Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les nouveaux missiles hypersoniques

Le site Asia Times, édité à Bangkok, Thaïlande, vient de publier un article faisant le point sur les missiles hypersoniques développés par trois puissances majeures, les Etats-Unis, la Russie et la Chine L'article est d'un spécialiste des questions d'armement, l'américain Stephen Bryan http://www.atimes.com/writer/stebry/.

Sans doute ne donne-t-il pas autant d'échos que la grande presse aux missiles russes, notamment le Kinzal, annoncé par Vlasimir Poutine le 5 avril, mais il semble à première vue objectif. Résumons très rapidement les conclusions que selon nous l'on pourrait tirer de cet article.

Rappelons que les véhicules hypersoniques peuvent opérer de façon autonome au dessus des cibles. Ils n'ont pas besoin de systèmes de type GPS. De plus il paraît difficile de deshabiliter électroniquement leurs systèmes de navigation.

La principale difficulté tactique posée par ces missiles est que l'adversaire visé est incapable de détecter en temps utile s'il est armé d'une charge conventionnelle ou d'une charge nucléaire. Comme de plus ces missiles sont suffisamment rapides et furtifs pour échapper aux barrières anti-missiles actuellement en service, par exemple les S.400 russes, la tentation sera grande de riposter avant l'impact, c'est-à-dire dans l'heure, par un missile nucléaire.

Etats-Unis

Concernant les Etats-Unis, de nombreuses déclarations, émanant en particulier de militaires de haut rang, avaient déploré le retard pris par l'armée américaine en ce domaine. Ils avaient réclamé de nouveaux investissements destinés à récupérer ce retard, mais le ton en avait paru un peu désabusé, compte tenu du fait que les nouveaux hypersoniques américains n'arriveraient pas en service avant 2 ou 3 ans, laissant le temps aux Russes d'améliorer les performances des leurs. Beaucoup en avaient conclu que les stratèges américains ne voyaient pas d'autre solution pour répondre à des attaques d'hypersoniques, par exemple sur leurs porte-avions, que le recours à l'arme nucléaire tactique.

Si l'on en croit l'article, les Etats-Unis disposent de 3 programmes de véhicules hypersoniques, un Advanced Hypersonic Weapon (AHW) testé des 2011, un Tactical Boost Glide Weapon (TBG) qui est un planeur hypersonique pouvant atteindre la vitesse de 21.00o km/h. Il utilise un moteur dit scramjet qui est un statoréacteur à combustion supersonique capable de puiser l'oxygène nécessaire à sa combustion non pas dans des réservoirs mais directement dans l'atmosphère -ceci à condition d'aller suffisamment vite – et un Advanced Full Range hypersonic Engine program (AFRE) dont les moteurs peuvent fonctionner alternativement sur le mode classique et sur le mode scramjet.

Mais dans tous ces cas, il ne s'agira pas de missiles proprement dit, c'est-à-dire d'engins de petite taille, capables d'être largués par exemple à partir d'un avion, mais d'appareils de taille respectable, moins faciles à employer. Dans les trois cas, ils peuvent emporter une charge conventionnelle ou une charge nucléaire.

Plus récemment, entre autres programmes, l'US.Air Force a signé avec Lockheed un contrat d'un billion (1.000 milliards) de dollars pour un missile plus léger, pouvant être lancé d'un bombardier. Ceci fait partie d'un programme dit Conventional Prompt Global Strike Program visant à développer des missiles hypersoniques capables de toucher n'importe quel objectif dans le monde en une heure.

Russie

Selon l'auteur, les programmes russes viseraient surtout à échapper aux défenses anti-missiles actuellement en service ou susceptibles d'être mis en place prochainement. Leur charge serait exclusivement nucléaire. Nous pensons pour notre part que ce n'est pas le cas et qu'elle pourra aussi être conventionnelle. Un missile nucléaire serait inutilisable contre par exemple un porte-avions, à moins de courir le risque de déclencher une guerre mondiale nucléaire.

Les Russes disposent ou disposeront rapidement de trois programmes, le 3M22 Zircon de courte portée et susceptible d'être lancé d'un bombardier furtif, d'un navire ou d'un sous-marin, le YU-71 et YU-74 pouvant être lancés d'un missile balistique à moyenne portée et le désormais célèbre KH-47M2 Kinzhal. Celui-ci est un missile air surface d'une portée de 2.000 km et d'une vitesse de Mach 10. Il pourra être lancé à partir d'un missile balistique intercontinentale (ICBM) de portée illimitée, par exemple le tout nouveau Sarmat. Contrairement aux deux autres séries dont beaucoup d'essais à ce jour n'auraient pas été concluants, le Kinzal a déjà prouvé sa fiabilité. D'où l'importance que lui attribue Vladimir Poutine.

Chine

Nous ne présenterons pas ici les missiles hypersoniques chinois. Les plus connus à ce jour, considérés  comme opérationnels, seraient le DH-17 et le  DF-21D. Ce sont essentiellement des « carrier killers » autrement dit destinés à détruire des porte-avions. Les porte-avions américains sont constamment déployés en mer de Chine et la Chine ne dispose pas d'homologues. D'où l'intérêt de tels missiles que les groupes de porte-avions américains ne seraient pas encore capables d'intercepter.

Conclusion

L'auteur de l'article estime en conclusion qu'il est encore trop tôt pour affirmer que le développements et la mise en place opérationnelle de tels missiles hypersoniques, qui se fera certainement à échéance de quelques années, sinon quelques mois pour certains, changeront radicalement les règles de la guerre. En ce qui nous concerne, nous pensons que, vu l'importance du sujet, compte tenu du rôle déterminant que joueront ces missiles dans les engagements futures, sans mentionner dans d'éventuelles guerres intercontinentales, le sujet devrait faire désormais l'objet de toutes les préoccupations en matière de géopolitique

Dans l'immédiat, les missiles hypersoniques russes obligeront rapidement le Pentagone à revoir radicalement sa stratégie anti-russe. Mais bien évidemment, il ne le dit pas officiellement.

Source
http://www.atimes.com/article/major-powers-starting-to-deploy-hypersonic-weapons/

 

11/05/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire