Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Préparation de la prochaine visite de Vladimir Poutine en Chine

Celle-ci avait été convenue de longue date. Mais Xi Jinping et Vladimir Poutine, on peut le penser sans grands risques, ne manqueront pas d'évoquer les événements récents.
Pour préparer cette rencontre, prévue pour mai, qui fera suite au sommet Russie-Chine dans les jours précédents, Poutine vient de s'entretenir à Moscou avec l'envoyé de Xi, le ministre Zhang Gaoli.

Le communiqué en ayant suivi met l'emphase, avec une chaleur rare dans les échanges diplomatiques, sur la longue amitié ayant toujours marqué les rapports entre les deux présidents. On peut citer le passage suivant: « Your personal efforts, Mr President, and those of President Xi set the strategic direction and constantly advance the friendship and cooperation between our countries, setting new tasks and directions and producing new results ».

Ces propos éclairent utilement l'état d'esprit de Xi après sa rencontre avec Donald Trump récemment dans la résidence de celui-ci. Certes, à l'issue de cette rencontre, Xi et Trump ont également fait part d'une certaine communauté de point de vue, sans que Trump réitère ses menaces de guerre économique contre la Chine. Mais les observateurs ont noté que rien d'important n'avait été dit, susceptible de maquer un véritable rapprochement entre Washington et Pékin.

Après coup d'ailleurs, Chinois comme Américains ont noté que le jour même de cette visite, Trump lançait, ou laissait lancer, un bombardement contre Bashar al Assad, sans en dire un mot à son invité. Il s'était borné à se féliciter de la qualité de l'énorme gâteau au chocolat préparé par la Maison Blanche.

Même si Xi avait fait part de son propre souci à l'égard du développement par la Corée du Nord de son programme nucléaire, il avait clairement montré qu'il n'était pas près à soutenir une quelconque action militaire américaine contre ce pays. Pas plus d'ailleurs qu'il n'encourageait d'autres frappes à l'égard de Damas.

Autrement dit, la visite de Poutine à Pékin, faisant suite à un certain nombre d'autres analogues, montrera à Trump et à ses alliés que les relations entre la Chine et la Russie continueront à se développer as usual. Les Européens, qui semblent miser sur un début de divorce entre les deux grands puissances eurasiatiques, devront se le tenir pour dit. Y compris Jean-Marc Ayrault, actuellement à Pékin 1).

1) voir
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/chine/evenements/article/chine-deplacement-de-jean-marc-ayrault-13-14-04-17
14/04/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire