Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La crise qui vient

Nous avons reçu de Dominique Delawarde , bien connu sur ce site, le texte suivant qu'il nous autorise à reproduire. Nous le remercions

  Dans le texte de 2 pages qui suit en pièce jointe, et qui a été
publié dans le Cercle Les Échos, Jean Luc Basle, ancien directeur de City
Group New York, nous éclaire sur la nouvelle crise économique qui s'annonce
dans un terme assez proche (2020) aux États Unis.

     A la lecture de ce texte très argumenté qui, avec beaucoup d'autres,
conforte mes analyses, je tire quatre conclusions.

1 - Le monde entier et ses "experts" ont souvent été totalement surpris par
les grands effondrements qui sont survenus au cours des dernières décennies
(effondrement brutal et inattendu du régime du Shah d'Iran, effondrement
brutal et inattendu du bloc soviétique et du mur de Berlin pour ne citer que
deux exemples). S'agissant de la crise économique à venir et aux
effondrements qui pourront en découler dans le monde, nous ne pourrons pas
dire, cette fois, que nous n'avons pas été prévenus. Tous les clignotants
virent progressivement au rouge et les marges de manœuvre qui existaient
encore en 2008 n'existent plus aujourd'hui.

2 - Cette crise conduira à la refondation, désormais inéluctable, de
l'économie mondiale (FMI, Banque mondiale, dollar, OMC) et à une
réactualisation sévère et peut être brutale de la hiérarchie des grandes
puissances économiques. Cette réactualisation affectera surtout la
"coalition occidentale" qui dirige l'économie mondiale depuis 1945 et
consacrera l'avènement d'un monde multipolaire souhaité par de nombreux
pays. Elle réjouira sans doute tous ceux qui sont excédés par la dictature
de l'extraterritorialité du droit US. Elle affectera, bien sûr, chacun
d'entre nous, dans son niveau de vie et son pouvoir d'achat.....

3 - L'effondrement économique est toujours un prélude à l'effondrement de
la puissance militaire. La guerre froide a bien été gagnée, sans combat,
par l'effondrement économique, puis militaire de l'adversaire. En clair, il
suffit à la Chine et à la Russie et aux coalitions qu'elles dirigent (OCS,
BRICS) de gagner du temps. Leur adversaire US et ses vassaux de l'OTAN ne
tiendront plus très longtemps le haut du pavé. Le risque existe toutefois
que, dans un effort désespéré de garder leur statut de puissances
dominantes, les pays de l'OTAN ne se lancent dans une "aventure militaire" qui
pourrait s'avérer catastrophique pour eux mêmes, mais aussi pour l'humanité
toute entière.

4 - Le monde "Post-crise", très différent de celui que nous avons connu, se
façonnera avec plus ou moins de brutalité, sous la double pression des
nouvelles réalités économiques et démographiques mondiales: c'est une
certitude
 

) 2 fichier(s)
De la crise...odt(38.74 ko)télécharger
De la crise...pdf(54.87 ko)télécharger

 

Dominique Delawarde

08/10/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire