Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Spatial. Mars Insight permettra de mieux connaître la structure de Mars

Préambule. Les Etats-Unis dépensent des sommes astronomiques de dollars pour mener sur Terre une suite de guerres entraînant destructions et morts, la plus récente étant la campagne de plusieurs années au Moyen-Orient. L'objectif de ces opérations, à peine caché, est la destruction de la Russie en tant que puissance nucléaire capable de leur tenir tête. Il semble aujourd'hui que Washington se prépare également à une guerre avec la Chine, elle-aussi puissance nucléaire.

Si jamais des opérations de grande ampleur étaient déclenchées contre la Chine et la Russie, elles déboucheraient inévitablement sur une guerre nucléaire mondiale. Le résultat pourrait en être la transformation de la surface terrestre en des territoires aussi arides et inhabitables que ceux de la planète Mars.

Cependant l'objectivité commande de reconnaître que la Nasa, pour des budgets insignifiants au regard des budgets militaires, a depuis longtemps mené des campagnes d'exploration de Mars s'étant traduites par la mise en place de divers observatoires et robots mobiles dits rovers fournissant des informations d'un intérêt incomparable en vue d'une première mission humaine d'au moins quelques jours sur la planète.

Certains non sans raisons observent que ce que l'on n'ose pas appeler une conquête de Mars sera essentiellement une conquête américaine. Néanmoins la Russie et la Chine entendent bien ne pas être exclues de cette « conquête ». Elles ont mis en place des satellites et projets atterrisseurs (amarsisseurs) susceptibles de leur permettre d'y jouer un rôle. L'Europe elle-même, malgré les budgets malheureusement encore plus réduits dont dispose l'Agence Spatiale européenne ( ESA) et divers pays tels que la France, à travers le CNES, entend être présente. La sonde Mars Express, lancée en 2003, en a été un premier résultat. Le futur rover européen dit ExoMars https://fr.wikipedia.org/wiki/Rover_ExoMars devant être lancé vers 2020 en sera le produit le plus significatif.

Les optimistes espèrent que si des guerres entre grandes puissances ne l'empêchaient pas, une opération tel que le débarquement d'humains sur Marx, dont le coût sera considérable, pourraient être menées en collaboration par les divers Etats voulant se donner une présence significative dans ce nouveau continent à découvrir qu'est l'espace, et plus spécifiquement la planète Mars. Mais là encore on peut en douter, puisque Donald Trump, cédant aux pressions du complexe militaire et industriel américain, vient de décider de faire de l'espace le domaine d'un nouveau commandement, le Space Corps (https://sputniknews.com/military/201706241054950360-new-us-space-corps-proposed/

Insight

En attendant, tous les regards se tourneront vers une nouvelle mission de la Nasa vers Mars s'étant traduite par le lancement en mai 2018 d'un nouvel atterrisseur dite Insight. Celui-ci devrait se poser si tout se passe bien sur Mars le 26 novembre 2018 dans une région de plaine baptisée Elysium Planitia, située près de l'équateur. La phase d'étude scientifique à la surface de la planète doit durer 2 années terrestres.

InSight , pour Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport , soit  Exploration interne par les sondages sismiques, la géodésie et les flux thermiques, comme comme son nom l'indique, étudier la structure interne de cette planète. A cette fin, le sismomètre ou sismographe SEIS étudiera les ondes de type sismique pouvant résulter soit de mouvements des masses continentales, soit éventuellement d'un certain volcanisme encore actif. pourra pas évidemment faire de sondages mais elle fera ce qui n'avait jamais pu être fait jusqu'à présent,

Par ailleurs, l'instrument dit HP3 étudiera les éventuels flux de chaleur en provenance d'une certaine profondeur de Mars, qui donneront peut-être des informations sur le cœur lui-même, et bien entendu sur la température extérieure pouvant en résulter.

Plus généralement, les relevés de ces observations permettront d'améliorer la modélisation du processus de formation et d'évolution des planètes rocheuses du Système solaire, Mercure, Vénus, la Terre bien entendu et aussi la Lune. Ces planètes sont considérées comme « habitables » à la différences des « géantes gazeuses, Jupiter et Saturne.

Notons  que le sismomètre SEIS qui avait été conçu par l'Institut de physique du globe de Paris et développé sous la maîtrise d'oeuvre du CNES avait enregistré un défaut grave de fonctionnement ayant obligé à retarder de eux ans le lancement de la mission. La Nasa a peut-être regretté d'avoir fait appel à la France, d'autant plus qu'elle a supporté seule semble-t-il le coût du retard.

Image. Vue d'artiste

NB. Nous ajouterons à cet article un encart de mise à jour après le 26 novembre, date prévue pour l'atterrissage d'Insight.

Pour en savoir plus

https://www.nasa.gov/mission_pages/insight/main/index.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/InSight

06/11/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire