Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

La Métropole doit protéger d'urgence la Martinique et la Guadeloupe

Lors de son passage à St Martin et St Barthélemy le 12/09, Emmanuel Macron à évoqué une reconstruction rapide. Ceci ne suffit pas.
 Selon LCI http://www.lci.fr/societe/en-direct-ouragan-irma-la-venue-de-macron-irrite-certains-habitants-de-st-martin-et-st-barthelemy-2063533.html: Arrivé à St-Martin en milieu d'après-midi, heure de Paris, le chef de l'Etat s'est rendu auprès de victimes de la catastrophe. Auparavant, il avait appelé à "rester dignes" et avait promis un plan de reconstruction rapide de l'île.

Les habitants ont reproché à l'Etat, et par conséquent à Macron, un manque d'anticipation concernant les risques de cyclone et les destructions pouvant en résulter. Il est exact que nul n'avait prévu l'arrivée d'un cyclone de l'ampleur d'Irma. Cela peut s'excuser dans la mesure où c'est la première fois qu'un événement de cette nature se produisait. Il est bien connu que les gouvernements, dans n'importe quel pays, ne peuvent prévoir le pire et surtout se garantir à l'avance des conséquences qui en résulteraient si ce pire se produisait.

En l'espèce, reconstruire est bien, mais il faut faire beaucoup plus. Dorénavant tous les scientifiques prévoient que, en conséquence du réchauffement climatique, des cyclones de catégorie 5, la plus dangereuses, affecteront de plus en plus la zone des Caraïbes. Inévitablement, la Guadeloupe et la Martinique seront un jour frappées de plein fouet. Si rien n'est prévu pour protéger la populations des iles, ce pourrait être des milliers de morts qui en résulteraient. La métropole sera donc inexcusable si elle ne fait rien, sans attendre, pour parer au pire.

Que faire? Pour parer au plus pressé, il faut construire un nombre suffisant d'abris en béton et acier capables de résister à des vents de 300 km/h et pouvant recevoir la totalité de la population. Il faut aussi mettre en place des réseaux d'eau et de communication capables de résister tant aux vents qu'aux inondations. Il faudrait sans doute aussi stocker d'une façon protégée un certain nombre de produits d'urgence, aliments et médicaments.

Même en se limitant au minimum, un tel programme nécessiterait dès maintenant des crédits, difficiles à chiffrer, mais d'au moins 5 à 10 milliards d'euros. De telles sommes ne peuvent être obtenues rapidement sans économies drastiques imposées au budget public. Il est prévisible que tous les intérêts touchés protesteront, mais l'Etat, le président de la République en premier lieu, auront le devoir de les faire taire.

C'est un discours de cette nature que l'on aurait attendu d'Emmanuel Macron, plutôt que des appels à rester digne.

Note au 14/02. Certains spécialiste de l'imprimante 3D en matière de construction se demandent s'il ne serait pas possible d'utiliser cette technique pour construire en urgence des logements anti-cyclone, bon marché et présentant des courbures protectrices

_________________________________________________________________________________________


Rappel de l'éditorial précédent daté du 08/09

Une de nos correspondants aux Antilles françaises nous écrit ce qui suit, en réponse à notre demande d'avis:

En fait ce monstrueux ouragan est passé au nord-nord-est de la Martinique. Il n'a que très modérément impacté la Guadeloupe.

Il n'y a pas que des milliardaires à Saint-Barthélémy. Il y a aussi tous les Saint-Barths qui travaillent dans les hôtels, les villas des milliardaires, la logistique, etc... et qui risquent de perdre leur travail si les riches s'en vont.

Quant à Saint-Martin, sa politique foncière et migratoire est une honte. Les 7.000 clandestins, qui n'ont pas voulu quitter leurs bidonvilles construits en détruisant la mangrove et la forêt littorale, savent très bien pourquoi.

Ces deux îles sont des collectivités autonomes...

Je regarde le site du National Hurricane Center (NHC) de l'université de Miami qui donne détails et prévisions pour José qui est prévu pour le nord de l'atlantique et Katia qui s'est formée dans le golfe du Mexique

La Guadeloupe et la Martinique n'ont eu à subir que les pluies et la houle cyclonique. Si les prévisions du NHC sont correctes elles ne seront pas impactées par ces deux ouragans.

 Je lui réponds:

Chère A . , je partage tout à fait votre analyse concernant Irma. Les affairistes et les riches touristes à St Barth et St Martin n'ont rien fait pour protéger les iles. Je crains que rien ne soit fait demain. Et qu'en sera-t-il de la Guadeloupe et de la Martinique si un ouragan identique les frappait, comme cela se produira inévitablement? Des milliers de morts en résulteront. Rien ne sera fait pourtant pour les protéger, vu les budgets nécessaires.

La même analyse s'est appliquée à Houston où un capitalisme sauvage a dévasté les zones côtières et multiplié les logements bon marché dans les quartiers inondables.

Concernant les Antilles, Emmanuel Macron, au lieu de s'apitoyer, aurait du décider d'engager tout de suite les 2 ou 3 milliards nécessaires aux travaux d'urgence. Et veiller à ce que ces sommes ne soient pas dilapidées par des intérêts politiques divers, tant en Métropole que dans les Départements d'Outre Mer.

N

08/09/2017

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire