Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Aveuglement des dirigeants européens ou fatalité biologique évolutionnaire

Aujourd'hui, chacun l'aura compris, les Européens se trouvent dans la situation de ces plantes initialement protégées mais abandonnées par le jardinier. Ils ne peuvent plus résister à la concurrence mortelle des sociétés moins favorisées qui entourent leur territoire. Et leurs dirigeants sont un peu dans la situation du jardinier qui pour telle ou telle raison, a cessé de désherber et arroser son jardin. Il condamne à mort sa plantation.
Lorsque les dirigeants européens accumulent les contre-vérités ou les refus de voir la réalité, face aux vagues migratoires qui se sont mises en route, ils condamnent de même à mort les sociétés qui les ont désignés pour les protéger. Peut-on par exemple affirmer comme Angela Merkel ce jour 26 août en Allemagne que ce pays peut et doit accueillir 800.000 migrants, sans réaliser que cette offre généreuse provoquera l'année prochaine l'arrivée de 800.000 nouveaux migrants, et des millions de nouveaux migrants les années suivantes?  L'Allemagne ne pourra pas les accueillir, sauf à se détruire elle-même en tant que société allemande et société favorisée.

Comment Angela Merkel, François Hollande et quelques autres chefs d'Etat au grand coeur peuvent-ils refuser de prendre en compte ce que l'Agence Frontex et les services de police aux frontières constatent de plus en plus. Ce ne sont pas seulement des migrants fuyant des régimes ou des violences religieuses et tribales qui se présentent en Europe, mais des personnes au niveau de vie inférieur à celui de l'Europe qui veulent bénéficier du niveau de vie de celle-ci, ou de ce qui en restera. On constate maintenant l'arrivée de ressortissants venant de pays frontaliers de l'Europe, et plus encore de pays africains, espérant entrer en Europe au titre de réfugiés économiques. Un nombre croissant d'entre eux se procurent d'ailleurs auprès des maffias qui prospèrent dans ces circonstances de fausses cartes d'identités leur permettant d'être considérés comme réfugiés politiques.

Comment peut-on enfin, comme ce jour 26 août le prétendait un des responsables de Frontex sur France Inter, que l'Agence doit disposer de moyens pour identifier les réfugiés politiques et les séparer des autres, promettant de renvoyer les clandestins illégaux dans leur pays d'origine. Comment Frontex ou les pays envahis pourront ils renvoyer les illégaux d'où ils viennent si, comme prévisible, ceux-ci résistent par la force à l'expulsion.

Comment enfin les dirigeants pourront-ils éviter les réactions de survie des citoyens européens qui refuseront, par un égoïsme dit condamnable, de tout partager avec les migrants, voire de leur céder progressivement la place. Il est facile aujourd'hui d'imputer à une extrème-droite néo-nazie, comme en Allemagne récemment, à Tröglitz, en Saxe-Anhalt, un incendie « criminel » ayant détruit un futur centre d'hébergement pour réfugiés. Mais si les Tröglitz se multipliaient demain en Europe, trouvera-t-on des troupes pour combattre les incendiaires, troupes que l'on se refuse à utiliser pour protéger les frontières.

Fatalité

En fait, pour nous replacer dans l'histoire évolutive des espèces vivantes évoquée au début de cet article, rien ne pourra être fait par les européens, néo-nazis ou non, pour combattre l'invasion des milliards d'autres humains plus pauvres. Les dirigeants européens se décideront peut-être un jour à intervenir un peu plus énergiquement, mais ce sera trop tard. De même, à plus long terme, eux et leurs homologues du reste du monde ne pourront pas, faute d'avoir réagi à temps, empêcher la montée des eaux océaniques et autres cataclysmes qui feront disparaitre l'ensemble des sociétés humaines, qu'elles soient pauvres ou qu'elles soient riches.

26/08/2015

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire