Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Détente Etats-Unis - Iran ?

Le message d'amitié et de voeux pour la nouvelle année du président Obama vers l'Iran, du 20 mars 2009, produit en Iran une réaction certes prudente, mais en général jugée favorable.

La presse cite en particulier  des universitaires et intellectuels iraniens, interrogés pour l'occasion, après le discours de “réponse” à Barack Obama du dirigeant religieux, l'ayatollah Khamenei. Celui-ci y voit l'amorce d'une démarche incontestée dans la direction de l'Iran.

Des sources diplomatiques occidentales considèrent elles aussi  l'intervention du président Obama  comme “très importante”, voire “décisive” pour le rétablissement d'un dialogue en vue d'une stabilisation des relations entre les Etats-Unis  et la communauté internationale, d'une part,  l'Iran, d'autre part.  Les Iraniens ont notamment apprécié le caractère symbolique du message, au travers de la date choisie, et de l'occasion ainsi célébrée. Ces sources précisent que les Iraniens étaient avertis du message d'Obama et qu'il y a d'ores et déjà des signes précis d'un réarrangement des relations de l'Iran, non seulement avec l'Amérique  mais avec l'Occident en général. On signale des contacts officieux entre des représentants officiels de l'Iran et certaines organisations occidentales.

L'appréciation de l'évolution de la situation est que l'Iran pourrait arriver à un accord avec l'Occident sur la question du nucléaire en acceptant de s'en tenir à une situation “de seuil” (disposer de tous les éléments pour fabriquer une arme nucléaire mais s'abstenir de la fabriquer dans cette nouvelle situation). Les Américains sont surtout extrêmement demandeurs d'une aide de l'Iran en Afghanistan. Les Iraniens sont intéressés dans la mesure où les activités du narco-trafic à leur frontière afghane, avec des forces militarisées qui leur posent de graves problèmes, constituent désormais une menace pour eux.

Cette affaire iranienne semble être un des axes les plus sérieux d'une sorte de “néo-politique extérieure” des Etats-Unis au Moyen Orient, qui pourrait  conduire à une dégradation très sensible des relations américaines  avec Israël. «On pourrait estimer, dit une de ces sources occidentales, qu'il y a une  course de vitesse engagée. Un nouveau gouvernement (Netanyahou) pourrait tente de torpiller un rapprochement des Etats-Unis avec l'Iran, si celui-ci n'est pas déjà fait, en lançant une attaque contre l'Iran.»

Dans cette même dynamique, on estime que la visite en Turquie qu'Obama doit faire début avril, après les sommets du G20 et de l'OTAN, pourrait avoir une grande importance pour une éventuelle  réconciliation des Etats-Unis avec le monde islamique. Au départ cette visite est faite à “un allié de l'OTAN” et doit avoir comme principaux sujets l'Irak et l'Afghanistan. Ceci n'empêche pas cela...

Les Turcs, qui se détournent de plus en plus de leurs ambitions européennes et de l'adhésion à l'Union européenne,  jouent un rôle très actif dans cette partie diplomatique, notamment par leurs liens avec la Syrie et l'Iran.  Ils voudraient qu'Obama prononce en Turquie un  discours solennel dans le sens du rapprochement entre l'Amérique et le monde islamique. Certains aimeraient pouvoir aller jusqu'à considérer un tel discours, si les Turcs avaient gain de cause et s'il y avait effectivement discours, comme une sorte de terme solennel mis à l'aspect fortement anti-musulman de la “guerre contre la terreur” de G.W Bush.
23/03/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire