Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Jusqu'où au Moyen Orient accepterons nous de suivre les Etats-Unis, l'Arabie saoudite, Israël, la Turquie, la Jordanie, le Qatar et les Emirats?

Le site israélien Debkafiles, très bien informé de par ses accointances avec les services israéliens, constatait il y a quelques jours 1) que la coalition dirigée par les Etats-Unis, l'Arabie saoudite, Israël, la Turquie, la Jordanie, le Qatar et les Emirats était en train de réussir à provoquer la chute de Bashar al Assad.
Les informations de ces derniers jours montrent que cet objectif se rapproche de plus en plus.

Or contrairement à l'opinion complaisamment répandue selon laquelle Israël craignait les offensives de deux pays, la Syrie et l'Iran, tous deux majoritairement chiites, Debkafiles reconnaît ne pas comprendre pourquoi la coalition a massivement armé ces derniers temps les forces sunnites combattant Bashar, alors qu'elles ont fait depuis longtemps aujourd'hui allégeance à l'Etat Islamique que la coalition prétend combattre par ailleurs.

L'opposition à Bashar al Assad, c'est-à-dire aujourd'hui les différentes forces regroupées sous le nom d'Etat islamique, dispose selon Debka d'armements lourds qui commencent à dépasser en puissance les matériels de l'armée syrienne: Tanks T-55, T-62, T-72 , véhicules blindés légers, lance-roquettes, mortiers, batteries de mitrailleuses lourdes anti-aériennes montées, missiles, matériels de vision nocturne, etc.

Dans leur volonté de provoquer la chute de Bashar al Assad et affaiblir les gardiens de la Révolution iraniens ainsi que le Hesbollah, sans mentionner la volonté de priver la Russie d'appuis en Syrie, tel la base de Tartous, les membres de la coalition ont depuis le début accepté de renforcer directement et indirectement l'Etat islamique et ses composantes. Debkfiles en donne une liste: le Front Al Nusra, branche syrienne d'Al Qaida, et représentant l'Etat islamique en Iraq - Ahrar al-Sham, champion du Qatar, plus radical encore que le Front - la Coastal Division opérant à partir de Latakia - les Brigades Sukur Al Ahab - le Southern Front opérant en sud-Syrie à la frontière israélienne.

Sans l'écrire ouvertement, Debkafiles s'interroge sur l'intérêt que trouvera la coalition, et plus particulièrement Israël, lorsque une branche syrienne de l'Etat islamique se sera installée à Damas, permettant à cet Etat de s'étendre à la totalité de la région, Iran excepté. Ajoutons pour notre part qu'aujourd'hui les guerres entre sunnites et chiites semblent dorénavant se développer sans contrôle. Avec la perspective de la chute prochaine de Bagdad, un bain de sang se produira. Dans l'immédiat des attentats massifs d'origine sunnites frappent les populations chiites, avec le soutien confirmé de l'Arabie saoudite wahhabite.

Les cyniques penseront, y compris en France, qu'il serait intelligent de laisser une bonne fois sunnites et chiites s'égorger. Mais en fait, comme nous l'avons évoqué ci-dessus, ce sera l'Iran chiite, (relatif) facteur d'équilibre dans la région, qui en sera sérieusement affaiblie. Bien pire, ce sera dans l'immédiat l'Etat islamique, par le biais d'une Irak radicalisée, qui sortira grand vainqueur de ces conflits. Les Américains ne craindront pas grand chose d'une telle situation, ayant toujours les moyens de préserver leurs intérêts stratégiques. Ce ne sera évidemment pas le cas de la France.

1) Voir http://www.debka.com/article/24578/Assad-loses-battles-as-US-Israel-Turkey-Jordan-Qatar-and-UAE-arm-Al-Qaeda%E2%80%99s-Syrian-branches


23/05/2015

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire