Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Le 20 avril, l'US Navy a fait connaitre que le porte-avions (PA) nucléaire américain Harry S. Truman et son groupe avaient quitté le port de Norfolk sur la côte est. Le groupe comprend le croiseur lanceur de missiles guidés USS Normandy, les destroyers également lanceurs de missiles Burke, Bulkeley, Forest Sherman et Farragut ainsi que les destroyers Jason et Sullivan. Ce groupe emporte 6.500 marins et les appareils appartenant au Carrier Air Wing One. (...)
Lawrence B. « Larry » Wilkerson né le 15 juin 1945, est un colonel retraité de l'Armée américaine. Après avoir été chef d'Etat-Major du secrétaire d'Etat Colin Powell et avoir en tant que tel participé à la préparation et la conduite de la guerre désastreuse en Irak, il a changé radicalement de bord à sa retraite. Il a dénoncé son propre rôle dans cette guerre. (...)

Nous ne pouvons pas donner tort à Israël lorsqu'il s'indigne de voir des majorités d'Etats musulmans ou influencés par un islam furieusement anti-juif, entrainer l'Unesco dans des décisions plus qu'hostiles à son égard. Il doit réagir avec le plus de vigueur possible. (...)

Ce livre vient d'être publié aux Etats-Unis. L'auteur en est le journaliste d'investigation Yasha Levine. Il rappelle ce que nous savons depuis longtemps ici, mais que la plupart des utilisateurs de l'Internet ignorent encore. Celui-ci est le résultat d'un projet de Sécurité du Pentagone, visant à détecter ceux qui éventuellement chercheraient aux Etats-Unis à échapper à la société de surveillance généralisée qui a toujours été la caractéristique de ce pays. (...)

Le dernier livre de Jean-Paul Baquiast Le paradoxe du Sapiens. Etres technologiques et catastrophes annoncées Préface de Jean-Jacques Kupiec éditeur Jean-Paul Bayol, mars 2010 Ce livre est désormais téléchargeable gratuitement http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2011/123/paradoxe-du-sapiens.pdf (...)
Dernières réactions
"Un aperçu en est proposé sur le site DeDefensa Lien

Il s'agit successivement...

• du nouvel ICBM Sarmat d'un rayon d'action de 17 000 kilomètres, avec les capacités révolutionnaires de ses têtes nucléaires autonomes et autoguidées, dont celles pour certaines d'entre elles de se mettre en orbite basse et d'attaquer à partir de cette position, c'est-à-dire venues de n'importe quelle direction ;

• d'un nouveau cruise missile à capacité nucléaire, avec moteur nucléaire, donc disposant d'une autonomie quasiment illimitée, et dont le fonctionnement avec ce moteur a été d'ores et déjà testé en conditions de vol opérationnel ;

• d'un drone sous-marin à propulsion nucléaire, d'une forme ressemblant à une torpille, évoluant à des profondeurs très basses (jusqu'à 1 000 mètres), avec une autonomie autour de 10 000 kilomètres et à des vitesses très élevées pour un engin sous-marin, de l'ordre de 56 à 100 n½uds (100 à 185 km/h) ; enfin, capable de porter les armes thermonucléaires les plus puissantes comme la bombe dite Tsar de 100 kilotonnes expérimentée au début des années 1960 ;

• du missile Kinzhal lancé d'avion, de capacité hypersonique (catégorie de vitesse de plus de Mach 5 [5 300 km/h à 11 000 mètres d'altitude]), armé de charges conventionnelles ou nucléaires. Il s'agit d'un missile lancé de bombardiers stratégiques de type Tu-95 et Tu-160, et sans doute du futur bombardier furtif en cours de développement ; sa vitesse implique qu'aucun missile antimissile existant n'est capable de l'atteindre. « Mes amis, la Russie a d'ores et déjà ce système d'arme », précise Poutine, signifiant que ce système est en cours d'intégration opérationnelle ;

• du “projectile” hypersonique Avantgard, qui est en cours de développement et d'essais, et qui présente la particularité de disposer d'ailes lui donnant la capacité d'évoluer en vol planant, sur des distances intercontinentales et à une vitesse de l'ordre de Mach 20, avec des capacités de bifurcations en plein vol d'une ampleur considérable. (Avantgard est dit “projectile” et non missile parce qu'il n'a pas de propulsion propre mais progresse selon l'énergie cinétique, probablement à partir d'un lanceur du type de l'ICBM Sarmat : « Il vole vers son objectif comme un météorite ou comme une boule de feu, précise Poutine. La température de sa surface externe atteint 1 600 à 2 000 degrés mais le bloc directionnel est protégé pour recevoir et contrôler un guidage effectif. ») ;

• d'armes à rayon laser : il s'agit d'une technologie connue et d'ores et déjà en service pour des systèmes à capacités limitées. L'application principale envisagée en théorie depuis des décennies (Reagan en parlait en mars 1982 dans le concept originel de la Stars War [la Strategic Defense Initiative], comme systèmes de destruction de missiles ICBM) porte effectivement sur la défense antimissiles, aux niveaux tactique et stratégique."
par : JP Baquiast
Réaction à l'article : L'Europe doit-elle s'inquiéter des nouvelles armes russes?

par : J.P. Baquiast
Réaction à l'article : Unesco. L'erreur grave d' Israël


L'alliance avec la Turquie reste indispensable pour la Russie et l'Iran
18/04/2018
Il avait paru surprenant de voir la Turquie , au lendemain de la frappe américaine du 13 avril contre la Syrie, se féliciter de celle-ci, présentée comme une « mesure appropriée ».
Au 14/04/2028, 09h GMT, une question: Moscou va-t-il répondre à l'attaque américaine ?
14/04/2018
Dans le flot de commentaires et questions suscité par l'attaque américano-européenne contre la Syrie, nous voudrions pour notre part à cette heure poser une question essentielle, mais jusqu'à ce jour sans réponse claire : Comment Moscou, et plus particulièrement Vladimir Poutine, vont-ils réagir ?
Syrie, la guerre américaine aura-t-elle lieu ?
13/04/2018
Le 13 avril, la question reste en suspens. Selon une première hypothèse, une partie de l'Etat profond américain commencerait à s'effrayer des conséquences catastrophiques d'une attaque contre Damas. Une riposte russe s'en suivrait immédiatement, conduisant à une probable guerre mondiale.
Trump veut-il évacuer la Syrie? Si oui, le pourra-t-il?
07/04/2018
Autant que l'on sache, Donald Trump avait décidé de rapatrier aux Etats-Unis les quelsques 2.000 hommes de troupes régulières (sans compter les supplétifs) ayant mené la guerre contre Daesh. Il a plusieurs fois affirmé que cette guerre était gagnée, et qu'il n'était plus nécessaire d'y affecter des effectifs. Sans doute considère-t-il que ceux-ci seraient plus utiles ailleurs, par exemple pour sécuriser la frontière avec le Mexique.
Comme le plus souvent dans ce genre d'évènement, les « autorités » imputent, jusqu'à plus ample information, l'attentat de Toronto à une sorte de déséquilibré et non à un militant de l'islamisme radical. Cette prudence est compréhensible. On ne peut accuser sans preuve, ni, selon l'expression, stigmatiser a priori les musulmans, nombreux au Canada. (...)

Au 14/04/2028, 09h GMT, dans l'article intitulé "Moscou va-t-il répondre à l'attaque américaine ?" nous posions la question de savoir ce que serait la réponse russe aux missiles occidentaux. Verrait-on des attaques en retour de missiles sur des intérêts américains, susceptibles d'entraîner une guerre majeure avec les Etats-Unis? (...)

Europe Solidaire