Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Sur le concept de société civile

Aux côtés de la "nov-langue" branchée surnagent des concepts beaucoup plus anciens servis à toutes les sauces, mal assimilés ou compris. L'actualité électorale, les doutes et défiances en tous genres donnent de plus en plus d'exposition et d'attente à un objet social mal identifié : la société civile.
Au même titre que rares sont ceux qui ont "déjeuné avec une personne morale", rares sont également ceux qui cernent bien la société civile !
Quelques petits micros-trottoirs sont édifiants. On apprend que c'est tous ceux qui ne sont pas militaires, ou mieux, tous ceux qui ne sont pas dans une fonction publique. Convenons que c'est ennuyeux pour certains candidats qui se gargarisent de société civile avec un socle électoral bâti sur les fonctionnaires.
Sans remonter à Aristote qui parlait de société citoyenne, ou à Platon qui distinguait démocratie et hollocratie, gouvernement de la populace, il semble que ce soit J. Locke qui est le promoteur de cette société civile que l'on convoque désormais pour reprendre en main les affaires du pays.
À 1 mois du scrutin présidentiel, il parait utile de savoir ce que recouvre les mots et à qui l'on s'adresse, même si certains candidats estiment inutile d'expliquer à cette foule où l'on va la mener. Le même propose de faire signer aux impétrants députés qui "marchent" avec lui, un contrat moral avec la nation, ignorant sans doute que tout mandat impératif est nul.
Il reste que cette société civile mérite attention. Elle est un ensemble actif d'individus qui partagent des valeurs, et qui entendent avoir une totale liberté d'action et d'association. Cette société entend bien désormais reprendre en direct les questions essentielles, en prenant ses distances avec la sphère État, tout en respectant les grandes valeurs de justice sociale, de tolérance et de solidarité, encadrées par des règles de droit simples et fortes.
Au moment où l'on regrette le trop d'État, au moment où l'on montre du doigt le marché anonyme et tentaculaire, c'est à juste titre que la société civile doit reprendre en main les affaires, avec un manager qui la respectera, car il l'aura parfaitement identifiée. La société civile entre l'État et le marché peut fournir ce citoyen, ces citoyens qui, sortis de la sphère intime de la famille, vont consacrer un temps de vie au collectif en sachant qu'ils n'en feront pas métier.
C'est cette société civile, groupe non homogène, mais composé de citoyens concernés, qui doit reprendre par un vote libre les pouvoirs exorbitants que se sont octroyés avec le temps et l'habitude les partis politiques, une certaine presse et last but not least, certains fonctionnaires qui foulent au pied le devoir de réserve et la déontologie de la fonction publique, pour véhiculer des idéologies partisanes.
C'est à ce prix que l'on pourra constituer une Assemblée nationale régénérée qui donnera au pays de nouvelles règles pour un vrai fonctionnement démocratique. Cela ne parait pas prioritaire et pourtant tout passe par là, mère de toutes les réformes, verrou à tirer.

02/04/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire