Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

La Terre sera inhabitable par l'homme dans 50 ans

Mais cette perspective est si terrifiante que les scientifiques hésitent encore à en parler. Quelques articles cependant commencent à être publiés et sont compréhensibles, même par le grand public.

 


Source de l'image. Article cité

Malheureusement leur diffusion reste bloquée par la résistances des innombrables intérêts, dans tous les pays, qui refusent les sacrifices considérables qu'imposerait dès aujourd'hui une politique d'arrêt radical de toutes les activités qui pour le moment continuent inexorablement à accélérer le réchauffement.

Le cas récent d'un Donald Trump s'appuyant sur le lobby des industries vivant du charbon et du pétrole pour refuser la prise en compte des objectifs pourtant bien insuffisants décidées par la COP21 à Paris est spectaculaire. Mais à tous les niveaux le même refus se manifeste derrière des propos apparemment favorables. Il vient d'ailleurs tout autant des populations en général que des producteurs. Quel consommateur acceptera, même dans les pays prospères, de se priver d'un surplus de consommation dont il n'a pas véritablement besoin.

Nous ne pouvons pas ici résumer les arguments des prévisionnistes osant aborder le sujet. Renvoyons le lecteur à un long article, remarquablement documenté, du 9 juillet 2017, en anglais, malheureusement non encore traduit, intitulé The Uninhabitable Earth. Famine, economic collapse, a sun that cooks us: What climate change could wreak — sooner than you think. L'auteur en est David Wallace-Wells écrivain et éditeur au New-York Magazine. http://nymag.com/daily/intelligencer/2017/07/climate-change-earth-too-hot-for-humans.html

Il est résumé et commenté le 14 juillet 2017 par Robert Hunziker dans Counterpunch
https://www.counterpunch.org/2017/07/14/uninhabitable-earth/

Retenons seulement les principales raisons, énumérées par David Wallace-Wells, qui provoqueront cette quasi inévitable grande extinction; la mort par les vagues de chaleur, la disparition des sources de nourriture, les maladies nouvelles provenant du réchauffement, l'air irrespirable, la guerre permanente, l'effondrement durable des économies, l'empoisonnement des océans, l'aveuglement, tant sur les causes que sur l'irréalisme des solutions actuellement envisagées.

Quant aux solutions de géo-ingénierie supposées faire face au réchauffement, dont les résultats d'ailleurs sont encore discutables, David Wallace-Wells dénonce leur coût qui les rend inabordables en pratique. Sur un autre plan, il est inenvisageable que certains humains très riches puissent échapper à la destruction en se réfugiant sur d'autres planètes. Faut-il rappeler que les seules à portée sont dans le système solaire et encore moins habitables qu'une Terre devenue inhabitable.

L'auteur cependant évoque la conclusion que beaucoup de scientifiques bien informés des désastre à venir font quelquefois valoir. En cinquante ans, le génie humain trouvera des solutions aujourd'hui inimaginables. Il faut faire confiance aux jeunes générations.

Il ne nous reste en effet que cet espoir bien faible pour ne pas désespérer.


Note au 16/07

Civilisations extra-terrestres.

Dans la suite des études évoquées ci-dessus, certains cosmologistes pensent pouvoir expliquer pourquoi nous n'avons, et n'aurons sans doute jamais, d'indices de la présence d'extra-terrestres. Si en effet il fallait admettre qu'en règle générale, à l'exemple de ce qui se passera sur la Terre, quelques dizaines de millénaires sont nécessaires à l'apparition d'une espèce intelligente dans une exo-planète, et que cette espèce intelligente se détruira inexorablement dès qu'elle aurait abordé l'ère technologique, sans avoir la possibilité de laisser de messages, il n'y a rien d'anormal à ce que nous n'en ayons aucun indice.

Même si la galaxie comportait des milliards de planètes susceptibles d'héberger des extra-terrestres d'intelligence supérieure à la nôtre-ci, vue la distance qui nous en séparerait, et les milliers d'années nécessaires à la moindre communication, les messages extrémemet faibles éventuellement envoyés par eux se seraient perdus dans le cosmos sans jamais pouvoir nous parvenir. Il en sera de même de nos propres messages envoyés à leur intention.

15/07/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire