Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Découverte d'un nouveau trou noir massif

Des scientifiques de l'Institut Mak Planck qui utilisaient le Very Large Telescope (télescope en lumière visible) de l'Institut Européen Austral pour étudier le groupe de galaxies Abell 85, et plus particulièrement la galaxie Holmberg 15A, qui se situe à 700 millions d'années-lumière de la Terre, ont pu y mesurer avec précision la taille de Trou Noir Super Massif qui y avait déjà été observé.

Ce trou noir s'étendrait sur environ 790 UA (unité astronomique). L'UA correspond environ à la distance de la Terre au Soleil. Le nouveau trou noir pourrait ainsi correspondre à la taille de 7 systèmes solaires.

Ils estiment qu'il a été formé quand 2 galaxies elliptiques ont fusionné. Ces deux galaxies auraient eu alors un noyau épuisé, donc disposant de peu d'étoiles, ce qui aurait facilité leur absorption par un trou noir central. Il en serait pratiquement de même au cas de la fusion de deux galaxies spirales. Ainsi si notre galaxie et celle d'Andromède fusionnaient, la fusion de leurs trous noirs respectifs produirait un trou noir de taille gigantesque.

Les scientifiques estiment qu'un trou noir ne peut plus croître après avoir atteint la masse d'environ 50 milliards de soleils. Mais si de telles entités peuvent fusionner, cette limite serait largement dépassée sans qu'il soit possible d'imaginer leur taille maximale. On estime cependant qu'un trou noir calculé mais non encore observé serait le plus massif estimé à ce jour. Il s'agit l'Ultra Massive Black Hole se situant au centre de TON 618, un Quasar à plus de 10 milliards d'années-lumière. Celui-ci ferait 66 milliards de fois la masse du soleil.

Rappelons que pendant longtemps les cosmologistes ont refusé de croire à l'existence des trous noirs. Plus précisément que deviendrait la matière supposée être absorbé par eux ? Et en ce cas, comme la masse globale de matière constituant l'univers observé ne diminue pas, selon quels processus de nouvelles quantités de matière pourraient-elles se former ? Ces questions restent en fait sans réponse. Cependant l'existence de trous noirs n'est plus guère contestée aujourd'hui.

Image Abell 85
 

16/08/2019

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire