Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'Europe doit se défendre dans les nouvelles formes de guerre de 4e génération

NB. Cet article ne représente pas nécessairement le point de vue unanime de notre  comité de rédaction. Que l'opprobre en retombe sur le seul signataire .

Il est devenu courant de désigner par le terme de guerre de 4e génération (G4G), dite aussi guerre asymétrique, des guerres menées contre un Etat dominant par des militants dotés d'armes légères, telles que les mines ou les kalachnikovs, mais surtout impliquant la population civile. Ainsi, au sein de celle-ci, on recrutera des propagandistes de plus en plus relayés par Internet, des candidats aux actions suicides, puis progressivement de véritables armées de l'intérieur, analogues à celles des « partisans » de jadis.

Les pays dits pauvres mènent depuis longtemps de telles guerres contre les pays riches. L'Amérique en a particulièrement souffert dans ses campagnes malheureuses au Moyen Orient. Mais les pays riches peuvent procéder de même, en suscitant notamment par l'intermédiaire de forces spéciales ou d'innombrables actions de corruption, des oppositions civiles dans les pays où ils veulent obtenir des changements de régime (regime change). La Russie non sans raisons s'en est plainte.

Aujourd'hui, contre les pays riches et plus particulièrement contre les plus fragiles d'entre les pays européens, sont conduites des guerres que l'on pourrait dire de 4e génération et demi, ou plus explicitement guerres des réfugiés ou guerre de l'humanitaire. Il s'agit d'inonder progressivement ces pays de milliers de tels réfugiés, qui bientôt pourront devenir des centaines de milliers voire des millions. Leur arrivée submergera progressivement les structures d'accueil des pays ciblés, puis leurs structures sociales et politiques. Progressivement, les pays européens encore riches se transformeront en pays pauvres, avec tous les conflits internes inhérents à cette situation. Mais les Européens ne pourront pas se défendre, autrement dit repousser ces flux migratoires, parce que leurs convictions y verront des victimes fuyant des tyrannies ou des conflits, plutôt que des combattants d'une nouvelle forme de guerre.

La très grande majorité d'entre eux seront effectivement des victimes, avec leurs cortèges de femmes et d'enfants attendrissants. Mais parmi eux, il y aura de plus en plus de combattants dissimulés, organisés pour mener sinon le djihad proprement dit, du moins la destruction progressive des pays d'accueil. Il y aura aussi des trafiquants de la pire espèce qui, non contents de s'enrichir aux frais des migrants pour lesquels ils auront joué le rôle de passeur, répandront en Europe, qui déjà n'en manque pas, toutes les pratiques maffieuses imaginables.

Les bonnes âmes refuseront cette vision qui sera qualifiée de conspirationniste, selon laquelle les flux actuels et futurs de réfugiés, au lieu de se produire spontanément, seraient organisés sciemment par des intérêts hostiles aux Européens. Mais elles seraient bien naïves. Même si ce n'est pas encore le cas aujourd'hui, cela le deviendra vite. La tentation est trop grande et sera exploitée sur des échelles de plus en plus étendues.

Les moyens pour y arriver sont particulièrement économiques. Il suffit de quelques mouvements du type de Boko Aram pour terrifier les populations et de réseaux de passeurs ou simplement d'incitateurs à passer pour organiser les migrations. Les cargos pourris ne manquent pas, pour la voie maritime, mais la voie terrestre sera de plus en plus utilisée.

Que faire contre cette forme de guerre?

Mais, à supposer que l'on accepte l'analyse présentée ici, que faire? Une partie des Etats européens affirment encore qu'il n'y a rien à faire de plus que les mesures actuelles, d'une inefficacité croissante et qui sont par ailleurs principalement à la charge de l'Italie. Ils changeront d'avis quand ils seront directement touchés,mais ce sera trop tard. C'est maintenant qu'il faut agir. Le gouvernement italien pour sa part appelle l'Union européenne à l'aide, mais sans résultats. Aussi, en Italie, une partie de l'opposition, notamment appartenant à la droite radicale, commence à intervenir directement, notamment par des destructions de centres d'hébergement. Les attaques physiques contre les migrants ne tarderont pas. Les bonnes âmes, là encore, s'indigneront. Mais ces mêmes bonnes âmes accepteraient-elles d'héberger des familles de migrants dans leurs domiciles? On peut en douter. L'humanitaire se limitera souvent à offrir de recharger les batteries de téléphones portables.

Plus officiellement, dans certains pays, Italie, France, Espagne, des parlementaires ou des militaires affirment qu'il faut agir en amont, c'est-à-dire intervenir militairement dans les pays qui aujourd'hui ou demain, serviront de base arrière aux passages, Libye notamment. Mais sous quelles formes, bombardements aériens, corps expéditionnaires à terre? Et où exactement? Pourquoi ne pas envisager d'autres pays africains, eux-aussi bases de départ, Mauritanie, Érythrée, Éthiopie, Somalie, voire une dizaine d'autres. Cependant il faut bien voir que, simplement en Libye, et malgré les demandes de l'Egypte, des interventions européennes seraient hors de porté d'une défense européenne qui pour le moment encore, n'existe pas. A plus forte raison serait-ce le cas s'il fallait faire la guerre dans pratiquement les trois quarts des pays africains.

Une solution plus simple, et qui serait légitime au cas où une guerre de 4e génération contre l'Europe, utilisant l'arme des migrations, se précisait, serait de couler les navires affrétés par les passeurs et, par ailleurs, comme les Etats-Unis commencent à le faire sur leur frontière avec le Mexique, de tirer à vue sur les groupes de migrants. Il y aurait évidemment de nombreux morts, parmi ceux-ci, suscitant l'indignation d'une partie des opinions européennes, celles n'étant pas aux première ligne des vagues d'invasion notamment. Mais il faut bien voir, comme cela a d'ailleurs été dit sans résultats plusieurs fois, que les associations humanitaires européennes sont complices de la mort des migrants, en laissant espérer à ceux-ci qu'ils seront finalement accueillis et intégrés en Europe, ce qui n'aura évidemment pas lieu.

Il n'est pas interdit de penser au contraire que, devant une réaction dure de l'Europe, les candidats aux migrations prendraient leur sort en mains dans leurs propres pays. Plutôt que se laisser terroriser par des bandes armées autochtones, ils s'armeraient pour se défendre contre ces dernières. C'est ce qu'ont fait récemment les Kurdes face aux agressions de Daesh et d'autres pays décidés à leur refuser des droits politiques. Ils ont constitué une armée qui commence à les faire respecter. Indiquons que la chose, sur un plan différent, se présente un peu similairement concernant les droits des femmes en pays musulmans. Si les femmes ne s'y défendent pas elles-mêmes, comme l'avait fait leurs sœurs ainées en Europe il y a un siècle, nul ne le fera à leur place. Ce ne sera pas en rêvant d'émigrer en Europe qu'elles pourront espérer changer de statut.

15/04/2015

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire