Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Obama (sic)

Prière de lire l'article ci-dessous avant de s'indigner de ce choix

Il a suffit qu'un musulman exalté (d'ailleurs venu de Grande Bretagne) décapite un journaliste américain pour qu'Obama découvre le danger que représente désormais pour l'Amérique l' « Etat islamique ».

Il annonce au monde entier que ce dernier constitue pour l'Amérique le pire des risques qui la menace dorénavant. Oubliées la Russie et la Chine, dénoncées auparavant comme des ennemies héréditaires de Washington? Oubliés les soutiens permanents que les promoteurs de l'Etat islamique ont régulièrement reçus de l'Amérique, ouvertement ou secrètement, depuis des mois. Oubliée la campagne menée par Obama et ses alliés contre Bashar al Assad, lequel a le mérite de combattre ces mêmes islamiques depuis les origines.

La première chose que nous pouvons constater, nous qui sommes aux avant-postes de la lutte contre l' « Etat islamique » et ses fanatiques, est qu'Obama vient de lui rendre un immense service. Comment la première puissance militaire du monde, d'ailleurs séparée du terrain des opérations par toute la largeur de l'Atlantique, peut-elle s'effrayer, voire paniquer, devant quelques milliers de fous furieux sortis du fond des âges? Comment peut-elle oser revenir dans des pays que ses actions militaires et diplomatiques toujours mal-intentionnées ou mal conduites, avaient en 10 ans complètement déstabilisés. Comment enfin peut-elle craindre des attentats sur son sol, compte-tenu des trillions de dollars investis pour se donner les systèmes d'espionnage les plus puissants du monde? 1)

Or maintenant qu'Obama a parlé, les Abou ceci ou Abou cela qui conduisent l' « Etat islamique » vont se croire aussi forts que lui. Parés de ce prestige, ils vont recruter des djihadistes de plus en plus nombreux et enragés, y compris évidemment en Europe. Ce ne sera pas Obama qui viendra convaincre des adolescentes françaises partant pour la Syrie qu'elles se trompent de voie. Ce sera à nous de la faire.

Le meilleur service qu'Obama aurait pu rendre à ceux qui combattent l' « Etat islamique » aurait été de se taire. Qu'ils les laisse se débrouiller comme ils peuvent. Maintenant les Européens qui s'étaient décidés à aider les Kurdes en Irak vont se retrouvés, plus que jamais, accusés d'être des laquais de l'Amérique. Maintenant ils seront de plus en plus suspects aux yeux de Moscou, au lieu d'être considérés avec un début de sérieux.

Ajoutons qu'Obama, confronté à un mort américain en Irak, veut mobiliser le monde entier alors que plus de 6.000 morts ukrainiens en Ukraine de l'est, du fait de Kiev et des forces spéciales américaines sur le terrain, n'empèchent pas Obama d'exiger que nous nous mobilisions pour soutenir Kiev.

1) Que l'on ne donne pas l'exemple du 11 septembre, quand on connait les complicités américaines – le moins que l'on puisse dire - dont avaient bénéficié les auteurs de l'attentat.

22/08/2014

Europe Solidaire