Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

11/05/2021 Un projet d'avion de transport civil tout électrique dès 2026.

C'est un tel projet que vient d'annoncer le 3 mai 2021 le groupe AKKA Technologies, spécialisé dans l'ingénierie et le conseil. Il le fera avec l'avionneur Aura Aero basé à Toulouse.

Ce partenariat visera à la réalisation de deux avions électriques : ERA (Electrical Regional Aircraft), un avion régional électrique de 19 places soutenu par la Région Occitanie et INTEGRAL-E, un petit avion électrique de voltige.

AKKA Technologies est un groupe international d'ingénierie et de conseil en technologies présidé par le français Maurice Ricci. Son siège social est à Toulouse (France). Aura Aero est un petit avionneur français dont le siège social est également à Toulouse.

Akka indique que ses ingénieurs auront pour mission de « contribuer au développement de plusieurs briques technologiques qui constitueront le socle du futur ERA, ainsi qu'au développement et à l'intégration du BMS (Battery Management System), qui est un équipement stratégique indispensable à tout appareil électrique, sur l'avion INTEGRAL-E ».

L'annonce d'AKKA est passée presque inaperçue dans les médias. Cependant, en cas de succès, ces avions seront un premier pas important dans la réalisation d'appareils de transport purement électriques, ne faisant pas appel aux moteurs à explosion que la plupart des projets actuels d'avions dits électriques envisagent en soutien de l'électricité dans certaines phases critiques du vol, notamment le décollage et une trajectoire dépassant plus de 2 heures de vol.

L'élément essentiel de ces futurs avions seront les accumulateurs embarqués. Dans les prototypes actuels d'avions électriques ils représentent un poids considérable diminuant d'autant la charge utile. De plus ils doivent être rechargés environ toutes les deux heures, dans des aéroports spécialement équipés.

L'expérience dira si le futur système de batteries envisagés par AKKA évite ces inconvénients, sans perte corrélative de puissance. En cas de succès il s'agira d'un premier pas dans la réalisation d'avions de transport régionaux électriques  d'environ 200 places.

Les régions et villes souffrant particulièrement du bruit et de la pollution résultant de l'utilisation des avions actuels n'utilisant que des moteurs à explosion ne s'en plaindront pas. Certes les motoristes ont fait d'importants efforts pour améliorer les performances et le relatif silence de leurs appareils. Mais ils sont encore loin du compte.

Rappelons que pour les longs courriers actuels dont l'essentiel de la trajectoire se déroule au dessus des océans, le besoin de moteurs électriques n'est pas ressenti comme une urgence au regard de ses inconvénients.

Image. Pour illustration seulement

11/05/2021

Europe Solidaire