Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Nouvel attentat en Bavière. Un « forcené » (sic) se fait exploser avec sa bombe.

Ainsi au matin du 25/07, le 7/9 d'une grande radio d'information évoquait-il l'événement. Pourquoi parler de « forcené », terme généralement réservé aux individus subitement saisi d'une folie meurtrière. Le « forcené » relève de la prison psychiatrique . En approfondissant l'information, on apprend qu'il s'agit d'un jeune syrien demandeur d'asile.
Bien évidemment, un « forcené » de droit commun, si l'on peut dire, autrement dire du modèle courant, utilise une arme à sa portée, fusil de chasse ou au pire, pistolet. En fait, le réfugié avait disposé d'une bombe sophistiquée chargée de morceaux de ferraille, pour être plus meurtrière. Autrement dit, il avait été diligenté par une organisation terroriste islamiste. Peut-être même avait-il été choisi du fait qu'il aurait déjà manifesté des troubles psychiques.

Sur l' évenemnt, on pourra lire un article de FranceTVInfo
http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/allemagne-un-refugie-syrien-se-fait-exploser-pres-d-un-festival-de-musique-blessant-12-personnes-dont-trois-grievement_1562347.htm

L'attentat devrait être une nouvelle bombe (c'est le cas de le dire) contre la politique irresponsable d'accueil décidée par Angela Merkel. Nécessairement, parmi ces centaines de milliers de réfugiés ou de migrants se trouvent ou se trouveront des candidats décidés à tuer des « incroyants », fut-ce au prix de leur vie... Voire, à plus forte raison, au prix de leur vie, pour rejoindre sans attendre le paradis d'Allah. Quant aux Etats qui sont encore réticents face à l'accueil des migrants, ils ne pourront qu'être confortés.

Mais pourquoi parler de "forcené". Il s'agit d'une nouvelle manifestation d'un langage politiquement correct devenu général à tous niveaux, visant à « ne pas stigmatiser » l'islam ou ne pas « provoquer d'amalgame ». On en trouve de nombreux exemples dans un article de Michel Geoffroy que vient de publier Polémia, auquel nous engageons vivement le lecteur de se référer:

http://www.polemia.com/terrorisme-islamiste-apprenez-vite-les-mots-qui-sauvent/?utm_source=La+Lettre+de+Pol%C3%A9mia&utm_campaign=0c8c298594-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-0c8c298594-60536937

Polémia est dit-on, proche du Front National. Disons seulement que si seul le Front National sait dénoncer ainsi les mensonges officiels, et proposer des mesures de protection plus efficaces que les actuelles,  beaucoup de nouveaux électeurs venus du centre et de la gauche voteront pour lui. Ils auront raison.

On dira que le refus de l'amalgame est plein de bonnes intentions: éviter de dresser la population non musulmane contre les quelques 8 millions de musulmans vivant en France. Mais se refuser à dire clairement les choses n'empêchera pas les amalgames voire les affrontements. Au contraire. Mieux vaudrait poser clairement le problème. Sinon on en arrivera à des amalgames à l'envers, tel que celui auquel vient de se livrer Donald Trump: fermer les frontières aux Français, tous selon lui pénétrés de terroristes islamiques.

25/07/2016

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire