Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Comme tous les virus de ce type, le virus  Sars-CoV-2  mute.

C'est ce qu'indique dans un article de la revue Cell du 2 juillet 2020 dont nous publions ci-dessous les références et le sommaire un groupe de chercheurs britanniques de l'université de Sheffield ayant constitué une équipe destinée à l'étude de ce virus.

La nouvelle ne manquera pas d'inquiéter alors qu'il paraît impossible, sauf pour le moment en Europe, de limiter l'extension de l'épidémie et le nombre de ses victimes, malgré les divers confinements et mesures barrières adoptés. La nouvelle variante du virus infecterait plus facilement les cellules que l'actuel Sars-CoV-2. Ceci le rendrait plus contagieux, encore que cela resterait à confirmer. 

Les scientifiques ont donc réalisé des travaux et des expériences supplémentaires in vitro, à la demande notamment des éditeurs de la revue Cell. Ils ont d'abord analysé les données de 999 patients britanniques hospitalisés à cause du Covid-19 et observé que ceux ayant la variante du virus avaient certes plus de particules virales en eux, mais sans que cela ne change la gravité de leur maladie. D'autre part, des expériences en laboratoire ont montré que la variante était en revanche trois à six fois plus capable d'infecter des cellules humaines.

Ceci dit une étude de laboratoire, dite in vitro, ne peut remplacer totalement les expériences in vivo. Mais celles-ci sont pratiquement impossibles à réaliser. Comme l'avait fait précédemment remarqué le professeur Raoult à propos de la chloroquine, il semble difficile de constituer deux groupes de patients dont l'un accepterait à titre de test de recevoir un nouveau traitement, alors que l'autre ne recevrait rien. En l'espèce il faudrait demander à un premier groupe de personnes d'accepter d'être contaminées par l'ancien virus, alors que l'autre groupe accepterait à titre de comparaison de l'être par la variante du virus.

Référence

Cell 
Tracking changes in SARS-CoV-2 Spike: evidence that D614G increases infectivity of the COVID-19 virus
July 02, 2020

https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(20)30820-5

Summary

A SARS-CoV-2 variant carrying the Spike protein amino acid change D614G has become the most prevalent form in the global pandemic. Dynamic tracking of variant frequencies revealed a recurrent pattern of G614 increase at multiple geographic levels: national, regional and municipal. The shift occurred even in local epidemics where the original D614 form was well established prior to the introduction of the G614 variant. The consistency of this pattern was highly statistically significant, suggesting that the G614 variant may have a fitness advantage. We found that the G614 variant grows to higher titer as pseudotyped virions. In infected individuals G614 is associated with lower RT-PCR cycle thresholds, suggestive of higher upper respiratory tract viral loads, although not with increased disease severity. These findings illuminate changes important for a mechanistic understanding of the virus, and support continuing surveillance of Spike mutations to aid in the development of immunological interventions.

 

 

 

03/07/2020

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire