Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/ Europe Solidaire Europe Solidaire http://www.europesolidaire.eu/logo.gifEurope Solidairehttp://www.europesolidaire.eu/ Mon, 20 Nov 2017 23:53:53 GMT Macron devra normaliser les relations entre la France et l'Iran http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2765 2765 <br /><p>In&eacute;vitablement, le 18 novembre, Ali Akbar Velayati, le conseiller du guide supr&ecirc;me Ali Khamenei pour les affaires internationales, lui a r&eacute;pondu devant la t&eacute;l&eacute;vision d&#39;Etat que sur les questions de d&eacute;fense et du programme balistique, l&#39;Iran ne demande d&#39;autorisation &agrave; personne. &laquo;&nbsp;En quoi cela regarde -t-il Macron ? Qui est-il pour s&#39;ing&eacute;rer dans ces affaires ?&quot;</p> <p>Cependant l&#39;Elys&eacute;e avait annonc&eacute; pr&eacute;c&eacute;demment que Emmanuel Macron envisageait &nbsp;de se rendre prochainement en Iran, &agrave; l&#39;invitation du pr&eacute;sident Rohani. Par t&eacute;l&eacute;phone il avait rappel&eacute; &agrave; celui-ci l&#39;attachement de la France &agrave; l&#39;accord sur le nucl&eacute;aire iranien. Cela n&#39;&eacute;tait en rien une critique de l&#39;Iran puisque tous les partenaires &agrave; cet accord, dit 5+1, avaient constat&eacute; que l&#39;Iran s&#39;en tenait strictement &agrave; son engagement de ne pas d&eacute;velopper d&#39;arme nucl&eacute;aire. Cependant, il y avait quelques jours, Donald Trump avait annonc&eacute; la volont&eacute; des Etats-Unis de s&#39;en retirer, sans apporter d&#39;arguments plausibles ayant pu justifier ce retrait.</p> <p>Dans le m&ecirc;me temps, il est vrai, l&#39;Iran mettait au point des missiles balistiques. Mais nombre de pays font de m&ecirc;me sans susciter de r&eacute;actions hostiles. Ce genre de vecteur est d&eacute;sormais indispensable &agrave; tout pays voulant de doter d&#39;une politique spatiale civile ou militaire.</p> <p><strong>Non seulement dialoguer mais coop&eacute;rer</strong></p> <p>Paris, suite &agrave; cet &eacute;change aigre-doux entra Macron et Ali Khamenei , aurait le plus grand int&eacute;r&ecirc;t &agrave; reprendre le dialogue avec T&eacute;h&eacute;ran. Non seulement il faudrait dialoguer mais engager des relations diplomatiques &laquo;&nbsp;normales&nbsp;&raquo;, sur le mod&egrave;le de celles que la France entretient avec un grand nombre de pays consid&eacute;r&eacute;s comme alli&eacute;s. Il s&#39;agirait d&#39;abord d&#39;un int&eacute;r&ecirc;t &eacute;conomique et commercial, ce que souhaitent de nombreuses entreprises fran&ccedil;aises qui malgr&eacute; des d&eacute;buts prometteurs, pi&eacute;tinent aujourd&#39;hui devant une politique de &laquo;&nbsp;sanctions&nbsp;&raquo; impos&eacute;e par les seuls Am&eacute;ricains. Il s&#39;agirait aussi d&#39;un int&eacute;r&ecirc;t si l&#39;on peut dire civilisationnel, car l&#39;islam profess&eacute; par l&#39;Iran et l&#39;&eacute;volution des m&oelig;urs qui s&#39;y met en place, rapprochent de plus en plus notre pays des convictions et comportements que nous jugeons indispensables pour favoriser les &eacute;changes culturels avec le monde musulman.</p> <p>Mais surtout des relations &laquo;&nbsp;normales&nbsp;&raquo; avec l&#39;Iran permettraient &agrave; la France de ne plus s&#39;enfermer de fait dans l&#39;axe des pays sunnites, men&eacute; par l&#39;Arabie saoudite, axe encourag&eacute; par les dollars et les armements am&eacute;ricains et principal soutien au terrorisme islamique, dont l&#39;objectif aujourd&#39;hui est d&#39;emp&ecirc;cher que l&#39;influence russe au Moyen-Orient ne se substitue, plus encore qu&#39;elle ne l&#39;a d&eacute;j&agrave; fait, &agrave; l&#39;influence am&eacute;ricaine.</p> <p>Dans ce but, l&#39;Iran, grande puissance r&eacute;gionale, a pris de fait la t&ecirc;te d&#39;un axe parfois qualifi&eacute; de chiite qui associe des pays avec lesquels la France est cens&eacute;e avoir de bonnes relations. Il s&#39;agit de la Syrie et de l&#39;Irak, enfin d&eacute;barrass&eacute;es du poids de l&#39;Etat islamique, de la Turquie et du Hezbollah, qui se r&eacute;v&egrave;le de plus en plus fr&eacute;quentable, et de quelques autres de moindre poids.</p> <p>La volont&eacute; que vient de r&eacute;affirmer la France d&#39;encourager le maintien du Liban en tant qu&#39;arbitre et conciliateur entre les diff&eacute;rents int&eacute;r&ecirc;ts qui se disputent le Moyen-Orient ne pourrait qu&#39;&ecirc;tre encourag&eacute;e par le rapprochement avec l&#39;Iran. T&eacute;h&eacute;ran ne s&#39;est jamais montr&eacute; d&eacute;sireux de mettre Beyrouth au service de ses seuls objectifs. Pour sa part, l&#39;actuel pr&eacute;sident, Michel Aoun, est soutenu par une grande majorit&eacute; des chr&eacute;tiens libanais. Mais il consid&egrave;re &agrave; juste titre que le Hezbollah repr&eacute;sente l&#39;essentiel des int&eacute;r&ecirc;ts g&eacute;opolitiques du Liban. En ce sens, la proximit&eacute; du Hezbollah avec l&#39;Iran ne peut que favoriser de bonnes relations avec ce pays. On peut penser qu&#39;Emmanuel Macron en tiendra compte.</p> <p><strong>Isra&euml;l</strong></p> <p>La seule question qui sera difficile &agrave; r&eacute;gler &ndash; mais la diplomatie est l&agrave; pour y aider - sera la question des relations futures de la France avec Isra&euml;l. Il est &eacute;vident que pour de multiples raisons impossibles &agrave; d&eacute;tailler ici, la France veut rester une bonne alli&eacute;e de l&#39;Etat Juif. Mais cela ne signifiera pas suivre Tel Aviv, et en particulier dans l&#39;imm&eacute;diat Benjamin Netanyahu, dans tous les exc&egrave;s de sa politique hostile &agrave; l&#39;Iran. Ceci d&#39;autant plus que Netanyahu s&#39;appuie&nbsp;syst&eacute;matiquement pour le moment sur&nbsp;Donald Trump, et r&eacute;ciproquement, quels que soient les risques&nbsp;qu&#39;&agrave; eux deux ils font courir tant aux Etats du Moyen-Orient qu&#39;aux Europ&eacute;ens. Macron aura besoin de tous ses talents pour faire comprendre &agrave; Israel qu&#39;un peu plus de souplesse s&#39;imposera. Il pourra &agrave; son tour garantir qu&#39;en &eacute;change la France ne fera rien pour mettre en danger Isra&euml;l.<br /> <br /> &#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;&#39;</p> <p>En conclusion, sur tous ces points, il faut esp&eacute;rer qu&#39;Emmanuel Macron, au lieu de s&#39;enfermer dans des querelles superficielles avec Ali Khamenei, mettra vraiment en place la coop&eacute;ration entre la France et l&#39;Iran qui s&#39;impose dans les int&eacute;r&ecirc;ts des deux parties.</p> Sat, 18 Nov 2017 23:00:00 GMT Le Southern Command à l'assaut de l'Amérique latine http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2764 2764 <br /><p>Personne de sens&eacute;e ne peut croire de telles raisons. Des forces aussi importantes ne sont pas n&eacute;cessaires dans cet objectif. Il s&#39;agit en fait d&#39;associer militairement les Etats du continent &agrave; une pr&eacute;sence de l&#39;Arm&eacute;e am&eacute;ricaine. Ces Etats, qui avaient il y a quelques ann&eacute;es, tel le Br&eacute;sil, sous le pr&eacute;sident Lula, voulu se d&eacute;rober &agrave; cette forme d&#39;occupation, sont aujourd&#39;hui, ayant perdu toute ind&eacute;pendance, oblig&eacute;s de l&#39;accepter. Non seulement ils doivent l&#39;accepter, mais ils doivent remercier le Pentagone de tant de sollicitude.</p> <p>Ainsi l&#39;ambassade am&eacute;ricaine &agrave; Brasilia vient de faire conna&icirc;tre (voir <a href="https://br.usembassy.gov/southcom-observe-humanitarian-logistics-amazon/">https://br.usembassy.gov/southcom-observe-humanitarian-logistics-amazon/</a>&nbsp;que le Southern Command a organis&eacute; les 6/13 novembre 2017 des s&eacute;ances d&#39;entrainement &agrave; Tabatinga en Amazonie br&eacute;silienne. Celles-ci ont permis &agrave; l&#39;US Army, associ&eacute;e &agrave; des personnels civils et militaires des Etats voisins, de conduire des &laquo;&nbsp;op&eacute;rations de Pacification et d&#39;Assistance humanitaire&nbsp;&raquo; dans cette r&eacute;gion jusqu&#39;ici consid&eacute;r&eacute;e comme une chasse gard&eacute;e par le Br&eacute;sil, le P&eacute;rou et la Colombie. Un effectif de 50 soldats d&#39;active de l&#39;arm&eacute;e am&eacute;ricaine, compl&eacute;t&eacute;s par 31 membres de la Garde Nationale, ont particip&eacute; &agrave; cette g&eacute;n&eacute;reuse op&eacute;ration, baptis&eacute;e &ldquo;AmazonLog 17&rdquo; ou &ldquo;Operation America United,&rdquo;</p> <p>Les organisateurs de l&#39;op&eacute;ration ont annonc&eacute; qu&#39;elle pr&eacute;ludait &agrave; la mise en place d&#39;une base logistique am&eacute;ricaine dans la r&eacute;gion, base qui a &eacute;t&eacute; pr&eacute;sent&eacute;e comme internationale (Integrated Multinational Logistics Units). En clair il s&#39;agira d&#39;une base am&eacute;ricaine pouvant accueillir des h&eacute;licopt&egrave;res, des troupes terrestres et du mat&eacute;riel militaire.</p> <p><strong>De nombreux autres b&eacute;n&eacute;ficiaires</strong></p> <p>D&#39;autres Etats ont depuis longtemps b&eacute;n&eacute;fici&eacute; d&#39;une telle assistance. Citons entre autres le Guatemala, la Jama&iuml;que, Panama, l&#39;Argentine, le P&eacute;rou et le Chili. Plus r&eacute;cemment, en Antarctique, dans des r&eacute;gions d&eacute;di&eacute;s en principe &agrave; des recherches scientifiques, des militaires am&eacute;ricains pourront intervenir &agrave; partir d&#39;une base en Terre de Feu.</p> <p>Plus grave, il appara&icirc;t que les bases du Br&eacute;sil, du P&eacute;rou et de la Colombie sont de plus en plus organis&eacute;es pour conduire de v&eacute;ritables op&eacute;rations militaires contre le V&eacute;n&eacute;zu&eacute;la et le cas &eacute;ch&eacute;ant la Colombie. Lorsque Donald Trump avait menac&eacute; Caracas d&#39;une offensive de grande ampleur, si Ernesto Maduro s&#39;ent&ecirc;tait &agrave; coop&eacute;rer pour l&#39;exploitation de ses consid&eacute;rables ressources p&eacute;troli&egrave;res avec Moscou et P&eacute;kin il ne plaisantait pas. La fronti&egrave;re du V&eacute;n&eacute;zu&eacute;la se trouve &agrave; quelques 500 km au nord de Tabatinga, pr&eacute;cit&eacute;.</p> <p>Mais l&agrave; encore, le pr&eacute;texte humanitaire est &eacute;voqu&eacute;. C&#39;est ce que vient de d&eacute;clarer l&#39;amiral Kurt Kidd, chef du Southern Command. &laquo;<em>&nbsp;L&#39;Am&eacute;rique doit se pr&eacute;parer &agrave; prot&eacute;ger les populations v&eacute;n&eacute;zu&eacute;liennes de l&#39;instabilit&eacute; et des famines qui se pr&eacute;parent&nbsp;&raquo;.</em></p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> Fri, 17 Nov 2017 23:00:00 GMT Urgence climatique. Rien n'a été décidé http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2762 2762 <br /><p>Bonn, le 17 novembre 2017<br /> COP23 : pas de sursaut face &agrave; l&rsquo;urgence climatique&nbsp;</p> <p>La COP23, premi&egrave;re &ldquo;COP du Pacifique&rdquo; se cl&ocirc;ture aujourd&rsquo;hui &agrave; Bonn. Les n&eacute;gociations ont avanc&eacute; sur certains fronts et ont pos&eacute; les bases d&rsquo;un dialogue pour esp&eacute;rer gagner plus d&rsquo;ambition en 2018. Quelques progr&egrave;s sont &eacute;galement &agrave; noter sur les th&eacute;matiques qui touchent les populations vuln&eacute;rables. Mais cela reste insuffisant face &agrave; l&rsquo;urgence climatique que les scientifiques ont rappel&eacute; pendant cette COP. Sur le manuel d&rsquo;application de l&rsquo;accord de Paris ou sur l&rsquo;incontournable question des financements, la pr&eacute;sidence fidjienne s&rsquo;est heurt&eacute;e au manque de volont&eacute; politique des pays.&nbsp;</p> <p>.La bonne nouvelle de cette quinzaine est la s&eacute;rie d&rsquo;avanc&eacute;es sur l&rsquo;agriculture et la s&eacute;curit&eacute; alimentaire, sur les droits des peuples autochtones et sur l&rsquo;&eacute;galit&eacute; de genre. Au-del&agrave; de simplement reconna&icirc;tre que les changements climatiques affectent directement la vie de nombreuses populations, les &Eacute;tats ont enfin pris leurs responsabilit&eacute;s en cr&eacute;ant des espaces de discussions ou des plans d&rsquo;action d&eacute;di&eacute;s &agrave; ces sujets cruciaux.&nbsp;&nbsp;</p> <p>Mais la COP23 s&rsquo;est limit&eacute;e &agrave; des progr&egrave;s sur le papier (par exemple sur le manuel d&rsquo;application de l&rsquo;accord de Paris et la pr&eacute;paration du premier bilan des actions en 2018). Les grands &eacute;metteurs de gaz &agrave; effet de serre, dont l&rsquo;Union europ&eacute;enne, manquent toujours cruellement d&rsquo;ambition politique et les actes ne sont pas suffisants pour rectifier le tir bien avant 2020.&nbsp;</p> <p>Les pays riches ont &eacute;galement rat&eacute; une occasion de d&eacute;montrer leur solidarit&eacute; envers les populations les plus pauvres et de respecter l&rsquo;objectif de 100 milliards de dollars par an d&rsquo;ici &agrave; 2020. Des engagements &eacute;taient &eacute;galement indispensables pour soutenir les populations victimes des cons&eacute;quences in&eacute;vitables des changements climatiques. Sur ce point aussi, cette COP du Pacifique se termine sur un go&ucirc;t d&rsquo;inachev&eacute;.&nbsp;</p> <p>La France doit maintenant donner les gages concrets d&rsquo;une politique de transition &eacute;cologique ambitieuse, qui se lib&egrave;re des &eacute;nergies du pass&eacute; : le nucl&eacute;aire et les &eacute;nergies fossiles (p&eacute;trole, gaz, charbon). Emmanuel Macron a souhait&eacute; organiser le sommet &ldquo;One Planet Summit&rdquo; le 12 d&eacute;cembre &agrave; Paris. Pour ne pas se r&eacute;sumer &agrave; un nouvel affichage sans lendemain, de nouveaux engagements doivent &ecirc;tres pris. Nous attendons le doublement de l&rsquo;objectif de financements pour l&rsquo;adaptation de la France d&rsquo;ici &agrave; 2022 et la fin des soutiens aux &eacute;nergies fossiles. Nous serons aussi vigilants &agrave; ce que de fausses solutions ne soient pas promues, notamment dans le secteur agricole. La mobilisation citoyenne entend, en ce sens, porter ces demandes en exigeant &laquo; pas un euro de plus ! &raquo; pour les projets climaticides et les &eacute;nergies du pass&eacute;.</p> <p>.Pour communiquer, faire</p> <table summary="Entête du message"> <tbody> <tr> <td><a href="https://webmail1m.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&amp;IDMSG=97309&amp;check=&amp;SORTBY=1#">&quot;Simon Coquillaud - R&eacute;seau Action Climat&quot; </a></td> </tr> </tbody> </table> <p>&nbsp;</p> Thu, 16 Nov 2017 23:00:00 GMT Sur la crise au Zimbabwé http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2763 2763 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20171117201003_zim.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><p>Ceux qui connaissent peu la situation au Zimbabw&eacute;, (voir <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Zimbabwe">https://fr.wikipedia.org/wiki/Zimbabwe</a>) apr&egrave;s ce qui est apparu comme un coup d&#39;&eacute;tat militaire, ont encore du mal &agrave; comprendre les tenants et les aboutissants de cette crise. Le Zimbabwe, dite pr&eacute;c&eacute;demment Rhod&eacute;sie, est une ancienne colonie britannique, disposant de grandes richesses agricoles et mini&egrave;res. Depuis son ind&eacute;pendance, il a &eacute;t&eacute; le terrain d&#39;une lutte permanente entre ceux des anciens propri&eacute;taires, les &laquo;&nbsp;fermiers blancs&nbsp;&raquo;, qui s&#39;effor&ccedil;aient de conserver leurs biens, et les descendants des esclaves noirs qui revendiquaient pour eux la totalit&eacute; du pays. Robert Mugabe avait d&egrave;s l&#39;origine pris le parti de l&#39;ind&eacute;pendance compl&egrave;te &agrave; l&#39;&eacute;gard de ce qui restait du pouvoir blanc.</p> <p>Or pourtant, dans la nuit du 14 au 15&nbsp;novembre, des officiers ont annonc&eacute;&nbsp;&ecirc;tre&nbsp;intervenus contre les&nbsp;&laquo;&nbsp;criminels&nbsp;&raquo;&nbsp;de l&rsquo;entourage du pr&eacute;sident Mugabe, 93 ans, ce terme de criminels d&eacute;signant la faction du parti au pouvoir, la Zanu-PF, qui soutient la femme du pr&eacute;sident,, Grace Mugabe 52&nbsp;ans. Celle-ci ambitionnait de devenir pr&eacute;sidente et avait beaucoup intrigu&eacute; &ndash; et d&eacute;pens&eacute; d&#39;argent &ndash; pour ce faire. Elle &eacute;tait entr&eacute;e en conflit ouvert avec le vice pr&eacute;sident Emmerson Mnangagwa, qui esp&eacute;rer succ&eacute;der &agrave; Mugabe, le plus vieux chef d&rsquo;Etat de la plan&egrave;te mais encore actif. Elle avait obtenu de son mari qu&rsquo;il le limoge.</p> <p><strong>Le Crocodile</strong></p> <p>Emmerson Mnangagwa dit Le Crocodile (voir image), dont le limogeage a provoqu&eacute; mercredi le coup de force de l&rsquo;arm&eacute;e&nbsp;contre le r&eacute;gime de Robert Mugabe, avait fui le Zimbabwe dans la suite de son &eacute;viction le 6&nbsp;novembre, mais il avait promis de&nbsp;d&eacute;fier&nbsp;le pr&eacute;sident Mugabe et son &eacute;pouse. Or il vient de rentrer au&nbsp;Zimbabwe le 17 novembre, manifestement avec l&#39;accord des militaires ayant pris le pouvoir apr&egrave;s le coup d&#39;&eacute;tat.</p> <p>L&#39;arm&eacute;e, qui contr&ocirc;le la capitale Harare, a annonc&eacute; ce m&ecirc;me jour&nbsp;avoir&nbsp;arr&ecirc;t&eacute; plusieurs proches du pr&eacute;sident, se f&eacute;licitant de&nbsp;&laquo;&nbsp;progr&egrave;s significatifs&nbsp;&raquo;&nbsp;dans son op&eacute;ration de purge au sein du parti au&nbsp;pouvoir&nbsp;de la Zanu-PF.&nbsp;&laquo;&nbsp;Nous avons mis la main sur plusieurs des criminels, tandis que d&rsquo;autres sont toujours en fuite&nbsp;&raquo;, a fait savoir l&rsquo;arm&eacute;e dans un communiqu&eacute; publi&eacute; dans le journal d&rsquo;Etat&nbsp;The Herald.</p> <p>Rappelons qu&#39;au Zimbabwe, les tensions entre factions au sein du parti au&nbsp;pouvoir, l&rsquo;Union nationale africaine du&nbsp;Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF), ont d&eacute;g&eacute;n&eacute;r&eacute;, dans la nuit de mardi&nbsp;14 &agrave; mercredi 15&nbsp;novembre, en un coup d&rsquo;Etat qui n&#39;a pas voulu se dire comme tel. Mercredi, l&rsquo;arm&eacute;e&nbsp;contr&ocirc;lait les rues de la capitale, Harar&eacute;, dans le cadre d&rsquo;une op&eacute;ration destin&eacute;e, selon elle, &agrave;&nbsp;&eacute;liminer&nbsp;des&nbsp;&laquo;&nbsp;criminels&nbsp;&raquo;&nbsp;de l&rsquo;entourage du pr&eacute;sident Robert Mugabe.</p> <p>Pendant des ann&eacute;es, l&rsquo;arm&eacute;e a toujours &eacute;t&eacute; loyale &agrave; Robert Mugabe. Des officiers lui &eacute;taient redevables, car avec le syst&egrave;me de patronage existant au Zimbabwe, le parti au pouvoir faisait en sorte de&nbsp;satisfaire&nbsp;les g&eacute;n&eacute;raux en leur offrant des fermes, souvent de celles fermiers blancs expropri&eacute;s. Mais ils ont eu peur que Grace Mugabe, ne prenne en main les commandes de l&rsquo;Etat. Le limogeage de Mnangagwa &eacute;tait le geste de trop, car celui-ci &eacute;tait l&#39;homme fort au sein du pouvoir. Gr&acirc;ce Mugab&eacute; s&#39;appuyait sur la faction au sein de la Zanu-PF oppos&eacute;e &agrave; Emmerson Mnangagwa dont elle avait r&eacute;ussi &agrave; obtenir le soutien. Celle-ci &eacute;tait bien moins favorable &agrave; l&#39;arm&eacute;e</p> <p>Emmerson Mnangagwa fut d&rsquo;abord un personnage important de la lutte pour l&rsquo;ind&eacute;pendance dans les ann&eacute;es 1970, puis il a &eacute;t&eacute; ministre la plupart du temps depuis les ann&eacute;es 1980, il a travaill&eacute; pour les services de renseignement &mdash; il fut notamment charg&eacute; de la r&eacute;pression dans le Matabeleland (dans l&rsquo;ouest du pays) contre ce que le pouvoir percevait comme une opposition. Il a toujours &eacute;t&eacute; per&ccedil;u comme un partisan de la ligne dure et un soutien de l&rsquo;arm&eacute;e au sein du gouvernement.</p> <p><strong>La Chine</strong></p> <p>Pour comprendre la situation actuelle, il faut essayer aussi de comprendre les pouvoirs et int&eacute;r&ecirc;ts ext&eacute;rieurs qui s&#39;int&eacute;ressent au pays. Sans entrer dans les d&eacute;tails, on notera le r&ocirc;le de l&#39;Afrique du sud, qui s&#39;est toujours positionn&eacute;e comme alli&eacute;e et protectrice du Zimbabw&eacute;. Par contre les pays occidentaux, et notamment la Grande Bretagne et les Etats-Unis, multiplient les man&oelig;uvres diplomatiques pour reprendre sous contr&ocirc;le le gouvernement du pays. Elles ont deux buts, r&eacute;cup&eacute;rer l&#39;acc&egrave;s aux ressources consid&eacute;rables de celui-ci, et emp&ecirc;cher qu&#39;il ne tombe davantage dans l&#39;orbite de la Chine.</p> <p>La Chine en effet a nou&eacute; depuis plusieurs ann&eacute;es de bonnes relations avec le Zimbabw&eacute;. Elle y investit massivement dans divers secteurs importants et a plusieurs fois aid&eacute; l&#39;&eacute;conomie &agrave; sortir des crises consid&eacute;rables qu&#39;elle n&#39;a cess&eacute; de rencontrer depuis l&#39;ind&eacute;pendance. Manifestement l&#39;alliance avec le Zimbabw&eacute; sera un atout important dans l&#39;effort de la Chine pour &eacute;tendre son influence dans toute l&#39;Afrique.</p> <p>On aurait pu penser que le &nbsp;coup d&#39;&eacute;tat&nbsp;avait &eacute;t&eacute; organis&eacute;, sur le mode du&nbsp;&laquo;&nbsp;regime change&nbsp;&raquo;, par les puissances occidentales pour obtenir un gouvernement plus docile. Mais les g&eacute;n&eacute;raux ont affirm&eacute; qu&#39;il n&#39;en &eacute;tait rien. Les d&eacute;clarations d&#39;amiti&eacute; avec la Chine ont &eacute;t&eacute; renouvel&eacute;es.</p> <p>Pour notre part, nous n&#39;y voyons pas encore assez clair pour pr&eacute;voir dans quel sens penchera Emmerson Mnangagwa, s&#39;il revient d&eacute;finitivement&nbsp; au pouvoir avec l&#39;appui de l&#39;arm&eacute;e. Tout laisse pr&eacute;voir que ce sera&nbsp;dans le sens d&#39;un approfondissement des relations avec la Chine. Cependant la forme dictatoriale du pouvoir ne devrait pas changer. &nbsp;Nous y reviendrons si n&eacute;cessaire.&nbsp;</p> <p><strong>R&eacute;f&eacute;rence</strong></p> <p>Nous publions ici, avec son accord, un article de Bernard Lugan, que l&#39;on peut retrouver sur son blog L&#39;Afrique R&eacute;elle - blog que par ailleurs nous conseillons Voir&nbsp;http://bernardlugan.blogspot.fr/2017/11/zimbabwe-fin-de-route-pour-robert.html.&nbsp;<br /> Le moins que l&#39;on puisse dire est que l&#39;auteur ne manifesta pas une sympathie aveuglante &agrave; l&#39;&eacute;gard des mouvements ind&eacute;pendantistes. Ceci ne retire rien &agrave; la pertinence de ses observations</p> <h3><br /> <em><strong>Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe &nbsp;?</strong></em></h3> <p><em>Robert Mugabe, dit &laquo;&nbsp;Comrade Bob&nbsp;&raquo;, n&eacute; en 1924 dans le dispensaire d&rsquo;une mission protestante, eut, durant toute sa vie, des certitudes born&eacute;es par le christianisme r&eacute;volutionnaire, par le marxisme et par la haine des Blancs.</em></p> <p><em>En 1963, il fut un des fondateurs du mouvement nationaliste ZANU (Zimbabwe African National Union), avant d&rsquo;&ecirc;tre arr&ecirc;t&eacute; en 1964.</em></p> <p><em>Le 11 novembre 1965, dirig&eacute;s par Ian Smith, et en d&eacute;pit des menaces de sanctions &eacute;conomiques et politiques, les Blancs de Rhod&eacute;sie du Sud -228&nbsp;000 pour 4.847.000 d&rsquo;Africains-, rompirent avec la Grande-Bretagne et ils proclam&egrave;rent l&rsquo;ind&eacute;pendance du pays sous le nom de Rhod&eacute;sie. L&#39;ONU vota des sanctions et un embargo total.</em></p> <p><em>Lib&eacute;r&eacute; en 1975, Robert Mugabe partit pour le Mozambique o&ugrave; il devint le chef de l&rsquo;aile militaire de la ZANU, la ZANA (Zimbabwe African National Army).</em></p> <p><em>Quasiment cern&eacute;e par des pays ennemis, la petite arm&eacute;e rhod&eacute;sienne, rustique et pugnace r&eacute;sista &agrave; toutes les attaques. Jusqu&rsquo;au moment, o&ugrave;, croyant acheter sa survie en la poignardant dans le dos, l&rsquo;Afrique du Sud blanche lui coupa les approvisionnements en carburant. Les dirigeants rhod&eacute;siens furent alors accul&eacute;s &agrave; signer les accords de Lancaster House. Puis, du 27 au 29 f&eacute;vrier 1980, eurent lieu des &eacute;lections.</em></p> <p><em>Ce fut un vote ethnique dans la mesure o&ugrave; les suffrages des 70 % de Shona se port&egrave;rent sur les candidats de Robert Mugabe, tandis que les votes des 30% de Matab&eacute;l&eacute; se retrouv&egrave;rent sur les candidats de leur leader, Josuah Nkomo. Une fois de plus, l&rsquo;ethno-math&eacute;matique avait donc parl&eacute; et en avril 1980, la Rhod&eacute;sie devint officiellement ind&eacute;pendante, sous le nom de Zimbabwe.</em></p> <p><em>Dans le sud du pays, en zone matab&eacute;l&eacute;, une guerre tribale &eacute;clata aussit&ocirc;t, les Matab&eacute;l&eacute; n&#39;acceptant pas de se voir dirig&eacute;s par les Shona qu&rsquo;ils avaient soumis avant la venue des Blancs. Cette r&eacute;volte fut f&eacute;rocement &eacute;cras&eacute;e par la 5&deg; brigade de l&rsquo;arm&eacute;e du Zimbabwe, exclusivement compos&eacute;e de Shona encadr&eacute;s par des Nord-Cor&eacute;ens.</em></p> <p><em>Depuis 1980,&nbsp;&laquo;&nbsp;Comrade Bob&nbsp;&raquo; r&eacute;gnait donc sur ce qui fut la prosp&egrave;re Rhod&eacute;sie dont il fit un goulag ruin&eacute;. Et pourtant,&nbsp; l&rsquo;h&eacute;ritage laiss&eacute; par le r&eacute;gime blanc &eacute;tait exceptionnel&nbsp;: le pays disposait d&rsquo;excellentes infrastructures routi&egrave;res et ferroviaires, la population &eacute;tait largement alphab&eacute;tis&eacute;e et l&rsquo;&eacute;conomie de type industriel avait un secteur agricole hautement comp&eacute;titif. De plus, la politique des sanctions internationales avait contraint les Rhod&eacute;siens &agrave; cr&eacute;er une industrie de transformation.</em></p> <p><em>Quelques ann&eacute;es plus tard, l&rsquo;h&eacute;ritage laiss&eacute; par les &laquo;&nbsp;colons&nbsp;&raquo; ayant &eacute;t&eacute; dilapid&eacute;, la faillite &eacute;tait totale.</em></p> <p><em>En 1995, l&rsquo;augmentation de 67% du prix du litre d&rsquo;essence et de 345% de celui du p&eacute;trole lampant utilis&eacute; pour la cuisine et l&rsquo;&eacute;clairage domestique provoqua de graves &eacute;meutes dans les principales villes du pays. Leur r&eacute;pression fut sanglante.</em></p> <p><em>En 1999 la catastrophe connut une nouvelle acc&eacute;l&eacute;ration avec l&rsquo;effondrement&nbsp; du dollar zimbabw&eacute;en qui&nbsp; perdit 80% de sa valeur face aux devises. L&rsquo;inflation d&eacute;passa alors les 57%, tandis-que le prix du gallon d&rsquo;essence passa de 5 &agrave; 12 dollars zimbabw&eacute;ens. Quant au taux de ch&ocirc;mage, il atteignit les 50% Or, avec une croissance d&eacute;mographique de 2,8% par an, le Zimbabwe voyait arriver chaque ann&eacute;e des dizaines de milliers de jeunes adultes sur le march&eacute; du travail.</em></p> <p><em>Tentant une man&oelig;uvre de pure d&eacute;magogie, Robert Mugabe fit voter par l&rsquo;Assembl&eacute;e l&rsquo;expropriation sans indemnit&eacute; des fermiers blancs, puis il ordonna &agrave; ses militants d&rsquo;occuper leurs fermes. Plusieurs fermiers furent alors massacr&eacute;s et leurs femmes viol&eacute;es&hellip;Dans le plus total silence des bonnes &acirc;mes europ&eacute;ennes.</em></p> <p><em>Or, comme les trois quarts des productions agricoles industrielles et commerciales soutenant la balance des paiements du Zimbabwe, &agrave; savoir le tabac, le paprika, le coton et l&rsquo;&eacute;levage, avaient pour origine les 4000 fermes encore poss&eacute;d&eacute;es par les Blancs, le r&eacute;sultat de cette spoliation ne se fit pas attendre. D&egrave;s 2001, jadis exportateur de nourriture, le Zimbabwe&nbsp; fut ainsi contraint de lancer un appel &agrave; l&rsquo;aide internationale pour &eacute;viter la famine&hellip; Et comme 300 000 emplois avaient &eacute;t&eacute; perdus dans le secteur agricole et ses d&eacute;riv&eacute;s, le taux de ch&ocirc;mage bondit &agrave; 65%...</em></p> <p><em>A la fin de l&rsquo;ann&eacute;e 2007, l&rsquo;inflation avoisinait en cumul&eacute; les 100&nbsp;000 %. En 2008, les prix des produits alimentaires augment&egrave;rent de 30 &agrave; 40% par jour et ceux des&nbsp; transports publics de 15 &agrave; 20% par jour&hellip;Au mois&nbsp; de f&eacute;vrier 2008, l&rsquo;inflation &eacute;tait de 165&nbsp;000 %, au mois de juillet de 2,2 millions de % et&nbsp; le 19 ao&ucirc;t de 15 millions de %&nbsp;!!! D&eacute;but ao&ucirc;t, la canette de bi&egrave;re co&ucirc;tait 800 milliards de dollars zimbabw&eacute;ens.</em></p> <p><em>Pour le clan qui avait fait main-basse sur le pays, tout allait cependant bien puisque, le 31 juillet 2013, Robert Mugabe remporta les &eacute;lections pr&eacute;sidentielles en &eacute;tant &eacute;lu pour un 6&deg; mandat&hellip;</em></p> <p><em>A partir de ce moment, Grace Mugabe, l&rsquo;&eacute;pouse du pr&eacute;sident, prit de plus en plus d&rsquo;importance dans la vie politique du pays en devenant&nbsp; secr&eacute;taire nationale de la ligue f&eacute;minine du parti au pouvoir.</em></p> <p><em>En 2016, le pays fut une nouvelle fois au bord de la famine et le gouvernement se vit oblig&eacute; d&rsquo;importer des cargaisons massives de nourriture. Au mois de f&eacute;vrier, la situation fut &agrave; ce point grave que les entreprises furent contraintes de participer &agrave; l&rsquo;achat de vivres &agrave; l&rsquo;&eacute;tranger&hellip;Mais, le 27 f&eacute;vrier, alors que le pays &eacute;tait en &eacute;tat de quasi famine, les 92 ans du pr&eacute;sident Mugabe furent fastueusement c&eacute;l&eacute;br&eacute;s devant 50&nbsp;000 invit&eacute;s dans une d&eacute;bauche de d&eacute;penses.</em></p> <p><em>Le mandat de Robert Mugabe s&rsquo;achevant en 2018, et, compte tenu de l&rsquo;&acirc;ge du pr&eacute;sident, des remous commenc&egrave;rent &agrave; parcourir le parti pr&eacute;sidentiel&nbsp;; d&rsquo;autant plus qu&rsquo;au mois de juillet 2016, tout le pays fut secou&eacute; par d&rsquo;importants mouvements sociaux. C&rsquo;est dans ce contexte lourd d&rsquo;orages que le clan pr&eacute;sidentiel tenta d&rsquo;imposer Grace Mugabe (48 ans), pour succ&eacute;der &agrave; son &eacute;poux devenu cacochyme. La fracture au sein du parti de gouvernement apparut alors au grand jour car Grace Mugabe &eacute;tait plus que contest&eacute;e en raison de ses frasques multiples et de son insolent train de vie.</em></p> <p><em>Ses opposants se rang&egrave;rent alors derri&egrave;re le vice-pr&eacute;sident Emmerson Mnangagwa mais, au mois d&rsquo;octobre 2017, ce dernier fut d&eacute;mis et il s&rsquo;enfuit au Mozambique.Tout&nbsp; bascula alors, car l&rsquo;arm&eacute;e, pourtant pilier du r&eacute;gime, prit son parti. Certes, afin d&rsquo;emp&ecirc;cher l&rsquo;installation au pouvoir de Grace Mugabe, mais d&rsquo;abord pour pr&eacute;c&eacute;der un mouvement de purge qui allait permettre la nomination aux postes de commandement de partisans de cette derni&egrave;re.</em></p> <p><em>Emmerson Mnangagwa succ&eacute;dera-t-il &agrave; Robert Mugabe&nbsp;dont il fut jusqu&rsquo;&agrave; ces derniers mois, non seulement l&rsquo;homme de main, mais celui qui, chef de ses services de renseignement, fut l&rsquo;ex&eacute;cuteur de ses plus basses, de ses plus sanglantes et de ses plus sordides &oelig;uvres&nbsp;?</em></p> <p><em>Si tel &eacute;tait le cas, nul doute que les d&eacute;mocrates et les d&eacute;fenseurs des droits de l&rsquo;homme trouveraient en lui un interlocuteur &laquo;&nbsp;bienveillant&nbsp;&raquo;&hellip;<br /> <br /> Bernard Lugan</em><br /> <br /> [1]&nbsp;Le num&eacute;ro de d&eacute;cembre 2017 de l&rsquo;Afrique R&eacute;elle que les abonn&eacute;s recevront le 1er d&eacute;cembre contiendra un important dossier consacr&eacute; au Zimbabwe.</p> Thu, 16 Nov 2017 23:00:00 GMT Donald Trump bien accueilli au sommet de l'ASEAN http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2761 2761 <br /><p>De m&ecirc;me, ses rodomontades &agrave; l&#39;&eacute;gard de la Cor&eacute;e du Nord, menac&eacute;e par lui d&#39;un an&eacute;antissement nucl&eacute;aire qui aurait atteint plusieurs des participants influents de ce Sommet, notamment la Cor&eacute;e du Sud et le Japon, auraient pu si l&#39;on peut dire jet&eacute; un froid.</p> <p>Mais les dix pays de l&#39;ASEAN et les trois pays partenaires (Chine, Japon et R&eacute;publique de Cor&eacute;e) se sont born&eacute;s &agrave; des marques de bonne volont&eacute;, Ils ont tous affirm&eacute; qu&#39;ils consid&eacute;raient, selon les termes de Rodrigo Duterte, l&#39;ASEAN &laquo;&nbsp;comme une base solide pour la cr&eacute;ation de la communaut&eacute; &eacute;conomique de l&#39;Asie de l&#39;Est selon la proposition du Premier ministre chinois Li Keqiang&nbsp;&raquo;. Or la derni&egrave;re visite de Trump &agrave; P&eacute;kin, lors de sa &laquo;&nbsp;tourn&eacute;e asiatique&nbsp;&raquo; s&#39;est conclu par la signatures de contrats commerciaux importants entre les deux pays.</p> <p>Par ailleurs, &agrave; la veille du sommet, les diplomates des Etats-Unis, du Japon, de l&#39;Australie et de l&#39;Inde (The Quad, selon le jargon) s&#39;&eacute;taient rencontr&eacute;s &agrave; Manille pour discuter des enjeux de s&eacute;curit&eacute; et de stabilit&eacute; dans la r&eacute;gion. Ils avaient convenu que l&#39;accord et la coop&eacute;ration au sein du Quad &eacute;tait &eacute;tait essentiels pour assurer , selon les termes du Japon, un &laquo;&nbsp;ordre international libre et ouvert bas&eacute; sur le respect des r&egrave;gles du droit international dans la zone Asie Pacifique. L&#39;Inde n&#39;est pas membre de l&#39;ASEAN, mais l&#39;accord de libre-&eacute;change entre elle et l&#39;ASEAN sign&eacute; le 13 aout 2009 n&#39;et en rien contradictoire, au contraire, avec les r&eacute;solutions du sommet.</p> <p>Dans ces conditions, le bon accueil re&ccedil;u par Trump a Manille allait de soi. Seuls ont protest&eacute; quelques manifestants dans les rues de la capitale. Il traduit une r&eacute;alit&eacute; dont la Chine et la Russie, sans mentionner la lointaine Europe, doivent tenir compte. Avec son potentiel &eacute;conomique et surtout sa force militaire; sans mentionner ses atouts g&eacute;ographiques, rien ne se fera en Asie du Sud-Est sans l&#39;accord de l&#39;Am&eacute;rique</p> <p><strong>Notes</strong><br /> <br /> 1 Sur l&#39;ASEAN, voir</p> <p><a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Association_des_nations_de_l%27Asie_du_Sud-Est">https://fr.wikipedia.org/wiki/Association_des_nations_de_l%27Asie_du_Sud-Est</a></p> <p>2&nbsp; On notera que lors du dernier forum de l&#39;APEC &nbsp;<a href="https://www.apec.org/Press/News-Releases/2017/1111_declaration">https://www.apec.org/Press/News-Releases/2017/1111_declaration</a>&nbsp;, tenu le 12/11, la position de Donald Trump a &eacute;t&eacute; moins solide. Voir&nbsp;</p> <p><a href="http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2017/11/12/apec-signals-us-waning-influence-in-asia/">http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2017/11/12/apec-signals-us-waning-influence-in-asia/</a></p> <p>3) Sur la tourn&eacute;e asiatique de Trump, les jugements restent assez peu favorables &agrave; Washington. Lire</p> <table border="0" cellpadding="0" cellspacing="0" style="width:1130px"> <tbody> <tr> <td style="vertical-align:top"> <p><em>Democratic Senator Edward Markey summed up the sentiment of many in his camp in saying that Trump failed to &quot;make meaningful progress&quot; on &quot;critical economic and security issues during his trip to East Asia.&quot;</em></p> <p><em>&quot;Rather than building on the messages in Japan and South Korea on the importance of trilateral unity in the face of the North Korean threat, President Trump tweeted about how hard he has tried to be North Korea&#39;s friend and called Kim Jong Un &#39;short and fat,&#39;&quot; he said.</em></p> <p><em>Aside the furor over Trump tweets, his visit also saw 11 Asia-Pacific allies announce they would press ahead with a free trade agreement known as the Trans-Pacific Partnership.</em></p> <p><em>That was seen as a diplomatic slap in the face and evidence that the world was looking beyond America&#39;s mercurial and nationalistic current leadership.</em></p> <p><em>&quot;The US is out of the game,&quot; said Nate Olson of the Stimson Center. &quot;While the US posture alternates between defensive and scorched-earth, other countries are actively fighting to reshape the trade landscape in their favor.&quot;</em></p> <p><em>&quot;The progress toward a successor to the Trans-Pacific Partnership is just the latest example.&quot;</em></p> </td> </tr> </tbody> </table> <p><br /> <br /> &nbsp;</p> Wed, 15 Nov 2017 23:00:00 GMT Qui est le plus fou des deux: Donald Trump ou Kim Jung Un? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2759 2759 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20171115131449_emp.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><p>C&#39;&eacute;tait la premi&egrave;re fois depuis quarante ans qu&#39;une telle question &eacute;tait examin&eacute;e. La cause de cette pr&eacute;occupation tenait aux d&eacute;clarations r&eacute;centes de Donald Trump mena&ccedil;ant de &laquo;&nbsp;d&eacute;chainer le feu et la fureur&nbsp;&raquo; contre la Cor&eacute;e du Nord en r&eacute;ponse aux essais nord-cor&eacute;ens en mati&egrave;re de missiles intercontinentaux et de bombes nucl&eacute;aires. En septembre dernier, devant l&#39;Assembl&eacute;e g&eacute;n&eacute;rale de l&#39;ONU, Trump avait &eacute;voqu&eacute; la possibilit&eacute; de &laquo;&nbsp;d&eacute;truire totalement la Cor&eacute;e du Nord et ses 25 millions d&#39;habitants&nbsp;&raquo;.</p> <p>En principe, le Pr&eacute;sident ne peut d&eacute;clarer seul la guerre contre un pays. Il doit disposer pour cela de l&#39;autorisation du S&eacute;nat. Mais la question restait jusqu&#39;ici mal tranch&eacute;e, beaucoup de parlementaires affirmant qu&#39;en cas d&#39;urgence, le pouvoir ex&eacute;cutif pouvait d&eacute;cider seul d&#39;une op&eacute;ration militaire. Les armements modernes peuvent en effet exiger une d&eacute;cision prise en quelques minutes.</p> <p>Cependant la Commission s&eacute;natoriale n&#39;a pas examin&eacute; le probl&egrave;me sous cet angle. Son pr&eacute;sident le s&eacute;nateur r&eacute;publicain Bob Corker a ouvertement critiqu&eacute; les interventions r&eacute;centes de la Maison Blanche &agrave; l&#39;&eacute;gard de Pyongyang en qualifiant cette derni&egrave;re de &laquo;&nbsp;maison de fous&nbsp;&raquo; (<em>adult day care center</em>) . Il a pr&eacute;venu que les menaces pr&eacute;sidentielles de guerre pr&eacute;ventive pourrait conduire rapidement &agrave; une 3e guerre mondiale.</p> <p>Au cours de la discussion ayant suivi, le s&eacute;nateur Chris Murphy avait d&eacute;clar&eacute; sans provoquer de toll&eacute; que la Commission s&#39;inqui&eacute;terrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr de voir Trump se comporter de fa&ccedil;on instable et impr&eacute;visible <em>&laquo;&nbsp;We are concerned that the president is so unstable, is so volatile, has a decision-making process that is so quixotic, that he might order a nuclear-weapons strike that is wildly out of step with US national-security interests.&raquo; </em>Une traduction ne s&#39;impose pas.</p> <p><strong>Un risque d&#39;EMP</strong></p> <p>Dans le m&ecirc;me temps cependant, le g&eacute;n&eacute;ral Tommy Waller, directeur des &laquo;&nbsp;projets sp&eacute;ciaux&nbsp;&raquo; au Centre de politique de s&eacute;curit&eacute; nationale (Center for Security Policy) a d&eacute;clar&eacute; qu&#39;il venait d&#39;avertir le Pr&eacute;sident du risque pos&eacute; par une EMP, ou Pulsion &eacute;lectromagn&eacute;tique, pouvant r&eacute;sulter de l&#39;explosion d&#39;une bombe nucl&eacute;aire &agrave; haute altitude au dessus des Etats-Unis</p> <p>William Graham, pr&eacute;sident de l&#39;ancienne commission s&eacute;natoriale consacr&eacute;e &agrave; la pr&eacute;vention du risque des EMP, (Congressional Electromagnetic Pulse (EMP) commission) et son chef d&#39;Etat-major Peter Pry viennent en effet d&#39;avertir la commission s&eacute;natoriale de la S&eacute;curit&eacute; Int&eacute;rieure ( House Homeland Security) qu&#39;une EMP provoqu&eacute;e par l&#39;explosion d&#39;une bombe nucl&eacute;aire, fut-elle de basse intensit&eacute;, d&eacute;clench&eacute;e au dessus des Etats-Unis par un ICBM nord-cor&eacute;en, &eacute;tait le risque majeur mena&ccedil;ant actuellement les Etats-Unis. Elle provoquerait n&eacute;cessairement la destruction de tous les r&eacute;seaux &eacute;lectriques am&eacute;ricains, conduisant rapidement &agrave; des situations de p&eacute;nurie et de famine g&eacute;n&eacute;ralis&eacute;e.</p> <p>Or Pyongyang venait de d&eacute;clarer avoir r&eacute;ussi l&#39;essai souterrain d&#39;une bombe nucl&eacute;aire qui pourrait &ecirc;tre utilis&eacute;e &eacute;ventuellement pour d&eacute;clencher &agrave; haute altitude une &laquo;&nbsp;attaque EMP super-puissante &nbsp;r&eacute;pondant aux objectifs strat&eacute;giques du r&eacute;gime&nbsp;&raquo;</p> <p>William Graham a en cons&eacute;quence instamment demand&eacute; au S&eacute;nat de prot&eacute;ger le r&eacute;seau &eacute;lectrique. Il a pr&eacute;venu que les missiles anti-missiles am&eacute;ricains pouvaient intercepter les missiles nord-cor&eacute;ens passant par le p&ocirc;le nord mais non ceux passant par le p&ocirc;le sud.</p> <p>La question sera pos&eacute;e : cette menace de Kim Jung Un, qui reste encore tr&egrave;s th&eacute;orique mais qui pourrait se pr&eacute;ciser faute de r&eacute;action des autres puissances, justifierait-elle d&egrave;s maintenant de la part de l&#39;Am&eacute;rique une attaque nucl&eacute;aire pr&eacute;ventive? Celle-ci, outre qu&#39;elle d&eacute;truirait compl&egrave;tement S&eacute;oul, pourrait entrainer comme nous l&#39;avons rappel&eacute; une 3e guerre mondiale.</p> <p><strong>R&eacute;f&eacute;rences</strong></p> <p><a href="http://www.zerohedge.com/news/2017-11-14/white-house-being-warned-north-korea-planning-devatstaing-emp-attack-america">http://www.zerohedge.com/news/2017-11-14/white-house-being-warned-north-korea-planning-devatstaing-emp-attack-america</a></p> <p><a href="http://www.washingtonexaminer.com/trump-warned-of-devastating-emp-attack/article/2640639">http://www.washingtonexaminer.com/trump-warned-of-devastating-emp-attack/article/2640639</a></p> <p><strong>Note au 16/11</strong><br /> <br /> Dans l&#39;imm&eacute;diat, on peut se rassurer. Gr&acirc;ce aux efforts de la diplomatie russe, Kim Jung Un, lors des visites de Trump &agrave; l&#39;APEC et &agrave; l&#39;ASEAN, au lieu de lancer un nouveau missile, s&#39;est fait abondamment photographier inaugurant une usine de tracteurs. Ce n&#39;est d&eacute;cid&eacute;mment pas lui le plus fou des deux.&nbsp;</p> Tue, 14 Nov 2017 23:00:00 GMT Bashar al-Assad définit l'arabisme du 21e siècle http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2760 2760 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20171115190310_assad_speech_1.jpg" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><p>Il a mis l&#39;accent sur l&#39;importance de cet Arabisme du 21e si&egrave;cle pour rassembler tous les peuples au sein du monde arabe qui se veulent fid&egrave;les aux anciennes traditions mais se veulent aussi ouverts &agrave; toutes les formes de progr&egrave;s.</p> <p>On peut consid&eacute;rer ce long discours comme la version panarabe de la pens&eacute;e du pr&eacute;sident chinois Xi Jinping qui propose un &laquo;&nbsp;socialisme dot&eacute; de caract&eacute;ristiques chinoise pour une nouvelle &egrave;re&nbsp;&raquo;. Il est caract&eacute;ristique qu&#39;il n&#39;a en rien d&eacute;finit ce panarabisme comme devant s&#39;opposer au socialisme chinois. Dans une certaine mesure, il en sera le pendant.</p> <p>Pour lui, l&#39;arabisme est un mouvement qui unit tous les peuples parlant la langue arabe et luttant contre l&#39;imp&eacute;rialisme am&eacute;ricain et l&#39;h&eacute;g&eacute;monie&nbsp;des entreprises financi&egrave;res soutenues par Washington. Ceci exlut donc d&#39;embl&eacute;e l&#39;Arabie saoudite et les p&eacute;tro-monarchies arabes.&nbsp;&nbsp;</p> <p>Il voit dans le sionisme, non pas la d&eacute;fense du peuple juif, mais le dernier aspect de l&#39;entreprise coloniale &agrave; l&#39;oeuvre depuis des d&eacute;cennies pour diviser le monde arabe.</p> <p>Il a pr&eacute;sent&eacute; son arm&eacute;e, l&#39;Arm&eacute;e Arabe Syrienne, comme le seul instrument s&#39;&eacute;tant montr&eacute; capable de d&eacute;fendre le monde arabe contre de multiples attaques ext&eacute;rieures provenant de l&#39;imp&eacute;rialisme am&eacute;ricain et des complices qu&#39;il s&#39;&eacute;tait donn&eacute; dans certains Etats du Moyen-Orient.</p> <p>Concernant l&#39;islam, il a affirm&eacute; qu&#39;il n&#39;y avait pas de conflit entre lui et l&#39;arabisme, comme il n&#39;y a pas &ndash; ou ne devrait pas y avoir - de conflits entre ce dernier et le monde chr&eacute;tien. L&#39;un et l&#39;autre doivent &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;s comme instituant une atmosph&egrave;re civilis&eacute;e entre des peuples exaltant leurs traditions individuelles et familiales tout en s&#39;effor&ccedil;ant de construire des Etats modernes au service notamment d&#39;une &eacute;l&eacute;vation du niveau de vie. On remarquera qu&#39;il ne s&#39;appesantit pas sur les diff&eacute;rences entre sunnites, chiites ou alaouites, qui sont une grande clef d&#39;explication pour les occidentaux.&nbsp;</p> <p>L&#39;arabisme doit en cons&eacute;quence rejeter l&#39;ethno-nationalisme de m&ecirc;me qu&#39;une vision sectaire de la religion. Celle-ci a toujours &eacute;t&eacute; utilis&eacute; par les ennemis du monde arabe comme une fa&ccedil;on de le diviser et de lui susciter des ennemis ext&eacute;rieurs. L&#39;aide depuis longtemps apport&eacute;e par ces derniers aux divers djihadismes n&#39;est que la forme moderne de cet effort de division.</p> <p><strong><strong>Quelques remarques</strong></strong></p> <p>- Bashar al-Hassad, tout en s&#39;en f&eacute;licitant, n&#39;a pas mis l&#39;accent sur l&#39;importance de l&#39;aide apport&eacute;e par la Russie &agrave; la R&eacute;publique Arabe de Syrie. Ceci peut s&#39;expliquer pour des raisons &eacute;videntes, qu&#39;il n&#39;est pas utile de d&eacute;velopper ici.</p> <p>- Parall&egrave;lement, il a pris soin de distinguer la R&eacute;publique islamique d&#39;Iran de la R&eacute;publique Arabe de Syrie. M&ecirc;me si ces deux pays partagent une vision religieuse commune, la seconde n&#39;est pas syst&eacute;matiquement au service du monde arabe.</p> <p>- Il consid&egrave;re enfin que si enfin Isra&euml;l ne renonce pas &agrave; ses pr&eacute;tentions sur la Palestine, qui pour lui fait partie du monde arabe, et s&#39;il continue &agrave; faire appel pour sa d&eacute;fense aux forces am&eacute;ricaines, il ne pourra pas y avoir de d&eacute;tente entre les deux pays.</p> <p>- Observons que si Bashar al-Assad d&eacute;finit le panarabisme comme unissant tous les peuples parlant la langue arabe, il r&eacute;unit de facto les arabisants du monde arabe tels que son panarabisme veut les regrouper sous sa direction, et d&#39;autres Etats principalement arabisant comme ceux d&#39;Afrique du Nord. Il n&#39;est pas certain que ceux-ci accepteraient d&#39;&ecirc;tre ainsi enr&ocirc;l&eacute;s sans avoir &eacute;t&eacute; consult&eacute;s.</p> <p>- On notera enfin que Bashar al-Assad n&#39;a pas mentionn&eacute; l&#39;ath&eacute;isme comme un facteur possible d&#39;union entre le monde arabe et le monde occidental, il n&#39;en a pas fait cependant un ennemi &agrave; combattre par le nouvel arabisme. Les ath&eacute;es du monde entier ne manqueront pas, disons-le non sans ironie, de s&#39;en r&eacute;jouir.</p> <p><strong>Note</strong></p> <p>On peut noter la synchronisation de ce discours avec la quasi officialisation en cours de l&#39;alliance entre Mohammed bin Salman et Isra&euml;l au d&eacute;triment de l&#39;autonomie palestinienne.<br /> &nbsp;</p> Tue, 14 Nov 2017 23:00:00 GMT Catastrophe climatique. Faut-il s'en inquiéter? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2758 2758 <br /><p>Voir&nbsp;<a href="http://www.globalcarbonproject.org/">http://www.globalcarbonproject.org/</a></p> <p>Le consortium publie simultan&eacute;ment trois articles dans les revues&nbsp;<a href="https://www.nature.com/articles/s41558-017-0013-9" target="_blank"><em>Nature Climate Change</em></a>,&nbsp;<a href="http://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/aa9662/meta;jsessionid=C373F92F1116C2C9E8957D08B268B7F2.ip-10-40-1-105" target="_blank"><em>Environmental Research Letters</em></a>&nbsp;et&nbsp;<a href="https://www.earth-syst-sci-data-discuss.net/essd-2017-123/" target="_blank"><em>Earth System Science Data Discussions</em></a><em>.</em></p> <p>On lira sur ce sujet un article bien document&eacute; de Michel de Pracontal dans M&eacute;diapart <a href="https://www.mediapart.fr/journal/international/141117/vers-un-record-des-emissions-de-co2-en-2017">https://www.mediapart.fr/journal/international/141117/vers-un-record-des-emissions-de-co2-en-2017</a></p> <p>Mais une revue rapide via les moteurs de recherche des articles publi&eacute;s en r&eacute;action au rapport du GCP, semble montrer, autant que l&#39;on puisse juger, que celui-ci n&#39;a suscit&eacute; encore que peu de r&eacute;ponses venant des &laquo;&nbsp;d&eacute;cideurs&nbsp;&raquo;, qu&#39;ils soient gouvernementaux, politiques o&ugrave; qu&#39;ils repr&eacute;sentent les grandes entreprises mondiales responsables de ces &eacute;missions. Si jamais une prise de conscience se faisait dans les prochaines d&eacute;cennies, il serait trop tard.</p> <p>Dans une &eacute;tude datant du 22/09/2015 <a href="http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/161/avenirfrance.htm">http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/161/avenirfrance.htm</a>&nbsp;nous avions pr&eacute;sent&eacute; trois sc&eacute;narios d&#39;avenir int&eacute;ressant &agrave; &eacute;ch&eacute;ance de 2045 non seulement la France mais le monde. L&#39;un de ceux-ci, intitul&eacute; le sc&eacute;nario noir, &eacute;voque les diff&eacute;rentes causes susceptibles de provoquer des catastrophes majeures pouvant entrainer la disparition des civilisations actuelles &agrave; &eacute;ch&eacute;ance d&#39;un si&egrave;cle ou deux. Parmi ces causes, le changement climatique r&eacute;sultant principalement de la production en exc&egrave;s des gaz &agrave; effets de serre joue un r&ocirc;le essentiel, mais il n&#39;est pas le seul. Il est cependant le plus important. Il est aussi le plus probable.</p> <p>Or, comme le montre le rapport du Global Carbon Project, on peut difficilement esp&eacute;rer aujourd&#39;hui que les d&eacute;cideurs prendront en temps utile les mesures de pr&eacute;vention n&eacute;cessaires. Celles-ci menacent directement les activit&eacute;s dont ils tirent pouvoir et profits. S&#39;ils r&eacute;agissaient, ils le feraient de toutes fa&ccedil;ons trop tard pour &eacute;viter des &eacute;volutions catastrophiques irr&eacute;versibles.</p> <p><strong>L&#39;indiff&eacute;rence</strong></p> <p>Quant &agrave; l&#39;opinion publique, o&ugrave; que ce soit dans le monde, autant que l&#39;on puisse savoir, elle se r&eacute;partit en deux grands groupes, les incr&eacute;dules pour qui ces pr&eacute;visions &eacute;manent de scientifiques malveillants, et ceux qui voudraient &ndash; ce que serait plus efficace &ndash; que des mouvements collectifs de citoyens se mettent en place pour agir sur les d&eacute;cideurs. Mais ceux qui recommandent de tels mouvements le font sur le mode du &laquo;&nbsp;il ni-&agrave;-qu&#39;&agrave;&nbsp;&raquo; totalement irr&eacute;aliste au regard de ce que l&#39;on sait de l&#39;&eacute;volution de l&#39;opinion mondiale. Celle-ci risque de n&#39;&eacute;couter toujours, comme l&#39;exp&eacute;rience l&#39;a montr&eacute; jusqu&#39;&agrave; ce jour, que les voix allant dans le sens de la facilit&eacute; et refusant de voir les difficult&eacute;s immenses &agrave; surmonter pour faire changer les points de vue collectifs &agrave; l&#39;&eacute;chelle du monde.</p> <p>Il n&#39;en r&eacute;sultera pas de cons&eacute;quences &eacute;videntes dans la vie des humains de plus de 40 ans. Ils peuvent donc r&eacute;agir par l&#39;indiff&eacute;rence. Mais ceux qui procr&eacute;ent aujourd&#39;hui devraient s&#39;interroger sur l&#39;opportunit&eacute; de le faire, compte tenu des menaces pesant sur leurs enfants et petits enfants. La chose est &eacute;videmment impossible. L&#39;humanit&eacute; est comme toutes les autres esp&egrave;ces, incapable de contr&ocirc;ler sa reproduction. Les humains se reproduisent, selon l&#39;expression, comme des lapins, jusqu&#39;au jour o&ugrave; ils d&eacute;couvrent qu&#39;ils ont d&eacute;sertifi&eacute; les prairies dans lesquelles ils vivaient. Alors ils disparaissent.</p> <p>&nbsp;</p> Mon, 13 Nov 2017 23:00:00 GMT Science. La coopération des aires cérébrales dans la génération d'une représentation globale. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2756 2756 <img src="http://www.europesolidaire.eu/repimg/20171113103514_Neuropixels_probe_recordings1.png" align="left" alt="photo" title="" border="0" /><br /><p><strong>Image. Commentaire</strong></p> <p><em>Illustrating the ability to record several layers of brain regions simultaneously, 741 electrodes in two Neuropixels probes recorded signals from five major brain structures in 13 awake head-fixed mice. The number of putative single neurons from each structure is shown in parentheses. (Approximate probe locations are shown overlaid on the Allen Mouse Brain Atlas at the left.) (credit: James J. Jun et al./Nature)</em></p> <p>Si nous d&eacute;cidons de traverser une rue fr&eacute;quent&eacute;e en &eacute;vitant la circulation, nos aires visuelles nous donnent des images du trafic auto&nbsp;que nous utilisons pour passer sans rencontrer une voiture. Mais &agrave; celles-ci sont associ&eacute;es des perceptions auditives, par exemple absence de bruit de moteur proche. Au del&agrave; de ces perceptions imm&eacute;diates, nous jugeons de l&#39;opportunit&eacute; de traverser, quitte &agrave; faire vite pour &eacute;viter les risques de rencontre, en fonction de l&#39;urgence que nous ressentons &agrave; le faire compte-tenu du plus ou moins grand d&eacute;sir, par exemple, d&#39;honorer un rendez-vous.</p> <p>L&#39;observation de l&#39;activit&eacute; des neurones et des r&eacute;seaux de neurones par l&#39;IRM fonctionnelle (<a href="https://www.imaios.com/fr/e-Cours/e-MRI/irm-fonctionnelle-cerebrale/applications-irm-fonctionnelle">https://www.imaios.com/fr/e-Cours/e-MRI/irm-fonctionnelle-cerebrale/applications-irm-fonctionnelle</a>) est difficile quand il s&#39;agit de proc&eacute;der &agrave; une observation limit&eacute;e sur un sujet vivant et actif. Pratiquement elle est limit&eacute;e &agrave; une seule aire c&eacute;r&eacute;brale, par exemple l&#39;aire visuelle quand il s&#39;agit d&#39;identifier l&#39;activit&eacute; d&#39;un neurone ou d&#39;un r&eacute;seau de neurones correspondant &agrave; la perception visuelle d&#39;un objet. Il &eacute;tait jusqu&#39;ici impossible d&#39;enregistrer simultan&eacute;ment l&#39;activit&eacute; neuronale se produisant dans les diverses aires associ&eacute;es &agrave; une activit&eacute; complexe, telle que d&eacute;cider de traverser une rue.</p> <p>D&#39;o&ugrave; l&#39;int&eacute;r&ecirc;t que provoque la publication dans la revue Nature du 8 novembre 2017, r&eacute;f&eacute;renc&eacute;e <a href="https://www.nature.com/articles/nature24636">https://www.nature.com/articles/nature24636</a>&nbsp;d&#39;un article d&eacute;crivant les r&eacute;sultats de la recherche d&#39;une &eacute;quipe internationale de neuroscientifiques et d&#39;ing&eacute;nieurs ayant dispos&eacute; pour ce faire d&#39;un cr&eacute;dit de 5;5 millions de dollars.</p> <p>L&#39;&eacute;quipe a mis au point une sonde c&eacute;r&eacute;brale qu&#39;elle a baptis&eacute; <em>Neuropixels probe </em>permettant d&#39;observer l&#39;activit&eacute; simultan&eacute;e de centaines de neurones appartenant &agrave; diff&eacute;rentes aires c&eacute;r&eacute;brales d&#39;un sujet vivant le livrant &agrave; une t&acirc;che d&eacute;termin&eacute;e. Bien &eacute;videmment ce sujet n&#39;est pas un humain mais en l&#39;esp&egrave;ce une souris. Le&nbsp;cerveau de celle-ci, comme celui d&#39;un humain, plac&eacute;e dans une situation complexe donn&eacute;e, doit coordonner l&#39;activit&eacute; de zones c&eacute;r&eacute;brales diff&eacute;rentes quand il s&#39;agit de donner &agrave; l&#39;animal la capacit&eacute; d&#39;une action complexe s&#39;appuyant sur une cognition globale.</p> <p>La sonde Neuropixels est proche des sondes de m&ecirc;me nature utilis&eacute;es par les neurosciences depuis des ann&eacute;es pour d&eacute;tecter l&#39;activit&eacute; &eacute;lectrique dans les cerveaux d&#39;animaux vivants. Mais elle en diff&egrave;re sur deux points critiques.<br /> <br /> - Le premier&nbsp;r&eacute;side dans les dimensions. Le diam&egrave;tre de la sonde est, selon les exemplaires, de 20 &agrave; 70 microm&egrave;tres, soit moindre que celui d&#39;un cheveu humain. Sa longueur est d&#39;1 centim&egrave;tre, qui correspond &agrave; celle d&#39;un cerveau de souris. Plusieurs de ces sondes peuvent en cons&eacute;quence &ecirc;tre implant&eacute;es sans dommage dans plusieurs r&eacute;gions c&eacute;r&eacute;brales du cerveau du rongeur, afin d&#39;y d&eacute;tecter leur activit&eacute; simultan&eacute;e dans des circonstances donn&eacute;es. Sur cette longueur, il a &eacute;t&eacute; possible de placer 960 &eacute;lectrodes fournissant un enregistrement coordonn&eacute;. Inutile de dire qu&#39;il s&#39;agit d&eacute;j&agrave; l&agrave; d&#39;un exploit en termes de micro&eacute;lectronique</p> <p>- Le second point critique tient au fait que chacune de ces sondes incorpore un syst&egrave;me d&#39;enregistrement complet, &eacute;vitant les co&ucirc;ts et les risques d&eacute;coulant de la gestion de multiples r&eacute;seaux de sortie ext&eacute;rieurs.</p> <p>Ainsi pourra &ecirc;tre mesur&eacute;e et rapproch&eacute;e l&#39;activit&eacute; de plusieurs neurones appartenant &agrave; des aires c&eacute;r&eacute;brales diff&eacute;rentes confront&eacute;s &agrave; une t&acirc;che complexe. Les chercheurs consid&egrave;rent que la sonde Neuropixels permettra des avanc&eacute;es consid&eacute;rables dans l&#39;&eacute;tude des activit&eacute;s c&eacute;r&eacute;brales de divers sujets d&#39;exp&eacute;rience, qui pourront ne pas seulement &ecirc;tre des souris. Il n&#39;est pas question d&#39;envisager son implantation dans des cerveaux humains, mais les r&eacute;sultats des &eacute;tudes r&eacute;alis&eacute;es sur des cerveaux animaux pourront vraisemblablement &ecirc;tre transpos&eacute;s aux neurosciences humaines<br /> Ces sondes n&#39;existent encore que sous forme de prototypes, mais tr&egrave;s prochainement elles devraient pouvoir &ecirc;tre r&eacute;alis&eacute;es et mises &agrave; la disposition de tous les laboratoires int&eacute;ress&eacute;s.On trouvera dans l&#39;article de Nature les r&eacute;f&eacute;rences des nombreux chercheurs ayant particip&eacute; &agrave; ce travail qui pourrait &ecirc;tre r&eacute;volutionnaire.<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Abstract</strong></p> <p>&nbsp;<em>Sensory, motor and cognitive operations involve the coordinated action of large neuronal populations across multiple brain regions in both superficial and deep structures. Existing extracellular probes record neural activity with excellent spatial and temporal (sub-millisecond) resolution, but from only a few dozen neurons per shank. Optical Ca</em><em>2+</em><em>imaging</em><em>&nbsp;</em><em>offers more coverage but lacks the temporal resolution needed to distinguish individual spikes reliably and does not measure local field potentials. Until now, no technology compatible with use in unrestrained animals has combined high spatiotemporal resolution with large volume coverage. Here we design, fabricate and test a new silicon probe known as Neuropixels to meet this need. Each probe has 384 recording channels that can programmably address 960 complementary metal&ndash;oxide&ndash;semiconductor (CMOS) processing-compatible low-impedance TiN</em><a href="https://www.nature.com/articles/nature24636#ref6"><em>6</em></a><em>&nbsp;</em><em>sites that tile a single 10-mm long, 70&thinsp;&times;&thinsp;20-&mu;m cross-section shank. The 6&thinsp;&times;&thinsp;9-mm probe base is fabricated with the shank on a single chip. Voltage signals are filtered, amplified, multiplexed and digitized on the base, allowing the direct transmission of noise-free digital data from the probe. The combination of dense recording sites and high channel count yielded well-isolated spiking activity from hundreds of neurons per probe implanted in mice and rats. Using two probes, more than 700 well-isolated single neurons were recorded simultaneously from five brain structures in an awake mouse. The fully integrated functionality and small size of Neuropixels probes allowed large populations of neurons from several brain structures to be recorded in freely moving animals. This combination of high-performance electrode technology and scalable chip fabrication methods opens a path towards recording of brain-wide neural activity during behaviour.</em><em> </em></p> <p><br /> &nbsp;</p> <p><em>. </em></p> Sun, 12 Nov 2017 23:00:00 GMT Avenir de l'Arabie et de Mohammed bin Salman http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2757 2757 <br /><p><a href="http://theduran.com/anatomy-of-a-purge-is-saudi-arabias-mbs-a-tyrant-reformer-or-charlatan/">http://theduran.com/anatomy-of-a-purge-is-saudi-arabias-mbs-a-tyrant-reformer-or-charlatan/</a></p> <p>Je consid&egrave;re&nbsp; que l&#39;auteur montre comment nos pr&eacute;c&eacute;dents articles sur cette affaire &eacute;taient sommaires et souvent faux. Nous n&#39;&eacute;tions&nbsp;il est vrai pas seuls ces derniers jours &agrave; juger ainsi.</p> <p>L&#39;article est long, sans parler du fait qu&#39;il est en anglais. Mais je conseille de le lire jusqu&#39;au bout. Pour bien faire, je devrais sur notre site proposer un &eacute;ditorial plus consistant que les quelques lignes&nbsp;ci-dessus. Mais peut-&ecirc;tre faudrait-il attendre un peu.&nbsp;</p> Sun, 12 Nov 2017 23:00:00 GMT Les Emirats Arabes Unis, nouvelle avancée de Moscou au Moyen-Orient? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2755 2755 <br /><p>Le pr&eacute;sident fran&ccedil;ais a affirm&eacute; &agrave; l&#39;homme fort des Emirats, Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, que lceux-ci &nbsp;&eacute;taient &laquo;&nbsp;le point n&eacute;vralgique o&ugrave; se rencontrent le monde occidental et le monde oriental&raquo; Au del&agrave; de ce qui appara&icirc;tra comme une politesse, il a discut&eacute; avec lui des &laquo;d&eacute;fis communs tels que la s&eacute;curit&eacute; internationale, la lutte contre la prolif&eacute;ration et la pr&eacute;vention du terrorisme&raquo;. Rappelons que la France dispose dans le pays d&#39;une &laquo;&nbsp;Sorbonne&nbsp;&raquo; , d&#39;une base navale et &nbsp;qu&#39;elle envisage de vendre aux Emirats diff&eacute;rents mat&eacute;tiels de guerre, dont deux corvette Gowind de surveillance. Voici autant de domaines qui &eacute;chapperont au lobby militaro-industriel&nbsp;am&eacute;ricain.</p> <p>Mais il y a pire, si l&#39;on peut dire. Les autorit&eacute;s des &Eacute;mirats arabes unis esp&egrave;rent obtenir une aide de la&nbsp; Russie pour d&eacute;velopper leur secteur de l&rsquo;armement, a fait savoir &agrave; Sputnik Abdullah al-Hashimi, repr&eacute;sentant du ministre de la D&eacute;fense, en marge du salon de l&#39;a&eacute;ronautique Dubai 2017.<a href="https://fr.sputniknews.com/international/201711121033853224-industrie-abou-dabi-moscou/">https://fr.sputniknews.com/international/201711121033853224-industrie-abou-dabi-moscou/</a></p> <p><em>&laquo;Le m&eacute;morandum sur la compr&eacute;hension mutuelle pr&eacute;c&eacute;demment sign&eacute; entre les &Eacute;mirats arabes unis et la Russie pr&eacute;voit leur collaboration, le d&eacute;veloppement de l&#39;industrie militaire &eacute;miratie et des capacit&eacute;s des &Eacute;mirats arabes unis dans le domaine militaire. Nous voyons comment la Russie pourrait nous aider &agrave; cet &eacute;gard.&raquo;</em></p> <p>Auparavant, on avait&nbsp;appris que la Russie et les Emirats avaient lanc&eacute; un projet commun de mise au point d&#39;un avion de chasse l&eacute;ger de cinqui&egrave;me g&eacute;n&eacute;ration bas&eacute; sur le MiG-29.. En outre, Moscou et Duba&iuml; poursuivent leurs n&eacute;gociations concernant la vente d&#39;un lot de chasseurs russes SU-35&nbsp;. Dans un autre domai.ne, le cosmodrome de BaIkonour pourrait leur &ecirc;tre ouvert</p> <p>Nous avions pr&eacute;c&eacute;demment indiqu&eacute; que l&#39;on avait fort mal pris &agrave; Washington &nbsp; l&#39;accord permettant &agrave; l&#39;Arabie Saoudite de se doter de missiles russes S.400. On y a vu, non sans raisons, le d&eacute;but d&#39;un rapprochement avec Moscou, illustr&eacute; par la visite du Roi Salman le 5 octobre.</p> <p>La France&nbsp;aux Emirats, passe encore. Mais Moscou !<br /> <br /> &nbsp;</p> Sat, 11 Nov 2017 23:00:00 GMT Mohammad bin Salman pris dans les conflits géopolitiques mondiaux http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2754 2754 <br /><p><strong>Addendum au 13/11/2017</strong></p> <p>Voir la mise &agrave; jour que nous venons de publier<br /> <a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2757&amp;r_id=&amp;t=Avenir%20de%20l%27Arabie%20et%20de%20Mohammed%20bin%20Salman">http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2757&amp;r_id=&amp;t=Avenir%20de%20l%27Arabie%20et%20de%20Mohammed%20bin%20Salman</a></p> <p>_______________________________________________________________<br /> &nbsp;</p> <p>Lors de sa visite surprise &agrave; Riyad le 10/11 aupr&egrave;s du nouvel homme fort de l&#39;Arabie Saoudite, le prince h&eacute;ritier Mohammad bin Salman (MBS), Emmanuel Macron a voulu rappeler la position de la France. Le communiqu&eacute; diffus&eacute; par l&rsquo;Elys&eacute;e &agrave; l&rsquo;issue de la rencontre semble vouloir, derri&egrave;re les g&eacute;n&eacute;ralit&eacute;s diplomatiques, indiquer que Paris s&#39;inqui&egrave;te de voir Riyad qui poursuit une guerre de plus en plus meurtri&egrave;re au Yemen, qui participe &agrave; une &laquo;&nbsp;coalition arabe&nbsp;&raquo; men&eacute;e par les Etats-Unis laquelle accumule les &eacute;checs au Sahel, et plus r&eacute;cemment qui fait monter la tension avec l&#39;Iran jusqu&#39;&agrave; risquer un affrontement militaire.<br /> <br /> Au Liban, la France traditionnelle alli&eacute;e des partis lib&eacute;raux et francophones libanais, se demande si, sous couvert de lutter contre une pr&eacute;tendue emprise du Hezbollah dans ce pays, l&#39;offensive men&eacute;e par MBS contre le premier ministre Hariri, l&#39;ayant pouss&eacute; &agrave; d&eacute;missionner et se r&eacute;fugier &agrave; Rihad, o&ugrave; il semble aujourd&#39;hui d&eacute;tenu, ne marque pas la volont&eacute; de la maison des Saoud de reprendre la main sur le Liban tout entier, ceci au d&eacute;triment des int&eacute;r&ecirc;ts fran&ccedil;ais.</p> <p>Le communiqu&eacute;, de fa&ccedil;on non conflictuelle, s&#39;est f&eacute;licit&eacute; de &quot; la strat&eacute;gie de d&eacute;veloppement &quot; du prince h&eacute;ritier d&eacute;finie dans sa &ldquo;vision 2030&rdquo; , ainsi que de &laquo;&nbsp;son discours sur l&rsquo;ouverture de son pays et l&rsquo;appui &agrave; un islam mod&eacute;r&eacute;&nbsp;&raquo;. Mais l&agrave; encore le communiqu&eacute; fait silence sur les doutes de la France quant &agrave; la viabilit&eacute; d&#39;une &laquo;&nbsp;vision&nbsp;&raquo; visant &agrave; remplacer le p&eacute;trole comme facteur de d&eacute;veloppement par de nouvelles sciences et technologies. Les Saoudiens seront incapables de le faire par eux-m&ecirc;mes faute de comp&eacute;tences.</p> <p>De m&ecirc;me, en France, on ne per&ccedil;oit pas clairement, quelles que soient les ambitions affich&eacute;es par MBS, comment le pays qui a toujours abondamment financ&eacute; et politiquement aid&eacute; le djihadisme islamique, cesserait de le faire. Comment notamment pourrait il se d&eacute;barrasser d&#39;un islam whahabite de plus en plus extr&eacute;miste, pr&eacute;sent dans l&#39;ensemble de la soci&eacute;t&eacute;. Concernant les m&oelig;urs, le fait d&#39;avoir autoris&eacute; les femmes &agrave; conduire des automobiles ne sera qu&#39;un alibi pour prot&eacute;ger voire renforcer la domination absolue des hommes.</p> <p><strong>Que deviendra MBS?</strong><br /> <br /> La visite de Emmanuel Macron, autant que l&#39;on puisse l&#39;interpr&eacute;ter sans conna&icirc;tre les pens&eacute;es et arri&egrave;res pens&eacute;es de ce dernier, vise &agrave; conforter l&#39;avenir de MBS. Celui-ci, malgr&eacute; les apparences d&eacute;coulant du succ&egrave;s momentan&eacute; de son &laquo;&nbsp;coup d&#39;&eacute;tat&nbsp;&raquo;, sous pr&eacute;texte de lutte anti-corruption, contre une partie de la monarchie et des pouvoirs jusqu&#39;ici dominants, n&#39;est en rien &agrave; l&#39;abri d&#39;un &eacute;ventuel &laquo;&nbsp;contre-coup d&#39;&eacute;tat&nbsp;&raquo; provenant des int&eacute;r&ecirc;ts momentan&eacute;ment &eacute;cart&eacute;s.<br /> <br /> On parle beaucoup de la possibilit&eacute; d&#39;une prise de pouvoir provenant de militaires humili&eacute;es par les &eacute;checs de la guerre au Yemen et les reculs, face notamment aux Turcs. Les g&eacute;n&eacute;raux saoudiens sont incapables de commander efficacement des forces sur le terrain, mais seraient parfaitement capables d&#39;un putsch comme il y en a eu de nombreux autres de par le monde. Derri&egrave;re les militaires se rassembleraient probablement les princes et hommes d&#39;affaires &eacute;vinc&eacute;s par MBS.</p> <p>M&ecirc;me s&#39;il n&#39;y avait pas de coup d&#39;&eacute;tat militaire, il pourrait y avoir un coup d&#39;&eacute;tat d&#39;inspiration whahabite qui mobiliserait tous les conservatismes refusant les r&eacute;formes que, pour son propre avenir politique, MBS voudrait imposer au pays.</p> <p>Mais dans de telles perspectives, comme l&#39;Arabie Saoudite n&#39;est qu&#39;un pion dans des affrontements g&eacute;opolitiques mondiaux la d&eacute;passant, l&#39;avenir de MBS ou celui de ses opposants d&eacute;pendra presqu&#39;exclusivement de la fa&ccedil;on dont les Etats-Unis pourront les utiliser dans leur volont&eacute; d&#39;&eacute;liminer l&#39;influence russe au Moyen-Orient.</p> <p><strong>Eliminer l&#39;influence russe</strong></p> <p>Jusqu&#39;&agrave; ce jour, le pouvoir saoudien s&#39;&eacute;tait inscrit en t&ecirc;te de la coalition sunnite visant &agrave; combattre ce que l&#39;on a nomm&eacute; l&#39;axe chitte, comprenant en premier lieu l&#39;Iran, l&#39;actuel gouvernement de Damas et certains repr&eacute;sentants de Bagdad. Cet axe ne se caract&eacute;rise pas seulement par des convictions religieuses &agrave; faibles cons&eacute;quences politiques, mais par la volont&eacute; de s&#39;affranchir de l&#39;influence am&eacute;ricaine qui jusqu&#39;&agrave; ces derniers temps avait mis l&#39;ensemble du Moyen-Orient au service des int&eacute;r&ecirc;ts politiques et p&eacute;troliers am&eacute;ricains. Les Russes, depuis l&#39;allocation de bases militaires par Damas et leurs interventions arm&eacute;es ayant r&eacute;ussi &agrave; sauver le pouvoir de Bashar el Assad, sont une composante essentielle de cet axe chiite s&#39;opposant &agrave; la coalition sunnite.</p> <p>Plus personne ne discute aujourd&#39;hui le fait que les Etats-Unis se soient engag&eacute;s depuis la fin de la 2e guerre mondiale dans un effort de longue haleine visant &agrave; neutraliser la Russie, seule puissance disposant d&#39;une arme nucl&eacute;aire suffisante pour leur tenir t&ecirc;te. Dans cette perspective, leur capacit&eacute; de mobiliser &agrave; leur service la totalit&eacute; de l&#39;Arabie saoudite a toujours constitu&eacute;, en dehors des enjeux p&eacute;troliers et &eacute;conomique, la raison essentielle de l&#39;alliance am&eacute;ricaine avec un pays par ailleurs aussi r&eacute;trograde.</p> <p>Il faut donc se demander, sans pouvoir apporter de r&eacute;ponse claire vu l&#39;opacit&eacute; du pouvoir saoudien, si le coup d&#39;&eacute;tat de MBS n&#39;aurait pas &eacute;t&eacute; provoqu&eacute;, ou tout au moins fortement aid&eacute;, par les services am&eacute;ricains au pr&eacute;texte de rallier &agrave; l&#39;influence am&eacute;ricaine les composantes les plus modernistes de la soci&eacute;t&eacute; saoudienne. Il est difficile en effet de croire que subitement un prince saoudien, aussi ambitieux soit-il, surnomm&eacute; r&eacute;cemment le prince rouge compte tenu de son ouverture apparente &agrave; une certaine forme de d&eacute;mocratie sociale, aurait pu d&eacute;cider seul de s&#39;opposer &agrave; une partie tr&egrave;s puissante de la monarchie saoudienne, et plus encore r&eacute;ussir &agrave; le faire.</p> <p>Si donc comme il est probable, Washington continuait &agrave; soutenir de multiples fa&ccedil;ons MBS contre des opposants rest&eacute;s tr&egrave;s puissants, ledit MBS n&#39;aurait pas trop d&#39;inqui&eacute;tude &agrave; avoir concernant sa possibilit&eacute; de s&#39;imposer &agrave; la totalit&eacute; du Royaume et les multiples princes dont il a fait ses ennemis. Ceci d&#39;autant plus qu&#39;il continuera &agrave; apparaitre, y compris &agrave; Tel Aviv, comme un adversaire d&eacute;termin&eacute; de l&#39;Iran</p> <p>Les choses seraient tr&egrave;s diff&eacute;rentes si Washington d&eacute;couvrait que MBS pourrait &ecirc;tre d&#39;une certaine fa&ccedil;on influenc&eacute; par Moscou et indirectement par l&#39;Iran dont Donald Trump affirme vouloir la perte. Ceci paraissait inimaginable jusqu&#39;&agrave; ces derniers temps. Cependant Vladimir Poutine a fait r&eacute;cemment quelques avances au Royaume, qui &eacute;t&eacute; bien accueillies. &nbsp;La&nbsp;visite&nbsp;du roi Salman &agrave;&nbsp;Moscou le 5 octobre, a constitu&eacute; la premi&egrave;re venue officielle d&#39;un dirigeant saoudien en Russie. Elle a marqu&eacute; la volont&eacute; russe de se rapprocher du monde sunnite, et celle du Roi Salman, avec l&#39;appui russe, de s&#39;opposer &agrave; l&#39;influence grandissante de l&#39;Iran. A la suite de cette visite a &eacute;t&eacute; d&eacute;finitivement sign&eacute; l&#39;accord permettant &agrave; Rihad de se doter de missiles russes S.400. Il est vrai que ceux-ci ne pourraient &ecirc;tre utilis&eacute;s que contre d&#39;&eacute;ventuels missiles iraniens ou venant du Hezbollah,&nbsp; ce dont le Pentagone se r&eacute;jouirait.</p> <p>Ceci ne signifie pas que l&#39;alliance russo iranienne sera remise en question ni que l&#39;Arabie se rangera subitement du c&ocirc;t&eacute; russe. &nbsp;Mais ces divers &eacute;l&eacute;ments ne doivent pas manquer d&#39;inqui&eacute;ter Washington. Dans ce cas, MBS pourrait perdre brutalement l&#39;appui am&eacute;ricain et se retrouver &agrave; son tour dans des ge&ocirc;les saoudiennes. Ni la Russie, ni moins encore la France, &agrave; d&eacute;faut d&#39;interventions militaires improbables, ne pourraient alors le sauver</p> <p><strong>R&eacute;f&eacute;rences</strong></p> <p>06/11 <a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2749&amp;r_id=&amp;t=Changement%20de%20cap%20en%20Arabie%20Saoudite">http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2749&amp;r_id=&amp;t=Changement%20de%20cap%20en%20Arabie%20Saoudite</a>?</p> <p>08/11 <a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2751&amp;r_id=&amp;t=Le%20conflit%20Iran%20Arabie%20Saoudite%20va-t-il%20prendre%20de%20l%27ampleur">http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2751&amp;r_id=&amp;t=Le%20conflit%20Iran%20Arabie%20Saoudite%20va-t-il%20prendre%20de%20l%27ampleur</a>?</p> <p><strong>Note</strong><br /> <br /> Sans partager n&eacute;cessairement en tous points l&#39;analyse d&#39;Alexandre del&nbsp;Valle, nous conseillons la lecture de son article bien document&eacute;&nbsp;</p> <p><em><a href="http://www.atlantico.fr/rdv/geopolitico-scanner/tres-bonne-nouvelle-qui-pourrait-se-cacher-derriere-coups-force-mbs-prince-heritier-saoudien-mohammed-ben-salman-alexandre-del-3221429.html">http://www.atlantico.fr/rdv/geopolitico-scanner/tres-bonne-nouvelle-qui-pourrait-se-cacher-derriere-coups-force-mbs-prince-heritier-saoudien-mohammed-ben-salman-alexandre-del-3221429.html</a></em></p> Fri, 10 Nov 2017 23:00:00 GMT Honneur à Rose McGowan http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2753 2753 <br /><p>La chose n&#39;est pas nouvelle. Toute personne d&eacute;non&ccedil;ant, pour de bonnes ou mauvaises raisons, le comportement d&#39;une personnalit&eacute; qui enfreint le droit ou les bonnes moeurs, doit s&#39;attendre &agrave; des offensives en retour destin&eacute;es &agrave; rendre ses all&eacute;gations incr&eacute;dibles ou irrecevables. Autrement dit, pour &ecirc;tre accusateur, il faut &ecirc;tre soi-m&ecirc;me irr&eacute;prochable.<br /> <br /> Il n&#39;y a l&agrave; rien d&#39;anormal. Le comportement de l&#39;agence de renseignement devient par contre ill&eacute;gal lorsque, sur demande de son client, elle fabrique ex nihilo des faits imaginaires susceptibles de compromettre l&#39;accusateur. Sans aller jusque l&agrave;, le fait de d&eacute;ployer &laquo;&nbsp;des arm&eacute;es d&#39;espions&nbsp;&raquo; pour scruter les relations et les activit&eacute;s des personnes vis&eacute;es rel&egrave;ve de la pers&eacute;cution et devrait &ecirc;tre poursuivi en justice.<br /> <br /> C&#39;est bien ce qu&#39;on fait, entre autres, la soci&eacute;t&eacute; Kroll, agence de renseignement priv&eacute; au service des grandes entreprises (Version fran&ccedil;aise <a href="http://fr.kroll.com/">http://fr.kroll.com</a>/) et Black Cube&nbsp;(<a href="https://www.blackcube.com/">https://www.blackcube.com/</a>) une soci&eacute;t&eacute; de renseignement et d&rsquo;action d&#39;espionnage, de d&eacute;sinformation et de simulacre.</p> <p>L&#39;affaire prend une tournure politique lorsque ces agences annoncent elles-m&ecirc;mes utiliser d&#39;ex- officiers de renseignement isra&eacute;liens, de haut niveau et reconvertis dans le secteur priv&eacute;. C&#39;est ce que l&#39;on peut lire &agrave; titre de promotion sur la page d&#39;accueil du site de Black Cube. Leur domaine de recherche comprend toutes les activit&eacute;s et lieux susceptibles de comporter des informations r&eacute;v&eacute;latrices ou simplement compromettantes. C&#39;est le cas d&eacute;sormais des r&eacute;seaux et bases de donn&eacute;es num&eacute;riques.</p> <p>Isra&euml;l est mondialement connu par ses comp&eacute;tences en mati&egrave;re d&#39;espionnage. Celles-ci l&#39;aident &agrave; survivre dans un environnement, notamment arabo-musulman, qui ne se cache pas de vouloir sa disparition. Autant que l&#39;on sache, la CIA, la NSA et autres agences am&eacute;ricaines font de m&ecirc;me, avec des moyens infiniment sup&eacute;rieurs. Mais elles ne s&#39;en vantent pas.</p> <p>Il n&#39;est pas anormal, comme le font toutes les polices du monde, de voir les services isra&eacute;liens proposer, par l&#39;interm&eacute;diaire entre autres de Kroll et Black Cube, les services de leurs agents retrait&eacute;s &agrave; des clients &eacute;ventuels. Il ne faudrait donc pas en conclure qu&#39;Isra&euml;l dispose d&#39;espions partout,. Si c&#39;est le cas, Isra&euml;l ne se distinguerait&nbsp; pas des autres grands et petits Etats qui font de m&ecirc;me, les Etats-Unis, La Russie, la Chine et la France notamment.<br /> <br /> Ce qui est anormal est que les industries du film d&#39;Hollywood permettent l&#39;enrichissement monstrueux mais discret de &laquo;&nbsp;moguls&nbsp;&raquo; ou magnats tels que Harvey Weinstein, qui peuvent pour dissimuler leurs activit&eacute;s pr&eacute;datrices b&eacute;n&eacute;ficier d&#39;une complaisance g&eacute;n&eacute;ralis&eacute;e du milieu. Ce qui est encore plus anormal est que les quelques courageuses victimes de la pr&eacute;dation d&#39;un Weinstein d&eacute;cid&eacute;es &agrave; lui r&eacute;sister soient oblig&eacute;es, par le complaisance g&eacute;n&eacute;rale, &agrave; garder le silence sous peine de voir leurs carri&egrave;res et leurs r&eacute;putations bris&eacute;es.</p> <p>La encore, on dira qu&#39;Hollywood n&#39;a pas le monopole de tels comportements oppresseurs des droits des femmes. Comme le montre en France la campagne Balance ton porc (<a href="http://www.balancetonporc.com/">http://www.balancetonporc.com/</a>) le nombre de victimes provenant des milieux professionnels, y compris appartenant au secteur public ou au monde politique, est consid&eacute;rable. Tout ne sera pas dit d&#39;ailleurs, de peur notamment de repr&eacute;sailles confi&eacute;s &agrave; des officines telles que Kroll et Black Cube qui, comme elles s&#39;en vantent elles-m&ecirc;mes. sont tr&egrave;s pr&eacute;sentes en France.<br /> <br /> Honneur donc &agrave; l&rsquo;actrice Rose McGowan, elle-m&ecirc;me f&eacute;ministe et une des accusatrices principales&nbsp;de Weinstein dont elle eut &agrave; subir les assauts. Elle a pris tous les risques et qu&#39;elle en soit honor&eacute;e. Indiquons qu&#39;elle pr&eacute;pare ses m&eacute;moires, &nbsp;<em><em>Brave</em></em><em>,</em> &agrave; para&icirc;tre en janvier 2018 (<a href="https://www.harpercollins.com/9780062655981/brave">https://www.harpercollins.com/9780062655981/brave</a>) . La moindre des choses serait qu&#39;elle trouve beaucoup de lecteurs, hommes et femmes; et que son travail soit traduit dans toutes les langues.<br /> <br /> <strong>R&eacute;f&eacute;rences</strong><br /> <br /> <a href="http://www.dedefensa.org/article/weinstein-mossad-contre-feminisme">http://www.dedefensa.org/article/weinstein-mossad-contre-feminisme</a></p> <p><a href="https://www.rt.com/usa/409014-weinstein-hired-ex-mossad-abuse/">https://www.rt.com/usa/409014-weinstein-hired-ex-mossad-abuse/</a><br /> <br /> <a href="https://www.veteranstoday.com/2017/11/07/harvey-weinstein-hired-mossad-agents-in-2016-to-destroy-rose-mcgown/#_ftn9">https://www.veteranstoday.com/2017/11/07/harvey-weinstein-hired-mossad-agents-in-2016-to-destroy-rose-mcgown/#_ftn9</a></p> <p><a href="https://www.newyorker.com/news/news-desk/harvey-weinsteins-army-of-spies">https://www.newyorker.com/news/news-desk/harvey-weinsteins-army-of-spies</a></p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> Wed, 08 Nov 2017 23:00:00 GMT Le conflit Iran Arabie Saoudite va-t-il prendre de l'ampleur? http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2751 2751 <br /><h2>&nbsp;</h2> <p>MBS vient d&#39;accuser l&#39;Iran d&#39;un &laquo;&nbsp;acte de guerre&nbsp;&raquo;, au pr&eacute;texte d&#39;un tir de missile des rebelles houthistes sur Riyad, intercept&eacute; et d&eacute;truit par la d&eacute;fense anti-missiles saoudienne. &ldquo;The involvement of Iran in supplying missiles to the Houthis is a direct military aggression by the Iranian regime&nbsp;&raquo; , vient il de d&eacute;clarer , &ldquo;and may be considered an act of war against the Kingdom. Il est possible que les houthistes disposent de missiles en provenance d&#39;Iran, mais ce genre d&#39;armes fait l&#39;objet d&#39;une intense contrebande et tracer l&#39;origine du missile est difficile. Dans un communiqu&eacute;, l&rsquo;Iran a&nbsp;<em>&laquo;&nbsp;rejet&eacute; les accusations de la coalition arabe dirig&eacute;e par l&rsquo;</em><em><a href="http://www.lemonde.fr/arabie-saoudite/">Arabie saoudite</a></em><em>&nbsp;&laquo;&nbsp;</em>en les qualifiant d&rsquo;<em>&laquo;&nbsp;injustes, irresponsables, destructrices et provocatrices&nbsp;&raquo;</em>.</p> <p>Rappelons que la guerre au Y&eacute;men oppose les forces gouvernementales, qui ont &eacute;t&eacute; chass&eacute;es en&nbsp;septembre&nbsp;2014 de la capitale, Sanaa, aux rebelles houthistes, issus de la minorit&eacute; za&iuml;dite (branche du chiisme repr&eacute;sentant environ 40&nbsp;% de la population y&eacute;m&eacute;nite) tr&egrave;s pr&eacute;sente dans le nord et soutenus par l&rsquo;Iran chiite. En&nbsp;mars&nbsp;2015, le gouvernement du pr&eacute;sident Abd Rabbo Mansour Hadi avait re&ccedil;u le soutien d&rsquo;une coalition militaire de pays musulmans, &agrave; majorit&eacute; sunnite et emmen&eacute;e par l&rsquo;Arabie saoudite. Parall&egrave;lement les houthistes sont soutenus par l&#39;Iran, le Hezbollah libanais et tous les pays ou groupes d&#39;inspiration chiite.</p> <p>L&#39;affaire du missile, qui n&#39;est pas la premi&egrave;re, est manifestement dramatis&eacute;e par Riyad qui veut en faire un pr&eacute;texte pour accuser T&eacute;h&eacute;ran d&#39;un acte de guerre et pr&eacute;parer en repr&eacute;sailles d&#39;autres actes de guerre contre ce pays. Jusqu&#39;o&ugrave; une telle guerre pourrait-elle s&#39;&eacute;tendre?</p> <p><strong>Donald Trump met de l&#39;huile sur le feu</strong></p> <p>Or Donald Trump vient de se saisir d cet incident pour donner une nouvelle impulsion &agrave; son projet de guerre ouverte contre l&#39;Iran, qui faisait partie de son programme &eacute;lectoral et qu&#39;il n&#39;a jamais abandonn&eacute;. Il vient lui-m&ecirc;me d&#39;accuser l&#39;Iran, sans apporter aucune preuve, d&#39;&ecirc;tre derri&egrave;re le tir de missile et laiss&eacute; entendre que des repr&eacute;sailles pourraient &ecirc;tre envisag&eacute;s. Le chef de la Garde R&eacute;volutionnaire iranienne a ni&eacute; en retour toute implication de l&#39;Iran, tandis le ministre des affaires &eacute;trang&egrave;res iranien Mohammad Javad Zarif accusait sur twitter Rihad de mener des guerres d&#39;agressions r&eacute;gionales, d&eacute;stabilisant la r&eacute;gion et poussant &agrave; des ripostes militaires.</p> <p>Il d&eacute;signait manifestement par ces termes une possible attaque d&#39;ampleur contre l&#39;Iran provenant des Etats-Unis et que pouvait laisser craindre l&#39;intervention de Donald Trump. Certes, celui-ci ne sera peut-&ecirc;tre pas suivi par le quatuor de g&eacute;n&eacute;raux qui exercent le pouvoir de fait &agrave; la Maison Blanche, compte tenu des risques de guerre mondiale pouvant en d&eacute;couler. La Russie viendrait tr&egrave;s probablement au secours de son alli&eacute; l&#39;Iran . Cependant aux Etats-Unis m&ecirc;me, le lobby p&eacute;trolier qui convoite les consid&eacute;rables ressources iraniennes en gaz et p&eacute;trole et qui craint la concurrence de plus en plus affirm&eacute;e de l&#39;Iran, ne fera rien pour affaiblir les tensions. Au contraire.<br /> <br /> C&#39;est dans cette perspective que le coup de force de MBS prend tout son sens. L&#39;arriv&eacute;e au pouvoir d&#39;un prince h&eacute;ritier qui s&#39;est montr&eacute; alli&eacute; sans failles des Etats-Unis prend sa place dans une offensive plus g&eacute;n&eacute;rale dont la premi&egrave;re victime a &eacute;t&eacute; le Premier ministre libanais Saad Hariri. Celui-ci vient de d&eacute;missionner et d&#39;annoncer depuis Riyad qu&#39;il risquait de conna&icirc;tre dans son pays le m&ecirc;me sort que son p&egrave;re Rafiq Hariri, assassin&eacute; par le Hezbollah en 2005, ceci parce que, a-t-il dit, il ne supportait plus &laquo;&nbsp;la mainmise destructrice&nbsp;&raquo; de l&#39;&Eacute;tat iranien sur le Liban. Or il semblerait qu&#39;il ait subi de fortes pressions, assorties de menaces, de la part de la coalition am&eacute;ricano-saoudienne pour qu&#39;il entre en confrontation directe avec le Hezbollah alli&eacute; de l&#39;Iran. Hariri pouvait craindre qu&#39;en cons&eacute;quence un nouveau conflit d&#39;ampleur ne d&eacute;chire le Liban.</p> <p>Comme dans le m&ecirc;me temps, Binyamin Netanyahu, qui consid&egrave;re l&#39;Iran comme une menace primordiale pour Isra&euml;l, soutient la posture agressive de MBS, celui-ci, fort de l&#39;appui am&eacute;ricain et isra&eacute;lien, risque lui aussi de s&#39;engager dans des offensives militaires contre l&#39;Iran. Celles-ci n&#39;auraient de sens, vu la faiblesse militaire r&eacute;currente des Saoudiens, que si elles &eacute;taient directement appuy&eacute;es par l&#39;Arm&eacute;e am&eacute;ricaine. Elles pourraient se traduire par des bombardements de grande ampleur visant les sites strat&eacute;giques iraniens. Inutile ici d&#39;en souligner les cons&eacute;quences catastrophiques.<br /> <br /> Comme quoi, comme nous l&#39;&eacute;voquions dans notre article pr&eacute;cit&eacute;, le pr&eacute;tendue &laquo;&nbsp;lutte contre la corruption&nbsp;&raquo; entreprise par MBS s&#39;inserrerait dans une une perspective de bien plus grande ampleur: permettre &agrave; Washington de reprendre le terrain perdu au profit de la Russie depuis trois ans, c&#39;est-&agrave;-dire depuis les chois d&eacute;sastreux de Hillary Clinton alors au D&eacute;partement d&#39;Etat. Manifestement Trump ne tient aucun compte des &eacute;checs de la pr&eacute;c&eacute;dente pr&eacute;sidence.</p> <p>1)&nbsp;<a href="http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2749&amp;r_id=&amp;t=Changement%20de%20cap%20en%20Arabie%20Saoudite">http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2749&amp;r_id=&amp;t=Changement%20de%20cap%20en%20Arabie%20Saoudite</a></p> Tue, 07 Nov 2017 23:00:00 GMT Paradis fiscaux. Plus que jamais la loi des plus forts. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2752 2752 <br /><p>Disons seulement que ce dossier ne fait que confirmer la th&egrave;se tr&egrave;s pessimiste qui est la n&ocirc;tre. Notre monde aussi moderne qu&#39;il puisse para&icirc;tre, au regard des pouvoirs de toute sortes qui ont fait l&#39;histoire, depuis que celle-ci est relat&eacute;e par les historiens, n&#39;est en rien moderne en ce sens qu&#39;il illustre le pouvoir toujours plus fort d&#39;infimes minorit&eacute;s de poss&eacute;dants et de d&eacute;cideurs, qui d&eacute;tiennent comme cela est souvent d&eacute;nonc&eacute; aujourd&#39;hui, une &eacute;crasante majorit&eacute; des richesses du monde.<br /> <br /> Ils n&#39;utilisent pas cette puissance pour am&eacute;liorer la capacit&eacute; que l&#39;humanit&eacute; aura de s&#39;adapter &agrave; des &eacute;volutions de plus en plus mena&ccedil;antes pour son &eacute;quilibre et pour son devenir. Citons seulement l&#39;explosion d&eacute;mographique, la rar&eacute;faction des ressources terrestres, le manque de contr&ocirc;le sur les d&eacute;veloppements scientifiques et technologiques ou, plus imm&eacute;diatement, le r&eacute;chauffement climatique. Ce qui les int&eacute;resse est seulement l&#39;augmentation dans le court terme de leur pouvoir sur le reste de l&#39;humanit&eacute;.<br /> <br /> On &eacute;voque parfois le r&ocirc;le que peuvent avoir les institutions internationales ou les Etats pour limiter cette puissance, au profit de l&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral que constitue la survie. Ce r&ocirc;le n&#39;est pas totalement inutile et les citoyens soucieux d&#39;&eacute;chapper &agrave; la domination du 1% des riches et des puissants doivent y faire appel. Mais on doit pas se faire trop d&#39;illusion. Comme l&#39;ont montr&eacute; une &eacute;ni&egrave;me fois les Panama Papers et les Paradise Papers, ces institutions sont tr&egrave;s largement p&eacute;n&eacute;tr&eacute;s et d&eacute;tourn&eacute;es par les repr&eacute;sentants des riches et des puissants.</p> <p>Quant aux m&eacute;dias qui se voudraient relativement ind&eacute;pendants, il ne faut pas non plus se faire d&#39;illusion. On ne peut pas leur faire totalement confiance, compte tenu des pressions qu&#39;ils subissent. Certes Cash investigation et le&nbsp;Consortium international des journalistes d&rsquo;investigation sont largement pr&eacute;f&eacute;rables aux m&eacute;dias-syst&egrave;me, mais en bonne logique on ne peut pas &eacute;viter de penser qu&#39;ils donnent aussi, d&#39;une certaine fa&ccedil;on, aux dominants la possibilit&eacute; de cacher leur vraie nature et finalement tromper l&#39;opinion. Malheureusement, cela serait impossible &agrave; d&eacute;monter.&nbsp;<br /> <br /> Notre&nbsp;th&egrave;se , selon laquelle le &quot;d&eacute;veloppement&quot; de l&#39;humanit&eacute; finira par provoquer sa propre destruction, comme celle sans doute des esp&egrave;ces vivantes sup&eacute;rieures,&nbsp; ne pourrait pas trouver l&agrave; d&#39;arguements pour &ecirc;tre remise en cause.&nbsp;</p> <p><strong>Note </strong></p> <p>Les &quot;Paradise Papers&quot; constitue la derni&egrave;re grande enqu&ecirc;te in&eacute;dite du magazine&nbsp;<a href="http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/" target="_blank">&quot;Cash Investigation&quot;</a>&nbsp;en partenariat avec le&nbsp;<a href="https://www.icij.org/" target="_blank">Consortium international des journalistes d&rsquo;investigation</a>, <a href="https://www.icij.org/">https://www.icij.org</a><a href="https://www.icij.org/"> </a>d&eacute;j&agrave; &agrave; l&rsquo;origine des &quot;<a href="http://www.francetvinfo.fr/economie/fraude/panama-papers/video-france-2-cash-investigation-platini-messi-le-premier-ministre-islandais-panama-papers-enquete-sur-les-societes-offshore-et-les-paradis-fiscaux_1388631.html" target="_blank">Panama Papers</a>&quot;. Huit mois d&rsquo;enqu&ecirc;te, dans le plus grand secret. C&rsquo;est la plus grande fuite de l&rsquo;histoire, avec 13,5&nbsp;millions de documents, dont beaucoup proviennent d&rsquo;un des plus grands noms du monde offshore, le cabinet d&rsquo;avocats Appleby, qui a son si&egrave;ge aux Bermudes.</p> <ol> </ol> <p>Aux c&ocirc;t&eacute;s de pr&egrave;s de 400&nbsp;journalistes du monde entier, l&rsquo;&eacute;quipe de &quot;Cash&quot; a diss&eacute;qu&eacute; les montages pr&eacute;par&eacute;s par les sp&eacute;cialistes d&rsquo;Appleby pour leurs clients&nbsp;: des individus fortun&eacute;s ou des multinationales. La journaliste Elise Lucet, <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Élise_Lucet">https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lise_Lucet</a> que l&#39;on ne saurait trop admirer pour son courage et son intelligence est all&eacute;e &agrave; la rencontre du Pdg&nbsp;de Dassault Aviation. Dans ce num&eacute;ro exceptionnel, des r&eacute;v&eacute;lations sur les dessous de l&rsquo;aviation d&rsquo;affaires. Ou comment devenir propri&eacute;taire d&rsquo;un jet priv&eacute; sans avoir &agrave; payer la TVA, gr&acirc;ce &agrave; des soci&eacute;t&eacute;s qui sont des coquilles vides &eacute;tablies sur l&rsquo;&icirc;le de Man, une d&eacute;pendance de la Couronne britannique&hellip;</p> <p>&quot;Cash Investigation&quot; a &eacute;galement d&eacute;couvert l&rsquo;existence d&rsquo;une discr&egrave;te soci&eacute;t&eacute; offshore aux &icirc;les Ca&iuml;mans, associant le groupe Louis-Dreyfus, un g&eacute;ant du n&eacute;goce de produits agricoles, avec l&rsquo;actuel ministre de l&rsquo;Agriculture br&eacute;silien. Ce dernier est un des plus gros producteurs de soja du monde&hellip; Cette culture est au Br&eacute;sil une source de profits immenses, mais elle a des cons&eacute;quences environnementales catastrophiques.</p> <p>Un des plus gros clients d&rsquo;Appleby s&rsquo;appelle Glencore https://fr.wikipedia.org/wiki/Glencore, l&rsquo;empire tr&egrave;s secret des mati&egrave;res premi&egrave;res. Gr&acirc;ce &agrave; des documents in&eacute;dits, &quot;Cash&quot; explique comment ce groupe a mis la main sur les plus belles mines de cuivre et de cobalt au monde, en s&rsquo;associant avec un partenaire sulfureux en R&eacute;publique d&eacute;mocratique du Congo&hellip;</p> <p><strong>Pour en savoir plus</strong>, <strong>voir</strong><br /> <br /> <a href="http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-7-novembre-2017_2446212.html#xtor=CS2-758">http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-7-novembre-2017_2446212.html#xtor=CS2-758</a></p> Tue, 07 Nov 2017 23:00:00 GMT