Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Armement russes révolutionnaires

Selon l'agence russe Tass, la Russie développe un nouveau sous-marin révolutionnaire le Husky, qui devrait entrer en service vers 2027

Tass est généralement fiable, même s'il faut recevoir les informations qu'elle dispense avec prudence. En l'espèce elle cite une source émanant des milieux de défense russes, qui est restée anonyme. Peut-être s'agit-il de simple propagande. Mais les spécialistes de défense dans le monde suivront cette nouvelle avec attention.

Les sous-marins de la classe Husky seront équipés d'une machine nucléaire dite de 5e génération leur permettant de rester en plongée pour de très longues durées et de se déplacer quasi-silencieusement. Le groupe industriel Severnoye Machine-Building Enterprise (Severodvinsk) sera chargé de sa production, sur contrat du ministère russe de la défense. Le Husky disposera d'une double coque, formule courante dans la marine russe afin de renforcer la résistance au combat des sous-marins. Il déplacera 12.000 tonnes. Il disposera de l'équipement le plus moderne en matière de sonar et de liaison avec l'espace de communication mis au point par les forces armées russes. Ses performances demeurent classifiées.

Point très important le Husky devrait être doté entre autres de missiles hypersoniques de type Zircon, du type de ceux annoncés par Vladimir Poutine le 1er mars. L'ensemble devrait constituer, si les programmes suivent le cours prévu, un système d'armes qui devrait être sans équivalent à l'époque compte tenu des retards pris par l'industrie américaine dans des domaines jusqu'ici négligés faute de crédits – ces crédits ayant servi à financer notamment les multiples bases américaines encerclant la Russie.

Missiles magnétohydrodynamiques ?

Nous ajouterons pour notre part, et ce sans aucune référence à des sources russes crédibles, qu'une information commence à circuler dans certains milieux scientifiques européens. Selon celle-ci, les missiles hypersoniques russes seraient révolutionnaires, non seulement par leurs moteurs leur permettant d'atteindre plusieurs fois la vitesse du son mais parce qu'ils feraient appel à une technologie dite magnétohydrodynamique, jusqu'ici pratiquement ignorée des industriels.

La magnétohydrodynamique ou MHD , voir Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Magn%C3%A9tohydrodynamique appliquée aux fluides aériens pénétrés par un missile hypersonique pourrait modifier leur écoulement, jusqu'à l'annulation de l'onde de choc produite par cet engin. Elle permettrait d'éviter la déformation ou la destruction de celui-ci, autrement inévitable à haute vitesse.

Ceci dit, les missiles supersoniques actuels dotés d'une ogive de protection traversent un air dense pendant peu de temps, ce qui ne leur laisse pas le temps de s'échauffer. Il n'en serait pas de même si les missiles hypersoniques procédaient comme semble-t-il annoncé par les Russes à diverses manoeuvres à basse altitude et durant de ce fait un certain temps.Si les missiles annoncés par Vladimir Poutine faisaient appel aux enseignements de la MHD, ils seraient invulnérables quelle que soit leur vitesse. Sera-ce la cas du Zircon ? Dans ce cas, combinés avec des sous-marins de classe Husky, l'ensemble donnerait à la Russie plusieurs décennies d'avance sur le reste du monde. Mais à ce jour rien n'est moins certain. 

Image. Vue d'artiste d'un sous-marin Husky, à prendre avec réserve

Référence
http://tass.com/defense/1007427


 

03/06/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire