Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Pourquoi tant d'émeutes aujourd'hui au Moyen-Orient?

Les émeutes, comportant des morts, se multiplient actuellement au Moyen-Orient, notamment en Iran et en Irak 1).

Il ne semble pas que la situation, qui dure déjà depuis plusieurs semaines, puisse prochainement se stabiliser. Les régimes politiques dans ces pays sont cependant apparemment très différents. Ces émeutes et troubles relèvent de facteurs communs qu'il n'est pas inutile de souligner.

L'ensemble de la région, y compris l'Iran du temps du shah, était depuis la fin de la deuxième guerre mondiale une quasi-zone coloniale pour les Etats-Unis. Ils en avaient notamment éliminé l'Empire britannique, qui y imposait une relative stabilité. Leurs entreprises y ont abondamment exploité les ressources naturelles, notamment le pétrole, par l'intermédiaire du Royaume Saoudien qu'ils continuent à contrôler. L'armée américaine y a implanté de nombreuses bases, visant à en éliminer toute intervention militaire extérieure, notamment en provenance de la Russie.

Aujourd'hui, leur influence est obligée de se faire moins voyante, vis-à-vis des regards internationaux s'exprimant par le présence régulière d'observateurs de l'ONU. Mais elle continue à se faire sentir en permanence par l'intermédiaire notamment de la CIA et des dollars dont elle dispose de façon illimitée. Elle peut aujourd'hui recruter en toute discrétion parmi la population des agents capables de susciter en permanence des incidents, voire des émeutes.

Les nouveaux Etats qui sont apparus après le départ des Britanniques, bien ne partageant pas nécessairement les mêmes vues sur l'avenir du Moyen-Orient, veulent désormais reprendre en main leur avenir politique. C'est notamment le cas en Iran, depuis longtemps, et plus récemment en Irak. Mais pour ce faire, ils auraient besoin de gouvernements dépassant les antagonismes traditionnels entre sunnites et chiites.

Ces gouvernements devraient surtout faire preuve d'une relative intégrité face aux efforts de corruption émanant du secteur économique. Celui-ci reste encore largement au service des entreprises capitalistes occidentales, y compris américaines. Leur premier objectif est d'obtenir par l'intermédiaire de la corruption des administrations locales et nationales à leur service. Mais cette corruption est de plus en plus visible et refusée par les populations.

Par ailleurs, les citoyens des nouveaux Etats peuvent aujourd'hui contempler par l'intermédiaire de la télévision le spectacle de sociétés occidentales ne manquant apparemment de rien. Ils ne comprennent pas que leurs gouvernements ne puisse pas leur permettre le même niveau de vie. Quand aujourd'hui par ailleurs, les Etats-Unis multiplient les « sanctions » à leur égard, celles-ci se traduisent par des hausse de prix, concernant notamment l'alimentation et l'essence devenue indispensable. Les « fauteurs de trouble », la plupart au service des Etats-Unis, en profitent pour susciter des manifestations qu'il n'est pas difficile de transformer en violences meurtrières attirant des répressions elles-mêmes meurtrières. Désormais des drones de provenance inconnue, viennent ajouter une nouvelle forme de violence.

Ces violences sont désormais connues du monde entier par le biais des télévisions. Elles n'améliorent pas l'image des régimes  en cause. Dans un pays tel que l'Iran, désormais allié de la Russie et de la Chine et s'opposant directement aux intérêts américains, elles affaiblissent le gouvernement de Téhéran. Washington ne manquera pas d'en tirer profit.

Notes. 

1) Concernant la situation en Irak, l'on pouvait lire le 8 décembre dans Courrier international:
Des milliers d'Irakiens dans la rue malgré une tuerie à Bagdad. Samedi 7 décembre, les manifestants ont afflué toujours plus nombreux sur la place Tahrir, épicentre de la contestation dans la capitale irakienne, et dans les villes du Sud, pour réclamer la chute du système tout entier et ses politiciens avec. La veille, des hommes armés non identifiés ont attaqué un parking à étages occupé par les manifestants aux abords du pont Senek à Bagdad, tuant 20 manifestants et 4 policiers. Quelques heures plus tard, un obus tiré par un drone a visé avant l'aube la maison du leader chiite Moqtada Sadr. 
La tuerie de vendredi” rappelle une nouvelle fois à quel point le climat dans lequel se déroulent les manifestations est devenu instable” note le correspondant du Middle East Eye à Bagdad. Le site d'information a interrogé plusieurs manifestants qui affirment que la méfiance s'est installée dans les rassemblements. Personne ne sait plus qui et qui ou bien à qui faire confiance ce qui explique que de nombreux manifestants ont désormais décidé de porter des masques”.

2) Voir sur l'Iran, Pepe Escobar 
https://www.asiatimes.com/2019/12/article/what-really-happened-in-iran/

Voir également 
https://www.la-croix.com/Monde/L-Iran-annonce-budget-resistance-contre-sanctions-americaines-2019-12-08-1301065132

 

08/12/2019

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire