Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Donald Trump. Qu'il accède rapidement à la Maison Blanche

Quel que soit le jugement porté sur « le Donald » et ses idées, l'Europe si elle voulait échapper à l'atlantisme qui l'étouffe, devrait fortement souhaiter son élection à la présidence américaine.
Dans le camp des Républicains, il semble, quelques semaines avant le début des primaires, que Donald Trump recueille une majorité de suffrages. Ceci n'a rien d'étonnant lorsque l'on constate l'inexistence de ses concurrents, dont en ce qui nous nous concerne nous avons peine aujourd'hui à retenir le moindre nom. Tous sont les représentants d'une Amérique néo-conservatrice, militariste, dominée par les puissances financières, n'ayant que du mépris pour les autres Etats du monde, les Etats européens en premier lieu.

Mais à supposer que ce soit les Démocrates qui l'emportent, leur championne très probable, Hillary Clinton, ne se distinguera en rien des plus dangereux des Républicains. Au contraire, s'appuyant sur son expérience politique, elle les dépassera en militarisme, provocations à l'égard de la Russie, mépris de l'Europe, haine des milieux politiques américains dits alternatifs qui sauvent actuellement l'honneur de l'Amérique. Du fait de son nom, Clinton, comme du fait de son sexe, elle pourra donner quelques illusions sur son ouverture d'esprit, notamment dans les milieux européens atlantistes. Ils déchanteront vite.

Une présidence Hillary Clinton maintiendrait en fait l'Europe pendant des années au niveau qui est le sien aujourd'hui, celui de sous-colonie américaine. De plus, elle enfermerait l'Europe dans une hystérie anti-russe dont pour le moment, certains gouvernements européens cherchent à se dégager.

Cependant  Donald Trump à la Maison Blanche ne serait-il pas pire encore pour les Européens? Au pouvoir, «  The Donald » n'échapperait sans doute pas malgré son bagout, aux forces de l' « Etat profond » qui le contraindraient à rester dans la ligne des intérêts américains les plus obtus. A moins que...

...A moins que, emporté par son hubris, il n'émette quelques propositions de bon sens qui seraient utiles non seulement à l'Amérique mais aux Européens, se rapprocher de Moscou et de Pékin par exemple. Tout Démocrate qu'il soit, Obama s'est révélé jusqu'à ce jour incapable de le faire, poussant le monde aux bords d'une 3e guerre mondiale. Un Donald pourrait peut-être y réussir.

...A moins que aussi, dans le chahut permanent qu'il provoquerait s'il restait fidèle à son tempérament, de véritables mouvements de contestation sur un mode Occupy Wall Street amélioré ne puissent réapparaître et se faire entendre de tous ceux, aux Etats-Unis comme en Europe, qui rejettent en entier ce qu'ils nomment le Système.

Notes

* Sur Donald Trump et l'immigration provenant des pays du Moyen-Orient, voir notre article http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2007&r_id=

* Le point de vue du World Socialist Web Site. L'élection de Trump ouvrirait  les yeux de ceux qui l'ignoreraient encore sur ce qu'est en fait le système américain.

http://www.wsws.org/en/articles/2015/12/10/pers-d10.html

* Sur Hillary Clinton, un jugement que nous ne sommes pas loin de partager

http://lesakerfrancophone.net/hillary-clinton-la-candidate-de-wall-street/

* Sur France Inter, au 7/9 du 18/12, Bernard Guetta, chargé de la chronique Géostratégie, s'est permis de comparer Trump à Poutine, en disant qu'au fond rien ne séparait les deux hommes. Il est honteux de constater que sur une radiodiffusion nationale, un chroniqueur important se permette de lancer des attaques ad hominem aussi vicieuses, sans que personne ne réagisse. Mais ceci pourrait s'expliquer par la découverte horrifiée que l'éventualité évoquée à la fin de notre article, un rapprochement entre Trump devenu Président des Etats-unis, et Vladimir Poutine, ne serait pas impossible.


16/12/2015

Europe Solidaire