Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Neurosciences  Sera-t-il possible prochainement d'éliminer la maladie d'Alzheimer ?

La maladie d'Alzheimer se caractérise le plus souvent par la formation progressive dans le cerveaux de personnes généralement vieillissantes de plaques dites amyloïdes qui dégradent le fonctionnement des synapses des neurones intervenant dans la fonction cognitive.

Les malades perdent progressivement la mémoire, devenant incapables de toute activité sociale. Ils finissent déments, d'une forme identifiée autrefois comme démence sénile. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_d%27Alzheimer)

Le coût social de la maladie d'Alzheimer est considérable. En France, elle touche environ 6 % des personnes de plus de 65 ans. On estime qu'environ la moitié des malades hospitalisés dans les EPHAD (Établissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) en sont touchées. Ses causes en sont encore inconnues, d'où l'impossibilité de la prévenir et moins encore de la guérir.

Un certain nombre de spécialistes de l'économie de la santé, comme aussi de gérontologues, regrettent le peu de crédits alloués à la recherche en ce domaine. L'on met souvent en cause le fait que de telles recherches ne généreraient pas beaucoup de profits pour l''industrie pharmaceutique et de santé, tant du moins qu'elles n'auraient pas abouti.

C'est pourquoi il est intéressant de prendre connaissance des résultats de recherches menées par une équipe américaine du Cleveland Clinic Lerner Research Institute .

Celle-ci a découvert qu'il était possible de prévenir la formation de plaques amyloides dans le cerveau de la souris en s'opposant à l'action d'une hormone nommée BACE1 qui serait responsable de leur formation. Ceci pourrait conduire à la réalisation de médicaments s'opposant à la formation ou à l'action de cette hormone, non seulement chez la souris, mais chez l'humain

La protéine dite beta-amyloide est responsable de la formation des plaques dans le cerveau. L'enzyme BACE1 (beta-secretase) est le précurseur de la formation de cette protéine. Des drogues inhibant sa production seraient donc utiles. Mais une difficulté vient du fait que la BACE1 contrôle d'autres processus importants dans le fonctionnement du cerveau. Son absence complète expérimentalement provoquée chez la souris, a conduit à des défauts majeurs dans le développement cérébral de ces animaux.

Pour aborder ce problème, les chercheurs ont généré des souris génétiquement modifiées qui perdaient en vieillissant la capacité de produire de la BACE1. Elles se sont développées et ont vieilli normalement.

En les accouplant à des souris commençant à développer des plaques amyloides à l'âge de 75 jours, ils ont obtenu une descendance de souris produisant 50% moins de plaques. De plus, en vieillissant, ces souris ont progressivement perdu la capacité de fabriquer la BACE1 et donc de développer des plaques. A 10 mois, elles n'avaient plus de plaques et de plus montraient des capacités améliorées de mémoire et d'apprentissage.

Les chercheurs indiquent que de nouvelles études devraient permettre la conservation des fonctions synaptiques que provoque la destruction de la BACE1 par des drogues inhibitrices. Il n'est donc pas impossible que de telles études conduisent à une amélioration des fonctions cognitives des humains atteints de l'Alzheimer. Peut-être même sera-t-il possible un jour de prévenir son apparition.


Abstract of BACE1 deletion in the adult mouse reverses preformed amyloid deposition and improves cognitive functions

 BACE1 initiates the generation of the β-amyloid peptide, which likely causes Alzheimer's disease (AD) when accumulated abnormally. BACE1 inhibitory drugs are currently being developed to treat AD patients. To mimic BACE1 inhibition in adults, we generated BACE1 conditional knockout (BACE1fl/fl) mice and bred BACE1fl/fl mice with ubiquitin-CreER mice to induce deletion of BACE1 after passing early developmental stages. Strikingly, sequential and increased deletion of BACE1 in an adult AD mouse model (5xFAD) was capable of completely reversing amyloid deposition. This reversal in amyloid deposition also resulted in significant improvement in gliosis and neuritic dystrophy. Moreover, synaptic functions, as determined by long-term potentiation and contextual fear conditioning experiments, were significantly improved, correlating with the reversal of amyloid plaques. Our results demonstrate that sustained and increasing BACE1 inhibition in adults can reverse amyloid deposition in an AD mouse model, and this observation will help to provide guidance for the proper use of BACE1 inhibitors in human patients.

Référence (en libre accès)

http://jem.rupress.org/content/early/2018/02/13/jem.20171831


 

24/02/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire