Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Sarkozy ou la République à la française

Quel étrange pays est la France. Elle prétend donner des leçons de démocratie à Donald Trump, Vladimir Poutine, Xi Jinping et de nombreux autres. Mais elle a toléré pendant de longues années, comme président de la République et comme chef d'une famille politique, un Nicolas Sarkozy aujourd'hui inculpé pour des faits bien plus graves que ceux ayant motivé ses précédentes mises en examen 1).

Note: Le point de vue exprimé dans cet article n'est pas nécessairement partagé par certains membres du Comité de rédaction

Aurait-on imaginé, dans les décennies précédentes, un Mitterand, un Giscard d'Estaing ou même un Chirac mis en examen? Et encore les juges n'abordent pas ce qui a été un véritable crime d'Etat du président de la République d'alors Nicolas Sarkozy: la guerre décidée contre la Libye pour faire taire son président, le Colonel Mouhamar Khadafi, qui en savait trop sur les mécanismes de corruption ayant bénéficié au même Nicolas Sarkozy.

Faut-il rappeler que cette guerre, initialisée par la France, soutenue par l'opinion publique française, a provoqué la mort ignominieuse du chef d'Etat libyen et surtout le déclenchement d'une série de guerres américaines et européennes qui ont transformé le Moyen Orient en un champ de bataille généralisé ayant fait des millions de morts.

On pourrait se réjouir de voir des magistrats oser enfin dénoncer le mal. Mais combien d'années aura-t-il fallu attendre pour qu'ils y viennent ? Nous pressentons les commentaires ironiques ou agressifs envers la France qui envahiront demain les réseaux sociaux et les sites officiels européens. L'actuel président Emmanuel Macron aura beau gesticuler, il risque lui aussi d'être pris dans la tourmente.

1) Voir Europe 1 au 21/03/2018, 21h

Déjà renvoyé devant le tribunal dans l'affaire Bygmalion et mis en examen dans le dossier dit "des écoutes", Nicolas Sarkozy voit un nouveau front judiciaire se dresser devant lui. Après deux jours de garde à vue, l'ancien chef de l'État a été mis en examen mercredi soir dans l'affaire du financement illégal présumé de sa campagne électorale de 2007. Nicolas Sarkozy, après avoir pui nie les faits qui lui sont reprochés, a été mis en examen pour "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de fonds publics libyens" et placé sous contrôle judiciaire.

Lire la suite sur http://www.europe1.fr/societe/financement-libyen-nicolas-sarkozy-mis-en-examen-3605870

 

21/03/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire