Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Les Réseaux électriques intelligents

Une nouvelle évolution technologique est en marche. Elle commence en douceur mais représentera des enjeux économiques et industriels considérables pour les pays qui sauront s'en saisir.

 Il s'agit du développement des réseaux électriques intelligents, ou "smart grids". On peut prévoir qu'ils bouleverseront la manière de produire, de distribuer et de consommer l'énergie. Au plan écologique, ils permettront de réduire la consommation globale d'électricité, limiter le recours aux centrales les plus polluantes et valoriser la production des millions de sources d'énergies renouvelables qui se développent rapidement, notamment avec le solaire et l'éolien.

Mais des investissements très importants seront nécessaires, Ils intéresseront  les grandes entreprises productrices d'électricité, leurs filiales gérant les réseaux de distribution,  les fournisseurs de solutions décentralisées en matière  d'Internet, d'informatique et de  secteur des télécommunications. L'objet du smart grid est en effet, comme le nom l'indique, d'agréger tous les réseaux dans une toile gigantesque très ramifiée, assez semblable au moins dans son apparence à celle des réseaux de télécommunications actuels.

Chaque particulier abonné au réseau sera concerné. Il disposera, au lieu de consommer en aveugle et de payer éventuellement des dépassements, d'un  compteur "intelligent". Ce dispositif  communique en temps réel la consommation de chaque appareil (y compris dans les immeubles des radiateurs et matériels domestiques individuels), non seulement à l'abonné, mais aussi au fournisseur d'électricité. A partir de cela , il  permet de programmer l'installation ou de la gérer à distance, par Internet ou via un mobile.

Si les consommateurs jouent le jeu, ils pourront rapidement réaliser entre 5 à 10% d'économies, sinon davantage. Au plan collectif, les émissions de CO2 seront sensiblement réduites, ainsi que le recours aux combustibles fossiles là où n'existe pas suffisamment d'électricité nucléaire ou alternative. Par ailleurs, les pics de consommation typique des grands froids et des fortes chaleurs, générateurs d'éventuels effondrements  de réseaux,  pourront être évités ou mieux répartis. Les échanges d'électricité de pays à pays, toujours perturbants, pourront être réduits.

A terme, comme indiqué ci-dessus, le smart grid permettra de récupérer toutes les quantités d'énergies produites localement et non utilisées. Ceci ira très loin puisque l'on envisage, avec le développement des voitures électriques fonctionnant sur batteries, de puiser dans  l'énergie stockée dans celles-ci en cas de besoin, quitte à la restituer très vite ensuite.

En 2020, on prévoit que 80 % des foyers dans le monde seront connectés à des réseaux intelligents. Soixante-seize millions de compteurs intelligents seraient  déjà été installés avec un doublement prévu d'ici à 2013.

Ce marché attire désormais des entreprises de la taille de Google, Intel, Microsoft, IBM, Oracle, General Electric, SAP, Siemens, Schneider ou Accenture. Ces groupes sont en concurrence pour inventer les applications du smart grid et imposer leurs normes de communication entre appareils. Dernier arrivé en date, Cisco a annoncé, en mai, un vaste plan de développement grâce auquel le groupe prévoit de gagner 100 milliards de dollars en cinq ans.

Les entreprises européenne ne sont pas comme on pouvait le prévoir en état de capter l'essentiel de ce marché. C'est fort dommage. Certains programmes sont lancés mais ils demeurent expérimentaux. Ainsi en France, un programme pilote de la filiale réseaux d'EDF prévoit l'installation de 300 000 appareils à Lyon et à Tours. Remplacer les 35 millions de compteurs mécaniques français d'ici à 2015 coûterait de 4 à 5 milliards d'euros. Mais le coût des compteurs n'est pas seul à prendre en considération. L'investissement nécessaire pour équiper la totalité du réseau haute et basse tension sera jusqu'à six fois supérieur au prix des seuls compteurs.

Mais qui paiera ? Les fournisseurs, qui optimisent leur réseau, les consommateurs qui maîtrisent leur facture ou les pouvoirs publics, qui préservent l'environnement ? Il est tout à fait anormal que les Etats européens, comme la Commission, n'étudient pas dès maintenant des solutions sinon communes du moins harmonisées. La volonté de maintenir à tous prix la concurrence ne fera que des dégâts, dont profiteront les opérateurs non européens mieux organisés et bénéficiant  d'économies d'échelles.

On vient de le constater cette semaine en France. Un conflit s'est installé entre la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) et la start-up Voltalis qui commercialise un boitier destiné à réduire la consommation des appareils électriques, dans l'esprit du futur smart grid. Voltalis installe ces boitiers gratuitement, mais demande à être rémunérée par RTE (Réseau de transport d'électricité)  qui bénéficie des économies induites par la régulation des consommations. Or RTE, suivi par d'autres distributeurs (Poweo, Direct Energie) demande au contraire à être dédommagé des diminutions de consommation. La CRE lui a pour le moment donné raison. Certains considèrent qu'il s'agit là d'une prime au gaspillage. D'où l'urgence de trouver des solutions globales, tant pour la France que pour l'espace énergétique européen.


21/07/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 2
Ancien PDG de la centrale hydroélectrique de Nohèdes
16/09/2009 15:52:07 | Par : LABO343
La qualité principale demandée aux réseaux électriques est la stabilité de la tension et de la fréquence. Cette stabilité est sans arret remise en cause par la volatilité de la consommation.
Une des réponses à ce problème est la grandeur du réseau qui permet de compenser la consommation d'un lieu par la plus grande disponibilité d'un autre lieu éloigné. Cela pose cependant le problème des pertes ohmiques sur les lignes et les solutions par très haute tension sont en elles meme un autre problème. Il y a deux sources principales de régulation électriques actives : les barrages hydroélectriques et les groupes électrogènes au fuel ou au gaz. Seules ces sources peuvent mobiliser les quantités d'énergie susceptibles de faire face aux gros imprévus. Le passage du pic de Hubbert en 2008 (selon l'ASPO) va limiter de plus en plus l'usage de la solution fossile. Les barrages hydroélectriques sont en quantité limitée et les écologistes s'opposent à leur plus grand nombre, bien que la nature ne nous permette pas d'en réaliser beaucoup plus. Pour aggraver cette situation, les énergies « alternatives » classiques comme l'éolien et le photovoltaique sont une source permanente d'instabilité à cause des errements de leur propre source. La question de la croissance de la consommation d'énergie électrique bute donc sur la stabilité de sa production à partir de sources soit instables soit en déplétion.
C'est donc dans cette optique que le test visible ici : http://www.youtube.com/watch?v=pSZMu6bDH5M prend tout son sens. En effet dans ce test il est simplement constaté que l'énergie consommée à vide
« disparait » sans laisser de traces. Aucune perte ohmique supérieure à 1% ni aucun rayonnement électromagnétique n'ont été constatés. Pendant le fonctionnement en charge, on ne constate aucune augmentation de la consommation primaire, ce qui pose la question de l'origine de l'énergie produite. La localisation de l'énergie est au centre de ce test. Accepter sans broncher que « 2+2 = 2 »
Semble difficile mais c'est bien le sort officiel réservé à ce test meme si à ce jour 96450 lectures des textes concernant ce test sont constatées ici : http://www.conspirovniscience.com/forum/index.php?showforum=16 sous le pseudo de LABO343. J'ai découvert ce phénomène par hasard en novembre 2006 et je cherche depuis à développer toutes ses implications. Je pense que l'énergie n'est pas un stock marchand mais bien une simple dimension de l'univers et que sa disponibilité est partout. Le test en question est un
« circulateur d'énergie à double sens » et il n'est pas interdit de penser que si on peut faire « disparaitre » de l'énergie, on peut aussi faire le contraire. Je sais que cela peut heurter un esprit rationnel mais l'observation est une source indiscutable, d'autant plus que les puissances engagées dans ce test ne laissent pas de place à l'erreur de mesure.
Je sais aussi que les conséquences économiques de ces concepts peuvent etre visibles.


energie renouvellable
24/04/2012 11:24:28 | Par : charles
l'afrique pouvez egalement travailler dans le systeme energitique en employant les energies renouvellables(solaire)enfin d'alimenter le 60 pourcent de la population qui vive dans l'obscurité.
une etude deja menée qui ne demande que sa mise en application.
ingenieur charles ndumbi(rd congo).
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire