Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le roi d'Espagne appelle à la force

Vers la guerre civile en Catalogne?
Dans un discours plus que ferme, le roi Felipe VI a dénoncé, mardi 3 octobre, la « déloyauté inadmissible » et la « conduite irresponsable » du gouvernement catalan qui, « de manière délibérée », a « systématiquement porté atteinte à la législation » en organisant, dimanche 1er octobre, un référendum visant à déclarer unilatéralement l'indépendance. Il a ajouté que le gouvernement catalan s'est mis en « marge de la démocratie » en essayant de « rompre l'unité de l'Espagne et la souveraineté nationale, a affirmé le roi. C'est la responsabilité des pouvoirs légitimes de l'Etat de garantir l'ordre constitutionnel et le fonctionnement normal des institutions » 1).

Ces propos pourraient peut-être se concevoir de la part du Président de la République dans un Etat comme la France, qui a fait historiquement de l'unité et de la centralité de l'Etat la source de sa puissance, au cas où des indépendantistes bretons ou basques organisaient des référendums. Mais en Espagne, beaucoup plus décentralisée et régionaliste que la France, il a surpris et pas seulement en Catalogne. Ceci de la part d'un souverain s'étant mis jusqu'à ce jour en retrait des débats politiques. Les indépendantistes catalans y verront une véritable déclaration de guerre. Ceci ne fera que renforcer leur détermination.

Une telle intervention du pouvoir royal dans les affaires publiques est sans précédent depuis le coup d'Etat militaire avorté de février 1981, alors que l'Espagne cherchait sa voie vers un pouvoir parlementaire après la chute de Franco. Le roi Felipe VI en ne faisant pas allusion à la répression féroce de la police de Madrid à l'égard des électeurs catalans, a rappelé pour beaucoup de citoyens les excès de la dictature franquiste. Comment entend-il « garantir l'ordre constitutionnel et le fonctionnement normal des institutions » à l'encontre du gouvernement catalan et de son chef , sinon par un véritable appel à l'armée?

Il encourage ainsi une véritable guerre civile, car il devrait savoir que de nouvelles interventions armées de la force publique transformeront en adversaires résolus l'ensemble des Catalans, quels que soient leurs sentiments à l'égard de l'indépendance. D'autres citoyens, dans d'autres « régions autonomes » de l'Espagne, tentés aux-aussi par une émancipation à l'égard du pouvoir de Madrid, pourraient les rejoindre. On citera en premier lieu le Pays basque.

Il est inquiétant de voir que la presse « officielle » espagnole, notamment El Español et El Mundo, a immédiatement réagi au discours de Felipe VI en demandant que le Premier ministre Mariano Rajoy envoie des troupes en Catalogne pour suspendre le gouvernement régional et saisir l'administration et les finances, ceci en s'appuyant sur l'article 155 de la Constitution qui le permet en cas de remise en cause de l'unité de l'Etat. « Sinon, qu'il démissionne » 2).

De même, tous les principaux partis à Madrid, de gauche tel le PSOE ou conservateurs, ont applaudi au discours du Roi. Le parti Podemos a critiqué l'appel à la force lancé par le Roi, mais il n'a rien proposé qu'un nouvel appel à la négociation à laquelle plus personne ne croit.

A Bruxelles, les propos du Roi n'ont pas provoqué de rejet. Mais là aussi, l'appel rituel à la négociation n'entraine plus aucun soutien sérieux. Une voix s'est faite entendre pour constater qu'avec la situation actuelle en Espagne, c'est « l'Union européenne entière qui va partir en lambeaux ». Faudra-t-il le regretter, quand on sait que l'Union européenne, sous sa forme actuelle, est restée un produit et un outil de l'Empire américain?



Références
  1. Voir El Español El Rey insta a Rajoy, las Cortes y los jueces a sofocar la rebelión en Cataluña
    https://www.elespanol.com/espana/politica/20171003/251475953_0.html

  2. Voir El Mundo Escuchen al Rey: restauren la ley en Cataluña
    http://www.elmundo.es/opinion/2017/10/03/59d3fac8ca474176208b45b9.html

04/10/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire