Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Syrie, la guerre américaine aura-t-elle lieu ?

Le 13 avril, la question reste en suspens. Selon une première hypothèse, une partie de l'Etat profond américain commencerait à s'effrayer des conséquences catastrophiques d'une attaque contre Damas. Une riposte russe s'en suivrait immédiatement, conduisant à une probable guerre mondiale.

Des pressions auraient été faites sur Trump pour qu'il rétropédale, selon l'expression devenue utilisée. Il l'aurait fait d'autant plus volontiers que son tempérament profond ne le poussait pas avec un affrontement avec Vladimir Poutine.

Le propos tenu récemment par Jim Mattis, secrétaire à la défense, selon laquelle la preuve d'une attaque chimique syrienne à la Douma n'était toujours pas clairement apportée, va dans ce sens. Seul l'ineffable Emmanuel Macron prétend encore, à lui tout seul, disposer de telles preuves.

Une seconde hypothèse beaucoup plus pessimiste est que le complexe militaro industriel américain continue à rechercher la guerre. Il s'estimerait capable d'en maîtriser les conséquences, même si des armes nucléaires dites miniaturisées  étaient utilisées par l'armée américaine. Détruire la Russie est devenu d'une telle importance pour ce complexe qu'il prendra tous les risques.

Les prochains jours, sinon les prochaines heures, diront ce qu'il en sera. Mais aujourd'hui une position prise par le belliciste chef de la CIA Mike Pompeo fait craindre le pire. Il vient d'affirmer que faire reculer Poutine devant le risque d'une guerre nucléaire provoquerait la chute de ce dernier et l'avènement au Kremlin d'une équipe beaucoup plus américaniste. Voir http://www.wsws.org/en/articles/2018/04/13/syri-a13.html

Moscou en tous cas se prépare au conflit. Un cabinet de guerre a été mis en place et les forces armées sont partout en alerte. Jamais une telle situation ne s'était présentée depuis la seconde guerre mondiale.

Il est surprenant de voir avec quel calme les opinions publiques européennes considèrent pour le moment de tels évènements. Pour notre part, nous reviendrons très vite sur ce sujet, si nous ne sommes pas nucléarisés dans l'intervalle.

13/04/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire