Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Paléo-anthropobiologie. A propos de Little Foot

Des fossiles récemment découverts ont montré qu'entre -3 millions d'années et jusqu'à  l'apparition de l'homo sapiens il y a environ - 800.000 ans, différentes espèces d'homo ou hominidés primitifs ont pu coexister et éventuellement s'entre-reproduire

De plus ces espèces ne se trouvaient pas toutes en Ethiopie où avait été trouvé le squelette de l'australopithèque en voie d'hominisation Lucy daté de -3,2 millions d'années, mais aussi dans d'autres parties de l'Afrique, comme au Tchad. On estime que dans le même temps, d'autres hominidés se trouvaient en Chine

La mise au jour dans les années 1990 d'un nouveau squelette appartenant à une espèce d'australopithèque en voie d'hominisation jusqu'ici inconnue a confirmé cette hypothèse. Elle se trouvait dans les grottes de Sterkfontein, en Afrique du sud. Ce squelette avait été baptisé Little Foot, en raison d'os du pied très petits. Après de longs débats sur son âge, il est aujourd'hui estimé vieux de -3 millions d'années. Il aurait appartenu à une femelle (femme) grande d'1m30 et âgé d'une soixantaine d'années environ, ce qui serait remarquable pour cette époque. Elle différait sur de nombreux points de l'australopithèque considéré comme un prédécesseur proche des homo, dit A. africanus, Elle avait une face plus large et des dents plus grandes, comportant un grand espace entre les canines supérieures et les incisives.

S'agit-il d'une nouvelle espèce d'hominidé, que certains ont proposé de nommer A. prometheus. Une controverse a fait rage entre les chercheurs pendant ces vingt dernières années. Dans l'affirmative, et en suivant la définition de l'espèce, elle n'aurait pu s'hybrider avec d'autres hominidés. L'espèce se serait éteinte d'elle-même. Dans le cas contraire, il serait presque impossible de retrouver sa trace dans les squelettes des espèces voisines.

Cette découverte oblige à se poser à nouveau la question de savoir pourquoi entre -3 et -2 millions d'années existaient tant d'espèces préhumaines voisines, et pourquoi toutes ont progressivement disparu, sauf une, ancêtre de l'actuelle espèce humaine.

Si les hypothèses concernant l'espèce à laquelle appartenait Little Foot se confirmaient, ne faudrait-il pas se demander si la définition que l'on donne de l'espèce humaine ne devrait pas être élargie. Les « racistes » ne manqueront pas de remarquer que les différentes « races » actuelles, blanche, noire, jaune pourraient peut-être être considérées comme des espèces humaines différentes, présentant un très grand nombre de caractères communs, dont la possibilité de s'hybrider.

De façon moins polémique, l'on devrait peut-être reconnaître que les définitions actuellement admises de la race et de l'espèce sont trop rigides. Elles le deviendront encore plus lorsque, avec les recherches de génie génétique en cours, il sera progressivement possible de modifier les génomes, tant des animaux que des humains. A plus forte raison, elles seront  dépassées quand apparaîtront inévitablement des hommes dits enrichis ou même artificiels. Seront-ils encore des humains ?

Références

https://en.wikipedia.org/wiki/Little_Foot

https://www.maxisciences.com/squelette/little-foot-un-ancetre-de-l-homme-moderne-vieux-de-3-millions-d-annees_art32190.html

https://www.newscientist.com/article/2187639-exclusive-controversial-skeleton-may-be-a-new-species-of-early-human/

 

 

 

 

 

10/12/2018

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire