Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Cyberdéfense à Tallin. Qui nous protégera des protecteurs ?

Plusieurs pays de l'Otan ont décidé de coopérer contre le cyberterrorisme au sein d'un centre implanté à Tallin (Estonie). Parfait. Mais qui protégera les pays européens d'intrusions, via ce Centre, en provenance des agences américaines ?

L'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) s'est doté d'un centre de cyberdéfense. Implanté à Tallin, la capitale estonienne, le centre a pour objectif d'améliorer l'interopérabilité, la coopération et les mécanismes juridiques en matière de défense cybernétique au sein de l'Alliance. Huit pays en font partie pour le moment. "Se concentrer sur cette menace croissante est d'importance critique pour l'Otan car de plus en plus de gens sont concernés par Internet", selon le chef du commandement de l'Otan responsable de la modernisation militaire, basé à Norfolk (États-Unis), le général américain James Mattis.

Près de 30 experts devraient être employés par le centre qui organisera des exercices, évaluera des menaces potentielles et conduira des projets de recherche. Créé à l'initiative de l'Estonie, dont le gouvernement, les banques et les médias ont été victimes de cyberattaques massives en 2007, il fonctionnera de pair avec l'autorité de gestion de la cyberdéfense (CDMA) basée à Bruxelles, ainsi qu'avec les CERT (Computer Emergency Response Team) de chaque pays. Trois types de menaces sont particulièrement redoutées : la criminalité financière, le terrorisme et les attaques masquées d'autres pays.

Voilà qui est bien. Mais quelques remarques non dites ailleurs s'imposent :
- A nouveau l'Otan prend en charge des intérêts vitaux pour les pays européens, sans que les autorités européennes (s'il y en a) en charge de la défense de l'Europe ne se soient manifestés, sauf à retardement. Au-delà de la CDMA, comment se fera la coopération avec les services de sécurité-défense des Etats-membres de l'Union ?
- L'initiative vient parait-il de l'Estonie, l'un des pays membres les plus soumis à l'influence américaine. Nous pouvons donc conclure qu'il s'agit d'une initiative américaine. Au-delà des hackers relevant du terrorisme international ou de la grande criminalité, qui visera ce centre ? des Chinois et autres asiatiques, des Russes, des Latino-américains ? Comment s'assurer que des coups fourrés contre la Chine et la Russie, notamment, ne seront pas montés avec l'appui du grand frère américain, dont on connaît l'activisme permanent visant à éloigner les pays européens de toutes coopérations sérieuses avec Chine et Russie ?
- Qui enfin protégera les pays européens d'intrusions, via ce Centre, en provenance des agences américaines ?  On dira que les intrusions américaines dans les systèmes gouvernementaux et les entreprises des pays européens existent déjà et que les activités du Centre n'en rajouteront pas beaucoup. Rien n'est moins sûr si, par souci de se faire bien voir et bien protéger, les naïfs Européens continuent à livrer encore plus de clefs d'accès à leurs fichiers sensibles ?

Avez-vous entendu parler de la netwar ou guerre d'intelligence économique au sein des réseaux ? Quis custodiat ipsos custodes? Qui nous protégera de nos gardiens ?
29/05/2008
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire