Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Capitulation de la Commission européenne devant le Japon

Le Japon et l'Union européenne ont dévoilé le 06/07 à Bruxelles les grandes lignes d'un des plus grands accords de libre-échange au monde, après plus de quatre années de pourparlers. Il s'agit du Jefta (Japan-EU Free Trade Agreement). Le traité définitif est envisagé dans quelques mois mais l'essentiel est acquis. Le Japon et l'Union européenne ont confirmé leur entente. Avant le G20 des 0/7 et 0/8 à Hambourg, Japonais et Européens se déclarent partisans partisans résolus du libre-échange, notamment face aux orientations protectionnistes de Donald Trump.
Le Japon et l'Union européenne ont réussi à s'accorder sur une libéralisation presque totale de leurs échanges, sur la réduction ou l'abolition de leurs barrières tarifaires ou non tarifaires, moyennant une transition. Les bénéficiaires de l'accord seront apparemment le secteur agroalimentaire européen et tout le secteur industriel japonais, notamment dans le domaine automobile. En d'autres termes, cela veut dire que l'Europe sacrifie ses perspectives d'investissements dans les industries et technologies de demain, au profit des intérêts de ses agriculteurs. On ne peut pas dire qu'au regard des enjeux des prochaines décennies, qui seront principalement technologiques, le jeu soit égal.

Certes, le Jefta pour entrer en application devra être approuvé par les parlements des Etats-membres. Il y aura certainement des résistances, notamment en France, comme semblent l'annoncer des déclarations de Nicolas Hulot. On peut cependant s'étonner de n'entendre aucune protestation de la part de ceux qui s'étaient indignés du TAFTA (traité transatlantique, en faveur essentiellement des Etats-Unis) et qui continuent à s'opposer au CETA (avec le Canada). Où sont les campagnes d'opinion provenant de milieux et intérêts différents, sur le modèle du « Non au Tafta? ».  

Quand on connait les méthodes fort peu libérales du Japon, comme ses accointances avec plusieurs pays asiatiques à très bas salaires, il y aurait de quoi s'inquiéter. Nous reviendrons sur ce sujet ultérieurement.

Voir http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2017/07/05/apres-le-ceta-et-le-tafta-vous-allez-adorer-le-jefta_5156077_3232.html?h=15


06/07/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire