Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La guerre aux Juifs prêchée dans certaines mosquées françaises

Le Président de la République, lorsqu'il a célébré l'entrée au Panthéon de Simone Weil, a rappelé que celle-ci, entre autres titres à la reconnaissance nationale, avait toujours combattu l'antisémitisme.

Il ne l'a pas dit clairement, mais beaucoup d'auditeurs ont compris que ce faisant, il ne s'en prenait pas à l'antisémitisme traditionnel dans une certaine droite française, mais un antisémitisme beaucoup plus dangereux, celui diffusé dans de très nombreuses mosquées par des imams que la France laisse librement s'exprimer. Il dépasse largement les critiques légitimes que l'on peut faire à la politique de l'Etat d'Israël

Certains parquets commencent cependant à réagir. Le parquet de Toulouse a annoncé le 29 juin avoir diligenté une enquête pour "des faits susceptibles de constituer une incitation à la haine", après la diffusion d'une vidéo en arabe, sous-titrée en anglais, d'un prêche de l'imam de la grande mosquée de Toulouse, Mohamed Tataï.

Dans cette vidéo, où apparaît le logo de la chaîne Memri TV, on voit un imam prêcher en gros plan. Il déclare notamment, selon le texte sous-titré: "(Le prophète Muhammad) nous a parlé de la bataille finale et décisive : le jugement dernier ne viendra pas jusqu'à ce que les Musulmans combattent les Juifs".

Cette phrase, qui n'a pas apparemment suscité d'indignation chez les fidèles, reprend un discours très fréquent chez les imams, un appel à tous les musulmans pour combattre et si possible éliminer les Juifs.

Il faut espérer que le parquet de Toulouse portera l'affaire au pénal, et que les magistrats ne feront pas comme souvent dans ce cas, preuve d'indulgence.

Suite à l'affaire

On apprend le 2 juillet au matin que le recteur de la grande mosquée de Paris Dalil Boubakeur, qui s'est depuis longtemps posé comme interlocuteur incontournable des pouvoirs publics français, a invité ce jour l'imam de Toulouse Mohamed Tataï, soupçonné d'"incitation à la haine" après un prêche considéré comme antisémite, à poursuivre sa mission "dans la paix, le dialogue et la sérénité".

Ceci, selon le recteur, parce que "L'imam Mohamed Tataï proteste vivement de sa bonne foi. Il s'excuse profondément auprès de ses amis de la communauté juive de Toulouse et de France de l'interprétation décontextualisée de ses propos. En raison de son engagement exemplaire à Toulouse et dans la région en faveur du vivre-ensemble, la Mosquée de Paris souhaite que l'imam Tataï poursuive sa mission dans la paix, le dialogue et la sérénité".

L'imam aurait brandi un sabre incitant à décapiter tous les « incroyants », à commencer par les Juifs, comme le font en permanence des vidéos musulmanes, Dalil Boubakeur aurait-il parlé d'interprétation décontextualisée ?

 

02/07/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire