Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Trump, l'Otan et la Russie. Points d'interrogation.

Dans notre dernier éditorial daté du 08/01/2017, « Donald Trump et la «nouvelle stratégie de défense européenne » 1) nous indiquions que l'Union européenne avait adopté fin 2016 un « paquet » de mesures destinées à définir la politique de sécurité et de défense dans les prochaines années. Nous constations que celle-ci restera très inféodée à l'Otan mais nous nous demandions ce que le rôle prédominant de Washington deviendra après l'entrée en fonction de Donald Trump. Ceci d'autant plus que le programme de celui-ci demeure très ambigu.
D'une part il annonce sa volonté de coopérer étroitement avec Vladimir Poutine dans la lutte contre le terrorisme et dans d'autres domaines de défense à définir. D'autre part, il demande aux membres européens de l'Otan de prendre désormais en charge les dépenses militaires de cette organisation jusqu'ici financées essentiellement par les Etats-Unis.

Ceci a été ressenti comme un abandon par les pays européens les plus demandeurs d'un renforcement des moyens militaires de l'Otan à la frontière avec la Russie. Trump aurait répondu qu'il n'y avait pas de sa part abandon, mais légitime exigence que chacun prenne sa juste part dans les mesures de défense. A Moscou, où l'on reste encore incertain sur ce que deviendront effectivement sous la présidence Trump les relations avec la Russie, la déclaration de Trump relative à l'Otan n'avait pas été considérée comme allant dans le sens d'une future politique de détente.

Chars américains

Or on apprend ces jours-ci que les Etats-Unis continuent à livrer du matériel américain en Allemagne pour, comme le disent les autorités militaires américaines «  renforcer leur engagement auprès de leurs alliés contre la menace russe et s'assurer que l'UE resterait «libre, prospère et dans la paix».

C'est ainsi que ces derniers jours, 2 800 unités de matériel militaire, dont des chars Abrams (voir image), des véhicules d'artillerie Paladin et des véhicules de combat Bradley, ainsi que 4 000 militaires américains, ont été transportés jusqu'au port allemand de Bremerhaven, dans la cadre de l'opération Atlantic Resolve, ceci dans le but de faire face à «l'agression russe».

Ces nouvelles forces seront envoyées d'abord en Pologne pour participer à des exercices militaires à la fin du mois, puis seront déployées dans plusieurs pays dont les pays baltes, la Bulgarie, la Roumanie et l'Allemagne.

«C'est une partie de nos efforts pour contenir l'agression russe, assurer l'intégrité de nos alliés et conserver une Europe entière, libre, prospère et dans la paix», a déclaré le lieutenant-général des forces aériennes Timothy M. Ray au sujet de ce nouveau déploiement militaire américain en Europe 2)

Faut-il en conclure que les militaires américains répondent à des instructions venant de l'Administration Obama sur le départ pour mettre Trump devant le fait accompli, afin de compliquer ses relations futures avec Poutine. Doit-on penser au contraire que Trump est décidé de jouer un double jeu, pousser l'Otan à poursuive ce qu'il faut bien appeler une politique d'agression à l'égard de Moscou tout en prêchant personnellement la paix avec la Russie.

On attendrait logiquement de Trump un tweet explicatif. En tous cas, la Pologne, qui est en train de déployer les premiers des 50 F.16 précédemment acheté à l'Amérique n'a pas caché qu'elle entendait s'en servir, à son profit et à celui de ses alliés proches dans le cadre de l'Opération Atlantic Resolve de l'Otan, soit l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Bulgarie et (?) la Hongrie.

Il est bien évident qu'aussi puissante que soit devenue la force aérienne militaire polonaise grâce à ses nouveaux F.16, elle ne tiendrait pas une seconde sans un appui américain massif. Trump va-il calmer les ardeurs belliqueuses de Varsovie ou bien, dans le cadre du double jeu évoqué ci-dessus, laisser se poursuivre et s'amplifier Atlantic Resolve demeurant nécessairement en appui si le besoin s'en faisait sentir. Là encore, un nouveau tweet explicatif s'imposerait.

La France, quant à elle, semble se désintéresser de la question. N'est-elle pas pourtant, grâce à Sarkozy, membre de l'Otan, et le mieux armé de tous ?

  1. Voir http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2429&r_id=&t=Donald%20Trump%20et%20la%20%AB%A0nouvelle%20strat%E9gie%20de%20d%E9fense%20europ%E9enne%A0%BB

  2. Voir https://francais.rt.com/international/31966-centaines-chars-americains-arrivent-europe


Note


* Sur le même sujet, voir The Yanks are coming de Victor Grossman

http://www.counterpunch.org/2017/01/09/the-yanks-are-coming-the-yanks-are-coming/


* Au 11/01, voir un bon article sur la Pologne et ses armements dirigés contre la Russie. Voudra-t-elle vraiment s'en servir?

http://www.strategic-culture.org/news/2017/01/08/poland-acquires-first-strike-capability-pose-threat-russia.html



09/01/2017

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire