Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Kurdistan irakien. Un référendum inutile?

Les Kurdes d'Irak ont voté massivement pour l'indépendance le 26 octobre dans le référendum non officiel organisé par diverses organisations autonomistes avec le soutien de leur chef Massud Barzani. Ceci a soulevé une tempête dans la région, qui pourtant n'en manque pas.
En effet, les Kurdes d'Irak représentent environ un tiers de la population kurde globale, laquelle s'était identifiée comme kurde dès l'Antiquité. Comme l'indique Wikipedia , la région du Kurdistan était connue par plusieurs termes apparentés au mot Kurdedès cette époque. Les Sumériens l'appelaient Kur-a, Tritium ou encore le pays de Karda, les Élamites Kurdasu, les Akkadiens Kurtei, les Assyriens Kurti, les Babyloniens Qardu, les Grecs Kardoûkhoi et les Romains Corduene.

Mais par le traité de Lausanne de 1923, le Moyen-Orient a été divisé en plusieurs pays qui ne prennent pas en compte le droit des Kurdes à disposer de leurs terres. En effet, d'une grande importance géopolitique dans la région, le Kurdistan est également riche en pétrole et en eau. Il est donc convoité par les grandes puissances.

Le Royaume-Uni et la France se sont vu confier des mandats sur les nouveaux États créés par ce traité de Lausanne, sur l'Irak pour le premier, sur la Syrie et le Liban pour la seconde. Les populations, notamment kurdes, présentes dans ces Etats se sont donc trouvées artificiellement séparées. Elles n'ont pas tardé à se révolter, mais sans succès.

Par ailleurs, en Turquie, nouvel avatar de l'Empire ottoman, la révolution kémaliste du pays s'est faite à partir de 1923 sur la base du déni de l'existence d'une très forte minorité kurde en son territoire. Depuis les Kurdes n'y ont plus aucun droit. Ils sont sommés d'oublier leur culture et de se fondre dans la société. Beaucoup ont résisté, mais ils ont été maintes fois réprimés par les forces turques. Ceci est encore le cas aujourd'hui. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui les représente, fait l'objet de nombreuses attaques du gouvernement. Sa branche armée, les Unités de protection du peuple (YPG), est considérée en interne comme une organisation terroriste et combattue comme telle.

L'engagement kurde contre l'Etat Islamique

Cependant aujourd'hui les YPG livrent l'essentiel de leurs combats contre les forces djihadistes de l'État islamique (EI). Bien que musulmans les Kurdes ne se reconnaissent pas dans l'Islam de combat exporté par l'Arabie saoudite. Aussi la coalition internationale comprenant notamment les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, qui s'était formée pour combattre l'EI apporte aux Kurdes une aide aérienne et logistique dans les combats contre les islamistes.

En 2015, les effectifs des YPG étaient estimés entre 35 000 et 65 000 combattants, dont environ 40% de femmes. Ce sont eux (elles) qui représentent l'essentiel des forces terrestres engagées sur divers terrains notamment pour la reprise de Mossoul et de Raqqa. On notera que la Russie, pour sa part, ne fait pas appel aux Kurdes. Ceci tient au fait que ces derniers ont longtemps combattu Bashar al Assad, allié des Russes mais considéré par eux comme un oppresseur.

Inutile pour les Kurdes de rêver aujourd'hui à un grand Kurdistan

Les fortes minorités kurdes présentent en Irak, en Syrie et en Turquie, rêvent toutes semble-t-il de reconstituer un grand Kurdistan. Mais ceci se ferait aux dépends de leurs pays d'accueil, qui se trouveraient amputés de parties importantes de leurs territoires et confrontés à un nouvel acteur étatique au Moyen-Orient et en Turquie. Il est donc très probable qu'elles n'y réussiront pas, sauf bouleversement des équilibres politiques. A défaut, les Kurdes voudraient se constituer en petits Etats kurdes indépendants au sein de ces pays. Là encore, ils se heurtent à des résistances considérables.

C'est la raison pour laquelle le référendum organisé en octobre par les Kurdes d'Irak a suscité le refus du premier ministre Haider al-Abadi. Celui-ci a refusé tout processus de négociation, proposé dans un premier temps par Massud Barzani. Les Américains à leur tour se sont déclarés hostiles à l'indépendance du Kurdistan iranien. Ils craignent sans doute d'y perdre ce qui leur reste d'influence en Irak.

Un rejet extérieur général

Il est difficile de pronostiquer aujourd'hui ce qu'il adviendra du référendum kurde. Dans l'immédiat, il a suscité des mesures de rejet générales. Les compagnies aériennes desservant le Kurdistan iranien à partir de l'Egypte, la Jordanie, le Liban et bien entendu la Turquie ont suspendu leurs vols. Elles ont dit qu'elles ne les reprendraient qu'à la demande expresse de Bagdad. Les opérations commerciales avec ces pays, indispensables à la survie du Kurdistan, ont été par ailleurs suspendues.

Il faut observer qu'une situation de même nature pourrait se produire en Espagne, dans le cas d'une volonté d'indépendance affichée par les Catalans lors du prochain référendum sur l'indépendance, déclaré illégal par Madrid et qui devrait cependant se tenir le 1er octobre.

On doit cependant se demander si les Etats nationaux pourraient imposer de force à une population n'en voulant vraiment pas de demeurer dans les frontières de ces Etats. Ils seraient obligés d'utiliser la force, ce qui pourrait conduire à une situation de guerre civile.

En Irak comme en Catalogne, la position des puissances extérieures, notamment les Etats-Unis et dans une moindre mesure la Russie, sera aussi à prendre en compte. Elles feront tout leur possible pour ne pas affaiblir les Etats concernés, dans la mesure où elles les ont intégrés dans leurs stratégies internationales.



29/09/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire