Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Q. De quelle arme, ou de quelles armes, parlez-vous? De celles dont l'article de Andrei Martyanov vient de faire une excellente synthèse 1) ? (...)
Lawrence B. « Larry » Wilkerson né le 15 juin 1945, est un colonel retraité de l'Armée américaine. Après avoir été chef d'Etat-Major du secrétaire d'Etat Colin Powell et avoir en tant que tel participé à la préparation et la conduite de la guerre désastreuse en Irak, il a changé radicalement de bord à sa retraite. Il a dénoncé son propre rôle dans cette guerre. (...)

Vladimir Poutine vient d'annoncer qu'un nouveau missile hypersonique russe entrerait en service en 2019. Il permettra de faire jeu égal avec les Etats-Unis dans ce domaine hautement stratégique des ICBM de nouvelle génération. (...)

Ce livre vient d'être publié aux Etats-Unis. L'auteur en est le journaliste d'investigation Yasha Levine. Il rappelle ce que nous savons depuis longtemps ici, mais que la plupart des utilisateurs de l'Internet ignorent encore. Celui-ci est le résultat d'un projet de Sécurité du Pentagone, visant à détecter ceux qui éventuellement chercheraient aux Etats-Unis à échapper à la société de surveillance généralisée qui a toujours été la caractéristique de ce pays. (...)

Le dernier livre de Jean-Paul Baquiast Le paradoxe du Sapiens. Etres technologiques et catastrophes annoncées Préface de Jean-Jacques Kupiec éditeur Jean-Paul Bayol, mars 2010 Ce livre est désormais téléchargeable gratuitement http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2011/123/paradoxe-du-sapiens.pdf (...)
Dernières réactions
"Un aperçu en est proposé sur le site DeDefensa Lien

Il s'agit successivement...

• du nouvel ICBM Sarmat d'un rayon d'action de 17 000 kilomètres, avec les capacités révolutionnaires de ses têtes nucléaires autonomes et autoguidées, dont celles pour certaines d'entre elles de se mettre en orbite basse et d'attaquer à partir de cette position, c'est-à-dire venues de n'importe quelle direction ;

• d'un nouveau cruise missile à capacité nucléaire, avec moteur nucléaire, donc disposant d'une autonomie quasiment illimitée, et dont le fonctionnement avec ce moteur a été d'ores et déjà testé en conditions de vol opérationnel ;

• d'un drone sous-marin à propulsion nucléaire, d'une forme ressemblant à une torpille, évoluant à des profondeurs très basses (jusqu'à 1 000 mètres), avec une autonomie autour de 10 000 kilomètres et à des vitesses très élevées pour un engin sous-marin, de l'ordre de 56 à 100 n½uds (100 à 185 km/h) ; enfin, capable de porter les armes thermonucléaires les plus puissantes comme la bombe dite Tsar de 100 kilotonnes expérimentée au début des années 1960 ;

• du missile Kinzhal lancé d'avion, de capacité hypersonique (catégorie de vitesse de plus de Mach 5 [5 300 km/h à 11 000 mètres d'altitude]), armé de charges conventionnelles ou nucléaires. Il s'agit d'un missile lancé de bombardiers stratégiques de type Tu-95 et Tu-160, et sans doute du futur bombardier furtif en cours de développement ; sa vitesse implique qu'aucun missile antimissile existant n'est capable de l'atteindre. « Mes amis, la Russie a d'ores et déjà ce système d'arme », précise Poutine, signifiant que ce système est en cours d'intégration opérationnelle ;

• du “projectile” hypersonique Avantgard, qui est en cours de développement et d'essais, et qui présente la particularité de disposer d'ailes lui donnant la capacité d'évoluer en vol planant, sur des distances intercontinentales et à une vitesse de l'ordre de Mach 20, avec des capacités de bifurcations en plein vol d'une ampleur considérable. (Avantgard est dit “projectile” et non missile parce qu'il n'a pas de propulsion propre mais progresse selon l'énergie cinétique, probablement à partir d'un lanceur du type de l'ICBM Sarmat : « Il vole vers son objectif comme un météorite ou comme une boule de feu, précise Poutine. La température de sa surface externe atteint 1 600 à 2 000 degrés mais le bloc directionnel est protégé pour recevoir et contrôler un guidage effectif. ») ;

• d'armes à rayon laser : il s'agit d'une technologie connue et d'ores et déjà en service pour des systèmes à capacités limitées. L'application principale envisagée en théorie depuis des décennies (Reagan en parlait en mars 1982 dans le concept originel de la Stars War [la Strategic Defense Initiative], comme systèmes de destruction de missiles ICBM) porte effectivement sur la défense antimissiles, aux niveaux tactique et stratégique."
par : JP Baquiast
Réaction à l'article : L'Europe doit-elle s'inquiéter des nouvelles armes russes?

par : J.P. Baquiast
Réaction à l'article : Unesco. L'erreur grave d' Israël


La Chine s'inquiète d'un éventuel accord Trump Kim sur la dénucléarisarion de la Corée du Nord (DPRK)
11/06/2018
Il est presque certain que Donald Trump refusera tout accord avec Kim Jung-un si celui-ci n'accepte pas , lors de leur rencontre qualifiée d'historique du 12 juin à Singapour, de donner satisfaction à toutes les exigences de Trump, même les plus humiliantes ou mettant en cause la survie même de la DPRK.
Trump-Kim : divorce avant le mariage ?
24/05/2018
On ne saura sans doute jamais si Kim Jung-un, président de la Corée du Nord, voulait vraiment rencontrer Donald Trump et, si oui, ce qu'il attendait de cette rencontre.
Trump et un éventuel «regime change » à Téhéran 
23/05/2018
Donald Trump semble pour le moment avoir renoncé à attaquer militairement l'Iran, malgré la haine qu'il professe à l'égard du gouvernement de Téhéran. Sans doute certains conseillers militaires plus prudents que les autres l'ont-ils convaincu que s'il faisait cela, il affronterait directement Moscou, devenu après quelques tergiversations un solide soutien de la République Islamiste.
Bérets Verts américains au Yémen
05/05/2018
L'intervention militaire américaine au Moyen Orient, par l'intermédiaire de forces spéciales dites Bérets verts, a toujours été une réalité. Elle complète des bombardements aériens fréquents dont le Pentagone ne se cache pas. La présence de ces troupes (boots) au sol est encore niée aux Etats-Unis même et surtout en Europe par les médias.
Nous avions précédemment indiqué que les apparents désaccords entre Donald Trump et l'Union européenne et le Canada concernant la guerre des tarifs déclenchée par les Etats-Unis contre leurs partenaires du G7 n'étaient que de façade. Tout rentrerait dans l'ordre si Washington manifestait sa mauvaise humeur. Le principal argument invoqué par ce dernier sera de rester unis contre la Russie, quel que soit le coût des sacrifices imposés à l'Alliance atlantique. (...)

Selon le Wall Street journal du 3 juin, référencé ci-dessous, le Pentagone examine actuellement la possibilité d'intervenir directement, avec des troupes au sol, pour soutenir l'offensive de l'Arabie saoudienne et des Emirats Arabes unis visant à éliminer entièrement du Yémen les forces dites rebelles des Houthis, qui jusqu'ici avaient opposé une résistance victorieuse à l'offensive saoudienne. (...)

Europe Solidaire