Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Macron sera-t-il balayé pour incompétence par le CMI mondial ?

Rappelons que l'on nomme complexe militaro-industriel ou CMI la conjonction des intérêts des grandes entreprises et des militaires pour mettre au pouvoir des dirigeants qui leur soient favorables. A première vue, il y a autant de CMI que de grands Etats dans le monde. Leurs intérêts ne coïncident pas nécessairement. Mais partout ils exercent un pouvoir réel, derrière des institutions présentées comme démocratiques.

C'est le cas aux Etats-Unis, où le très puissant CMI américain contrôle les présidents successifs pour les mettre au service de ses intérêts. Donald Trump en est actuellement un exemple explicite. Chaque fois qu'il semble, plutôt d'ailleurs par incompétence que par une quelconque volonté réformatrice, prendre des positions qui ne sont pas exactement conformes aux intérêts du CMI installé au Pentagone et même à la Maison Blanche, il est durement recadré par celui-ci.

Dans tous les pays dotés d'une industrie et de forces armées d'une certaine importance existent d'autres CMI. Ils sont moins puissants que leur homologue américain, mais en pratique, ils détiennent les leviers de commande. C'est le cas en Russie et en Chine. Dans ces pays, face à des populations peu organisées, ce sont les CMI locaux qui exercent le pouvoir, comme le montrent des analyses un peu approfondies.

C'est aussi le cas en France. Le CMI y est plus discret, compte tenu de la volonté de l'armée, dite la Grande Muette, de ne pas intervenir directement dans la vie politique. Mais en cas de besoin, les grandes entreprises françaises, directement soumises au contrôle du capital international américain, n'hésiteront pas à faire appel à l'armée si cela s'avérait nécessaire.

Les divers CMI mondiaux n'ont évidemment pas les mêmes intérêts. Chacun privilégie les forces militaires et industrielles propres à leur pays. Mais en cas de danger leur paraissant les menacer simultanément dans certains nombre de ces pays, ils n'hésiteront pas à s'unir. Ils ne le feront pas nécessairement ouvertement, mais en faisant agir les forces militaires et industrielles qui les soutiennent. Dans un premier temps, leurs manipulations se feront relativement discrètement, en utilisant les importantes financières dont ils disposent pour s'acheter des concours, Mais si c'était nécessaire, ils interviendraient ouvertement.

Un régime autoritaire

On peut penser que les agitations se produisant ces jours-ci en France sont suivies attentivement par les CMI mondiaux, plus particulièrement aux Etats-Unis et en Europe. Derrière le mouvement dit des Gilets Jaunes commencent en effet à s'exprimer de véritables désirs populaires visant à renverser l'ordre capitaliste, autrement dit renverser l'ordre social sur lequel repose le CMI français. Bien évidemment, ce dernier n'a pas grand chose à craindre de revendications confuses, mal organisées et contradictoires. Aucune solution alternative crédible n'apparaît aujourd'hui possible.

Néanmoins les seules manifestations de rues et la voix des couches sociales dominées qui s'y expriment, sont considérées par le CMI français comme dangereuses. Elles génèrent un climat d'incertitude contraire à ses intérêts.Tout laisse à penser que les autres CMI, notamment aux Etats-Unis, ressentent la même inquiétude.

Dans ce cas, ils s'uniront pour faire appel aux grands moyens. Ceux-ci ne consisteront pas tirer à balles réelles sur les manifestants, ce qui aurait des conséquences incalculables. Plus simplement, elles consisteront à cesser de soutenir Emmanuel Macron et son gouvernement. Macron avait été élu avec le concours du grand capital international, comme le mieux à même de s'opposer en France aux dangers provenant de l'extrême droite et de l'extrème gauche. Encore faudrait-il qu'il joue bien son rôle. Or il est de plus en plus considéré comme incapable de s'opposer efficacement aux manifestants, tout en utilisant à tort et à travers les forces de sécurité, ce qui provoque dorénavant des pertes en leur sein, voire des débuts de refus d'obéissance.

La recette pour ce faire sera de remplacer non seulement Macron mais l'actuelle république française, par un régime autoritaire, voire une quasi dictature. Celle-ci ferait appel à toutes les forces du capital international qui s'inquiètent aujourd'hui de voir Emmanuel Macron mettre en péril par son incompétence le pouvoir qui est le leur, non seulement en France mais dans le monde. Elles s'inquiètent également de voir les actuels partis dits de droite incapables de maintenir l'ordre. En tant que de besoin, ce régime autoritaire feraient appel à ceux des militaires qu'exaspèrent l'incompétence de Macron.

Son programme serait simple : que chacun rentre docilement chez soi et reprenne ses activités au service de l'ordre économique et social actuel. Un futur régime autoritaire français, mis en place par un coup d'Etat discret, trouvera sans peine en France de nouveaux hommes politiques susceptibles, à la mode bonapartiste bien connue ici, d'exercer le gouvernement pour son compte.

On peut penser que dans le monde, les divers CMI, notamment aux Etats-Unis comme sans doute en Russie et en Chine, encourageront par divers moyens ce régime autoritaire français. Une nouvelle fois dans l'histoire, la France donnerait ainsi le bon exemple.

 

 

02/12/2018

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire