Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Négociations Corée du Nord / Etats-Unis. Qui gagne, qui perd?

Après des mois de menaces nucléaires répétées et appuyées, le président des Etats-Unis Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un devraient se rencontrer «avant mai 2018», signe d'un dégel considéré comme historique des relations entre les deux pays.

Par le biais du conseiller national sud-coréen à la sécurité, Chung Eui-yong, dans une déclarationle soir du 8 mars à la Maison Blanche, Donald Trump a annoncé vouloir rencontrer Kim Jong-Un  afin de «parvenir à la dénucléarisation permanente». Un message confirmé par la Maison Blanche. En attendant qu'un accord soit trouvé, le président américain rappelle cependant sur Twitter que «les sanctions [contre la Corée du Nord] seront maintenues». 

Chung Eui-yong a ajouté que la Corée du Nord s'était engagée à mettre en place la «dénucléarisation» de la péninsule coréenne, en excluant de refaire «tout nouveau test nucléaire ou missile» lors des négociations. 

Plus tard dans la soirée, le président américain a reconnu dans un tweet «les grands progrès» dans le dossier nord-coréen, en insistant cependant sur la «dénucléarisation» de la Corée du Nord, qui ne devait pas, selon lui, se limiter à un «gel» provisoire de ses activités nucléaires.

Dénucléarisation ???

Cette perspective a été accueillie avec optimisme par tous les pays, y compris la Corée du Sud, qui subiraient des millions de victimes dans le cas d'une guerre américaine contre la Corée du Nord.

Mais depuis, les gouvernements et les médias tant en Occident qu'en Chine et en Russie, discutent de la question de savoir si l'annonce marque un grand succès de Donald Trump, ainsi libéré de sa promesse, sans doute en partie irréfléchie, de déclencher une guerre contre Kim Jung-Un au cas où celui-ci poursuivrait ses efforts d'armement. Marque-t-elle à l'inverse un considérable succès du leader nord Coréen, ayant réussi à se faire reconnaître comme un interlocuteur par le président d'un pays doté de la puissance militaire la plus grande du monde ?

Pour notre part, nous ne donnerons pas notre avis sur cette angoissante question, sauf à répondre, selon l'expression militaire française « les deux, mon colonel ». Par contre nous pensons impossible que la Corée du Nord puisse accepter de remiser voire détruire ses armements balistiques et nucléaires actuels.

C'est par la menace nucléaire, fut-elle marginale, qu'elle fait peser sur les Etats-Unis que la Corée du Nord n'a pas encore été envahie et détruite par l'Amérique, comme l'ont été de nombreux régimes ayant prétendu s'opposer à l'hégémonie américaine sans se doter des moyens nucléaires nécessaires. Tout au plus peut-elle accepter d'en suspendre les essais pendant les négociations.

Il n'y aura donc pas de « dénucléarisation définitive » de la Corée du Nord, mais seulement l'engagement pris par Pyongyang, comme par tous les Etats nucléaires actuels, dont la France, de ne pas s'en servir sauf en riposte à une attaque, fut-elle avec des armements conventionnels, qui mettrait leur survie de danger.

Ce ne seraient donc pas non plus les sanctions économiques américaines, renouvelées et accentuées, qui ont mené Kim Jung Un à la table des négociations. La Corée du Nord est très pauvre, comme l'est à toute autre échelle la Russie. Mais un pays fier préfère se serrer encore plus la ceinture que venir à la soupe proposée par l'adversaire.

* Pour plus de détail, on pourra lire ce trop long article. On y mentionne le fait que la Corée du Nord demanderait, en échange d'une dénucléarisation totale, d'ailleurs improbable, que Washington retire définivement de Corée du Sud ses implantations militaires, y compris nucléaires. Cela parait tout à fait impossible vu que pour Trump et les militaires US, ceux-ci sont destinés avant tout à faire pression sur la Chine. De plus on ne voit pas en quoi ce retrait empécherait Trump de nucléariser Pyongyang

http://theduran.com/trump-kim-summit-donald-deal/


 


 


 

 

10/03/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire