Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Inquiétudes concernant l'avenir du programme ISS.

Si l'Europe, en coopération avec la Russie, ne prend pas le relais de la Nasa, l'avenir de la Station Spatiale Internationale sera compromis.


Un cargo spatial russe Progress destiné au ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS) s'est écrasé en Sibérie peu après son décollage de Baïkonour, le 24 août. Il apportait en routine 3 tonnes de ravitaillements divers pour les 6 spationautes de la Station. Il était propulsé par une fusée Soyouz. Le couple était jusqu'ici jugé très fiable, ayant accompli 43 missions de ce type, emportant tantôt du matériel tantôt des humains.

Rappelons que depuis l'abandon par la Nasa du programme des navettes, seule l'Esa dispose d'un moyen efficace de liaison avec l'IST, l'ATV ou Autonomous Transport Vehicle, couplé avec un lanceur Ariane 5. Encore ce dernier n'est-il pas accommodé pour le transport d'équipages. Les Etats-Unis compteraient dorénavant sur les investisseurs privés pour relayer la Nasa. Mais il s'agirait peut-on penser d'un abandon de souveraineté que les autres partenaires ne pourraient accepter.

Il s'agit du second accident affectant le programme spatial russe, un satellite de télécommunication destiné au programme Glonass ayant été placé sur une mauvaise orbite par la défaillance d'un lanceur Proton ce même mois d'août.

Les 6 occupants actuels de la Station (3 russes, 2 américains et 1 japonais) ont fait part de leur tranquillité d'esprit, comptant sur le succès d'une prochaine liaison. On ne peut qu'admirer leur force de caractère. Il reste que la désinvolture avec laquelle tant les Américains que les Européens traitent l'avenir de l'ISS ne peut qu'inquiéter, au moment où la Chine prépare sa propre station habitée en permanence. Nous avons plusieurs fois indiqué qu'une collaboration sérieuse entre l'Esa et l'agence russe Roskosmos pour développer un double système de liaison hommes-matériels, impliquant la transformation de l'ATV en module habité, s'imposait si l'on voulait conserver l'ISS en état de service.

Ceci dit  l'espace ne sera jamais sans risque. Il y a quelques semaines, l'ISS avait échappé de justesse à une collision fatale avec un mini-météorite circulant à proximité.

25/08/2011
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire