Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

D'après Ruy Blas

Bon appétit, messieurs de la finance!

Ô Banquiers intègres ! Financiers  vertueux ! Voilà votre façon de servir, serviteurs qui pillez la maison ! Donc vous n'avez pas honte et vous choisissez l'heure, l'heure sombre où l'Europe agonisante pleure ! Donc vous n'avez pas ici d'autres intérêts que remplir votre poche et vous enfuir après ! Soyez flétris, devant votre pays qui tombe, fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe ! -mais voyez, regardez, ayez quelque pudeur. L'Europe et sa vertu, l'Europe et sa grandeur, tout s'en va. -nous avons, depuis que l'Actionnaire est roi, perdu le Textile, la Sidérurgie, sans combattre ; en Chine l'Automobile, en Inde l'Informatique; au Japon tout les jeux vidéo jusqu'au dernier CD ; les outils, et les vêtements, et la quincaillerie, cinq mille lieues de containers nous envahissent chaque jour!
Mais voyez. — Du ponant jusques à l'orient,

Le Monde, qui vous hait, vous regarde en riant.
Comme si votre solidarité  n'était plus qu'un fantôme,
La Finance et la Spéculation partagent ce royaume ;
Les Agences de notation vous trompent ; il faut ne risquer qu'à demi
Un sauvetage de la Grèce, quoique pays ami ;
Le FMI et ses plans sont pleins de précipices;
Pour vous prendre, la Spéculation  des dettes souveraines
Attend des jours propices. 

L'OMC aussi vous guette, Et la démocratie grecque
Se meurt, vous le savez. — Quant à vos gouvernants,
Berlusconi, fou d'amour, emplit Naples d'esclandres,
Sarkozy vend la France à ses riches amis,
A l'abri des impôts dans les paradis et boucliers fiscaux.
Quel remède à cela ? — L'état est indigent ;
L'état est épuisé d'espoir  et d'argent ;
Pour payer ces cadeaux, Sarkozy depuis 2007,
J'en ai fait le compte, et c'est ainsi !
A  endetté  la France
De plus de quatre cent cinquante milliards d'euros!

Et ce n'est pas assez ! Et vous voulez, mes maîtres !
Ah ! j'ai honte pour vous ! — Au dedans, hedge funds, traiders,
Vont battant le pays et brûlant les emplois.
L'escroquerie est braquée au coin de tout buisson.
Comme si c'était peu de la crise des subprimes,
Des spéculations alimentaires,  des spéculations des dettes
Tous voulant dévorer leur voisin éperdu,
Morsures d'affamés sur un vaisseau perdu !
Quant aux grands, des aïeux, mais pas d'œuvres.
Tout se fait par intrigue et rien par loyauté.

L'Europe est un égout où viennent les ultra-libéraux
De toute nation. — Tout gros actionnaire à ses gages
A cent fraudeurs de fisc qui parlent cent langages.
Costa Rica, Philippines,  Uruguay, Suisse, Liechtenstein, Monaco, îles Cayman, Andorre,Chili, Hongkong, Macau, Babel est dans Bruxelles.
L'OMC, dur au pauvre, au riche s'attendrit.
En Conseil d'administration, on vire et les salariés crient : à l'aide !
Hier on a dépecé Goodyear, Arcelar, SeaFrance, LeJaby,

La moitié de l'Europe pille l'autre moitié.
Anciennes lumières du monde, européens que nous sommes
Quelle solidarité avons-nous ? A peine une PAC moribonde.
Aucun service public européen
Libéralisant à tout va, sous l'emprise des lobbies
Transférant aux marchés les biens de l'Etat.
Golden Sachs a plus de troupes qu'un état.
Un voleur fait chez lui la leçon aux européens.

Hélas ! Les paumés dans les PMU
Acclament les extrémistes de droite;
— Voilà ! — Le Monde, hélas ! écrase du talon
Cette Europe qui fut pourpre et n'est plus que haillon !
L'État s'est ruiné dans ce siècle funeste,
Et vous vous disputez à qui prendra le reste !
Ô Résistants de la première heure,
dans ces temps d'opprobre et de terreur,
que faites-vous dans vos tombes?

Oh ! Levez-vous ! Venez voir ! -les bons font place aux pires.
Cette Europe effrayante, faites d'un amas d'empires, penche... il nous faut vos bras ! Au secours, les Résistants! Car l'Europe se meurt, car l'Europe s'éteint ! Votre solidarité qui brillait comme idéal profond,
Idée éblouissante qui faisait croire au monde
Que la paix désormais se levait en Europe,
Maintenant, idée morte, dans les marchés s'amoindrit
Démocratie au trois quart rongée et qui décroît encore,
Et que d'un autre peuple effacera l'aurore !
Votre héritage est en proie aux vendeurs. Votre rayonnement, ils en font des piastres ! Vos libertés, on les souille ! -ô géants ! Se peut-il que vous dormiez ?
On vend les droits de l'homme au poids !
Un tas de nains difformes se taillent des pourpoints dans votre manteau de roi ; et la pensée humaniste, qui, jadis, sous vos espoirs, pensait couvrir le monde entier de justice et de fraternité, cuit maintenant, sans espoir, dans leur marmite infâme !

Michel et Alexandre Gondran


26/01/2012
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire