Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

F35 (JSF Joint Strike Fighter ) ou bien futur avion européen ?

Ceux de nos lecteurs qui s'intéressent à la question des avions de combat et de leur impact, tant au plan militaire proprement dit qu'à celui de l'industrie de défense et aux rivalités géostratégiques y étant liées, ont suivi depuis presque 20 ans les difficultés du programme américain concernant le F-35 (JSF Joint Strike Fighter ) produit par l'industriel Lockheed Martin.

Rappelons que cet appareil vise à être furtif, c'est-à-dire à échapper aux radars terrestres ou aériens. Il est doté par ailleurs de nombreux équipements militaires et de navigation censés le rendre définitivement supérieur à l'actuel appareil américain F-15, comme espèrent-on supérieur à tous les concurrents russes et chinois en cours de développement.

Nous sommes de ceux qui ont toujours considéré le JSF comme un énorme bluff imposé à l'US Air Force et plus généralement au gouvernement américain par Lockheed Martin , qui l'a conçu et commence à le produire, avec l'appui des nombreux hommes politiques et responsables militaires corrompus, au sens propre du mot, par cette véritable puissance qu'est Lockheed.

On sait qu'après presque 30 de développement, et près de 1000 milliards de contrats cumulés, le JSF commence seulement à être produit en petites quantités. Certains sont en cours d'utilisation en vraie grandeur, sur de réels théâtres de conflits. Mais ils accumulent les déboires, jusqu'à mettre en danger la vie de leurs pilotes. Israël, qui avait accepté de s'en équiper pour faire plaisir au grand allié d'Outre Atlanique, envisagerait maintenant devant les déboires rencontrés, de s'en défaire 1)

Ceci n'a pas empêché le gouvernement américain de faire pression sur ses alliés, notamment au sein de l'Otan, mais aussi bien entendu sur Israël, pour qu'ils se dotent de centaines de JSF, alors qu'ils n'étaient même pas encore en service. Seule la France, par souci bien venu d'indépendance, a réussi à résister aux pressions américaines et à s'équiper de Rafales de Dassault.

Le Rafale est resté jusqu'à ce jour,un des meilleurs avions de combat au monde. Ses nouvelles générations, en cours d'étude, devraient être capables de concurrencer tous ses concurrents dans les prochaines décennies. Encore faudrait-il que les programmes soient financés, ce qui suppose des ventes à l'exportation sur des marchés dépendant très largement des pressions du Pentagone.

Un futur concurrent européen

Or le grand public, dont nous sommes, nécessairement non informé sur ces questions, apprend d'une source asiatique généralement considérée comme très fiable, ATimes, que quelques pays européens, dont la France et l'Allemagne, envisagent de faire développer par leurs industriels nationaux un avion de combat du futur, capable de prendre la suite du Rafale, et de tenir tête pendant les prochaines décennies aux appareils en cours d'étude par la Russie et la Chine, sans mentionner un futur avion américain mis au point cette fois-ci par Boeing 2).

Cela  serait, si elle était prise, une excellente décision, permettant notamment à la France de tenir sa place parmi les leaders de l'aviation militaire, place qu'elle a toujours tenue, malgré quelques aléas de l'histoire, dont notamment l'occupation allemande, depuis les années 1920. Elle permettrait aussi à Dassault, vilipendée en France pour des raisons de basse politique, de poursuivre et élargir ses activités, en matière de recherche et de production. Des centaines d'emplois très qualifiés devraient en résulter, ainsi que de nouveaux contrats à l'exportation. 3).

Encore faudrait-il que l'actuel président de la République, que l'on dit très soucieux des intérêts financiers et industriels américains, lesquels  ont largement financé son élection, échappe à leurs pressions et impose à sa majorité de soutenir l'intérêt national en budgétant une part importante des dépenses découlant de la participation française à cet éventuel programme d'avion de combat européen.

Références

1) Voir deux articles récents de Philippe Grasset, Dedefensa, incontestable expert concernant notamment les difficultés du F-35
- Notes sur l'évolution du JSF à l'hypersonique http://www.dedefensa.org/article/notes-sur-levolution-du-jsf-a-lhypersonique

et surtout Notes sur le JSF “martyrisé, outragé...”
http://www.dedefensa.org/article/notes-sur-le-jsf-martyrise-outrage

Voir aussi
https://sputniknews.com/military/201807261066720254-new-f-15-complement-us-israeli-f-35-squadrons/

2) Voir http://www.atimes.com/europes-fighter-jet-biz-finally-getting-its-act-together/?utm_source=The+Daily+Report&utm_campaign=9233f32230-EMAIL_CAMPAIGN_2018_08_03_01_46&utm_medium=email&utm_term=0_1f8bca137f-9233f32230-31599777

3) On pourrait se demander cependant si ce projet européen ne serait pas simplement une initiative allemande visant à acquérir à peu de frais le savoir-faire de Dassault.

03/08/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire