Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Donald Trump sera-t-il empoisonné...par les Russes?

La possibilité grandissante de voir Donald Trump élu à la Maison Blanche commence, selon de bons observateurs, a provoquer une certaine inquiétude, pour ne pas dire panique, au sein de l'Etat profond américain.
La peur des différentes forces militaires, financières et médiatiques qui composent ce dernier, dit aussi « establishment », semble découler de ce qu'elles estiment de plus en plus être l'imprévisibilité du personnage. Le principal risque qu'elles voient en lui serait qu'il mette en oeuvre, ne fut-ce qu'à titre symbolique, un rapprochement avec les Russes. Certes, en ce cas, il serait immédiatement empêché d'agir par ceux qui a Washington tiennent les leviers de commande, mais comment réagiraient les millions d'électeurs qui voyaient en lui une possibilité sérieuse de rendre l'Amérique plus fréquentable? Accepteraient-ils facilement cette dépossession? Comment réagiraient aussi les autres gouvernements?

Beaucoup, instruits par l'expérience des coups d'état fomentés depuis vingt ans par la CIA et autres services secrets dans une trentaine de pays, pronostiquent que le plus simple serait de provoquer un « incident » dans lequel périrait Donald Trump. Finie la bête, fini le venin. Mais il faudrait pour bien faire que cet incident, ou accident, soit perpétué sous faux drapeau, c'est-à-dire imputable à tous autres auteurs que les représentants de l'Etat profond. Parmi ceux-ci, le plus simple serait de dénoncer Vladimir Poutine. Mais comment la chose serait-elle crédible alors que pour les Russes, le plus grand danger serait l'accès à la présidence américaine de l'ultra-militariste et corrompue Hillary Clinton. Les Russes seraient-ils assez inconséquents pour faire disparaître celui dont ils espèrent un certain apaisement?

L'affaire du poison

C'est là que l'on peut craindre une des manipulations majeures dans lesquelles la CIA est particulièrement experte. Il serait facile par exemple d'inventer des preuves selon lesquelles Donald Trump, loin de vouloir négocier avec les Russes, voulait en fait s'en prendre à la Russie dans différents domaines où celle-ci aurait pu gêner ses ambitions propres, par exemple concernant l'avenir de son empire financier. Un dossier serait facilement établi pour montrer que les Russes s'en seraient aperçus et auraient décidé en conséquence d'éliminer Donald Trump.

Mais comment auraient-ils pu le faire discrètement? Tout simplement en le faisant empoisonner. Chacun sait que Poutine, tel Cagliostro, est expert en tours de magie mis au service d'assassins virtuels. Parmi ces procédés l'usage discret du poison. Ne venait-on pas d'annoncer, suite aux déclarations d'un certain médecin respecté, Bennett Omalu, que Poutine avait tenté de faire empoisonner Hillary Clinton. Les actuels troubles de santé de celles-ci auraient résulté non de causes naturelles mais d'une tentative d'empoisonnement provenant de Moscou. L'accusation n'a pas été très prise au sérieux, mais elle a eu des échos aux Etats-Unis, suite à la réputation d'empoisonneurs qui est faite depuis longtemps à certains agents russes au service du Kremlin.

Quoi de plus facile alors d'expliquer qu'après avoir tenté d'éliminer Hillary Clinton, Poutine avait décidé d'éliminer aussi un autre candidat à la Maison Blanche, Trump, jugé aussi peu fiable que Clinton. Face à ce double défi lancé par Vladimir Poutine à la grande démocratie américaine, ne serait-il pas alors légitime de déchainer contre lui les foudres militaires dont cette démocratie est abondamment pourvue? Les choses rentreraient ainsi dans l'ordre.





20/09/2016

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire