Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Nouvelles perspectives sur l'Homme de Néandertal

Depuis sa découverte en 1856, son statut a varié : un temps considéré comme une sous-espèce d'Homo sapiens et nommé en conséquence Homo sapiens neanderthalensis (ou neandertalensis), il est aujourd'hui considéré comme une espèce à part entière nommée Homo neanderthalensis. 

Il s'agirait donc d'une comme une espèce éteinte du genre homo. Il a disparu pour des raisons encore mal comprises vers – 39.000 ans, ce qui est récent. Il aurait coexisté longtemps avec l'Homo sapiens, lui même considéré comme apparu vers – 100.000 sinon plus tôt. Mais ils ne partageaient pas les mêmes territoires, sauf à la marge. Il est admis aujourd'hui qu'il se serait hybridé occasionnellement avec l'Homo, qui partage un petit nombre de gènes avec lui.

Il était considéré qu'il était physiquement plus robuste et plus trapu, moins grand et de posture moins droite, que l'Homo sapiens, en raison pense-t-on de son développement dans un environnement plus froid. Il avait un cerveau un peu plus volumineux en moyenne, mais autant que l'on sache au regard des restes culturels, sans avantages notables dans les capacités cognitives.

Or, selon un article référencé ci-dessous qui vient d'être publiée dans Nature Communications, elle même commentée par Maxisciences à la date du 3 novembre 2018, également référencé, des scientifiques ont créé la première reconstruction virtuelle en 3D de la cage thoracique de l'homme de Néandertal, à partir du squelette le plus complet jamais découvert , vieux de -60.000 ans. Il en résulte des perspectives nouvelles sur son anatomie et sa posture

Cette reconstruction est le fruit du travail d'une équipe de chercheurs internationale. Elle porte sur la région thoracique du squelette Kebara 2 ou "Moshe" (https://en.wikipedia.org/wiki/Kebara_2), le plus complet jamais découvert. Elle donne une image du Néandertal différente de celle entretenu jusqu'à ce jour. Certes, il est risqué de tirer des conclusions générales de l'étude d'un seul squelette fossile, cependant ses résultats sont intéressants

L'individu se serait en effet tenu droit, plus droit encore que les Hommes modernes, et aurait été doté d'une plus grande capacité pulmonaire. "La forme que prend leur thorax est la clé qui permet de comprendre comment l'Homme de Néandertal se déplaçait dans son environnement, car elle nous informe sur sa respiration et son équilibre", explique Asier Gomez-Olivencia, auteur principal de l'étude

La colonne vertébrale de Néandertal, située plus à l'intérieur du thorax, lui offrait un meilleur maintien postural. L'amplitude de sa cage thoracique suggère un diaphragme plus grand sur lequel il se reposait plus que nous pour respirer.

Si ces conclusions étaient exactes, serait-il possible d'en tirer des enseignements concernant les capacités de l'Homme du Néandertal, à s'adapter au monde physique de son époque. Il est certain qu'elle pourrait permettre d'expliquer la longue période de présence de l'espèce sur la Terre, près de 400.000 ans. Par contre, elles rendent plus difficile de comprendre les raisons de sa disparition. Face à un environnement plus froid que celui affronté par l'Homo sapiens, elles auraient du lui permettre de résister plus facilement au froid, ou de se déplacer sur de plus grandes distances pour trouver des conditions climatiques plus favorables.

Certains en déduiront que les capacités cognitives du Néandertal étaient malgré l'anatomie plus faibles que celles de l'homme, ou que le milieu social et culturel qu'il avait créé était bien moins favorable à l'adaptation que celui de l'homme. Mais sur quels points était-il moins favorable? Et qu'en est-il du mileu social du monde nmérique, qui est le nêtre?

Références

https://www.maxisciences.com/neandertal/la-reconstruction-de-la-cage-thoracique-de-neandertal-nous-en-apprend-plus-sur-son-anatomie_art41976.html


Nature COMMUNICATION, 3D virtual reconstruction of the Kebara 2 Neandertal thorax 30 octobre 2018
https://www.nature.com/articles/s41467-018-06803-z

Abstract

The size and shape of the Neandertal thorax has been debated since the first discovery of Neandertal ribs more than 150 years ago, with workers proposing different interpretations ranging from a Neandertal thoracic morphology that is indistinguishable from modern humans, to one that was significantly different from them. Here, we provide a virtual 3D reconstruction of the thorax of the adult male Kebara 2 Neandertal. Our analyses reveal that the Kebara 2 thorax is significantly different but not larger from that of modern humans, wider in its lower segment, which parallels his wide bi-iliac breadth, and with a more invaginated vertebral column. Kinematic analyses show that rib cages that are wider in their lower segment produce greater overall size increments (respiratory capacity) during inspiration. We hypothesize that Neandertals may have had a subtle, but somewhat different breathing mechanism compared to modern humans.

Image: représentation agréable mais semble-t-il sans prétentions scientifiques (cf notament le visage et le crâne de la femme) empruntée à 
https://fr.news.yahoo.com/pourquoi-part-neandertal-demeur%C3%A9e-pr%C3%A9sente-chez-hommes-daujourd-070846558.html

04/11/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire