Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Possible printemps eurofédéraliste en Allemagne

Appelons eurofédéralisme le mouvement politique pour qui l'avenir de l'Europe, face aux difficultés actuelles et prévisibles, ne sera assuré que par l'adoption d'une constitution fédérale. Différentes formules intéressant de futurs Etats-Unis européens sont possibles.


Même si les schémas dominants aujourd'hui portent surtout sur les questions économiques et financières, avec la désignation d'un ministre fédéral dans ces domaines, il est évident que de proche en proche la solution qui s'imposera sera proche de celle en oeuvre depuis deux siècles au sein des Etats-Unis d'Amérique. Pour nous, comme nous l'avons plusieurs fois expliqué sur ce site, il s'agit d'une obligation, sans laquelle il n'y aura bientôt plus d'Union européenne ni d'euro, chaque Etat se retrouvant livré à lui même dans un monde dominé par de grands ensembles organisés sur le mode d'Etats fédéraux puissants.

Mais pour qu'un tel projet devienne crédible, il faut qu'il trouve des soutiens forts dans les grands Etats européens actuels, la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne notamment. Si en France une certaine frange de l'opinion n'y serait pas hostile, il avait paru jusqu'à présent que ce n'était pas le cas en Allemagne, notamment dans les rangs du parti chrétien-démocrate actuellement en pouvoir. Les fédéralistes européens sont donc réjouis en constatant ces jours-ci qu'une sorte de printemps eurofédéraliste serait peut-être en voie d'apparaître outre-Rhin. Un article de l'ancien chancelier Gerhard Schröder (Le Monde 7 septembre p. 6), une déclaration de l'actuelle ministre du travail CDU Ursula von der Leyen, suivie de différentes autres, indiquent que les partisans d'un fédéralisme européen commencent à donner de la voix en Allemagne, y compris à droite.

Fait encore plus important, la Cour fédérale de Karlsruhe (photo) vient de valider, le 7 septembre, les mécanismes d'aides à la zone euro. On pouvait craindre, vu les précédents arrêts de cette Cour, qu'elle considère une telle décision comme inconstitutionnelle, car dépassant les pouvoirs du pouvoir fédéral. Cela aurait marqué un véritable coup d' arrêt à l'intégration européenne et le retour à l'isolationnisme allemand. Heureusement, le bon sens l'a emporté. La presse allemande en prend acte mais indique, comme le Süddeutsche Zeitung, que pour poursuivre dans la voie d'une Europe fédérale intégrant l'Allemagne, il faudrait réécrire la Constitution fédérale allemande et la faire approuver par le peuple.

C'est tout à fait évident. Il faudra faire de même tant au niveau des Traités européens que dans chacun des pays, tel la France, qui soutiendrait la même voie. Cela demandera du temps – sauf si, sous la pression des nécessités, des opinions de plus en plus étendues défendaient le projet d'Etats-Unis d'Europe. On peut espérer que ce sera le cas d'un futur gouvernement socialiste en France. Il convient donc que les militants français de la solution eurofédérale ne se découragent pas, et se fassent entendre bien plus fort qu'à présent dans les différentes tribunes dominées actuellement par des eurosceptiques n'ayant que leur scepticisme à proposer.

09/09/2011
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire