Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Base russe éventuelle au Soudan

Le président soudanais Omar al Bashir, lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine à Sotchi, avait déclaré que le Soudan avait le besoin d'une base russe, base terrestre ou sinon navale, sur son territoire. Ceci pour lutter contre la politique américaine visant, selon lui, à continuer à « balkaniser » le pays à la suite de la sécession de 2011 ayant abouti à la création du Sud-Soudan. Aujourd'hui, il reprend sa demande.

Après en effet une guerre civile interminable et de nombreux morts, les Soudanais du Sud, chrétiens et animistes, avaient pris leur indépendance à l'égard des musulmans du Nord. Il se trouvait cependant que les réserves de pétrole et de matières premières, ainsi que l'activité économique, se trouvent au Sud. D'où l'intérêt des Américains, suivi par d'autres pays européens, à l'égard du Sud-Soudan, où ils ont multiplié les investissements.

Aussi, pour rétablir l'équilibre, le gouvernement du Nord Soudan avait d'ores et déjà fait appel à la Russie pour moderniser ses forces armée. Il envisage l'acquisition de chasseurs russes. Il fait valoir aux Russes l'intérêt géostratégique pour eux de la situation géographique du Soudan, et plus particulièrement du Nord Soudan.

Celui-ci se trouve à l'intersection de l'Afrique du Nord et de l'Afrique de l'Est. De plus sa façade maritime sur la Mer Rouge fait qu'il présente un intérêt pour les transits maritimes dans cette mer. La Chine pour sa part envisage de construire au Soudan, dans le cadre de ses projets de Nouvelle Route de la Soie, une ligne ferroviaire trans-saharienne de port Soudan à la ville tchadienne de N'Djamena.

Sur le plan militaire, Khartoum, la capitale soudanaise, serait bien placée pour servir d'arbitre entre les ambitions rivales de l'Egypte et de l'Ethiopie. Une installation russe dans le pays permettrait donc à la Russie d'augmenter sa capacité d'arbitre régional déjà acquise sans conteste au Moyen Orient.

Ce sont ces arguments que, selon les informations disponibles, Omar al Bashir a fait valoir aux Russes pour les inciter à installer une base militaire au Soudan. Dans un premier temps, la demande aurait été accueillie avec réserve à Moscou. Divers experts militaires ont fait valoir que la Russie n'avait pas besoin d'une nouvelle base, celles installées en Syrie lui suffisant largement. Seul le Pentagone peut se permettre d'en entretenir des dizaines dans le monde entier.

Ceci étant, la position russe pourrait changer. Compte tenu des ambitions africaines multiples de la Chine, et bien que celle-ci soit son alliée, la Russie pourrait juger utile, notamment en face des Américains, de ne pas renoncer à jouer un rôle en Afrique centrale. Il ne faudrait pas cependant qu'elle paraisse ainsi cautionner les entreprises des Musulmans pour conquérir toute l'Afrique.

Note

Sur le Soudan, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Soudan

 

06/12/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire