les statuts de la Banque centrale europ&eacute;enne de fa&ccedil;on &agrave; ce que celle-ci puisse cr&eacute;er des euros en quantit&eacute;s suffisantes, puis les pr&ecirc;ter aux gouvernements (et non aux banques) &agrave; condition que ceux-ci les affectent &agrave; des fonds d'investissement productif.</font></p> <font face="Arial" size="2" /> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Si Fran&ccedil;ois Hollande, au lieu de se noyer dans l'&eacute;vocation de r&eacute;formettes franoo-fran&ccedil;aises dont personne ne constate la mise en application, avait annonc&eacute; qu'il se battrait jusqu'&agrave; ce que mort s'en suive avec ses partenaires europ&eacute;ens pour obtenir d'eux ces r&eacute;formes, l'enthousiasme des t&eacute;l&eacute;spectateurs aurait &eacute;t&eacute; grand. De deux choses l'une en effet. Ou bien il ne r&eacute;ussirait jamais &agrave; &eacute;branler les gouvernements europ&eacute;ens, bien conseill&eacute;s par la finance internationale, et ses exigences n'aboutiraient pas. mais il aurait eu au moins le m&eacute;rite de les tenter.</font></p> <font face="Arial" size="2" /> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"> <font face="Arial" size="2">Ou bien au contraire, devant une crise qui ne cessera de s'aggraver, ses propositions auraient convaincu un nombre suffisant de gouvernements europ&eacute;ens, eux-m&ecirc;mes press&eacute;s d'agir par leurs opinions publiques. Alors l'Europe se d&eacute;barasserait de ses blocages, la France n'h&eacute;siterait plus &agrave; s'affirmer comme un des ses leaders...</font></p> <font face="Arial" size="2" /> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Et Fran&ccedil;ois Hollande, pour reprendre notre expression introductive, entrerait dans l'Histoire. Au contraire d'Obama qui s'est r&eacute;v&eacute;l&eacute; &agrave; l'usage n'&ecirc;tre que le pantin de Wall Street, il montrerait qu'il n'est pas le pantin de &laquo;&nbsp;son ennemi, la finance&nbsp;&raquo; d&eacute;nonc&eacute;e par lui avec v&eacute;h&eacute;mence lors de la campagne &eacute;lectorale.</font></p> <font face="Arial" size="2" /> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Malheureusement, on peut craindre que, durant la seconde moiti&eacute; de son septennat, il n'ait pas le courage d'entreprendre qu'il n'a pas fait durant la premi&egrave;re. </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><br /> </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p align="LEFT" style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> Thu, 06 Nov 2014 23:00:00 GMT La Chancelière entre trois chaises http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1539 1539 <br /><font face="Arial" size="2">La d&eacute;cision &eacute;tait contraire aux statuts de la banque, qui lui interdisaient de pr&ecirc;ter directement aux Etats. Elle avait &eacute;t&eacute; prise sous l'impulsion de Mario Draghi, le pr&eacute;sident de la banque, au plus fort de la crise de la dette, frappant la Gr&egrave;ce et mena&ccedil;ant d'autres pays du sud de l'Europe. La crainte d'un d&eacute;faut de paiement des Etats tr&egrave;s endett&eacute;s avaient en effet pouss&eacute; les march&eacute;s &agrave; &eacute;lever consid&eacute;rablement les taux d'int&eacute;r&ecirc;ts de leurs pr&ecirc;ts. Ceci ne faisait qu'accentuer les risques de faillite des Etats les plus expos&eacute;s, jusqu'&agrave; les obliger &agrave; sortir de l'euro. La perspective de voir la BCE prendre le relais des Etats d&eacute;faillants avait fait imm&eacute;diatement baisser les taux. </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Mais les milieux industriels et financiers allemands s'&eacute;taient fortement &eacute;lev&eacute;s contre l'OMT, avec l'argument qu'ils ne voulaient pas, par l'interm&eacute;diaire de la BCE, prendre en charge des Etats mal g&eacute;r&eacute;s, dits du &laquo;&nbsp;club m&eacute;diterran&eacute;e&nbsp;&raquo;. La Chanceli&egrave;re Merkel aurait sans doute appuy&eacute; leurs positions, mais elle se serait heurt&eacute;e &agrave; l'hostilit&eacute; g&eacute;n&eacute;rale des pays europ&eacute;ens. Elle avait donc fait contre mauvaise fortune bon coeur. Cependant elle n'avait en rien d&eacute;courag&eacute; les opposants &agrave; l'OMT. Le plus notable de ceux-ci &eacute;tait le pr&eacute;sident de la Bundesbank, Jens Weidmann, lequel pr&eacute;tendait que la BCE outrepassait ses pouvoirs. <br /> <br /> Avec un groupe d'&eacute;conomistes et de professeurs de droit, ils collect&egrave;rent d&eacute;but 2013 35.000 signatures permettant de saisir du diff&eacute;rent la Cour constitutionnelle allemande. En 2014, celle-ci cr&eacute;a la surprise et la consternation au sein de l'Union europ&eacute;enne, en jugeant par 6 voix contre deux que la BCE avait effectivement outrepass&eacute; ses comp&eacute;tences. Il ne restait plus, pour r&eacute;gler ce conflit entre la BCE et la loi constitutionnelle allemande qu'&agrave; porter l'affaire devant la Cour europ&eacute;enne de justice. Aujourd'hui, l'affaire est en d&eacute;bat devant celle-ci. Le r&eacute;sultat ne devrait pas en &ecirc;tre connu avant 2015.</font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" color="#000080" size="2"><strong>L'Alternative pour l'Allemagne</strong></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Dans le m&ecirc;me temps &eacute;tait apparu, en f&eacute;vrier 2013, un parti anti-europ&eacute;en dit Alternative pour l'Allemagne, se situant &agrave; la droite de la Grande Coalition. Fond&eacute; par le professeur d'&eacute;conomie Bernd Lucke, il obtint un nombre significatif de voix en septembre 2013 lors des &eacute;lections pour le Bundestag, puis ensuite aux &eacute;lections pour le parlement europ&eacute;en en 2014. Sans avoir suffisamment de voix pour obtenir un si&egrave;ge au Bundestag, le parti voit dor&eacute;navant le nombre des &eacute;lecteurs votant pour lui cro&icirc;tre r&eacute;guli&egrave;rement lors des &eacute;lections locales. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">La future d&eacute;cision de la Cour europ&eacute;enne mettra, quelle qu'elle soit, la chanceli&egrave;re et avec elle la Grande coalition dans une situation embarrassante. Si la Cour confirmait l'arr&ecirc;t d'inconstitutionnalit&eacute; de l'OMT, elle obligerait l'Allemagne &agrave; s'opposer &agrave; toute action de la BCE, du type euro-bonds et <em>quantitative easing</em>s (mise sur le march&eacute; de liquidit&eacute;s, &agrave; l'exemple de ce que fait dor&eacute;navant syst&eacute;matiquement la Fed am&eacute;ricaine). Or ces mesures sont de plus en plus r&eacute;clam&eacute;es, non seulement par les autres pays europ&eacute;ens confront&eacute;s &agrave; l'arr&ecirc;t de la croissance, mais par certains milieux &eacute;conomiques allemands eux-m&ecirc;mes. Ceux-ci comprennent bien qu'ils ne pourront pas continuer &agrave; exporter en Europe, si celle-ci est &agrave; court de ressources.</font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Si &agrave; l'inverse la Cour validait la politique de l'OMT, elle obligerait la Chanceli&egrave;re &agrave; faire face de plus en plus directement &agrave; une opposition politique grandissante, du type de celle repr&eacute;sent&eacute;e par l'Alternative pour l'Allemagne. Cette opposition recueillera un nombre croissant de soutiens &eacute;lectoraux, se mobilisant sur le th&egrave;me que l'Allemagne n'a pas &agrave; payer pour l'Europe, incapable de &laquo;&nbsp;se r&eacute;former&nbsp;&raquo;. L'exigence, malgr&eacute; son irr&eacute;alisme, d'une sortie de l'euro se renforcera. La Grande Coalition aurait alors toute les chances de se disloquer. Plus g&eacute;n&eacute;ralement les difficult&eacute;s actuelles, &eacute;conomiques mais aussi politiques, tant de l'Union europ&eacute;enne que de la zone euro, ne feraient que s'aggraver. L'Allemagne elle-m&ecirc;me n'aurait rien &agrave; y gagner.</font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" color="#000080" size="2"><strong>Redevenir une puissance mondiale</strong></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font><font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Les soucis de la Chanceli&egrave;re ne se limiteront pas cependant &agrave; tenter de contenir les europhobes. Elle devra aussi faire face &agrave; un risque dont on parle peu, celui d'une mont&eacute;e apparemment rapide des exigences nationalistes visant &agrave; ce que l'Allemagne, longtemps d&eacute;cri&eacute;e comme un nain politique, redevienne une puissance mondiale. D&egrave;s le d&eacute;but de 2014, le pr&eacute;sident de la R&eacute;publique Joachim Gauck avait affirm&eacute; que l'Allemagne revendiquait un r&ocirc;le plus ambitieux au plan de la politique internationale. La d&eacute;marche avait &eacute;t&eacute; pr&eacute;par&eacute;e depuis d&eacute;j&agrave; un certain temps. Diff&eacute;rents repr&eacute;sentants des classes dirigeantes provenant notamment de la diplomatie, de l'industrie de l'armement et de l'arm&eacute;e, avait pr&eacute;sent&eacute;, en 2013, un projet dit <em>Nouvelle puissance, nouvelles responsabilit&eacute;s ( </em><em><em>Neue Macht, Neue Verantwortung) 1) </em></em></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2"><em><span style="font-style: normal">Cette revendication para&icirc;tra la bienvenue &agrave; tous ceux, dont la France en premier lieu, qui d&eacute;plorent devoir prendre seuls et &agrave; leurs frais la d&eacute;fense diplomatique et militaire des int&eacute;r&ecirc;ts europ&eacute;ens, sur les diff&eacute;rents th&eacute;&acirc;tres o&ugrave; ils se trouvent menac&eacute;e. Une relance de l'industrie allemande de l'armement pourrait peut-&ecirc;tre aussi encourager des coop&eacute;rations plus &eacute;tendues entre les acteurs europ&eacute;ens dans ce secteur. Par contre, l'extr&ecirc;me gauche allemande (Die Linke) d&eacute;nonce l&agrave; une remont&eacute;e dangereuse du militarisme allemand. Elle y voit aussi une volont&eacute; des &eacute;lites allemandes de prendre en main et diriger le reste de l'Europe, faisant revivre ainsi le vieux r&ecirc;ve imp&eacute;rialiste ayant provoqu&eacute; tant de catastrophes, de Bism<em>arc</em>k &agrave; Hitler. </span></em></font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Sans aller jusque l&agrave;, on peut cependant s'interroger sur le contenu de la nouvelle puissance et des nouvelles responsabilit&eacute;s revendiqu&eacute;es par les auteurs de ce projet. S'agira-t-il de coop&eacute;rer sans arri&egrave;res pens&eacute;es avec les autres Etats europ&eacute;ens, notamment la France, dans le domaine diplomatique? S'agirait-il, sur le plan militaire, de participer &agrave; la mise en place d'une v&eacute;ritable d&eacute;fense europ&eacute;enne, ind&eacute;pendante de l'Otan et se dotant des moyens humains et budg&eacute;taires n&eacute;cessaires? Dans ce cas, la France, en ce qui la concerne, ne pourrait que se f&eacute;liciter de la nouvelle d&eacute;marche allemande. Celle-ci s'int&eacute;grerait dans une politique visant &agrave; revitaliser le couple franco-allemand, que la France, dans l'ensemble, pense n&eacute;cessaire &agrave; une affirmation de l'Europe dans un monde multipolaire.</font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Mais on pourrait craindre au contraire, vu le poids encore consid&eacute;rable que conservent les int&eacute;r&ecirc;ts transatlantiques en Allemagne, que la nouvelle puissance dont pourrait se doter l'Allemagne se limite &agrave; faire d'elle la fid&egrave;le seconde des Etats-Unis, tant au plan mondial que dans le cadre de l'Otan. En ce cas, le r&ecirc;ve de voir, gr&acirc;ce &agrave; l'Allemagne et &agrave; la France, se constituer la grande alliance euroBrics souvent &eacute;voqu&eacute;e sur ce site, perdrait toute consistance. Ceci se ferait notamment au d&eacute;triment d'une alliance renforc&eacute;e entre l'Europe et la Russie. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><font face="Arial" size="2">Sur ce dernier point, certains strat&egrave;ges d'outre-Rhin estiment peut-&ecirc;tre que l'Allemagne pourrait n&eacute;gocier directement avec Moscou des partages de comp&eacute;tence et des programmes d'investissement. Pour notre part, nous pensons qu'elle ne ferait pas le poids, malgr&eacute; la puissance de ses industries m&eacute;caniques. Seule une d&eacute;marche commune avec la France, riche en potentiels que l'Allemagne ne pourrait acqu&eacute;rir seule, pourrait et devrait int&eacute;resser la Russie &ndash; comme &agrave; terme la Chine. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Angela Merkel sera donc dans l'obligation d'arbitrer, au mieux des int&eacute;r&ecirc;ts europ&eacute;ens et non dans l'optique de conserver le pouvoir dont dispose encore la coalition dont elle est la t&ecirc;te, entre les eurosceptiques du type Alternative pour l'Allemagne, entre les d&eacute;fenseurs de l'Europe et de l'euro souhaitant rester dans l'Union sans grandes modifications unilat&eacute;ralement impos&eacute;es par l'Allemagne, et en troisi&egrave;me lieu entre les partisans d'une nouvelle puissance allemande sans objectifs strat&eacute;giques partag&eacute;s avec l'Europe et pouvant de ce fait favoriser le retour toujours possible d'un militarisme germanique n&eacute;cessairement suspect aux yeux des voisins. <br /> <br /> <strong>Note</strong></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">1) Projet Nouvelle puissance, nouvelles responsabilit&eacute;s (allemand)<br /> <a href="http://www.swp-berlin.org/fileadmin/contents/products/projekt_papiere/DeutAussenSicherhpol_SWP_GMF_2013.pdf">http://www.swp-berlin.org/fileadmin/contents/products/projekt_papiere/DeutAussenSicherhpol_SWP_GMF_2013.pdf</a></font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><br /> </font> </p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p><br /> <br /> </p> Tue, 21 Oct 2014 23:00:00 GMT Un exemple français pour l'Europe: Sarkozy? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1496 1496 <br /><font face="Arial" size="2"><br /> Voici un ancien chef d'Etat qui, avant, apr&egrave;s et pendant l'exercice de son mandat, s'est mis dans la situation de provoquer plusieurs affaires judiciaires graves, et qui semble les avoir oubli&eacute;es. Certes, ces affaires ne sont pas jug&eacute;es, la pr&eacute;somption d'innocence est de rigueur, mais le seul fait que le nom de Nicolas Sarkozy y soit associ&eacute; devrait exiger de l'int&eacute;ress&eacute; un peu plus de prudence &ndash; un peu plus de d&eacute;cence aussi pour le compte de sa mouvance politique, dont d'autres responsables s'appr&ecirc;tent &agrave; briguer la candidature aux futures &eacute;lections pr&eacute;sidentielles, et qui ne pourront pas ne pas &ecirc;tre associ&eacute;s par l'opinion aux &eacute;ventuels d&eacute;m&ecirc;l&eacute;s judiciaires futurs de l'ex-pr&eacute;sident. </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Dans une d&eacute;mocratie europ&eacute;enne normale, hormis le douloureux cas de Sylvio Berlusconi, aucun chef d'Etat ne s'est trouv&eacute; faire l'objet de tels soup&ccedil;ons, de telles instructions judiciaires. Si cela avait &eacute;t&eacute; le cas, il se serait empress&eacute; de d&eacute;missionner de toutes ses responsabilit&eacute;s politiques et rentrer dans l'anonymat. Certains avaient esp&eacute;r&eacute;, au sein de l'UMP, que Sarkozy ferait de m&ecirc;me, se contenterait d&eacute;sormais de conf&eacute;rences politiques &agrave; l'&eacute;tranger, au reste tr&egrave;s bien r&eacute;mun&eacute;r&eacute;es. Vain espoir. IL EST REVENU. Il esp&egrave;re accaparer le d&eacute;bat politique. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">Nous faisons ici, comme beaucoup de Fran&ccedil;ais, divers reproches &agrave; Fran&ccedil;ois Hollande. Mais il est reconnu unanimement que depuis son accession &agrave; la pr&eacute;sidence de la R&eacute;publique, la magistrature, qu'il s'agisse du si&egrave;ge ou du parquet, peut enfin travailler normalement. Lorsque des membres de l'actuelle majorit&eacute; se trouvent impliqu&eacute;s dans des affaires, les instructions suivent leurs cours sans intervention de l'Elys&eacute;e. Quant &agrave; Fran&ccedil;ois Hollande lui-m&ecirc;me, nous pouvons sans risque pr&eacute;dire qu'il ne sera jamais l'objet du moindre soup&ccedil;on de cette sorte. </font></p> <font face="Arial" size="2"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2">N'avait-il pas expliqu&eacute;, selon la chronique, &agrave; l'un de ses proches qui lui demandait, &agrave; titre de plaisanterie, si &agrave; 60 ans, il pouvait vivre sans Rolex et sans le sentiment d'avoir g&acirc;ch&eacute; sa vie: &laquo;&nbsp;Pourquoi une Rolex alors qu'une montre &agrave; 50 euros donne l'heure tout aussi bien?&nbsp;&raquo;. Rigueur toute scandinave, que nos amis europ&eacute;ens ont certainement appr&eacute;ci&eacute;e.</font></p> <p style="margin-bottom: 0cm">PS ce m&ecirc;me jour &agrave; 13h. Une ombre au tableau, l'affaire Cambadelis r&eacute;v&eacute;l&eacute;e par Mediapart. Bagatelle dira-t-on. Il n'y a pas de bagatelles &agrave; ce niveau. Si Hollande voulait conserver son profil de blanche colombe, il devrait faire en sorte que l'int&eacute;ress&eacute; aille reprendre ses &eacute;tudes universitaires, et laisse libre la direction du PS</p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font face="Arial" size="2"><br /> </font></p> Fri, 19 Sep 2014 23:00:00 GMT Un Kurdistan indépendant http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1456 1456 <br /><p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> M&ecirc;me si, &agrave; la suite du dessin artificiel des fronti&egrave;res au Moyen-Orient, et sous la pression des Etats voisins, cette perspective n'avait pas &eacute;t&eacute; retenue par les&nbsp; vainqueurs de 1920, ma&icirc;tres du jeu &agrave; l'&eacute;poque, elle m&eacute;riterait tout &agrave; fait pensons-nous d'&ecirc;tre aujourd'hui impos&eacute;e, non par des &eacute;trangers mais par les Kurdes eux-m&ecirc;mes. Indiscutablement ceux-ci ont autant de titres que des Irakiens plus que jamais divis&eacute;s, &agrave; b&eacute;n&eacute;ficier de cette reconnaissance internationale.<br /> <br /> Nous &eacute;crivions dans l'article pr&eacute;cit&eacute;:<a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1389">http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1389</a> &laquo;&nbsp;Ce projet &eacute;tait n&eacute; &agrave; la fin du 19<sup>e</sup> si&egrave;cle. Divis&eacute;s depuis 1639 entre les Empires perse et ottoman, les Kurdes revendiquent depuis cette &eacute;poque l'unit&eacute; d'un territoire o&ugrave; leur peuple, d'origine indo-europ&eacute;enne, vit depuis l'Antiquit&eacute;. En 1920, apr&egrave;s la chute de l'empire ottoman, les alli&eacute;s promettent la cr&eacute;ation d'un grand &Eacute;tat du Kurdistan. Mais celui-ci ne verra jamais le jour. En 1923, le peuple kurde est plac&eacute; sous l'autorit&eacute; de quatre pays&nbsp;: Turquie, Iran,Syrie sous protectorat fran&ccedil;ais et Irak sous protectorat britannique. <br /> <p style="margin-bottom: 0cm">Aujourd'hui, le Kurdistan reste un territoire mythique, sans fronti&egrave;res reconnues, et les Kurdes une nation sans &Eacute;tat. Les trente millions de Kurdes du Moyen-Orient n'ont pourtant cess&eacute; de lutter pour faire reconna&icirc;tre leurs droits culturels et politiques, face &agrave; des &Eacute;tats centralisateurs et r&eacute;pressifs. Mais les divisions linguistiques et religieuses les ont conduits &agrave; lutter en ordre dispers&eacute;. Aussi bien, les partis politiques kurdes, y compris le PKK en Turquie, semblent s'&ecirc;tre r&eacute;sign&eacute;s &agrave; n'obtenir que l'autonomie de chaque minorit&eacute; kurde dans le cadre des &Eacute;tats existants. C'est ce qu'ils ont acquis en Irak apr&egrave;s des luttes sanglantes avec Saddam Hussein&nbsp;&raquo;.</p> <p style="margin-bottom: 0cm">Il ne nous appartient pas ici de parler pour les Kurdes. C'est &agrave; eux de savoir et faire savoir ce qu'ils veulent devenir. Constatons seulement qu'aujourd'hui, les Kurdes d'Irak, autrement dit de la r&eacute;gion autonome du Kurdistan, ont jusqu'&agrave; pr&eacute;sent &eacute;t&eacute; les seuls &agrave; s'opposer victorieusement &agrave; ce que la presse occidentale consid&eacute;rait comme in&eacute;vitable, la mise en place d'un pr&eacute;tendu &laquo;&nbsp;Califat pour l'Irak et le Levant&nbsp;&raquo;. Celui-ci serait une catastrophe pour les confessions et les tribus ne s'&eacute;tant pas ralli&eacute;s &agrave; l'islamisme de combat qu'il pr&eacute;tend incarner. Non seulement les Chr&eacute;tiens d'Orient dont &agrave; juste titre les Europ&eacute;ens doivent se pr&eacute;occuper mais les repr&eacute;sentants d'autres confessions et les Kurdes eux-m&ecirc;mes auraient &eacute;t&eacute; pass&eacute;s au fil du sabre, si ces Fous de Dieu avaient pris le pouvoir. Ne mentionnons pas la menace qui aurait aussi pes&eacute; sur l'Europe, la Russie, l'Egypte et quelques autres.</p> <p style="margin-bottom: 0cm">Certains de nos lecteurs, (un peu extr&eacute;mistes, nous en avons) nous avaient reproch&eacute; r&eacute;cemment de f&eacute;liciter Fran&ccedil;ois Hollande d'avoir pris la d&eacute;cision de r&eacute;approvisionner en armes les peshmergas, autrement dit les combattants de la r&eacute;gion autonome de Kurdistan (Voir notre article &laquo;&nbsp;Armer les peshmergas&nbsp;&raquo; <a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1451&amp;r_id">http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1451&amp;r_id</a>=) . Les forces kurdes, quoique relativement bien organis&eacute;es et disposant d'un armement l&eacute;ger, ne sont plus en &eacute;tat de faire face aux djihaddistes. Rappelons que ceux-ci avaient &eacute;t&eacute; initialement financ&eacute;s et arm&eacute;s par Washington, avant de se voir trait&eacute;s en ennemis, aux hasards de la diplomatie fluctuante am&eacute;ricaine dans la r&eacute;gion (diplomatie du dollar et des forces sp&eacute;ciales). </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Aujourd'hui, pour pr&eacute;server leur forte pr&eacute;sence &agrave; Erbil et aussi leurs vis&eacute;es sur le p&eacute;trole kurde, les Etats-Unis ont pris la d&eacute;cision d'aider les peshmergas &agrave; d&eacute;fendre les fronti&egrave;res de la province, mais aussi le grand barrage hydro&eacute;lectrique de la r&eacute;gion. Courageusement cependant ils ont limit&eacute; leurs interventions &agrave; des frappes a&eacute;riennes, dont on nous assure qu'elles seraient tr&egrave;s efficaces (&agrave; voir). </p> <p style="margin-bottom: 0cm">L'appui r&eacute;cent am&eacute;ricain aux peshmergas ne devrait pas &ecirc;tre une raison d'un retrait europ&eacute;en qui serait inqualifiable. Intr&eacute;pidement, le 15 ao&ucirc;t, les chefs d'Etat europ&eacute;ens ont d&eacute;cid&eacute; de ne rien d&eacute;cider., laissant chacun faire comme il l'entend. En dehors de Fran&ccedil;ois Hollande, qu'il faut r&eacute;p&eacute;tons le-f&eacute;liciter de cette d&eacute;cision, que l'on appr&eacute;cie ou pas sa politique sur d'autres dossiers, le Royaume-Uni, l'Italie et la Tch&eacute;quie auraient choisi de faire de m&ecirc;me. Mais Berlin, nous apprend un &eacute;ditorial du Monde en date du 19 ao&ucirc;t, s'interroge encore. Il ne faudrait pas, selon le ministre des affaires &eacute;trang&egrave;res Franck Walter Steinmeier, que les combattants kurdes se retournent contre l'Etat central de Bagdad. <br /> </p> <p style="margin-bottom: 0cm">Quel soudain amour pour le nouveau gouvernement Irakien a saisi les Allemands? Pour eux, un Etat kurde ind&eacute;pendant, selon le Monde qui rapporte cette position en l'approuvant servilement, d&eacute;stabiliserait encore plus le Moyen-Orient , en entrainant une guerre de tous contre tous. Avait-on raisonn&eacute; comme cela lors de la r&eacute;unification des deux Allemagnes, en pr&eacute;tendant sans preuves qu'une Allemagne r&eacute;unifi&eacute;e d&eacute;stabiliserait toute l'Europe ?</p> <p style="margin-bottom: 0cm">L'Orient est certes compliqu&eacute;. Mais il vaut mieux lui appliquer des id&eacute;es simples que pas d'id&eacute;es du tout. Nous faisons pour notre part le pari que le Kurdistan renforc&eacute; d&eacute;stabiliserait, non la r&eacute;gion, mais l'offensive djihaddiste. L'enjeu vaut bien de courir le risque. <br /> </p> Mon, 18 Aug 2014 23:00:00 GMT Un retour de l'étatisme&#160;? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1449 1449 <br /><p style="margin-bottom: 0cm"><br /> </p> <font size="2" face="Arial">Dans l'&eacute;tatisme, le r&ocirc;le de l'Etat devenait plus structurel, avec notamment la nationalisation des industries strat&eacute;giques, la mise en place de grands programmes publics en mati&egrave;re d'infrastructures et d'investissements, un soutien fort &agrave; la recherche scientifique publique, une planification souple de l'&eacute;conomie &agrave; travers le Commissariat g&eacute;n&eacute;ral au Plan. La cr&eacute;ation de l'Ecole Nationale d'Administration &agrave; la Lib&eacute;ration visait en corollaire &agrave; fournir &agrave; l'Etat des corps de fonctionnaires comp&eacute;tents et int&egrave;gres.</font><font size="2" face="Arial"><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Cette vision du r&ocirc;le de l'Etat s'&eacute;tait forg&eacute;e lors du Front populaire et sous la R&eacute;sistance, au sein du Conseil National de la R&eacute;sistance. Elle visait &agrave; combattre les exc&egrave;s du lib&eacute;ralisme r&eacute;v&eacute;l&eacute;s lors de la crise de 1929, sans tomber dans les d&eacute;fauts contraires du socialisme sovi&eacute;tique, r&eacute;put&eacute; sacrifier toutes les libert&eacute;s publiques &agrave; une recherche d'efficacit&eacute; &eacute;conomique que rendaient al&eacute;atoire les exc&egrave;s de la centralisation, de l'autoritarisme et de l'esprit partisan. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">D&egrave;s le d&eacute;but, l'&eacute;tatisme &agrave; la fran&ccedil;aise avait suscit&eacute; les critiques des milieux lib&eacute;raux et de la droite conservatrice, mais dans l'ensemble il avait &eacute;t&eacute; admis tant par l'opinion publique qu'au sein des nouvelles classes dirigeantes issues de la guerre. Les r&eacute;sultats avaient &eacute;t&eacute; au rendez-vous, puisque les principales r&eacute;alisations de la France durant les Trente Glorieuses ont pu tr&egrave;s largement lui &ecirc;tre attribu&eacute;es. Le Gaullisme, tant en 1945 qu'au d&eacute;but de la Cinqui&egrave;me R&eacute;publique, bien que rendu plus circonspect sous l'influence d'un patronat de plus en plus agressif, ne l'avait pas reni&eacute;. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">L'&eacute;tatisme fran&ccedil;ais a rencontr&eacute; d&egrave;s son origine et plus encore &agrave; la fin du gaullisme une hostilit&eacute; consid&eacute;rable de la part du capitalisme am&eacute;ricain. Il &eacute;tait pr&eacute;sent&eacute; comme le petit fr&egrave;re du stalinisme, pouvant conduire &agrave; la g&eacute;n&eacute;ralisation du communisme sovi&eacute;tique, non seulement en France mais en Europe. En fait, son grand tort, aux yeux de la diplomatie am&eacute;ricaine, &eacute;tait de chercher &agrave; ralentir l'implantation en France d'investissements industriels et bancaires conduits par les multinationales d'outre-atlantique. Une institution comme le Plan Marshall, relay&eacute;e par une construction europ&eacute;enne de plus en plus lib&eacute;rale et soumise aux lobbies transatlantiques, ont eu pour principal effet de concurrencer les moyens &eacute;conomiques dont disposait l'&eacute;tatisme fran&ccedil;ais sous des flots de dollars investis au service des int&eacute;r&ecirc;ts am&eacute;ricains. <br /> <br /> Cette am&eacute;ricanisation de l'&eacute;conomie fran&ccedil;aise, amplifi&eacute;e par l'am&eacute;ricanisation des id&eacute;es et des moeurs, a rencontr&eacute; tr&egrave;s vite la complicit&eacute; des forces politiques fran&ccedil;aises, elles-aussi corrompues, le mot n'est pas trop fort, par le soutien qu'elles recevaient des entreprises am&eacute;ricaines. Le gouvernement de la France, avec le succ&egrave;s du &laquo;&nbsp;giscardisme&nbsp;&raquo; &agrave; partir des ann&eacute;es 1970, est devenu un grand d&eacute;fenseur du lib&eacute;ralisme &eacute;conomique, qu'il vaudrait mieux qualifier de feu vert donn&eacute; aux entreprises am&eacute;ricaines pour prendre possession des meilleurs atouts de l'&eacute;conomie nationale. Les r&eacute;sistances du parti communiste fran&ccedil;ais &agrave; cette invasion ont &eacute;t&eacute; vite rendues inefficaces. M&ecirc;me le retour du socialisme mitterandien en 1981 n'a pas remis en cause la doxa et la pratique lib&eacute;rale anti-&eacute;tatiques. L'&eacute;tatisme est devenu dans les m&eacute;dias l'&eacute;quivalent d'inefficacit&eacute;, de favoritisme, de corruption. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Aujourd'hui, en France comme en Europe, il reste pr&eacute;sent&eacute; comme le faux rem&egrave;de &agrave; appliquer aux effets de la crise &eacute;conomique d'origine n&eacute;o-lib&eacute;rale et transatlantique. Or aujourd'hui, il serait au contraire le seul rem&egrave;de permettant &agrave; l'Europe de r&eacute;agir &agrave; la d&eacute;cadence impos&eacute;e par l'ouverture sans barri&egrave;res au capitalisme financier sp&eacute;culateur international. Quand on voit la Gr&egrave;ce ou d'autres pays europ&eacute;ens, bient&ocirc;t rejoints par la France, &quot;privatiser&quot; ce qui faisait sa force, le port du Pir&eacute;e, les services publics essentiels, les iles, on se convainc facilement que le retour &agrave; l'&eacute;tatisme pourrait seul remettre un peu d'ordre dans le champs de ruies qui se pr&eacute;pare. Il ne s'agirait d'ailleurs pas n&eacute;cessairement d'un &eacute;tatisme national. Il pourrait se concevoir en partie au niveau europ&eacute;en, avec le concept de grands r&eacute;seaux publics europ&eacute;ens financ&eacute;s par des imp&ocirc;ts eux-m&ecirc;mes europ&eacute;ens.</font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Mais les rares &eacute;conomistes et hommes politiques qui ont encore la tentation de penser que l'&eacute;tatisme pourrait, soit au plan national, soit au plan europ&eacute;en, relancer l'investissement, d&eacute;velopper des services publics, mettre l'euro au service d'une croissance intelligente, favoriser la d&eacute;mocratisation de l'&eacute;conomie, sont tous interdits de parole. Quant aux administrations publiques, qui auraient pu se faire l&eacute;gitimement les avocates des interventions de l'Etat, elles ont &eacute;t&eacute; progressivement vid&eacute;es de fonctionnaires acquis &agrave; cet id&eacute;al. Ne mentionnons pas l'Ecole Nationale d'Administration, devenue une p&acirc;le imitation de la Harvard Business School. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font color="#000080"><strong><font size="2" face="Arial">Un retour de l'&eacute;tatisme en Russie</font></strong></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">On ne sait si les nouveaux milieux dirigeants visant en Russie, avec Vladimir Poutine, &agrave; remplacer des oligarques de plus en plus impopulaires, se sont inspir&eacute;s du d&eacute;sormais lointain exemple de l'&eacute;tatisme &agrave; la fran&ccedil;aise. Un terme cependant est de plus en plus employ&eacute; par les &eacute;conomistes et hommes politiques russes visant &agrave; r&eacute;agir aux &laquo;&nbsp;sanctions &raquo; certes injustes mais n&eacute;anmoins dommageables, impos&eacute;es &agrave; la Russie par Barack Obama et l'establishment am&eacute;ricain. Il s'agit de celui de <strong>&laquo;&nbsp;statisme&nbsp;&raquo;</strong>. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Le statisme, dans les nouveaux &eacute;crits politiques, viserait d'abord &agrave; organiser la r&eacute;ponse de l'Etat russe aux sanctions, en luttant contre l'affaiblissement de certaines entreprises, une possible rar&eacute;faction de ressources et finalement, le manque de planification strat&eacute;gique qui pourraient en r&eacute;sulter. Vladimir Poutine et ses amis politiques ne visent certainement pas &agrave; revenir au Gosplan sovi&eacute;tique et &agrave; la nationalisation de toute l'&eacute;conomie. Mais manifestement ils retrouvent beaucoup de solutions inaugur&eacute;es avec succ&egrave;s par feu l'&eacute;tatisme &agrave; la fran&ccedil;aise: investissements publics dans les secteurs &eacute;conomiques strat&eacute;giques, y compris dans les industries de d&eacute;fense, soutien &agrave; la recherche scientifique et &agrave; l'enseignement sup&eacute;rieur, contr&ocirc;le &eacute;ventuel des mouvements erratiques pouvant affecter les prix et les changes.</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">La Russie, qui a &eacute;t&eacute; tr&egrave;s largement &agrave; l'initiative des d&eacute;cisions de mise en place des instituions financi&egrave;res du BRICS, comme &agrave; l'&eacute;largissement de l'Organisation de Coop&eacute;ration de Shanghai (SCO) &agrave; un partenaire important tel que l'Inde, compte manifestement sur un retour en force du statisme pour que ces nouvelles initiatives ne sombrent pas dans le d&eacute;sordre. Elle rejoint en cela son autre partenaire important, la Chine. Cette derni&egrave;re a r&eacute;ussi &agrave; concilier le maintien d'un capitalisme d'Etat avec l'ouverture au priv&eacute;, la conjonction des deux semblant actuellement faire son succ&egrave;s. La Russie ne copiera certainement pas les r&eacute;f&eacute;rences chinoises, mais son futur statisme pourrait s'en inspirer. </font> </p> <font size="2" face="Arial"> </font><font size="2" face="Arial"> </font> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial">Du temps d&eacute;j&agrave; lointain o&ugrave; l'on r&eacute;fl&eacute;chissait entre diplomates ou &eacute;conomistes fran&ccedil;ais et russes &agrave; d'&eacute;ventuelles coop&eacute;rations pouvant contribuer &agrave; fonder une future alliance franco-russe, il avait &eacute;t&eacute; admis d'un commun accord que l'exp&eacute;rience fran&ccedil;aise, unique au monde, d'un &eacute;tatisme compatible avec la d&eacute;mocratie aurait pu faire l'objet d'&eacute;tudes ou de r&eacute;alisations conjointes. La capitulation du gouvernement fran&ccedil;ais actuel devant les oukazes de Washington semble condamner &agrave; mort de telles perspectives. Mais le vent pourrait changer. </font> </p> <font size="2" face="Arial"></font></font> Sun, 10 Aug 2014 23:00:00 GMT Des cercles militaires de plus en plus influents préparent les Etats-Unis à la guerre. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1443 1443 <br /><font size="2" face="Arial"><br /> Le document intitul&eacute; &ldquo;<a href="http://www.usip.org/sites/default/files/Ensuring-a-Strong-U.S.-Defense-for-the-Future-NDP-Review-of-the-QDR_0.pdf">Ensuring a Strong Defense for the Future</a>,&rdquo; a &eacute;t&eacute; &eacute;labor&eacute; par un groupe d'anciens responsables civils et militaires sous les administrations pr&eacute;c&eacute;dentes, le National Defense Panel. Celui-ci a &eacute;t&eacute; charg&eacute; par le Congr&egrave;s de revoir avec un oeil critique le document r&eacute;sumant officiellement la doctrine actuelle du Pentagone en mati&egrave;re de d&eacute;fense, la 2014 Quadrennial Defense Review. </font> <p><font size="2" face="Arial">Ce groupe est bi-partisan. Il peut &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute; comme repr&eacute;sentant l'ensemble des conseillers en d&eacute;fense et s&eacute;curit&eacute; actuellement en charge de ces questions &agrave; Washington. Le rapport a &eacute;t&eacute; financ&eacute; par une agence f&eacute;d&eacute;rale charg&eacute;e d'&eacute;tudier les questions militaires, l' &laquo;&nbsp;US Institute of Peace&nbsp;&raquo; (sic) <a href="http://www.usip.org/">http://www.usip.org/</a></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Le document &eacute;tablit une liste des pays mena&ccedil;ant actuellement les Etats-Unis, Chine et Russie en premier lieu (aujourd'hui les auteurs &eacute;criraient peut-&ecirc;tre Russie et Chine) suivis par la Cor&eacute;e du Nord, l'Iran, l'Iraq, la Syrie, et plus globalement le Moyen Orient et l'Afrique (sic). Ces pays sont pr&eacute;sent&eacute;s comme des cibles possibles pour de futures actions militaires am&eacute;ricaines .</font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Il propose de revenir sur la doctrine encore en vigueur selon laquelle l'Am&eacute;rique doit &ecirc;tre suffisamment forte pour conduire deux guerres majeures &agrave; la fois. Compte-tenu des nouvelles menaces, les USA doivent pouvoir mener plusieurs guerres &agrave; la fois, contre les pays cit&eacute;s et m&ecirc;me le cas &eacute;ch&eacute;ant en Europe (sic) . Ils doivent se pr&eacute;parer &agrave; combattre des pays disposant d'une force de frappe nucl&eacute;aire (autrement dit la Russie et la Chine). A ces guerres s'ajouteront des actions lourdes anti-terroristes dans diverses parties du monde, y compris pour la d&eacute;fense de l' &laquo;&nbsp;american Homeland&nbsp;&raquo;, c'est-&agrave;-dire sur le territoire f&eacute;d&eacute;ral. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">On notera que le rapport &eacute;voque le cas o&ugrave; des guerres pourraient &eacute;clater de fa&ccedil;on non officiellement d&eacute;cid&eacute;e, du fait de la prolif&eacute;ration grandissante d'engins a&eacute;riens et terrestres de type drones, disposant d'une autonomie croissante. D'o&ugrave; la n&eacute;cessit&eacute; aujourd'hui de se pr&eacute;parer &agrave; cette &eacute;ventualit&eacute;. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Le rapport s'&eacute;l&egrave;ve en cons&eacute;quence contre les &eacute;conomies (s&eacute;questrations) impos&eacute;es aujourd'hui par le Congr&egrave;s &agrave; l'&eacute;tablissement militaire. Il explique non seulement que ces &eacute;conomies devraient dor&eacute;navant &ecirc;tre refus&eacute;es, mais que de nouvelles d&eacute;penses importantes devraient &ecirc;tre engag&eacute;es. Il conseille pour cela de r&eacute;duire fortement les d&eacute;penses en mati&egrave;re sociale engag&eacute;es par l'actuelle pr&eacute;sidence. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial" color="#000080"><strong>Les suites possibles au rapport</strong></font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Il est &eacute;vident que ce rapport &eacute;mane directement des forces constituant aux Etats-Unis le trop c&eacute;l&egrave;bre lobby militaro-industriel. Il suscitera n&eacute;cessairement des oppositions plus en moins fortes venant des ailes &laquo;&nbsp;lib&eacute;rales&nbsp;&raquo; des deux grands partis, comme du Tea-Party. La population dans son ensemble n'accueillera sans doute pas favorablement les propositions faites, car elle reste encore fortement isolationniste et pr&eacute;occup&eacute;e d'assurer son quotidien. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Beaucoup de choses d&eacute;pendront de la position que prendront finalement Barack Obama et les parlementaires en charge de la politique de s&eacute;curit&eacute; int&eacute;rieure et ext&eacute;rieure. Mais ceux-ci seront-ils libres de manifester des opinions contraires &agrave; celles des auteurs du rapport cit&eacute; ici. On notera incidemment que Nancy Pelosi, chef de la minorit&eacute; d&eacute;mocrate &agrave; la Chambre, et Dianne Feinstein, la s&eacute;natrice d&eacute;mocrate qui dirige la commission s&eacute;natoriale du renseignement, et que rien ne permet de faire soup&ccedil;onner de pacifisme, se seraient dites menac&eacute;es par la CIA, y compris en ce qui concerne leur int&eacute;grit&eacute; personnelle, au cas o&ugrave; elles voudraient limiter les pouvoirs de l'Agence. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Quant &agrave; Obama, ses adversaires d&eacute;noncent sa l&acirc;chet&eacute; personnelle face aux menaces prof&eacute;r&eacute;es contre lui par le lobby militaro industriel et de celui du Security State, au cas il ne c&eacute;derait pas &agrave; leurs injonctions. N'est pas F.D. Roosevelt qui veut. L'opinion elle-m&ecirc;me, abreuv&eacute;e de mensonges concernant notamment les postures pr&eacute;tendues offensives de la Russie et de la Chine, pourrait en venir, sinon &agrave; souhaiter une guerre mais &agrave; l'accepter. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">Cette guerre fut-elle nucl&eacute;aire, si une premi&egrave;re frappe mettait la Russie et la Chine hors d'&eacute;tat de riposter. </font></p> <font size="2" face="Arial"> </font> <p><font size="2" face="Arial">C'est pourquoi nous ne pensons pas faire preuve d'alarmisme indu lorsque nous &eacute;crivons que les risques de guerre nucl&eacute;aire pourraient &ecirc;tre plus grands aujourd'hui qu'ils ne le furent tout au long de la guerre froide. <br /> </font></p> <p style="margin-bottom: 0cm"><font size="2" face="Arial"><strong>Source</strong>. Washington plans for world war<br /> <a href="http://www.wsws.org/en/articles/2014/08/06/pers-a06.html">http://www.wsws.org/en/articles/2014/08/06/pers-a06.html</a></font></p> <p><br /> <br /> </p> <h2><br /> </h2> <h2><br /> </h2> Tue, 05 Aug 2014 23:00:00 GMT