Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Cyber-attaques américaines contre la Corée du Nord

Un ancien secrétaire britannique aux affaires étrangères, Sir Malcolm Rifkind, suppose dans The Sun que le dernier spectaculaire échec enregistré le 12 avril par la Corée du Nord concernant un missile présenté comme potentiellement intercontinental, aurait pu être provoqué par une cyber-attaque américaine.
On désigne par cyber-attaque tout envoi de flux d'informations électroniques destinés à perturber le fonctionnement d'une machine ennemie, voire à l'avenir d'un entier système de défense. Elle peut provenir de satellites équipées à cette fin, mais aussi de tout autre source aérienne ou terrestre disposant des émetteurs adéquats.

Les cyber-attaques sont devenues l'arme courante de la guerre électronique (cyber-warfare) qui sévit depuis plusieurs années entre les grandes puissances, Etats-Unis, Grande Bretagne, Russie et Chine notamment. Elles ne sont pas faciles à parer car elles peuvent se produire à tout moment et à partir de tout endroit.

La Corée du Nord le sait et a reconnu que plusieurs échecs concernant ses essais ou lancement de missiles précédant ont été dus à des cyber-attaques des Etats-Unis. Mais Kim Jong-un se flatte de posséder une industrie très dynamique, capable de produire un grand nombre de missiles variés, aux portées différentes. En cas de guerre déclarée avec les pays voisins ou les Etats-Unis, il considère que certains de ses missiles pourraient passer les barrages. Comme ils peuvent être dotés de tètes nucléaires, les dommages causés seraient considérable.

Il faut ajouter que la Corée du Nord dispose de sous-marins, certes diésels et relativement détectables, capables eux aussi de lancer des missiles. La perspective doit donc être prise au sérieux. C'est la raison pour laquelle Donald Trump dans sa nouvelle politique de guerre tous azimuts, menace la Corée du Nord d'une frappe massive préventive, possiblement nucléaire, capable de détruire toutes les dispositifs coréens.

La Chine et la Russie ne laisseraient pas ceci se produire sans une réaction éventuellement militaire. Même si ces deux pays sont de plus en plus méfiants vis-à-vis de ce qu'ils considèrent comme une posture dangereuse du leader nord-coréen, ils ont plusieurs fois pris diplomatiquement sa défense face aux menaces croissantes du lobby militaire américain, relayées par Donald Trump.

Ainsi peut-on craindre que l'escalade militaire croissante de Donald Trump à l'encontre de la Corée du Nord puisse conduire à un début de guerre mondiale. Si Trump ne jouait pas une politique anti-coréenne en solo, il est certain qu'en s'accordant avec Pékin et Moscou, les trois puissances pourraient rendre Kim Jong-un plus raisonnable. Au cas peu probable où ce dernier procéderait à une première frappe de sa propre initiative, les représailles seraient alors justifiés.


Voir https://www.thesun.co.uk/news/3342396/north-korea-missile-launch-failure-us-cyber-attack-sabotage/







16/04/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire