Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Science. Le prédateur virtuel Cyberslug (limace de mer robotique)

Des chercheurs de l'University of Illinois à Urbana-Champaign viennent de publier un article dans le journal eNeuro annonçant qu'ils ont réalisé un modèle virtuel de cet organisme marin, nommé Pleurobranchaea Californica, aux moeurs de prédateur relativement simples à reproduire. Ils l'ont nommé Cyberslug.

Il ne s'agit pas encore d'un robot à proprement parler dont la mise au point poserait d'autres problèmes, mais d'une série d'algorithmes sophistiqués modélisant le comportement de la limace de mer. Néanmoins le modèle permettrait de réaliser relativement facilement un véritable robot. Il est librement accessible et utilisable à l'adresse  https://github.com/Entience/Cyberslug.

Ce modèle est doté d'une conscience de soi rudimentaire, lui permettant d'utiliser ses motivations et ses perceptions précédentes du monde extérieur, pour réagir efficacement à de nouvelles perceptions et motivations.

Il aurait ainsi conscience du fait qu'il éprouverait le besoin de se nourrir. Il aurait aussi appris quelles sortes d'autres limaces seraient consommables et celles qu'il serait bon d'éviter. Plus précisément, confronté à une autre limace, il pourrait choisir entre la manger, l'éviter ou tenter de se reproduire avec elle. Pour faire le bon choix, il doit faire appel aux souvenirs qu'il a conservé de précédentes rencontres.

Dans de précédentes simulations, les chercheurs avaient simulé les circuits neuronaux intervenant chez la limace de mer confrontée à de tels choix. Ils sont persuadés que l'équivalent de tels circuits, hérités du cerveau primitif, sont encore opérationnels dans les cerveaux humains.

La voie paraît bonne, elle sera cependant longue à suivre avant de permettre la réalisation d'un humain virtuel capable de choisir entre manger son prochain, le fuir ou l'épouser.

La prochaine étape consistera à compliquer le modèle, afin de permettra à la cyberslug d'affronter des problèmes plus complexes. 

La voie paraît bonne, elle sera cependant longue à suivre avant de produire un humain virtuel capable de choisir entre manger son prochain, le fuir ou l'épouser.


 

Abstract

Economic decisions arise from evaluation of alternative actions in contexts of motivation and memory. In the predatory sea-slug Pleurobranchaea the economic decisions of foraging are found to occur by the workings of a simple, affectively controlled homeostat with learning abilities. Here, the neuronal circuit relations for approach-avoidance choice of Pleurobranchaeaare expressed and tested in the foraging simulation Cyberslug. Choice is organized around appetitive state as a moment-to-moment integration of sensation, motivation (satiation/hunger), and memory. Appetitive state controls a switch for approach vs. avoidance turn responses to sensation. Sensory stimuli are separately integrated for incentive value into appetitive state, and for prey location (stimulus place) into mapping motor response. Learning interacts with satiation to regulate prey choice affectively. The virtual predator realistically reproduces the decisions of the real one in varying circumstances and satisfies optimal foraging criteria. The basic relations are open to experimental embellishment toward enhanced neural and behavioral complexity in simulation, as was the ancestral bilaterian nervous system in evolution.

Présentation

Contemporary artificial intelligence lacks the attributes of natural intelligence, in particular the abilities to relate information affectively. Accordingly, it is notable that the most complex animal behaviors serve primitive homeostatic goals, and emerge from the primitive mechanisms generating motivation and reward learning. Here is shown in simulation the function of a basic neuronal circuit for cost-benefit decision, derived from studies of a predatory generalist, the sea-slug Pleurobranchaea, and based on affective integration of information. Its simplicity may reflect distant ancestral qualities on which complexities in economic, cognitive, and social behaviors were built. The simulation validates experimental data and provides a basic module for expansion of behavioral complexity.

Référence

Implementing Goal-Directed Foraging Decisions of a Simpler Nervous System in Simulation

http://www.eneuro.org/content/5/1/ENEURO.0400-17.2018

Image.

La limace de mer Pleurobranchaea californica


 

03/03/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire